CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crash and Burn [PG-13-Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Jeu 6 Déc - 13:02

Super cette suite.

J'avoue que j'au eu un peu peur pour la "dispute" entre Mac et Harm, mais tout s'est arrangé.

Par contre bien fait pour Mic. Il n'avait qu'à pas essayer de faire son malin en provoquant Mac.

Et c'est super que tout commence à prendre forme pour Josh. Il a deux personnes qui l'aiment plus que tout, une chambre bien à lui. Tout ce qu'il fat pour l'aider à guérir autant physiquement que moralement, même si ce n'est pas encore gagné pour le moralement. Mais c'est en bonne voie

Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Jeu 6 Déc - 22:36

trop trop super
la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 8 Déc - 5:18

Merci, merci, merci pour vos commentaires.
La suite.
Bonne lecture.


Nous attirons les regards, nous les ignorons. Certaines personnes secouent la tête, d’autres passent à nos côtés essayant d’ignorer notre joie.
Ce n’est pas l’endroit et pourtant c’est ici qu’il a voulu venir. La fatigue est là, je le vois, la sens mais il sourit, devant cette tombe qu’il y a un mois il enterrait.
Désormais c’est Nous.
Pour toujours.
Pour la Loi et pour nous.

Sarah n’était pas là, envoyée en enquête sur le Patrick Henry, nous n’étions que tous les deux, effrayés, stressés, espérant.
Terry Nichols était présente, elle nous a sourit, la confiance est revenue. Un peu.
Josh tremblait, restant contre moi durant l’attente, s’asseyant avec moi devant la Juge.
Elle aussi nous a souri. Ca ne pouvait pas être mauvais.
David est arrivé en retard, dans sa poche une lettre de Gayle, dans ses yeux la promesse que tout allait bien se passer.
Et c’est ce qui s’est passé.

Bien sûr, Mme Callaghan a eu ses doutes. Sur la vie militaire, ses dangers, les déplacements dans des zones en conflits, sur ma vie de célibataire…
Mais il y a eu les lettres de Mac, d’AJ, des Roberts et de Gayle. Il y a eu les mots de mon cœur. Et il y a eu Josh.
Il n’a pas été rassuré quand la Juge a voulu le voir seul, mes yeux lui ont donné sa force, mon cœur aussi.
Et quelque part s’est arrivé.
Je suis devenu son père. Bien sûr je sais qu’il en un, lui aussi le sais, mais désormais le reste de sa vie est entre mes mains et cette responsabilité rend chaque battement de mon cœur un peu plus important.
Il est sorti de la salle, mes bras étaient déjà ouverts, l’attendant. Il s’y est glissé.
Un peu tremblant, un peu peureux.
Nous avons dû attendre une heure, elle devait s’entretenir avec Nichols et Williamson puis prendre sa décision.
Nous sommes allés dehors. J’ai tenté de joindre Sarah sans résultat, le nœud de mon estomac s’accentuant au fil des minutes. Le regard de Josh reflétait mes craintes.
_Que va-t-il se passer si ça ne marche pas. Où est-ce que je vais aller ?
Je n’ai su quoi répondre, ne voulant y penser. Je l’ai serré contre moi et il y eu cette voix.
_Il nous restera le Mexique ou le Canada.
C’était une blague mais à cet instant c’était aussi une possibilité.
Elle était là, toujours en uniforme. Ses yeux un peu fatigués, son corps un peu tendu et ses bras ont entouré mon cou.
Je ne me souviens plus de la suite. Jusqu'à ces mots, ces regards, ces sourires.
_On dirait que vous êtes coincés ensemble pour le reste de votre vie. A rit David.
Je crois que j’ai pleuré.


Et nous voilà au pied de cette tombe où s’étale le nom d’une femme que j’ai un jour aimé, pendant longtemps, que j’ai haïs pendant quelques heures et qu’aujourd’hui je remercie pour le cadeau qu’elle m’a donné.
Bien sûr j’aurais préféré ne jamais me tenir devant elle, ainsi. Ne jamais avoir à sécher les larmes de cet enfant, à reconstruire son cœur, mais puisqu’il en est ainsi je la remercie simplement, pour sa perle rare.
Je tends les trois roses à Josh, il s’approche et les dépose sur l’herbe humide de l’hiver.
Sa main flotte un instant sur le marbre, dessinant le doux nom de « Maman », il se relève, un instant déstabilisé par la douleur, la seconde d’après dans mes bras.
Je passe mon bras protecteur autour de ses épaules, ma main saisissant celle de Sarah.
Ensemble, nous rentrons chez nous.




Je la regarde secoue la tête.
_Si tu n’enlèves pas ce sourire de ton visage, il va se douter de quelque chose.
Je dis, sachant très bien qu’un sourire similaire orne mes lèvres.
_Il doit se douter de quelque chose depuis une semaine, nous n’avons pas vraiment été du genre subtil. Répond-elle en enfermant une boite de velours dans un papier doré.

Nous sommes le quatorze décembre 1999 et Josh a officiellement douze ans.
Nous allons essayer de rendre ce jour spécial.

Notre première idée était d’inviter Harriet, Bud et l’Amiral, mais nous avons décidé de faire cela seulement tous les trois, même si depuis la décision du Juge les choses se sont encore un peu améliorées, plus de sourires, quelques rires timides, le bonheur n’est pas encore là…
Pas encore.

Je termine le glaçage du gâteau, regarde mon travail et tend ensuite le saladier plein de chocolat à Sarah.
Elle lève un sourcil vers moi, hésite un centième de seconde et s’empare de la spatule.
_Tu vois, c’est toi qui m’encourage.
Je ris doucement place le gâteau dans le four.
_Lesquels sont de Bud et Harriet ? Je demande en regroupant les paquets.
_Mm’chm’es deu’là. Me répond-elle la bouche pleine de crème chocolatée.
_Il y a une saison intégrale de Star Trek et le Top Gun. Continue-t-elle, quand elle me voit examiner les cadeaux de plus près.
_AJ a offert deux billets de Baseball, les Yankee contre je ne sais plus qui. Elle m’explique en me montrant l’enveloppe posée sur la table.
Je souris. Fier d’avoir de tels amis.
_Tu ne veux toujours pas me dire quel est ton cadeau ? Je demande, presque suppliant.
_Vas-tu me dire le tien? Fait-elle un sourire entendu.
_Non… Je murmure.
Nous partageons un sourire. Je jette un coup d’œil inquiet vers la porte entrouverte de la chambre de Josh.
_Hey, que se passe-t-il ?
Je baisse les yeux, soupire.
_Une baisse d’espoir. Je murmure.
Sa main vient sous mon menton, tendrement ses yeux rencontrent les miens.
_Les cauchemars, Sarah, ils ne partent pas…Tu as vu le regard qu’il a quand il se réveille, quand j’approche… Et les crises, certaines sont encore plus fortes qu’avant.
Trop tard une larme s’échappe.
_Et les sourires, Harm… les rires, les étreintes…
Ses lèvres viennent sur ma tempe, puis à la commissure de mes lèvres. Je tourne un peu la tête. Nos lèvres se scellent.
Je souris.
_Merci…
Deuxième caresse de ses lèvres.
Une toux se fait entendre. Un souffle s’échappe de mon corps tendu. Elle me murmure.
_Aujourd’hui c’est son jour…
Troisième caresse et je vais à la rencontre du roi du jour.

Le soleil de cette après-midi d’hiver transperce timidement la barrière de rideau, plongeant la pièce dans une agréable atmosphère.
Pourtant même dans la pénombre je vois ses larmes.
Mon cœur se sert.
Je m’approche de son lit, il parle avant que je n’ai pu dire un mot.
_Je suis désolé d’avoir dormi si tard. Il n’arrête pas ses larmes.
_Hey, ce n’est pas grave, je sais que la nuit dernière n’a pas été facile. J’avance ma main il l’esquive.
Je ne comprends pas.
_Je ne voulais pas me réveiller aujourd’hui. Il explique, s’asseyant sa tête dans les mains.
_Je voulais juste que ce jour n’existe pas…Parce que…parce que s’il n’existait pas…
Les sanglots sont là. La peine et la douleur aussi.
_Si ce jour n’avait jamais existé… moi non plus.
Je suis perdu. Et c’est quand il commence à se frapper la tête avec ses poings que je réagis.
En un instant je saisis ses mains, sa tête est contre ma poitrine, il crie, je ne cède pas, il abandonne.
_Pourquoi Harm ?... Pourquoi tu fais ça, pourquoi tu me laisses croire que je suis important. Pourquoi tu ne m’abandonnes pas, il faut que tu abandonnes Harm…
Ses larmes mouillent mon tee-shirt, lacèrent mon cœur.
Ma voix tremble.
_Quand… Quand ton père a appris qu’il allait être papa, il a acheté cette paire de chaussures de bébé. Des bleues. Il était sûr d’avoir un fils. Un Pilote disait-il. Il se trimbalait partout avec les montrant à tout le monde.
Je ris à ce souvenir, malgré la peur qui cogne mon estomac.
_Et il m’a dit : « Tu sais Hammer il va falloir t’y mettre, on pourra les élever comme des frères et quand ils seront à leur tour dans ces petits bijoux, à faire rougir la Navy de plaisir et de fierté, nous pourrons dire c’est nos fils. Et quand on nous demandera lequel est le votre on répondra simplement : les deux ! ».
Je laisse les mots se dissoudre dans le silence, relâche ses mains, il essuie ses larmes contre mon Tee-shirt, renifle et me regarde.
_Vraiment ? Je l’entends à peine.
Mes doigts passent dans ses cheveux, je hoche la tête.
_Pourquoi tu ne l’as pas fait ? Il s’installe confortablement entre mes jambes.
_Pourquoi je n’ai pas eu d’enfants ? Je demande.
Il approuve silencieux.
_Parce que je n’avais pas trouvé la bonne personne.
Il ne dit rien. Puis.
_Mais maintenant tu l’as trouvée. Fait-il avec confiance.
Je lui murmure à l’oreille.
_Oui, on dirait bien.
Nous restons ainsi quelques minutes. Parfois un sanglot s’échappe encore de son corps. Son dos est contre ma poitrine, ma tête sur son épaule, ma main dans ses cheveux.
Et alors.
_Joyeux anniversaire Josh.
Etreinte.


Nous entrons dans le salon et tout est prêt.
Cette femme est un ange. Une fée aussi.
La table basse est habillée de quelques bougies, de trois assiettes en cartons dorées, de verres, et d’un dessous de plat ouvrant ses bras au gâteau encore caché.
Elle arrive, ignore les yeux rougis de Josh, nous sourit, lumineusement. Dans ses bras, les cadeaux.
_Voici le roi du jour ! Fait-elle gaiement. Joyeux Anniversaire Josh…
Il sourit, d’un vrai sourire qui n’est que pour elle.
_Merci.
Nous nous installons sur le canapé. Soudain Josh nous regarde, les yeux grands ouverts.
_Mais je n’ai même pas mangé, on ne peut pas faire ça comme ça ?...
Je ris.
_Et pourquoi pas, c’est ton anniversaire, pas de règles, pas d’obligation…Mais si tu veux manger…
_Non ! Je veux dire c’est… Je n’ai juste pas l’habitude.
Ses yeux s’assombrissent, puis s’éclairent d’un sourire.
_Ils sont tous pour moi ? Dit-il en désignant les paquets sur les genoux de Sarah, n’y croyant pas vraiment.
Nous hochons la tête, souriants.
Mac s’avance pose les cadeaux sur ses genoux, il sursaute. Elle s’excuse dans un regard.
_Non, je suis désolé. Assure-t-il. Puis ses yeux se posent sur les divers papiers, ses mains tremblent quand elles les déchirent.
Ses océans bleutés étincellent, depuis combien de temps n’a-t-il pas eu ce simple plaisir ?

Il découvre les présents des Roberts et de l’Amiral, son sourire s’élargit.
_Il faudra que je les remercie. Sa voix est douce comme s’il avait peur de se réveiller de ce rêve.
Il ne reste que nos deux paquets. Il commence par celui de Sarah. Je me surprends à être aussi impatient que lui. Doucement il découvre la boite de velours que j’ai entre aperçu. Ses yeux croisent ceux de Mac, puis les miens, nous lui assurons que tout va bien.
Il ouvre l’écrin et révèle une magnifique chaine en or, avec un médaillon, en or lui aussi.
_C’est Saint Joseph de Cupertino. Explique Sarah, gentiment. Le saint patron des aviateurs.
Il la regarde, ses yeux allant sur elle puis sur le bijou, revenant sur elle.
Il ne sait que dire, que faire. Mon cœur bat plus vite. Ce cadeau est simplement parfait.
Il ne sourit pas, doucement tend la chaine vers Sarah, elle comprend, la saisit puis la passe autour du cou de Josh, l’attache et alors qu’elle se recule, il laisse un baiser sur sa joue. Rapide et doux.
Il sourit, les yeux pleins de sentiments.
_Merci…
Elle n’ose pas une caresse. Plus tard certainement.
Enfin il ouvre mon cadeau. Mon cœur s’accélère, ma respiration aussi, le papier déchiré résonne à mes oreilles.
Puis le silence.
Il sort la cassette. Dessus est attachée une paire d’ailes.
_C’est celles de ton père. Ma voix est cassée.
_Ta mère ne les voulait pas. Elles sont à toi. Je souris.
Une larme s’échappe de ses yeux. Je l’efface.
_Qu’est…ce que c’est. Demande-t-il tremblant, en me montrant la cassette.
_Nous… Je murmure.

Je capture l’enregistrement et l’insère dans le magnétoscope.
Une version de Luke et moi, âgés d’une vingtaine années apparait sur l’écran, Keeter est à la caméra.
« _Alors Pendry comme ça tu vas affliger le Monde d’un morveux qui aura tes gènes ? Lance Jack.
_Keeter… Les dix-huit prochaines années de ma vie vont être les plus belles, les plus merveilleuses et quand mon garçon sera né, tu seras tellement jaloux que tu supplieras Maria Elena Carmelita Moreno Gutierrez de te faire un « morveux »… Il rit.
_Nope, je laisse ça à Rabb, c’est lui le sentimental… Je vous imagine bien tous les deux dans les couches et les biberons.
_J’aime cette idée. Je fais sérieusement. Qu’en penses-tu Luke, toi, moi, et nos fils…Pour toujours ?
_Je dirais à la vie, à la mort mon pote. Répond mon meilleur ami. Tes enfants seront les miens !
_Et inversement. Je ris, alors que nous frappons nos mains, dans ce signe particulier qui était le notre.
_Mais je garde ma femme. Rigole Luke.
Je ne réponds pas. Je ne mens pas.
_Alors Pendry, un mot pour ta future marmaille ? Taquine Keeter.
Luke s’approche de l’objectif, sérieusement.
_Fiston, saches que je suis fier de toi, tu dois être grand maintenant et certainement que nous sommes assis sur le canapé, ta mère nous prépare à manger en râlant mais nous l’aimons quand même. Ta sœur et ton frère sont en train de se chamailler pour savoir quel film nous allons regarder ce soir, nous rions sûrement.
Tu dois aussi connaitre ces deux lascars.
Jack fait son dur comme ça mais tu as dû comprendre que c’est un ami fidèle et il n’y a pas meilleur pour te remonter le moral. Ceci dit, ne vol jamais avec lui, c’est un danger ambulant.
Il rit. Puis reprend.
_Et il y a Harm. Si jamais il doit m’arriver quelque chose, si c’est trop dur pour ta maman va le voir. Il vous aimera Josh, tous les deux, autant que je le fais, que je le ferais ou que j’aurais dû le faire. Il t’aime déjà.
Tu peux avoir confiance, il n’y a personne d’autre a qui je préférerais vous laisser. C’est mon meilleur ami et un sacré pilote. Son avis compte autant que le mien mais tu as dû t’en rendre compte aux fils des années. Ne l’oublies jamais, il sera toujours là.
Bien maintenant on ferait bien d’aller mettre la table avant que ta mère ne s’énerve vraiment.
Je t’aime Joshua…
_C’est dans la boite Pendry. Rigole Keeter. J’espère vraiment que c’est un petit garçon parce que sinon la jeune fille qui regardera ça plus tard, risque de ne pas comprendre pourquoi elle s’appelle « Joshua ».
Nous rions.
_C’est un garçon. Conclut le murmure de Luke."
Et tout devient noir.


Mes yeux sont au sol. Je ne laisse pas mes larmes couler. Celles de Sarah s’écrasent sur le tapis, je les vois, l’entends renifler.
Je relève la tête. Josh pleure en silence, pourtant ses yeux ont toujours ces étincelles. De Bonheur ?
Je ne suis pas préparé quand il arrive dans mes bras, quand il me sert, quand il murmure.
_Il avait raison… il n’y a pas meilleur que Toi…
Et les larmes qui s’écoulent de nos yeux, sont des larmes de joie.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 8 Déc - 12:20

Ah tin cette fin, je suis comme Mac, j'ai les larmes qui coulent le long de mes joues. C'est trop trop beau.

Quel beau cadeau d'anniversaire il a eu avec cette cassette. J'espère que ça l'aidera un peu plus pour sa guérison.

Vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 9 Déc - 12:41

Super.
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 9 Déc - 21:36

Encore merci pour tous vos magnifiques commentaires.
voici une suite, j'espère ne [vraiment très beaucoup] choquer personne.
Merci encore
Bonne lecture.

Je gare la voiture, soupire doucement. J’espère avoir pris la bonne décision. Mais dès que mon regard se pose sur le paysage qui nous entoure, je ne peux imaginer meilleur endroit où passer Noël.
Sarah s’est endormie la tête contre la vitre, je souris, caresse doucement sa joue, elle sort peu à peu de son pays de rêve et m’offre un magnifique sourire.
Sur la banquette arrière Josh est lui aussi endormi, mais son expression soucieuse ne m’échappe pas.
_Il va bien aller. Me dit Mac.
Je veux la croire. J’y crois.
Nos lèvres se rencontrent doucement et du coin de l’œil je vois Grams ouvrir la porte, imagine déjà son sourire. Doucement je mets fin à la caresse et souris à la femme que j’aime.
_Nous ferions bien d’y aller avant qu’elle ne vienne frapper à la vitre.
Elle rit doucement, ouvre la portière. Je fais de même, me dirige vers l’arrière. Doucement j’ouvre la porte.
_Hey… Je murmure.
Il se tourne tente de retomber dans les bras de Morphée. Il ne veut pas se réveiller, je le sais.
_Josh, nous sommes arrivés et je promets que ce n’est pas si terrible que ça. Je teinte ma voix d’humour. Il ouvre un œil. Je lui souris, le deuxième s’ouvre à son tour.
Je l’aide à sortir et je suis heureux que la majeure partie de ses bleus ait disparue.
Je le tiens proche de moi quand nous faisons notre chemin vers le porche, Mac a libéré Jingo du coffre et marche à nos côtés.
A peine ai-je posé un pied sur la première marche que ma grand-mère se jette littéralement sur moi.
Si seulement elle avait su.
En une seconde Josh se crispe, je le sens retenir sa respiration et le vois fermer les yeux.
Ma main se pose avec douceur et fermeté sur sa poitrine, y dépose une caresse. Quelque part sa respiration reprend un rythme normal.
Grams a lu dans mes yeux, s’est arrêtée dans son élan mais son sourire n’a rien perdu de son bonheur, je le sens dans le baiser bruyant qu’elle laisse sur ma joue, comme dans l’étreinte chaleureuse qu’elle partage avec Sarah.
_Vous voilà enfin Sarah…Ca ne vous gène pas que je vous appelle Sarah ? Demande-t-elle en souriant.
Mac sourit à son tour, surprise par de telles présentations.
_Absolument pas Madame.
Le rire que laisse échapper ma grand-mère doit atteindre le centre de Belleville.
_Pas de Madame, ici, Sarah…C’est Grams et pour toi aussi, jeune homme. Fait-elle pointant avec douceur un doigt vers Josh.
Il hoche la tête. Le sourire de Grams prend une teinte désolée quand elle voit la douleur dans son regard d’enfant.
_En outre, tu ressembles beaucoup à ton père, je pourrais te raconter quelques histoires sur lui, bien qu’il ait été un ange à côté de celui-là et de Jack. Rit-elle en me jetant un regard réprobateur.
J’entends le rire de Mac, avant de voir son sourire.
_J’aime bien les histoires de Harm aussi. Fait la voix timide de Josh.
Je vois les yeux de ma grand-mère s’agrandirent, et soudain se remplir de cette drôle de chose, de la joie, de la fierté, de la compréhension et une tonne d’amour.
Quand son regard se pose sur moi c’est comme si elle me voyait pour la première fois et je sens un frisson me parcourir alors que sa main se pose sur ma joue, me murmurant en silence qu’elle m’aime.
_Allons, dépêchez-vous de rentrer où vous allez geler sur place. Rit-elle, quand ses yeux me quittent.
Mac va pour rappeler Jingo quand la main de Grams l’arrête doucement.
_Laissez-le, il ne risque rien et il a l’air d’apprécier.
Après un dernier regard pour son chien se roulant dans la neige, elle hoche la tête et nous suit.

Que j’aime cette maison, j’aimerais ne jamais avoir à la quitter, ne jamais partir, rester là, avec Sarah, avec Josh et tout oublié…Tout.
_Ta mère et Frank ont appelé il y a une heure, ils ne devraient plus tarder. M’explique Grams, en se dirigeant vers la cuisine d’où émane une merveilleuse odeur.
_J’ai fait quelques cookies et du chocolat chaud, j’espère que vous aimez ça. Sa question est pleine d’ironie et à ma grande surprise c’est Josh qui y répond dans un sourire.
_Tant que ce n’est pas Mac qui les fait…
_Hey !!! Lance Sarah, dans un regard noir plein d’étoiles.
Rires
Peut-être était-ce la bonne décision.



Merci pour Frank. Je souris. Sans lui pour me défendre, je ne suis pas sûr de survivre à cette semaine.
Grams et maman sont en train de montrer et de disséquer le…dixième album photo de mon enfance et toutes rigolent allégrement de mes péripéties enfantines que ma grand-mère n’hésite pas à exagérer.
Frank m’offre un sourire d’excuse et de compassion tandis qu’il remet une bûche dans la cheminée. Josh dort sur mes genoux, encore tremblant de sa dernière crise, il est encore chaud et ma main ne peux s’empêcher de caresser son front. Je sens le regard de maman sur moi, mais mes yeux restent sur lui, elle, retourne aux détails embarrassant de mes jeunes années.

Elle et Grams ont été plutôt effrayées par la crise et il a fallu toute la patience et l’assurance de Sarah pour les rassurer et leur faire raccrocher le téléphone quand elles voulaient absolument appeler une ambulance.
Elles ont été d’autant plus choquées quand on leur avouées que cela arrivé plusieurs fois, aussi bien la journée que durant la nuit.
Je les avais pourtant prévenues avant de venir, mais je crois qu’elles ne s’imaginaient pas que ce soit si terrible, si violent…

Frank s’assied sur le fauteuil en face de moi, ses yeux se pose sur Josh, il ne dit rien son regard parle pour lui, jusqu’à ce que.
_Tu ne vas pas courir après celui qui lui a fait ça n’est-ce pas ?
Je suis surpris.
_Pourquoi tout le monde me demande ça ?
Je fais un peu vexé, un peu en colère.
Parce qu’il me connait, parce qu’il sait que si je me retrouve devant ce bât…
_Nous te connaissons Harm. Il sourit, m’apaise.
_Et même un aveugle pourrait vois l’amour que tu portes à cet enfant. Mais surtout je le sais parce que si quelqu’un t’avais fait ça, je voudrais le tuer de mes propres mains.
Mon souffle est resté dans ma poitrine. Un instant ma bouche s’ouvre et se referme sous le picotement de mes yeux.
_Je…
Les mots ne viennent pas, le seul qui franchit mes lèvres et si banal, sans sens et si loin de tout ce que mon cœur ressent.
_Merci…
Ma voix est cassée, rauque.
Lui, sourit.
Et la parole me revient.
_Je veux dire, vraiment merci Frank. Je me rends compte combien c’est difficile d’entrer dans une vie, de gagner la confiance d’un être et d’essayer de faire ce qui est le mieux pour lui. Et…Et je pense qu’il n’y aurait jamais eu mieux que Toi, pour maman aussi bien que pour moi, même si j’étais trop têtu et trop bête pour le voir…
Je dis sincèrement.
Il rit doucement.
_Tu n’étais qu’un enfant, Harm. Et nous avons quand même eu nos bons moments…
_Et il nous en reste encore plein à vivre… J’assure.
Le sourire que nous partageons est d’un nouveau genre. Celui d’un fils à son père.



La caresse qui me réveille est si douce que je ne suis pas certain d’être encore sorti de mon rêve.
_Harm… Elle murmure.
Ses lèvres sont à la commissure des miennes.
_Encore cinq minutes. Je supplie.
Elle rit doucement.
_Tu peux avoir toutes les minutes que tu veux, je pense simplement que tu les préférerais dans un bon lit, plutôt que dans la salle de bain.
J’ouvre les yeux et quand je relève la tête un élancement empli ma nuque et je laisse un grognement s’échapper.
Elle grimace et sa main vient sur mon cou, le massant légèrement.
_Quelle heure est-il ?
_Cinq heures huit minutes et douze secondes. Elle m’explique doucement, chuchotant, et je me rends compte du poids dans mes bras.
Je souris, Josh est enveloppé dans un immense drap de bain, une de ses mains accroche mon pull tandis que son autre bras est autour de ma taille, sa tête sur mon biceps, il dort paisiblement.
Je retrouve les yeux de Sarah et remarque l’objet dans ses mains.
_Tu n’as pas… Je commence en montrant l’appareil photo.
Ses lèvres s’étirent et son visage s’approche doucement du mien.
_Joyeux Noël. Elle souffle avant de rencontrer mon sourire.
Nos langues se cherchent un instant puis se découvrent, pourtant après quelques secondes au Paradis, nous nous séparons, elle me sourit.
_Bientôt…
Je hoche la tête des étoiles plein le regard.
C’est une promesse que nous nous sommes faits à l’anniversaire Josh. Sa guérison en premier et ensuite nous, ce qui ne nous empêche pas de faire évoluer notre relation, cependant en étant réveillés deux à trois fois par nuit et finissant la plus part du temps avec Josh dans les bras, l’intimité n’est pas une chose facile à trouver.
Néanmoins ni elle, ni moi ne regrettons ce choix. Il y a plus en jeu que seulement nous deux, il y a le bonheur d’un enfant et la construction de notre famille.
_Que dirais-tu d’aller finir cette nuit dans un meilleur endroit.
J’acquiesce. Quand je me relève la prise de Josh s’intensifie.
Elle passe une main dans ses cheveux, son sourire s’agrandit.
_ Emmenons-le avec nous. Elle chuchote.

Je ne sais pas pourquoi maintenant, pourquoi à cet instant avec ses mots et ses gestes, elle fait exploser mon cœur et les mots résonnent, heureux de pouvoir délivrer leur message tant attendu.
_Je t’aime
Elle est à la porte, se fige. Je le répète, j’ai envie de le crier.
_Sarah…je t’aime.
Toujours pas un geste, un mouvement, je ne la vois même pas respirer. Je reste là, immobile au milieu de la pièce.
Je n’ai pas pu tout bousiller ? Pas maintenant, pas après…
Elle se retourne et ses yeux ont cette teinte étrange, celle où l’amour est partout et mon cœur tente un battement timide, reprenant espoir.
Elle balaye ses larmes, se rapproche…Sourit.
Se hissant juste un peu sur la pointe des pieds elle me donne le plus merveilleux des baisers. Tous ceux que j’ai reçus avant celui-là sont oubliés et si je n’en étais pas encore certain, je sais désormais que c’est la femme de ma vie.
Quand nous nous séparons, je tente de retrouver mon équilibre et mon souffle. Josh grogne dans mes bras, elle rit.
Ses yeux sont dans les miens.
_Je t’aime aussi…
Et ma vie change à jamais.



J’ouvre les yeux et suis accueilli par deux lacs bleutés. Je souris, ma main vient dans ses cheveux.
_Hey, ça fait longtemps que tu es réveillé ? Je demande.
Il secoue la tête, baisse les yeux.
_Qu’y a –t-il Josh ?
Je relève son menton avec douceur. Je vois les larmes.
_Je crois que je suis heureux… C’est un murmure.
Je ne comprends pas. La porte grince et Sarah me salue d’un sourire. Josh ne tourne pas la tête, son regard toujours sur moi. Mac n’avance pas, elle devine que quelque chose se passe.
_En fait… Je suis presque sûr que je suis heureux. Il continue, d’autres larmes s’écoulant. Et…je ne sais pas si j’ai le droit.
Je le presse contre mon cœur. Ne dis rien.
_Parce que… Elle est morte et parfois… parfois je me rappelle d’avant, quand on était avec Lui et après je suis là dans tes bras, avec vous, et je suis presque content qu’elle soit…
Il ne finit pas sa phrase, enfouie sa tête contre mon torse.
J’ouvre la bouche, mais il parle de nouveau.
_A Noël dernier, ils sont partis… Je ne sais pas où, quand je me suis réveillé ils n’étaient simplement plus là, ils m’avaient enfermé, le frigo était rempli de bières et de quelques trucs périmés, ils restaient des paquets de biscuits dans les placards.
Un sanglot quitte son corps.
_Ils sont revenus trois jours plus tard. Sans rien, ni paquets, ni explications. Colin est allé dans le frigo a pris une bière et a cherché un cookie.
Je…Je les avais mangés, j…j’avais juste faim…
Il se sert plus fort, comme si je pouvais le protéger de ce qui allait suivre. Si seulement j’avais pu.
_La porte du placard a claqué. Maman est allée dans le salon, lui m’a attrapé, on est monté dans leur chambre, il avait cette ceinture…avec l’énorme boucle en fer et… il ne fallait pas que je crie, sinon il continuait… Je m’évanouissais avant la fin de toute manière, et lui…il riait. Juste comme ça, il riait.
Il se tait un moment. Je ne sais quoi dire, la haine que j’ai à cet instant pour McGrail est apaisée par le regard floué de Sarah et les gestes de Josh.
Sa tête vient dans mon cou. Il chuchote.
_J’aimerais n’avoir été qu’avec vous…Sans eux.
Ma main vient à l’arrière de sa tête y laisse une caresse colorée d’amour.
_Est-ce que c’est mal ? Il demande. Ses larmes se sèchent au creux de mon cou.
_Ce n’est jamais mal d’être heureux…
Je sens son sourire.


J’entre dans la cuisine, les cheveux encore humides de ma douche rapide. Josh est en train de s’habiller.
_Harmon viens donc surveiller ces pancakes pendant que je m’occupe du jus de fruits. M’accueille ma grand-mère en me mettant une spatule dans les mains.
_Bonjour à toi aussi, Grams ! Je fais faussement vexé.
Frank, lui aussi une spatule dans les mains pose une main sur mon épaule et me sourit.
_Tu sais bien comment elles sont les matins de Noël. Pressées de pouvoir découvrir ce qu’il y a au pied du sapin.
Nous rions de bon cœur, avant de recevoir une tape à l’arrière de la tête.
_Les Pancakes, Gentlemen… Ordonne Maman.
Nous retournons notre attention sur les poêles avant de rire de nouveau.
Josh arrive dans la cuisine, Sarah le rassure dans un clin d’œil quand elle voit son air mal à l’aise. Il lui sourit.
Je lui fais signe de venir nous rejoindre à l’atelier pancakes. Son sourire s’agrandit. Quand il passe aux côtés de Mac il s’arrête quelques secondes, regarde la pâte au chocolat qu’elle est en train de tourner et le plus innocemment du monde, lance.
_Est-ce que le sel est sous scellé ?
Il est déjà hors de portée quand elle lance une poignée de farine dans sa direction.
Grams et maman secouent la tête et s’approchent d’elle.
_Attendez seulement qu’il vous demande comment inviter une fille à sortir… Commence Grams.
_Alors il sera doux comme un agneau… Termine ma mère.
Famille.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 9 Déc - 21:53

Je ne le dirais jamais assez, pauvre Josh il a vraiment souffert durant tot ce temps où sa mère était avec Colin. Mais comment Annie a pu laisser faire ça? Comment a-t-elle pu laisser son fils durant 3 jours sans rien à manger.

En tout cas j'aime toujours autant ta fic. Et surtout la fin. Trop fort la réflexion de Grams et Trish.

Mais c'est super que Josh soit déjà plus à l'aise avec Mac et aussi avec la famille de Harm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Harm-mac
Mouchoir usagé de Catherine
Mouchoir usagé de Catherine
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 28
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 9 Déc - 23:12

Tout simplement magnifique!
Bravo a toi et vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Lun 10 Déc - 21:20

TROP SUPER
LA SUITE STP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Lun 10 Déc - 22:03

Je viens de découvrir cette fic...

C'est très triste ce qui est arrivé à Josh mais je sais que Mac et Harm vont prendre soin de lui... Je suis contente que nos 2 tourtereaux se soient enfin trouver...

J'ai hâte de lire la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Mar 11 Déc - 21:10

Milliards de Milliers de Mercis...
Une autre suite.
Bonne lecture. Wink

Il n’y a que des rires. Ca m’étonne. Je n’étais pas préparé à autant de rires et je sais que le sourire qui se dessine sur mes lèvres est inhabituellement surpris.
Des papiers cadeaux de toutes les couleurs nous entourent et Sarah a déjà rappelé deux fois Jingo à l’ordre tandis qu’il saute joyeusement au travers du salon, lui aussi emporté par la bonne humeur.
Je suis assis sur la luge de bois que Grams a offert à Josh. Lui est entre mes jambes, habillé de son nouveau manteau d’hivers que Sarah lui a offert réglant et énonçant les différentes fonctions de la montre que maman et Frank lui ont donné.
L’attirail de hockey sur gazon que je lui ai offert repose près de la cheminée.
Mes yeux se portent sur Sarah, elle rit avec Grams, à son cou une chaine d’or, un pendentif formé par les lettres « H » et « S » y brille lumineusement et je la vois porter sa main dessus plusieurs fois. Ses lèvres s’étirant à chaque fois un peu plus, ses yeux s’éclairant encore.
Mon regard vient sur mon poignet. Une gourmette l’entoure à présent, mon prénom s’étalant sur la face visible, mais quand je la retourne les lettres russes de « Sarah » m’accueillent et me réchauffent le cœur.
_On peut sortir pour l’essayer ? Me demande Josh, des étoiles dans les yeux.
_Tu veux faire de la luge avec un bras dans le plâtre ? Je ris.
_Comme si tu ne l’avais jamais fait…Intervient la voix de ma mère.
Je fronce les sourcils, l’air de dire « merci pour ton soutien » son regard me répond quelque chose comme « Tu vas voir ce que j’ai enduré… »
Nous sourions.
_ Je suis partante pour une ballade. Lance Sarah en se levant. Jingo aboie s’élançant déjà vers la porte et je sais que je suis battu.
_Très bien allons-y. Je soupire. Heureux.
Je lance son écharpe et ses gants à Mac et enfile ma polaire et mes propres gants. Frank me passe la luge et nous sortons salués par un vent léger mais cinglant.
_Où va-t-on ? Demande Josh.
_Le meilleur endroit pour avoir une bonne descente, c’est cette colline. Je réponds en montrant le relief qui se dessine, tout proche.
Il nous devance. Sarah glisse sa main dans la mienne et sa tête trouve refuge sur mon épaule.
_Je crois qu’il a aimé Noël. Rit-elle en regardant Josh courir après Jingo, pas longtemps cependant, ses poumons le rappelant à l’ordre. Pourtant je peux entendre son rire.
_Je pense que tu as raison.
Nos lèvres se joignent.
_Merci pour ce Noël. Elle me sourit. Certainement le plus beau que je n’ai jamais eu.
Mes lèvres reviennent sur les siennes, lui expliquent que pour moi aussi ces fêtes ont été magiques.
Nous continuons notre chemin, arrivés au sommet nous trouvons Josh déjà en place sur son « bolide ». Il nous regarde, sourit.
_Chronométrez-moi. Dit-il en tendant sa montre à Sarah, elle la glisse dans sa poche et lui offre un sourire.
_Je n’ai pas besoin de ça.
Il acquiesce. Remonte le col de sa veste, met correctement ses gants et commence le décompte.
_Cinq…Quatre…Trois …Deux…Un…GO !!!
Ses pieds lâchent prise et il file le long de la pente en hurlant, Jingo derrière lui.
Nous rions.
Dans son enthousiasme il lâche la luge et étire ses bras comme s’il s’apprêtait à s’envoler, son cri de joie s’intensifie.
Jusqu’à cette bosse.
Il ne la voit pas, nous non plus. En instant sa trajectoire change, il se ressaisit et ses mains accrochent le bois, mais quelque part, je sais que c’est trop tard.
La luge s’envole de quelques mètres quand elle touche de nouveau la surface dure, Josh est éjecté. Un instant il roule est fini sur le dos. Il n’est pas allongé sur de la neige.
Le silence.
Sarah et moi regardons la scène comme si elle se passait au ralentit, ses mains serre mon bras, mes yeux ne clignent plus.
Soudain nous le voyons qui relève la tête vers nous, ses yeux croisent les miens, il sourit, puis rigole. Jingo aboie une fois, puis une seconde. Le rire de Josh résonne encore une fois et tout à coup il disparait.
Ses yeux sont encore emplis de joie quand la glace se brise.
Jingo s’est tu. Je n’entends pas mon cri. Pas même celui de Sarah.
Je cours, je n’ai plus d’air. Il n’est plus là.
Je ne sais pas comment, j’enlève mon manteau. Je ne me demande même pas si la glace va résister sous mon poids, je cours et dérape jusqu’au trou que sa disparition a laissé.
Je suis a plat ventre et plonge mon bras entier dans l’eau gelée.
J’enfonce mon épaule.
Et je le sens.
Je saisi son poignet. J’entends la glace craquer.
Avec une force que je ne soupçonnais pas, je le sors de l’eau. En une seconde il est dans mes bras et je l’éloigne de la surface glacée.
Il tousse, ses yeux rencontrent les miens, à la fois plein de terreur et de soulagement. Je pense à respirer quand je voix ses deux océans de glace. Puis ses paupières se ferment et la peur me frappe en plein ventre.
Le regard de Mac me donne confiance… et amour.
_Josh, il faut que tu nous parles, continues juste de parler. Ma voix tremble, de froid, de peur. Nous courrons vers la maison.
_J’ai … froid. Je ne l’entends presque pas. Je…dormir…
_NON !! Tu ne dois pas…Tu ne dois pas t’endormir. J’hurle, il grimace.
_Ju…ste…dormir… Mal…
Je ne sais pas si la porte était ouverte, je pense que Sarah l’a ouverte, je suis dans notre chambre.
Josh est sur le lit, je marmonne des choses incompréhensibles, le déshabille, quelqu’un apporte des serviettes et je commence à le sécher, frottant le plus fort possible pour le réchauffer. Je lui fais mal mais la douleur le tient éveillé.
J’entends ma grand-mère téléphoner à Garrett, mes mouvements ne faiblissent pas, essayant de faire revenir la circulation dans chacun de ses muscles, de faire revenir la joie sur son visage à présent gris aux lèvres bleues.
Une voix me dit qu’elle va me relayer, mais non, je ne veux pas, je ne la laisse pas, j’ai mal dans chacun de mes muscles mais ce n’est rien comparé à ce qui m’oppresse le cœur.
Je frictionne ses jambes, ses bras, reviens sur son torse, frotte, n’essuie pas les larmes qui coulent en rafale et s’écrasent sur son corps.
Soudain il tousse, encore une fois, commence à trembler ouvre les yeux, suppliant.
_Arr… Arrête…mal.
Mais je ne peux pas, pas encore. Je continue, mais abandonne les serviettes, mes mains commencent ces massages que Gayle m’a appris il y a quelques semaines. Elles remontent le long de ses côtes reviennent vers sa cage thoracique. Il pleure, cherche de l’air, tousse, crie. Ses lèvres reprennent peu à peu des couleurs et l’augmentation des tremblements me prouvent qu’il est en train de se réchauffer.
Sarah et ma mère le couvre de couverture, ses yeux sont sur moi tandis que mes mains tentent de soulager sa respiration saccadée.
Soudain je sens plus que je ne vois son corps se tendre et je sais que Garrett est arrivé. Je n’ai plus aucune notion du temps.
Sa main vient sur mon épaule et finalement j’abandonne ma tâche, levant enfin les yeux du corps de Josh. En un instant je trouve le regard de Sarah et vois la peur qu’elle n’a pas laissée paraître.
Je ne bouge pas conscient que Josh va encore avoir besoin de moi, j’ouvre simplement mes bras et avant que ma bouche ait pu s’ouvrir, elle s’y glisse, sa tête dans mon cou, ses yeux déversant des larmes silencieuse que personne ne verra, ses mains sur ma nuque.
Je l’encercle, suppliant pour la force qu’elle peut me donner, qu’elle m’offre sans en avoir réellement conscience.
Le mot qui arrive à mon oreille, m’insuffle la vie.
_Je t’aime.
C’est son murmure et la situation bascule.
Mon visage se perd dans ses cheveux et mes larmes y déposent des perles tandis qu’elle me chuchote que ça va aller. Qu’il est sauvé…
Mais… J’ai eu si peur. Comme si encore une fois je ne pouvais rien faire. Comme si une fois encore toute la situation m’échappait, glissant entre mes doigts pour ne s’ouvrir que sur le néant, le vide et le chaos.
Je respire. Désormais elle est là pour me rattraper, pour me remettre sur pieds. Pour toujours. Je l’espère.

Le temps et l’espace me frappent de nouveau. À la porte de la chambre Grams, maman et Frank sont là, inquiets, pourtant tous m’offrent un sourire de réconfort. Je leur réponds encore incertain, mais confiant.
Un sanglot mêlé à une toux et à ce qui pourrait-être mon prénom, me rappelle à l’ordre.
Je pose mes yeux sur ceux lourds d’épuisement, de peur et de peine du petit garçon qui me prie en silence de le rejoindre.
Je laisse un doux baiser sur le front de Sarah, et dans un clin d’œil me dirige vers Garrett.

John Garrett Jr. Mon meilleur camarade de jeu, durant mes étés chez Grams. Ensemble nous avons dû construire toutes les cabanes environnantes, voler au moins un œuf dans chaque ferme et piller les baies de tous les jardins. Les meilleures années de ma vie.
Je tends ma main vers lui, mon corps faisant inconsciemment barrage entre lui et Josh.
_Hey Johnny… Je souris. C’est un ami.
_Rabb, ça doit faire un siècle que je ne t’ai pas vu.
Nous partageons une rapide étreinte. Puis je me tourne vers Josh et mon sourire s’éteint.
John doit le sentir et lui offre un sourire. J’essaie de trouver une once d’inquiétude dans son regard. Il ne me laisse pas y regarder
_Alors jeune homme, je vois qu’on a goûté au charmant étang de Grams. Sou sourire n’effleure même pas Josh.
Toujours engourdi par la peur et l’appréhension, je ne réagis pas assez vite. D’une façon ou d’une autre il trouve une faille et commence à s’approcher de Josh.
Ses mains vont sur son torse quand avec une force qu’il ne soupçonnait pas, Josh est hors du lit. Contre le mur. Un instant il reste debout et s’écroule. Mais cette fois mes reflex ont repris le dessus et je le rattrape doucement de cette manière qui m’étonne encore. Comme un père.
_Wow !!! Est le seul mot qui s’échappe de Garrett. Mais je me concentre sur les mots de Josh, ceux que je connais par cœur et que j’espère un jour pouvoir effacer de sa vie.
_Tu ne pars pas. Tu ne pars pas. Ne pars pas, s’il te plait ne pars pas.
_Hey, je ne vais nulle part.
Sarah approche me tend deux couvertures. Il est encore tellement froid, tellement blanc.
En un mouvement je l’enveloppe dedans, le prends dans mes bras et retourne sur le lit avec lui.
Mon dos s’appuie sur le dossier du lit, j’étale le reste de mon corps et le place entre mes jambes, comme je l’ai fait si souvent, son dos contre ma poitrine, sa tête légèrement dans mon cou. Je sais que c’est la position la plus simple pour permettre à Garrett de faire son examen.
Ses yeux ne m’ont pas quitté, et je vois toutes les questions qu’il se pose, j’y répondrais plus tard, pour le moment je murmure des mots rassurants au petit garçon apeuré dans mes bras.
Le froid, la douleur et un homme à la stature plus qu’imposante, dans un sens cela doit le ramener à l’année écoulée.
Mon menton est contre sa tête, l’une de mes mains sur sa joue, tandis que l’autre passe dans ses cheveux. Il ferme les yeux. Sa respiration est toujours laborieuse mais son corps se relâche.
_34,2°. Fait John. Mes yeux rencontrent les siens.
_Ce n’est pas une hypothermie grave, mais ce n’est pas sans danger. Explique-t-il. Est-il resté dans l’eau longtemps.
Je ne sais comment un sourire flotte sur mes lèvres quand je regarde Sarah.
Sa voix tremble.
_ Cinquante huit secondes.
Il sourit.
_Arrêt respiratoire ? Cardiaque ?
Je secoue la tête à la négative.
_Bien je vais vérifier ses poumons. Quand il écarte les couvertures évidemment son regard rencontre les cicatrices. Ses yeux s’agrandissent, ses sourcils se froncent. Mais il se tait, c’est seulement quand avec douceur je le laisse accéder au dos de Josh et qu’apparaissent les brûlures de cigarettes qu’il parle.
_Mon Dieu, Harm qu’est-il arrivé à ce gamin.
Je le connais je remarque la colère et le dégout dans sa voix. Grams me sauve de l’explication que je n’ai plus la force de fournir.
_Nous t’expliquerons Johnny, occupe-toi de le soigner et de refaire son plâtre et je te promets une part de bûche faite maison.
Il s’exécute et je suis déconnecté.
Mes gestes sont doux, posés, instinctifs, je ne réfléchis plus, je sais simplement ce que je dois faire. Ma tête rejoue encore et encore l’heure écoulée, ses minutes où j’ai cru mourir, où l’amour m’a montré son autre facette, celle qui est si belle et si douloureuse. Celle de la perte. La vérité se peint avec précision et étrangeté devant mes yeux, comment continuer si je le perds, si je les perds, tous les deux, les deux parties de mon cœur.
Ca me hante. Je ne trouve pas la réponse et mon âme me murmure qu’il n’y en pas.
Ou si peu.
J’embrasse son front glacé. Garrett parle de fièvre et d’infection mon cerveau enregistre les menaces et les informations, mon cœur continue de battre avec celui de Josh.
Il s’apprête à enlever et refaire le plâtre de son bras. Mac est à mes côtés, sa tête sur mon épaule. Grams s’est assise sur le fauteuil se laissant questionnée par John à propos de tout ça, de toute cette histoire, de notre vie…
Josh murmure que je ne dois pas le laisser, je l’emprisonne contre ma poitrine. Il s’endort.
Je crois voir un sourire sur le visage de mon ami d’enfance, le même que celui de Grams, je sens les lèvres de Sarah sur ma nuque, une larme au coin de mon œil et les bras de Morphée.


Dernière édition par le Mar 11 Déc - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Mar 11 Déc - 21:11

La caresse qui passe sur ma joue me ramène à ces matins de Noël. Après 1969, quand je m’endormais devant la fenêtre, la tête contre la vitre, le cadeau que je voulais tant offrir à mon père dans les bras.
Elle venait me réveiller, trouvait le moyen de me raccompagner au lit, m’embrassait dans un « je t’aime » avant de retourner dans le salon, alors seulement elle laissait ses larmes couler.
A-t-elle jamais su que je l’entendais ?
J’ouvre les yeux. La seule lumière est celle de la cheminée qu’elle vient d’alimenter. Et des premiers rayons de l’Aube.
Ma tête repose sur les genoux de Sarah, contre ma poitrine Josh enroulé dans deux énormes édredons.
Ces deux derniers jours la fièvre est arrivée conséquence de son bain gelé, avec une toux presque incessante, ajoutée aux crises, il est épuisé.
Je m’assieds, l’installe dans mes bras et laisse un baiser sur son front. Là où je le fais toujours. Puis mes yeux vont sur ma mère.
Le regard qui accompagne ses yeux est mêlé d’amour et de pur bonheur.
_Tu ne vas pas le lâcher ?... Elle sourit, je vois son regard se flouer.
Elle connait déjà la réponse, elle m’a vu agir ces dernières quarante huit heures. Ces six derniers jours.
Sa main s’avance de nouveau, elle remet en place mes cheveux encore embrouillés de sommeil.
_Je suis fière de toi, Harm.
Je suis surpris. Je ne sais pas pourquoi. Elle me l’a déjà dit, mais quelque part cela avait toujours avoir avec ma carrière, en tant que Pilote ou en tant qu’avocat, mais jamais pour quelque chose d’aussi…important, d’aussi vital.
_Et je sais que ton père est fier aussi. Elle s’arrête incertaine, je sais ce qu’elle veut dire, mon regard la rassure.
_Je sais que tous les deux sont fiers de toi, de t’avoir eu et de t’avoir pour fils, de voir quel père tu fais. Elle sourit, m’embrasse.
_Je voulais être certaine que tu le saches pour commencer cette nouvelle année.
Je ne sais quoi dire. Je m’étonne à penser que cette responsabilité de père me plait de plus en plus.
Quand le révérend Wenders est passé hier pour saluer Grams et qu’il a demandé qui était Josh les mots se sont échappés, le plus naturellement du monde.
_Mon fils… Ai-je répondu.
Il a sourit, Sarah aussi.
Maman me regarde encore et je me rends compte qu’il y a une chose que je lui dis bien trop rarement, une chose importante, qui rassure.
_Je t’aime.
Son sourire s’agrandit.
_Moi aussi mon chéri.
Puis devient malin.
_Alors quand vais-je pouvoir gâter les frères et sœurs de ce garçon ?...
Soupirs et rires.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Mer 12 Déc - 13:43

Wouaw encore une épreuve à passer pour eux. Comme si Josh n'avait pas encore eu assez avec tout ce qu'il a subi avant ça.

Super suite en tout cas et j'aime beaucoup la fin et la demande de Trish à son fils. C'est tout mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Mer 12 Déc - 22:27

trop super
la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Mer 12 Déc - 23:28

J'ai troOop tac fic...

Roh c'est une sacrée epreuve encore pour Josh...
Ils ont l'air d'une vraie famille normale s'en est une...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 15 Déc - 18:01

Mille et mille et mille et mille et mille mercis.
Vous Z'aime
Une suite.
Bonne lecture

Je souris. L’air froid qui caresse mon visage contraste avec la chaleur de mon corps enfouie sous les couvertures et celle de mon cœur qui vient de lire ces mots.
Je souris, ris presque.
La porte s’ouvre, elle apparait, belle comme toujours. Depuis plus d’une heure nous sommes en l’an 2000, et nous avons tous été d’accord pour dire que cette année ne pourra être pire que celle qui vient de s’achever. Plus de coups, de morts et de départ seulement le nouveau Nous.
Je soulève les couvertures, elle vient se blottir contre moi. Nous nous balançons sous les étoiles.
Je la sens qui dépose un baiser au creux de mon cou, puis ses yeux cherchent les miens.
_J’ai appelé ma mère.
Je suis surpris, un peu effrayé, son regard me rassure.
_Je ne savais pas que tu avais encore ses coordonnées. Fais-je, ma main passant dans ses cheveux.
_Je ne les avais pas…Je les ai cherché il y a un peu plus d’un mois. J’y pensais depuis l’enterrement d’Annie mais…Je n’y arrivais pas, je ne savais pas…
Son visage est sérieux, puis s’accompagne d’un timide sourire. Sa tête est contre mon cœur.
_Elle est à Boston. Secrétaire dans une agence immobilière…
Elle s’arrête, soupire doucement.
_Je lui ai demandé pourquoi elle était partie…Elle m’a juste dit « pardon », et quelque part, je ne sais pas pourquoi mais je lui ai dit que je l’aimais.
Au fond de moi j’ai su que c’était vrai, que je n’avais pas eu besoin de dire un mensonge pour dire à ma mère que je l’aimais…
Je sens son sourire, je la sers, dépose un baiser sur le haut de son crâne. Dans ma main toujours ces mots.
_Qu’est-ce que c’est ? Me demande-t-elle. Sa main montrant la photo, effleurant mon poignet. Je lui tends le cliché. Trois silhouettes endormies y sont mêlées. Jingo est à nos pieds.
Elle rit doucement de notre photo de famille, puis retourne le papier glacé et son rire s’estompe, happé par des larmes de joie et de bonheur.
Une écriture mal habile, timide, tracée d’une main gauche pas habituée offre des mots d’espoir, des mots qui s’excusent de n’être qu’écrits, de ne pouvoir être dit… pour le moment. « Je t’aime ».
Il ne l’a pas prononcé mais qu’importe.
Si on m’avait dit quand je suis entré dans cette maison, quand j’ai découvert toute l’horreur qu’elle renfermait, qu’à cet instant ces sept lettres étaient la plus belle chose qui m’ait été donnée, je ne l’aurais pas cru… Et pourtant mon cœur sourit.
Doucement j’efface ses larmes. Elle embrasse ma main.

Je voulais attendre. Attendre quoi ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Ici, là, maintenant me semble être le meilleur moment. A cet instant toutes les plus belles choses ont été dites, entendues, il ne me reste plus que…
Ma main tremble quand elle cherche dans ma poche cet écrin d’avenir. Grams me l’a donné, hier, alors que j’allais installer Josh dans son lit après qu’il se soit endormi avec nous. Elle m’a attrapé par la manche, m’a souri, ses yeux ont parlé pour elle, me murmurant qu’il n’y aurait personne d’autre, seulement la jeune femme qui se trouvait endormie dans mon lit, simplement elle et notre lien si spécial. Sans un mot, la boite s’est nichée dans ma main, ma grand-mère a laissé un baiser sur ma joue, une caresse puis s’en est allée, comme une douce brise. J’ai souri.
Et voilà que mes mains tremblent. Et si
Je me demande comment je peux encore douter après ces derniers mois, après ces jours d’angoisse, de rire et de joie.
Elle s’est assise. Comprend que ce qui va suivre est important, mes lèvres s’étirent doucement, timidement. Anxieuses.
Mes doigts se crispent sur le velours bleu. Ses yeux s’assombrissent. Je sors mon avenir, l’expose au froid hivernal. Ma bouche s’ouvre une première fois, mes les mots meurent, gelés avant d’avoir pu délivrer leur message je la vois sourire, ses yeux répondant déjà à la question que je n’ai pas posée.
Je voudrais lui dire tout ce qu’elle représente pour moi. Qu’elle est mon rayon de soleil, l’étoile de mes nuits, ma force, mon espoir. Ma meilleure amie, ma confidente, la femme de ma vie, celle pour qui mon corps a été fait… La mère de mes enfants… de cet enfant.
Je voudrais lui dire et pourtant.
_Veux-tu m’épouser ? J’aurais voulu le crier, mais ma voix n’est qu’un murmure.
Je vois les étincelles salées dans ses yeux, j’entends sa surprise et sens sa main tremblante qui trace le contour de mes lèvres sèches et peureuses.
_Oui… elle chuchote et nous tombons dans les bras l’un de l’autre.
Nos joues l’une contre l’autre, nos larmes se mêlant, nos rires aussi.
Nos lèvres se trouvent, nos langues s’amusent, se délectant de notre joie. Je me force pour me séparer de sa chaleur, elle grogne. Je ris, me rends compte qu’elle n’a même pas vu la bague. Ses yeux s’ouvrent plein d’étoiles, l’écrin que je porte libère son bijou, celui qui a traversé ce siècle et qui en commence un nouveau, simple anneau doré pimenté d’un diamant brillant.
Je ne sais ce qu’ont ressenti mon grand-père et mon père quand ils ont passé cette bague aux doigts des femmes de leur vie mais la légèreté qui m’envahit vaut bien tous les vols de F-14 que j’ai abandonnés pour cette femme.
Nos mains ne tremblent plus, je m’étonne que l’anneau soit à la bonne taille, comme forgé pour elle. Elle, ne s’en inquiète pas, retourne dans le creux de mes bras, apaisée, plus belle que jamais. Merveilleuse. Ma fiancée.
Nous restons ainsi plusieurs minutes sous la chaleur de nos couvertures, de nos corps. Les étoiles ne sont plus, remplacées par de légers flocons.
Parfait.

La porte s’ouvre de nouveau, grinçant doucement, nos têtes se tournent, rencontrent les yeux malicieux de Grams. Elle a vu nos mains entrelacées, la bague et nos sourires.
Sur ces talons un Josh plus endormi que réveillé, nous offre un bâillement. Nous rions. Grams resserre les couvertures autour de lui, laisse une caresse derrière sa tête et rentre dans la maison.
Sarah s’écarte, je soulève les couvertures, il vient s’y engouffrer, mon bras l’entoure, l’autre enveloppe la femme que j’aime. Il tousse, frissonne.
_Tu es sûr que c’est une bonne idée Josh ? Je demande, un peu inquiet, très heureux.
Deuxième toux, il se racle la gorge, s’enfonce dans la chaleur que nous partageons.
_Très bonne. Il murmure.
Ma main vient sur son front, je le sens chaud, je sais que ce n’est pas une bonne idée de rester là…
Nous ne resterons pas longtemps. Juste encore un peu.
Belle Année…





J’ouvre le coffre, étouffe encore un rire. Josh et moi avons décidé de faire une surprise à Sarah. Un grand repas.
Elle est revenue d’Australie hier, et apparemment Brumby n’a toujours pas compris le message, même avec une bague de fiançailles il a continué à revenir à la charge, lui offrant même une nouvelle bague.
Il faudra que je remercie Bud et l’Amiral pour avoir recadré cet australien. Et je vais penser à une manière de le recadrer moi-même.
Aussi pour retrouver son magnifique son sourire, nous avons pensé à cette surprise sachant que chaque fois que la nourriture est impliquée, Mac sourit.
_A moins qu’elle ne mange ses propres recettes. A rit Josh.
J’ai rit avec lui.
Je lui tends un paquet de provisions quand mon téléphone sonne. Je lui donne les clefs, il se dirige en souriant vers la maison. Je décroche, heureux.
_Rabb. C’est Webb.
Je n’aime pas la panique dans sa voix. Mes sourcils se froncent.
_ Clay ? Qu’y a-t-il ?
_Il est ici.
Mon sang se glace.
_Une de nos équipes l’a aperçu à Norfolk, à la banque où travaillait Annie, on l’a perdu quand il est arrivé ici.
Mes dents se serrent.
Soudain quelque chose me gêne, pourquoi Jingo n’est pas dehors, me demandant des caresses. Tout est trop calme. Jusqu'à ce que ce bruit. Ce vase qui se casse. Il ne crie pas et je sais qu’Il est ici. Je lâche mon téléphone, je cours vers l’intérieur. Me demande comment il a su, comment il est entré. Je le cherche, j’entends Jingo aboyer, je ne sais pas d’où ça vient. Il n’y a plus aucun bruit, puis se rire.
« Juste comme ça, il riait. »
Dans notre chambre.
Il a dû s’y réfugier.
J’y fonce.
Mon cœur s’arrête. McGrail est là un Beretta à la main, un sourire de triomphe sur ses traits, il marmonne des choses incompréhensibles au corps inconscient de Josh. Je vois le sang qui s’échappe de la bouche de mon petit garçon, je vois son corps recroquevillé, le coup de pied que laisse McGrail dans son estomac. Et la haine.
Je suis sur lui, il m’a vu arriver, a levé son arme. Trop tard. Son revolver est loin de lui. Il est sans défense, ne dit rien quand il rencontre mes poings, ma colère et ma peur. Il ne dit rien. J’entends ses os sous mes coups, je ne vois plus son visage sous mes larmes. Il garde son sourire. Mes coups s’accentuent.
Alors deux bras qui me saisissent, qui me dégagent de son corps meurtri par ma haine, par mon amour. J’essaie de me dégager, de continuer. Je veux le tuer. Je ne veux plus qu’il puisse un jour approcher de Josh…de Josh…Josh.
Mes yeux rencontrent ceux de Clay. Il doit comprendre, me relâche. Pourquoi n’a-t-il rien dit ? Est-ce que ?... Non !
Il est toujours là, comme avant ma folie, ses yeux sont fermés, ses joues teintées des coups. Mes mains ensanglantées n’osent le toucher, se contentant de faire le tour de son corps battu. Combien de temps a eu ce bâtard pour lui faire ça ? Deux minutes ? Peut-être cinq. Pas plus de sept.
Comment
?
J’entends sa toux avant de voir ses yeux. Une larme s’échappe de ses yeux, plusieurs des miens. Ses bras se tendent vers moi, dans un peureux.
_S’il te plait.
Il est dans mes bras. Il pleure. Avec force, avec peur. Je lui demande s’il a mal, il ne répond pas, laisse ses larmes ensanglantées inonder ma poitrine, les miennes peuplent sa chevelure d’ange.
Il tousse, je me recule, laisse un baiser sur son front, ma main sur sa joue. Il voit mon poing ensanglanté. Le prend, avec douceur passe ses doigts d’enfants dessus.
_Ca fait mal ?
J’aurais pu rire, si mon cœur battait encore. Il vient de se faire battre, encore une fois et il me demande si moi j’ai mal.
Je secoue la tête, saisi sa main et la pose sur mon cœur.
Mon regard est dans le sien. Il comprend.
De nouveau sa tête est dans mon cou. Je nous relève. Me rends compte du nombre de personnes qui ont envahi notre maison.
Une équipe médicale s’active autour de McGrail. Je garde la tête de Josh à l’abri sur mon épaule. Webb nous rejoint.
_Mac et AJ arrivent. Je hoche la tête, mes yeux toujours sur le lieutenant.
_Il a une fracture de la mâchoire et une du nez. Rien de bien méchant. J’entends dans sa voix qu’il ne compatit pas avec le sort de McGrail.
_A première vue son arme correspond aux blessures d’Annie, nous allons l’envoyer au NCIS. Il s’arrête un instant, incertain.
_C’est le Jag qui va récupérer cette affaire. Fait-il son ton prévenant.
Je soupire.
Peut-être aurais-je dû l’abattre et plaider la légitime défense. Il est en vie. Et nous allons devoir traverser son procès. L’enfant dans mes bras va devoir témoigner. J’ai envie de vomir. Je tremble. Sarah...
La voix de Clay se fait entendre de nouveau.
_Vous devriez peut-être voir un médecin pour Josh et pour vos mains.
J’acquiesce, le suis.

Nous sommes assis à l’arrière de l’ambulance. Josh a deux côtes fêlées, une dent cassée et une dizaine de bleus un peu partout. Mes mains sont écorchées, rien de cassé.
Il s’est endormi sur mes genoux, je n’ai pas la force de rentrer. Jingo est avec nous. A l’intérieur la CIA et le NCIS discutent de je ne sais quoi. Je ne veux pas savoir. Je veux revenir en arrière, ce matin quand nous déjeunions en riant regardant les différents collèges pour Josh. Toute à l’heure quand on essayé de trouver comment faire le parfait hamburger. Je veux effacer. Je veux partir.

Ses lèvres. Douces, aimantes, à la commissure de mes lèvres, sur ma joue, happant la larme de dégout qui court sur mon visage.
_Je voulais le tuer. Je chuchote.
Ma tête est attirée contre sa poitrine, sa main caresse ma nuque. La douleur s’atténue, la colère s’estompe.
_Il était là, Sarah. Avec cette arme pointée sur lui… Il riait.
Elle me sert plus fort, me laisse parler.
_Je l’ai frappé, encore et encore. Pour qu’il sache à quel point ça faisait mal, pour qu’il souffre, qu’il meurt et qu’il ne revienne plus. Jamais.
Je me tais, elle redresse mon visage.
_Tu ne l’aurais pas fait.
Sa voix est si douce.
_Ton cœur t’aurait arrêté avant. Elle sourit.
Mon espoir.


Nous sommes autour de la table. Jingo a sa tête sur mes genoux, comme pour s’excuser de n’avoir rien pu faire. Je caresse sa tête avec douceur. Nos cafés refroidissent entre nos mains. La maison s’est vidée. Seuls AJ et Clay sont encore là. Mes yeux voyagent sur le sofa, regardant le corps encore tendu de Josh.
Sarah prend ma main dans les siennes, je lui souris.
Nous avons découvert la fenêtre de la cuisine brisée, comment a-t-il su que nous étions ici ? Je ne sais pas. Encore.
Mes yeux croisent le regard d’AJ. Il secoue la tête.
_Je ne peux pas vous assigner à cette affaire, Harm.
J’ouvre la bouche. Je sais qu’il a raison, mais…
Il lève sa main, dans un sourire mi-triste, mi-désolé, continue.
_Mac sera sur le second fauteuil, Bud aura l’affaire.
Je réfléchi quelques instants. Puis acquiesce, j’ai confiance en eux.
_Qui sera à la défense ? Ma voix est basse.
_Je ne sais pas encore. Brumby, Mattoni peut-être.
Une fois de plus j’approuve. Cela m’importe peu, ce qui m’inquiète c’est l’enfant qui dort juste là, et tout ce qu’il va devoir raconter, tout ce qu’il va devoir entendre.
Clay pousse sa tasse de café, se lève.
_Je vais essayer de trouver comment il a su où Josh se trouvait. Dit-il ses yeux noirs.
Je lui tends ma main.
_Merci… Il comprend qu’il y a plus et me fait un petit signe de tête.
_Sarah, AJ, je vous revois bientôt.
Ils lui sourient, il s’en va.
_Je vais y aller aussi. Dit l’Amiral se levant à son tour, nous le raccompagnons. Quand il ouvre la porte, il se retourne, assure.
_Il ne s’en sortira pas.
Une dernière poignée de main, il est parti. Ses mots raisonnent dans ma tête.
Non, il ne s’en sortira pas.
Et si la justice le laisse, mes mains le rattraperont.
Je ferme les yeux, contracte mes mâchoires…et les bras de Sarah.
Mon espoir.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 15 Déc - 22:43

Une bonne chose de finie pour Josh, Harm et Mac, McGrail est hors d'état de nuire. Mais Josh va encore passé un moment difficile en devant témoigner.

Après, il n'y aura plus que la guérison pour tout le monde.

Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 15 Déc - 23:48

Josh n'a pas eu de chance encore une fois...

Mais elle semble venir avec le mariage de Mac et Harm, il aura une famille aimante...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 16 Déc - 13:33

toujours aussi bien
la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 5 Jan - 18:25

Merci pour vos commentaires heureuse année à vous plein de belles choses et de bonheur et de rire .
Désolée pour le retard une autre suite demain, mais j’ai de nouvelles idées sont arrivées donc elle sera surement un peu plus longue que prévu.
Je ne suis pas une experte en ce qui concerne le droit j’espère que mon
procès tient la route.
Encore merci.
Bonne lecture.



Ma main passe dans ses cheveux, doucement la fièvre est là, encore, comme depuis ces deux derniers jours. Les bleus sont toujours là, plus marqués qu’il y a une semaine, mes doigts passent avec douceur dessus comme pour les effacer, sous mon toucher il frissonne. Je soupire. Aujourd’hui s’ouvre le procès de McGrail, avec toutes ses conséquences et ses démons.
Je laisse un dernier baiser sur son front et me dirige vers la cuisine, préparer un petit déjeuner qu’aucun de nous ne mangera. Tant pis. Cela va m’occuper.
Je passe ma rage sur les oranges entre mes mains. Il y a deux jours nous avons découvert toute l’histoire. Une histoire d’argent.
Il se trouve que le gentil Craig Mansen, meilleur ami d’Annie était le fils du directeur de la banque Lanson&Co et semblait être « plus qu’ami » avec Annie. Webb à découvert que Peter Mansen avait un autre fils, plus vieux de deux mois que Craig, enfant d’une de ses maitresses. D’une manière ou d’une autre les deux frères se sont retrouvés et nourrissant la même haine envers leur père ont décidé de lui faire payer en lui volant toute sa fortune. Annie faisait partie du plan. Seulement tout ne s’est pas passé comme prévu. Craig et Annie sont tombés amoureux, ont décidé de fuir avec l’argent, McGrail s’en est rendu compte et a décidé de couper court à son problème.
Après sa visite express chez nous il y a une semaine il avait décidé d’en finir avec son frère. Finalement il a fini en prison. Pour toujours. J’espère.

Sa main passe à l’arrière de ma tête, ses doigts jouant dans mes cheveux, puis ses bras se referment sur ma poitrine, son visage contre mon dos.
_Elles n’y sont pour rien… Sa voix tremble, je le sens. J’attrape sa main, me retourne et l’enveloppe de mon amour.
_Qui ?...
_Les Oranges, elles n’y sont pour rien. Nous sourions doucement. Peut-être est-ce un début ?
Elle embrasse mon torse avant de s’écarter doucement de notre étreinte, se dirigeant vers la cafetière elle l’a met en route, une fois sa tâche accomplie, elle ne se retourne pas. Je ne comprends pas. Ou peut-être que je comprends trop bien.
Ses épaules se secouent une première fois et comme toujours je n’entends rien ses larmes sont muettes, pourtant quand je les aperçois elles hurlent dans mon cœur.
Je ne sais quoi faire, gentiment je relève son menton et mes lèvres sont sur les siennes goutant sa saveur salée et triste. Ses mains agrippent mon tee-shirt, elle approfondit le baiser notre douleur se transforme en passion, consumée par notre amour. Ma main passe sur la peau douce et soyeuse de son dos y laissant du bout de mes doigts de légers cercles. Une de ses mains passe à l’arrière de ma tête, je me noie dans sa chaleur, le désir nous enveloppe. Elle contre l’île, moi laissant peser mon poids sur elle, nos langues s’alliant, nos corps se rencontrant assoiffés de l’autre, je gémis, elle me fait écho, sa main droite est sous mon tee-shirt, caressant mon torse descendant sur mon ventre. J’en ai tellement envie… doucement notre ballet se ralentit, à regrets nos bouches se séparent, par de petits baisers. Nos lèvres sont gonflées, nos corps encore serrés, je pose mon front contre les siens, ouvre les yeux. Je remarque une larme perdue au coin de ses yeux, mon pouce la balaye, ses prunelles châtaignes me regardent, j’y vois encore l’étincelle de désir. Je caresse sa joue, nous nous comprenons, dans moins de deux heures l’un des pires procès de nos vies va commencer et son issue est encore incertaine.
Elle embrasse doucement mon front, son timide sourire me dit que ça va aller. Je retourne aux oranges, puis commence à faire des toasts, comme lors de nos petits-déjeuners habituels.
Josh apparait à la porte de sa chambre, les yeux rougis, ses cheveux collant à son front. Le temps s’écoule à la façon de grain dans de sables dans nos mains. Plus qu’une heure. Je m’approche de lui, l’instant d’après il est dans mes bras, tremblant. Mes larmes ne couleront pas, emprisonnées par la glace de mon corps.
_Je ne veux pas de kiné aujourd’hui. Sa voix est rauque, douloureuse.
_Pourquoi ? Je demande inquiet.
Il ne répond pas tout de suite, sa tête s’enfonce contre ma poitrine et je vois ses poings se serrer.
Il soupire, presque rageusement.
_Parce que je veux me souvenir de la douleur quand il sera en face de moi.
Je le serre plus fort.



C’est la quatrième fois de ma vie que je ne veux pas entrer dans une salle de tribunal. Il y a eu le procès de Diane, celui de Mac, le mien et désormais celui-ci.
AJ et Harriet se dirigent vers nous. Josh les regardent venir n’esquissent pas un mouvement, je vois sur son visage qu’il est épuisé. Depuis sa chute dans l’étang de Grams, il ne s’est pas totalement remis et sa dernière rencontre avec McGrail n’a rien arrangé. Si seulement tout pouvait être fini. Si seulement.
Je tends ma main à AJ et dépose un rapide baiser sur la joue d’Harriet, je décide de me changer un peu les idées.
_Vos parents sont bien arrivés ? Je demande essayant de mettre de l’intérêt dans ma voix.
_Oui… Ils sont avec AJ Jr et je crois qu’il va nous falloir une nouvelle maison rien que pour les jouets qu’ils ont apporté et dont un enfant de huit mois n’a rien à faire.
Le sourire qu’elle m’offre est vague, sans gaité, bien sûr l’étincelle maternelle qui prend place dans ses yeux quand elle parle de son fils est là, mais…
_Nous ferions mieux d’y aller. Fait l’Amiral gentiment, j’approuve et nous poussons les portes de notre calvaire.
Sarah et Bud sont déjà là, révisant leurs notes, je ne vois pas Brumby, ni Mattoni. Mac nous offre son plus beau sourire, comme pour nous dire que bientôt nous pourrons vivre, comme toujours je la crois…Ou presque. Nous nous asseyons et le silence qui nous enveloppe me rend nerveux. Il happe mon espoir tel un aimant qui attire le fer, je resserre mon bras autour des épaules de Josh, j’ai l’impression que l’on va nous séparer, nous envoyer sur deux planètes différentes si éloignées qu’elles n’ont pas le même soleil.
Un brouhaha de murmures vient nous heurter, vague de rumeurs qui atteint la côte de la justice, il entre. Sur son visage…Un sourire. Heureux, sur de lui. Triomphant. Mon cœur s’accélère, le corps de Josh se tend et je sais que dans nos têtes le même scénario est en train de se jouer. Et si…
Bus et Sarah échange un regard, j’entends l’Amiral se racler la gorge et je sens presque le frisson qui parcours Harriet.
Je soupire.
Alors tout s’enchaine, sans que j’en ai le contrôle, sans que je puisse nous protéger, lui, elle, moi…Nous.
L’Amiral Lean est appelé à la barre, son témoignage est en faveur de la défense, pour la plus grande partie en tout cas. Un officier exemplaire, des états de service parfaits, un garçon poli, serviable avec de très bonnes manières, toujours de bonne humeur. Ses yeux se posent sur Josh, il n’ose pas prolonger le contact visuel dans un demi sourire désolé presque coupable, il avoue n’avoir eu aucune idée de son existence, il avait simplement rencontré Annie une ou deux fois. Il paraissait être un couple heureux. Heureux.
Le deuxième témoignage est celui du médecin légiste du NCIS, le docteur Aaron Killing, j’aurais pu sourire à son nom si les muscles de mon visage n’étaient pas si tendus.
Des photos du corps d’Annie ont été montrées aux jurés, j’ai fait en sorte que Josh ne voit rien de tout ça, sa tête cachée dans mon épaule. J’ai senti une larme dans mon cou.
Killing a expliqué la cause de la mort que nous connaissions déjà. Les deux balles à bout portant, puis la chute dans l’escalier. Une fois envolée pour un monde meilleur, il s’est acharné sur son visage.
Puis s’est tourné vers son fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 5 Jan - 18:26

C’est mon tour. Inconsciemment je fais un clin d’œil à Josh avant de chercher Sarah des yeux. Son regard plein d’amour m’accueille. Je ferme un bref instant les yeux, capturant cette sensation, cette chaleur à mon cœur.
Brumby s’avance et quelque part je sais qu’il ne va pas être tendre. Mes mâchoires se crispent.
Sarah…
_Capitaine Rabb pouvez-vous nous dire ce que vous avez trouvé quand vous êtes arrivé au domicile du Lieutenant McGrail.
Et je raconte.
L’absence de vie lors de ma première tentative puis la rencontre avec la voisine, la découverte du corps d’Annie…Et Josh.
Mes yeux sont sur Lui quand je compte l’attente, la peur, l’incompréhension, mon impuissance.
Ma voix se serre. Je ne dis plus rien. Je sens les regards de l’assemblée, me concentre sur ceux de mes amis.
_Vous avez eu une aventure avec Annie Pendry. Pourquoi avoir mis fin à cette relation. ?
Voilà, le terrain se couvre de sables mouvants, mes yeux sont dans les siens.
_C’est Annie qui a mis fin à cette relation.
_Vous a-t-elle donné une raison à cette rupture ?
Je peux presque voir son sourire de triomphe.
_J’avais emmené Josh, son fils sur une croisière Tigre sans lui dire. Elle m’a accusé de monter son fils contre elle. Elle a dit ne plus vouloir me revoir.
Cette fois il me montre son sourire.
_Vous lui avez donc menti, comme vous avez menti à mademoiselle Nichols.
Je relève la tête, mes yeux s’assombrissent, du coin de l’œil je vois les silhouettes de Josh et Mac se redresser, peureux, attentifs.
Je ne réponds rien.
_Capitaine est-il vrai que vous avez dit à Terry Nichols, assistante sociale à l’hôpital DePaul, que votre dernière petite amie était le Lieutenant Colonel Mackenzie ?
La vague de murmures me frappe une nouvelle fois.
En une seconde Mac est debout.
_Objection ! Est-ce le procès du Capitaine que nous faisons ici ou celui du Lieutenant ?
_Nous essayons simplement d’établir la crédibilité du témoin, votre Honneur. Rétorque immédiatement Brumby.
_Pouvons-nous approcher, Madame ? Demande Sarah.
La Juge Helfman approuve.
_Madame, ce n’est pas le Capitaine Rabb qui a menti à Madame Nichols.
_Comment ça ?
_C’est moi.

Je n’entends pas l’échange, mais j’ai une idée de ce qu’ils se disent. Nos regards se croisent, se comprennent.
_Pourquoi avoir fait cela Colonel ?
_Si vous aviez vu le Capitaine avec Josh Pendry, Madame, vous auriez compris qu’il était sa seule chance. Il l’est toujours.
Je sens le regard de Helfman. Je ne scille pas.
_Je verrai cela avec votre officier Commandant, Colonel. Objection retenue, Capitaine Brumby vous êtes prié d’en venir aux faits.
_Capitaine Rabb, durant votre liaison avec Madame Pendry avez-vous remarqué des attitudes qui laissaient paraître ou entendre qu’elle ait pu être atteinte d’une quelconque maladie psychique ? Paranoïa, Schizophrénie…
_ A part une surprotection de son enfant, non, je ne vois pas.
J’ai repris confiance, un léger sourire en coin se dessine sur mes lèvres.
_Plus de questions votre Honneur, le témoin est à vous.
Bud se lève, me sourit, je le sens tendu, lui souris en retour, ses épaules se détendent.
_Capitaine Rabb, quand vous êtes arrivé chez vous il y a un peu plus d’une semaine vous avez trouvé l’accusé déjà sur place ?
_C’est exact.
_Que cherchait-il ?
_Josh. Quand je suis entré Josh s’était réfugié dans ma chambre et le lieutenant McGrail s’y trouvé également. Josh était inconscient et l’accusé avait son arme pointée sur lui.
_Pensez-vous qu’il aurait tiré si vous n’étiez pas intervenu ?
Mes yeux vont vers McGrail, le poignardent, puis mon regard se pose sur Josh.
Ma voix est froide.
_J’en suis sûr.
_Merci Capitaine, plus de question votre Honneur.
_Le témoin est excusé. Lieutenant votre prochain témoin.
Je me lève, Sarah partage un clin d’œil que je suis le seul à capturer, mes lèvres s’étirent effaçant le froncement de mes sourcils.
_L’accusation appelle Joshua Pendry.
Nous nous croisons. Lui pâle, moi inquiet, pour lui, pour nous... Pour tout. Je ne peux m’en empêcher, je l’enveloppe dans une étreinte. Il est chaud. Mon cœur s’accélère, je dépose un baiser sur le haut de son crâne et le relâche. A regret.
Mattoni se lève, le fait jurer, je vois dans ses yeux qu’il est désolé et le silence de la salle me dit qu’il n’est pas le seul. Peut-être que toute cette histoire va bien se terminer.
Mes mains ne peuvent s’empêcher de pianoter sur mes genoux tandis que Sarah se lève, je crois qu’un léger soupir de soulagement m’échappe. Les attaques de Brumby sont en sursis.
Soudain une main douce saisit les miennes anxieuses. Harriet. Elle me sourit, je lui laisse mes mains, apaisé. Un peu.
_Josh, peux-tu nous dire ce qui s’est passé le 4 octobre dernier.
Mes lèvres s’étirent doucement, sa voix est si douce, maternelle, comme toujours quand elle parle avec Josh. Mon cœur tente quelques battements timides.
Ses yeux se baissent tandis qu’il commence son récit.
_Je ne suis pas allé en cours ce jour là… Comme pas mal de fois durant cette semaine.
Je sens l’air qui se gonfle de tension, plusieurs personnes se tendent. Si seulement elles savaient que ce n’est que le début.
_J’ai vagabondé dans la ville un petit peu puis j’ai décidé de rentrer… Maman devait être partie au travail depuis longtemps et… et Colin aussi.
Je vois son regard qui vagabonde sur son bourreau avant qu’un frisson emprisonne son corps. Mes yeux se ferment, ma mâchoire se crispe.
Sarah se rapproche je sais que ce n’est plus la Marines à la position de son corps mais la femme, la mère qui s’avance pour donner son amour et sa force à son petit garçon.
Josh poursuit.
_J’ai entendu le premier coup de feu quand je suis entré, puis le second a suivi…ensuite… Elle est juste tombée. Presque à mes pieds. Elle avait les yeux encore ouverts…
L’assemblée retient son souffle.
_Je n’ai pas crié. J’ai couru dans le salon et me suis caché derrière le canapé… Je l’ai regardé la frapper, sans l’arrêter… il riait en l’insultant. J’ai pleuré, il m’a entendu et il est venu.
Il essuie rageusement la larme qui coule sur sa joue, du coin de l’œil je vois McGrail sourire.
_Il m’a attrapé et m’a jeté contre la bibliothèque, il répétait que je n’avais aucune raison de pleurer, que j’allais la rejoindre, elle et mon bâtard de père qui avaient fait en sorte que je vive. Il m’a frappé. Plus fort et plus longtemps que les fois d’avant.
Mac soupire doucement, pose sa prochaine question.
_Que disait-il quand il te frappait ?
_Que personne ne devait savoir qui il était, qu’il allait faire plaisir à sa mère avec beaucoup d’argent et … épargner au monde ma présence.
Je le vois prendre sa lèvre inférieure entre ses dents comme pour s’excuser d’être encore là.
Je mords ma joue.
_Merci Josh, plus de question votre honneur.
Je relâche ma morsure quand son regard croise mes yeux houleux. Si seulement je pouvais la prendre dans mes bras, là, maintenant me perdre dans son étreinte, dans la chaleur de son cou, dans l’essence de sa peau.
Brumby se lève un peu moins confiant qu’auparavant, Mattoni lui lance un regard. Ne pas faire l’idiot.
_Bonjour Josh.
Josh le regarde, une seconde, deux, je vois dans son regard une étincelle bizarre…amusée, moqueuse.
Je secoue la tête ma peur happe le sourire qui menace de naitre sur mes lèvres
Il hoche simplement la tête en réponse.
_Josh étais-tu au courant des affaires de ta mère, du lieutenant McGrail et de Craig Mansen ?
_Non. Il répond.
_Connaissais-tu Monsieur Mansen ?
_Pas avant l’enterrement de ma mère…
Brumby n’a pas l’air satisfait.
_Tu avais bien dû le voir quelques fois, aller chez lui, c’était le meilleur ami de ta mère.
La lueur d’amusement a disparu derrière les remparts noirs de peur et de rancune.
_Les seuls amis de Colin ou de ma mère que j’ai connu étaient ceux qui étaient autorisés à m’écraser des cigares sur le dos.
Brumby moins cinquante points.
Il se racle la gorge, continue en changeant d’axe.
_Il devait… y avoir une raison à ces actes. Que faisais-tu Josh pour mettre le lieutenant dans une si grande colère, tous les enfants cherchent un jour la limite de leurs parents.
_Je ne faisais rien du tout.
Sa voix devient basse. Quelques points pour le camp McGrail.
_J’ai parlé à tes professeurs. Certains disent que tu avais un comportement rebelle, tu cherchais la bagarre avec tes camarades. Tu as cassé le pouce de Lincoln Harris et t’es battu à plusieurs reprises avec Roger Macmillan…
Josh ne répond pas. McGrail se redresse, sait qu’il marque des points.
_Votre Honneur où le Capitaine Brumby veut-il en venir ? Demande Bud essayant de minimiser la casse.
_Capitaine… Fait simplement Helfman.
Doute-t-elle aussi.
_J’y suis Madame le Juge. Josh est-il vrai que tu as raillé la voiture du Lieutenant McGrail à plusieurs reprises.
Autre hochement tête de Josh.
Sarah se lève.
_Et depuis quand cela mérite-t-il des brûlures de cigarettes ou des coups de ceinturon ?
J’entends sa colère, vois son exaspération. Ce qui se passe ensuite nous prend tous par surprise.
McGrail est debout son sourire a disparu, sa rage est sur tout son corps, je lâche la main de Harriet, un étrange sentiment m’envahit, je vois Josh qui tremble de plus en plus fort au son de la voix du Lieutenant.
_Ce n’est pas pour cette raison que je l’ai fait … Ca voix est un iceberg.
C’est elle que j’ai frappé d’abord… je l’aimais mais elle l’aimait plus que moi, son fils…
Mattoni tente de le faire rasseoir. Il hurle.
_Je l’ai tué, en la frappant un jour j’ai tué notre enfant, mon bébé… A CAUSE DE LUI !!! Je l’ai perdu… C’était une REVANCHE !!! Il fallait qu’il souffre…Il doit mourir, comme elle…FILS DE…
Il s’élance hurlant, déchirant le silence.
Et le Chaos. Encore

A Suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 5 Jan - 18:40

super
la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Sam 5 Jan - 23:44

Comme dis Mac en quoi les actions d'un enfant mérite de se faire brûler par des cigarettes ou se faire battre.

Et comment il a pu faire ça à Josh alors qu'il n'a rien à voir avec le fait qu'Annie ait perdu leur bébé. C'est plutôt de sa faute à lui parce qu'il a frappé Annie. C'est à lui qu'il doit en vouloir. Pas à l'amour qu'Annie portait à son fils.

En tout cas super suite. Josh a été fort lors de son témoignage, malgré les insinuations de Brumby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 13 Jan - 5:28

Voici une suite je suis encore mille fois désolée mais les révisions ont été plus laborieuses que prévues et j’ai fais quelques sorties
Bref voici la dernière suite, mardi vous aurez l’épilogue qui sera plus long que cette suite.

Merci mille fois pour votre soutien et vos commentaires
Bonne lecture.



Mais le Chaos ne vint pas. Ou pas de la manière attendu.
Je me lève et lui s’écroule, la foule murmure personne ne crie. McGrail est agenouillé, ses mains frappent le sol, son visage inondé de larmes, il hurle, crie, se lamente. Je ne bouge pas. Josh non plus. Il est debout et regarde cet homme qui lui a volé son innocence.
_Je voulais simplement qu’il souffre comme je souffrais. J’aimais Annie, je ne pouvais pas le tuer, elle m’aurait quitté si je l’avais fait, alors je le frappais et je menaçais le tuer si elle partait…
Quand il dit ces mots il ne se préoccupe plus de personne, pas même de lui-même, il hurle ses phrase et quand Brumby essaie de le relever il le rejette poursuit son monologue.
_La peine partait avec la colère. Ca me faisait tellement de bien… Entendre le mal que je lui faisais, voir les bleus…Tout allait bien dans ma tête quand je faisais ça…
Et le silence.
Les respirations ne se font plus entendre. L’accusé, le tortionnaire, le bourreau ne bouge plus, étalé de tout son long il ne bouge plus, sursaute sous le poids des sanglots, attend sa peine.
La foule bouge, se presse lentement, honteuse de vouloir capturer un instant de la douleur de cet homme meurtrier.
Et soudain je ne le vois plus. Josh.
J’entends McGrail répéter que son enfant, son bébé est mort mais je ne vois plus Josh. Disparu. Mes yeux cherchent ceux de Sarah. La même expression, elle ne sait où il est, en une seconde nous sommes hors de la salle, AJ et Bud sur nos talons, je crois que l’Amiral me dit d’aller dans une direction, je ne sais pas laquelle, je suis mon instinct…Josh…
Premier étage…Second… J’ouvre chaque salle, observe chaque recoin… Il ne peut pas être loin, il n’a pas pu partir… Mes battements de cœur s’accélèrent mes paumes deviennent moites, je me demande quand cette montagne russe d’émotions que nous foulons depuis plusieurs mois va s’arrêter, pour que l’on puisse vivre, goûter au bonheur et à la joie, comme à Noël, comme … Ca devrait toujours l’être.

Je frappe violemment dans une porte, je pense que je crie son prénom, la peur est là, coulant dans mes veines tel un poison anesthésiant mes émotions, mes sensations. Je l’ai perdu. Je cours à travers les étages. On me regarde, on essaie de m’aider, je ne réponds pas, ne sais quoi leur dire.
Dois-je leur raconter l’enfer ou simplement les dernières heures ?
Je cours.
Soudain un bruit.
De verre, de peine.
Un cri de rage et de dégout.
Des pleurs d’enfant.
Je soupire. Ne sais ce que je vais trouver.
Il est là. Mon petit garçon. Pantin désarticulé par sa rage et sa douleur. Il me regarde, me supplie de partir.
Dans ses mains ensanglantées, un morceau de verre. Je regarde le miroir des toilettes. Brisé.
Ses mains tremblent, rouges de sang, tremblantes de peine.
Le morceau de verre est sur son poignet et les larmes qu’il me laisse voir ne sont que des larmes de regret. Le regret d’avoir vécu si longtemps dans cette vie qui est la sienne.
Je fais un pas et le morceau de verre se presse plus fort sur sa peau.
Les mots ont déserté. Je vais vomir. Mourir avant.
Deuxième pas, il secoue la tête, recule contre le mur, ses yeux se ferment, ses dents se crispent sur ses lèves. Je vois l’écorchure à la base de son scalpe.
Oh Josh, ce n’est pas toi…Pas Toi.
Troisième pas.
Le morceau de verre s’enfonce, je ne respire plus.
_C’est moi… Sa voix n’est pas la sienne. Ame déchirée qui ne connait plus l’amour.
_C’est à cause de moi, j’ai tué… tué leur bébé. Mon frère ou ma sœur.
Quatrième pas.
_Non ! Tu n’as rien fait Josh. C’est lui… Il l’a frappée, c’est un meurtrier Josh, tu es un enfant…un enfant.
_Mais j’ai raillé sa voiture… C’est comme ça que tout a commencé… A CAUSE DE MOI !!!
Il hurle, le morceau de verre transperce la pièce jusqu’à moi, me frappant contre la poitrine telle une plume qui s’assoupit sur un matelas, sans force, ni colère.
La seconde d’après son corps frappe le mien de sa violence enfantine, de sa colère inutile. Il s’écroule contre moi.
Je respire.
Le sers contre moi, il est plus brûlant que jamais et maintenant que je suis proche de lui, j’entends sa respiration laborieuse. Je veux lui dire que tout va bien aller, que je vais prendre soin de lui, seulement je ne suis pas certain que la première affirmation soit juste, quant à la seconde j’espère qu’il le sait à présent.
Sa tête se relève, alors que je passe ma veste d’uniforme autour de ses épaules, avant de prendre délicatement ses mains dans les miennes, elles ont plusieurs entailles mais la plupart peu profondes. David est le prochain témoin dieu merci.
Ses yeux sont toujours dans les miens, avec cette connexion unique qui est la nôtre, les larmes coulent sans qu’il en est conscience, doucement je les efface passant mes doigts sur les cercles noirs sous ses yeux. Ses paupières s’abaissent. Epuisées.
J’attrape un morceau de papier, l’humidifie et le passe doucement sur l’écorchure de son front.
Ses prunelles océans s’ouvrent de nouveau.
_Je suis désolé pour le miroir. C’est un murmure.
Je ne sais pourquoi je ris, dépose un baiser sur son front, il me regarde, confiant. Alors :
_Je t’aime.
Ma tête se relève d’un coup, comme frappée par la plus belle révélation. Le rire est mort dans ma gorge remplacé par une joie immense qui créé le pétillement de mes yeux et l’explosion de mon cœur.
Je le prends dans mes bras, il s’y calle de cette manière si spéciale qui m’étonne encore.
_Je t’aime aussi Josh.
Il soupire et respire.



La porte s’ouvre doucement, je sais que c’est elle. Elle apparait, son sourire me dit tout.
_Coupable sur toute la ligne. Prison à vie.
Mes yeux se ferment, mes bras enveloppent un peu plus étroitement l’enfant endormi dans mes bras, ses mains bandées reposent sur ma poitrine et sa respiration s’est apaisée. Une poche de glace est posée sur sa poitrine, sa tête au creux de mon épaule, il dort profondément.
_Et si on rentrait ? Elle dit simplement en s’accroupissant devant le sofa du bureau de l’Amiral, sa main passant dans les cheveux de Josh, avant que nos lèvres se goûtent gentiment.
Mon sourire, le vrai, est revenu. Je resserre les couvertures autour du corps de Josh, il capture mon tee-shirt, ne se réveille pas quand je me lève. Sarah attrape son pull et son tee-shirt laissait sur le canapé et nous sortons du bureau de notre commandant. Mac s’arrête près de Bud et Harriet pour leur confirmer le diner de ce soir, ils assurent qu’ils passeront le message à l’Amiral, au milieu du Plateau, Brumby nous regarde, nos yeux se rencontrent, nous échangeons un mouvement de tête, il n’y a pas de pardon, simplement de la compréhension. Chacun fait son travail ; lui d’avocat, moi de père.
La main douce de la femme que j’aime attrape gentiment mon bras et nous rentrons chez nous.



AJ jr est endormi de tout son long au milieu de son parc, Jingo monte la garde à côté, soupirant parfois de contentement.
Il s’est remis à neiger.
L’ambiance est presque magique. AJ, Harriet et Bud sont dans le salon discutant gaiement de choses et d’autres avec Sarah. Josh et moi sommes dans la cuisine, je lui délivre mon secret pour une bonne sauce carbonara, il écoute et je vois ses yeux pétiller avant qu’il n’essaie d’étouffer un bâillement. Je ris doucement et ébouriffe ses cheveux.
_Pourquoi n’irais-tu pas t’allonger sur le sofa un moment pendant que je termine ici.
Il approuve, partage une étreinte avec moi, je laisse un baiser sur le sommet de sa tête avant qu’il ne se dirige vers nos amis.
Je le vois se blottir contre Sarah sa tête sur ses genoux, elle dépose un baiser sur sa joue avant que sa main ne trouve le chemin de sa chevelure blonde. Mon sourire s’élargit quand je vois Harriet prendre ses jambes et les étaler sur ses propres genoux, dans un clin d’œil.
Josh lui sourit et ferme les yeux.
L’atmosphère n’est pas brisée, le bonheur s’épanouit.


Je referme la porte de sa chambre mon regard balaie une dernière fois sa silhouette endormie et paisible. Je souris.
Tout va bien.
Des bras viennent entourer ma taille. Les siens.
Je me retourne, nos yeux se sourient, nous regards se comprennent. Avec lenteur je me baisse faisant durer cet instant avant que nos lèvres se délectent du goût de l’autre. Elle est sucrée, avec cette essence de caramel et de vanille, saveurs qu’elle met dans son café. Sa langue vient titiller mes lèvres, je lui ouvre les portes.
Mes mains sont sur la peau de son dos, se perdant à la ceinture de son jean, passant sur ses fesses. Elle grogne, je lui fais écho. Ses mains caressent mon torse, la seconde d’après je suis sans tee-shirt et je ne me souviens pas d’avoir brisé notre baiser.
_La chambre…
Je fais avant que sa saveur m’emprisonne de nouveau. Sa chemise atterrit sur le dossier d’une chaise, elle est magnifique.
_Tu es magnifique.
Je la vois rougir, elle est encore plus belle.
Nos corps se renversent sur le lit, découvrant chacune des courbes de l’autre par des caresses et des baisers. Nos respirations sont rapides, affolées, excitées.
Je suis sûr elle, désormais ni l’un ni l’autre ne portons plus un seul vêtement. Je replace une mèche de cheveux qui tombe sur ses yeux, je veux voir l’envie qui y brille. Quand je perçois l’étincelle, je souris, elle me répond de la même manière.
La lueur de la lune nous éclaire avant de nous envelopper.
Tout va bien.
Tout ira bien
.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   Dim 13 Jan - 12:20

Super ta suite Morguy.


J'ai eu un peu peur pour Josh, qu'il ne finisse par se couper rééllemenement, mais je me suis dit que tu ne pouvais pas lui faire ça, après tout ce qu'il avait déjà enduré. Surtout avec le procès fini et du coup qu'il pouvait reprendre une vie de petit garçon 'normal'.

Maintenant ils vont pouvoir profiter à fond de leur vie de famille et regarder de l'avant tous ensemble.

Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crash and Burn [PG-13-Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crash and Burn [PG-13-Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Burn-Out projet terminé
» [2009] Cra$h & Burn
» [AIDE] Crash Opera 9.7 rev. 35541 suite a fixOperaFlash
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» [INFO] Crash-test et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: