CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 13 Fév - 0:22


_L’autre bout du Monde
_auteur: Morguy
_adresse e-mail:mo-drole-de-fee@hotmail.fr
_Rating:PG-13 (violence, langage)
_Catégorie: je ne sais pas trop
_Personnages:tous les persos récurents de JAG
_Episodes : La saison 9
_Résumé: Quand on doit confier son plus beau trésor
_Disclaimer:« La série JAG ne m'appartient pas. Elle est en la possession de DPB, Bellisarius Production, CBS et Paramount. Je ne fais qu'emprunter les personnages un petit moment, mais je promets de les rendre plus tard. Je ne touche aucune somme d'argent pour cette histoire. Ce n'est qu'un divertissement. »
_note de l'auteur :Vous allez me tuer… voici une nouvelle fic alors que je n’ai pas avancé dans les deux autres ou peut-être est-ce trois ? Toutes mes excuses mais cette fic est encore une fic qui m’est venue dans la tête d’un seul coup et qui normalement devrait s’écrire assez vite. Pas plus de deux trois mois… Rolling Eyes Wink Embarassed Désolée mais bonne lecture quand même.



Prologue.

Elle est belle. Ses cheveux sont longs, ils ondulent, sa respiration emplie la pièce sombre d’un souffle lumineux, il sourit. Son corps repose presque entièrement sur le chambranle, sa tête trop lourde de pensées, son corps encore fébrile, son cœur essayant de reprendre le rythme morne et routinier auquel il était habitué.
Elle bouge, il ne respire plus.
Son visage se tourne vers lui ses yeux sont clos, il expire.
Une porte s’ouvre, un cri de joie et d’excitation se fait entendre. Il secoue la tête, regarde une dernière fois la silhouette endormie, dans un soupir referme la porte.
C’est trop tôt ou trop tard.
Qui pourrait le dire, qui pourrait leur dire ? Et ainsi, peut-être, leur montrer le chemin…


Chapitre I : Toucher le fond.

Il aurait pu l’apprendre en écoutant la télévision, la radio, en lisant un quelconque journal, en rencontrant un vieil ami commun, un ami qui aurait partagé sa vie antérieure, celle où il avait trouvé l’amitié, la confiance et l’amour.
Cette vie.
Mais non, on l’avait appelé, il avait su.
Il n’avait plus de travail, plus d’amis.
La CIA ne le connaissait plus, il ne connaissait plus le JAG, sa vie était ainsi faite… De rien. Du moins c’est ce qu’il avait cru, c’est de cela qu’il s’était convaincu, il était seul, il n’avait besoin de personne, tomber dans les filets d’une amitié avait été sa première erreur il ne recommencerait pas, il ne recommencerait plus.
Oui, c’était ce qu’il croyait. Jusqu’à ce coup de téléphone, cette voix, ces mots… Ensuite son cœur s’est brisé.
_Sarah Mackenzie a été admise à Bethesda, il serait préférable que vous veniez le plus vite possible.
Sarah Mackenzie, Mac…Sarah.
Comment ? Pourquoi l’avait-on prévenu ils n’étaient plus rien, avaient-ils seulement été quelque chose ? Des amis ? Une famille ? Deux âmes errantes s’attachant à un port d’attache singulier et finalement éphémère ? Qu’avaient-ils été ? Qu’étaient-ils ?

Il avait fait au plus vite, son cœur était mort seule son âme le guidait, cette âme déchirée cherchant désespérément sa moitié.
Il la trouva, on la lui indiqua, dans un couloir couvert de bruits assommants, mélodie de moniteurs et respirateurs, cet étage qui prédisait la mort et n’annonçait aucun retour, espérant son ange gardien, il trouva le diable.
_Monsieur Rabb. La voix était glaciale, hautaine et machiavélique, une voix qui avait connu trop de morts pour encore se soucier de la vie.
Porter Webb tandis une main grise et froissée vers l’ancien officier, il ne la saisit pas.
_Madame Webb. Répondit-il la mâchoire crispée, les dents serrées.
Il voulait la voir, elle, pas un démon au sourire faux et pourtant fier. Il voulait la prendre dans ses bras, oublier l’année écoulée, non, les deux années écoulées, il voulait qu’il soit eux…pour toujours.
Onze mois, douze jours et deux heures sans la voir sourire, sans l’entendre rire.
Deux cent quatre-trois, le nombre de fois où il était venu se garer en bas de son appartement attendant, espérant trouver le courage d’aller lui dire ces mots qui leur avaient fait défaut, qui les avaient séparés, écrasés, éloignés à jamais…ou presque.
Mais elle n’était plus là, ou si peu.
Trois balles.
Une qui risquerait de lui enlever la vie. Certainement allait-elle réussir. Sans aucun doute.

Il ne voyait plus rien. Un voile salé et acide emplit ses paupières, il les ferma quand il les ouvrit de nouveau son regard tomba sur les deux perles qui se salissaient à ses pieds.
Ses larmes.
Il croyait avoir tout perdu, il était si loin de la réalité…ou si proche. Il perdait tout, maintenant dans ces minutes assassines, ces secondes illusoires, il devenait vide, pétrifié…mort.
Il devait la voir lui dire de ne pas abandonner, de ne pas l’abandonner, de rester en vie…vivre.

Il s’avança. La main rugueuse l’arrêta et les yeux de glace l’agressèrent tandis qu’une voix faussement mielleuse l’avertit.
_Vous n’étiez pas digne d’elle, elle n’était pas digne de mon fils, la vie parfois fait mal les choses… Elle gloussa. Son sourire s’étendit.
_Dix minutes, enfin si elle reste parmi nous assez longtemps… Vous n’aurez pas une minute de plus.
_Je ne suis pas votre fils, Porter, vous ne me contrôlez pas…
_En effet vous n’êtes pas Clayton, mais en ce moment même je suis votre pire cauchemar. Murmura –t’elle à son oreille avant de s’éloigner toujours cette étincelle de fierté et de devoir accompli dans les yeux.
Lui, poussa la porte de ses derniers instants, après ça plus rien ne le retiendrait ici…plus rien à part peut-être ses parents, son frère, son filleul, ses amis…ses souvenirs. Plus rien.
Il aurait pu croire qu’elle n’était plus, si fragile et si transparente. Si immobile et détendue.
Il ne l’avait jamais vu comme ça, il avait toujours vu son regard d’ébène briller, ses lèvres rosée et son teint halé, il l’avait toujours vu vivante, dans la joie comme dans la douleur, elle était vivante bien plus que lui ne le serait jamais…
Il gardait le cap et elle était le vent, la douce brise qui soufflait doucement mais sûrement dans les voiles du bateau de leur amitié. Ce voilier qui avait foulé mille contrées et connu des centaines de tempête pour s’échouer devant un hôtel paraguayen.
Aujourd’hui ils n’étaient rien. Plus rien. Jamais.

Sa main passa avec douceur sur son visage froid, ses lèvres tombèrent à la commissure des siennes et ses dernières larmes mouillèrent ses pommettes blanches.
Il prit l’une de ses mains dans les siennes comme dans l’espoir de la réchauffer, de la guérir, y semant parfois quelques baisers.
Les minutes s’écoulaient, il le savait, dans son estomac une armée de coups de poing prenait place et dans ses yeux la sécheresse était-elle que les larmes y mouraient avant d’avoir pu couler…la revoir, simplement la revoir…
_Hey… Simple murmure qui caressa son cœur lacéré. Ses yeux étaient noirs, éteints, attendant la lumière d’un autre monde, d’un autre jour, d’une autre vie.
_Sarah… Sa voix était douloureuse, apeurée, serrée par toutes les choses qu’il voulait et devaient lui dire et dont le temps le privait, les privait.
Ils n’étaient plus.
Déjà des pas en talons hauts se faisaient entendre, grinçant au pas crispés et droits de leur propriétaire.
Elle serra avec plus de force la main chaude et rassurante de son meilleur ami, il rencontra ses lèvres. Ensemble ils s’offrirent un dernier sourire.
_Ne la laissait pas. Elle s’arrêta, grimaça sous la douleur. Lui, caressa son front, attendit.
_Ne la laissait pas…le prendre…
Il ne comprenait pas.
_Prendre quoi, Mac ?
Elle le fixa, ses yeux criaient pardon, son sourire montrait sa fierté, sa joie.
_Mon fils.
Il ne respirait plus, la regardait, il vit l’étincelle renaitre faiblement. Etrangement son cœur battit de nouveau.
Elle laissa sa main s’échouer sur la joue de cet homme qu’elle aurait aimé jusqu’à son dernier jour.
_Il ne faut pas que ce soit elle…elle…elle le veut…pour Clay. Juste promettez-le moi…Harm.
_Je le promets Sarah, je le promets. Chuchota-t-il déposant un dernier baiser sur son front glacial.
Elle sourit, d’un magnifique sourire d’adieu.
Dernière pression entre des mains entremêlées et des cœurs liés.
Adieu et à toujours.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 13 Fév - 14:16

Super ce début mais trop triste.

J'ai hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 13 Fév - 17:18

Tin non Morguy, c'est pas possible. Tu commences fort avec cette nouvelle fic.

Mac est en train de mourir et Harm est là pour elle. Tin le choc pour lui de savoir qu'elle a un fils et de Clay en plus.

Quoi que, qui sait, ce n'est peut-être pas Clay le père. Ne nous précipitons pas trop vite.

Ce début est triste, mais très prometteur. Je sens que c'est encore une fic que je vais adorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 20 Fév - 6:11

Merci pour vos commentaires
Bientôt les vacs je pourrais poursuivre cette fic plus facilement et avec de la chance finir les autres.Encore merci, voici une suite.
Bonne lecture Laughing Wink Rolling Eyes

Chapitre II : Survivre.


Il était parti quelques heures, s’était enfui de tout cette horreur, cette de douleur de savoir qu’il ne pourrait plus la revoir, mais quand il entra dans cette chambre et ne trouva qu’un drap blanc immaculé, la nausée le secoua.
Comment ? Si vite, sans rien, sans un mot, sans une parole, elle avait disparu. Il avança voulant être sûr, toucha le coton à l’odeur de vaine promesse et d’avenir impossible. Non, elle n’était plus. Il voulut pleurer, failli crier, se tut.
Une main étrangère et légère se posa sur son épaule et l’accueillit dans un étrange sourire confiant et triste.
_Harm… Murmura cette voix jamais entendue.
Il hocha la tête, ouvrit la bouche, se racla la gorge. La vieille silhouette agrandit son sourire, secoua la tête, attrapa sa main.
_Venez.
Il se laissa guider, quitta l’étage de la mort pour s’engouffrer dans celui où triomphe la vie, les battements de son cœur s’accélèrent, ses yeux s’agrandirent, son âme repris sa couleur de joie et l’instant d’après ses yeux se posèrent sur le fils de Sarah Mackenzie.
Il sentit ses lèvres s’étirer, se demanda une seconde combien de temps s’était écouler depuis la dernière fois qu’il avait esquissé ce geste, inconsciemment ses doigts vinrent à la rencontre de la peau doré du petit être ignorant de ce qu’il représentait.
Laissant ses doigts jouer sur le doux duvet de cet enfant qui faisait désormais partie de sa vie, l’ancien officier se tourna vers l’infirmière qui lui souriait toujours.
_Comment avez-vous… ?
Le sourire de la vieille femme s’attrista.
_Sarah m’a prévenue.
_Où est-elle ?
_Ils l’ont emmené, elle…elle est partie peu après votre départ…quelques minutes après ils sont venus et l’ont emmenée… Je ne sais pas qui ils sont mais pour pouvoir faire cela, il faut être puissant.
Elle soupira, regarda plus attentivement l’homme à ses côtés de nouveau hypnotisé par le nouveau-né.
_J’étais là quand elle est arrivée, après la fusillade. C’est vous qu’elle a demandé tout ce temps. Ils ne voulaient pas vous prévenir, ils m’ont dit que vous n’étiez plus sur Washington, que vous étiez un ancien amant qui ne souciez plus d’elle, mais à travers les mots de Sarah j’ai su qu’au contraire vous deviez être le seul qui se souciait d’elle.
Elle sourit, sa main vint se poser sur l’avant-bras de son nouvel ami.
_Je sais aussi ce qu’elle vous a demandé de faire et…
L’ancien Capitaine l’arrêta d’un sourire penaud.
_Je le ferais vous savez, même si vous tentez de m’arrêter, que vous me dites qu’il y a trop de risques et que c’est illégal, je vais le faire. J’étais avocat, je sais ce que je risque mais je connais la famille Webb et ses ambitions ; ce petit gars ne mérite pas de grandir comme ça.
Ses yeux se figèrent sur les prunelles jades qui lui souriaient.
_Je voulais simplement vous dire que je vous aiderai, je ne suis plus très loin de la retraite, j’ai vu pas mal de patients et de familles et je sais que la seule famille que cet enfant ait à présent c’est vous. Sans compter que je suis une mère et une grand-mère, je n’ai pas besoin de jeter un autre coup d’œil à cette vieille femme acariâtre pour voir qu’elle n’a aucun instinct maternel.
Harm soupira doucement, il venait de gagner un allier de taille. Soudain une pensée traversa son esprit.
_Son père, celui du bébé, l’avez-vous vu ? Demanda-t-il les sourcils froncés.
_Non, personne n’est venu à part vous et Madame Webb…Bien sûr il y a les personnes qui sont venues plus tôt pour…enfin vous savez, mais aucune d’elles n’a prêté attention à ce petit bonhomme.
L’ancien officier hocha simplement la tête ne voulant pas se poser trop de questions pour le moment.
Sa main caressa le petit bras joliment potelé du petit garçon, quand ses doigts rencontrèrent une matière plastique où s’étalait une douce écriture dont les lettres formaient deux prénoms et un nom : Neville Clayton Webb, Jr.
Harm gloussa de dégout et d’amusement, secoua la tête, laissa une larme plonger sur le carrelage froid.
_Je ne connais même pas votre nom… Murmura t-il ses yeux se rouvrant sur la douce silhouette de la vieille soignante.
_Lyliane Gordon. Dit-elle un sourire maternel ornant ses lèvres roses. Elle tendit une main tendre que Harm saisit avec confiance, désormais ils étaient ensemble dans cette aventure.
_Savez-vous quand…quand ils doivent venir le chercher ? Demanda le pilote, son index prisonnier de l’emprise inconsciente du nouveau-né.
_Demain soir ou bien mercredi matin au plus tard.
_Ca ne nous laisse pas beaucoup de temps.
_En effet. Confirma la vieille femme. Mais c’est toujours possible, de mon côté en tout cas. Pouvez-vous faire vos arrangements en moins de vingt quatre heures ?
Harm approuva silencieusement, ses mâchoires se serrant alors qu’il prenait conscience de la situation. Il allait devoir tout quitter, s’enfuir à travers la planète pour il ne savait quelle destination, et tout cela avec un enfant de quelques jours. Il secoua la tête et ferma les yeux, il avait besoin d’aide et espérait que les quelques endroits où il pourrait en trouver ne lui fermeraient pas la porte au nez, encore une fois.
Libérant sa main de l’innocence enfantine, il se baissa vers le dernier souvenir de sa meilleure amie et déposa un baiser sur le front de son nouveau trésor.
Souriant tristement à l’infirmière il déposa un rapide baiser sur sa joue et murmura.
_Demain, seize heures, je serai là…
Elle hocha doucement la tête. Ils se séparèrent.


Il n’avait pas dormi, simplement erré le long de son appartement pendant plusieurs heures. Deux sacs attendaient près de la porte qu’on les enlève pour une autre vie, la vaisselle était rangée, le linge restant plié et l’appartement entier plongé dans une pénombre rassurante. Il jeta un dernier coup d’œil à cet environnement qu’il avait aimé et qu’il abandonnait. Une ultime fois.
Il n’y avait plus de photo, plus de guitare, tout était vide et propre. Il soupira, saisit les deux sacs, sa guitare et referma la porte, verrouillant une dernière fois, il n’emporta pas avec lui son trousseau de clés, le plaçant dans le trou derrière sa boite aux lettres. Ici finissait cette vie.
Son prochain arrêt fut pour Georgetown, sortant de sa poche la dernière clé de son passé il entra dans ce lieu qu’il aimait tant et qu’il avait déserté durant l’année passée.
Son odeur.
Elle était toujours là, envahissant chaque pièce, accompagnant le rire bruyant et fantomatique qui résonnait aux oreilles de l’ancien officier. Il ferma les yeux prit une grande inspiration et fila vers la chambre de sa meilleure amie.
Le temps filait.
Ouvrant un placard il prit deux tee-shirts ; l’un orné d’un énorme USMC gris et l’autre étant celui du Jagathon, il allait refermer le placard quand un vêtement attira son attention. Lançant les deux tee-shirts sur le lit il souleva une pile de vêtement et tira le sweet-shirt bleu nuit qui avait emprisonné son regard.
Il l’avait perdu des années plus tôt tout du moins c’est ce qu’il avait cru, en revenant du Watertown il ne l’avait plus retrouvé désormais il savait pourquoi. Il se surprit à rire doucement imaginant sa Marines dans ce sweet à capuche où s’étalait en grosses lettres le mot NAVY.
Il eut un moment d’hésitation et finalement fourra le vêtement dans le sac. Il retourna alors dans le salon et chercha dans les albums photo de la femme qu’il avait aimée. Trouvant ce qu’il cherchait sous la forme d’un livre de cuir aux lettres dorées il le mit dans son sac avant de prendre la direction de la sortie. Fermant l’appartement, il laissa une fois de plus la clé, la cachant cette fois sous le paillasson, il n’y reviendrait plus.
Grimpant dans un taxi il s’arrêta au Mur des vétérans, demanda au chauffeur de l’attendre.
Son pouce traça avec une lenteur tendre les lettres de ce père dont il aurait aimé les conseils, ce père qui était mort, qu’il avait retrouvé et que désormais il quittait. Ce n’étais qu’une simple gravure dans un mur de marbre et pourtant c’était son père, son héros, celui qui l’avait tenu en vie avant un jour de 1996 dans la roseraie présidentielle.
Il ne parla pas, murmura un simple.
_Je t’aime Papa…
Et s’enfuit.

Il resta devant la vitre ses yeux étincelant d’une fierté qu’il ne comprenait n’y ne connaissait. Il aurait pu, peut-être même dû, être en colère contre elle, contre eux, parce que cet enfant n’était pas une part de lui, mais il ne l’était pas. Il était simplement content et fier, juste heureux de se voir confier la vie de ce petit être aux couleurs d’avenir éclatant.
Son sourire apparu quand ses yeux de glace accrochèrent ceux couleur océan du petit garçon, cela le surprit, ni Clay, ni Sarah n’avaient les yeux bleus, mais Harriet n’avait-elle pas dit que tous les bébés avaient les yeux bleus lors de leurs premiers jours sur Terre ? Sans compter que Porter Webb avait des yeux aussi glacés que son cœur. Il espérait que bientôt, ils prendraient la jolie couleur noisette qu’il avait tant aimé chez Sarah Mackenzie.
La douce main de Lyliane le fit sursauter.
_Pile à l’heure, Harm. Sourit-elle.
_C’est un rendez-vous important. Sourit-il en retour entrainant la vieille femme dans une rapide étreinte.
_Etes-vous sûre que vous n’allez pas avoir de problèmes en m’aidant à faire cela ? Demanda doucement l’ancien Capitaine.
_J’ai protégé mes arrières, ne vous en faites pas. Elle fouilla dans une de ses poches et en sortit un trousseau de clés.
_C’est la voiture de mon fils…Plutôt c’était, il est mort il y a un an, je n’ai jamais pu m’en séparer…Prenez là. Dit-elle en mettant les clés dans ses mains et refermant ensuite les doigts de l’ancien officier dessus.
_Etes-vous un ange ? Questionna Harm.
Elle rit.
_Non…Et c’est justement pour cela que je vous aide, c’est purement égoïste, je veux me racheter de certaines erreurs…
Le pilote sourit se pencha et déposa un baiser sur la joue de son amie. Elle rougit.
_Elle est à la place 213 sur le parking extérieur, les caméras de surveillances n’ont pas accès à cet angle. Allez mettre tous ces sacs dedans avant que ça ne devienne suspect et je vais préparer ce bonhomme.
Il hocha simplement la tête et se dirigea vers le parking. Refermant le coffre de la vieille Cadillac eldorado, il leva les yeux au ciel et murmura une prière.
_ Il faut que tout aille bien Sarah…pour nous, pour lui.
Il se passa une main anxieuse dans les cheveux avant de retourner vers son futur.
Elle l’attendait son précieux fardeau dans les bras, au milieu de la nurserie.
_Voici votre fils, monsieur Webb. Il est parfait, félicitations.
Un instant surpris, Harm entra rapidement dans le jeu.
_Merci… Fit-il en prenant le petit garçon des bras de la vieille femme.
_Oui…il est parfait. Répéta-t-il se laissant encore une fois captiver par l’enfant dans ses bras.
_Je vais vous laisser seuls un instant, je serais de retour dans quelques minutes. Fit-elle, laissant sa main sur l’avant-bras de l’ancien officier, lui signifiant de se tenir prêt. Ce dernier approuva silencieusement.
Deux peut-être trois minutes plus tard, une sonnerie stridente, qu’il identifia comme étant l’alarme incendie, résonna créant un brouhaha de cris et d’agitations.
Ne perdant pas une seconde, il resserra son étreinte autour du nouveau-né et se dirigea vers la sortie, rencontrant à mi-chemin sa complice, un sac dans la main.
_Il y a le nécessaire pour quelques jours…
Harm saisit le bagage n’arrêtant jamais sa marche. Il regarda la femme qui en moins de deux jours avait pris une place indélébile dans sa mémoire. S’arrêtant moins de deux secondes, il déposa un baiser sur le front ridé par les joies et les douleurs.
_Vous êtes bien plus qu’un ange Lyliane Gordon…
Et il disparut.

Elle sourit et partit remettre de l’ordre dans le Chaos.



Le ronronnement d’une Cadillac perce le silence du parking figé avant d’être étouffé par le trafic de Washington.
Sur le goudron bouillant de cette fin d’été un bracelet de plastique gît arborant une douce écriture dont les lettres forment un nom déjà oublié : Neville Clayton Webb, Jr. n’est plus.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 31
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 20 Fév - 13:10

J'adoOore...

J'aime la façon dont tu écris les choses...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 20 Fév - 17:02

trop super cette suite

vivement la prochaine!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Dim 24 Fév - 13:48

C'est trop beau.

Alors Mac qui est emmenée on ne sait où? Est-ce que finalement elle restera en vie? Réussiront-ils à la sauvée?

Et ce petit ange aux yeux bleus? Est-ce qu'il se serait passé quelque chose entre Harm à Mac à un moment?

Bon que ce soit Webb ou Harm le père, je comprends de toute façon que Mac n'ait pas voulu que ce soit Porter Webb qui ait la garde de son fils.

J'attends la suite avec impatience pour voir comment tout cela va se passer. Et aussi voir Harm prendre soin du bébé de celle qu'il a toujours aimé et qu'il aimera toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
ima
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 17
Age : 37
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Ven 29 Fév - 14:13

Vraiment trop bien cette fic !

Vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Sam 8 Mar - 19:26

Voici une suite désolée pour l'attent mais les jours et les semaines passent de plus en plus vite!!
Merci pour vos supers commentaires : .
Bonne lecture Razz

Chapitre III: Revenir

La Cadillac se stoppa, presque sans un bruit comme pour refléter l’état d’appréhension de son conducteur.
Pouvait-il encore venir ici ? Pouvait-il encore espérer une aide ? Il soupira avant de poser ses yeux sur le petit être endormi dans son siège auto. Etirant son bras, ses doigts vinrent frôler la douce joue du nouveau né, ce dernier laissa échapper un tendre soupir enfantin qui fit rire l’ancien officier. Mais la joie s’effaça, remplacée par la peine et la peur. Elle n’était plus là et désormais cet enfant était le sien. Dans un certain sens il venait de devenir père, et il n’avait aucune idée de comment faire cela. Père. Papa.
Ses yeux se posèrent de nouveau sur la maison qui se dressait à quelques mètres, une vague de souvenirs le submergea encore une fois et il pensa qu’en effet ils devenaient vraiment trop bons pour se dire adieu, le dernier en date avait été accompagné de la plus grande surprise de sa vie.
Laissant échapper une dernière expiration nerveuse il prit le petit garçon dans ses bras, l’enroulant au préalable dans la douce couverture polaire, avant de se diriger résigné et légèrement peureux vers sa dernière chance.

Son précieux fardeau contre la poitrine il frappa deux coups, les lumières étaient allumées, il avait cru entendre des rires, ce ne serait plus très long.
La poignée tourna et dans une réalité torturée de souvenirs il s’attendit à trouver le visage enfantin et naïf de Tiner. Il n’en fut rien.

Les deux hommes se regardèrent, leurs yeux incapables de briser ce contact où se reflétait un peu de colère, de ressentiment, de honte et de pardon.
_J’ai besoin d’aide. Sa voix ne trembla pas, son ancien commandant ouvrit plus largement la porte.
Il y a des choses qu’on ne peut pas changer, des liens qu’on ne peut pas briser.

Il n’y eut pas de sourire, aucune parole ne fut prononcées, il entra comme on entre dans un avenir que l’on sait incertain, que l’on espère heureux. La première surprise fut pour Harm, se trouvant à la porte de la cuisine, attendant de voir qui était la personne qui avait dérangé la réunion familiale, Francesca souriait, heureuse de revoir l’ancien Capitaine de Frégate, elle s’approcha de lui mais ce stoppa quand son regard tomba sur le petit paquet contre sa poitrine, ses yeux s’agrandirent, sa bouche s’ouvra plusieurs fois sans qu’aucun son n’en sortent et en désespoir de cause, la jeune femme tourna son regard plein de questions vers son père, l’air de dire « Tu aurais quand même pu me prévenir ! ».
La seconde surprise fut donc pour AJ qui comme sa fille avait désormais les yeux rivés sur le petit ange qui commençait à s’éveiller contre la poitrine de son protecteur. Harm sourit à ses deux hôtes et callant le petit garçon sur son avant bras, il s’assit sur le sofa avant de commencer à s’expliquer, un sourire nostalgique et fier sur les lèvres.
_Oui je sais, moi non plus je ne m’étais pas vraiment imaginé dans ce genre de situation…
Francesca sourit en s’installant aux côtés de l’ancien officier tandis que l’Amiral secouait la tête un sourire ironique ornant son visage.
_Je crois que je vais avoir besoin d’un verre… Rabb ?
L’ancien subordonné secoua la tête et attendit que son ancien CO s’installe dans le fauteuil de cuir avant de commencer, seulement Francesca le devança.
_Il est magnifique Harm… Fit-elle sa voix teintée d’excitation, son index caressant avec douceur le crane de l’enfant. Comment s’appelle –t-il ?
Le Pilote sourit tristement.
_Et bien, tout d’abord merci mais je n’ai malheureusement rien avoir avec le charme de ce petit gars… Pour ce qui est de son nom, il y a encore une heure il s’appelait Neville Clayton Webb, Jr. désormais…j’avoue ne pas y avoir pensé. Il s’arrêta, se perdant dans son propre monde un instant, pensant à haute voix.
_J’ai toujours pensé que quand le jour viendrait Sarah et moi, nous déciderions ensemble… Maintenant je ne sais simplement pas…
La main que posa Francesca sur son bras le sortit de cet avenir qui jamais ne serait… Dans un sourire d’excuse il se concentra sur la réaction de son ancien commandant qui avait désormais un drôle de regard noir, les sourcils froncés.
_C’est une chose à laquelle vous devriez penser Harm, si ce que je pense que vous êtes en train de faire est vrai, on dirait bien que vous et ce petit garçon êtes coincés ensemble pour un petit bout de temps. Quelque chose comme les dix-huit prochaines années.
L’ancien Capitaine fut surpris de voir un timide sourire orner les lèvres de son ancien commandant.
_Comment savez –vous que…
_Porter Webb a appelé pour me prévenir que Mac avait été blessée dans une fusillade de rue, elle m’a dit de ne pas venir, que seule la famille était autorisée et que le bébé ne survivrait certainement pas. Apparemment elle avait tord.
_Mais pourquoi ne pas y êt…
AJ l’arrêta d’un signe de la main.
_Croyez le ou non, et bien que je ne sois pas fier de l’avouer, le Jag sans vous n’était plus le Jag. Bien sûr le travail continuait d’être fait, à dire vrai beaucoup plus vite qu’en votre présence… Il eut un second sourire. Mais l’atmosphère n’était plus la même…
Il soupira, se leva, avant de se poster près d’une fenêtre, le regard perdu sur la nature bruyante.
_Mac n’était plus la même… Elle ne parlait plus à personne, restait parfois tard au Jag, arrivait avant tout le monde, elle a même fait quelques erreurs de débutants qui ne reflétaient en rien ses capacités…J’ai essayé de lui parler…nous avons tous essayé de le faire, mais entre Sturgis qui en voulait à Bud pour son audience, Harriet qui avait un deuxième enfant à s’occuper, Jen à qui je faisais vivre un enfer, je ne pense pas que l’un d’entre nous se soit réellement intéressé à autre chose qu’à survivre à cette période…
Sa main passa sur son crâne, Harm sourit se rappelant un instant les regards échangés avec Mac lorsque leur commandant amorçait ce geste. Un frisson le parcourut suivi d’un sourire nostalgique. La voix d’AJ captura de nouveau son attention.
_Je ne sais pas comment mais soudainement Webb est arrivé, je savais comme tout le monde qu’elle continuait à le voir mais je ne pensais pas que leur relation était plus intime qu’amicale. A partir de cet instant je crois que tout le monde a perdu le contrôle des événements, c’était comme si la CIA dirigeait le Jag, tout du moins comme si la relation qu’entretenaient Mac et Webb donnait le ton de la journée. Il n’y avait plus aucune cohésion, plus de taquinerie, c’était une usine peuplée d’étrangers, Mac ne parlait aux autres que pour ses affaires, elle déposait ses rapports sur mon bureau, ne voyait plus AJ Jr, Webb venait la chercher tous les soirs sur le plateau comme il la déposait tous les matins, l’accompagnant jusqu’à son bureau et quand il ne pouvait pas le faire, Porter Webb le remplaçait… Ils l’ont coupé du monde.
Il s’arrêta de nouveau, raclant sa gorge sèche de dégout et de tristesse.
_Puis elle a disparu… Durant un mois et demi, nous n’avons plus eu de nouvelles, Webb avait couvert ses arrières avec le SECNAV prétextant un besoin de repos, de voir autre chose, mais il n’était pas avec elle, il était ici à Washington et je ne pouvais savoir où elle était. J’ai essayé de lui faire dire, il a simplement dit que tout irait pour le mieux, je lui ai alors demandé s’il avait eu de vos nouvelles…
Il se retourna, planta ses yeux dans les océans de glaces de son ancien subordonné.
_Il a répondu « Rabb ne sera bientôt qu’une étoile sur un mur…Vous savez ce qu’on dit tel père, tel fils ».
Le silence. Une armée d’Anges passa, transportant les regrets et les haines passées, laissant flotter l’incompréhension et la peine.
AJ revint s’assoir sur le fauteuil de cuir, ses yeux sur le petit ange dans les bras de son protecteur.
_Quand elle est revenue, elle était souriante, elle affirmait qu’elle était heureuse et que tout allait bien. Deux mois plus tard on apprenait qu’elle était enceinte et dans les quatre mois qui ont suivi les Webb ont exigé qu’elle prenne un congé maternité. Je ne l’ai revue que quelques minutes lors de mon diner de retraite…Elle n’avait rien de la future maman heureuse, elle est repartie avec Clay.
Cette fois les anges n’étaient plus, c’était un silence de mort où règnent les « ce qui aurait pu être…ce qui aurait dû être » ; Jusqu’à :
_Retraite ? Fit la voix surprise et légèrement amusée de Harm.
AJ sourit doucement, ne voulant se rappeler de l’année écoulée.
_Je vous l’ai dit le Jag n’était plus le Jag et après avoir trouvé ma fiancée dans les bras d’un autre, je me suis dit que je ferais peut-être mieux de réorienter ma vie.
L’ancien Capitaine ne commenta pas la remarque du « ma fiancée dans les bras d’un autre » et hocha simplement la tête, comprenant exactement ce que son ancien commandant voulait dire. Réorienter sa vie, les onze mois passés en avaient été l’illustration parfaite et la nouvelle aventure dans laquelle il s’engouffrait l’était tout autant.
_Il faut que j’aille au Mexique. Murmura Harm, réajustant son doux fardeau dans ses bras.
AJ hocha la tête.
_Je connais quelques personnes qui peuvent nous aider, mais la CIA doit déjà être à la frontière, que ce soit celle du Mexique ou celle du Canada, ça ne va pas être facile.
_Je peux peut-être avoir de l’aide de l’intérieur.
L’ancien Amiral leva un sourcil, mais ne dit rien.
_AJ il y a quelque chose que je ne comprends pas. Quand je suis arrivé à l’hôpital, l’infirmière qui m’a aidé pour…faire ce qui devait être fait, elle m’a dit qu’elle n’avait jamais vu personne d’autre que Porter Webb, depuis l’arrivée de Mac à Bethesda après la fusillade, où est Webb…
L’ancien commando regarda son ami d’un drôle d’air.
_La CIA n’a pu cacher ça ?... Fit-il, plus pour lui-même que pour ses auditeurs. Reprenant pied dans le réel, il regarda le tourment prendre place sur les traits de Harm et dans un souffle, répondit.
_Il est mort… Et Porter Webb est certaine que Mac est la cause de sa mort.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Sam 8 Mar - 20:49

Que de révélations dans cette suite.

Comment Mac a-t-elle pu se laisser faire comme ça par les Webb. Elle qui était si forte.

Et les Webb, franchement

C'est bien en tout cas qu'AJ soit là pour aider Harm et que celui-ci ne lui en veut pas de ne pas l'avoir repris au JAG.

En tout cas, j'attends la suite avec impatience. Et ne te tracasse pas pour le temps, ta fic, vaut vraiment le coup d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Dim 9 Mar - 12:46

toujours aussi super

vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 31
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Lun 10 Mar - 0:22

Webb mort... Mac disparue...

Bon le garçon de Mac est en sécurité avec Harm mais bon...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 19 Mar - 3:27

Voici une suite,
Mille mercis pour tous vos commentaires
Bonne lecture Wink

Chapitre IV : Ne jamais regarder en arrière.

Il y eu ce calme, étrange, dérangeant et déroutant, comme si cette année écoulée n’avait pas été vécue par eux. Eux, cette famille qui un jour avait compté les uns sur les autres, ces êtres qui avaient parcouru des kilomètres, désobéit aux ordres les uns pour les autres, ces personnes qui s’étaient rencontrées, mêlées et adoptées et qui aujourd’hui ne savaient rien de ces trois cent soixante-cinq jours passés sans nouvelle.
Ce calme qui offre la paix.
_Pourquoi Porter Webb pense t’elle que Mac ait quelque chose à voir avec la mort de son fils ?
AJ soupira, un sourire plein d’ironie sur ses lèvres attristées.
_Je n’en ai aucune idée, je ne sais même pas exactement quand et comment il est mort. J’ai simplement croisé Porter dans les couloirs de Pentagone lors d’une visite au SECNAV, elle hurlait sur Sheffield, elle disait que Mac devait être dégradée et passée en court martiale pour ce qu’elle avait fait, dès qu’elle m’a vu elle n’a plus rien dit. Je n’ai entendu la version sur la mort de Webb que deux semaines plus tard, je n’ai jamais pu joindre Mac.
Il s’arrêta, ses yeux s’assombrirent et ceux de son ancien subordonné firent de même, la même pensée traversant leur esprit, s’inscrivant dans leur mémoire tel une blessure soignée au vinaigre.
_Vous ne pensez pas qu’elle ait pu organiser cela ? Fit la voix froide d’AJ.
Harm resta silencieux un instant et instinctivement vint déposer un baiser sur le front de l’enfant dans ses bras, ce dernier laissant échapper un doux soupir avant de se blottir un peu plus contre la chaleur de l’ancien Capitaine de Frégate.
_Je ne sais pas AJ, ce n’était pas une fusillade de quartier, les balles étaient placées de manières stratégique pour ne pas mettre la vie du bébé en danger et pour terminer celle de Sarah.
Je veux dire l’endroit où elle se trouvait est à peine fréquenté et l’appel que la police à reçu était anonyme pourtant la personne à demandé de tout faire pour sauver le bébé… Alors je ne sais pas AJ, je ne sais pas si tout ça est une opération de vengeance de la CIA, mais je peux vous assurer que j’ai un doute plus que raisonnable. J’ai passé l’année à travailler pour l’Agence et tout ce que je peux dire c’est que j’ai pratiquement vendu mon âme au diable.
Les deux hommes se turent, Francesca, elle, ne disait rien, écoutant l’amitié, et l’amour qui transperçait dans les paroles des deux amis. Elle se dit que peut-être ce petit bonhomme de quelques jours était un peu plus chanceux qu’il n’y paraissait au premier regard.
Soudain AJ sourit, d’un vrai sourire qu’aucune des trois personnes présentes n’avaient vu depuis longtemps.
_Vous avez dit pratiquement. Rit-il doucement en s’adressant à Harm. Qu’est-ce qui vous a retenu de vendre complètement votre âme ?...
Le Pilote sourit à son tour, comme ces jours où il se trouvait au milieu de l’océan, dans les senteurs de kérosène et le tourbillon des moteurs et que derrière lui apparaissait la silhouette familière et apaisante de sa partenaire. Ses yeux restèrent sur ce cadeau qu’elle lui avait laissé, ce petit être magnifique, doux et innocent. Lui qui était Elle, seulement Elle, pas un seul de ses traits ne lui rappelaient l’ancien agent.
_Elle, Sarah…j’avais cet espoir qu’un jour elle ou moi, viendrait frapper à la porte de l’autre et sans avoir besoin d’autre chose on s’avouerait notre amour. C’est cela qui m’a retenu.
Il s’arrêta, gloussa de nostalgie et d’occasions manquées.
_Le plus triste c’est que je ne lui ai même pas dit…dans cette chambre à l’hôpital, je ne lui pas avouée que je l’aimais, depuis le premier jour. Le tout premier.
Il n’y eu rien, puis des pleurs. Francesca sourit.
_On dirait que quelqu’un a faim ? Avez-vous le nécessaire ?...
Harm hocha la tête
_Dans la voiture, Fit-il en commençant à se lever, souriant tendrement Francesca tendit les bras vers le petit bonhomme, le libérant ainsi l’ancien Capitaine, de son doux fardeau. Harm répondit à son sourire avant de lui tendre son trésor encore en pleurs, mais tandis qu’avec délicatesse la jeune femme installait le petit garçon au creux de ses bras, les cris de ce dernier redoublèrent d’intensité, ses yeux de glaces emplis de peur et d’innocence, cherchant la chaleur de cet homme qui l’avait sauvé d’un avenir aux teintes de gris, ne la trouvant pas, le suppliant. Et Harmon Rabb apprit une nouvelle forme d’amour.
Ses yeux rencontrèrent ceux du petit ange, se perdant dans ce reflet qui aurait pu être le sien, en une seconde il comprit qu’il était perdu, son regard s’accrocha à celui de son ancien commandant qui sourit doucement devant cette scène ; lui aussi a un jour été à la place de son ami et lui aussi n’a pu résister.
_Que diriez-vous s’y je m’occupais de vos affaires et que vous continuiez à prendre soin de cet enfant. Demanda l’ancien Amiral en tendant les mains pour les clés de la Cadillac.
Harm hocha la tête et les lui tendit, avant de prendre de nouveau son petit garçon dans les bras, souriant alors que les larmes du nouveau-né s’apaisaient et que son cœur reprenait doucement son rythme de joie et tendresse.
_Et pendant que vous y êtes essayez de trouver un prénom pour ce petit homme. Sourit AJ avant de disparaitre à travers la porte.
Harm se rassit, Francesca toujours à ses côtés.
_Je n’ai absolument aucune idée de prénom. Soupira-t-il, berçant tendrement l’enfant encore secoué par quelques sanglots.
_Pas de Harmon Rabb III ? Rit doucement la jeune italienne.
L’ancien Capitaine laissa échapper un grand rire.
_Non, je ne suis pas si cruel et je ne crois pas que cela aurait plus à Mac… Sans compter que nous allons certainement devoir changer d’identité et je suis presque sûr qu’il ne doit pas être difficile de retrouver les quelques Harmon qui existent dans le Monde.
Francesca sourit en hochant la tête.
_Donc pas de Mackenzie, la piste serait bien trop simple à remonter… Affirma-t-elle doucement. Elle vit un sourire plein de tristesse et d’amour passer sur les lèvres de l’ancien officier avant qu’il ne secoue la tête à la négative.
_Quels sont les prénoms des hommes qui ont compté dans votre vie ? Demanda Harm soudainement.
_Vous voulez dire à part Albert Jethro ? Rit Francesca. Harm rit avec elle.
La jeune femme réfléchit un instant avant de parler de nouveau.
_ Ma première année d’école, nous étions encore aux Etats-Unis, j’étais terrifiée, je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’avais l’impression que mes parents ne viendraient plus jamais me chercher, que Papa allait être envoyé dans un autre pays et qu’ils partiraient en m’oubliant. Elle s’arrêta rit un instant.
_Je suis restée toute la matinée devant la grille de l’école, attendant la moindre voiture, les institutrices essayant de me faire entrer avec les autres enfants, m’assurant que mes parents allaient revenir, mais je ne les croyais pas, je ne les connaissais même pas, je voulais simplement voir mon papa et ma maman, retrouver ma chambre et mes jeux…
Et il est arrivé, il était dans ma classe, il est venu et a pris ma main puis il m’a tendue son ours en peluche tout déchiré et m’a dit que je pouvais le garder tant que mes parents n’étaient pas là, qu’il s’appelait Pirate et qu’il me protégerait.
Elle sourit au souvenir et ses yeux plongèrent dans ceux de l’ancien Capitaine.
_Il s’appelait Zachary, il est resté mon meilleur ami jusqu’à ce qu’il se fasse tuer en Irak il y a deux ans.
Le silence s’installa, versant sur ces quelques secondes un halo de tristesse et de nostalgie, finalement Harm prit la main de la jeune femme dans la sienne et sourit doucement.
_Francesca Parretti voici Zachary Rabb… Zachary je te présente Francesca…
Et trois rires se mêlèrent.




Il sourit aux trois hommes qui l’entouraient, ses amis. Il aurait pu pleurer s’il en avait eu le temps mais ce luxe lui était depuis longtemps retiré.
Demain il ne serait pour eux qu’un nom que tous allaient devoir se forcer à oublier, demain Harmon Rabb Jr ne serait plus, mort le même jour où l’on enterrait Sarah Mackenzie.
Il deviendrait personne, ombre de passage, fantôme perdu dans des mémoires flouées… Il deviendrait personne, il était père.
De sa poche arrière il sortit cinq enveloppes, on pouvait y lire d’une écriture rapide et tremblante d’émotions des noms qui peuplaient à jamais son cœur.
Il tendit quatre d’entre elles à son ami d’académie, donnant la dernière à Thomas Boone.
_Il faudrait que vous les donniez en mains propres pour qu’elles ne soient pas interceptées par l’Agence, je ne dis pas tout, simplement les grandes lignes…
Sturgis hocha la tête, l’ancien Amiral se contenta de sourire, lisant avec mélancolie le mot « maman et Grams » sur l’enveloppe légèrement cornue.

Il y eut un léger coup à la porte, AJ se leva pour aller ouvrir tandis que Francesca entrait dans la pièce un Zach fraichement réveillé dans les bras. Harm le prit, avant que son regard ne tombe sur la femme qui venait d’arriver, celle qui durant quelques jours avait été sa femme et qui serait à jamais une amie. Elle sourit doucement montrant les papiers qu’elle tenait dans sa main.
_Mr Harrison Reagan on dirait que votre voyage est arrangé…
Le Pilote sourit à Catherine Gayle, déposant furtivement un baiser sur joue, ses yeux de glace tombèrent sur ces enveloppes qu’il avait écrites, ces noms passés…aimés.
AJ Jr…Serguei… Bud et Harriet… Keeter…
Ses paupières emprisonnèrent ses larmes et il se souvint.
« Ne jamais regarder en arrière »…

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 19 Mar - 15:55

Super cette suite.

En plus la fusillade était faite exprès pour que Mac meurt mais pas le bébé. Je déteste vraiment la famille Webb.

Comment peuvent-ils faire ça.

C'est tant mieux si c'est Harm qui a le bébé. Mais je sens que tout ne sera pas si simple dans la suite que j'attends avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 19 Mar - 22:23

TROP SUPER

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Sam 29 Mar - 0:41

Merci et merci et re merci pour vos commentaires
Voici une tite suite. Laughing
Desolée pour le langage. Rolling Eyes
Bonne lecture. Wink

Chapitre V : Vers l’éternité.


S’il avait su qu’un jour comme celui-ci il se tiendrait devant elle, là, sans personne seulement elle et lui, la brise fraiche et l’herbe verte qui danse doucement sous cette caresse. Il sourit et pleura, ses doigts ne voulant toucher ces dates qui se chevauchaient, écrasant de leur poids mort ces lettres qu’il avait aimé, qu’il aimait… Mackenzie…Mackenzie Sarah…Sarah…Sa…
Ses larmes séchèrent sous le vent matinal et il resta simplement là, sans lui dire combien son cœur souffrait, sans lui narrer sa douleur et lui raconter sa peine…sa joie.
Il resta simplement là, attendant.

Il entendit les moteurs se couper, puis les pas, énervés et pressés, il ne bougea pas, perdu dans les reflets dorés de ce marbre gris. La main qui se posa sur son épaule n’avait rien d’amicale ou de compréhensive, il se releva, rencontra une nouvelle fois cette paire d’yeux glacés par la rancune et la trahison.
_Porter… On dirait que vous ne pouvez plus vous passez de moi ces derniers temps… Fit l’ancien officier un sourire en coin.
La vieille femme se rapprocha tandis que l’un de ses gorilles amplifiait sa prise sur l’épaule du Pilote.
_Où est-il Rabb ?
_Où est qui ?
Il vit les dents de son interlocutrice se serrer, essaya de ne pas trop apprécier ce fait.
_Mon petit-fils…Je sais que c’est vous.
Harm redevint sérieux accentuant son expression d’un froncement de sourcil.
_ Moi ? Qu’aurais-je bien pu faire ? L’enlever pour l’amener où. Je suis ici devant vous, je n’ai plus travail, plus d’amis et vous pensez que j’aurais enlevé un nouveau-né, un enfant qui n’est même pas de moi… Essayez autre chose Porter... Votre fils avait beaucoup d’ennemis…
_NE PARLEZ PAS DE MON FILS !!! Vous ne savez rien… Vous et cette petite putain de Mackenzie vous l’avez tué et cet enfant…cet enfant c’est tout ce qu’il me reste, alors vous avez intérêt à me dire où il est ?
Il resta silencieux, se prépara au coup de poing qui vint frapper son estomac, parla de nouveau.
_Dites moi Porter ça fait quoi de faire tuer la femme qui porte votre descendance, de la regarder dans les yeux un matin, savoir que vous ne la reverrez pas le soir et sourire.
Deuxième coup de poing.
La femme s’approcha de l’ancien officier et murmura à son oreille.
_Ca fait du bien, mais vous le savez, vous aussi vous avez rendu la justice… Il faut que vous sachiez quelque chose, quand elle était dans cette rue, attendant les secours le seul prénom qu’elle prononçait…c’était le vôtre.
La rage arriva, heurtant son cœur de toute sa peine, de toutes ces occasions manquées, il voulut l’attraper, la tuer, mais encore une fois l’homme en noir l’arrêta d’un crochet du droit. Il atterrit par terre sa bouche ensanglantée. Elle sourit.
_Nous allons vous faire parler, vous connaissez Blasdale...Il a quelques nouvelles chose à vous apprendre, des choses bien moins amusantes que de piloter un Aurora.
D’autres mains l’attrapèrent, des mains plus familières, plus douces mais il ne laissa rien paraitre, ferma les yeux pensa une dernière fois à la femme qu’il quittait pour toujours, lui envoya un « je t’aime » que personne n’entendit et entra dans un van aux vitres teintées.
Quand il ouvrit de nouveau les yeux toute sa peine s’atténua. Une ultime larme fit son chemin jusqu’à la commissure de ses lèvres, la main tendre d’une amie l’effaça avant de lui tendre le petit garçon endormi qu’elle tenait dans ses bras.
L’ancien Capitaine sourit, déposant un baiser sur la joue douce de l’enfant sa larme se perdant dans la chevelure brune, il se perdit dans sa chaleur et son odeur, oublia tout…
Ses yeux cherchèrent de nouveau ceux de la jeune femme blonde.
_On dirait que ça a marché. Fit-il doucement en souriant.
Catherine hocha la tête.
_Blasdale va nous conduire jusqu’à la frontière, on la passera, le Capitaine Turner attendra un peu plus loin avec Victor à partir de ce moment là Harmon Rabb Jr est mort dans l’explosion de ce van.
Ce fut au tour de Harm de simplement hocher la tête, avant de demander.
_Vous allez bien aller ? Je veux dire je ne veux pas que Blasdale ou toi ayez des problèmes… Chase à besoin de sa maman…
Elle lui sourit.
_Nous irons bien, Boone et Chegwidden simuleront l’attaque et nous avons fait en sorte qu’il y ait des témoins, la seule chose dont tu dois t’inquiéter est de partir le plus loin possible de Porter Webb.
Et c’est exactement ce qu’il comptait faire.


Le regard qu’ils partagèrent les ramena à leurs dix-sept ans quand, dans une chambre trop petite et impersonnelle ils s’étaient rencontrés. Et voilà vingt ans et des poussières plus tard ils devaient se dire adieu, pas au revoir encore moins à demain, non aujourd’hui leurs souvenirs communs s’arrêtaient là, sur un route déserte du Mexique sous un soleil asphyxiant au milieu de milliers de pensées et de regrets…de remord aussi.
Ils partagèrent un sourire, timide et triste, se comprirent, dans un même pas s’enlacèrent.
_Fais attention à toi Harm. Fit Sturgis la voix plus serrée qu’il ne voulait l’admettre.
_Toi aussi Sturg’, gardes un œil sur AJ Jr et Jimmy pour moi, tu veux…
Son ami hocha simplement la tête. Ils se séparèrent, l’ancien Capitaine attrapa le sac de toile qui reposait par Terre et sans se retourner se dirigea vers la voiture qui l’attendait un peu plus loin.
Ne retint pas la larme qui brula ses yeux.

Dans un peu plus de trois heures il serait dans un avion pour une destination qui ironiquement avait certainement été le début de toute cette histoire, une destination qu’il aurait voulu oublier et qui aujourd’hui apparaissait comme étant son dernier salut.
Gunny sourit doucement à son ancien supérieur et démarra la vieille Ford, s’éloignant des Etats-Unis d’Amérique en musique de fond Mel Carter…
What becomes of the broken-hearted…


La brise marine vint caresser son visage alors qu’il passait sous ce pont. Cette nuit. Ce jour. Cette année. Ces mots.

_Vous n’êtes comme ça qu’avec moi n’est-ce pas ?
_Seulement avec vous
_Je devrais me sentir flatter, je suppose.
_Vous devriez, Sarah.



Sydney, Australie le 23 Août 2004, Harrison Reagan et son fils Zachary Leroy Reagan commençaient leur nouvelle vie…Essayant d’oublier leurs fantômes… Essayant.

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Sam 29 Mar - 12:33

TOUJOURS AUSSI SUPER

VIVEMENT LA SUITE!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Lun 31 Mar - 15:37

Génial mais triste cette suite.

Harm qui quitte sa "famille" pour en construire une nouvelle dans un pays remplit de souvenirs.

J'espère que là-bas il ne sera pas retrouver. Mais je me demande quand même où tu vas nous emmener dans la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
hemond
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 16
Age : 30
Localisation : Trois-Rivières, Québec
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mer 2 Avr - 17:53

Wow, j'adore trop cette fic.

J'ai l'impression que l'Australie va aussi amené son lot d'aventures, d'incertitudes... et de déjà vu.

Sincèrement, j'espère que tout ira bien pour Harm et le petit Zack.

Vivement la suite Morguy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Lun 22 Sep - 17:01

Morguy c'est normal que je ne sois pas ce que tu as posté?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 31
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Lun 22 Sep - 17:07

C'est pareil pour moi je ne vois pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
kubik38
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 12
Age : 28
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mar 23 Sep - 23:19

pareil pour moi, je vois rien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Mar 23 Sep - 23:22

Ben là le message de Morguy a été effacé apparemment parce que je ne le vois même plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Jeu 9 Oct - 21:45

Désolée les filles je ne sais pas ce qui est arrivé à mon message et je n'ai pu venir avant pour vous le remettre...
Bref voilà la suite
Encore merci de suivre cette fic.
Bonne lecture

Wow ça fait pas mal de temps que je ne suis pas venue par ici. Il faut dire que j’ai eu un été très chargé. De bonnes choses et de souvenirs magnifiques. Bref je suis de retour et vais essayer de mettre à jour toutes mes fics.
Merci pour tous vos commentaires les gens. Je vous <3.
Bonne lecture


Chapitre VI : Flashback

Ce n’est pas quelque chose à laquelle on s’habitue, changer d’identité, faire comme si on avait toujours été cette personne, oublier les souvenirs, s’en inventer des nouveaux, trouver des excuses, sourire même quand il ne reste presque plus rien de vous, rien à part ce petit être plein d’innocence et de vie, cette dernière attache, ce nouveau souffle d’espoir. Rien à part lui.

Le soleil apparait doucement sur l’étendue marine, baignant l’horizon de cette couleur orangée à la fois éclatante et apaisante. Je soupire avant de m’enivrer de cette atmosphère calme et rafraichissante. Dans quelques heures ma routine quotidienne va commencer, mais pour le moment je laisse ma mémoire voguer vers des territoires lointains, des terres oubliées et dangereuses. Des espaces de peine. Mon passé. Elle.
Dans quelques heures je ne devrais plus penser à elle, je devrais l’oublier encore une fois comme chaque jour, oublier le son de sa voix et l’éclat de son rire, le pétillement de ses yeux d’ébène et la douceur de ses larmes. La mélodie de sa voix. Je devrais oublier. J’ oublie… ou presque.
Soudain des pleurs, je souris, elle n’est pas morte, elle est là avec moi, avec nous, chaque jour plus présente à travers ce petit être. Mon fils.
_ Hey bonhomme… toujours à l’heure. Je ris en attrapant mon petit garçon de bientôt six mois. Il me sourit , ses mains attrapant comme à leur habitude le tissu de coton qui me sert de tee-shirt.
_ Que dirais-tu d’un bon petit déjeuner avant d’aller faire une ballade en ville ? Je lance en déposant le petit ange dans sa chaise haute. Pour seule réponse je reçois un éclat de rire et d’étranges babillements.
_ Oui, je me doutais que tu aimerais ce plan, je vais aussi devoir passer au Lycée, Leila à oublier ses copies et je lui ai dit que ça ne nous gênerait pas de les lui amener. Tu pourras voir Robbie comme ça.
Je continue m’installant aux côtés de mon fils pour lui donner à manger, n’attendant aucune réponse particulière.

Voici ma vie, je suis cet américain sans femme mais avec un fils qui ne semble pas avoir de passé. Ce professeur de physique possédant aussi une casquette d’entraineur de l’équipe de basketball du Lycée, aimé de ses élèves et apprécié de ses voisins, voilà ce que je suis devenu, un homme qui se fond dans la masse, un homme que l’on invite aux barbecues et à qui on vient demander de la farine pour faire un gâteau, un professeur à qui l’on demande des conseils, un homme à qui l’on fait confiance…
Seulement moi, cet homme, je ne peux donner ma confiance, pas encore. Jamais.
Bien sûr j’ai des amis, Leila pour ne nommer qu’elle, mais tous ne connaissent que la façade de Harrison Reagan, personne ne peut atteindre la vrai vie d’Harmon Rabb Jr et personne ne l’atteindra. Il y a trop de risques. Trop de peine. Trop de morts.


Zach dort contre ma poitrine, une de mes mains reste contre son dos, dessinant inconsciemment des cercles avec douceur et protection. Nos revenons de chez Leila. Leila, Dieu c’est que j’aime cette fille , elle me rappelle Coates, Harriet aussi, et la voilà qui me demande d’aller récupérer ses copies et de les lui amener et toute cette mise en scène pour me présenter sa nouvelle voisine. Sa charmante nouvelle voisine a-t-elle insisté. Leila… Si seulement tu savais, que les seules fois où mon cœur a aimé, vraiment aimé, l’histoire s’est finie en drame. Les deux fois.
Leila si tu savais.
Avec un sourire d’excuse pour mademoiselle Chase et un doux regard de réprimande pour mon amie je me suis sauvé, prenant comme lamentable excuse le réveil imminent de Zachary. Et me voilà désormais en train d’errer dans le quartier comme tous les dimanches . Ma routine. J’entre dans la petite épicerie de Nora, trop de choses dans ma tête, une seule solution : cuisiner.

Nora est le pilier du quartier, elle y vit depuis 1945, elle est arrivée avec son frère et ses deux petites sœurs à la fin de la guerre, elle est venue d’Europe sans ses parents. Nora est juive. Son visage raconte sa vie, chaque ride qui grave son air de douceur et de gentillesse est une phrase de l’existence de Nora Grayman. On voit ses sourires aux coins de ses yeux et ses peines sur ses joues. Dès que votre regard rencontre celui de Nora, ces yeux d’un vert pénétrant et étincelant, ces prunelles de tendresse et d’amour, vous savez que la seule chose que vous pouvez faire c’est aimer Nora, comme elle a décidé de vous aimer.
_ Tiens donc, je commençais à m’inquiéter Harry, ça fait bien une semaine que je ne t’ai pas vu. Quant à ce petit ange cela doit bien faire une éternité. Lance ma vieille amie, tendant déjà ses bras vers mon petit garçon qui vient de s’éveiller et qui babille joyeusement.
Je souris un peu honteux.
_ Bonjour Nora. Zach et moi avons été un peu occupés ces derniers temps, mais je vous promets de ne plus rester aussi longtemps sans vous donner de nouvelles. J’assure en lui offrant un de mes plus beaux sourires. Elle secoue la tête, sait qu’elle ne peut rien contre ce sourire.
_ Tu as plutôt intérêt jeune homme. Sourit-elle.
_ Je peux vous le laissez le temps de prendre ce qui m’intéresse. Je demande plus pour la forme que par véritable interrogation.
_ Tu sais bien que oui, Harry. Fais ce que tu as faire, ce jeune garçon et moi avons à discuter.
Et je pars à travers les rayons.

Le magasin est désert à l’exception d’un homme, de son enfant et de moi-même. Il fait beau et l’après-midi est chaude, les gens sont dehors profitant de la vie. Moi je vais cuisiner.
Pathétique Rabb, tu es pathétique.
L’homme est au même rayon que moi essayant de se décider sur quels petits pots choisir, demandant son avis au bambin qui le regarde à ses pieds, dans son maxi cosy. Je ne fais pas attention à lui, prends ce qui m’intéresse.
Cependant il y a quelque chose d’étrange chez cet homme, je me retourne, lui est de dos, cette voix. Elle a vieillie, elle est un peu plus rauque que dans mes souvenirs, un peu plus triste aussi, de cette tristesse que j’ai entendu un soir de Mai, il y a longtemps. Trop longtemps. Quand elle était encore là, là devant moi, attendant que je lui dise ces trois mots et moi attendant qu’elle m’avoue qu’elle ne l’aimait pas, lui. Lui.
Je m’approche. Je ne pense à rien, seulement à elle. Il se retourne, je ne bouge plus. Face à face.
_ Rabb ?
_ Brumby

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   Jeu 9 Oct - 21:52

Oula une rencontre Harm/Mic alors qu'en plus Harm a changé d'identité.

Je me demande bien ce qu'il va se passer.

Toujours aussi super en tout cas. Et vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'autre bout du Monde [En cours-PG-13]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A l'autre bout du monde...
» [Nessmann, Philippe] A l'autre bout de la terre, le tour du monde de Magellan
» Aller au bout du monde avec toi
» Pirates des Caraïbes: Jusqu'au Bout du Monde - Edition Simple et Collector (23 novembre 2007)
» [Magnan, Pierre] Laure du bout du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: FANART :: Les fanfictions :: En cours-
Sauter vers: