CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JAG San Diego

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Lun 28 Avr - 23:13

J'adore toujours autant

J'ai trop hâte de lire la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Lun 28 Avr - 23:53

Rooooh c'est magnifique

Je m'imagine trop la video pour l'anniversaire de Harm, c'est génial de revivre les mois précédents comme ça...
J'adore aussi les petits commentaires qu'on peu entendre... et j'adore la ptite réplique de Mac ^^

Enfin toujours aussi marrant...
Même si Mac a besoin de son homme pour se sentir mieux...
Enfin, ils ont l'air d'avoir une relation vraiment fusionnelle... j'adore !

Vivement la suite

Puis maintenant, on sait vraiment ce qu'Harm fait ^^

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ima
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 17
Age : 37
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mar 29 Avr - 11:26

Trop bien la scène de la vidéo pour l'anniversaire de Harm!!

J'aime beaucoup cette histoire !!

Et j'attends la suite avec impatience !!!

Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mar 29 Avr - 21:51

merci beaucoup pour vos comms. Voilà une suite un peu plus longue. Bonne lecture

« Alors ils ne sont toujours pas mariés ? » s’étonna Alicia en picorant dans son assiette.

« Ouais. Quand je suis arrivé à DC et que je les ai rencontrés, ça faisait environ 9 ans qu’ils se tournaient autour. »

« Ils avaient au moins déjà couché ensemble. »

Vukovic fronça les sourcils un instant essayant de trouver une réponse.

« Quoi ? Ils n’ont pas couché ensemble ? » Demanda Alicia.

« En faites, c’est le plus grand mystère de tout le QG du JAG. Personne ne le sait. »

« Mais 9 ans. »

« Justement, c’est ça qui rend la chose encore plus belle. Ils ont vécu 9 ans d’une amitié exceptionnelle et jamais ils n’ont voulu gâcher leur amitié par l’armée qui leur interdisait ça. En faites, on peut dire qu’ils ont été un couple pendant 9 ans. Ils étaient amoureux et le savaient, c’est comme être ensemble sans jamais partager une vie intime. »

« Pour ne pas être séparé par l’armée. »

« Exact. Il m’a fallu un moment pour le comprendre mais bon. »

« J’y crois pas. Vous avez essayé de la draguer, » dit-elle avec un immense sourire.

« Comment… ? »

« Comment j’ai fait pour deviner ? »

« Oui. »

« Intuition féminine, » répondit elle en se penchant avec un grand sourire.


« Alors vous n’avez pas finis les préparatifs ? » Demanda Jennifer en prenant place à une table dehors sur la terrasse, son plateau posé devant elle.

« Non….on a encore des tonnes de choses à faire. En tout cas j’ai trouvé ma robe et je dois faire des ajustements mais tout ça c’est avec Trish. Après, tout ce qui est traiteur…ben on cherche encore….et on a aussi le pâtissier pour la gâteau. On a rendez vous bientôt mais je me souviens plus de quand exactement mais c’est bientôt. »

« Vous avez peur ? »

« Peur ? »

« Oui. Peur du mariage. »

Mac réfléchit un instant, s’interrogeant sur son futur. Avait-elle peur de vivre enfin marié avec l’homme de sa vie ? Pourtant, elle vivait avec lui depuis plus de 2 ans, pourquoi aurait elle peur ? Peut être parce qu’elle s’engagerait devant tous ces amis, officiellement à vie à Harm. Avouant à tout le monde que oui, elle était tombée amoureuse de ce marin têtu dans une roseraie à Washington. Elle regarda alors sa main gauche o il n’y avait à son annulaire qu’une bague de fiançailles. La plus belle qu’elle ait vu de toute sa vie certes mais aucune alliance ne lui tenait compagnie…pour le moment. « Et vous alors. Avec Vukovic. »

« Il n’y a rien entre moi et Vukovic, » répondit Jen.

« Oh Jennifer, j’ai sorti cette excuse pendant près de 9 ans au sujet d’Harm et moi. Et on se marie dans quelques mois. »

« Mais je ne mens pas. On est proches mais c’est tout. »

« On dirais moi à D.C. »


« Non mais sérieusement comment vous avez fait ? »

« La façon dont vous en parler, on devine qu’il y a eu quelque chose. »

« Je dois avouer que j’ai essayé. Et une fois, nous étions ici pour une enquête et je dois dire que j’aurais aimé que ça se finisse dans le lit. D’ailleurs je crois que j’avais une chance……mais quand nous sommes rentrés à DC, la fille dont Harm est tuteur avait eu un grave accident et elle était à l’hôpital. Elle s’est sentie coupable parce que pendant que nous « flirtions » à San Diego, il l’avait appelé pour lui parler mais elle a coupé court à la conversation. Et puis, lui il la mise à l’écart complet, pile quand elle voulait être proche de lui et l’aider il la repoussait. Et c’est là que j’ai compris que je ferais mieux de ne rien tenter parce que si on faisait quelque chose et bien, ça ne serait pas parce qu’elle le souhaiterait. De plus quand elle a été muté ici, j’ai essayé de m’intégrer à sa liste pour son équipe et qu’elle m’a violemment repoussé.»

Alicia fit une petite grimace et picora encore dans son assiette. « Si tous les hommes pouvaient être aussi perspicace que vous. »

« Il m’en a fallu du temps. Et puis…je suis venu ici pour une affaire et je l’ai vu radieuse avec Harm. »

« Et vous êtes arrivé quand pour travailler définitivement ici ? »

« Y a plus de 6 mois maintenant. Ce qui fut une surprise parce qu’elle ne voulait pas de moi au départ. Mais, je me suis remis en question dès le jour où elle est parti et que le JAG ne fut plus le même. Je travaillais avec elle essentiellement et plus personne ne m’a fait de cadeau après ça. Alors, j’ai bossé dure et j’ai étudié des anciens cas du Colonel et d’Harm J’ai vu leur façon de travailler. J’ai pas mal changé je dois dire. Ce qui m’a valu une promotion qui devait aller avec une mutation dans un autre service parce que d’après beaucoup je n’étais pas prêt pour être un grand avocat à DC. »

« Et ça se passe bien ici ? »

« Pas vraiment. Dirons nous que je fais énormément de bêtise mais le colonel est du genre à donner des secondes chances ; mais j’essaie de pas en abuser. »

« Je vois. J’aurais besoin de quelques conseils parce que là je suis perdue. Je dois dire que ce n’est pas la même chose qu’en Floride. »

« Rien n’est pareil qu’ici. Le colonel a su amené une nouvelle façon de faire. »

« En tout cas elle me terrifie, » Avoua t’elle en se mettant à rire. « J’ai l’impression qu’elle a un cachot où elle torture les jeunes recrues. »

« C’est une ancienne Marin’s, pas une dictatrice. »

« Ouais. Et puis si vous êtes encore là c’est qu’elle ne doit pas être si terrible, » ironisa Alicia en se mettant alors à rire.

Vukovic d’abord choqué la rejoignit dans son fou rire, devant avouer qu’elle avait raison.


« Et bien, y en a qui se détende, » dit Mac.

« Ouais, je me demande qui… , » commença à dire Jen en se tournant pour trouver d’où venait ce rire avant de finalement trouver et de sentir son cœur se serrer.

Voir Vukovic avec une autre femme avait le don de lui faire de la peine, mais le voir avec une autre femme et riant, ce qui voulait dire qu’il se sentait bien, lui faisait encore plus mal. Mac fronça les sourcils en fixant Jennifer et eut un petit sourire en coin en imaginant que tous ceux de D.C avait du subir ça pendant 9 ans quand une femme tournait autour d’Harm. Elle se souvenait de la sensation qu’elle avait à chaque fois que cette vision passait devant elle.

« Jen. Ça va ? » Aucune réponse ne vint de la jeune femme, alors Mac opta pour une autre solution. « Coates ! »

Cela eut l’effet escompté et ramena Jennifer dans le monde vivant. « Désolé. »

« Il n’y a rien, » la rassura Mac. « Elle est nouvelle et ne connaît personne. De plus, j’ai demandé au capitaine de l’aider, je pense qu’il profite de ce déjeuner pour en parler. »

« Vous croyez ? »

« Mais oui. Ne voyez pas le mal en chaque femme, ça ne mène à rien. »

« Ouais. Sauf à le voir avec des femmes autour de lui et un jour où l’on se sent prête et qu’on tape à sa porte, on le voit avec une rousse. » Le cœur de Mac se serra et Jennifer baissa le regard. « Je vais retourner travailler, madame. »

Elle se leva doucement de sa chaise prenant son plateau pour le poser sur la table où l’une des personnes de la cafétéria viendrait le prendre pour le vider. Mac regarda son second partir tout en se rappelant qu’elle aussi avait été à cette place. Elle prit alors son portable et appuya sur la touche ‘2’ d’appel rapide, mais il n’y eut que des sonneries lui indiquant que la personne à joindre ne répondait pas, puis vint le répondeur. Elle raccrocha sans même laisser un message et prit une gorgée d’eau pour passer la boule au fond de sa gorge. Alors qu’elle prenait sa fourchette elle sursauta légèrement quand son portable se mit à vibrer, puis en regardant elle vit qu’elle venait d’avoir un SMS.

« Je suis en audience, t’appelle ce soir. Je t’aime. »

Mac eut un petit sourire avant de se mordre la lèvre inférieure se maudissant d’avoir oublié que lui aussi devait travailler. Finalement, elle retrouva un semblant d’appétit et finit son plateau avant de se remettre au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mar 29 Avr - 23:50

Bon, pour cette fois, j'ai attendu un peu avant de mettre un com'

Alors, j'adore la petite réflexion de Mac sur sa peur du mariage... Pi quand elle regarde sa main et qu'elle trouve qu'il manque une alliance, même si la bague de fiancailles est jolie lol

Est ce qu'on va savoir pourquoi ils ont attendu aussi longtemps avant de se marier, parce que ca fait quand même deux ans ?
Peut-être le temps de prendre leurs repères... En même temps, à la fin de la s10... la demande en mariage a qd mm été prise sur le cp... ils ont pt etre voulu s'assurer qu'ils pouvaient avoir une véritable relation de couple... Ce qu'ils arrivent parfaitement à faire...

Sinon, pauvre Jen... On comprend mieux son malaise vis à vis de Vic... En même temps, on le sait coureur de jupon... il est jeune... laissons-le jouer l'étalon pour le moment... mais pas trop longtemps parce que pendant ce tps... Jen est pas au top de sa forme !

Et Mac qui sourit en ayant l'impression de revivre sa propre histoire... j'espère qu'ils vont pas etre aussi maso que H&M...

Roooooh et j'adore ce que Vic dit... qu'ils étaient ensemble depuis 9 ans parce qu'ils étaient amoureux et le savaient sans le côté intime... en fait, c'est trop ca... Enfin, c'est trop romantique en plus... Enfin, c'est h&m quoi lol

Bon, Alicia semble s'être trouvé un allié... mais ya un côté un peu étrange... je me demande vraiment qui se cache derrière cette personne... en plus, j'ai l'impression que pr l'instant, elle porte pas Mac dans son coeur, elle la voit plus comme une tortionnaire qu'autre chose...
Alors que not' Mac di namour est adorable comme tout... Ya pas plus gentille comme devil dog !!!

Roh pi... Ya pas a dire... Elle est accro a son ancien pilote ^^
Message par la... coup de fils par ci... rêvage par la... mention de harm par ci...

Pi Harm qui envoie un sms... trop mignon

Vivement la suite ^^

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 30 Avr - 1:11

oulà quel long com. Allez petite récompense pour toi jte mets une courte de suite avant l'arrivée de quelqu'un de très attendu.

*******

« Pardon ! Vous voulez 6 ans d’emprisonnement pour une soirée de beuverie. Je refuse, » dit Eric en jetant son dossier devant lui. « Vous m’entendez ! Je refuse. Et je peux vous dire qu’il vous faudra un certain temps avant de trouver un arrangement. » Il raccrocha violement son téléphone alors qu’Alicia passait devant son bureau. « T’étais où ? » Hurla-t-il après elle.

Elle sursauta avant d’entrer dans le bureau. « C’est à moi que tu parles ? »

« Je t’ai appelé près de 10 fois ce midi et tu répondais pas. »

« Je suis désolé, je suis allé manger et j’ai… »

« Je m’en fous. Tu réponds ! On y va. »

« Où ça ? »

« T’avais qu’à écouter tes messages. »

Eric avança à pas rapide jusqu’à la salle de réunion où se trouvait le fils du Capitaine de vaisseau qui fixait ses chaussures et qui ne prit même pas la peine de se mettre au garde à vous quand ils entrèrent dans la pièce.

« Lieutenant c’est un honneur de vous voir. » Ironisa Eric.

« Je viens vous offrir un marché. »

« Sans votre avocat. »

Le jeune homme lança une petite enveloppe marron sur la table qu’Eric prit et ouvrit. « De l’argent. Vous voulez m’acheter ? »

« Vous avez compris. »

« Je ne suis pas à vendre. »

« Je crois que vous allez l’être. Je suis déshydraté. Un verre d’eau, » dit il à Alicia.

« Pardon ? »

« Un verre d’eau c’est trop vous demander. »

« Quartier maître… » Commença à dire Eric.

« On dit s’il vous plait, ensuite je ne suis pas votre bonne mais un officier de grade supérieur donc on dit lieutenant. Et non vous n’aurez pas d’eau étant donné que n’importe quelle boisson vous rend ivre en moins de 2 minutes. » Lança Alicia. « Et sachez que ce n’est pas le chèque ni même le pouvoir de votre père. Parce que allez y , faites le, vous allez vous en tirer…mais dès cet instant…je vous conseille de prendre un garde du corps. Parce que ni vos camarades, ni moi-même n’allons vous rater. Et croyez moi votre père n’aura pas assez d’argent pour retrouver le fils qu’il aimait tant. »

« Vous allez le regretter. »

Il se leva de la chaise où il avait pris place avant d’aller vers la porte et de se tourner. « J’espère que laver des sanitaires ne vous gêne pas car vous aller le faire pendant un long moment. »

La porte claqua alors avec un grand bruit qui s’entendit dans tout le couloir mais ce n’était rien comparé à ce qui allait suivre.

« Jen attends, » dit Vukovic alors que Jennifer Coates allait vers son bureau.

« Non pas de attends, j’en ai marre. C’est du tu sais je ne suis pas prêt à du je suis jaloux des mecs qui te regardent et pourtant ça ne m’empêche pas de draguer d’autre femmes. »

« Je ne drague personne. »

« Oui, tu as raison et c’était purement professionnel entre toi et la nouvelle. »

« Jen, » répéta Vukovic en posant sa main sur son bras.

« Lâche-moi avant de le regretter, » siffla t’elle entre ses dents.

Mac qui était dans l’embrasure de la porte de son bureau observa la scène assez intriguée et à la fois, avec un sentiment de déjà vu qui l’envahissait de plus en plus. Finalement quand Jennifer arriva à son bureau, leurs regards se croisèrent.

« Jen, » dit Mac d’une voix douce.

« Quoi ? »

« Si vous avez besoin… »

« Je n’ai besoin de rien madame, » répondit Jen le regard triste avant de s’installer et de se mettre à travailler.


« Tu es dingue, tu sais ce que ça va nous coûter, » hurla Eric suivit par Alicia qui baissait les yeux.

« Mais il fallait faire… »

« Arrête ok. La prochaine fois tu te tais, tu va me faire perdre mon procès avec tes conneries, » hurla t’il encore plus fort à tel point que tout le plateau avait entendu. « Pas étonnant que la Floride ait voulu se débarrasser de toi. »

Alicia eut le cœur qui s’arrêta d’un coup et les larmes lui montèrent aux yeux. C’est alors que floutée par sa peine, son regard croisa celui de tout ses nouveaux collègues et le regard méprisant de Jennifer. Elle n’eut d’autre choix que de baisser les yeux et de partir en courant hors du JAG. Mac resta surprise mais Jennifer la sortit de sa torpeur.

« Madame, le capitaine Lee au téléphone. Au sujet de son fils, je crois. »

Décidément sa journée allait être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 31
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 30 Avr - 9:50

J'adoOore j'adoOore, j'adoOore...

Je ne sais pas quoi dire d'autre que j'adoOore...

Et le SMS de Harm c'est vraiment troOop mignon...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 30 Avr - 19:08

Merci beaucoup pour vos coms. Voici la suite avec l'arrivée d'un personnage attendu depuis un moment je crois.

****

Lundi
3 Septembre, 2007
Plage
San Diego


« Comment ça tu ne sais pas quelle décision prendre ? »

« Elle a insulté le fils d’un Capitaine de vaisseau. »

« Qui lui a proposé un pot de vin, Mac. Ça compte. »

« Mais elle l’a insulté. Elle est sous mon commandement et en moins de 24 heures elle s’est mise à dos deux officiers du JAG, un capitaine de vaisseau et son fils qui est en plus le client de la partie adverse. Harm comment veux-tu que je m’en sorte. »

Mac jeta un coup d’œil à Harm qui tendait un billet au vendeur de l’autre côté du comptoir, pour essayer de sonder quelque chose dans ses yeux. Elle savait qu’en ces moments-là elle pouvait compter sur lui. Mac lécha un peu de sa glace au chocolat avec un petit sourire sur les lèvres

« Que veux-tu que je te dise ? » Répondit-il enfin une fois qu’il eut finis de payer. « Tu veux que je te dise qu’elle a tort et que tu devrais lui mettre un blâme alors que je sais qu’au fond de toi la Marine que tu es, aurait botté le derrière de ce jeune idiot. »

« Je commence à avoir peur, » dit-elle en marchant.

« Pourquoi ? »

« Tu commence à trop bien me connaître. »

« Et alors ? Ce n’est pas une bonne chose ? » Demanda t’il en se joignant à sa marche.

« Ca dépend. Chaque femme a besoin d’avoir ses secrets. »

« Mais j’aime tout savoir de toi. »

« J’aime que tu saches certaines choses. Comme savoir qu’une bonne glace me remonte le moral. »

« Ouais. Enfin… qui ne devinerait pas que la nourriture te comble. »

Mac soupira en passant son bras sous le sien tout en continuant à manger sa glace. Puis elle sourit et leva la tête vers Harm qui captant son regard penchant sa propre glace vers elle afin qu’elle y goûte.

« T’es pas croyable, » marmonna t’il.

« C’est pas pour ça que tu m’aimes ? »

« Bien sûr. Pour ça et des tonnes de raisons qui me prendraient près de l’éternité pour les énumérer. »

« Oh ce que t’es romantique quand tu veux. »

« Ne dis pas ça à mes confrères. »

Mac sourit avant de se plonger dans un profond silence, perdue dans ses pensées, et sachant qu’elle en avait besoin, Harm ne dit rien. Il la regarda de temps à autre, la contemplant aussi avec plaisir, car ces petits moment si bons étaient aussi si rare.

Il savait qu’en venant avec elle à San Diego et en quittant sa carrière, être ensemble et seuls, passer des moments en couple, tout ça ne serait que très rares voire quasi inexistant pendant de longues périodes. Harm rentrait souvent pour trouver un appartement vide et attendait patiemment qu’elle rentre, faisant la cuisine, réglant les factures et enfin travaillant un peu. Le plus souvent, elle rentrait épuisée et mangeait à peine pour aller ensuite prendre juste une douche et aller se coucher. Il avait eu du mal à surmonter tout ça et puis finalement, il s’était habitué à travailler plus tard pendant un moment et quand Mac avait fini cette longue période d’adaptation, tout était devenu normal. Il arrivait qu’elle travaille beaucoup et soit peu présente comme en ce moment où l’arrivée de cette nouvelle avocate allait lui donner peu de temps pour eux. Seulement, après toutes ses années, ils avaient vite compris qu’il fallait mieux parler de ce genre de chose, ce qui faisait que tout ce réglait.

« On avance notre week-end ? » Demanda Harm.

«On peut ? »

« Bien sûr. On pourra faire plus de choses ce week-end. »

« Tu penses à quelque chose en particulier ? » Demanda Mac mutine.

« Et toi ? »

« Oh…. cette question…. »

« Je sais… mais après tout… on aura un week-end pour nous. Que tous les deux. Et étant donné que c’était notre week-end confession et pas notre week-end organisation mariage… on peut passer un week-end romantique… à se faire des câlins et… enfin tu vois. »

Mac se mit à sourire doucement en voyant qu’il se mettait à rougir.

« Quoi ? »

« C’est marrant comme le fait d’en parler te fait rougir alors que tu es loin d’être gêner quand on le fait. »

« Je suis trop occupé pendant qu’on le fait pour pouvoir faire quoique ça soit d’autre. »

« mmm… es-tu en train d’admettre que les Marines sont supérieurs et t’épuises. »

« Mac… »

« allez, admets le… »

Harm se tourna pour le regarder arrêtant alors de marcher, ce qui stoppa également Mac. Doucement, il s’approcha d’elle avant de poser ses lèvres sur les siennes pour partager un doux et tendre baiser plein d’amour et de désir. Doucement de sa langue il lui indiqua qu’il voulait plus que du lèvres-contre-lèvres et Mac les ouvrit afin d’approfondir leur baiser. Harm s’amusa délicatement dans son baiser, voulant lui faire perdre le nord. Et il avait réussi car quand leur baiser s’arrêta, Mac était hors d’haleine, les yeux perdus dans le vague et remplis de désir, qu’Harm devina en quelques secondes.

« Et si on rentrait ? » Demanda Mac.

« Tu n’as pas envie de parler. »

« On pourra parler après. »

« Après quoi ? » Demanda Harm voulant jouer avec elle.

Mac l’attrapa par le col pour le rapprocher d’elle. « Harm, ramène-moi à la maison et fais-moi l’amour, sinon tu vas le regretter crois-moi, » jura Mac entre ses dents.

Harm sourit, à la voilà sa Marine dont il était fou. Elle était donc revenue. Il lui donna un flyboy grin dont elle était si folle et lui donna un court baiser avant de passer son bras autour de sa taille et de partir avec un pas rapide vers leur voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 30 Avr - 22:05

TROP TROP SUPER

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 30 Avr - 22:17

Roh la la... c'est super mouvementé au JAG loool
Entre Vic & Jen... & surtout entre Eric & Alicia...
Je crois qu'elle comprend la douleur de l'amiral qd il avait à faire avec eux lool

Enfin, maintenant, j'ai mal au coeur pour Alicia, parce que même si je la trouve un peu enigmatique... je trouve qu'elle méritait pas cette remontrance... Si Eric veut passer ses nerfs... qu'il fasse comme Mac, tape dans un sac loool

Sinon.... Yaaaaaa enfin Harm !!! On l'attendait plus ! Mais le voila... & que j'aime les voir ensemble... c'était le petit truc qui manquait depuis le début... cette scène H&M... Pi j'adore Mac qui peut pas s'empecher de gouter la glace de son futur mari (quelle belle association de mot lol)
Pi il sait exactement comment faire pr remonter le moral de sa marine !! Pi, ils ont une complicité... c'est merveilleux... Je veux bcp bcp d'autres moments H&M lool

J'espère aussi que Mac va trouver une solution pr canaliser la nouvelle... parce que suis sure qu'elle manque pas de piquant... faut juste lui montrer le chemin pr qu'elle s'améliore
Pi faut, dire l'autre, il le méritait... ok... elle a pt etre pas utilisé la meilleure des façons... mais tin... suis certaine que mac l'aurait pas loupé si ca avait été elle à la place de Alicia loool

Bon, ce que j'attends des prochaines parties :
- bcp de H&M ^^
- des excuses d'Eric
- un peu plus de détails sur Alicia
- du Mac en mode marine ^^
- du Jen/Vic ^^

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hemond
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 16
Age : 30
Localisation : Trois-Rivières, Québec
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 1 Mai - 6:24

Je viens de découvrir cette fic. Je suis contente que tu es cambriolée les bureaux de Bellesario. Tant que tu te fais pas prendre... je voudrais pas perdre une auteur aussi douée que toi.

J'ai dévoré cette fic début à là. J'adore ce qui se trame. Du Mac/Harm, du Vukovic/Jen et le nouveau p'tit couple me plait bien aussi.

J'ai hate de pouvoir lire la suite pour voir se qui va se passer.

:bravo: et vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 1 Mai - 15:47

Merci à tous pour vos coms. Je suis heureuse et très surprise de l'intérêt que vous avez pour ma fic. Et tkt hemond, je connais les raccourcis sur pour entre chez DPB productions. Voici la suite

********

Mardi
4 Septembre, 2007
QG JAG
San Diego


Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent laissant sortir Mac qui se dirigea d’un pas heureux vers son bureau. Ses muscles lui faisaient mal mais elle avait adoré la nuit dernière dans les bras d’Harm, simplement à s’aimer, à s’embrasser. Et pour une fois, il n’y avait plus eu de boulot, ni de mariage, juste eux d’eux et leur amour.

« Jen, quoi de neuf aujourd’hui ? » Demanda-t-elle.

« Rien de nouveau, juste un capitaine qui vous attend dans son bureau et qui s’est levé du pied gauche. »

« Un café et une aspirine sont de mises ? »

« Je crois que oui. »

« Oh, pourquoi faut-il qu’après une soirée comme celle d’hier s’enchaîne sur une journée comme ça. »

« Bonne soirée ? »

« Excellente. Une petite ballade sur la plage à manger une glace et ensuite une soirée dans le lit à se faire des câlins. »

« Oh le pied. Je vous hais franchement. Vous savez la chance que vous avez. »

« J’en ai une vague idée, » répondit Mac avec le sourire avant d’entrer dans son bureau pour se trouver face à un homme visiblement très en colère, à la vue de ses sourcils froncés.

Mac prit une profonde inspiration sachant qu’elle allait affronter une lourde situation. Mais au lieu de prendre une mine de fatigue et d’exaspération, elle sourit en fermant la porte.

« Bonjour capitaine… ? »

« Lee. »

« Oh, capitaine Lee. Vous êtes le père du lieutenant qui accuse ses collègues d’avoir abusé de lui. »

« Ce qui est la vérité. Ces jeunes gens viennent d’un milieu où l’arnaque s’apprend dès leur naissance. »

Mac fit une grimace à ces mots, tentant de ne pas rire ou de lui demander s’il plaisantait car le regard qu’il lui lançait n’était pas idéal, et n’invitait aucunes plaisanteries. « Ceci est le rôle des mes avocats, Capitaine. C’est à eux que reviens l’enquête et la découverte de ce qui s’est passé et ce dans les meilleures conditions. »

« Ce qui inclus l’insulte de la victime. »

« La victime dans cette affaire Capitaine est certes votre fils. Mais je sais qu’il a eu des mots offensants envers mes officiers. Ce qui je vous l’accorde, ne les autorisent pas à en faire de même… »

« Et je déplore le fait que ce matin à mon réveil j’apprends qu’aucune sanction n’a été prise, alors que je vous avais téléphoné. »

« Capitaine, » dit Mac en lui indiquant de s’asseoir sur un des fauteuils face à son bureau avant d’en faire le tour tout en restant debout. « Je n’ai pris aucune sanction c’est vrai car j’ai deux versions, celle de votre fils et celle de mes avocats qui m’ont dit que votre fils avait tenté de les acheter. »

« Vous plaisantez Colonel. Vous préférez croire deux idiots à votre service. Moi qui croyais que vous étiez une bonne avocate pour avoir eu cette place. Mais visiblement, je pense savoir comment vous avez fait. »

« Vous voulez bien me le dire alors. »

Le capitaine Lee se tint un peu plus droit et arrangea son uniforme, passant une main plate dessus avec fermeté avant de lever sa tête bien droite et bien haute pour prouver sa grandeur.

« Votre réputation ou plutôt vos exploits vous ont devancé. »

« De quoi parlez-vous exactement. »

« Eh bien, le colonel Farrow, le capitaine Brumby… ça ne m’étonnerait pas de savoir que le secrétaire d’Etat et même le général Creswell fasse partie de la liste. »

« Êtes-vous en train d’insinuer que je dois ma place à des relations intimes avec ces hommes ? »

« Non. Plutôt des bonnes parties de jambes en l’air avec, en vue d’une promotion. »

Mac resta bouche bée et à la fois décontenancée par tout ça, comment pouvait-il dire une chose pareille.

« Capitaine, » commença Mac en s’asseyant sur son fauteuil « en ce qui concerne mes deux relations avec messieurs Farrow et Brumby, elles ne regardent que moi. Je n’ai jamais eu besoin de ça pour être promue. Et en ce qui concerne votre fils, vu la réaction que vous venez d’avoir, je pense que ce sont mes avocats qui disent la vérité et je ferais en sorte que votre fils finisse en prison à perpétuité. »

« Vous allez…, » commença-t-il à dire.

« CAPITAINE ! Vous êtes dans mon bureau et c’est moi qui commande ici. J’ai reçu une assez bonne éducation pour rester maître de moi-même mais si ça ne tenait qu’à moi et non au protocole, je vous virerai de mon bureau avec un coup de pied aux fesses et si vous osez refoutre les pieds ici… je me ferais un plaisir de vous envoyer dans la même cellule que votre fils pour insulte à un officier. Alors maintenant sortez avant que ce ne soit la sécurité qui ne s’en charge. »

Le capitaine Lee se leva brusquement en se tenant droit comme un i avec un regard menaçant.

« J’espère que vous aimez le civil colonel, » dit-il avec méchanceté avant de se tourner et de sortir du bureau.

Mac s’assit alors sur son fauteuil alors que la porte claquait violement. Tous les officiers sur le plateau se tournèrent alors que le capitaine le traversait en colère.

« Qui est-ce ? » Demanda Alicia.

« Le père de notre jeune Lieutenant, » lui répondit Eric.

« Mince, tu crois que… »

« Bien sûr. Espérons qu’on ne va pas y passer nous aussi. »

Mac fixa un instant son bureau avant de taper de la main dessus et de la crispait de colère. Si elle était seule dans le bâtiment, elle casserait tout, mais elle devait montrer une meilleure image à ses subalternes.

Elle se passa une main dans ses cheveux et inspira profondément. Tout cela appartenait aux deux avocats de l’affaire.

« Jen, » dit Vukovic en arrivant devant son bureau. « Il s’est passé quoi ? »

« Pas grand-chose. Ta nouvelle petite amie cause des problèmes à sa supérieure en moins de 24h. »

« Ce n’est pas ma petite amie. »

« Oh vraiment. »

« Tu sais, ça me fait rire de te voir comme ça. Après tout qui m’a regardé en me disant on est sous le même commandement et à part une relation de bureau il n’y aura rien. »

« Ecoute… »

« Non tu écoutes. Tu m’as repoussé et j’ai accepté, alors arrête tes crises de jalousie. Tu as pris cette décision toute seule et si tu commences à en vouloir à une pauvre fille qui vient d’arriver, qui est perdue et qui est heureuse de trouver un peu d’aide, c’est que t’as besoin d’être soigner. Maintenant, s’il te plait sois professionnelle et indique au colonel que je veux la voir. »

Jennifer retint ses larmes et appuya sur l’interphone.

« Oui. » Fit la voix fatiguée de Mac.

« Le capitaine Vukovic veut vous voir. »

« Bien faites le entrer, » dit Mac en prenant place sur son fauteuil alors que la porte s’ouvrait et que Vukovic entrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 1 Mai - 16:04

Outaaaaaaaaain... vais être un chouia vulgaire dans les premières phrases... CONNARD !!!

Comment qu'il peut sous-entendre ce qu'il sous-entend à propos de Mac !!! Depuis quand est-ce que c'est permis de dire ça ?!!!
Déjà... rien que Brumby, il était même pas dans l'aéronaval... & ils étaient de même grade, alors je vois pas comment il aurait pu servir à la faire promouvoir... L'autre, il parle sans rien savoir...

Pi après avec Farrow... A ce que je sache, il était pas la quand elle a eu ces galons de lieutenant-colonel... Il était peut-être présent dans les premières années chez les marines, mais a moins qu'un colonel à la retraite anticipé peut encore faire valoir de son grade pour promouvoir une marine pas du tout sous son commandement... qu'on m'explique...

Plutot ce capitaine qui a du faire de la lèche, depuis son engagement pour avoir réussi à avoir ces galons... Vaut mieux pas que le fils...

Tin comment ruiner en qq minutes, l'humeur bien heureuse de Mac...
Heureusement, qu'elle a quand même passé un bon ptit week end avec son chéri... Au moins, pour se calmer, elle peut y repenser...

Pi je pense pas que Alicia et Eric vont avoir des problèmes... Mac voit maintenant à qui ils ont à faire... Elle va peut-être les aider dans leur affaire...

Pi Jen/Vic... On comprend un peu mieux ce qui se passe entre ces deux la... Ils ont pas fini de jouer au jeu du chat et de la souris... H&M le Remake loool
Enfin, Jen est jalouse... c'est deja une bonne chose... Vic comprend que tt espoir n'est pas vain...
Bon après, si elle se braque dès qu'il la voit avec une femme, c'est pas bon pour la suite mdr

Pi comment ca se fait que Eric & Alicia se reparlent ? Il s'est passé quelque chose pendant le week-end ?
Parce qu'il faut pas oublier qu'il l'a fait pleurer & qu'il lui a mis la honte devant tout le monde....

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 1 Mai - 18:18


J'ai trop hâte de lire la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hemond
Loin de Catherine
Loin de Catherine


Féminin Nombre de messages : 16
Age : 30
Localisation : Trois-Rivières, Québec
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 1 Mai - 19:09

J'aime trop cette suite.

Ce capitaine est vraiment une triple andouille... et c'est peu dire.

Vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Sam 3 Mai - 16:40

merci pour vos coms ou roman (n'est ce pas Tomcat, non mais j'adore ça m'aide à voir pour la suite ce que je peux faire). Voici la suite.

******

« Madame, je vous amène mes rapports… ceux que vous m’avez demandé. »

« Ceux qui sont en retard ou ceux qui risquent de l’être ? »

« Les deux Madame… mais en y repensant bien, étant donné que je vous les donne, ils ne risquent plus de l’être. »

Mac eut un petit sourire alors qu’elle prenait les dossiers des mains du Capitaine. Elle en ouvrit un pour vérifier que tout était en ordre afin de lui ordonner de tout refaire avant la fin de la journée. Vukovic attendit patiemment devant le bureau et laissa son regard errer dans la pièce, souriant à chaque fois qu’il repérait un détail propre à Mac et que les autres ne devaient pas remarquer. Il regarda le petit canapé qu’elle avait mis près de la fenêtre où il y avait d’ailleurs une cheminée qu’elle avait fait changer, afin que l’hiver et les jours de pluies fréquents, elle puisse l’allumer. A cette pensée son sourire s’agrandit.

« Il est au courant ? » Demanda alors Vukovic.

Mac releva les yeux pour croiser le regard bleu de son subalterne et lui sourit tendrement en secouant négativement la tête.

« Non. J’avoue que je ne veux pas lui en parler……ça doit rester entre nous. »

« Bien sûr, je ne dirais rien. Vous avez ma parole. Mais c’est dur de garder un secret, surtout quand on est proche de se marier. »

« Je l’avoue. C’est de plus en plus dur de ne pas y penser, de devoir faire semblant. »

« Vous comptez le lui dire ? »

« Je préfère attendre un peu. Il l’apprendra d’une manière ou d’une autre de toute façon. »

« Vous savez comment le lui dire ? »

« Ayez confiance en moi Capitaine, » dit Mac en s’enfonçant un peu plus dans son fauteuil avec un grand sourire sur son visage.

« Oui madame, » lui répondit-il avec un immense sourire aussi.

Mac se mordit la lèvre inférieure en jetant un coup d’œil dans la même direction que lui tout à l’heure.

« Enfin…. on verra. J’ai une question à vous poser, vous avez parlé avec notre nouvelle recrue, pensez-vous qu’elle puisse faire l’affaire sur un cas assez banale sans le transformer en affaire nationale. »

« Je pense qu’elle le peut. Il suffit de lui faire confiance et je pense qu’en la mettant sur un cas simple… mais si vous voulez je peux la superviser. »

« Ça serait idéal. Merci. Rompez. »

« A vos ordres, » dit-il en se mettant au garde à vous.


« Alors, on commence par quoi ? » Demanda Alicia.

« Par toi qui doit apprendre à ne pas insulter le plaignant. »

« Il m’avait insulté en premier. »

« J’en ai rien à faire. On n’est plus des gamins, tu devrais retenir ça. »

« Ouais… je sais, je me souviens de ce que tu as dit devant… oh… les ¾ de nos collègues. »

« Si tu étais compétente peut-être que ça ne serait jamais arrivé. »

« Et nous allons le voir justement, » dit la voix de Mac derrière lui.

Les deux avocats se figèrent sur place au son de sa voix et se tournèrent face à elle.

« Vous n’avez pas une audience Lieutenant Martins ? »

« Oui, madame. Je vais y aller. »

Mac lui donna un petit sourire alors qu’il sortait rapidement de la pièce laissant Alicia seule face à l’imposante femme qu’elle était.

« Comment allez-vous Lieutenant Devreaux ? »

« Bien Madame. »

« Pas trop dur. »

« Franchement Madame ? »

« Hormis l’affaire Lee, bien entendu… »

« C’est très dur. Tout le monde vous regarde comme si… si… »

« Si vous marchiez sur des œufs avec un plateau sur une main remplit de verres en cristal très bancale. »

« Exact. »

« Déjà vu. Et le conseil que je peux vous donner c’est ne pas vous laisser faire. Croyez-moi même en étant Lieutenant Colonel, on vous épie toujours. C’est pour ça que j’ai pensé à vous pour une affaire assez banale. »

« Moi Madame ? »

« Oui. Asseyez-vous que je vous explique. »

Bien qu’elle soit dans son bureau, Alicia lui obéit et prit place face à Mac, légèrement anxieuse de ce qui allait se passer.

« J’ai une affaire pour vous… Le juge Lane a une nièce qui est la victime de cette affaire. Visiblement, le chauffeur de son père, un simple quartier-maître aurait espionné sa fille… pendant qu’elle était dans sa chambre à l’université. Il a été pris sur le fait par les caméras de surveillance de l’université, et bien entendu lorsque le père a été au courant… vous devinez la suite. »

« Il est accusé de voyeurisme. »

« Exactement… Mais ce qui est encore plus gênant c’est que ce jeune homme ne fait rien pour s’en sortir à l’inverse de la jeune fille qui aurait eu un accès de colère en apprenant que quelqu’un avait porté plainte. »

« Ce n’est pas logique. Normalement il devrait se défendre et elle devrait lui en vouloir. »

« Je sais. J’ai étudié le cas, je pense que vous pouvez vous en sortir… »

Mac lui tendit le dossier qu’Alicia prit avec interrogation. « Mais ? »

« Mais ? »

« Y a toujours un mais… et je sens que c’est un gros mais. Y a un truc qui cloche ? »

« En effet… je vous l’ai dit c’est la nièce du juge Lane et il tient à sa nièce. »

Alicia soupira en s’enfonçant un peu plus dans son fauteuil de bureau alors qu’elle venait de réaliser le pourquoi de la situation.

« Et il a demandé à ce que ce soit vous qui défendiez ce jeune homme. »

« Ouais… et dans les deux cas je suis foutue. Soit je gagne et donc sa nièce sera remise en cause, soit il gagne et c’est ma capacité à défendre qui sera remis en cause. »

« Vous avez tout compris. »

Alicia se passa une main sur le visage, essayant de mettre ses idées en ordre et surtout évacuer ses angoisses. Elle aurait dû comprendre que ça n’allait pas être facile. Peut-être que Dieu la punissait d’avoir couché avec un de ses collègues.

« Si je peux vous donner un conseil. Gagnez. Qu’importe la réputation de cette jeune fille, parce que si vous gagnez vous leur prouverez que vous n’avez pas peur d’eux. Que vous êtes avocate, que vous faites votre travail et que s’ils sont fautifs eh bien vous leur tiendrez tête. »

« Et ils me persécuteront encore. »

« Et vous croyez qu’ils feront quoi si vous perdez ? »

Alicia soupira. « Ils me persécuteront aussi. »

« C’est pas compliqué. Il faut comprendre que vous avez deux défauts, le premier vous êtes jeune donc avec peu d’expérience et le deuxième vous êtes une femme donc le sexe faible selon eux. Ils feront tout pour vous faire tomber, mais nous on a plus de force qu’eux et c’est ce qu’il faut leur montrer. Et croyez-moi, même avec des années d’expérience, ils peuvent vous traiter comme si vous n’étiez rien. »

« C’est votre cas ? Enfin… je veux dire… s’ils me mettent sur cette affaire, c’est qu’ils veulent voir si vous allez arriver à faire quelque chose avec moi. »

« Bienvenue dans l’enfer du JAG… même si vous avez de l’expérience ils feront tout pour vous faire chuter… mais ils savent tous qu’ils vont avoir du mal à le faire. »

« Mais vous n’en avez pas assez de ça. Vous êtes une avocate exceptionnelle. Aux quatre coins des USA on connaît vos affaires… vous n’avez plus rien à prouver à part qu’une femme peut être JAG. »

« Merci… mais ça ne leur suffit pas… ils veulent depuis si longtemps une place qu’une femme a obtenu. »

Mac se leva doucement en remettant son uniforme bien en place et bien droit. « J’ai eu une affaire similaire quand j’étais à D.C, alors si vous avez besoin… vous savez où est mon bureau… et si je peux vous donner un autre conseil, au vu des âges des deux jeunes personnes, je pense qu’il y a de l’amour dans l’air. »

« Merci madame. »

« Bon courage lieutenant et ne me décevez pas. »

« A vos ordres, madame. »

Mac lui fit un maigre sourire avant de sortir du bureau d’Alicia pour retourner dans le sien. Le jeune lieutenant baissa alors les yeux sur le dossier qu’elle tenait toujours dans ses mains, prit du papier, un stylo et posa tous ça à côté avant de se lever et de fermer la porte. Elle allait leur montrer qu’elle pouvait y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mar 6 Mai - 22:27

voilà une suite entre quelques révisions de partielles (que j'adore la phonétique anglaise mmmm) bonne lecture.

Jeudi
6 Septembre, 2007
QG JAG
San Diego


« On n’a rien, strictement rien pour cette affaire, et plus le temps avance et plus l’accusation arrive à descendre nos clients, » dit Eric en colère en jetant le dossier sur son bureau.

Alicia le regarda un peu et se contenta d’hocher de la tête, ne sachant que dire à son partenaire sous peine de se faire hurler dessus. Elle avait trop peur d’être une fois de plus humiliée sous le regard de ses collègues.

« On trouvera… »

« Ah oui comment ? »

« Je l’ignore. »

« C’est bien ça le souci. »

Alicia fronça les sourcils. « Tu peux la faire longue, s’il te plait. »

Eric se passa la main sur le visage pour se calmer. « Tu devrais être plus active et arrêter d’attendre que la solution te tombe du ciel. »

« Dis-moi tu as toujours agi comme ça ? » Demanda-t-elle en se levant.

« Comment ça ? »

D’un geste brusque, elle ouvrit la porte de son bureau et en franchit l’embrasure avant de se tourner. « Comme un vrai connard, » répliqua-t-elle avant de faire demi tour et de partir telle une fusée et en colère sauf que cette fois aucune larme ne coulaient le long de ses joues mais un sourire ornait son visage.

« Madame, » interpella un jeune officier. « Une certaine mademoiselle Lane vous attends dans votre bureau. »

« Merci. »

Son sourire s’agrandit, décidément aujourd’hui n’était pas la pire journée de la semaine. La chance commençait à tourner.

« Mademoiselle Lane, » dit Alicia avant de fermer la porte de son bureau. « Je suis le lieutenant Devreaux, je suis l’avocat du quartier-maître Jones. Vous voulez boire quelque chose un café. »

« Non, merci. »

Alicia lui sourit avant de s’asseoir face à elle afin de bien juger visuellement la personne qu’elle avait dans son bureau. Elle allait scruter tous ces mouvements à chacune de ses questions.

« Tout d’abord sachez que je veux juste vous poser quelques questions au sujet du quartier-maître. J’ai cru comprendre que vous vous connaissiez ? »

« Oui. Lui et moi avons grandi à quelques mètres l’un de l’autre. Ensuite il est parti étudier et quand il est revenu il a été engagé pour être le chauffeur de mon père. Il était aussi de temps à autre employé en tant que technicien. Le métier de chauffeur c’est récent. »

« C'est-à-dire ? 1 an ? Quelques mois ? »

« Juste trois mois. Mon père a eu un accident de voiture et il a été assez blessé donc il a demandé à Tim… c’est le quartier-maître… de conduire une voiture. »

« Sinon il est technicien. »

« Oui. Il est doué en informatique. »

Le sourire qu’elle affichait en disant cela, apporta un sourire sur le visage d’Alicia. Elle semblait si fier de ce soit disant criminel qui l’avait regardé à son insu.

« Vous êtes sorti ensemble ? »

« Pardon ? »

« Le quartier-maître et vous ? Y a-t-il eu quelque chose ? Des regards ? Des sorties même entre amis qui semblaient très personnelles ? Des baisers ? »

« Non… enfin… on fêtait mon anniversaire souvent ensemble à une époque. C’était juste une glace… ou une pizza partagée mais rien de plus. »

« Ok. Dernière question… êtes-vous amoureuse de lui ? »

« Quoi ? »

Alicia se mordit la lèvre inférieure, décidément elle commençait à comprendre le truc.


Jeudi
6 Septembre, 2007
Appartement du Quartier-maitre Jones.
Base de San Diego


« Quoi ? »

« Êtes-vous amoureux de Mademoiselle Lane ? »

« Non. »

« Non ? Alors pourquoi l’avoir regardé. »

« Vous ne comprenez pas. »

« Quartier-maître… il y a quelque chose que vous et mademoiselle Lane ne me dites pas. J’ai regardé dans votre passé et le sien… le soir où vous avez été pris en flagrant délit de voyeurisme… cela faisait 20 ans qu’elle habitait à côté de chez vous. »

« Et alors ? »

« Eh bien… quand on est amoureux le premier jour de la rencontre est très important. »

« On n’est pas amoureux. Je ne suis pas amoureux d’elle. »

« Alors pourquoi vous ne faites rien ? Pourquoi vous ne m’aidez pas à vous faire sortir de ça ? Si on vous accuse de voyeurisme, vous pouvez dire adieu à vos rêves de carrière. Quartier-maître si vous ne me dites pas ce qui s’est passé exactement… on risque gros. »

« Rien… madame. Un pari… je voulais prouver à des amis que j’avais assez de courage pour faire ça. »

« Je n’y crois pas du tout. Je suis sûre qu’il y a plus. De l’amour peut-être ? »

« Non. »

« Quartier-maître… je peux vous assurer que si c’est ça et qu’elle est votre complice, je peux faire en sorte qu’aucun de vous ne soit affecté par ça. »

« Madame avec votre respect, ma défense est irréalisable. Je suis désolé qu’on vous ait donné mon cas. »

« Pas autant que moi, » dit-elle en se levant pour aller vers la fenêtre afin de regarder la vue qu’elle avait de la base. Elle voyait tous ces militaires se dirigeant à pas rapide vers leur quartier. « Sincèrement j’espère qu’elle en vaut la peine, car vous mettez en jeu deux carrières. »

« Vraiment ? »

Elle eut un petit rire et se retourna, un sourire sur son visage mais elle le perdit en quelques secondes.

« Je viens d’arriver ici et ma réputation en tant que bonne avocat est quasi-inexistante. Alors, on me met à l’épreuve. Savez-vous ce que fait l’oncle de votre amie ? »

« Non. »

« Il est juge… c’est un homme qui va me juger et qui tient ma carrière en main. De toute façon, qu’importe l’issue du procès je suis foutue. Si on gagne, ce juge fera de ma vie un enfer, si je perds eh bien on dira que je suis une piètre avocate incapable de gagner une affaire comme celle là. »

« Je suis vraiment désolé. »

« Ne le soyez pas… ce qui me gêne c’est que dans cette affaire, deux personnes, qui je suis sûre, sont amoureuses l’une de l’autre causent une affaire comme celle là. »

Alicia prit sa mallette et commença à ranger ses affaires avant de la fermer. « Je vais vous donner un conseil. Prenez votre téléphone et parlez-lui. »

Sans ajouter un autre mot, elle partit de l’appartement et sortit rapidement de la base au volant de la voiture de fonction que le JAG lui prêtait. Elle ignorait ce qu’elle allait faire, rentrer au JAG pour retrouver quelques collègues ou enquêter encore. C’est alors qu’elle tourna pour vers le Balboa Park, elle avait besoin de se détendre et de marcher.

Elle trouva une place où se garer et descendit de la voiture avant de partir pour traverser l’immense parc. Il fallait qu’elle réfléchisse, qu’elle trouve une solution. Le colonel Mackenzie l’avait bien aidé sur l’affaire Lane, puisqu’elle avait trouvé visiblement le problème. Ils étaient amoureux et ne pouvaient se le dire ou le vivre pleinement à cause du père de la jeune femme. Mais aussi parce qu’ils étaient têtus tous les deux. Si seulement elle arrivait à s’en sortir sur cette affaire, ça lui donnerait un peu de courage.

Pour ce dossier là, elle avait lu les antécédents de chaque individu, leurs caractères, et s’était mis à leur place quelques instants.

« Voilà, c’est ça, » dit-elle à voix haute en s’arrêtant. « Je dois penser comme lui. Tu dois penser comme le quartier-maître Lee, Al. »

Mais maintenant comment faire.

« Réfléchis, tu es le fils d’un Capitaine de Vaisseau, tu es arrogant, ce qui fait que tu t’attires la colère de tes co-équipiers mais aussi… mais aussi…. »

« John arrête ça suffit, » hurla une jeune fille en riant quelques mètres plus loin alors que son copain l’attraper dans ses bras pour la faire tournoyer. Le bonheur du couple était clairement visible.

« Mais aussi… le rejet des filles. »

Un grand sourire apparut sur son visage. ‘Quartier maître Lee vous êtes finit,’ pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 7 Mai - 22:06

super suite

vivement les prochaines!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 7 Mai - 22:35

Merci pour ton com. Voici la suite qui risque de briser un peu la magie du ship. dans la vie tout n'est pas rose après tout.

******


Vendredi
7 Septembre, 2007
Maison des Rabb
San Diego, CA
10 :45 PM


« Tu sais que t’es doué, » soupira Mac en fermant les yeux, profitant entièrement du plaisir qu’Harm lui procurait.

Elle gémit doucement alors que ses mains descendaient dangereusement mais à la fois, elle était très impatiente.

« Tu me le dis à chaque fois, » lui susurra Harm dans le creux de l’oreille.

La seule source de lumière dans le salon venait des quelques bougies allumées aux quatre coins de la pièce. Cela donnait aussi une sensation de chaleur et surtout une odeur de vanille que Mac adorait par-dessus tout. Elle se souvenait encore du jour où pour la première elle les avait allumés. C’était un soir, où après une dure journée de travail elle l’avait initié au bain relaxant. Il trouvait ça trop féminin et s’était moqué d’elle, puis finalement il l’avait accepté. Mac mettait ça sur le compte de l’habitude, surtout qu’elle sentait toujours la vanille ou l’amande douce à cause de ses gels douche et Harm s’y était habitué humant ce parfum chaque nuit et chaque matin.

« Tu as un don pour les massages, » murmura-t-elle en enfouissant sa tête dans le coussin.

Harm sourit en passant ses mains dans le creux de ses reins pour lui donner un tendre massage dont il avait le secret, s’arrêtant à la naissance de son jean. Doucement il s’arrêta et baissa la tête pour déposer un baiser sur son omoplate nu.

« Harm… »

« Mmmm. »

« Tu fais quoi ? »

Il eut un petit sourire. « Je profite de ma femme. »

« Future femme. Je n’ai pas encore dis oui. »

« C’est tout comme, » dit-il en embrassant encore son omoplate. Puis sa main prit délicatement une mèche de cheveux pour l’écarter et approcha sa bouche de son oreille. Mac ferma encore plus les yeux alors qu’il l’embrassait juste à cet endroit si sensible avant de prendre son lobe et de le sucer délicatement.

« Oh seigneur, » gémit-elle.

« Dieu n’a rien avoir. »

« Façon de parler. »

Il déposa alors un baiser au creux de son épaule, enfouissant encore plus sa tête avant que Mac ne se retourne doucement entrainant le T-shirt qu’elle avait mis sur son corps pour cacher sa poitrine.

« Hmm dommage, » murmura Harm en voyant le maudit T-shirt.

« Tu les as assez vu. »

« Pas assez je trouve. »

« Vous n’en avez jamais assez vous les hommes. »

« Vous plaindriez vous miss Mackenzie. »

« Pas vraiment. »

Elle avait un sourire plus que grand sur son visage, elle rayonnait de bonheur et sentit son cœur battre plus vite alors qu’il approchait ses lèvres de siennes pour lui donner ensuite l’un des plus tendres et doux baiser qu’ils aient partagées dans leur vie. Ses mains passèrent rapidement autour de son cou pour le rapprocher d’elle et gémit encore plus quand ses mains retirèrent rapidement le T-shirt pour venir caresser son corps. C’est alors que le téléphone sonna les interrompant dans leur tête-à-tête amoureux.

« Laisse sonner, » dit Harm entre deux baisers.

« Attends j’regarde qui c’est, » lui répondit-elle en se relevant pour prendre le téléphone.

« Laisse. »

« C’est le bureau. » Dit-elle en regardant l’écran du téléphone.

« C’est le week-end Mac,» dit Harm en embrassant une fois de plus son cou histoire de lui faire oublier ce coup de fil.

« Je dois répondre. » Tenta-t-elle de dire entre deux gémissements.

« Mac. »

Elle ferma les yeux pour oublier la sonnerie mais n’y parvint pas. « J’en ai pour deux secondes, » dit-elle en le repoussant doucement avant de se mettre debout en prenant le T-shirt. « allo ? … oui. bonjour capitaine que puis-je pour vous ? Oh vraiment ?... vous voulez bien attendre deux minutes je monte dans mon bureau, » dit-elle en commençant à partir.

Elle éloigna un peu le téléphone et profita de cette mise en attente pour se rhabiller alors qu’Harm s’allongeait sur la couverture avec un long soupir. Il passa ses mains sous sa tête et fixa le plafond.

« Oui capitaine, je suis prête… envoyez moi la vidéo. » Dit Mac en tapotant sur son ordinateur.

{« Nous avons pu examiner la vidéo et monter légèrement le son, nous avons même demandé à un spécialiste de lire sur les lèvres et vos avocats disent vrai. »}

« Il leur propose un pot de vin. »

{« Oui madame »}

« Très bien capitaine je vous remercie, je vais en parler de suite avec la commission disciplinaire qui se charge de l’affaire. Merci beaucoup. »

{« De rien, madame et bon week-end »}

« Merci, bon week-end à vous aussi, » répliqua-t-elle avant de raccrocher.

Elle visionna la vidéo un moment avant de prendre le téléphone et de composer un numéro.

« Bonjour, pourrais-je parler au juge Patricks s’il vous plait, de la part du colonel Mackenzie, » dit-elle à la jeune femme qui venait de lui répondre.

{« Je vous le passe tout de suite madame »}

Elle attendit quelques instants avant qu’un homme ne lui répondre.

{« Colonel Mackenzie ? Que me vaut un appel de votre part si tard ? »}

« Désolé de vous déranger mais j’ai des preuves que le quartier-maître Lee a proposé de l’argent à mes avocats. Etant donné que vous vous charger de la plainte qu’il a portée contre eux pour insulte j’ai pensé que ça pourrait vous intéresser. »

{« Tout à fait. Quand pouvez-vous me donner cette preuve ? »}

« Je suis en train de vous l’envoyer sur votre boîte mail. »

{« Parfait… »}


Au moins vingt minutes plus tard, elle raccrocha le téléphone après qu’elle et le juge aient discuté des conséquences que ça allait avoir.

Elle redescendit dans le salon rapidement. « Harm je suis désolée, mais en faites je… » Commença-t-elle à dire avant de se rendre compte qu’elle parlait pour rien. Il n’était plus dans le salon et il avait éteint les bougies et rangé leurs affaires.

« Harm ? » Appela-t-elle en cherchant son compagnon des yeux. « Chéri ? »

Puis elle entendit le bruit de la douche qu’on venait de démarrer. Elle monta donc à l’étage avec un petit soupir et se dirigea dans leur chambre pour aller ensuite dans la salle de bain. Elle poussa doucement la porte alors qu’il éteignait le jet d’eau.

« Chéri, je suis désolée, » dit-elle. « C’était pour cette histoire de commission disciplinaire… et ils avaient du nouveau…, » commença-t-elle à dire mais elle se rendit compte rapidement que ça ne servait à rien. Elle le comprit, en voyant le visage de son futur mari lorsqu’il sortit de la douche.

« Je t’avais dit de ne pas répondre. »

« C’est mon travail, Harm. »

« Et quand moi le travail m’appelle, je décroches ? »

« Tu l’as déjà fait. »

« Combien de fois ? 2 ? Et c’était pour une affaire de viol. »

« Tu peux comprendre que c’est important. »

« Bien sûr, c’est ton travail, » ironisa Harm avec un ton glacial alors qu’il commençait à mettre son boxer.

« Oui, c’est mon travail et c’est important, je suis navrée de te l’apprendre. »

« Je peux te demander un service… ? » Mac sut au ton qu’il employait que ce qui allait suivre n’était pas gentil. « Le jour de notre mariage, pitié, préviens-moi si tu dois faire passer une nouvelle fois ton travail avant ça, histoire que je n’attende pas comme un abruti que tu viennes, » répliqua-t-il en mettant son T-shirt avant d’aller dans la chambre, suivis par Mac.

« Tu dramatises, c’est pas croyable. »

« Je dramatise ? Mac, on prépare notre mariage, et toi c’est toujours, travail, travail et travail. »

« Mais c’est normal. Je viens d’avoir ce poste et je dois me battre pour faire mes preuves. »

« Mais quelle preuve Mac ? Ça fait deux ans qu’on est arrivé et on en est toujours au même point. Les choses ne vont pas s’arrêter de tourner parce que tu prends un peu de temps pour ta vie privée. »

« J’en ai pris du temps. J’ai quand même choisi ma robe je te signale. »

« Ah oui ? Et les bouquets ? Le gâteau ? Le traiteur ? La salle ? Qui a fait tout ça ? Toi ? Nous ? Non c’est moi. C’est moi qui passe mes journées à faire des recherches pour qu’ensuite les rares week-ends où tu m’accordes du temps tu me dises oui ou non. »

« Et alors ? »

Le ton montait de plus en plus et tous les deux savaient que soit ça partait en dispute soit l’un des deux devaient ravaler sa fierté. Le souci c’est qu’aucun des deux ne voulaient faire ce sacrifice.

« Je travaille. C’est mon job et c’est très important. »

« Je te signale que moi aussi je travaille et que c’est aussi très important. »

« C’est pas pareil. »

« Ah oui ? Expliques toi. »

« Je suis JAG. Ok ? Je ne suis pas qu’avocate, je suis JAG de San Diego et tu n’as aucune idée de la responsabilité que c’est, ni du type de travail que c’est, » finit-elle par dire en haussant encore la voix.

Mais bien vite elle regretta ses mots quand elle réalisa qu’il aurait très bien pu le savoir et que même, il savait ce que c’était, certes à petit échelle car ce n’était pas pareil d’être le JAG et d’être le remplaçant du JAG, mais en tout cas il le savait.

« Alors c’est vraiment ça que tu penses…, » dit-il d’une voix basse. « Que je ne suis qu’un petit avocat civil de rien du tout… parce que je ne suis pas dans l’armée. Ou plutôt parce que je ne le suis plus… »

Il s’arrêta de parler la colère mêlée à la tristesse bloquant ses mots au fond de la gorge. Finalement, il commença à aller vers la porte de la chambre qu’il ouvrit ensuite.

« Je n’ai pas dit ça. »

« Si tu l’as dit. Et tu veux que je te dise… non je n’ai aucune idée de la responsabilité que c’est vu que le jour où on m’a offert cette opportunité je l’ai refusé pour toi. Je ne sais pas quelle responsabilité c’est et toi tu devrais peut-être réfléchir au sacrifice que c’est que de refuser un poste comme celui là pour ne devenir qu’un avocat civil. »

Il sortit de la chambre dont il claqua la porte et alla dans la chambre d’amis pour passer une nuit bien triste. Mac laissa couler une larme solitaire sur sa joue, qu’elle effaça rapidement d’un geste de la main et s’assit sur le bord du lit en soupirant. Voilà comment en deux minutes, un week-end romantique pouvait être fichu en l’air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
nady
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Féminin Nombre de messages : 328
Age : 29
Localisation : belgique
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 8 Mai - 14:15

Quelle surprise!! Ça fait très longtemps que je ne suis plus venue, je m décide et qu'est-ce que je vois... Que tu postes en avance ici Very Happy

Ouch je sentais la dispute arriver Crying or Very sad Par contre je trouve que Mac est un peu de mauvaise foi... Ok son job est important mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée qu'il prenne le devant sur sa vie privée... Même si elle ne le veut pas vraiment.

Très belle fic Very Happy Impatiente de lire la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Jeu 8 Mai - 19:33

J'adore

J'ai trop hâte de lire la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Dim 11 Mai - 23:04

voici une suite et désolé de pas avoir posté depuis très longtemps. Bonne lecture

******

Lundi
10 Septembre, 2007
QG JAG
San Diego


Eric ne cessait de se tourner et retourner pendant que l’avocat de l’accusation interrogeait son témoin. Où pouvait être Alicia ? Elle n’était pas apparue depuis un long moment et si elle n’arrivait pas d’ici quelques secondes il allait la tuer de ses propres mains. Surtout qu’en ce moment, l’avocat de l’accusation arrivait à s’en sortir très bien avec son témoin, il le faisait couler, brisant alors sa réputation et celles des hommes qu’il défendait.

« J’en ai fini votre honneur, » déclara l’avocat de l’accusation.

« Bien. Lieutenant Martins, d’autres questions ? »

« Non. J’ai fini votre honneur. »

« Parfait, étant donné…, » commença le juge, jusqu’à ce que la porte lourde du tribunal se fit entendre. Mac tourna la tête pour voir celle qui traversait à pas rapide l’allée avant d’arriver entre les deux longues tables où se trouvait chaque partie.

« Votre honneur veuillez m’excuser… mais… la défense a encore un témoin à présenter, » déclara Alicia.

« Encore un témoin ? »

« Votre honneur, l’accusation n’a pas été prévenue de la venue de ce nouvel arrivant. »

« Votre honneur, la défense l’aurait fait, si seulement nous avions pu le faire. Or… le lieutenant Martins et moi-même n’avons pu le trouver qu’il y a seulement quelques heures. Il ou plutôt elle était en mission jusqu’à présent. Bien entendu, la défense ne s’oppose absolument pas à ce que la séance soit suspendue ou ajournée afin que l’accusation puisse préparer un contre-interrogatoire. Cependant, compte tenu du fait que la partie adverse a essayé de soudoyer la défense… je dois avouer que nous sommes très hostiles à leur accorder cette faveur. »

« Votre honneur, la défense nous fait un mauvais procès. Il n’a pas été prouvé que mon client ait payé ces avocats et cette histoire n’a rien à faire avec cette affaire. De plus, je crois savoir que la défense n’a pas hésité à insulter mon client. »

« Votre honneur, l’accusation… »

« Assez ! » Le juge s’arrêta quelques secondes, mais ses yeux avaient de quoi figés la salle. « Je n’ai jamais vu ça de toute ma vie, jamais une telle discorde… L’accusation vous disposerez d’un ajournement pour préparer votre contre-interrogatoire. La défense, faites venir votre témoin. »

« Merci votre honneur. La défense appelle à la barre le premier classe Joanna Greenfield. »

« Merde, » marmonna le jeune homme.

Son avocat se tourna vers lui et le regarda. « Il y a un problème ? »

« Fais chier. »

Mac observa alors toute la situation se mettre en place et sourit doucement en sachant ce qui se préparait.

« Première classe Greenfield, comment connaissez vous le quartier maître Lee ? »

« Eh bien… tout d’abord par son père. Nos maisons ont été mitoyennes pendant un long moment. »

« Quelles étaient vos relations ? »

« De voisinage. On ne se parlait pas beaucoup… sauf quand il fallait aller le voir pour lui demander de baisser le son. »

« C'est-à-dire ? »

« Objection votre honneur, le passé de mon client n’a rien à voir. »

« Votre honneur, le passé de son client est très important pour cette affaire. »

« Objection rejetée. Continuez. »

« Bien votre honneur. Alors que vouliez-vous dire ? »

« Eh bien… il était connu pour être le roi de la fête pendant l’absence de son père. »

« Le roi de la fête ? »

« Oui. Il organisait des fêtes avec des amis du lycée et il avait d’après ses amis « la meilleure descente » à des kilomètres à la ronde. »

« Donc… si je comprends bien, il supportait très bien l’alcool. »

« Et il le supporte toujours. Le soir de l’incident… je suis allée fêter mon anniversaire au même bar qu’eux et je les ai vus. Ils s’amusaient bien… jusqu’à un certain moment. »

« Lequel ? »

La jeune femme baissa les yeux avant d’inspirer profondément. « Eh bien le quartier
-maître est venu et a dragué mon amie… enfin… mon amie était une civile donc personne ne le connaissait. Mon amie est en extérieure une fille sauf que…. »

« C’est une transsexuelle ? »

« Oui. Et le quartier-maître l’a dragué… le problème c’est que les autres l’avaient remarqué et qu’ils l’ont laissé faire… histoire de rire… et quand il s’est rendu compte de la vérité, le quartier-maître s’est énervé et est parti. »

« Il y a des preuves ? »

« Oui. Une des caméras vidéo du parking a filmé la courte dispute entre les différents protagonistes. Mais c’est surtout celle de l’arrière du bar qui a filmé le coup de poing qu’a donné le quartier-maître à mon amie. »

« Votre honneur avant que l’accusation puisse objecter nous avons ces vidéos. Si la cour veut bien regarder vers le moniteur. »

La vidéo commença à être diffusée et sur celle-ci on voyait bien la situation, on voyait le quartier-maître frapper la jeune femme et boire une gorgée de plus de ce qui n’était certainement pas une bière. Et pendant que la vidéo passait, Alicia distribua une liasse de feuilles au juge, à l’accusation et à Eric avec un petit sourire.

« Votre honneur, je me suis permise de vous transmettre des copies de rapport de police faisant preuve que le quartier-maître est bien un roi de la fête. Il a été vu dans plusieurs bars civils de la région et plusieurs fois il a été arrêté en état d’ivresse. Et visiblement, il tenait assez bien l’alcool pour prendre le volant certaines fois. »

« Ouais, ben moi au moins je m’éclate ! » hurla le jeune homme.

« Quartier-maître. »

« Et toi, tu es jalouse parce que je ne t’ai jamais dragué. »

« Quartier-maître ! »

« Et toi et ta salope d’amie totalement anormale et ces petits connards vous avez voulu vous foutre de ma gueule eh bien voilà où vous en êtes. »

« QUARTIER-MAITRE !!!! »

Le silence se fit instantanément alors que le juge avait quasiment hurler dans le tribunal.

« Ce n’est pas une attitude tolérable pour un officier de votre rang. Et j’aurai beaucoup de chose à vous dire mais j’ai beaucoup de respect pour votre père. Je déclare les accusés non coupables et vous quartier-maître, je m’occuperai personnellement de votre cas. Je déclare cette affaire close. »

Mac assise sur un des bancs observait tout ça avec un grand sourire alors qu’Alicia soupirait de bonheur et fermait les yeux pour profiter de cette victoire. Leurs clients les remercièrent et en particulier elle, ce qui énerva un peu Eric.

« Bravo, » lui dit-il avec un ton sarcastique. « Tu as réussi. »

« Non. On a réussi. Si tu ne m’avais pas autant blessé, je n’aurais pas eu envie de chercher une solution. C’est grâce toi. »

« Arrête. »

« Je t’assure, » dit-elle en s’approchant de lui. « D’ailleurs je dois dire que tu es doué dans le bottage de derrière, » répliqua-t-elle d’une voix douce.

« Alicia. »

« Ecoute, je sais que la situation est un peu dure mais elle l’est pour nous deux. Alors ce qui serait le mieux c’est qu’on oublie tout ça. On a eu un moment d’égarement. Je veux dire je suis juste une fille que tu as rencontré dans un bar. »

« Ouais. On pourrait faire ça. »

« C’est ok ? » Dit-elle en tendant la main.

Il sourit et la serra avec une des siennes. « Ok. »

Mac les observa un moment un sourire sur son visage grandissant avant de s’approcher.

« Lieutenants, je dois vous dire félicitations pour cette affaire, » dit Mac.

« Merci madame, » répliquèrent les deux officiers.

« Et en guise de récompense je viens vous dire que je sors du bureau du juge en charge de votre souci avec notre jeune quartier-maître Lee et vous n’aurez rien, aucun blâme. Nous avons découvert qu’il vous avait provoqué et que vous avez réagi en tant que tel. Même si lui répondre en l’insultant n’est pas une solution. Donc à l’avenir, lieutenant Devreaux ne le faites plus. C’est compris ? »

« Oui, madame. »

« Bien. Encore bravo à vous deux. Vous faites une bonne équipe. Et j’attends votre rapport sur mon bureau le plus rapidement. »

Mac se retourna et sortit du tribunal alors que les deux officiers se souriaient.

« On va au bar ce soir. Tu veux venir ? »

« On ? » Demanda Alicia alors qu’eux aussi sortaient du tribunal.

« Oui. Vukovic, Jen, moi et certains autres. »

« Ah oui ? Je sais pas. J’ai encore mon autre affaire à régler. »

« Ça avance comment ? »

« Dans le bon sens. »

« C’est vrai ? C’est génial. En tout cas si tu as besoin d’aide… la porte de mon bureau est ouverte. »

« Merci, » répliqua-t-elle alors qu’il accélérait ses pas pour partir vers le plateau et rejoindre son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Lun 12 Mai - 18:48

Super

J'ai hâte de lire la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 14 Mai - 0:03

voici ce qui est certainement l'avant dernière partie de l'épisode 1. Bonne lecture

********

« Bonjour mademoiselle Lane. Que puis-je pour vous ? »

« Je voudrais vous parler de la plainte de mon père. »

« Vraiment ? » Demanda-t-elle ironiquement en prenant place derrière son bureau.

« Oui. Je suis allé parler à Tim. »

Alicia afficha alors un grand sourire et posa ses mains sur le bureau les serrant l’une et l’autre.

« Racontez-moi ça. »


« Je lui dirais monsieur, » dit Jennifer. « Au revoir. » elle raccrocha son téléphone avant de se lever de son bureau et d’aller voir Mac.

« Madame ? »

« Oui Jen. »

« Le bureau des adoptions de San Diego a appelé pour vous annoncer que l’assistante sociale a rendu son rapport. Le rendez-vous est donc maintenu. »

« Très bien, » répondit Mac anxieuse. « C’est même parfait. Merci. »

« De rien. Et bon courage. »

Mac lui sourit avant de prendre son téléphone et de composer avec ses doigts un numéro qu’elle connaissait par cœur. Malheureusement elle tomba sur messagerie.

« Harm c’est moi… il faut qu’on parle… j’ai reçu un appel et… voilà. J’avais besoin de te parler de ça mais tu dois être au tribunal. On parlera ce soir… je t’aime, » dit-elle avant de raccrocher.

Elle ferma les yeux pour éviter de pleurer et se plongea à nouveau dans son travail.

Jennifer remarqua son attitude et comprit que le week-end n’avait pas été idyllique. Le sien non plus d’ailleurs, il avait été hanté de cauchemar où elle voyait Vukovic et la nouvelle s’embrasser. Elle secoua rapidement sa tête pour oublier et retirer cette vision de son esprit. Mais bizarrement lorsqu’elle ouvrit les yeux Vukovic était toujours là.

« Que veux-tu ? » Demanda-t-elle froidement.

« Je voulais de te demander si tu viens avec nous ce soir, on va boire un verre ensemble pour fêter l’arrivée d’Alicia et puis leur victoire avec Eric. »

« Oh vous lui offrez une petite fête. »

« Arrête d’être méchante avec elle. Elle ne t’a rien fait. »

« Mais je ne suis pas méchante. »

« Ah bon ? Eh bien le jour où tu l’es je prends mes jambes à mon coup, parce que si t’es gentille là, je comprends pourquoi tu es si souvent seule. Le colonel est là ? »

« Bien sûr, » dit-elle une boule se formant dans sa gorge.

Il se retourna et alla dans le bureau de sa supérieure laissant Jennifer décontenancée. Elle n’essaya même pas de se remettre au travail et au contraire partit aux toilettes. Elle traversa le plateau rapidement ce qui parut suspect aux yeux de certains de leur collègues et poussa avec force la porte. Lorsque celle-ci se referma, une larme coula le long de sa joue et elle ne chercha pas à l’effacer. Elle avait soudain l’impression que son cœur venait de s’arrêter de battre.


« Bon je crois que vous savez ce qu’il vous reste à faire, » dit Alicia en se levant de sa chaise. « Mais je tiens à vous dire mademoiselle Lane, que vous feriez mieux d’avoir une longue discussion avec votre père afin que ce genre de choses n’arrivent plus. »

« Oui madame. Au revoir, » répondit la jeune femme en sortant du bureau.

Alicia se mordit la lèvre inférieure et se leva tout en tentant de ne pas se mettre à sauter de joie. Si tout se passait comme prévu, elle s’en sortirait aussi avec cette affaire. En une journée c’était plus que génial. Elle devait se remettre les idées en place rapidement et commencer son rapport et un petit tour aux toilettes était nécessaire.

C’est alors en poussant la porte, qu’elle vit Jennifer, les deux mains appuyées sur un des lavabos, fixant son image dans une glace, les yeux rougis par des larmes qui avaient laissé un sillon humide le long de ses joues.

« Bonjour, euh… Jennifer. »

« Bonjour, » dit Coates en se tenant droite et en prenant un air un peu plus normal.

« Ça va ? »

« Très bien. »

« Sûre. Parce qu’on dirait… »

« Ça ne vous regarde pas lieutenant. Et je vous conseille de rester à votre place et je resterai à la mienne. »

« Ok, » répondit Alicia avant d’ouvrir une des portes mais elle se retourna et se rapprocha de Jennifer. « Ecoutes ou écoutez… si ça a un rapport avec le capitaine Vukovic… »

« Tais-toi ok ? », dit Jennifer en se mettant face à elle. « N’essaie pas de jouer la gentille petite fille qui veut être amie avec tout le monde. Tu es mauvaise comédienne. »

« Je n’ai pas envie de ça. Je veux juste mettre les choses au clair. »

« Oh mais elles le sont crois-moi. »

« Non au contraire. Ecoutes, les gens me juge souvent trop rapidement et le capitaine a été très gentil avec moi. Mais j’ai compris que tu tenais à lui et je ne veux surtout pas te le prendre. C’est un collègue comme tout le monde et c’est tout. Je suis désolé que tu l’ais pris comme ça… mais comprends moi… c’est la seule personne qui m’est ouvert les bras et qui a été gentil avec moi… la preuve c’est que même toi, tu as été méchante et pourtant tu n’es pas comme les autres. Et à la limite je pensais avoir ton soutien. »

« Comment ça ? »

« Eh bien… tu sais comment tout le monde te voit. »

« Non, mais je serais curieuse de le savoir. »

Alicia se remordit la lèvre inférieure consciente de son erreur. Elle n’aurait pas dû en parler. « En faites, tout le monde dit que si tu es là, c’est par ce que tu es amie avec le Colonel et c’est tout. Mais… je sais que ce n’est pas le cas, j’ai entendu parler du travail que tu as fait avec elle et son partenaire, sur une affaire en Floride où tu es devenue jurée. Et je pense que si tu étais déjà l’assistante du JAG à Washington DC, c’est que tu le méritais. Je tuerais pour être à ta place. Franchement, tu es la seule personne ici qui semble pouvoir être amie avec le Colonel et j’ai vu comment te parles les gens qui viennent la voir. Aucun ne te parles mal, ou ne te respectes pas. Tu ne te laisses pas marcher sur les pieds et tu arrives à concilié ton amitié avec le Colonel et à la fois votre différence de grade sans trop de soucis. Et pour faire ça, il faut vraiment être forte. Et tu n’en profites pas en plus pour te montrer arrogante. Au contraire. »

Jennifer resta sans voix à la déclaration de celle qu’elle considérait comme sa rivale. Cette dernière lui fit un maigre sourire avant d’aller dans une des cabines dont elle ferma rapidement la porte. Coates regarda par terre et murmura un merci avant de sortir des toilettes. Finalement, elle avait peut-être raison. Peut-être ne devait-elle pas la voir en tant que rivale, bien au contraire.

Lundi
10 Septembre, 2007
Appartement du Quartier-maitre Jones.
Base de San Diego


Timothy Jones ferma la porte de son frigo avec un long soupir, n’ayant pas du tout faim ce soir. C’est alors qu’un coup à la porte de son appartement le sortit de ses pensées et il alla répondre. Quand il ouvrit, il fut surpris de voir quelqu’un qu’il souhaitait tant voir.

« Gabrielle ? »

« Salut Tim. Je peux entrer ? »

« Bien sûr, » il s’éloigna de la porte pour la faire entrer tout en l’observant. Il la trouvait magnifique. « Ton père n’est pas là ? Ou tu lui a dit que tu es venue de ton plein grès. Je n’ai pas envie qu’il me colle en plus du voyeurisme une plainte pour enlèvement. »

Gabrielle Lane se mit à rire avant de prendre place sur le canapé alors que Tim fermait la porte. « T’inquiètes. Je vais aller lui parler et lui faire retirer sa plainte. »

« Tu vas aller lui parler ? » Demanda-t-il en prenant place sur le canapé à côté d’elle.

« Oui. »

« Et tu vas lui dire quoi ? »

« Je vais lui parler de nous, » dit-elle d’une petite voix.

« De nous ? »

« Oui. » Elle commença à rougir alors qu’il la fixa avec des yeux remplis d’amour. « Je voulais lui parler du fait que… tu me plais… beaucoup même… et puis… que je t’apprécie énormément… et que… »

« Et que ? »

« Et que je crois que je suis amoureuse de toi. »

Tim se mit à sourire à l’évidente timidité de la jeune femme. Il s’approcha, alors, encore plut près d’elle.

« Eh bien… rajoute que je suis aussi amoureux de toi pour être tout à fait exacte. »

Gabrielle sourit sentant des larmes lui monter aux yeux alors que Tim se penchait doucement pour lui donner un tendre et doux baiser sur les lèvres. Elle posa une de ses mains sur sa joue avant de la mettre derrière son cou et lui rendit son baiser.

« Je t’aime, » murmura-t-elle timidement quand leur baiser cessa.

« Moi aussi je t’aime, » dit-il juste après elle avant de lui donner un court baiser. « Que dis-tu si je t’invite à dîner ce soir. »

« A dîner ? Tu as les moyens pour me payer un restaurant ? »

« Ok… un hot dog et une barquette de frites… »

« Et une glace ? »

« Si tu veux. »

« Alors ça me va. »

« C’est vrai ? Parce que je peux t’offrir un restaurant seulement je risque d’avoir des soucis avec mon banquier et tu risques de ne pas me voir pendant un moment. »

Elle se mit à rire doucement avant de prendre sa tête entre ses mains. « Qu’importe où tu m’emmènes. Du moment que tu es là. »

Ils se sourirent tendrement avant de s’approcher l’un de l’autre et de partager un doux baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
nady
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Féminin Nombre de messages : 328
Age : 29
Localisation : belgique
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: JAG San Diego   Mer 14 Mai - 0:14

rhooo j'aime la fin de ta dernière suite. C'est trop mignon Very Happy

Je suis à fond dans l'histoire là, alors j'espère que l'épisode deux arrivera aussi vite que la fin de l'épisode un mdr

J'espère qu'entre Harm et Mac, ca va aller!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAG San Diego   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAG San Diego
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les nouveautés présentes au San Diego Comicon 2009
» Le San Diego Comic Con - 20 au 24 Juillet 2011
» 2009 San Diego Comic Con
» Les nouveautés du salon Comic Con de San Diego 2011
» [JEU] A LA POURSUITE DE CARMEN SAN DIEGO DANS LE MONDE : Devenez enquêteur sous Android [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: FANART :: Les fanfictions :: En cours-
Sauter vers: