CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs d'enfance [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 2:00

Me revoilou mdrrr...alors voilà une fic qui me tient particulièrement à coeur...

Tite précision : les dates ne correspondent pas à l'histoire initiale de JAG (la mort du père d'Harm, l'âge de Harm, l'écart d'âge entre H&M et donc à la fin, ils frôlent tout deux la cinquantaine). Ji me suis un peu arrangée mdrrr

C'est spoiler, menfin je révéle l'état de santé de Mac et le final de JAG. Je n'ai pas lu les spoilers des deux derniers épisodes, je ne connait pas les circonstances du rapprochement de H&M et donc je me suis inspirée beaucoup de ce que j'ai vu de la preview pour ce passage (passage où je n'ai pas arrêté de pleurer en l'écrivant mdrrr) voilà zète prévenues !!! lool

J'ai tout mis d'un coup lool...j'espère qu'elle vous plaira Bonne lecture !!!


***************************************************************

La Jolla
Mai 1965


X : Harmon, tu rentres. Le dîner est prêt.
H : J'arrive tout de suite maman.

Harmon mis ses bras semblables à celles d'un avion et alla rejoindre sa mère, Trish, sur la terrasse.

H : Pilote vous devez rentrer. Dit-il imitant le chien jaune parlant dans sa radio. Entendu, nous arrivons. Et voici le merveilleux Harmon Rabb Junior au commande de son Tomcat, tentant une approche vers la piste d'atterisage.

Tout en arrivant à la table.

H : Je reduit la vitesse, sort le cran d'arrêt et atteri avec brio. Fit-il en s'assayant sur la chaise.
T : Alors Capitaine, comment c'est passé votre mission ?
H : Mission réussi.

Trish souri en voyant son fils, le portrait craché de son père.

H : Tu sais maman, papa, il me manque beaucoup ?
T : Je sais chéri.
H : A toi aussi, il te manque ?
T : Oui, il me manque à moi aussi. Dit-elle triste.
H : Tu sais maman, un jour je vais devenir pilote, comme papa.
T : Je n'en doute pas mon chéri. Maintenant mange avant que cela ne refroidisse.

Et ce que Harmon fit, ne manquant pas d'amener sa fourchette à sa bouche en faisant mine de la faire planer.

T : Harmon pourquoi ne vas-tu pas voir tes amis ? Ils ne te manquent pas ?
H : Ceux sont des enfants maman, moi je suis un homme maintenant. Dit-il fier
T : Oh oui, tu es un homme âgé de seulement 7 ans.
H : L'âge ne compte pas, je suis un homme dans ma tête.

Trish rigola de son petit et unique bout de chou.

C'est vrai qu'il est mature pour son âge, depuis la mort de son père, c'est lui l'homme de la maison. Elle sourit à cette pensée.

H : Maman, j'ai fini de manger, je peux retourner jouer ?
T : Oui, mais fait attention, ne t'éloigne pas trop.
H : Oui maman. Je t'aime. Fit-il en s'accrochant à son cou et donnant un bisou sur la joue de sa mère.
T : Moi aussi je t'aime.
Celle-ci fut émue de l'attention de son fils. C'était grâce à ce petit bonhomme déjà bien grand pour son âge, qu'elle ne craquait pas, elle devait être forte pour lui.

Les jours se déroulèrent et Harmon était de plus en plus renfermé. Trish avait proposé à plusieurs reprises, de l'emmener se promener mais il refusa, préférant s'occuper de ses avions.

Un beau matin, un bruit de moteur le réveilla. Trish se trouvant déjà dans la cuisine, fut rejoint par son fils à moitié réveillé.
T : Que t'arrive t-il ? Tu es bien matinal.
H : C'est le camion, il m'a réveillé.
T : Ah oui, j'ai entendu. Nous allons avoir de nouveau voisin mon chéri. Dit-elle en l'embrassant puis alla préparer le petit déjeuner.

Harmon regarda par la fenêtre, curieux de voir les nouveaux venus. Mais il ne vit que les déménageurs sortir les meubles du véhicule pour aller les mettre dans la maison. Il resta dans cette position de longues minutes stupéfié de voir à quelle vitesse, ces gros bras vider le camion.

Harm détourna les yeux des hommes et suivit du regard une voiture de couleur bleu nuit qui se garait devant la maison. Il observait attentivement les personnes sortir du véhicule. Un homme assez petit et costaud, portant une casquette noire, un T-shirt blanc et un jean bleu délavé, s'avançait sur le carré de pelouse appartenant à la maison. Une femme, sûrement sa femme, guère plus grande, mais d'une certaine corpulence, rejoignit l'homme. Mais personne d'autre. Harmon était déçu et espérait qu'il y ait un petit garçon pour pouvoir jouer avec lui et peut-être devenir les meilleurs amis.

Celui-ci regarda à nouveau ses voisins et vit la femme se retourner vers la voiture et appeler quelqu'un. Puis une personne sortie de celle-ci. Plutôt une petite personne, une petite fille. Elle avait une petite robe rose avec un nœud dans les cheveux de la même couleur, de petites sandales vernies blanc, des chaussettes blanches et un doudou dans les bras.

T : Harmon, viens déjeuner.
H : ...

Celle-ci ne recevant aucune réponse, s'avança vers son fils afin de voir se qu'il regardait tant par la fenêtre, au point de ne pas l'entendre l'appeler. Quand elle arriva assez près pour voir ce qu'il observait, elle dit :
-Elle est jolie, n'est ce pas ?

Harmon reprit ses esprits et se sentit piégé par sa mère.

H : Non, et pi je ne m'intéresse pas aux filles, seul les avions m’intéressent, maman.
T : Ah oui, j'avais oublié. Allé, viens manger.

Aussitôt dit, aussitôt fait, Harmon courut vers son repas.


Comme tous les après-midi, Harmon jouait avec ses engins. Il était tellement pris par sa passion, qu'il n'entendit pas quelqu'un arriver.

X : Bonjour.

Harm se retourna et vit la petite fille de ce matin. Il était tout timide et ne répondit pas.

X : Je m'appelle Sarah. Sarah Mackenzie, et j'ai 5 ans. Et toi, comment tu t'appelles ?
H : Fiche moi la paix, tu vois pas que je suis occupé. Dit-il sur la défensive.
M : Oh, tu joues avec des avions. Dit-elle en s'approchant pour en prendre un dans ses mains.

Harmon comprenant son intention, la repoussa.

H : Touches pas, c'est fragile.

Sarah eu peur et tomba en arrière, ce qui lui fit verser quelques larmes. Celui-ci, voyant qu'elle pleurait, l'aida à se relever.
H : Excuse moi, je m'appelle Harmon Rabb Junior.
M : Moi, c'est Mac. Dit-elle en essuyant ses petites mains pleines de terre. Et tu as quel âge ?
H : Enchanté de faire ta connaissance Mac. Et j'ai bientôt 8 ans.
M : Moi aussi Harmon.

Puis, elle tendit son bras pour le saluer, comme les grands. Harm eu un sourire et lui serra la main.

M : Dit, je peux t’appeler Harm, c'est plus jolie.
H : Bien sûr. Alors tu viens d'emménager dans la maison d'à côté.
M : Oui, avec mon papa et ma maman. Et toi, ça fait longtemps que t'habites là ?
H : Oui, depuis que je suis né, avec ma mère et mon...

Il s'arrêta de parler.

M : Qu'est ce qui y a ? Ton papa, il est mort ? Dit-elle toute triste.

Voyant sa petite mine, il tenta de la rassurer.

H : Non, il est porté disparu. Il était en mission.
M : Qu'est ce qu'il fait ?
H : Il est pilote de chasse. Dit-il fier. Et moi je veux devenir comme lui.
M : Tu veux être un calamar. Fit-elle en rigolant.

Celui-ci surpris par la connaissance du jargon militaire, enchaîna :

H : Et toi, tu veux faire quoi ? Dit-il froidement.
M : Moi, je veux devenir un marines, comme mon oncle. Dit-elle se mettant au garde à vous.

Harm éclata de rire.

H : Tu veux être dans les marines, mais y a que les hommes qui peuvent en faire partis. Pas les bonbons rose géant.

Mac se vexa et le fixa d'un regard noir.

M : Nous verrons. Dit-elle en relevant le menton dans sa direction et puis parti. Harmon rigola de plus belle et retourna à ses Tomcat.


Plusieurs jours s'étaient écoulés et nos deux futurs militaires ne s'étaient pas adressés la parole. Sauf un jour où Harm trouva Mac assisse près d'un arbre en pleur. Ni une, ni deux, il s'approcha d'elle afin de la consoler.

H : Qu'est ce qui ne va pas, Mac ?
M : Mon papa et ma maman se sont encore disputés. Dit-elle entre deux sanglots.
H : Mais c'est normal, les papas et les mamans se disputent souvent. Il ne faut pas que tu pleures.
M : Oui, fit-elle en s'essuyant les yeux avec la manche de sa veste.
H : Allé, tu viens jouer avec moi, et je te fais voir de quoi sont capables les calamars face à ces rampants de marines. Dit-il dans un sourire, qui plus tard, en fera chavirer plus d'une.


Harm et Mac se liaient d’une une amitié qui grandissait chaque jour)jours. Ils jouaient aux militaires et tout deux se chamaillaient à chaque fois pour déterminer le gagnant entre les marins et les marines. Trish arrivait toujours au bon moment pour pouvoir les séparer et donner gagnant ex aequo les deux enfants. Et à son bonheur, Harmon avait trouvé une amie. Il était vrai qu'au début, il rigolait d'elle. Mais il avait appris à la connaître, à l’apprécier du haut de ses trois pommes, avec ses cheveux tout ébouriffés qui lui arrivaient aux épaules. Il aimait beaucoup ses petits yeux couleur chocolat, mais pas quand ils étaient remplis d'eau. Elle était plus petite que lui par l'âge et par la taille, mais Harm s'en fichait, il avait trouvé une amie et qui plus est, elle voulait devenir militaire tout comme lui.

M : Di donc, j'en ai marre de jouer au marin, si on jouait à la poupée ?
H : Quoi ?!? Mais ça va pas non. Moi...jouer à la poupée. Et il parti dans un fou rire.
M : Arrêtes de te moquer de moi. Je serai la maman et toi le papa. Et on s'occuperait de notre bébé. Tu veux pas ?
H : S'occuper de notre bébé, jamais de la vie.
M : Comme tu peux être méchant. Et elle lui donna un coup de pied bien placé.

Harmon se tordait de douleur quand celle-ci dit :

M : Voilà ce que je ferais quand je serai Colonel et que l'on me manquera de respect. Les Marines ont gagné. Puis elle lui tira la langue.
H : Attend que je t'attrape.
M : Essaye toujours, vous êtes bons qu'à voler, et nous, bons qu'à courir. Fit-elle en partant en courant.
H : Tu vas voir que la Navy sait se défendre.

Et il partit à sa poursuite. Ils rigolèrent et chacun se couru après que l'un ai eu l'autre.


Durant des mois, ils avaient appris à se connaître, à s'apprécier. Cette simple amitié de voisinage s'était transformée en un véritable lien de fraternité. Harmon considérait Mac comme sa meilleure amie mais aussi comme sa petite soeur. Il jouait au grand frère protecteur, un peu trop au goût de Mac, qui ne supportait pas, déjà à son âge, d'être protégé comme cela. Elle le défiait à tout moment pour lui faire comprendre qu'elle savait se défendre. Harm touché par sa naïveté, la laissait gagner à chaque fois, ce qui la ravi, et ne manquant pas à remettant sur le tapis, que les marines étaient les plus forts. Il était content de voir combien Mac paraissait heureuse. Elle lui avait parlé avec son langage de petite fille de 5 ans, que son papa buvait beaucoup et qu'il frappait sa mère. Il proposa plusieurs fois à celle-ci de venir dormir chez lui, avec l'accord de sa mère, qui était heureuse de voir son petit homme fier de s'occuper et d'aider Mac à surmonter cette douloureuse épreuve. Elle remarqua, que depuis la rencontre avec Mac, Harm était devenu plus mature, dans son comportement et son langage.

Ils faisaient du vélo ensemble, Harm ayant appris à Mac à en faire. Ils faisaient de grandes et longues balades tous les deux oubliant leurs vies quelques heures et la peine qui les envahissait les envahissaient. Ils souffraient du même mal, celui d'un parent absent. Harm était content d'avoir toujours sa mère mais ce n'était pas le cas pour Mac. Sa mère était partis un beau matin, laissant sa fille avec son père, et ne se soucia pas de l'emmener avec elle. Malgré son âge, Mac compris que sa mère l'avait abandonné et qu'elle ne reviendrait sûrement jamais. Elle devra vivre avec ce père violent, mais qui, au soulagement de Trish, qui était un peu au courant dû au conversation intercepté entre les enfants, ne lui avait jamais levé la main dessus. Mais Mac ne comprenait pas les raisons à cette fuite. Elle aimait son papa et sa maman et comme tout enfant de son âge, naïf, fragile et d'une innocence pure, pensait que c'était de sa faute à elle. Sa vie deviendra un vrai combat contre son passé et elle même, se disait Trish, en voyant dans quelles conditions, cette petite fille grandissait. Elle était fière de son fils qui la soutenait avec les mots d'un enfant de 7 ans, elle n'aurait pas fait mieux. C'était leurs points forts, ils se comprenaient et pouvaient s'entraider. La façon dont elle pouvait aider la petite Sarah était de l'éloigner le plus possible de son père. Elle venait passé beaucoup d'après-midi chez eux, dîner quelques fois et dormait, son père ne se souciant pas de l'endroit où sa fille pouvait bien traîner, trop assommé par la boisson.

Harm avait eu l'idée de construire une cabane pour aller se réfugier quand un des deux était triste. Ils en étaient fiers de cette cabane, montée peu à peu, avec leurs petits bras et leurs fronts tout en sueur. Ils partagèrent des moments mémorables, imaginant chaque jour, une bêtise à faire. Toutes les bêtises que des enfants pouvaient faire. Il y eu aussi des confessions, que jamais ils ne seraient séparés et qu'ils se marieraient quand ils seraient plus grand. Que la meilleure femme qu'un homme puisse avoir, serait sa meilleure amie. Qu'ils auraient une grande maison, un chien, pleins d'enfants, qu'ils vivraient dans leur monde, remplis d'amour, de bonheur et de joie.

Quand Harmon avait dit qu'il se marierait avec Sarah, Trish fut émue et touchée par cet amour, que l'on pourrait nommer, un amour de petite enfance. Elle espérait tant que cella se produise, car la présence de Mac dans la vie de Harmon Rabb junior, l'avait totalement changé. Même si ce n'était qu'une petite fille, son innocence et sa pureté était touchante et sincère. Elle le soutenait à sa manière, en étant avec lui, ne le laissant jamais seul. De sa naïveté, sur quoi parfois elle jouait, fit redonner le sourire à Harm.

Il était heureux, oubliant même parfois, l’absence de son père. La rencontre avec Mac avait, ainsi dire, changé sa vie. Il se sentait utile et cela le comblait plus que tout.

Ils avaient mûri et s'étaient construit ensemble, créant une bulle autour d'eux que rien, ni personne ne pourrait à jamais faire exploser. C'était insensé de dire que ces deux là se comprenaient, qu'ils avaient tissé un lien fort qui ne se brisera jamais. Ils étaient trop jeunes, ils vivaient dans leur monde, croyant tout comprendre de la vie, de l'amour. Mais ils en étaient convaincus et cela était l'essentiel.

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Lun 6 Juin - 20:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 2:01

Le jour de la disparition de Harmon Rabb Senior, Harmon décida d'écrire une lettre à son papa. Il se devait de le faire, car de cette manière, son père serait quel petit homme il était devenu durant cette année. Il ne pourrait l'envoyer à une adresse précise, mais si son papa n'était plus de ce monde, hypothèse que sa mère avait soulevé, lui permettant ainsi de faire son deuil, il savait que son papa le regarderait et en écrivant noir sur blanc se qu'il ressentait, il ferait la promesse et un genre de pacte écrit avec son père. Quand il annonça à sa mère son intention, celle-ci fut surprise, ne sachant pas si cela était une bonne idée, mais voyant la détermination et l'envie que pouvait procurer cette idée à son enfant, elle l’encouragea fortement.



Cher papa,

Maman m'a dit que tu étais monté au ciel et que tu veillerais toujours sur nous. Que tu nous aimes toujours aussi fort même si tu ne peux pas être avec nous. Tu me manques beaucoup papa, et à maman aussi. J’espère que la haut avec les anges, tu es heureux. On t'aime fort tu sais, et on parle beaucoup de toi avec maman, elle me raconte comment elle es tombé amoureuse de toi, et toi comment tu es tombé amoureux d'elle. Elle me dit que plus tard je comprendrais, mais elle sait pas que je sais ce qu'est l'amour. J'ai rencontré une fille papa. Elle s'appelle Sarah, c'est la nouvelle voisine qui à emménagée y a un an. Je l'appelle Mac et elle Harm, pas Harmon, elle trouvait ça plus jolie Harm. On s'est donné des petits noms, je l'appelle Ninjagirl, car elle ne se laisse pas marcher dessus, mais heureusement que je suis là et que je la protège. Et elle, elle m'appelle Flyboy car elle sait que j'adore les avions. Si tu la voyais, tu verrais comme elle est jolie. Elle a eu 6 ans tu sais, et moi j'aurais bientôt 9 ans. Elle est petite pour moi, mais elle est pas comme toutes les autres filles qui ont mon âge. Elle veut être marines, c'est drôle, elle veut faire parti de l'armée comme moi. Je veux devenir pilote de chasse et piloter des Tomcats comme toi papa.
Je sais que depuis que tu es plus là, maman a peur que je veuille toujours être pilote, mais je lui promets que je serais très prudent, car j'aurais quelqu'un que j'aime. Et oui papa, je veux me marier avec Sarah, je l'aime tu sais, et elle aussi, elle me la dit. On va avoir une maison avec pleins de chiens et pleins de bébés. C'est ma meilleure amie et jamais on ne sera séparé, c'est une promesse que je lui ai faite, et comme toi papa, je suis un homme de parole. Je suis l'homme de la maison maintenant, maman me le dit tout le temps et je suis fier de ça. Je trouve que je me débrouille pas trop mal et que maintenant je suis un homme. J'ai beaucoup grandi tu sais depuis que tu es parti. Je ne fais plus de bêtise, sauf avec Sarah, on s'amuse tellement ensemble. Je m'occupe bien de maman, ne t’inquiètes pas de ça, je veille sur elle comme toi tu veillerais. Je suis ton exemple, ce qui me fait avancer. Je m'occupe de Sarah aussi, car sa maman est partie et elle la laissait avec son papa qui boit beaucoup. J'essaye de l'éloigner le plus de lui papa, mais c'est dur, on a tous besoin d'un papa. Moi j'ai besoin de toi, alors je veux pas qu'elle le boude et qu'après elle regrette à cause de moi.

Je voulais t'écrire cette lettre pour te faire la promesse que je veillerais sur Sarah comme toi tu l'as fait pour maman et qu'elle était heureuse. Je veux rendre heureuse Sarah. Normalement je l'appelle Mac car tout le monde l'appelle comme ça, mais pour moi c'est Sarah car je l'ai dans mon coeur papa. J'ai demandé à maman comment s'était d'être amoureux, elle ma dit que l'on avait une boule au ventre rien qu'en pensant à la personne et que l'on était heureux quand elle était là et malheureux quand elle était pas là. Je ressens tout ça papa, tu vois moi aussi je suis amoureux, elle est géniale. Elle a des yeux on dirait des chocolats.
Mais je voulais aussi te faire la promesse que je me marierais avec elle et que jamais je ne la laisserais tomber et plus jamais elle sera malheureuse, et que je l'aimerais jusqu’à ce que je sois très vieux.

Je t'aime fort papa,

Mon père, mon héros.



Harmon était fier de sa lettre et s'empressa de la plier, et de la mettre dans l'enveloppe. Il avait proposé à Sarah, de mettre dans une boîte, tout ce qu'ils leurs tenaient à coeur et qu'ils allaient ensuite enterrer tout près du grand arbre qui dominait la maison de Harm. Et quand ils seront grands, ils reviendraient tous les deux la prendre et ainsi prouver qu'ils avaient tenus leur promesse, celle d'être toujours ensemble. Mac y mit son doudou qu'elle adorait tant, puis un collier que sa mère lui avait donné. Harm, quand à lui, y mit sa lettre et son Tomcat préféré. Ils se mirent d'accord que, dans 30 ans à compter de ce jour du 30 avril 1965, ils reviendraient déterrer la boîte de leurs souvenirs d'enfance.




Appartement de Harmon Rabb Junior
30 avril 1995
6h30



Harm se réveilla avec peine de son sommeil. Il était exténué de la journée d'hier et s'était très vite endormi. Il était devenu pilote de chasse, connu et reconnu et reconnus. Mais un tragique accident lui fit se briser son rêve le plus cher. Il y avait perdu son meilleur ami et en avait quelques séquelles, qui mirent du temps à guérir. Mais ce qu'il lui empêcha de voler, était le fait que sa vision n'était plus opérationnelle à cent pourcent cent. Il avait alors décidé de devenir avocat au JAG. Sa carrière était toute tracée, à la façon dont il pouvait plaider ses affaires, avec charisme, loyauté et bon sens. Il avait une vie que l'on pourrait dire de parfaite. Mais un seul point assombri ce tableau. Il n'était pas marié, et n'avait pas d'enfants.
Et toutes ses promesses d'avenir avec Sarah Mackenzie s'étaient envolées le jour où celle-ci d’emménagea.


Flashback

Harmon était dans son jardin quand il entendit crier. Il reconnu tout de suite Sarah et se précipita vers elle. Il vit son père qu'il la sortait de force de la maison pour la mettre dans la voiture.

H : Mac, qu'est qui ya ?
M : Lâches moi papa. Dit-elle en criant.

Celui-ci la lâcha afin qu'elle parle avec Harm.

Joe : Dépêche-toi, on doit partir.
H : Où tu vas Mac ?
M : Je déménage, je vais dans l'Ohio. Je veux pas partir Harm. Je veux rester avec toi. Dit-elle les larmes aux yeux.
H : On se verra pendant les vacances, tu viendras dormir à la maison.
M : Et s'il veux pas mon père ?
H : Je te promets que je ne te laisserais jamais tomber, je viendrais te chercher, d'accord ?
M : Mais quand ?
H : Quand je le pourrais. Mais sache que je ne t'oublierais jamais.
M : Moi non plus.

Ils se regardèrent, yeux dans les yeux.

H : Je t'aime Sarah
M : Je t'aime aussi Harm.

Harmon serra Sarah dans ses petits bras et ils se donnèrent, pour la première fois, un baiser.

Des années s'étaient écoulées, et Harm ne vit plus jamais Mac.

Fin du Flashback


Il se dépêcha de se préparer afin de ne pas arriver en retard à son travail.



Appartement de Mac
30 avril 1995
6h30



Mac s’étira dans son lit telle une tigresse. Elle était devenue une femme magnifique, remarquable et un officier exemplaire. Elle était Major et future avocate avote au JAG. Mais elle n'était pas mariée et n'avait pas d'enfant. La dernière fois qu'elle vit Harmon Rabb Junior était le jour de son départ. Elle était aller vivre dans l'Ohio avec son père et avec vécu une adolescence que l'on pourrait qualifier de difficile. Elle avait sombré dans l'alcool tout comme son père et n'avait réussi qu'à s'en sortir avec l'aide de son oncle en la mettant dans l'armée. Son grand rêve de devenir un Colonel des marines s'était effacé comme la promesse de ne jamais oublier Harm. Elle avait occulté cette partie de son enfance en se reconstruisant avec d'autres piliers, autres que son meilleur ami absent. Mais son oncle la remit sur de bon rail et l'armée en avait fait la femme qu'elle était devenue. Aujourd'hui était un grand jour, car elle allait enfin rentrer au JAG. Elle se prépara et alla à la rencontre de sa future carrière.




Maison Blanche
Dans une certaine roseraie
30 avril 1995
10h30



Trois hommes se tenaient près à rencontrer la nouvelle recrue du JAG. Le premier, le plus gradé, était l'Amiral AJ Chegwidden, accompagné du Lt Bud Roberts et du Capitaine Harmon Rabb Junior.
Une femme s’avançait vers eux. L'Amiral la présenta à ses acolytes. Celle-ci leva la main afin de serrer celle du Capitaine.

M : Mac. Fit-elle tout sourire.
H : ...

Quand celle-ci enleva sa main non prise, Harmon réussis à sortir un mot tout en la lui serrant.

H : Harm. Il avait le regard troublé et perdu.

Ils se regardèrent yeux dans les yeux plusieurs secondes.

A : Vous vous connaissez ?
H/M : Oui, monsieur/Non, Monsieur.

Mac le regarda surprit et celui-ci enchaîna afin de se rattraper.

H : Non Major je ne vous connais pas, c'est une évidence.
M : Cela doit être l'uniforme.
H : Oui, sûrement.

Mac lui fit un magnifique sourire. Quand Harm reprit
-Non en faite cela remonte à l'enfance.

Mac surprit par cet aveux, se posa des questions.

H : Mac, avez-vous habité à San Diego ?

Celle-ci troublé par la question mit du temps à répondre.

M : Oui, j'y ai vécu un an.

Elle essaya de se souvenir de ce passage douloureux de sa vie par l'abandon de sa mère. Quand elle réalisa la personne qui était en face d'elle, son visage se décomposa.

M : Harmon ?

Il acquiesça de la tête sans se détendre pour autant.
Cette fois ci, de longues minutes s'écoulèrent. Ils se fixaient, se dévisagèrent sous les yeux d'incompréhension des deux officiers présents.

M : Je t'ai attendu tu sais. Dit-elle tristement
H : Pardonne moi Sarah. Fit-il d'un air désolé.

Mac souri et s'avança vers lui afin qu'il la prenne dans ses bras. Ce qu'il fit.

M : Tu m'as manqué.
H : Tu m'as manqué aussi. Ca te dirais qu'on dîne ensemble ce soir. On a tellement à se racontrer. Et je t'invite chez moi.
M : Alors si tu m'invites. Dit-elle en souriant.

Leur monde s'était à nouveau créé et personne n'osa les déranger.



Appartement de Harm
30 avril 1995
20h00


Avant de partir du JAG pour rentrer chez lui, Harm était passé dans le bureau de Mac afin de savoir si l'offre tenait toujours. Celle-ci confirma et il lui donna son adresse et à l'heure qu'elle devait venir.
Il était au fourneau depuis son arrivé. Il avait tout rangé, tout nettoyé et prépara un repas exquis pour que la soirée soit parfaite.
Mac frappa à la porte et Harm alla lui ouvrir. Elle portait une robe noire qui lui dénudait les épaules et le dos. Celle-ci lui arrivait au dessus des genoux et avait un magnifique décolleté. Harm en avait eu le souffle coupé en voyant Sarah dans cette tenue. Puis, il fit un grand sourire et la fit rentrer.

H : Fait comme chez toi, le dîner sera bientôt prêt. Tu veux quelque chose à boire ?
M : Ce que tu voudras.
H : Et bien j'ai des soda, de la bierr (bière...
M : Un soda alors.
H : Tout de suite.

Il lui apporta sa boisson et s'assit en face d'elle. Ils continuaient à se regarder comme si cela faisait une éternité qu'ils ne s'étaient pas vus, ce qui était le cas.

Harm rompit le silence le premier.
-Tu es magnifique Sarah.
M : Tu n’es pas mal non plus. Dit-elle en souriant, suivit par le Capitaine.
-Alors raconte, tu es devenu pilote à ce que je vois. Mais pourquoi es-tu au JAG ?

Harmon lui raconta son entrée dans l'armée, ce qu'il avait fait jusqu'à son arrivée dans les bureaux du Juge Avocat Général.
Mac écouta attentivement et fut peiné et triste au sort de Harm. Celui-ci demanda à Sarah comment elle était arrivée là où elle en est. Elle lui raconta tout depuis son départ de San Diego jusqu'à nos jours. Et elle avait évoqué son problème d'alcool et la guérison de ce mal. Cela avait attristé Harm qui s'en voulait de l'avoir laissé partir avec son père.
Durant la soirée, ils s'étaient remémorés les souvenirs de leur enfance. Ils en arrivèrent à leur promesse, celle de ne jamais s'oublier, ce qui était en partis réalisé mais surtout celle de se marier.

M : Nous étions que des enfants à cette époque, si jeunes et si naïfs.
H : Tu as raison, mais j’étais sincère.
M : Comment ça ?
H : Je t'aimais vraiment Sarah. Ton départ m'a fait énormément de peine. J'ai mit plusieurs temps à m'en remettre.
M : Ce n'était pas de l'amour, enfin si, mais comme on le voyait nous. Maintenant que nous sommes grand, nous savons que ce n'était qu'un amour d'enfance.
H : Oui tu as raison. En tout cas je suis vraiment heureux d'avoir retrouver ma meilleure amie.
M : Moi aussi Flyboy.
H : Jamais personne ne m'avait appelé ainsi, depuis toi.
M : C'est normal, c'est moi qui l’avait trouvé.
H : Hey Ninjagirl.

Et ils rigolèrent tout deux aux éclats.


Dernière édition par le Mar 26 Avr - 2:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 2:04

Ils s'étaient enfin retrouvés, ils avaient renoué ce lien qui s'était malencontreusement cassé. Leur amitié datant n'avait pas changé. Harm était heureux de retrouver sa meilleure amie d'enfance, avec qui il avait tout partagé, tout confessé, tout promis.
Au fil des années, elle ne s'était que renforcée. Ils avaient échappé à bien des dangers dû aux missions plus risqués les unes que les autres, mais ils étaient là pour ce soutenir et avaient une entière confiance l'un en l'autre. Mais un plus grand danger les guettait, celui de ce voir séparé par trois petits mots qui, dans leur enfance étaient une joie de pouvoir les révélés, mais qu'au stade actuelle de leur relation, pourrait mettre en péril leur amitié. Ce qui failli être le cas, dans un port à Sydney.



Sydney
Australie



Le Capitaine Harmon Rabb fut envoyé, avec le Lt Bud Roberts, à Sydney pour un dossier. Ils avaient été demandé par le Capitaine Mic Brumby, lui même australien. Ces deux là ne s'appréciaient guère, même se détestaient. Ils s'affrontaient sur cette affaire et cela n'arrangea en rien leur relation. Mac les avaient rejoint pour rapatrier le corps d'un soldat américain. Mais avant cela, elle passa un séjour dans cette magnifique ville où le soleil brillait de milles éclats et où, il faisait une chaleur rêvé. Mic avait proposé à Mac d'aller à la plage et l'avait convaincu de ce mettre « topless ». Le Capitaine et le Lt, les avaient repéré et Harm était très...intrigué. Le soir même, il allait dîner avec Mac et cette découverte fit parlé d'elle, lors du passage en ferry.

...
Harm : De toute façon, qu'est ce qu'un homme comprend aux femmes?
Mac : Ca c'est une allusion à moi, laisses moi deviner, tu ne comprends pas pourquoi j'ai été à la plage avec Mic?
Harm : Leur opéra est vraiment très beau, tu ne trouves pas. Dit-il en détournant la conversation.
Mac : Splendide ! Alors qu'est ce qui t'as troublé, le fait que je sois allé à la plage avec lui, ou que tu ais cru que j'étais topless ?
Harm : Tu ne l’étais pas ?
Mac : Harmon Rabb, vous êtes si prude?
Harm : Non pas du tout, écoutes j'en ai rien à faire que tu es la poitrine nue...
Mac : Oui, sauf si c'est devant Mic. Affirma Mac comme si cela était une évidence.
Harm : Mais tu travailles avec lui Mac, tu n’enlèverais pas le haut devant moi, n'est ce pas?
Mac : C'est une requête ? Dit-elle en le fixant dans les yeux et d'une voix sensuelle.

Elle s'approcha de Harm qui ne bougeait pas, et se saisit de ses lèvres. Ce baiser fût doux et chaleureux comme celui de leur adieu étant enfants. Elle allait s'éloigner quand il appuya ce baiser en la saisissant par les épaules. Quand à lui, il fut plus passionné. En reprenant ses esprits, Harm l'éloigna de peu. Leurs regards s'accrochaient et l'on pouvait y lire du désir.

H : Heu...excuse moi...je n'aurais pas dû. Dit-il confus.
M : Je te ferais dire que c'est moi qui ai commencé.
H : Tu regrettes ?
M : Et toi ?
H : Je pense que c'est une mauvaise idée. Non ?!
Mac était vexait par ces paroles.
-Oui, tu as sûrement raison. Fit-elle en regardant ses pieds pour ne pas lui faire voir la peine qu'elle éprouvait.


Ils étaient passés si près du bonheur ensemble, mais il fallut que Harm revienne sur ces actes, ce qui avait blessé Mac, dans son coeur, son amour propre et sa fierté…
Harm ne comprenait pas ce qu'il s'était passé et surtout pourquoi l'avoir repoussée. Ils s'étaient aimés, d'un amour sincère et pur, elle était sa meilleure amie, alors pourquoi avoir agis comme cela. La peur de la perdre...perdre son amitié, si, entre eux cela n'avait pas fonctionné. Mais pourtant il l'aimait, s'était une évidence, mais il préférait l'avoir à ses côtés en tant qu'amie plutôt que loin de lui et qu'ils aient été amants. De préférence, vivre avec la femme de sa vie à ses côtes au lieu qu'elle en fasse intimement partie.

Peu de temps après, Mac se trouvait sur ce même ferry en compagnie de...Mic.

Mac : Je n'arrive pas à croire que vous portiez votre tenue de gala.
Mic : Pour les occasions spéciales, il faut ce mettre sur son 31.
Mac : Nous allons seulement dîner, Mic.
Mic : Nous ferons plus que ça.
Mac : Ne présumer pas trop, rappelez-vous.
Mic : Je ne le fais pas...je parle seulement de la discussion que nous allons avoir. Je sais que vous m'aimez.
Mac : Bien sûr que je vous aime bien.
Mic : Je suis amoureux de vous Sarah.

Elle ouvrit la bouche pour l'interrompre mais celui-ci la devança.

Mic : Shhhh pour une fois dans votre vie écoutez...Je vous ai aimé dès le premier jour où je vous ai regardé. Je n'ai jamais fait de choses aussi folles ou sentit une telle joie dans mon coeur de toute ma vie

Mac tenta de l'embrasser...

Mic : Non laisser moi finir s'il vous plait, pendant que j'en ai encore la force...Je sais que vous faire aimer un idiot comme moi tient du miracle. Mais regardez, j'ai prié le ciel pour qu'on voix la croix du Sud ce soir

Lui montrant la bague...

Mac : Ohhh au seigneur...ohhh c'est impossible Mic.
Mic : Non un jour vous avez dit que moi vous tenant dans mes bras sous la croix du Sud se serait impossible.
Mac : C'est vrai.
Mic : Je sais bien que ça ne sera pas facile. Dieu sait qu'on a des efforts à faire. Votre carrière, la mienne. Mais je suis prêt à faire tous les sacrifices...Tous...Si vous voulais bien être ma femme
Mac : Ohhh

Ils s’emrassèrent.

Mac : J'ai besoin de temps pour réfléchir, oui. Dit-elle en acquiessant d'un signe de tête.
Mic : Oh...Oui absolument.
Mac : Oui.
Mic : Alors ?!?
Mac : Oh plus, beaucoup plus de temps. Dit-elle en posant sa main sur son torse.
Mic : Portez ma bague.
Mac : Je regrette.
Mic : A la main droite, jusqu'à que vous vous décidiez. Et là, vous n'aurez qu'à la changer de main...ou pas
Et ils s'embrassèrent de nouveau.


Mac était rentrée à son hôtel, fatiguée de toutes ces émotions. En quelques jours, elle fut repoussée par son meilleur ami et fut demandée en mariage par un homme formidable. Elle n'en avait pas dormit de la nuit. Que devait-elle faire ? Attendre Harm, indéfiniment peut-être, ou accepter la demande en mariage de cet australien. Elle a été touché par les paroles de cet homme, il l'avait complimenté, avoué qu'il l'aimait. Elle l'avait embrassé ne sachant les raisons mais les évènements passés avaient meurtrie son coeur, et les doutes et la confiance en elle, en avait pris un coup. Et là, la plus belle des déclarations lui avait été faite. Comment ne pas succomber ? Elle était une femme avant tout qui voulait aimer et être aimé en retour. Alors dans ces bras, elle s'était consolé, oubliant même Harmon Rabb Junior.



A l'aéroport, Mic avoua à Mac qu'il l’aimait et s'était embrassé sous l'oeil observateur de Harm. Les années où ces deux là étaient ensemble furent les plus douloureuses car s'en mégarde, Mic se venté bien d'être bientôt le futur mari de Sarah.
Mais un autre accident tragique de Harm en Tomcat, fit annuler le mariage et par la même occasion, le départ définitif de Mic dans la vie de Sarah.
Par la suite, les conquêtes des deux amis ce faisait plutôt rare, jusqu'à une mission au Paraguay où Mac partie avec Clayton Webb, agent de la CIA, en tant que mari et femme. Ils furent porté disparu et Harm parti à la recherche de celle-ci, m'étant ainsi fin à sa carrière militaire. Mais cette aventure avait rapproché les faux mariés et ce fut au tour de Sarah de repousser Harm préférant tentait le coup avec Clay, déjà amoureux d'elle. Coïncidence ? Plutôt un mauvais...timing. Cette relation ne dura qu'un an. Au grand bonheur de Harm mais qui fut attristé de voir sa meilleure amie malheureuse de la mort de son compagnon. Mort qui n'était que mensonge, découvert par la suite, mais où Mac y mit définitivement fin.


Et pour couronner le tout, Mac apprit qu'elle ne pouvait avoir d'enfant. Cette femme n'avait pas une vie que l'on pouvait qualifier de très heureuse et chanceuse. Elle avait appris à vivre avec son passé et ce qui l'avait rendu plus forte et moins vulnérable, mais pouvait-elle encore surmonter une autre épreuve. Cette terrible maladie ne concrétisa pas le pacte, de Harm et Mac, fait 5 ans auparavant à la naissance du petit AJ, fils de Harriet et Bud, dont ils étaient parrain et marraine.
Harm était très présent au côté de Mac pour l'aider et en savoir plus sur la maladie. Elle était tout de même un peu distance, voulant se préparer psychologiquement au fait qu'elle ne pourrait jamais procréer.
Dans l'année, un élément les avait encore plus éloigné, plutôt Harm avait refusé l'aide de Mac pour surmonter son malheur. Peu de temps après être revenu du Paraguay Harm travailla pour la CIA, puis pour certaines circonstances, il pilota des avions de pulvérisation de champs, pour une adolescente, Mattie. Il fut réintégré au JAG mais n'oublia cette dernière et demanda au près des tribunaux la tutelle de celle-ci.
Son malheur fut que Mattie eu un crash pendant son apprentissage de pilote et était dans le coma. Mac absente pendant ces faits était arrivé aussi vite à l'hôpital après avoir été tenu au courant par Jennifer Coates, QM, secrétaire du JAG et colocataire de l'adolescente.
Elle pensait que Harm chercherait son soutien mais en vain. Il lui avait fait comprendre qu'il ne souhaitait aucune aide, ce qui peiné Mac...

Et le moment le plus redouté apparu. La mutation d'un des deux. Harm devait aller à Londres, loin de sa Sarah. Les préparatifs de ce départ furent très long, donc une semaine avant que Harm parte, un pot en son honneur était organisé au Mc Murphis. Tous ses amis et collègues de travail étaient présent(s). Sauf l'Amiral Chegwidden parti à la retraire un an auparavant mais remplacé par le Général Creswell, une vieille connaissance de Mac, qui était sous ses ordres, tant d'année en arrière.



Mc Murphis
29 avril 2005



Harm assit au comptoir, vit pénétré Sarah dans le bar. Elle affichait un sourire qui charmé tous les hommes dont elle seule avait le secret. Elle portait une robe pourpre dont les bretelles étaient peu large, et avec un magnifique décolleté. Cette robe mettait en valeur ses courbes parfaites, elle était une déesse. Harm était sous le charme comme à chaque fois.

M : Bonsoir Harm.
H : Woua, tu es magnifique Sarah. Dit-il en essayant de retrouver tous ses esprits.
M : Merci. Fit-elle en souriant.
H : Je t'offre quelque chose à boire ?
M : Avec plaisir. Puis s'installa aux côtés de Harm.

Les autres convives arrivèrent vers le couple.

Harriet : Madame, vous êtes magnifique. Dit-elle un peu émue.
Bud : Ah oui Madame !!!
M : Merci, mais dois-je vous rappeler qu'en dehors du JAG, c'est Mac.

Harriet et Bud s'excusèrent avec le sourire.

Cresswel : Vous êtes splendide Sarah.

Mac se retourna en direction de la voix et vit le Général s'avancer.

M : Merci Général.

Les premières notes d'un slow se firent entendre, celle de « You ans Me » . Harm descendit de son tabouret. Il mit une main dans son dos, se retourna vers Mac, et lui tendit l'autre main afin de l'inviter à danser.

H : Me feriez-vous l'honneur d'accepter cette danse ? Dit-il en abaissant la tête afin de la saluer comme un vrai gentleman.
M : Mais avec plaisir Capitaine. Dit-elle en mettant sa main dans celle de Harm.

Ils arrivèrent au milieu de la salle. Harm prit les mains de Sarah et les mit autour de son cou. Il la tenait par la taille, les premiers pas se firent et la danse commençait. Ils se regardaient yeux dans les yeux et se souriaient. Ils étaient comme seul, ils faisaient abstraction des personnes autour d'eux. Ils étaient eux deux, seulement eux. Ils ne parlaient pas, mais leurs yeux en disaient long. Sarah posa sa tête sur le torse de Harm. Celui-ci posa ses lèvres sur les cheveux de Mac qui sentaient divinement bon et tout deux avaient les yeux fermés comme profitant du moment présent et oublier que celui-ci devait partir d'ici une semaine.
Harm longea le dos de Sarah de ses mains douces et chaudes, se qui la fit frissonner.

H : Tu as froid ?
M : Non, ta présence me réchauffe. Fit-elle en le regardant dans ses yeux d'un bleu profond et repris sa place sur son torse.

A cet instant, à cette minute, ils s'étaient retrouvés, et étaient heureux, ce qui n'était arrivé depuis des mois.

H : Je m'excuse de devoir partir et de te laisser encore seule.
M : Ce n'est pas de ta faute Harm, nous savions que ce jour viendrait. C'est déjà bien que pendant ses dix années, aucuns de nous deux ne fut mutés. Nous savions à quoi nous attendre en rentrant dans l'armée, et nous devons nous soumettre, c'est notre devoir. On doit faire des sacrifices pour notre pays, même si cela est douloureux. Dit-elle dans un sourire voulant le rassurer.
H : J'aimerais te croire.
M : Harm, sache que jamais, je ne pourrais t’oublier. Tu fais parti de moi. Te savoir loin de moi, me procure un grand vide. Je sais que cela va être dur à surmonter, mais je dois être forte, pour moi...pour nous.
H : Je ne t’oublierais jamais Sarah, et tu me manqueras énormément.
M : Toi aussi tu me manquera, mais on pourra toujours s'écrire et s’appeler.
H : Tu sais bien que ces choses là ne dure qu'un moment.
M : Oui, je sais. Et après tu auras ta vie, et tu vivras avec la femme que tu aimeras et épouseras.

Une larme perlait sur sa joue. Harm l'essuya de son pouce. Ils se souriaient à nouveau et la chanson se termina.

M : Et bien, merci pour cette danse Capitaine.
H : Merci à toi d'avoir été toujours là et d'y être jusqu'à la fin. Et il l'embrassa sur la joue.
M : Nous devrions rejoindre les autres. Je ne vais pas te garder pour moi toute la soirée. Dit-elle en souriant.
H : Tu as raison.

Harm posa sa main dans le dos de Mac afin de la dirigea vers le groupe d'ami.

La soirée était à sa fin. Le bar se vida peu à peu. Harm proposa de raccompagner Mac, le temps s'était dégradé et il ne voulait pas qu'elle prenne le volant dans ces conditions. Ils viendraient la reprendre le lendemain.

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 2:05

Appartement de Mac


Mac ouvrit la porte et pénétra dans l'appartement suivi de Harm. Ils n'avaient pas beaucoup parlé durant le voyage.
Ils s'étaient installés sur le canapé et se remémoraient les années passées. Mac réalisa qu'elle était toujours en robe. Harm demanda s'il pouvait aller dans le salle de bain, et passa par la chambre. Pendant ce temps là, Mac se changea, enfila un T-shirt de couleur violet et un simple jean. Elle avait fini et arrangeait son lit quand Harm sortit.

H : Mac, je pourrais te parler.
M : Oui bien sur. Assieds toi.

Et ils s'installèrent sur le lit.

H : Je...tu es la personne la plus importante de ma vie, celle qui compte le plus pour moi...et...je ne t'oublierais jamais.
M : Tu comptes beaucoup pour moi, toi aussi. Et jamais je ne pourrais t'oublier.

Ils se regardèrent dans les yeux et Mac attendait la suite. Harm s'approcha et ...

H : Je t'aime Mac.

Et il embrassa Sarah, qui répondit au baiser. Ce baiser fut la libération de toutes ces années de souffrance et la révélation des sentiments de Harm soulagea Mac. Il était passionné et reflétait tout l'amour qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Ils firent passer tout le désir, la passion qui les habitaient, l'attente impensable de pouvoir enfin être heureux et pouvoir se laisser aller sans conséquence.

M : Promets moi que tu ne reviendra pas sur tes paroles.
H : Je te le promets Sarah.

Mac se jeta dans les bras de Harm et ils passèrent la plus merveilleuse nuit de leurs existence.



Appartement de Mac
30 avril 2005
7h00



Harm et Mac se réveillèrent dans les bras l'un de l'autre. Ils n'avaient pas beaucoup dormi durant la nuit, rattrapant ces années d’abstinence.

H : Bonjour mon amour.
M : Bonjour toi.

Et ils s'embrassèrent naturellement.

H : Bon, je ne peux pas rester, j'ai un avion à prendre aujourd'hui, il faut que je me dépêche.

Mac s'assit dans le lit et regarda Harm avec des yeux d’incompréhension.

H : Je vais voir ma mère et je voudrais que tu m'accompagnes. Enfin si tu veux.
M : Oui mais tu ne m'as pas dit que tu devais partir aujourd'hui.
H : Et bien, çà c'est fait hier et j'ai oublié de te le dire. Excuse moi.
M : Excuse accepté. Dit-elle en l'embrassant.
H : Il faut qu'on se prépare si on ne veut pas manquer l'avion et arriver avant ce soir.



La Jolla
30 avril 2005
21h00



Le voyage s'était bien passé et ils venaient d'arriver depuis quelques heures. Trish fut ravi de revoir Sarah et la serra dans ses bras comme si s'était sa propre fille. Cet endroit, cette maison, fit remonter à la surface tant de souvenirs à Mac, bons comme mauvais. Ils s'étaient installés dans la chambre de Harm, devant partager le même lit une place. Le dîner s'était bien déroulé. Mac raconta tout son parcours à la mère de Harm curieuse de savoir qui était devenu cette petite fille qu'elle adorait. Ils racontèrent comment ils s'étaient rencontrés et qu'ils allaient devenir collègue de travail, ce qui émue Trish.
Le dîner terminé, Harm proposa à Sarah de sortir pour profité de l'air frais et le fait de se retrouver seuls. Ils marchaient et s'arrêtèrent près d'un grand arbre où était posé une pelle.

H : Sarah, te souviens tu de la promesse que je t'ai faite...sous cette arbre.
M : Oui, qu'on viendrait déterrer la boîte 30 ans après et que nous serions...mariés. Dit-elle avec un temps d'arrêt. Mais...

Harm posa son index sur les lèvres de celle-ci afin de l’empêcher de parler.

H : Je sais que cette promesse voulait que nous soyons mariés et que maintenant s'est écoulé 40 ans. Mais je dois te dire que j'ai fait une autre promesse à une personne qui met chère.

Harm saisit la pelle pour déterrer la boite. Il la sorti du sol, souffla pour enlever la terre et l'ouvrit.

M : Oh mon doudou. Il m'a tellement manqué. Dit-elle émue. Puis son regard se porta sur une enveloppe. Elle l'a prit et commença à lire. Les larmes coulèrent peu à peu quand elle eu fini.

Harm prit ses mains et dit :
-Cette promesse Sarah, je l'ai faite à mon père. Je lui ai fait la promesse de toujours être là pour toi, de te rendre heureuse, de t'aimer jusqu'à la fin de mes jours, de fonder une famille avec toi et surtout me marier avec toi....Sarah, ce que...ce que j'essaye de te dire et que je veux ton bonheur, et que je t'ai toujours aimé. Je ne sais pas ce qui m'a pris de t'avoir dit que je regrettais notre baiser mais ce n'était pas vrai. J'en voulais encore, mais j'avais tellement peur de te perdre, que si ça ne marchait pas entre nous, que tu ne veuilles plus me parler et que tu partirais. Mais, maintenant je n'ai plus peur Sarah, je sais que je t'aime et mon amour pour toi, je ne peux pas le combattre, pourtant j'ai voulu. Je voulais t'oublier, partir, loin de toi, de mes sentiments qui brouillait ma vision. J'étais dépendant de toi et cela me faisait peur, car je n'ai jamais éprouvé un tel sentiment pour quelqu'un. Maintenant je suis prêt, je veux que tu fasses parti de ma vie, je veux un enfant de toi, construire un avenir ensemble, que tu viennes avec moi à Londres. Je sais que cela ne se fait pas, mais je ne veux plus te savoir loin de moi...Sarah, je t'aime...Marions-nous...

Sarah fut émue par cette déclaration qu'elle pensait inespéré. Bien qu'elle était avec lui, elle savait qu'il devait partir en Angleterre et que cette relation n'allait durer que le temps de cette semaine avant son départ. Qu'il voulait être proche d'elle et vivre quelques jours de pur bonheur mais qui ne lui demanderais pas de venir avec lui à Londres. Et là, il l'a demandé en mariage, quoi rêver de plus beau. Mais une réalité lui traversa l'esprit.

M : Harm, je ne sais pas.
H : Tu ne m'aime pas c'est ça ?
M : Si, bien sûr que si et tu le sais surtout. Mais, je ne ferais jamais ton bonheur.
H : Comment peut tu dire ça Sarah.
M : Je sais ton envie d'avoir des enfants et le bonheur que cela pourra te procurerait...mais je ne peux pas t'en faire. Dit-elle les larmes aux yeux.
H : Mais Sarah, je t'ai proposé l'adoption, à la soirée de l'Amiral.
M : Oui, je sais, mais tu vois, je n'ai rien créé de moi même, et savoir que je ne pourrais sûrement jamais avoir d'enfant, me détruit de jour en jour.
H : Sarah, il ne faut pas perdre espoir, il y a 4% de chance que tu puisses tomber enceinte, nous aurons tout le temps de nous entraîner. Dit-il avec un large sourire, essayant de la convaincre.

Elle sourit à sa remarque et dit :
-Je ne veux pas qu'un jour tu regrettes et que tu décides de t'en aller, ou de me faire un enfant dans le dos.
H : Je t'aime Sarah, que faut-il que je fasse pour que tu comprennes que je suis sincère et que tu deviennes ma femme suffit amplement à mon bonheur. Fit-il en lui caressant la joue de son pouce.

Elle baissa la tête afin de reprendre ses esprits et d'apprécier cette caresse et dit :
-Oui.
H : Quoi, oui ?
M : Je t'aime, je veux me marier avec toi Harm et te suivre à Londres.
H : Tu fais de moi l'homme le plus heureux du monde ma beauté. Puis il l'embrassa avec soulagement et amour.

Harm releva la tête vers ce magnifique ciel étoilé et souri, une larme s'échappa.

H : Tu vois papa, j'ai tenu ma promesse.
Il regarda Sarah et continua :
-De l'aimer jusqu'à la fin de ma vie, ne plus jamais l'abandonner, de prendre soin d'elle et faire de cette beauté, ma femme.



FIN

*************************

Tu croyais que je t'avais oublié Sarah, mais j'ai gardé le meilleur pour la fin

Alors un grand et immense merci à ma relectrice que j'adore, car avec tout le boulot qu'elle a (tes révisions arfff pas cool lool), elle trouve le temps de faire les corrections des fics de tous ses auteurs (et non suis pas la seule mdrrrr) alors MERCI car je lui ai passé la fic hier soir et qu'elle me l'as renvoyé aujourd'hui corrigé et donc c'est grâce à elle que la fic est poster lool

Encore désolée pour la faute sur "magnifique" (mdrrr j'allais encore oublier le G, je vais faire plus attention car ji tiens à mes six heures lool) et aussi désolée pour les autres dont j'ai beaucoup ri en les voyant en t'imaginant desespéré par moi

mdrrr

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MacFishBell
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Nombre de messages : 312
Localisation : Sous la couette avec ...
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 12:25

Mais zelle est toute mimi cette fic que voilou avec notre chtit couple dans leur évolution de l'âge c'est sure qu'ils ne jouent plus au même jeux MDR

Rho les z'amoureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mar 26 Avr - 15:16

J'ai relu cette fic pour toi Finou hier. Et j'ai littérallement adoré... Je m'imagine trop un mini Hamr et une mini Mac jouant ensemble... c'est trop mimi...

J'espère en recevoir bientot une auter pour la relcture...

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gudulle
Tétine de Gemma
Tétine de Gemma
avatar

Nombre de messages : 287
Localisation : Ici, et là!
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mer 27 Avr - 0:56

Que faire de plus???

J'adoooooooooooooooooooooore tes fic, on ne s'ennuie jamais et une fois que l'on est plongée dedans impossible d'en démordre, on veut la suite coup que coup!!!!

Je sais que t'as encore plein d'idées et j'espère que tu les mettras bientôt sur papiers! J'ai hate de te lire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mer 27 Avr - 2:11

Merci beaucoup vous êtes des amours

Suis contente qu'elle vous ai plus...car elle me tient à coeur et je sais plus comment j'ai eu l'idée, je crois que d'un coup comme ça, ça m'ai apparu mdrrr et ça m'a de suite plus et je trouvais ça trop mignon de faire que H&M se connaisent di tout pitits lool

Encore merci mouaaaah

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   Mer 27 Avr - 14:47

Wow, elle est super ta fic Finou

J'adore vraiment ce que tu écris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs d'enfance [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs d'enfance [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Souvenirs en pot
» Offre terminée.
» Plein de bons souvenirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: