CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos années d'insouciance... [ terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Sam 20 Aoû - 3:02

AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH NON comment j'ai été coupé sur ma lancée veux tout savoir sur Macky PITIEEEEEEEEEEEEE je suis tombée de ma chaise quand j'ai vu que ça s'arrêtais là mon dieu vite la suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeee question de vie ou de mort, c'est vital pour ma survie (mentale surtout !!!!!!)

En tout cas Sarah cette fic je la trouve vraiment géniale!!!!! j'arête pas de me marrer toute seule et d'imaginer les petites scènes entre Harm & Mac ça m'éclate



et surtout un ENORME BRAVOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 21 Aoû - 11:41

Wow je reviens pour deux jours et je vais avoir plein de lecture. J'ai hâte de lire tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 21 Aoû - 23:47

Mac : Ben je ne vois qu’un seul évènement dans la vie de Harm dont j’ai eu vent. Il s’agit d’une fameuse séance de tir dans un tribunal et la décomposition certaine d’un plafond.

Josh : en effet, c’est cela. Vous avez vraiment fait cela Harm ?

Harm fit une moue coupable.

Harm : J’ai bien peur que oui. Mais pour ma défense, j’étais persuadé que le pistolet était déchargé. Bon pour ce qui est de Mac. Et bien je dois bien reconnaître que dans nos souvenirs communs, elle n’a jamais eu à rougir d’une quelconque situation. Donc ne connaissant que la femme marines en elle, je dirai qu’elle a du répondre quelque chose dans le genre qu’un marines n’est jamais déstabilisé par les situations qui lui font face.

Sarah affichait un sourire radieux de la réponse de son partenaire. Il est vrai qu’elle ne laissait paraître d’elle que la femme marines. Andie sourit elle aussi largement.

Andie : Cela aurait sûrement été sa réponde si lors d’une finale de foot la tenue de Mac n’avait pas subit quelques allègement.

Céline : Tu peux carrément dire que pour éviter la chute, son haut a été totalement déchiré.

Ce souvenir la faisait maintenant beaucoup rire, mais il est certain que sur le coup elle n’avait pas rit le moins du monde.

Mac : Se retrouver en soutien gorge, devant pas moins de 5 000 personnes c’est pour le moins embarrassant.

Harm : J’en connais qui ont du devenir fan des matchs de football après cela.

Adam : Vous n’imaginez même pas le nombre de fois où j’ai du jouer son petit ami après ce match.

Ce jeu était finalement des plus distrayants. Et l’ambiance était bonne enfant.

Céline : Bon c’est à nous de poser la question.

Sans attendre plus longtemps, Céline plongea la main au fond de l’urne et en sortit un nouveau papier.

Céline : Quel métier votre compagnon rêvait il d’exercer quand il était enfant ?

Les premiers participants répondirent, vint ensuite le tour d’Euphélie et Matthew.

Euphélie : Mon cher et tendre époux voulait devenir chirurgien. Mais alors qu’il n’avait que 13 ans et que son meilleur ami a fait une chute de vélo devant lui avec pour résultat une fracture ouverte, il s’est rendu compte qu’il ne supportait pas la vue du sang. Plutôt ennuyeux pour un futur chirurgien.

Matthew : Quant à ma femme, elle rêvait d’intégrer le corps militaire. Elle voulait devenir contrôleur aérien. Et le corps d’armée qu’elle souhaitait le plus intégrer était la NAVY.

Harm : Nous avons perdu un excellent officier.

Euphélie : Merci Harm, mais le destin en a décidé autrement. Et puis je n’aurai pas pu martyriser les élèves si j’avais suivit ce rêve d’enfant.

Mac : Pour Harm la réponse est facile. Il rêvait d’exercer le même métier que son papa et ce depuis qu’il était allé avec son père sur un porte avion et qu’il l’avait placé à la place du pilote dans un cockpit. Je dirai donc pilote de chasse pour la NAVY.

Harm : Quant à toi connaissant l’amour que tu portes à ton oncle et qu’il t’a enrôlé dans les marines. Sachant que tu as passé beaucoup de temps avec lui à Red Rock Mesa, mon choix se portera sur l’ichnologie et la paléontologie.

Céline : Je ne pensais pas que vous trouveriez cela Harm. Vous voyez que vous connaissez notre Macky.

Au fond de lui, Harm était rassuré de se rendre compte qu’elle n’avait pas tant de secret pour lui. Il la connaissait en fin de compte. Il ignorait certaines choses. Mais peut on vraiment connaître quelqu’un même si on a grandi avec lui ?

Clara : Bien, pour Adam c’est simple il voulait devenir pompier. Mais sans doute du à sa musculature, il a du abandonner ce rêve.

Adam : Merci de ton soutien, Clara.

Andie : Josh voulait devenir sauveteur en mer sur les plages de Los Angeles. Chose qu’il a réussit partiellement, vu que tu as exercé ce métier durant 3 ans, avant de te reconvertir en pompier.

Josh : Parfaitement. Et toi tu as toujours souhaité devenir pilote. Ton père étant ingénieur navigant, t’a transmis sa passion pour les avions.

Harm : Il n’y a pas à dire, pilote c’est une histoire de famille…

Les questions s’enchaînèrent faisant parfois l’objet de rigolades.

Adam : Bon nous voila revenu à nous.

Clara : La nouvelle question. Qui fut le premier amour de votre partenaire ?

Andie : En tout franchise, je n’en ai pas la moindre idée.

Josh : Moi non plus… Enfin, mon premier amour à moi si. Mais j’ignore qui était le tien…

Adam : Je sens que cette question va poser pas mal de problème à certain couple.

Céline : Sans aucune arrogance de ma part, je dirais moi-même.

Peter : Et je dirais moi-même également.

Euphélie : forcement, ils se sont rencontrés alors qu’on avait tout juste 15 ans. Comment avoir connu l’amour avant cet âge là.

Adam : La réponse est exacte. On savait tous que l’on n’avait aucune chance contre tous les deux.

Euphélie : Pour Matt, il s’agit d’une femme se prénommant Allison, elle a été au lycée avec lui et ils sont restés ensemble pendant plus de 5 ans.

Mac : Je me demande bien pourquoi il y a cette pointe d’irritation dans ta voix Fi ?

Sarah affichait un sourire moqueur, son amie c’était toujours montrée jalouse. Elle essayait de la cacher par tous les moyens, mais elle n’arrivait jamais à duper ses trois copines.

Euphélie : On verra l’intonation de ta voix quand on en arrivera à toi Macky.

Le moment où Harm et Sarah durent répondre à la question arriva assez rapidement.

Mac : Sans aucunes certitudes, je dirais Diane Schonke.

Clara : c’est tout à fait cela. Pourrais tu préciser et développer.

Sarah se retourna sur son partenaire pour avoir son accord pour de petites explications.

Mac : Harm a rencontré Diane à l’Académie Navale à Annapolis. Elle était en première année alors que lui était en deuxième année. Ils ont passé pas mal de temps, sans jamais s’avouer leurs sentiments. L’armée à des règles très particulière quant aux relations entre les officiers. Le destin les a séparé, sans que jamais ni l’un ni l’autre ne partage ses sentiments.

Harm avait le regard perdu dans le vide. Entendre cette partie la de sa vie étalée par Sarah l’avait projeté à des milliers d’années lumière. Ainsi donc voila comment elle voyait les choses. Une voix le sortit de ses pensées.

Adam : Harm votre réponse ?

Sarah avait noté son regard absent. Elle était tournée vers lui et l’interrogeait du regard. Il lui sourit tendrement pour lui signifier que tout allait bien.

Harm : Ne connaissant que peu d’ex petits amis de Mac. Je pencherais Bryan, le garçon qui l’a accompagné lors du bal de promo.

Adam : Pour suivant qu’ils étaient censés ne pas vraiment se connaître je trouve qu’ils s’en sortent plutôt pas mal. Vous avez un langage particulier pour communiquer.

Mac : Je te jure que non. Sans doute notre côté d’enquêteur qui fait surface. Notre esprit de déduction marche même pour ce genre de situation.

Les questions continuèrent de s’enchaîner. Il n’en resta finalement qu’une.

Emily : Quel est l’acte le plus fou que votre partenaire a fait pour vous ?

Andie : Pour moi ce sera simple, cela s’est produit il n’y a pas moins d’un mois. Josh a fait arrêter l’avion dans lequel je me trouvais en partance pour Miami quand il a comprit qu’il allait devenir papa.

Peter : Comment avez vous réussit cela.

Josh : Rien de plus simple quand vous êtes Capitaine des pompier et que vous déclarez qu’il y a un problème sur le vol en partance…

Toute l’assemblée rit à la remarque.

Harm : Et alors, Andie a fait ce vol ou pas.

Andie : Une fois que tout le monde a su les motifs du retard du départ. Le chef du personnel a remplacé les pilotes. Et j’ai pu rester à la maison pour fêter l évènement avec le futur papa.

Chaque réponse était plus ou moins révélatrice. Mais il en ressortait que par amour on pouvait être près à tout faire et tout sacrifier.

Euphélie : Et toi Macky tu répondrais quoi.

Mac : Il est venu me sauver la vie lors d’une mission qui avait pour le moins mal tourné. Il a démissionné car notre supérieur ne souhaitait pas le laisser partir à ma recherche. Il est partit à l’autre bout du monde et a risqué sa propre vie pour sauver la mienne.

A ces souvenirs, Sarah avait les larmes aux yeux. Jamais elle n’oublierait cette mission au Paraguay. Elle avait cru ne jamais retrouver la liberté et mourir là-bas, loin des gens qu’elle aimait. Mais il était venu, lui ne l’avait pas abandonné.

Adam : Mais qu’est ce que c’était cette mission pour qu’une avocate se retrouve dans une telle situation.

Mac : Une mission pour la CIA. Mais c’est classé secret défense. Vous connaissez la suite, si je vous en dits plus, je vais devoir vous tuer…

L’atmosphère avait monté d’un cran à l’évocation de cette histoire. Mais la petite blague de Sarah eut l’effet escompté et les rires enlevèrent tout doute. Une fois que les rires retombèrent Harm donna sa réponse.

Harm : Moi je pense à un voyage particulier pour moi, où je suis partit à la recherche de mon père en Russie. Mac s’est débrouillée pour m’accompagner à mon insu, et elle m’a aidé à surmonter les révélations auxquelles j’ai du faire face dans ce pays. Je pense qu’elle ne s’est jamais vraiment remise de sa petite balade dans un mig.

Sarah se retourna et lui posa un doigt accusateur sur le torse.

Mac : Peut être que si tu ne nous avais pas éjectés en plein vol, je garderais un meilleur souvenir de cette petite balade.

Euphélie regarda ses deux autres amies et dit tout bas.

Euphélie : Si ça, ce n’est pas une preuve d’amour…

Andie : Je ne comprends pas qu’ils ne soient encore que des amis. Cela ne ressemble pas du tout à Macky. Quand on était au lycée, elle lui aurait sauté dessus…

Céline : Il est certain qu’à cette période là, quand un garçon lui plaisait, elle n’y allait pas par quatre chemins. Comme elle aimait à le dire : “ On fonce droit au but et on marque le point ! ”

Une fois que tout le monde eut répondu, Adam fit le total des points pour chaque équipe.

Adam : Voici donc le classement…

Euphélie : Il n’y a pas de grosses surprises à mon avis. On sait déjà qui a gagné dans notre groupe.

Adam : En effet, c’est bien Céline et Peter qui ont gagné ce petit jeu sur la connaissance de l’autre. Toutefois, on trouve en deuxième position à égalité le couple Euphélie Matthew, ainsi qu’Emily et Ryan. Et en troisième position noter joyeux couple de militaires : Sarah et Harm.

Harm affichait un sourire fier.

Harm : Tu vois qu’on se connaît très bien.

Sarah se retourna pour lui faire à nouveau face.

Mac : Oui en effet. Et si tu avais su que j’avais joué Jo dans la pièce les quatre filles du Dr. March, on aurait pu être second.

Harm prit un air faussement vexé.

Harm : Et comment aurais je pu savoir que les filles et toi vous faisiez parti de la troupe de théâtre.

Céline : Vous ne savez pas ce que vous avez raté Harm.

Adam : En effet, ces quatre là étaient impressionnantes. Je revois encore Céline dans le rôle de Meg, la grande sœur sage toujours la pour les autres. Macky dans le rôle de Jo, plein d’énergie et toujours la première pour les bêtises, mais au fond la main sur le cœur. Il y avait Fily après dans le rôle de Beth, j’en avais les larmes aux yeux quand elle meurt. Et pour finir la petite dernière Andie dans le rôle de Amy, elle a toujours était de toute façon la petite sœur du groupe.

Harm : En effet j’aurai bien aimé voir ça. Vous avez fait d’autres petites pièces comme celle là ?

Andie : Non, enfin pas en dehors de celles où on jouait des lapins, des chats…

Euphélie : Des tahitiennes, où des chinoises…

Céline : Ou encore des peintre en bâtiments…

Mac : Sans oublier le rôle de danseuse de french cancan…

Alors que Harm, Matthew et Josh restaient agars, Peter et les quatre filles riaient aux éclats à ces souvenirs quelques peu exceptionnels.

Josh : Je me demande pourquoi je suis encore étonné. Cela vous arrivait il de ne pas vous faire remarquer parfois ?

Les quatre filles se regardèrent et d’une même voix répondirent à la question posée.

Les filles : NONNNNNNNNNN !!!

Alors qu’ils continuaient tous de rire. Adam se leva pour rejoindre les autres groupes et voir où ils en étaient du petit jeu.

Andie : Je crois que le meilleur souvenir que je garderai, ce sont nos vacances à la mer, à l’appartement du grand père de Céline.

Mac : C’est sans aucun doute les meilleures trois semaines de toute ma vie.

Euphélie : Tu veux surtout dire que l’on a jamais autant rit que durant ces trois semaines.

Peter : Je ne comprends toujours pas pourquoi je n’ai pas eu le droit de venir.

Les filles : Vacances entre filles, Peter…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 21 Aoû - 23:51

Il avait entendu cette excuse des milliers de fois. Mais il est vrai qu’il aurait aimé être là. D’un autre côté, passer trois semaines entière avec ces quatre là n’aurait pas été de tout repos.

Matt : Et qu’avez vous fait pendant trois longues semaine toutes seules à la mer.

Mac : Je pense qu’on a tout fait pendant ces trois semaines. Même pire que ce que vous pouvez imaginer.

Céline : Enfin le soir on se retrouvait souvent à trois au lieu de quatre, même nos rires n’arrivaient pas à garder Andie réveillée…

De nouveaux rires vinrent se troubler le calme.

Euphélie : On aurait beau vous expliquer, vous ne comprendriez pas pourquoi ces vacances sont inoubliables pour chacune d’entre nous.

Céline : On a passé toutes nos journées ensembles.

Mac : et rien que cela, rendait ces vacances merveilleuses.

Andie : Le matin, la première réveillée allait réveiller les autres. Je me rappelle encore que Céline et Sarah dormaient dans les lits superposés, Euphélie dans le clic clac quant à moi j’avais hérité de la chambre.

Mac : J’ai un peu râlé au début de ne pas avoir la chambre, mais après le premier soir je n’ai plus regretté ce partage des lits.

Matt : Et peut on savoir pourquoi ?

Céline : Au cours de notre première soirée, on a sûrement du jouer une fois de plus à un jeu de société. On venait d’arriver, on avait passé la journée a ranger nos affaires, faire des courses pour remplir les placards. Comme nous étions toutes plus ou moins fatiguées, nous avons décidé de passer la soirée à l’appartement.

Mac : Très vite, Euphélie et Andie ont commencé à bailler. Nous sommes donc toutes allées nous coucher. Mais bien entendu ni Céline ni moi n’étions fatiguées…

Euphélie : C’est le moins que l’on puisse dire, vu le bruit que vous avez fait pendant deux heures. J’étais entre deux sommeils, mais j’arrivais à discerner quelques bribes de leur conversation.

Céline : On avait ramené des livres empruntés à la bibliothèque. On a prit un livre au hasard dans la pile que nous avions et on a commencé à le lire. On lisait un passage chacune à noter tour. Quand j’en avais marre de lire je le passais à Macky et elle prenait le relais.

Harm : Jusque là, je ne vois pas ce qu’il y a de si particulier.

Sarah lui lança un regard de reproche, mais il fut très vite effacé par un doux sourire.

Mac : Si tu nous laissais finir, matelot. Enfin, nous avons du tourner ainsi trois ou quatre fois et quand j’ai du reprendre la suite. Les deux héros du roman en étaient à un point crucial de l’intrigue…

Le regard que Sarah et Céline échangèrent était lourd de sens pour elles. Elles durent se faire violence pour ne pas rire à nouveau.

Josh : Et…

Céline : Ben pour faire simple, la scène que Macky était en train de me lire aurait fait pâlir les stars des films X. Je ne pensais pas que ce genre de livre pouvait exister en encore moins qu’on pouvait les trouver à la bibliothèque du lycée.

Peter : Je suis sûr que vous abusez un peu les filles. Aucun livre ne peut faire pâlir les stars du X.

Mac : Tu peux me croire sur parole, ce livre là était bien plus explicite et détaillé qu’un film X.

Harm : Car tu as déjà vu un film X toi ?

Il avait son fameux flyboy grin accroché aux lèvres. Sarah ne se laissa pas démonter par sa question bien au contraire.

Mac : Un ?...

Matt : vous êtes impossibles !

Les filles : On sait…

Harm : Et c’est donc ce livre qui t’a fait changer d’avis quant au fait de ne pas dormir dans la chambre ?

Mac : Au non, ce sont surtout les révélations de Céline et nos éclats de rire qui m’ont fait préférer dormir là.

Peter remarqua de suite le petit clin d’œil de Sarah à Céline.

Peter : Y a-t-il quelque chose que je devrais savoir.

Mac : Rien qui ne te concerne, Peter….

Céline : Juste des histoires de filles.

Adam : Bon j’ai l’honneur de vous annoncer que les petits jeux du week-end sont finis. Vous avez donc le reste de l’après midi de libre. Nous allons faire le total des points pour déterminer notre couple gagnant du week-end et je vous propose de tous nous retrouver, une dernière fois dans la salle de réception vers les 18h. Cela vous laisse 3h pour vous détendre. Bonne après midi à chacun.

Tout le monde commençait à se disperser, voulant profiter de ces dernières heures du week-end, de ces derniers instants avec leurs anciens camarades de classe.

Andie : Alors on fait quoi ?

Mac : On pourrait essayer de voir s’il serait possible de faire une petite balade à cheval. J’ai aperçu un petit ranch juste avant l’hôtel. Vous en dîtes quoi ?

Euphélie : Pour moi c’est ok !

Peter : Pour nous aussi…

Josh : et nous aussi…

Harm : Ben je crois que je n’ai plus trop le choix.

Sarah lui adressa un sourire amusé.

Mac : En effet, matelot ! Tu vas pouvoir nous montrer tes talents de cavalier.

Harm : Et je suis sûr que je pourrai te surprendre.

Mac : Mais je n’en doute pas une seconde.

Josh s’adressa au reste du groupe.

Josh : Et les voilà encore repartit…

Euphélie : Bon quand vous aurez fini vos petits enfantillages, on pourra peut être voir où se trouve ce ranch.

Mac : C’est bon, on a fini, enfin pour le moment.

Tous levèrent les yeux au ciel. Ils étaient pires que des enfants ensembles.

Andie : Je me demande comment votre supérieur arrive à vous supporter.

Harm : Je crois qu’il se le demande lui-même…

Mac : Parles pour toi, matelot. Moi il m’a choisit comme chef d’état major. Il n’a aucun mal à me supporter !

Sentant qu’ils allaient repartir dans leurs petites batailles infantiles, Céline décida d’intervenir.

Céline : Bon alors vous nous montrez où vous avez aperçu ce ranch. Sinon nous n’aurons pas le temps d’en profiter.

Harm et Sarah se sourirent, ils avaient très bien compris pourquoi Céline était intervenue. Mais eux, ils aimaient bien se taquiner ainsi.

Harm : Très bien, je propose de prendre ma voiture ainsi qu’un couple et il faut que quelqu’un me suive avec une autre voiture pour les quatre autres.

Josh : C’est ok. Je vais prendre la notre, on a un 4x4. On ne connaît pas l’état des routes pour aller jusqu’à ce ranch, il vaut mieux prévoir que cela puisse être caillouteux.

Mac : Très bien, dans ce cas on peut y aller.

Alors que Céline et Peter se dirigèrent vers la voiture de Josh et Andie, Euphélie et Matthew prirent la direction de celle de Harm et Mac. Les discutions allaient bon train dans chacune des deux voitures.


Voiture de Harm
Une route de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
15h15


Mac : Alors pilote, on sait monter à cheval ?

Harm sourit à Sarah au travers du rétroviseur, celle-ci ayant décidée de s’asseoir à l’arrière avec son amie, laissant la place aux côtés de Harm à Matthew.

Harm : Il n’y a pas que toi, marines qui ais des talents cachés. Ma mère a toujours tenue à ce que je fasse de l’équitation quand j’étais enfant. Vous seriez surprise du nombre de compétitions de complet que j’ai faites.

Euphélie : J’ai l’impression que tu as trouvé plus forte que toi Macky pour cette activité.

Harm souriait toujours, il allait une fois de plus pouvoir se mesurer à sa partenaire.

Mac : Même si je n’étais pas une adepte des compétitions, je suis sûre que je n’ai pas totalement perdu la main. Et puis, nous avons choisit de faire une balade à cheval, pas de faire une compétition quelconque. Je crains donc, qu’aucun d’entre nous ne puisse faire de démonstrations.

Matt : Je suis bien d’accord. Ce moment est dédié à la détente. Alors pas d’effluve tous les deux.

Il jetait un regard accusateur en direction de Harm et Sarah. Le regard des deux concernés se croisa à nouveau dans le rétroviseur et tous deux se sourirent.

Mac : Comme ci cela était dans nos habitudes.

Euphélie : Ben voyons. On a sûrement du rêver toutes les piques et les petites taquineries que vous vous êtes adressés durant tout le week-end.

Le même sourire innocent illuminait le visage de Harm et Sarah.

Harm / Sarah : Bien sûr.

Matthew et Euphélie étaient exaspérés. Ce qu’ils pouvaient être énervant tous les deux.

Euphélie : C’est fou. Vous pouvez en une seconde passer du désaccord le plus total et pourtant vous soutenir. Vous me sidérer. Vos partenaires de travail ne doivent pas savoir à quoi s’en tenir avec vous !

Harm et Sarah étaient flattés de cette remarque. Ils avaient traversé de nombreuses épreuves, mais toujours ensembles. Rien n’avait pu atteindre l’amitié qui les liait. Malgré les mésaventures que leur amitié avaient subies, les liens qui les unissaient, n’en avaient été que consolidés.

Harm : C’est ce qui fait notre force, et nous rend invincibles quand on traite une affaire ensemble. Il est vrai que Sturgis et Bud ont parfois du mal à suivre quand nous sommes lancés.

Sarah était déjà loin dans ses pensées. Revoyant tous les moments passés au tribunal aux côtés de Harm, ou bien les moments où ils s’affrontaient. Ils avaient la même passion pour leur métier. La recherche de la vérité et défendre leurs clients étaient une priorité pour eux et ils mettaient un point d’honneur à toujours faire leur travail le mieux possible.

Voiture de Josh
Une route de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
15h15


Andie : Je ne pensais pas que nous arriverions un jour à enfin rencontrer Harm.

Céline : Moi non plus, Macky nous a parlé de son partenaire borné le premier jour de leur rencontre. Et depuis elle n’a cessé de nous narrer les moments passés avec lui. Mais je ne croyais plus au fait de le rencontrer finalement.

Josh : Je trouve qu’il correspond tout à fait à Sarah. Et puis leurs yeux traduisent l’amour qu’ils se portent.

Peter : Il est certain que même si nous, les hommes, on a pu voir ça, c’est que l’amour qu’il partage est hors norme et sincère.

Les quatre passagers du véhicule rirent à la remarque.

Céline : Peut être bien, mais Macky n’est pas heureuse.

Peter : Pourtant je ne l’ai jamais vu aussi rayonnante.

Andie : En apparence. Mais nous connaissons Macky depuis bien longtemps, et ses sourires ne peuvent plus nous leurrer. Cette relation, ou plutôt cette non relation avec Harm est en train de la détruire à petit feu.

Céline : Et la connaissant, elle essaye par tous les moyens de donner le change. Avec vous cela marche, mais avec nous, elle a plus de mal.

Josh : Pourtant je ne l’ai jamais vu aussi enjouée.

Andie : Oh mais elle passe des moments merveilleux et elle en profite. Mais au fond d’elle, il y a cette souffrance qui dure depuis maintenant plus de huit ans. Elle commence à se renfermer sur elle-même. Et même si Macky est la plus courageuse de nous toutes, la seule chose qu’elle sait faire pour se protéger et arrêter de souffrir c’est : Fuir ses problèmes.

Peter : Elle ne le ferait pas, n’est ce pas ? Pas après huit ans ?

Céline : Je pense qu’elle et Harm vont en arriver à un point de non retour. Quand on ne peut pas le prévoir, mais l’ultimatum va finir par arriver. Et ils n’auront comme autre possibilité que de faire un choix. Soit affronter leurs sentiments respectifs et s’accorder la vie tant attendue, soit tout oublier et partir vivre chacun de leurs côtés.

Andie : Mais Macky ne pourra pas supporter de continuer à rester à ses côtés, le voir avoir des conquêtes, se marier et fonder une famille. Sachant que sa seule place à elle serait celle de l’amie, la meilleure amie.

Céline : Elle gardera des liens avec lui, mais elle demandera à être mutée.

Peter : C’est elle qui vous a dit cela ?

Céline : Elle n’a pas eu besoin de le faire. On se connaît toutes les quatre depuis notre naissance. On a passé toute notre vie ensemble. Nous nous comprenons mieux que nous même. La distance n’a pas eu d’entache à notre amitié. Regarde Macky et Andie sont les marraines de nos enfants.

Andie : Nous sommes comme des sœurs et même plus encore. Même aux quatre coins du pays, on trouve toujours le moyen de se voir régulièrement et on passe des heures sur le net à discuter toutes les quatre.

Josh : Ca pour passer des heures avec tes copines sur le net je confirme. J’ai même plus le droit de toucher à l’ordinateur quand tu es avec elle.

Josh afficha une moue boudeuse, un regard de chien battu traversa ses yeux. Pour seule réponse, Andie s’approcha de lui et déposa un tendre mais rapide baiser sur sa joue, ne voulant pas le perturber alors qu’il conduisait.

Andie : Suis-je pardonnée ?

Josh : Je pense que ça ira pour cette fois.

Peter pensait toujours à Sarah. Il avait lui aussi passé pas mal d’année à ses côtés et il lui était redevable. Sans elle, jamais il n’aurait réussit à sortit avec sa femme. Céline n’était pas vraiment du genre à collectionner les aventures. Bien au contraire, elle essayait par tous les moyens d’éloigner les garçons d’elle. Au début réticente à l’idée de Peter, Sarah avait fini par s’allier à lui pour qu’il puisse offrir à Céline une soirée romantique. Sarah avait convaincu son amie de venir passer une soirée avec elle. Mais une fois arrivé au restaurant, elle avait conduit son amie à la table de Peter et lui avait expliqué ce qu’il en retournait. Céline bien que surprise par le changement de programme n’avait émit aucune protestation et avait passé la soirée auprès de Peter et depuis ce jour, ils ne s’étaient plus séparés.
Peter se sentait dans l’obligation d’aider Sarah à son tour.

Peter : Bon il faut trouver un moyen pour aider Harm et Mac. Quelqu’un aurait il une idée ?

Céline : Tu sais avec ces deux la, je crois que ça va être dur.

Andie : Moi je crois surtout qu’ils ont besoin qu’on les aide à avoir une conversation quand à leurs sentiments. Ils savent tous les deux ce qu’ils ressentent pour l’autre, mais ils n’arrivent pas à se le dire entre eux.

Céline : Il faut donc faire en sorte que durant cette petite balade, on les oblige à en arriver à se parler.

Josh : Plus facile à dire qu’à faire !

Andie : Ne soyons pas pessimistes, Josh. Il faut qu’on arrive à leur parler d’enfants, de mariage, d’engagement…

Céline : Il faudrait qu’on arrive aussi à leur faire avouer que la personne en qui ils ont le plus confiance est l’un l’autre.

Peter regarda alors la voiture devant eux s’arrêter sur le parking improvisé du ranch.

Peter : Je crois que notre mission commence dès maintenant. Il faudra demander de l’aide à Euphélie. A nous tous, on va bien arriver à les faire craquer ces deux la…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 22 Aoû - 1:22

ah oui faut qu'ils craquent oh oui c'est géniale les filles allez-y!!! Peter aide-les PITIEEEEEEEEEEEE!!

ah ça coupe toujours au meilleur moment!! (je dirai que c'est fait exprès )
en tout cas vivement la suite qu'on puisse à nouveau plonger dans cette superbe fic !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 24 Aoû - 0:47

Ranch ‘El Paso’
Près de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
15h30


Tout le monde descendit des véhicules et admira la vue qui s’offrait à eux.

Harm : Cet endroit est magnifique ! Et je ne parle même pas de ce ranch. Cela me fait un peu penser à celui de Grams en Pennsylvanie.

Sarah le regarda avec des yeux envieux.

Mac : Si le paysage et la maison de ta grand-mère sont la moitié aussi extraordinaire qu’ici matelot, tu as plutôt intérêt à m’y emmener un jour.

Harm : Et bien, pour nos prochaines vacances, je suis sûr que Grams serait ravie de nous recevoir tous les deux. Bien entendu, je te rappelle que ma grand-mère est femme de marin donc il ne faudra pas faire ta forte tête de Devil Dog !

Devant l’air décontenancé de Sarah tout le monde ne put s’empêcher de rire. Sarah quant à elle ne trouva rien d’autre à redire que de donner à Harm une gentille tape sur le torse.

Andie : Bon avant qu’ils ne recommencent leur petit jeu, nous devrions aller voir le propriétaire pour pouvoir faire notre petite balade.

Josh : Je te suis, mon amour !

Ils n’eurent pas besoin d’avancer bien loin que quelqu’un se dirigeait déjà ver eux.

X : Bonjour, Mesdames, Messieurs. Vous désirez quelque chose ?

Josh fit un pas en avant pour se retrouver face à l’homme qui venait de se présenter devant eux.

Josh : Bonjour, nous séjournons pour le week-end à l’hôtel Lake Parc et nous avons remarqué que vous faisiez des balades à cheval.

X : Oui bien entendu. Par contre je n’aurai personne de disponible pour vous accompagner. Vous connaissez le coin ?

Sarah s’avança alors pour prendre la parole.

Mac : Ne vous inquiétez pas, cinq d’entre nous avons grandit dans le coin. Je venais même prendre des leçons d’équitation ici quand j’étais enfant avec mes amies. Enchanté de vous revoir Monsieur Raymond.

L’homme regarda la jeune femme des pieds à la tête essayant de se remémorer qui elle était. Il posa alors son regard sur les trois autres jeunes femmes et son visage s’illumina d’un sourire.

M. Raymond : Dieu nous protège si vous êtes encore toutes les quatre ensembles ! Vous êtes venues à la réunion des anciens. Cela fait plaisir de vous revoir.

Les quatre jeunes femmes s’avancèrent vers l’homme et l’étreignirent.

M. Raymond : J’espère que vous n’avez rien perdu de ce que je vous ai appris les filles.

Euphélie : Il vous suffit de nous donner des chevaux pour une petite balade et nous pourrons vérifier cela.

M. Raymond : Suivez moi, je vais vous conduire aux box. Je suis sûr que mes chevaux vont vous plaire.

La petite troupe suivit donc le propriétaire des lieux jusqu’aux stalles des chevaux. M. Raymond leur indiqua alors huit box.

M. Raymond : Je pense que cela devraient faire l’affaire.

Harm : Ils sont magnifiques.

M. Raymond : Je vous laisse les sortir et les préparer, je vais pendant ce temps vous chercher les scelles.

Ils s’activèrent alors chacun à sortir leur cheval, à les brosser avant le retour du propriétaire. Très vite, M. Raymond revint avec le matériel manquant. Ils scellèrent alors leur monture et tout le monde se mit en scelle.

M. Raymond : Votre ballade va durer combien de temps ?

Céline : Aux environ d’une heure. Nous avons rendez vous à l’hôtel à 18h.

M. Raymond : Vous devriez aller vers faire la balade des amants perdus. Vous vous rappelez la route les filles ?

Andie : Il n’y a pas de problème, on a du faire cette balade un millier de fois. Il n’y aura aucun problème.

M. Raymond : Bon c’est parfait alors. Et surtout pas de bêtise les filles. Ne me refaites pas le coup du on s’est perdu en balade pendant toute la nuit. Je suis trop vieux pour vous chercher maintenant !

Josh : Je sens qu’il n’y a pas que nous qu’elles font ou ont fait tourner en bourrique !

M. Raymond : Ces quatre la étaient des petits anges. Mais elles pouvaient devenir en quelques secondes le pire cauchemar de n’importe qui !

Mac : Ne vous inquiétez pas, nous serons sages et éviterons de faire trop de bêtises.

Les huit compagnons partirent donc sur les sentiers à cheval sur leur monture. Le début de la balade se passa dans le silence, chacun profitant du moment de calme et de plénitude qui s’offrait à eux. Le sentier était longé par de grands chênes, certainement centenaire. Harm brisa enfin le silence qui s’était installé.

Harm : Cet endroit est vraiment magnifique. Mais je dois dire que je suis intrigué par le nom que porte cette balade.

Matt : Il est vrai que cela n’est pas courant. Il doit y avoir une histoire qui va avec se nom. Vous la connaissez les filles ?

Euphélie : Il s’agit d’une légende. Personne n’a jamais su si elle était vraie.

Céline : Mais apparemment, il y a de cela 150 ans à peu près, deux amants venaient toujours se retrouver sur les sentiers de cette balade. Ils étaient obligés de se cacher car leur famille respective les avaient déjà promis à d’autres.

Mac : Même sans l’accord de leur famille, ils s’aimaient et voulaient profiter de cet amour. Alors ils se retrouvaient régulièrement sur ces sentiers, à l’abri des regards. Un jour, les deux amants ne sont pas rentrés. Les deux familles les ont cherchés pendant des jours entiers. Le seul indice qu’ils ont trouvé, est une gravure sur un des arbres.

Andie : Nous y sommes d’ailleurs. Il s’agit du chêne juste en face de nous. Il y a écrit dessus : ‘ Yann et Emily pour la vie…’. Cela fait 150 ans qu’ils ont disparu et personne n’a jamais eu de nouvelles. Certains disent qu’ils se sont enfuis pour vivre leur amour pleinement. D’autres pensent qu’ils se sont tués par amour.

Euphélie : Mais depuis cette période cette balade porte le nom de ‘ la balade des amants perdus ’.

Josh : Et bien, même si cette histoire est disons… une très jolie légende, j’espère que nous n’allons pas nous perdre nous.

Peter : Moi non plus, je compte revoir mes deux petits monstres.

Mac : En parlant de vos petits monstres, cela fait longtemps que je n’ai pas vu ma filleule.

Peter et Céline se lancèrent un regard entendu.

Céline : Harm et toi, vous devriez venir nous rendre visite. Je suis sûre que ce pilote serait curieux de rencontrer ta filleule ainsi que Jack.

Peter : Oui ce serait génial. Que diriez vous de venir nous rendre visite disons dans un mois ?

Mac : Cela me semble très bien pour moi.

Harm : Pour moi aussi. Mais je suis étonné que tu ne m’ais pas parlé avant de ta filleule. Moi qui croyais que tu étais la marraine que de notre filleul.

Mac : Encore quelque chose que tu ignores à mon sujet, matelot ! Et je suis sûre que quand tu verras cette petite fille tu craqueras. Et je ne te parle même pas de Julia la fille de Euphélie et Matthew.

Andie : J’ai vraiment l’impression qu’il n’y a que vous deux qui n’avez pas d’enfant.

Josh : Il faudrait songer à s’y mettre sérieusement !

Peter sourit à la petite remarque. Le sujet était lancé. Il fallait maintenant les forcer à ce qu’ils se parlent tous les deux. Les emmener à ce qu’ils parlent de leur vie et de leurs sentiments une foi qu’ils seraient tous les deux.

Harm : Et bien, j’y pense. Mais il me reste encore quelques mois.

Tous se retournèrent vers Harm, lui lançant un regard d’incompréhension et attendant la suite des explications. Mais le regard qui l’interpella le plus fut celui de Sarah. Il y avait au fond de ses yeux une lueur particulière, mais il n’aurait su dire de quoi il s’agissait. Sarah finit par baisser les yeux et talonna son cheval pour qu’ils reprennent la route.

Mac : Nous devrions continuer si nous ne voulons pas être en retard.

Harm la suivit aussitôt et les six autres amis se lancèrent un regard lourd de sens. Ils avaient touché un point sensible. Ils étaient donc sur la bonne voix. Andie décida de jouer le tout pour le tout. Elle savait que le sujet à venir allait être épineux et que Sarah risquerait de lui faire payer mais il fallait qu’elle le face. Ils reprirent tous la route de la balade quand Andie se décida.

Andie : Au fait Macky, tu as des nouvelles de ton australien Mic ?

La réaction de Harm et Sarah confirmait à tous les autres qu’il s’agissait d’un sujet sensible. Mais toute fois, avec ce sujet ils avaient réussit à les faire réagir. Une fois qu’elle eut digéré la question, Sarah reprit contenance pour y répondre.

Mac : Il va très bien, j’ai eu de ses nouvelles il n’y a pas très longtemps.

Le visage de Harm se décomposait à vue d’œil. Ainsi donc elle avait gardé contact avec lui. Il avait toujours pensé qu’après l’histoire de l’annulation du mariage, ils n’avaient gardé aucun contact. Sarah avait vu le regard de Harm se refermer à l’évocation de Mic aussi elle continua et raconter le pourquoi de son dernier appel.

Mac : Mic voulait m’annoncer qu’il était l’heureux papa d’une petite Melissa. Et qu’il comptait demander à la maman de sa fille de l’épouser.

Le petit sourire qui se dessina au coin des lèvres de Harm confirma à Sarah que sa relation ave Mic le rendait jaloux. Mais pourquoi donc, ils n’étaient pas ensembles et vu la complexité de leur relation et la révélation de leurs sentiments respectifs, cela n’était pas près d’arriver.

Céline : En tout cas j’aimerai bien que tu nous expliques pourquoi tu as décidé d’annuler ton mariage la veille de la cérémonie.

Sarah se demanda pourquoi ses amies mettaient le sujet de Mic sur le tapis. A quoi jouaient-elles ? Elle ne voulait pas reparler de ça, et elle ne dirait rien. Elle ajusta les rennes dans ses mains et après quelques talonnades, son cheval partit au galop. Elle lança alors à l’attention de ses amies.

Mac : Il y a des choses que même vous, vous ne connaîtrez pas…

Le reste de sa phrase se perdit dans sa course folle. Elle était à présent bien trop loin pour que ses amis ne l’entendent ou qu’elle puisse les entendre. Et sans vraiment savoir pourquoi et comment les contrôler, des larmes coulèrent sur ses joues.
Quelques peu surpris par cette fuite, personne ne réagit sur le coup. Euphélie finit par rompre le silence.

Euphélie : Je vous dit ça comme ça, mais le choix du sujet de conversation était léger. Sa réaction était prévisible. Elle a fuit.

Andie : Elle ne veut pas en parler et c’est ça façon de nous le faire comprendre.

Harm les regarda étonné.

Harm : Si vous saviez qu’elle réagirait comme cela, pourquoi avoir mit le sujet sur le tapis ?

Peter : Mais pour vous !

Harm le regarda, complètement perdu.

Harm : Pour moi ? Je crois que j’ai du rater une étape.

Andie : On a déjà parlé Harm pendant le week-end. Il vous faudra un jour ou l’autre affronter vos sentiments et l’affronter elle. Quand elle n’en pourra plus, Sarah réagira exactement comme elle l’a fait maintenant, elle fuira.

Harm : non, la Mac que je connais ne fuit pas.

Euphélie : Et bien, vous ne la connaissez pas bien. Vous connaissez son passé et depuis son enfance, le seul moyen qu’elle a trouvé pour se protéger des autres est la fuite. Je ne l’en blâme pas. Je connais son passé, j’ai vu ce que ses parents lui avaient fait. Ils l’ont détruite et même si elle ne le montrait pas, et voulait faire comme si de rien n’était avec nous, nous savions ce qu’elle endurait.

Céline : C’est comme si elle avait une double personnalité. Elle veut toujours se montrer forte, que rien ne la touche. Elle renferme les choses qui lui font mal au plus profond d’elle-même et ça la détruit petit à petit.

Harm écoutait les filles lui parler de Mac. Il savait qu’elle voulait toujours se montrer forte. En de rares occasions il l’avait vu craquer, mais elle en était toujours ressortit que plus forte.

Harm : Que voulez vous que je fasse ?

Euphélie : Nous rien de particulier. Seulement que vous fassiez ce que vous dicte votre cœur. Pour elle et pour vous, il est temps que vous cessiez de jouer à ce petit jeu et que vous avanciez ensemble.

Harm baissa le regard.

Harm : Mais tout est si compliqué.

Peter : Non Harm, tout est très simple au contraire. Vous préférez vivre en la regardant mener sa propre vie et en sachant qu’elle n’a pas la vie qu’elle souhaite, ou vous voulez vivre à ses côtés et la rendre heureuse ?

Harm : Je veux plus que tout qu’elle soit heureuse… Même si cela ne doit pas être avec moi.

Andie : Mais réveillez vous Harm, il n’y a qu’avec vous que Sarah veux vivre, il n’y a que vous qui pourrez la rendre heureuse.

Harm voulait réfléchir à tout ce qu’ils venaient de lui dire.

Harm : Nous devrions la rattraper. Elle doit être loin maintenant.

Les sept compagnons reprirent leur route.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 24 Aoû - 12:44

Maaaaaacccccccc !!!!!!!!!! ah vazy Harm rattrape-la vite !!!!!!!!!!!!!!!!

Vivement la suite mais c'est cool quand je reviens yen a une

Sarah Sarah Sarah une autre une autre !!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 25 Aoû - 23:17

Balade des amants perdus
Près de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
16h15


Sarah s’était lancée dans une course folle. Elle ne savait pas pourquoi elle avait ressenti le besoin de fuir. Mais elle ne pouvait pas les affronter, elle ne pouvait pas s’expliquer à ce sujet.

Mac : Tu t’étais promise de ne plus fuir face aux évènements…

Elle avait beau se répéter cette phrase, elle n’arrêtait pas sa course folle. Les larmes barraient à présent son visage. Elle ne voulait pas repenser à cette nuit, repenser à tous ces évènements avaient soulevé comme question.
Elle avait mit fin à sa relation avec Mic, car elle avait fini par admettre qu’elle ne se mariait avec lui que par dépit. Elle s’était enfin avouée à elle-même que le seul homme avec qui elle voulait passer le reste de sa vie était son partenaire.

Mac : Pourquoi n’ai-je pas le droit de l’aimer ? Pourquoi n’ai-je pas droit au bonheur ?

Ses pensées la ramenèrent alors vers son enfance. Elle n’avait jamais fait la paix avec son passé, tous ces moments de souffrances, de remises en questions. Elle avait toujours cru qu’elle était bonne à rien, son père lui répétait assez tous les jours. Elle avait souffert de l’absence de sa mère. Elle avait toujours eu le sentiment de ne compter pour personne. Seule la présence de ses amies lui avait permis de mener une adolescence un peu plus heureuse et normale.
Elle avait retrouvé à l’aide de ses amies un semblant de famille. Elle passait le plus clair de son temps avec les parents de ses copines, ainsi que leurs frères et sœurs. Elle se sentait ainsi entourée, dans un environnement aimant. Mais paradoxalement, le retour chez elle était à chaque fois plus dur. Les crises de son père n’étaient que plus difficiles à vivre.
Elle se sentait parfois honteuse d’envier ses amies et jalouse de leur vie à elles. Elles avaient tout ce dont un enfant a besoin pour grandir : une famille aimante.
Ses pensées la ramenèrent à Mic, il était papa. Elle était heureuse pour lui. Il était quelqu’un de bien, il avait droit au bonheur.

Mac : Cela aurait pu être moi…

Elle aurait pu être l’heureuse maman de ce petit être. Elle aurait pu aujourd’hui être sa femme et la mère de ses enfants. Mais elle en avait décidé autrement. Et comme il y a quelques années elle fuyait à nouveau devant ses propres réactions. Elle ne voulait pas que ses amis la voient pleurer, elle ne voulait pas leur montrer ses faiblesses.
Même enfant, elle avait déjà cette réaction là. Se renfermer, ne jamais montrer qu’on a peur ou que quelque chose ne va pas. Elle avait toujours était là pour remonter le moral des troupes. Quelque part, elle faisait cela pour son propre bien être, se sentant ainsi vivante et utile.
Mais elle avait mit un point d’honneur à ne jamais montrer ses sentiments à elle. Elle préférait fuir, affronter ses larmes et ses moments de déprime toute seule.
Etrangement, tous ces moments de remise en question l’avaient toujours aidée à remonter la pente. Après une bonne crise de larme, elle se sentait toujours mieux.

Mac : Allez Mackenzie, ta réaction est injustifiée. Tous tes amis sont là. Et ils ont toujours été là pour toi à n’importe quels moments de ta vie.

Même s’ils n’en avaient pas toujours eu conscience, ses amies avaient toujours été présentes. Avec elles, elle n’avait pas besoin de parler, l’avait toujours beaucoup aidé. Pendant ces moments passés toutes les quatre ensembles, elles riaient, discutaient, oubliant ainsi tous les problèmes qui faisaient partis de leur vie à chacune.
La simple évocation de ces temps passés, un sourire naissant se dessina sur le visage de Sarah. Elle ralentit alors sa course folle, permettant ainsi à son cheval de reprendre un rythme plus calme et ainsi de respirer. Du revers de sa main, elle essuya les larmes qui avaient coulé et se dirigea vers le ranch qu’elle apercevait déjà au fond du sentier.
Il ne servait à rien d’attendre les autres maintenant.

Ranch ‘El Paso’
Près de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
16h30


Le petit groupe ne rejoignit Sarah qu’au ranch. Elle avait déjà descellait son cheval et était en train de le remettre dans son box.

Euphélie : Tu aurais pu au moins nous attendre, Macky.

Sarah se retourna au son de la voix.

Mac : Et bien, je ne connais rien de mieux qu’une balade au galop pour oublier qu’on a envie de tuer ses meilleures amies…

Le sourire qu’elle leurs lança fit comprendre aux trois filles qu’elle ne leur en voulait pas pour les questions posées plus tôt. Mais on pouvait voir dans son regard une pointe de tristesse. Harm avait eu tout le chemin du retour pour penser à ce que les amis de Sarah lui avaient dit. Il fallait qu’il affronte ses sentiments et qu’il l’affronte elle. Tout cela ne pouvait plus durer indéfiniment, ni elle ni lui ne pourraient continuer à supporter ce petit jeu entre eux très longtemps. Mais comment trouver les mots pour lui parler et quand ?
Ils furent interrompus par le retour de M. Raymond.

M. Raymond : Alors la balade vous a-t-elle plu ?

Mac : C’était très bien. Et vos chevaux sont magnifiques. Il ne me semble pas que quand nous étions enfants vous en aillez eu des aussi beaux.

M. Raymond : En effet. Ce sont de pures merveilles. Ils sont dociles et ils ont une très bonne endurance.

Peter : Je ne voudrais pas paraître impoli, mais si nous voulons pouvoir nous changer et nous reposer un peu avant le prochain rendez-vous, nous devrions y aller.

Ils reprirent tous place dans les voitures comme à l’allée.


Voiture de Harm
Une route de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
16h45


Le silence régnait dans la voiture. Harm gardait son attention sur la route et Sarah avait posé son regard sur le paysage qui défilait sous ses yeux. Chacun était dans un monde bien loin du temps et de l’espace. Dans leur monde à eux.
De temps à autre, Euphélie et Matthew échangeaient des regards signifiant qu’ils n’étaient pas sûrs d’avoir eu raison de les pousser à parler de leurs relations personnelles. Ils ne voulurent pas briser le silence qui s’était installés et finirent tous deux par porter également leur regard au travers de la vitre pour regarder la végétation.

Voiture de Josh
Une route de Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
16h45


Au contraire de la voiture qui les précédait, les conversations allaient bon train.

Céline : Vu la réaction de Macky, je ne suis pas convaincu que de parler de Mic était la meilleure idée !

Andie : Peut être bien, mais connaissant Sarah, et sachant ce qu’elle a pu nous dire sur Harm. Il leur faudra un ultimatum pour qu’ils arrivent enfin à se parler.

Peter : Moi il y a tout de même quelque chose qui me titille.

Andie et Céline prirent un air étonné ne comprenant pas de quoi il voulait parler.

Andie / Céline : Quoi donc ?

Peter : Quand j’ai parlé des enfants, Harm a dit qu’ils leurs restaient quelques mois pour y penser. De quoi parlait-il ?

Andie : C’est vrai que sur le coup, je n’ai pas compris, mais j’ai vu un petit sourire se dessiner sur le visage de Macky.

Céline : Encore quelque chose qu’ils nous cachent ces deux la…


Dans l’hôtel
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
17h00


Andie : on se retrouve au bar de l’hôtel dans 30 minutes ?

Les autres : Ok.

Sarah se tourna vers Harm, alors qu’ils se trouvaient devant la porte de leur chambre.

Mac : Je prends la salle de bain la première…

Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle s’était déjà engouffrée dans la chambre et se dirigeait vers la salle de bain.
Harm leva les yeux au ciel et arracha un rire aux autres.

Harm : Je crois que je n’ai pas vraiment le choix…

Cela ne prit pas plus de dix minutes à Sarah pour prendre sa douche et se préparer pour le rendez-vous fixé à 18h avec le groupe. Quand elle ouvrit la porte, elle trouva Harm assis sur le bord du lit, le regard dans le vide.

Mac : 1 dollar pour tes pensées, pilote !

Il la regarda tendrement et lui sourit.

Harm : Tu sais très bien qu’elles valent bien plus que cela.

Le visage de Sarah fut marqué par la tristesse. Oui, elle ne le savait que trop bien que ses pensées étaient secrètes. Elle n’avait que peu d’espoir aujourd’hui de les connaître un jour. Elle n’y croyait plus, ou tout du moins ses espérance diminuaient fortement. Harm regretta aussitôt ses paroles, voyant le visage de Sarah se refermer. Elle tourna la tête et commença à se diriger vers la porte de la chambre. Avant de poser la main sur la poignée de la porte, elle se retourna une dernière fois vers lui.

Mac : Je vais faire un tour à la réception pendant que tu te prépares. On se retrouve en bas.

Il voulu protester, mais elle était déjà partie. Il commençait à entrevoir ce que les filles lui avaient dit. Sarah était malheureuse de cette situation. Cela faisait maintenant 8 ans que ce petit jeu durait. Il du bien reconnaître que lui aussi en arrivait à un point de non retour et qu’il fallait maintenant qu’ils trouvent une solution, ou tout du moins qu’il trouve le moyen de lui parler. Il se promit de le faire avant leur départ. La présence des amies de Sarah, et le fait de leurs avoir parlées lui redonnait confiance en lui. Il se glissa sous la douche pour pouvoir rejoindre au plus vite Sarah et avoir un début de conversation avec elle.


Réception de l’hôtel
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
17h30


Harm était à la réception de l’hôtel attendant qu’un des employés ne revienne. Cela faisait dix minutes qu’il cherchait Sarah et il n’arrivait pas à la trouver. Alors qu’il commençait à s’impatienter une voix raisonna derrière lui.

X : Alors Harm, on a perdu quelque chose.

Après avoir passé deux jours en leur compagnie il aurait reconnu cette voix n’importe où.

Harm : En effet Andie, je cherche Mac. Mais avec votre aide à toutes les trois je vais peut être y arriver.

Euphélie : Elle n’est pas restée avec toi ?

Harm : Après sa douche, elle m’a dit de la retrouver en bas qu’elle allait faire un tour. Je suis allé voir dehors et dans la salle de réception et elle ne s’y trouve pas. Je venais donc demander au maître d’hôtel s’il ne l’avait pas vu.

Alors qu’il expliquait aux filles, un des grooms de l’hôtel était arrivé. Il intervint de suite en entendant les paroles de Harm.

Groom : Vous cherchez une jeune femme brune, assez grande à la silhouette élancée ?

Harm se retourna surpris n’ayant pas entendu le jeune homme arriver.

Harm : Oui, vous savez où je peux la trouver.

Groom : Bien sûr. Elle se trouve dans le petit salon privé, elle joue du piano.

Harm adressa un regard interrogateur aux trois femmes à ses côtés. Puis il enchaîna.

Harm : Vous pouvez nous indiquer la direction ?

Groom : Mais bien entendu, monsieur. C’est au fond du corridor à droite.

Harm : Merci bien.

Harm se dirigea vers la direction indiquée suivit de près par les filles.

Céline : Si Macky joue du piano, c’est qu’elle a un petit moment de déprime.

Andie : Cela me parait le meilleur moment, Harm, pour lui parler.

Euphélie : Macky joue toujours du piano quand elle se pose trop de questions et qu’elle veut oublier. Cela est un peu comme une thérapie pour elle.

Andie : Je suppose que pour vous, c’est comme pour moi, vous oubliez vos problèmes en allant voler. Et bien, Macky quant à elle, elle joue du piano. Cela la transporte dans une autre dimension. C’est quelque par salvateur et très libérateur pour elle.

Ils étaient maintenant devant la porte indiquée par le groom. Ils pouvaient entendre de l’extérieur les accords de piano. Une musique douce mais tellement significative. Harm sentit une boule se former à son estomac.

Harm : Mais que vais-je lui dire ?

Les trois filles se regardèrent et sourirent devant le regard paniqué et la question de l’homme en face d’elles.

Céline : Dîtes lui simplement que vous l’aimez.

Andie : Dîtes lui tout ce qu’elle représente pour vous.

Euphélie : Dîtes lui tout simplement ce que vous avez sur le cœur. Laissez le parler lui pour une fois.

Euphélie avait accompagné ses paroles en posant son doigt sur le côté gauche de son torse, lui indiquant l’emplacement de son cœur.

Harm : Plus facile a dire qu’à faire.

Andie : Laissez vous aller, Harm. Une fois que vous aurez commencé, les mots sortiront d’eux même. Vous vous sentirez enfin soulagé et vous pourrez vivre tous ces moments perdus.

Harm : Mais si…

Elles ne le laissèrent pas finir sa phrase.

Euphélie : Macky vous aime plus que tout…

Céline : Vous avez fait des choses insensées l’un pour l’autre. Bien plus que des preuves d’amour.

Andie : Vous avez beau mettre cela sur le compte de l’amitié, tous vos actes l’un envers l’autre dépasse la simple amitié.

Euphélie : Il vos mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets, Harm. La vie est bien trop courte pour la gâcher ainsi. Et ne pas s’accorder le droit au bonheur.

Ces paroles raisonnaient dans la tête de Harm. Elles avaient raison, il le savait plus que tout. Mais il ne pouvait s’empêcher d’avoir cette retenue, cette appréhension. Mais il devait agir, aujourd’hui et maintenant. C’était le moment ou jamais de franchir le pas et de dévoiler enfin tout ce qu’il ressentait pour elle. Il devait le lui dire sous peine de tout perdre à tout jamais.

Harm : Vous avez raison. Il faut que je prenne mon courage à deux mains. Souhaitez moi bonne chance.

Céline : La chance n’a rien à voir la dedans, seul l’amour à sa place ici…

Sur ses paroles, il sourit au trois jeunes femmes comme pour les remercier de tout ce qu’elles venaient de faire pour lui et il se dirigea vers l’entrée de la porte.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitchounette
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 235
Age : 32
Localisation : Blois ou bien dans les bras de DJE... eh oui moi aussi!!
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 25 Aoû - 23:57

euh je te l'ai déjà dit sur le forum de la comunauté de JAG mais je ta fic! Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shippers-forum.bbactif.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Sam 27 Aoû - 2:41

Et voila un petit fichier joint... Cela faisait longtemps que vous n'y aviez plu eu droit.

Pour ceux qui auraient des problèmes pour charger le fichier, MAth est toujours détentrice de ce même fichier et d'ici 15 jours je serai en mesure de vous le passer également. Donc un petit mail soit à Math42 soit à moi même en cas de problème.

http://s21.yousendit.com/d.aspx?id=22U5QV53TR1IQ11ZRYFEPPYJ5U

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Sam 27 Aoû - 10:36

Maintenant que je suis revenue pour de bon de chez mon frère et que j'ai enfin pu lire tout ce que tu avais posté depuis trois semaines, je peux seulement dire:

Magnifique, ta fic est vraiment super. J'adore Je l'ai déjà relue je ne sais pas combien de fois depuis que tu as commencé. Elle est tout simplement génial et vivement la suite.

Et merci pour ce morceau de Titanic au piaono, c'est super beau.

Encore bravo Sarah.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 28 Aoû - 2:16

Ben je vous raconte meme pas comme j'ai galéré pour m'enregistré au piano

Sacré moment de rigolade, j'ai du faire au moins 15 enregistrements... A il va falloir que je m'y remette sérieusement c fou comme on perd la main...

Voici la suite. Et merci mille fois pour vos com qui me vont droit au coeur que ce soit pour cette fic ou comment lui dire ou meme les autres.

***********************************************************************

Petit salon privé
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
17h40


Harm referma la porte derrière lui. Il n’avait pas fait de bruit, ne voulant pas interrompre Sarah dans sa mélodie. C’était la première fois qu’il l’entendait jouer du piano et il devait reconnaître qu’il était agréablement bien surpris. Elle savait encore superbement bien jouer. Pourtant il n’y avait pas de piano chez elle et elle ne pouvait profiter de jouer à sa guise. Ses doigts virevoltaient sur les touches. Les survolant à peine, les effleurant du bout des doigts.
Ses yeux se posèrent ensuite sur son visage. Elle avait les yeux rivés vers le clavier. Elle semblait comme hypnotisée, à des milliers d’années lumière. Son visage ne reflétait aucune émotion, ni joie, ni peine, ni tristesse. Elle était ailleurs, dans un autre monde.
Il se laissa lui aussi porter par les notes, oubliant où il se trouvait et qu’elle était sa mission. Ce n’est qu’à la fin du morceau qu’il retrouva toute sa lucidité. Il applaudit instinctivement.
Au son significatif du claquement de main, Sarah se retourna.

Mac : J’ignorais que j’avais un spectateur…

Alors qu’il ne s’y attendait pas elle sourit. Tout en s’avançant vers elle il lui rendit ce doux échange.

Harm : Et le meilleur, ton plus grand fan…

Ils se regardèrent ainsi pendant quelques secondes, aucun des deux ne voulait rompre le moment qui venait de s’installer autour d’eux. C’est finalement Harm qui prit la parole le premier.

Harm : Je ne pensais pas que tu jouais aussi bien !

Mac : Il ne faut jamais sous-estimer un marines, matelot.

Harm : Je ne m’y ferais plus prendre, c’est certain.

Il fallait qu’il se lance, mais cela lui parut infaisable. Mais il ne devait pas reculer. Il fallait qu’il trouve le moyen d’aborder le sujet de leur relation.

Harm : Il faut que je te parle.

Son regard était maintenant posé sur ses chaussures. Il n’osait la regarder directement. Il avait peur de ce qu’il pourrait lire dans ses yeux. Sarah avait de suite remarqué son regard fuyant. Elle n’était pas certaine de vouloir entendre ce qu’il avait à lui dire. Mais après tout, pourquoi devait elle avoir peur.

Mac : Je t’écoute…

Harm prit une profonde inspiration et se lança finalement, ne sachant pas trop comment il allait lui dire tout ce qu’il lavait à lui dire.

Harm : Durant ce week-end, j’ai plus appris sur toi je crois qu’en trois an de partenariat.

Il avait relevé les yeux et son regard était posé dans le vague, un point imaginaire juste à côté de Sarah. Elle lui adressait un timide sourire comme pour l’aider à parler et ne pas le mettre mal à l’aise.

Harm : J’ai beaucoup parlé avec les filles, et elles m’ont ouvert les yeux en me parlant de toi…

A cette remarque, Sarah ne put se retenir d’intervenir.

Mac : Je sens qu’elle ne vont pas le rester longtemps mes amies ces trois la.

Son intervention fit quelque peu paniquer Harm, mais quand il croisa ses yeux et vit le regard rieur qu’elle lui adressait, il sut que tout allait bien.

Harm : Ne les engueules pas trop, moi je les trouve formidables.

Sarah lui fit un petit clin d’œil et lui répondit du tac o tac.

Mac : Mais parce qu’elles le sont…

Ils se regardèrent quelques instants avant que Harm ne reprenne le cours de ses pensées.

Harm : Pourquoi c’est si dur, Sarah… Tout avait l’air si simple quand elles m’ont dit de me lancer.

Sarah ne savait pas trop ce qu’il voulait dire par la.

Mac : Va droit au but, matelot. Tu sais que tu peux tout me dire.

Le regard tendre et affectueux qu’elle lui adressa lui donna redonna espoir.

Harm : Droit au but ?

Sarah acquiesça de la tête.

Mac : Oui, droit au but, sans détour.

Harm scruta son regard encore quelques secondes et y voyant toute la sincérité de ses paroles il se lança.

Harm : Je t’aime, Sarah.

Elle le regarda incrédule, ne réalisant pas tout à fait ce qu’il venait d’avouer. Puis petit à petit les mots firent leur chemin dans sa tête et enfin la signification de cette phrase prit place au plus profond d’elle-même. Elle finit enfin par trouver l’usage de la parole et murmura.

Mac : Tu me l’as déjà dit.

Harm était complètement perdu, il ne comprenait pas de quoi elle parlait.

Harm : Je ne comprends pas.

Sarah le regarda, ne voulant pas briser le contact avec ses yeux.

Mac : Quand tu me tenais dans tes bras cette nuit, tu me l’as dit.

Harm : Mais je…

Elle comprit de suite ce qu’il allait dire, aussi elle ne le laissa pas finir.

Mac : Non, je ne dormais pas. Et j’ai entendu ce que tu as dit. Mais je voulais tellement que tu me dises ces mots à moi réellement. Et pas seulement parce que tu crois que je dors.

Une larme coula alors sur sa joue. Elle réalisé tout juste ce que cela signifiait. Ces années d’attente, de remise en question. Elle prenait conscience du poids de ses paroles.

Harm : Je t’aime, Sarah. Je t’aime tellement que cela me rend malade. Cela me tuait de ne pas te le dire, de ne pas pouvoir te le montrer. De me le cacher à moi-même alors que l’évidence était là.

Il s’avança d’un pas de plus et prit Sarah dans ses bras. Elle enfouit son visage au creux de son coup, laissant les larmes couler. Il passa délicatement sa main dans ses cheveux.

Harm : Ne pleures pas…

Il la tenait toujours serrée dans ses bras. Elle avait cessé de pleurer. Il réalisa alors qu’elle n’avait pas répondu à sa faible déclaration et qu’elle n’avait pas dit ce qu’elle éprouvait pour lui. Il se sépara alors d’elle et la regarda dans les yeux.

Harm : Tu ne…

Les yeux de Harm reflétaient ses doutes. Elle comprit immédiatement la question qu’il se posait.

Mac : Je t’aime aussi, Harm. Je t’ai toujours aimé. Je l’ai toujours su au fond de moi. Même quand j’ai failli me marier avec Mic. Je pensais que tu ne m’aimais pas, alors il fallait que je continue ma vie. Mais j’ai vite compris que tu étais l’homme de ma vie. La seule personne et que je ne pourrais jamais aimer quelqu’un d’autre comme je t’aime toi.

Il souriait béatement et il décida de jouer au même jeu qu’elle plutôt.

Harm : Tu l’as déjà dit.

Ce fut elle, cette fois ci, qui lui adressa un regard interrogateur. Harm décida de lui expliquer ce qu’il voulait dire par la.

Harm : Le premier soir où nous sommes arrivé, je t’ai entendu sortir de la chambre durant la nuit. Je me demandais ce que tu étais en train de faire, aussi je me suis vite habillé et je t’ai suivi. J’ai entendu une partie de la conversation que tu as eu avec les filles. Et en autre celle où tu parlais de moi…

Sarah le regarda avec des yeux accusateurs.

Mac : Alors comme ça, on écoute les conversations des autres, matelot.

Elle ne put rester très longtemps sérieuse et sourit.

Harm : Et je ne regrette pas de l’avoir fait.

Mac : Pourquoi ne pas m’en avoir parlé une fois que je suis remonté. Tu savais ce que je ressentais pour toi maintenant. Tu n’avais plus à avoir peur.

Harm : Je crois que je n’y croyais tout simplement pas.

Cette explication sembla suffire à Sarah.

Mac : tu sais ce qui serait génial, là, maintenant ?

Harm : Non.

Mac : Que tu m’embrasses.

Il lui adressa un magnifique sourire.

Harm : Vos désirs son des ordres, M’am.

Il s’approcha doucement d’elle et passa sa main derrière sa nuque. Il approcha délicatement son visage du sien et leurs lèvres se frôlèrent. Cette douce caresse les transporta dans un autre monde, un monde infini. Plus rien autour d’eux n’existait. On aurait dit une aile de papillon qui chatouille le bord des lèvres. La douceur suprême la bouche de l’autre. Ils appondirent le baiser, comme ayant besoin de se prouver que tout ceci n’était pas que pur rêve. Leurs mains se cherchaient, entremêlant leurs doigts. Puis les faisant danser dans les cheveux et sur le dos de l’autre. Ils faisaient passer dans ce baiser tout ce qu’il ressentait l’un pour l’autre : passion, amour, tendresse, fougue… Ils se séparèrent finalement, mais restèrent étroitement enlacé pour ne pas perdre l’instant qui venait de se créer. Ils étaient front contre front, se regardant. Harm brisa alors le silence, dans un bruissement de paroles.

Harm : Je t’aime tellement…

Sarah lui répondit avec une voix toute aussi faible, comme s’il ne fallait pas troubler la danse des anges qui s’était installé tout autour d’eux.

Mac : Je t’aime aussi Harm…

Alors qu’ils s’embrassaient à nouveau, ils entendirent des cris de joie provenant de la porte du salon…
Sarah se détacha légèrement de Harm et le regarda tendrement en lui souriant.

Mac : J’ai l’impression qu’elles sont toutes aussi contentes que nous.

Harm lui vola un autre baiser avant de lui répondre.

Harm : Je le pense aussi.

Sarah tourna légèrement la tête pour poser son regard sur la porte entrouverte.

Mac : Vous pouvez rentrer les filles.

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, que déjà trois petit minois montraient le bout de leur nez par l’embrasure de la porte.
Harm tenait toujours Sarah étroitement enlacée. Il avait posé ses mains autour de sa taille. Et maintenant qu’il pouvait la tenir contre lui à sa guise sans avoir à justifier sa tenue, il ne comptait plus la lâcher.
Les trois jeunes femmes se précipitèrent sur le couple, et avant qu’ils n’aient eu le temps de réagir, elles les tenaient déjà enlacés.

Andie : On commençait à croire qu’on n’arriverait pas à mener notre mission à bien !

Les trois filles relâchèrent leur étreinte et regardèrent le nouveau couple devant elles. Ils avaient tous deux le même regard d’incompréhension.

Mac : Que veux tu dire ?

Alors que les trois complices s’adressaient un sourire, Céline prit la parole.

Céline : Pas besoin d’être un marine, pour mener une mission jusqu’au bout…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 28 Aoû - 3:59

AAAAAAAAAAAAAHHHHHHH ENFIN!!!!
Quand Harm a dit les 3 mots magiques j'étais aux anges!!!
ro pi les 3 elles me font trop marrés à chaque fois !!! Andie, Euphélie et Céline (c'est ça hein me trompe pas j'espère! ) elles sont géniales !!!!!!! Chloé puissance 3

En tout cas Sarah je me répète mais j'aime trop cette fic, elle est très bien écrite, en plus l'histoire est géniale, un petit week-end pareil où elle demande à Harm de l'accompagner en plus c'est .... on ne peu plus révélateur alors

et
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 28 Aoû - 10:42

ooooooooouuuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, enfin Harm à dit les trois petits mots. ERt sarah est la femme la plus heureuse du monde avec l'homme de sa vie et ses trois meilleures amies.

C'est une super suite. J'adore

Et comme je te l'ai déjà dit, ta fic est tout simplement magnifique.

Vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 28 Aoû - 13:39

oh le morceau au piano trop magnifique t'es comme Mac imprévisible et cacheuse de talent serait-ce fait exprès ?????? non pas du tout

En tout cas bravo c'est super beau je me le suis repassé au moins 10fois!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 29 Aoû - 22:49

Et voila il reste plsu grand chose, tout juste 2 post après celui ci...

**************************************************************

Euphélie : Et en plus, on mérite les meilleurs honneurs, on devrait même avoir une médaille.

Harm : Et peut on savoir pourquoi ?

Les trois amies éclatèrent de rire.

Andie : Je suis sûre qu’une mission pour la CIA est plus facile que celle-ci.

Euphélie : Vous êtes deux zigotos, et vous nous avez mené la vie dure durant ce week-end.

Sarah s’était retournée dans les bras de Harm, elle avait maintenant son dos collé à son torse et faisait face à ses amies pour écouter ce qu’elles disaient.

Andie : Vous nous avez même fait croire pendant un moment qu’on avait réussi alors que ce n’était qu’une supercherie.

Céline : Enfin, on peut être fière de nous. Rien que le sourire et la joie qui se lisent sur votre visage, valaient le coup de vous pousser à en arriver là.

Sarah avait les yeux humides, et bientôt elle ne put retenir ses larmes plus longtemps. Elle resserra un peu plus les mains de Harm qu’elle tenait toujours dans les siennes. Il comprit que le coup de pouce de ses amies la touchait énormément. Lui-même était ému par leur attitude. Tout au long du week-end, elles avaient été là, elles l’avaient comprit et ne l’avait pas jugé responsable de sa non relation avec Sarah. Durant les moments passés en leur compagnie, elles lui avaient parlé de Sarah telles qu’elle la connaissait, du motif de ses réactions, de son renfermement. Il avait découvert durant ce week-end une autre facette de la femme qui habitait ses rêves depuis 8 ans. Mais même s’il la connaissait, il fallait bien admettre qu’après ce week-end et les conseils des trois femmes, il avait enfin découvert la personne qui se cachait derrière la femme que Sarah Mackenzie était.
Harm approcha ses lèvres de l’oreille de sa partenaire. Il chuchota pour qu’elle seule puisse entendre.

Harm : J’ai l’impression qu’on leur doit beaucoup.

Sarah tourna la tête pour voir Harm et lui sourit, elle déposa un léger baiser à la commissure de ses lèvres. Et elle lui répondit dans le même murmure.

Mac : J’en ai bien la sensation moi aussi.

Elle se détacha alors de Harm et se jeta dans les bras de ses copines. Les serrant toutes les trois en même temps. Elle ne retenait plus les larmes qui coulaient sur ses joues.

Mac : Merci les filles, vous êtes géniales !

Les trois amies sentaient elles aussi l’émotion les submerger. Mais ce ne fut sans compter sur Céline pour détendre l’atmosphère larmoyante de cette fin de week-end.

Céline : Oh ça oui, nous le sommes. Nous sommes les meilleures amies qui puissent exister.

La remarque eu l’effet escompté, Sarah se dégagea prestement et donna une légère tape sur le bras de son amie.

Céline : Ah bravo. On se démène pour rendre ses amis heureux et voilà comment on vous remercie, on se fait frapper…

Andie et Euphélie étaient amusées par la tournure que prenait la situation et Harm riait de bon cœur avec les deux filles.

Sarah : Comme si je t’avais fait grand mal.

Céline : Je ne suis pas aussi solide que Harm moi, pour supporter tes attaques.

Les éclats des trois spectateurs redoublèrent. Sarah se tourna alors vers Harm, lui adressant un regard accusateur.

Mac : Tu pourrais au moins me soutenir.

Harm afficha son flyboy grin.

Harm : Après tout ce qu’elles ont fait pour nous, je me vois dans l’obligation de ne pas intervenir.

Mac : Bravo, pas même 5 minutes qu’on est ensemble et déjà tu ne me soutiens plus.

Elle avait une moue boudeuse, mais on pouvait deviner au coin de ses lèvres un sourire caché.

Mac : Je pense que je vais revenir sur ce que j’ai pu dire plus tôt.

Harm se rapprocha de suite de Sarah et la reprit dans ses bras.

Harm : Certainement pas, marine. J’ai très bien entendu ce que tu m’as dit. Et je ne compte en aucun cas oublier ou te laisser partir. Maintenant que je te tiens dans mes bras je ne compte plus te lâcher.

Le sourire lumineux que Sarah lui adressa le rassura complètement quant à ses intentions sur l’avenir de leur relation.

Mac : Cela tombe bien matelot. Car je ne compte pas quitter ces bras là de si tôt.

Alors qu’ils étaient encore dans un monde bien à eux, monde qui était né au moment où ils avaient franchi le pas de la simple amitié, Andie intervint.

Andie : Sans vouloir jouer les troubles fêtes, il serait l’heure d’aller rejoindre les autres dans la salle. A moins que vous n’ayez envie de refaire un petit spectacle avant votre départ.

Harm et Sarah furent les premiers à se diriger vers la sortie.

Harm : Pour moi, ça ira bien. Une fois m’a suffit.

Le petit groupe sortit du salon privé pour se rendre dans la salle de réception de l’hôtel. Sarah ne voulait pas se détacher de Harm. Aussi elle passa son bras autour de sa taille pour garder le plus de contact avec lui.


Salle de réception
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
17h55

Les filles précédèrent le nouveau couple dans la salle de réception. Leurs trois compagnons étaient déjà installés à leur table. Et fixait Harm et Sarah qui affichait un sourire radieux.

Josh : J’ai l’impression que nos femmes sont arrivées à leur fin.

Peter : Et bien, tu sais aussi bien que moi que quand elles ont une idée en tête, elles ne l’ont pas ailleurs.

Matt : Et comment. Je me rappelle encore la détermination des filles quand elles ont voulu qu’on parte pour nos vacances faire une semaine camping. On a bien essayé de les faire changer d’avis, mais bien sur, c’était peine perdue.

Peter : Remarque, Macky avait raison, Red Rock Mesa est un coin vraiment magnifique et calme.

Josh : Oui, heureusement qu’elles ont réussi à nous convaincre. Mais cela n’aura pas été sans mal…

Les trois hommes assis à table rire doucement aux souvenirs de la moue boudeuse de leurs compagnes pour les convaincre de leur choix de vacances, alors qu’eux voulaient aller passer quelques jours en bord de mer.
Les filles arrivèrent à leur niveau.

Céline : Peut on connaître la cause de votre hilarité ?

Peter se retourna vers sa femme.

Peter : On constatait juste que voter détermination était toujours aussi efficace.

En disant cela il avait posé son regard sur Harm et Sarah qui se trouvaient un peu plus loin derrière le groupe de filles, et ils n’arrêtaient pas de se dévorer des yeux.

Josh : Je sens qu’ils ne vont pas faire beaucoup attention à nous maintenant ces deux la.

Andie vint s’asseoir sur les genoux de son compagnon et passa gentiment sa main dans ses cheveux pour l’ébouriffer.

Andie : Après le temps qu’ils ont attendu pour former un couple, je pense qu’il serait malvenu de les sortir de cette petite bulle.

Ils stoppèrent leur conversation, car le couple arrivait à la table.

Matt : Alors Sarah, j’ai l’impression qu’on a trouvé le huitième pour notre petit voyage en France.

Sarah avait envie de jouer un petit peu. Cela faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas taquiné son matelot.

Mac : Ah bon, qui ça donc ?

La remarque eu l’effet désiré. : Harm relâcha son éteinte de Sarah et lui pinça gentiment le bras.

Harm : Tu es sûre que tu ne vois vraiment pas ?

Sarah le regarda l’air songeuse, faisant mine de réfléchir à l’homme auquel les garçons avaient fait allusion.

Sarah : Non, je ne vois vraiment pas… Mais peut être que si on me le demandait très gentiment je ne pourrais pas refuser.

Harm : Mais je suis toujours très genil.

Mac : Ca reste à prouver ça, matelot !

Ils s’adressèrent un tendre sourire, avant de s’embrasser furtivement sur les lèvres.

Peter : C’est dramatique, on se croirait comme dans ces séries futiles qui mettaient en scène des étudiants qui découvraient leurs premières vraies histoires d’amour.

Alors que Sarah et Harm prenaient place à leur tour à la table, ils ne purent s’empêcher de rire à cette remarque.

Euphélie : Moi ça me faisait beaucoup rire ces série la. C’était, je vous l’accorde, des séries sans grand intérêt, mais cela me faisait beaucoup rire.

Andie : Enfin, sur le thème des séries TV, on ne battra jamais Macky. Elle est incollable et connaît quasiment toutes les nouveautés.

Sarh leur adressa un sourire.

Mac : Je plaide coupable. Mais j’ai toujours aimé suivre les émissions télévisées. Sans doute cela me permettait de fantasmer sur la vie que je n’avais pas et que j’aurai pu avoir…

L’ôte de la soirée se saisit du micro pour le dernier rendez-vous de ce week-end si particulier qui venait d’avoir lieu.

Adam : Bonsoir à tout le monde. Je vois que vous êtes tous présent et à l’heure. J’espère que vous avez bien profité des trois dernières heures qu’il vous restait. Pour ma part je suis allé me faire faire un petit massage. Les masseuses de l’hôtel ont des doigts de fée. J’ai bien essayé de convaincre l’une d’entre elle, de m’accompagner ensuite dans ma chambre pour un massage privé et étrangement je me suis reçu un coup de serviette… Je ne comprends toujours pas pourquoi !

Tout le monde éclata de rire à la déclaration d’Adam. Il n’avait jamais pu s’empêcher de faire le pitre et de lancer des blagues à tout bout de champ.

Adam : Enfin bref ! Avant de dévoiler le classement des trois couples qui ont fini sur le podium pour les défis de ce petit week-end, j’aimerai tous vous remercier pour votre présence. On peut affirmer je pense, que ce week-end aura été une pure réussite. De ce fait, nous avons décidé de renouveler cette petite rencontre pour dans 5 ans.

Tout le monde applaudit en guise d’assentiment. L’idée de se retrouver une fois de plus tous réunis pour un week-end comme celui-ci plaisait à tout le monde.
Harm parla doucement pour que seule les personnes présentes à sa table entendent.

Harm : Des week-ends comme celui-ci, je veux bien en faire toutes les semaines pour ma part. C’est sans aucun conteste le meilleur que j’ai passé de toute ma vie.

S’ils n’avaient pas été en public, Sarah se dit qu’elle lui aurait sauté dessus pour l’embrasser. Mais ils se trouvaient dans une salle où il n’y avait pas moins de 80 personnes. Aussi pour le remercier en quelque sorte de la remarque, elle posa sa main sur sa cuisse et lui adressa un tendre sourire, essayant de lui montrer ainsi qu’elle ressentait la même chose.

Adam : Bon je vois que l’idée plait à tout le monde. Bon passons maintenant aux choses sérieuses. Vous ne pensiez pas que nous avions fait tous ces petits jeux, juste pour le plaisir de se distraire. D’abord je tiens à féliciter tout le monde, pour votre sportivité. Même si certains jeux étaient parfois futiles, toutes les personnes présentes ont participé avec entrain. Il y a bien évidemment un cadeau pour les trois premiers couples. En fait il faut remercier l’hôtel pour ce petit présent. Chacun des trois couples gagnants se voit offrir une semaine en pension complète dans cet hôtel durant la semaine de votre choix.

La nouvelle fut accueilli pas un ‘‘ oh ! ’’ général. Puis Harm chuchota à l’attention de Sarah au creux de son oreille.

Harm : rien ne me ferait plus plaisir que de passer une semaine entière dans une chambre de cet hôtel avec toi.

Sarah tourna légèrement la tête pour le regarder droit dans les yeux. Elle lui adressa alors un sourire mutin.

Mac : Pourquoi tu aurais des idées en tête, matelot ?

Il lui rendit le sourire qu’elle lui adressait.

Harm : Ca se pourrait bien, marine. Mais je promets que si tu as des idées toi aussi, on pourra les tester.

Mac : Mais j’y compte bien…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 30 Aoû - 0:38

oh plus que 2 ça passe vite en tout cas je ne cesserai jamais de te féliciter pour cette fic que je trouve géniale et dont j'en ai apprécié chaque mot et pour ça je tiens à te dire chapeau parce que c'est un gros travail d'écrire une fic telle que celle-là plus les projections et surtout le magnifique morceau de piano

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 30 Aoû - 10:36

Quoi la fin est proche . Bon c'est vrai comme on disait hier Sarah, toute bonne chose a une fin. Mais elle arrive trop vite vite cette fic je trouve.

Super chapitre. Et supers copines que Mac a dans son entourage.

Ta fic est magnifique comme toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 1 Sep - 1:33

La voix d’Adam les sortit de leur petite conversation.

Adam : Bon nous allons donc passer aux choses sérieuses. Le couple qui arrive en troisième position est l’un des couples les plus mythiques de notre lycée, elle était cheerleader et le filles la plus convoitée de l’école, seulement son cœur n’appartenait qu’au quater back de l’équipe de foot. Vous les aurez sûrement reconnus, Céline et Peter vous arrivez en troisième position pour notre petit week-end. Je vais vous demander de venir me rejoindre sur l’estrade.

Céline et Peter se levèrent donc et se dirigèrent aux côtés d’Adam.

Adam : Vous pouvez les applaudir. Ils le méritent bien.

Céline et Peter se trouvaient aux côtés d’Adam. Il leur remit entre les mains un papier enroulé avec un ruban rouge.

Adam : Pour que vous gardiez un petit souvenir de cet exploit…

Tout le monde sourit à la remarque.

Adam : Nous avons donc prévu de faire un petit diplôme attestant de votre réussite.

Alors qu’il leur remettait à chacun le morceau de papier, il en profita pour faire la bise à Céline, puis serra la main à Peter.

Adam : Il me fallait bien une excuse pour faire la bise à Céline… Bon passons maintenant au couple qui arrive en deuxième position. Il faisait partit du club de foot ainsi que du club de sciences de l’école, et il a obtenu pendant 3 années consécutives le prix de sciences aux côtés de sa partenaire Sarah, il s’est marié avec une assistante de direction qui travaillait dans son laboratoire. Il s’agit de Billy et Allison.

Comme pour Céline et Peter, le couple numéro deux se dirigea vers l’estrade et récupéra lui aussi son petit diplôme. Adam en profita à nouveau pour faire la bise à la jeune femme et sera la main au jeune homme.

Adam : Nous en arrivons maintenant à notre couple vainqueur… C’est non sans surprise que nous les attendions sur la première place. Remarquez, cela rassure de voir que l’armée possède dans ses rangs des officiers qui sont parés à toutes épreuves. Bon pour ceux qui n’auraient toujours pas compris de qui il s’agissait : elle était cheerleader durant les années lycée et elle est aujourd’hui Lieutenant colonel des marines, son compagnon est un ancien pilote de l’aéronavale et il est Capitaine de Frégate. Je pense que vous avez tous devinez de qui je parlais. Enfin au cas où un dernier détail qui lèvera tout soupçon : ils sont arrivés vendredi soir en retard et ils ont eu l’immense honneur de nous interpréter une magnifique chanson.

Tout le monde rit au souvenir de ce petit spectacle improvisé.

Adam : Allez tous les deux venez me rejoindre. Que j’ai au moins la chance de t’embrasser Macky.

Sans se faire plus prier, Harm et Sarah se levèrent et se rendirent aux côtés d’Adam et des deux autres couples. Avant d’arriver à leur but, Sarah lui murmura.

Mac : Je crois qu’on va pouvoir découvrir ce que tu avais derrière la tête matelot quand tu parlais de passer une semaine entière dans cet hôtel.

Harm : Ce n’est pas exactement ce que j’ai dit, marine. J’ai dit que je passerai bien une semaine entière dans une CHAMBRE de cet hôtel avec toi.

Il insista bien sur le mot chambre et lui adressa son fameux flyboy grin. Il savait qu’avec ce sourire il arrivait à tout avoir d’elle. Combien de fois l’avait il utilisé pour qu’elle le pardonne de ses nombreux faux pas. Et il avait toujours réussit à la faire craquer.
Ils arrivèrent enfin à l’endroit souhaité.

Adam : Je pense que vous l’avez bien mérité. Vous avez joué avec fair-play. Vous avez réalisé les épreuves et les gages imposés sans aucune protestation. C’est donc un plaisir que de vous déclarer le couple vainqueur de ce petit week-end.

Il tendit alors à Sarah le petit papier et la prit dans ses bras. Puis alors qu’il la relâchait, il tendit l’autre papier à Harm et lui serra la main.

Adam : Ne vous inquiétez pas, je ne vous la prendrais pas.

Harm lui rendit sa poignée de main.

Harm : Mais je ne la laisserai pas partir de toute façon.

Il passa son bras autour de la aille de Sarah pour appuyer ses dires. Adam se retourna finalement vers l’assemblée et reprit son micro.

Adam : Je pense que cette fois ci, le week-end touche à sa fin. Je vais donc laisser chacun récupérer ses affaires pour que vous puissiez rentrer chez vous, surtout que certains on pas mal de route à faire. J’espère que ce week-end vous aura plu à vous aussi et je vous dit donc à dans 5 ans.

Les trois couples montés plus tôt sur l’estrade en descendirent et se dirigèrent vers leurs tables pour retrouver leurs amis pour un dernier adieu.

Mac : Cette fois, le week-end est vraiment fini.

Harm remarqua le petit regard triste qui se dessinait sur son visage.

Harm : Nostalgique du départ, Marines ?

Il resserra sont éteinte pour lui montrer qu’il était là.

Mac : Un peu, disons que ce week-end recèle de nombreux souvenirs. Souvenirs qui font maintenant partis des meilleurs.

Euphélie : Et bien, vous pouvez vous consoler en vous disant que pour une semaine de votre choix, vous allez revenir ici.

Céline : Et puis, on compte bien que vous nous invitiez tous les deux pour de petites retrouvailles sur Washington !

Mac : En voilà une qui ne perd jamais le nord.

Tout le monde rit, mais Harm les surpris par sa remarque.

Harm : Dès que Sarah et moi pouvons avoir une semaine de permission, je vous propose mieux que ça. Une semaine en Pennsylvanien chez ma grand-mère. Je suis sûr que sa demeure vous plaira beaucoup.

Josh : Nous vous prenons au mot, Harm.

Harm : Très bien. Je propose que nous laissions les filles s’occuper de la date.

Sarah était attendrit par la proposition de Harm. Elle n’avait pas douté qu’il prenne leur nouvelle relation au sérieux. Mais là, il parlait de l’inviter elle et ses amis chez sa grand-mère. Elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un tendre baiser sur sa joue.

Mac : Merci, matelot.

Andie : Bon, on va devoir y aller nous. On doit passer chez l’oncle de Josh durant le voyage retour. Et j’ai un vol qui m’attend pour demain moi.

Mac : Oui nous aussi nous devons y aller, j’ai eu notre Amiral, il nous veut demain matin au rapport à 8h. Une nouvelle affaire pour nous, pilote.

Euphélie : Nous les étudiants sont en vacances, donc on va pouvoir profiter encore un peu de nos vacances. Mais on est attendu chez mes parents.

Peter : Bon et bien on se tient au courant pour notre prochaine rencontre.

Tout le monde acquiesça d’un signe de tête. Et les premières accolades et les premiers adieux commencèrent. Les adieux les plus difficiles furent entre les quatre jeunes femmes. Elles étaient dans les bras les unes des autres. Chaque séparation était toujours un moment de pincement au cœur. Le destin les avait mit sur le même chemin durant leur enfance, mais leur vie professionnelle respective les avait éloignées. Elles tachaient toutefois de toujours garder le contact, s’appelant régulièrement au téléphone, ou se retrouvant sur le net pour échanger les photos des enfants et ainsi pouvoir parler toutes les quatre ensembles. Elles se voyaient aussi le plus souvent possible. Mais cela était parfois compliqué de trouver une date qui convienne à toutes les quatre en même temps.

Mac : Merci les filles, merci pour tout ce que vous avez fait.

Les garçons s’étaient chargés d’aller ranger les bagages dans les voitures pour laisser un petit moment d’intimité à leurs compagnes.

Andie : C’était normal, Macky.

Euphélie : Tu te rappelles : ‘ Toute pour une et une pour toute… ’

Céline : Et puis maintenant que Andie et Josh vont avoir leur enfant, il ne manquait plus que toi. Donc pour remédier au problème, il fallait bien qu’on intervienne. Car avec vous deux, si on vous avez laissé faire, dans 10 ans on en serait encore au même point.

Sarah tapa gentiment son amie sur l’épaule.

Mac : Eh toi…

Andie : Ose dire qu’elle a tort, Macky !

Sarah tourna le regard pour regarder un point fictif dans le vide. Elle prit quelques secondes avant de répondre.

Mac : Bon d’accord, vous avez raison.

Euphélie : Il va peut être falloir y aller avant que nos hommes ne s’impatientent.

Céline : Oui…

Dans une dernière accolades, elles se rendirent sur le parking du l’hôtel pour reprendre chacune la route vers leur vie.


Voiture de Harm
Sur la route entre Cleveland et Washington
Dimanche 27 Juin 2004
19h45


Sarah regardait le paysage défiler au travers de la vitre. Elle avait un regard songeur, ce qui n’échappa pas à Harm. Il décida d’intervenir pour découvrir la source de cette absence prolongée.

Harm : Tu penses à quoi ?

Sarah se retourna au son de la voix de Harm.

Mac : A ce qui allait se passer maintenant !

Ils n’avaient pas eu le temps de parler de la suite des évènements pour eux. Pourtant en quelques jours leur vie avait prit un tournant radical.

Harm : Que veux tu dire par là ? Tu regrettes ?

Une légère inquiétude perlait au creux de la voix de Harm. Il pensait pourtant que tout était clair entre eux, même s’ils n’avaient pas vraiment verbalisé les choses, l’essentiel avait été dit, tout du moins c’est ce qu’il pensait.

Mac : Non, je ne regrette pas, pas le moins du monde. J’attends ce jour depuis que je t’ai rencontré dans cette roseraie. Comment pourrai je regretter.

Le visage de Harm se fit moins crispé, elle ne regrettait pas. Il avait vraiment eut peur qu’elle ne revienne sur sa décision. Puis se sermonnant il reconnu que ceci était ridicule.

Harm : Qu’est ce qui te préoccupe alors ?

Mac : Cela ne me préoccupe pas vraiment, mais disons que j’essayais de m’imaginer comment nous allions annoncer ça à notre entourage, nos amis et puis surtout à l’Amiral.

Harm : de la façon la plus simple qui soit. Je ne veux pas me cacher, et je veux montrer au monde entier que je t’aime. Alors on va laisser faire les choses. Je suis sûr que tout se passera à merveille.

Harm lui adressa un tendre sourire, qu’elle lui rendit aussitôt avant qu’il ne repose son attention sur la route.

Mac : Vous me semblez bien sûr de vous, Capitaine. Vous n’avez pas peur de ce que votre supérieur pourrait penser ?

Elle avait dit cette phrase sur un ton joyeux. Les paroles qu’il avait prononcées quelques secondes plus tôt l’avaient complètement rassurée.

Harm : Maintenant, que tu es à mes côtés je n’ai peur de rien, et je sais que le soleil brillera toujours tant que tu es là. A nous deux on peut tout affronter…

Elle regretta d’être dans une voiture et surtout que Harm soit en train de conduire sinon elle l’aurait embrassé sur le champ. Une larme perlait déjà au coin de son œil et pour lui montrer qu’elle était plus que touchée par ce qu’il avait dit elle posa sa main sur la cuisse de Harm et la caressa doucement. Elle dit alors tendrement en le regardant.

Mac : Je t’aime…

Il détourna une nouvelle fois son regard de la route durant une seconde et lui répondit sur le même ton tendre et affectueux.

Harm : Je t’aime aussi…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 1 Sep - 8:54

Trop, trop beau et un peu de Parce que ça sonne vraiment la fin pour bientôt là.

Bravo sarah ,ta fic est toujours aussi Magnifique.

J'adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 1 Sep - 23:29

Ah oui ça sent le fin mais malheureusement même les bonnes choses ont une fin les fics géniales, les vacances ( )

Mais je ne cesserai de te dire Bravo Sarah parce que tu le mérites vraiment!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 2 Sep - 20:11

Et voila le dernier chapitre, ce fut un véritable plaisir que de partager tout ceci avec vous.

Je tiens une fois de plus a remercier Euphélie, Céline et Andie qui m'ont demandé de leur écrire cette fic et qui on accepter que je partage et que je raconte nos souvenir d'enfance et de fac qu'on les ait partagé toutes les 4 ou chacune de notre côté. Et aussi que je dévoile certain point personnel de leur vie et de leur ambition. Milles baisers les filles. J'espère passer encore de nombreuses années à vos côtés a rire autant.

C'est certainement la fic qui m'a demandé le plus de travail dans celles que j'ai pu faire, mais j'y tiens énormement à celle ci.

J'espère que la lecture aura été tout aussi agréable pour vous que cela a été agréable pour moi de l'écrire.

A très bientot pour une prochaine fic...

***************************************************************************

Petit jardin, Maison de Andie et Josh
Aux abords de Los Angeles
Samedi 9 Avril 2005
14h00


Peter s’était levé de sa chaise et tenait maintenant son verre levé. Le reste de la table fit de même.

Peter : Bon, je vais me charger de faire un petit toast. La petite famille d’amis que nous formons a accueillit un nouveau membre. Il est aussi joli que sa maman et pourtant il a déjà le caractère bien têtu de son père.

A la remarque tout le monde rit.

Josh : Si tu ne veux pas passer la nuit dehors, toi, tu ferais mieux de surveiller tes paroles.

Peter rit de plus belle, amusé de voir que son petite pique avait fait mouche.

Peter : J’espère par contre que le petit Will ne sera pas aussi susceptible que son père. En tout cas, c’est avec plaisir que nous lui offrons tout l’amour, l’attention, et l’entourage que nous pourrons lui apporter. Et chacun d’entre nous veillera à ce qu’il ait la vie qu’il mérite.

Il leva alors son verre vers le ciel, invitant à tous les amis présents autour de la table à en faire autant.

Peter : A Will !

Tout le monde : A Will !

Le petit garçon qui se trouvait dans les bras de Sarah émit un petit gazouillis. Se qui amena de nombreux rire.

Mac : Je crois que ton discours lui a plu, Peter.

Peter caressa la petite main du nouveau né.

Peter : Il sait déjà reconnaître les grands orateurs !

Andie : On ne va pas lui dire le contraire, pour lui laisser croire qu’il a du talent.

L’hilarité générale régnait depuis l’arrivée de tout le monde. Andie et Josh avaient organisé une petite fête pour la naissance de leurs fils. Tout le monde avait répondu présent, Céline et Peter étaient venus avec leurs deux enfants, Euphélie et Matthew avaient amené également leur petit Julia, et Harm et Sarah avaient réussit à convaincre l’Amiral de leur donner quelques jours de congés pour ne pas rater cette petit fête.

Mac : Tiens matelot, tu devrais le prendre.

Avant qu’Harm ne puisse émettre la moindre objection, Sarah avait déjà posé le petit angelot dans ses bras.

Mac : Tiens lui bien la tête et berce le un peu et tout devrait aller pour le mieux.

Harm : Je te rappelle que je me suis autant occupé que toi de notre filleul.

Sarah lui sourit.

Mac : Je sais Harm. Je te laisse je vais jouer avec ma filleule. Cela fait bien trop longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de la voir.

Elle lui déposa un rapide baiser sur les lèvres et elle partit en courant à la poursuite des deux enfants qui jouaient un peu plus loin. Harm se dirigea vers une balancelle installée au fond du jardin, d’où il pouvait observer Sarah jouer avec Amy, Jack et Julia. Andie vint s’asseoir à ses côtés et observait la scène qu’il regardait.

Andie : Alors comment ça se passe avec Macky ? La vie avec un marines n’est pas trop dure ?

Harm regarda la jeune femme assise à ses côtés et lui sourit. Il se remémora ses 9 mois passés aux côtés de Sarah.

Harm : Disons qu’elle est assez bornée…

Andie voulu intervenir pour défendre son amie, mais Harm ne lui en laissa pas le temps.

Harm : … Mais comme je le suis tout autant qu’elle, cela équilibre les choses.

Andie éclata de rire.

Andie : Un mélange explosif quoi ?

Harm : Tout à fait. Mais le plus merveilleux des mélanges qu’il soit.

Il posa un regard amoureux sur la jeune femme qui jouait encore avec les enfants et qui riait aux éclats.

Andie : Je peux vous dire en tout cas d’un simple coup d’œil que Macky n’a jamais était aussi heureuse que maintenant.

Harm avait toujours son regard sur Sarah.

Harm : Je peux te dire que je n’ai jamais été aussi heureux de toute ma vie, moi aussi. Chaque jour que je passe à ses côtés n’est que plus beau et plus merveilleux. Bien sûr, on se dispute et on a des divergences d’opinion parfois, mais les réconciliations n’en sont que plus belles…

Andie rit légèrement aux révélations de Harm.

Harm : Je crois que tu avais plus que raison quand tu m’as dit la première fois qu’on s’est rencontré qu’il valait mieux que je vive avec elle plutôt que je fasse partit de sa vie.

Andie : Il faut toujours écouter la voix de la sagesse !

Harm : Je tacherais de ne pas l’oublier.

Andie : Et bien ma prochaine recommandation serait que vous vous décidiez à avoir un enfant tous les deux.

Harm ne répondit rien. C’était tout ce qu’il souhaitait avoir un enfant de Sarah. Un petit être qui cèlerait pour toujours l’amour qui les unissait.

Andie : Et puis vous avez ça tous les deux dans le sang. Il n’y a rien qu’à vous regarder avec des enfants. Regarde toi avec Will dans les bras et Sarah à ce don inné aussi avec les enfants…

Elle ne put finir sa phrase que Sarah se dirigeait vers eux.

Mac : Alors tous les deux vous parliez de quoi ?

Andie se releva de la balancelle.

Andie : On discutait de choses et d’autres. Bon je vous laisse je vais aider Josh à ranger la vaisselle.

Sur ce, elle ne laissa pas le temps à l’un des deux de protester et se dirigea prestement vers la cuisine. Sarah prit alors place aux côtés de Harm.

Mac : Tu sais que tu es sexy avec un bébé dans les bras ?

Harm lui adressa son flyboy grin.

Harm : Seulement quand j’ai un bébé dans les bras ? Pourtant il me semble qu’hier soir tu m’as trouvé plus que sexy, vu l’effet que je t’ai fait.

Sarah rougit légèrement et lui donna une légère tape sur l’avant bras.

Mac : A cet ego, rien a fier il ne part pas.

Harm : Sûrement pas, c’est ce qui fait tout mon charme. Et c’est pour cela que tu m’aimes.

Elle voulut répondre, mais Harm posa ses lèvres sur les siennes. Elle se laissa plonger dans ce langoureux baiser. Ils furent interrompus par les premiers pleurs du petit Will qui commençait à s’agiter dans les bras de Harm.

Harm : J’ai l’impression que ce petit bonhomme a besoin qu’on le change.

Sarah tendit les bras pour reprendre l’enfant.

Mac : Donne je vais m’en charger.

Elle posa l’enfant tout contre son torse et le berça pour apaiser ses pleurs. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine pour y trouver Andie.

Mac : Je vais changer ce petit bonhomme.

Andie avait les mains dans l’évier et était en train de faire la vaisselle.

Andie : Laisse je vais le faire juste le temps que je m’essuie les main.

Mac : C’est bon je m’en charge. Dits moi juste où je pourrais tout trouver.

Andie lui indiqua les endroits où elle pourrait trouver tout ce dont elle avait besoin pour changer le bébé de 2 mois.

Andie : Si tu pouvais lui mettre son pyjama et le coucher dans sa chambre aussi. A son âge, on n’a pas l’habitude de voir autant de monde.

Sarah se mit dans un semblant de garde à vous, faisant comme elle pouvait avec un enfant dans ses bras.

Mac : Bien, Madame.

Andie la regarda en souriant ainsi que Josh.

Andie : Tu as de la chance d’avoir Will dans les bras sinon tu aurais reçu un bon verre d’eau sur toi.

Mac tourna alors les talons et se dirigea vers le premier étage.

Mac : Je profite alors de cet avantage pour filer…


Chambre de Will, Maison de Andie et Josh
Aux abords de Los Angeles
Samedi 9 Avril 2005
14h00


Sarah avait changé Will et l’avait habillé de son pyjama, celui que Harm et elle avait choisit ensemble à l’annonce de la naissance de ce petit ange. En voyant la petit grenouillère bleu avec un petit avion jaune et rouge de brodé dessus, Harm avait dit que cela serait parfait pour le fils d’une pilote. Devant son enthousiasme elle n’avait pu refuser et même si elle n’avait pas voulu le reconnaître ouvertement devant lui elle trouvait se pyjama très joli.

Mac : Alors mon petit bout de chou, il va falloir fermer les yeux et dormir un peu maintenant.

Le petit garçon se frotta les yeux et émit une petite plainte.

Mac : Que dirais tu que tante Mac reste avec toi le temps que tu t’endormes ?

La seule réponse qu’elle obtint fut un amas de bulle sortant de sa bouche. Mac rit doucement avant de lui parler à nouveau.

Mac : Bon je vais prendre cela pour un oui !

Elle berçait doucement le petit garçon dans ses bras en marchant dans la chambre. Sans même s’en rendre compte elle commença à chantonner une petite chanson qu’elle avait inventée à la naissance des enfants de Céline.

Dors petit ange
Je mènerai la danse.

Dors petit être
Dans mes bras je te faits naître

Dors mon amour
Pour la nuit, pour un jour

Je veillerai sur toi
Pour la vie à chaque fois...

Trop absorbée par le petit garçon dans ses bras et la berceuse qu’elle lui chantonnait, elle n’entendit pas que quelqu’un était appuyé contre le chambranle de la porte. Elle posa le petit garçon qui s’était finalement endormit dans ses bras et le regarda dormir. Ce n’est que lorsqu’elle sentit des mains chaudes enserrer sa taille, qu’elle prit conscience qu’elle n’était pas seule. Elle ne bougea pas et se constata de murmurer pour ne pas réveiller l’enfant.

Mac : Cela fait longtemps que tu es là ?

Harm posa son menton sur le cou de Sarah et regarda, tout comme elle, le petit angelot qui dormait maintenant paisiblement.

Harm : Un certain temps.

Ils restèrent comme ça enlacés à regarder le petit ange dormir pendant plusieurs minutes avant que Harm ne rompe cette plénitude qui venait de s’installer autour d’eux.

Harm : J’ai bien fait de choisir ce pyjama. Il est adorable la dedans.

Mac : Pour une fois tu as raison matelot…

Comme elle était de dos, elle ne vit pas le sourire qu’affichait Harm, mais elle pouvait le deviner.

Harm : J’aimerai tellement qu’un jour ce soit notre enfant qui porte cette tenue.

Sarah se tourna alors pour être face à lui et pouvoir le regarder dans ses yeux. Il n’y avait dans ceux-ci aucun doute et tout le sérieux du monde. Elle inspira profondément avant de prendre la parole.

Mac : Et que dirais tu si ce moment arrivait plus tôt que tu ne le penses ?

Harm affichait maintenant un air de surprise. Il ne savait pas très bien ce qu’il devait croire.

Harm : Tu… Tu veux dire que… tu… Enfin nous… allons avoir un bébé ?

Sarah sourit face aux manque de cohérence dans les paroles de son amant, mais elle devait bien reconnaître qu’elle-même quand elle avait apprit la nouvelle toutes ses pensées s’étaient mélangées.

Mac : Oui, Harm, nous allons avoir un enfant !

Harm : Mais où, quand cela est il arrivé ? Nous avons pourtant fait attention.

Sarah sourit de plus belle.

Mac : Si je me rappelle bien, durant notre petite semaine à l’hôtel de Cleveland, on n’a pas quitté la chambre de l’hôtel et nous n’avons pas mit de protections à chaque fois.

La semaine qu’ils avaient gagnée avec la petite rencontre des anciens était l’une des meilleures qu’ils avaient passées. C’était la première semaine de repos qu’ils avaient eut depuis qu’ils étaient ensembles. Tous leurs amis avaient accueillit la nouvelle avec joie, ils étaient contents de voir que ces deux la s’étaient enfin trouvés. La tache la plus dure restait de l’annoncer à l’Amiral. Ils savaient que AJ leur ami serait ravi pour eux, mais AJ l’Amiral se retrouvait dans un position inconfortable. Mais contre toute attente, celui-ci avait promis de faire l’impossible pour trouver la meilleure solution pour tout le monde. Et après de longues discussions avec le SECNAV, ils avaient reçu la dérogation leur permettant de continuer à travailler ensemble malgré leur nouvelle relation.
Harm laissa l’information monter à son cerveau, tout était chamboulé. Puis dans un élan il souleva Sarah dans ses bras et la fit tourner dans les airs.

Harm : Je vais être … Papa…

Il embrassa passionnément la femme qu’il tenait dans ses bras. Puis doucement il la reposa à terre.

Harm : Aucun jour ne pourrait être plus beau que celui-ci.


Salle de réception
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Juin 2009
19h15


La porte de la salle de réception s’ouvrit dans un bruissement sourd. La salle était pleine, et un homme tenant un micro faisait un petit discours du haut d’une estrade, avant que l’arrivée de deux inopportuns ne l’interrompe.

Adam : Et bien, nous voila replongés 5 ans plus tôt. J’ai bien peur de devoir vous annoncer que vous n’allez une fois de plus pas échapper au petit gage.

Toute la salle se retourna vers les deux retardataires, et tout le monde sourit en entendant la petite remarque de Adam.

Adam : Allez, Sarah Mackenzie, viens par ici et peut être qu’une chaleureuse bise me fera oublier ce malheureux retard.

Sarah se dirigea d’un pas sur vers l’estrade tenant toujours la main de l’homme qui l’accompagnait pour cette nouvelle réunion des anciens. Ils montèrent ensemble sur l’estrade et elle fit la bise à son ancien ami de classe. Elle lui adressa un sourire avant de lui spécifier quelque chose.

Mac : C’est Sarah Rabb maintenant Adam…

Harm se tenait à ses côtés, fier de la femme qu’il avait épousée quelques années plus tôt et qui était la mère de ses enfants.


- FIN -

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 2 Sep - 20:24

Bien entendu nous ne pouvions pas finir cette fic sans un dernier petit fichier joint.

Je tiens à signaler snas dévoiler de quoi il s'agit qunad aucun cas il ne faudra me tenir responsable des intempéries qui pourraient s'abattre sur vous...lol... LE suspens est à son comble...lol

http://s42.yousendit.com/d.aspx?id=21UIPXA0AAOLC2KN2R49GXXK5Y

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat_tv
Admire Catherine à la TV
Admire Catherine à la TV
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 32
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 05/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 2 Sep - 20:30

Magnifique!!



J'ai vraiment adoré! Cette fic était vraiment grandiose!

Tu as vraiment un don pour ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilyrose
Chaussette de Gemma
Chaussette de Gemma
avatar

Nombre de messages : 153
Localisation : dans les bras de mon chevalier servant...
Date d'inscription : 18/08/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 2 Sep - 21:15

cette fic est superbe
Félicitation Sarah pour tes dossiers
Vive la prochaine fic que tu écris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos années d'insouciance... [ terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [TripReport - Terminé] Un début d'années magique... Weekend du 2 et 3 Janvier 2010
» Années Lunaires Chinoises
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010
» Félicitation pour les clips pop kitch et année 80
» Recherche Magazine Fripounet années 90 à 93

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: