CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos années d'insouciance... [ terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
mac59
Dans la même ville que Catherine
Dans la même ville que Catherine
avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : lille
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 8 Juil - 13:13

çava etre trop dur d'attendre jusque Lundi !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 8 Juil - 14:45

Lundi

Je pars dimanche soir durant 2 semaines Je vais devoir attendre super longtemps avant de pouvoir lire les suites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 11 Juil - 15:17

Voici la suite, je suis de retour...

***********************************************************************

Harm sourit à la légèreté de la remarque de sa partenaire, elle était vraiment dans son milieu ici. Jamais auparavant elle ne se serait permise se genre d’attitude.

Adam : Je ne rigolerais pas trop Sarah à ta place. Bon on a essayé de faire coïncider tes talents passés avec ta nouvelle vie. Votre gage sera donc un petit tour de chant.

Sarah soupira, soulagée que cela ne soit pas pire que cela. Harm quant à lui restait impassible, attendant la suite de leur peine.

Adam : Bien entendu, nous choisissons également la chanson. Etant donné que le chant fait partit de ton passé, Sarah ; c’est le choix de la chanson qui sera ton présent avec ton partenaire.

Harm fut stupéfait de la remarque.

Harm : Le chant fait partit de ton passé ?

Adam : Macky ne vous a pas dit qu’elle faisait partit, avec ses acolytes de copines de la chorale du lycée ?

Devant le regard interrogateur de Harm, Sarah prit le relais.

Sarah : Tu pensais que je ne savais pas chanter, matelot ?

Harm : Disons que je ne te sais pas l’oreille musicale.

Toute la salle fut amusée par le petit échange, il est certain que la chanson choisie était faite pour eux. Harm et Sarah continuaient de se fixer un amusement certain sur le visage.

Adam : Eh bien, Sarah va pouvoir vous montrer ses talents de chanteuse sur la chanson que nous avons choisit, et qui vous va à merveille d’après le bref échange qu’on a pu voir. Pour revenir sur les termes techniques avant de divulguer la chanson, vous avez 5 minutes pour vous préparer pour la chanson, le matériel karaoké est déjà installé et près pour vous.

Sarah : Je n’en attendais pas moins de toi ! Pourrait-on connaître la chanson ?

Adam : Ne soit pas aussi pressée, Macky ! Je tiens a dire que vous avez le droit de renoncer, auquel cas, votre quota de point se verra débité de 30 unités.

Sarah : Tu plaisante j’espère, je suis un marines, je ne recule pas. Les calamars, peut être, mais pas les devil dog…

Elle avait lancé un regard taquin en direction de Harm, à être dans la galère autant le prendre sur le ton de la plaisanterie et avec le sourire. Harm comprenant son petit manège ne se laissa pas faire.

Harm : Les calamars ne reculent pas marines, et je vais vous le prouver. Quelle est la chanson ?

Adam : Patience j’y viens. Mais vos petits échanges me font rire ! Il s’agit donc d’une chanson de IRVING BERLIN : "Anything You Can Do".

Les amis de Sarah ne purent s’empêcher de glousser.

Euphélie : Cette chanson leur va à merveille. Je ne connais pas bien Harm, mais pour Sarah, elle est parfaite.

Andie : Je sens qu’on ne va pas s’ennuyer nous…

Toute la table rie de la remarque. Sarah leur lança un petit regard lourd de sens : “ Vous pourriez au moins me soutenir”.

Adam : Cela vous convient-il ? Vous relevez le défi ?

Sarah se tourna vers lui une lueur dans les yeux.

Sarah : Plutôt deux fois qu’une, vous en dites quoi flyboy ?

Le rictus qui se dessina sur ses lèvres parlait pour lui.

Harm : Vous savez que je vous suivrais dans toutes les épreuves, et si cela doit commencer par cette chanson, allons y ! Quels représentants de l’armée américaine serions nous si nous reculions ?

Après quelques nouveaux éclats de rire, nos deux victimes se préparèrent pour leur petit duo improvisé, il n’y avait pas à dire, le week-end commençait à merveille pour eux. Mais tout compte fait, cela était plutôt plaisant, ils découvraient chacun un côté de l’autre qu’il ne soupçonnait pas. Ils étaient décontractés, heureux d’être là. Et ils comptaient bien en profiter durant tout le week-end.
Les premières notes de la musique retentirent.

Premier refrain:

Mac : Anything you can do I can do better
I can do anything better than you
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!

Harm : Anything you can be I can be greater
Sooner or later I'm greater than you
Mac : No, you're not
Harm : Yes, I am
Mac : No, you're not
Harm : Yes, I am
Mac : No, you're not
Harm : Yes, I am, yes I am

Harm : I can shoot a partridge with a single cartridge
Mac : I can get a sparrow with a bow and arrow
Harm : I can live on bread and cheese
Mac : And only on that?
Harm : Yes
Mac : So can a rat

Harm : Any note you can reach I can go higher
Mac : I can sing anything higher than you
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can


Harm et Mac se prêtaient vraiment au jeu, chaque parole accentuée par des gestes. Chaque réplique était rythmée par un regard lourd de sens pour eux. Combien de fois avaient ils joué à ce petit jeu de se mettre au défi de faire toujours mieux.


Second refrain:

Mac : Anything you can buy I can buy cheaper
I can buy anything cheaper than you
Harm : Fifty cents
Mac : Forty cents
Harm : Thirty cents
Mac : Twenty cents
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!

Harm : Anything you can say I can say softer
Mac : I can say anything softer than you
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!

Harm : I can drink my liquor faster than a flicker
Mac : I can do it quicker and get even sicker
Harm : I can open any safe
Mac : Without being caught?
Harm : Sure
Mac : That's what I thought (you crook!)

Harm : Any note you can hold I can hold longer
Mac : I can hold any note longer than you
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!
Harm : No, you can't -- Yes, you can!


Combien de fois avaient ils réglé leurs différents dans la salle d’audience du tribunal de Fall Church, cherchant à montrer qu’ils étaient les meilleurs. Chaque plaidoyer se transformait en une bataille pour savoir qui serait le meilleur.


Troisième refrain:

Mac : Anything you can wear I can wear better
In what you wear I'd look better than you
Harm : In my coat
Mac : In your vest
Harm : In my shoes
Mac : In your hat
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!

Harm : Anything you can say I can say faster
Mac : I can say anything faster than you
Harm : No you can't
Mac : Yes I can
Harm : No you can't
Mac : Yes I can
Harm : No you can't
Mac : Yes I can
Harm : No you can't
Mac : Yes, I can! Yes, I can!

Harm : I can jump a hurdle
Mac : I can wear a girdle
Harm : I can knit a sweater
Mac : I can fill it better
Harm : I can do most anything
Mac : Can you bake a pie?
Harm : No
Mac : Neither can I

Harm : Anything you can sing I can sing sweeter
Mac : I can sing anything sweeter than you
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Oh, yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can
Harm : No, you can't, can't, can't
Mac : Yes, I can, can, can, can
Harm : No, you can't
Mac : Yes, I can


Les dernières notes marquèrent la fin de la sentence. Dans un sourire donc lui seul avait le secret, Harm prit délicatement la main de sa partenaire et la porta à ses lèvres. Il dit doucement, pour qu’elle seule l’entende.

Harm : Merci pour la chanson, marines. Cela m’a rappelé nos petites batailles incessantes que j’affectionne tout particulièrement.

Elle lui rendit son sourire et ses joues se tintèrent d’un léger rouge. Elle était quelque peu gênée par l’attitude de son matelot, jamais auparavant il ne s’était permis se genre de geste envers elle. Puis son statut de marines reprit vite le dessus.

Mac : Ce fut un plaisir aussi, matelot. Je suis toujours à votre disposition pour vous montrer la supériorité des marines.

Ils ne purent s’empêcher de rire. Puis ils se reprirent se rappelant de l’endroit où ils se trouvaient, quand Adam revint vers eux.

Adam : Vous faites un parfait duo tous les deux. Je sens que les épreuves du week-end vont être passionnantes avec un couple compétitif comme le votre. Enfin étant des bureaucrates, nous avons toujours nos chances sur les épreuves physiques.

Pour toute réponse Mac lui donna un gentil coup de coude dans les cottes.

Mac : Je ne crierai pas trop vite victoire à ta place, Adam.

Harm : Je ferais attention à votre place, elle est le stéréotype même du devil dog.

Alors que toute l’assemblée riait de bon cœur, nos deux militaires purent rejoindre leurs amis.

Céline : Vous chantez vraiment bien tous les deux, pour toi Sarah, j’étais au courant, mais vous Harm je dois dire que vous m’avez impressionné.

Il était comme à chaque fois flatté par le compliment. Sarah remarqua aussitôt le petit rictus qui se dessinait sur son visage.

Mac : Evitez ce genre de remarque, ce pilote a déjà un ego assez surdimensionné.

Harm : Ne sois pas jalouse, Mac. Alors comme cela vous faisiez parti de la chorale ?

Euphélie : Oui nous y étions toutes les quatre.

Peter : Pas nécessaire de préciser que vous étiez ensemble, vous ne faisiez rien séparément !

Mac : Oui, on faisait même pour les autres les activités qui ne nous plaisaient pas. Mais rien que le fait d’être ensemble les rendait merveilleuses.

Euphélie : C’est certain que si cela n’avait tenu qu’à moi, j’aurai fait l’impasse sur la chorale, il pleuvait à chaque fois que je chantais…

Céline : Ce n’était guère mieux pour moi, Lily. Et Andie qui passait ses journées à nous chanter une chanson au moindre mot que l’on prononçait.

Les quatre femmes rirent se remémorant ces souvenirs.

Mac : On l’avait surnommé juke-box…

Andie : Tu n’es pas mieux placée à ce sujet Macky, je te rappelle que c’est toi qui n’arrêtais pas de chantonner en cours.

Mac gloussa légèrement, prise en faute.

Mac : c’est vrai… Enfin l’attraction préférée d’Andie c’était manger et dormir…

Personne ne put retenir plus longtemps les éclats de rire, même Andie qui essayait de prendre un air vexé fini par succomber. Harm fut le premier à reprendre contenance et ajouta à l’attention de sa marines.

Harm : Vu ton appétit féroce, marines, tu es mal placée pour faire la remarque.

Mac : A l’époque je n’avais pas le même appétit que maintenant. Mais Andie est un phénomène.

Céline : Et le mot est faible.

Andie prit un air faussement vexée.

Andie : Dites donc vous, traitez moi d’animal de foire tant que vous y êtes.

Andie avait toujours joué de sa petite moue boudeuse. Etant la plus jeune, elle était un peu comme le bébé du groupe et ses amies jouaient les grandes sœurs avec elle.

Euphélie : Reconnais tout de même que tu nous parlais à longueur de journée de nourriture, et tu avais toujours faim.

Avec un manque de foi certain, Andie finit par admettre que tout cela était vrai.

Harm : Je n’arrive pas à croire que tu faisais partit des plus populaires. Je te voyais timide, réservée à l’écart des autres. Je ne t’aurais jamais imaginée Cheerleader.

Josh : Et vous Harm, quel genre d’adolescent étiez vous ?

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 11 Juil - 19:42

Oh oui "quel genre d'adolescent??" je veux trop savoir !!!!!!

AH jadore jadore jadore !!!!!
Comment j'imaginais Harm et Mac chanter !! !!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
mac59
Dans la même ville que Catherine
Dans la même ville que Catherine
avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : lille
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 11 Juil - 20:26

oui quel genre d'ado était il ? je veux savoir aussi lol !!!!

j'adoooreeee trop tafic Sarah !!! la suite !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gudulle
Tétine de Gemma
Tétine de Gemma
avatar

Nombre de messages : 287
Localisation : Ici, et là!
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 12 Juil - 23:44

Hihihihihi, j'adore cette chanson! Y'avait aussi un montage fait avec cette chanson que j'aime bcp!!! Et maintenant, une ........ FIC, c'est le pied!! lol

Bon, pour ne pas faire original, je voudrais aussi savoir quel d'ado il était, du genre, bête de ...sex (pour un ado, je crois pas que.. enfin peut-être..), pour rester correct plutôt le gars populaire qui fait tomber toutes les filles à la renverse, ou plutôt intello qui adore les avions, ou celui qu'on veut avoir pour meilleur ami mais où c'est tout, ou celui qui est transparant et en souffre(comme Mia dans "Princesse malgré elle" avec Julie Andrews et Anne Hathaway), ou celui qui se foue des autres et vie sa vie, on verra bientôt ça!!!

Z'aller Sarah, la suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 13 Juil - 3:17

Sarah je t'avais dit que je lirai ta fic cette nuit c'est chose faite! Et que dire, si ce n'est que j'attends la suite! Merci d'avoir écrit un roman ( mdr) et de nous faire partager tes écrits! J'ai bien ri face aux réactions des personnages que j'imagine parfairement en situation !
Bravo

Vivement la suite !

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 13 Juil - 10:33

je l'ai relu pour la 20ème fois j'adore toujours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 14 Juil - 22:25

Voila la suite désolé pour l'attente j'ai pas eu accés à ma connexion internet.

*************************************************************

Mac sourcilla à la question.

Mac : J’ai une vague idée moi. Tu étais l’un des plus populaire de ton école, le sportif vénéré par l’équipe de foot, et le sexe symbole de l’équipe de Cheerleader. Je me trompe ?

Harm sourit à la remarque.

Harm : Désolé de vous décevoir tous, mais oui tu te trompes totalement sur moi. A l’époque je n’avais qu’une idée en tête : retrouver mon père qui avait été porté disparu durant la guerre du Vietnam, et devenir pilote de chasse dans l’aéronavale comme lui. Je passais mes journées à lire des livres sur les avions, et je mettais tout en œuvre pour retrouver mon père et savoir ce qu’il était advenu de lui.

Chacun prit soudainement une mine attristée. Lui non plus, tout comme Sarah n’avait pas eu une enfance facile. Voyant l’ambiance devenir triste et morose, Harm ajouta.

Harm : Mais même si je ne faisait pas partit de l’équipe de foot, je dois bien reconnaître que j’avais un certain succès auprès de la gente féminine. Et puis, je me suis bien rattrapé à Annapolis pour les bêtises que je n’avais pas faites au lycée.

Les rires qui étaient retombés quelques minutes plutôt refirent surface.

Andie : Et je suis sûre que vous usez maintenant de l’uniforme blanc et de vos ailes pour obtenir ce que vous voulez des femmes, sans oublier le sourire Top Gun.

Mac : Je vais répondre pour lui, car il ne voudra pas le reconnaître, mais oui il utilise très bien le prestige de l’uniforme, les ailes et le sourire pour faire craquer les femmes.

Harm voulu protester, mais une nouvelle intervention du speaker l’en empêcha.

Adam : Eh bien pour continuer la soirée, nous avons décidé de nous replonger dans le passé. Si chacun ici présent avait caché à sa compagne ou son compagnon des photos compromettantes, nous nous sommes chargés de les retrouver, et nous allons les projeter. Pas la peine d’essayer de fuir, les portes sont fermées. Vous pourrez constater que l’on n’a pas uniquement sélectionné des photos du lycée, étant donné que la plupart d’entre nous nous connaissons depuis la plus tendre enfance.

Alors qu’il finissait tout juste, la première photo apparue… On pouvait distinguer facilement sur celle-ci cinq jeunes enfants d’approximativement 1 an. Chacun des enfants était assis dans un transat, disposés tous en rond. Face à l’image qui se profilait sur le grand écran, l’assemblée ne retint pas son rire. On aurait dit cinq petites commères en grande conversation sur les derniers potins du moment.

Adam : Déjà à l’époque j’avais un charme fou sur la gente féminine…

Alors que personne ne s’y attendait une voix résonna.

Céline : Tu avais tellement de succès auprès des filles que cela explique pourquoi tu es célibataire !

Adam se retourna vers la table des huit compères.

Adam : Tout ceci est de votre faute, mesdames. Depuis la plus tendre enfance on forme une petite bande à part, j’ai toujours cru que l’une d’entre vous finirait par tomber dans mes bras !

Il n’eut le temps de finir sa phrase qu’un sourire moqueur illuminait déjà son visage.

Mac : Si seulement tu n’étais pas aussi pénible, Spooky, peut être que l’une d’entre nous aurait succombé !

Harm ainsi que le reste des invités commençaient à comprendre.

Harm : Attendez une minute, ces cinq bébés sont en réalité vous et ces quatre jeunes femmes.

Il pointait son doigt sur les quatre complices de sa table.

Adam : Vous êtes plutôt perspicace Capitaine.

Alors que chacun s’amusait de la photo qui se trouvait sous leurs yeux, notre Capitaine ne put s’empêcher une petite pique.

Harm : Dit donc Marine, il va mettre difficile de t’imaginer autrement qu’en couche culotte maintenant.

Les larmes perlaient aux yeux de chaque invité, les rires avaient eux raison de toute la salle.

Adam : Vous n’avez encore rien vu, la suivante est toute aussi surprenante. Voici notre groupe de Lilliputs…

A ces mots, on put noter l’effacement de certaines personnes dans la salle. Que de femmes qui s’enfonçaient petit à petit dans leurs sièges.

Adam : Voyons mesdames, pourquoi vous cacher. Sarah, où est passé ton esprit de combattante, le marine en toi s’est effacé ?

Mac se leva, et au plus grand étonnement se dirigea vers l’estrade pour rejoindre Adam. Chacun la regarda, se demandant se qu’elle allait faire. Une fois à ses côtés, elle s’approcha de l’écran projecteur.

Mac : Pas le moins du monde Adam, le marines en moi est toujours là. Et puis dois-je te rappeler que j’ai fait partit des meilleures cheerleaders de l’école, et ce depuis que j’ai 6 ans.

Adam : Et oui, déjà à l’époque tu ne pouvais t’empêcher de faire des bêtises avec tes copines.

Sarah se tourna vers Adam.

Mac : Et pourquoi m’en serai-je privé ?

Adam ne trouva rien à répondre, Mac enchaîna.

Mac : Pour ceux qui se demandent qui sont ses jeunes filles, je vais vous les présenter. Il y a ici sept jeunes filles dans les Lilliputs qui faisaient parti de notre promo. Et je suis sûre qu’elles sont toutes aussi fières que moi, d’avoir représenté leur école durant des années. Alors à leur nom, elles vont venir me rejoindre.

Sarah énonça les noms des sept jeunes femmes, en montrant à chaque fois sur la photo, la petite fille qu’elles étaient à l’époque. Contre toute attente, les quatre hommes laissés seuls par leur Lilliputs se levèrent. Et commencèrent à siffler.

Josh : Que diriez vous d’une petite démo, mesdames ? C’est bien beau de vous venter d’avoir été les meilleures, mais on veut en juger par nous même !

Harm : Je suis tout à fait d’accord.

Alors que sur l’estrade la tension montait, Sarah marmonna à l’attention de ses amies.

Mac : Cela m’aurait étonné qu’il me soutienne, je te le ferai payer, Matelot, foi de Marines.

Adam : tout cela tombe très bien, car votre première épreuve à toutes les sept est justement de redevenir les cheerleaders que vous étiez. On vous a préparé vos anciennes tenues. Et à voir votre plastique, je suis sûr que vous devriez encore rentrer dedans, elles risquent toutefois, d’être encore plus courtes qu’à l’époque. Messieurs, restez bien assis.

Harm était plus qu’amusé par la situation, il allait pouvoir la taquiner avec ce week-end pendant des années. Elle lui ferait payer cher, il en était conscient, mais rien que la joie d’avoir des petites disputes avec elle lui faisait oublier la façon dont elle pourrait se venger.

Marie : C’est une plaisanterie Adam ?

Adam : Pas du tout, ne vous inquiétez pas, vous ouvrez les épreuves, mais tout le monde ici présent aura droit à ce genre de petites représentations durant le week-end. Et puis, nous sommes entre amis.

Euphélie : Et de plus, cela nous rappellera toutes les fois où on s’est retrouvées dans des situations pas possible, comme pendant le cours de chimie, et qu’on avait exprès mélangé les solutions de la prof.

Adam : C’était donc vous les responsables du dégagement incessant de fumée durant les travaux pratiques, on a du évacuer la salle tellement la fumée se faisait dense. J’aurais dû savoir que c’était vous, et pas un seul moment on ne vous a soupçonné. Vous êtes intenables les filles.

Mac : Et nous le sommes toujours. Bon où sont ces tenues, je suis impatiente de la repasser moi.

Devant l’enthousiasme de Sarah, les six autres femmes acceptèrent avec le sourire l’épreuve imposée. Après tout, ils étaient là pour s’amuser. Elles se rendirent dans une petite arrière salle, pendant que la projection photos continuait dans la salle réception.

Matthew : eh bien messieurs, je crois que nous allons être surpris. J’ai eu l’occasion de voir ma femme se joindre à plusieurs entraînements de ses élèves à Boston, et croyez moi, elle n’a rien à leur envier.

Le sourire qui illumina son visage devint vite contagieux.

Harm : Je ne m’imagine pas du tout Mac faisant des acrobaties maintenant, de toute façon, je ne l’imaginais déjà pas les faire adolescente. Et puis cette marines à de nombreuses ressources…

Chacun se replongea dans les souvenirs que les photos imposaient à eux. Pourtant Harm, ne pouvait s’empêcher d’imaginer le corps de sa partenaire dans cette tenue de cheerleader rouge et blanche.



Arrière salle
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Vendredi 25 Juin 2004
22h30


Andie : Eh bien, nous revoilà réunies dans la même galère ! On se croirait 20 ans en arrière !

Céline : Moi je ne vois pas où est le problème, j’ai toujours adoré cette tenue…

Les sept jeunes femmes éclatèrent de rire. Que c’était bon de se retrouver ainsi, toujours à plaisanter. Sarah était consciente de tout ce que ses amies avaient représenté pour elle, jamais elle n’aurait pu survivre à l’alcoolisme de son père et à la fuite de sa mère sans elles. Depuis qu’elles étaient enfant, elles n’avaient pas passé un seul moment les unes sans les autres. Les moments vécus en leur compagnie, lui avait permis d’oublier tout le rester et de puiser la force nécessaire pour affronter les évènements.

Euphélie : Sarah tu es avec nous, ou tu penses encore à ton pilote ?

Mac sourit à la remarque.

Mac : Non je repensais à tous ces moments qu’on a passé ensemble. Comme le jour où Andie c’est mise à hurler durant le TP de physique, car Laurent lui avait fait peur. J’en ai encore mal au tympans tellement elle a crié…

A l’énonciation du souvenir, elles rirent toutes de bon cœur. Ce jour là, elles avaient même alerté le prof qui se demandait ce qui pouvait bien se passer, pensant sûrement que quelqu’un s’était fait gravement mal.

Steffy : Bon les filles, je ne sais pas vous, mais moi je ne me sens pas du tout rassurée par tout cela. Et je doute de me souvenir d’un quelconque mouvement.

Sarah : C’est comme la bicyclette, cela ne s’oublie pas.

Euphélie : Et puis avec le nombre d’heures que l’on a passé à s’entraîner durant des années, je suis sûre que tout va nous revenir. De toute façon, j’ai eu l’occasion de participer, avec les cheerleaders de l’université de Boston, à plusieurs entraînements. Croyez moi, cela revient tout seul. Il suffit nous échauffer correctement.

Sarah : Il faut leur en faire baver et leur montrer que les années n’ont pas eu d’effets sur nos capacités. Je compte bien laisser sans voix ce pilote et son ego démesuré. Alors je peux compter sur vous les filles.

Sarah étira son bras en avant. Céline sans plus réfléchir, fit de même et posa sa main sur celle de Sarah.

Céline : Toujours partante.

Marie : Moi aussi…

Chacune à leur tour, elles posèrent leur mains, comme pour sceller leur détermination.

Sarah : Prêtes ?

Les filles : Prêtes…

Après avoir poussé leur petit cri de guerre, elles enfilèrent leurs tenues et commencèrent à s’échauffer.



Salle de réception
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Vendredi 25 Juin 2004
23h30


Cela faisait maintenant plus d’une heure qu’elles avaient quitté la salle principale. Harm commençait à désespérer de revoir un jour sa marine. Voir les photos de classe de Sarah, des photos du bal de promo, et bien d’autres encore l’avait beaucoup amusé, à l’exception de celles où elle était au bras d’un joueur de football ou d’un autre playboy. Il fallait bien qu’il se rende à l’évidence : il était jaloux de tout ceux qui pouvaient l’approcher ou l’avaient approchée…

Adam : Eh bien, il semblerait que notre équipe de cheerleaders soit prête. Je vais demander aux sept compagnons de ces jeunes femmes de bien vouloir se lever et venir me rejoindre. Pendant ce temps, ceux qui se trouvent au centre, sont priés de bien vouloir laisser le passage de libre…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 14 Juil - 22:30

Trop Génial!!! Je sens qu'on va encore bien rire!! Merci Sarah de nous avoir mis la suite en ligne! Et plus on attend, meilleur c'est !


J'ai hâte de voir Mac entrain de faire des supers acrobaties Smile

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 14 Juil - 23:49

Citation :
Et plus on attend, meilleur c'est !

C'est pas par pur sadisme que je vous fait attendre... J4ai testé sur mes relectrices et elles avaient des commentaires beaucoup plsu positif quand elles avaient attendu un petit moment la suite...

Bon le prochain coup je me tate encore a savoir si je vous mets la projection photo que je me susis amusé a faire ou si je poste la suite du texte. Ce sera la surprise...

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 14 Juil - 23:56

Ah vi moi j'veux la projection, t'es toute mimi petiote Et ta fic est super je suis fane de fane !!!!!!!

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 15 Juil - 12:37

sarah0076 a écrit:
Citation :
Et plus on attend, meilleur c'est !

C'est pas par pur sadisme que je vous fait attendre... J4ai testé sur mes relectrices et elles avaient des commentaires beaucoup plsu positif quand elles avaient attendu un petit moment la suite...


Tkt pas, c'est pas une phrase qui sous entendait que tu étais sadique ( mais comme tu t'es vendue...LOL ) mais c'est parce que je le pense! C'est vrai qu'on est tjs + ou - impatient d'avoir une suite, mais quond on nous fait mariner moi je dis que c'est encore mieux! Et mdr je suis maso !!!!!!!!!!

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gudulle
Tétine de Gemma
Tétine de Gemma
avatar

Nombre de messages : 287
Localisation : Ici, et là!
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 15 Juil - 13:26

Z'alors pour répondre à ta question Sarah, moi la projection et la suite, me conviennent très bien!!! Les 2 ne me gènent en aucun cas!!!! J'espère que tu posteras dimanche(c'est pas trop tôt, ça me conviendrais bien!), quand je serais revenue!!!!

Je ne me serais pas doutée que tu étais sadique.....lol

Et je pense comme Macab, plus on attend et mijote, mieux c'est, mais trop mijoter, c'est trop et long quand même Moi parler bon français!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 15 Juil - 17:52

Allez le ridicule a jamais tué personne alros voici la projection photo...

Le premier que j'entends rire attention, ses 6h risque de passer un salle quart d'heure...

http://s23.yousendit.com/d.aspx?id=3C140DMQ28J340QPEYY6A7VOEL

Vous aurez pas eu besoin de beaucoup atendre pour la projection photo. Pour ceux qui ont des problèmes pour charger le ficheir ben adressez vous à MATH42 elle a tout. Moi j'ia pas l'adsl la donc c la misère.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 17 Juil - 17:24

Il est certain que nous sommes un quatuor infernal. Et si on prend en compte que Céline Andie et moi même étions dans la même classe cette année et que cela continue l'an prochain, les profs ont interet à s'armer de patience...

Après une licence de folie nous voila partie toutes les 3 pour un master physique qui s'annonce tout aussi divertissant. Euphélie quant à elle fait bande à part en master de Maths. Mais cela ne nous empêche pas de la voir tous les jours.

En otut cas ravi que cela vous plaise.

Pour ce qui est de la projection photo que j'ai faite, je me suis beaucoup amusé, j'adore regarder les photos des temps passé et pour réaliser ce diaporama j'ia du me faire tous les albums photos et mes copine également.

Bon trève de bavardage, voici la suite.

A petit info car apparemment certains d'entre vous ignore ce que sont les cheerleaders en fait il s'agit de pompom girls.

*************************************************************

Aucun des sept hommes n’étaient vraiment rassurés et Harm encore moins que les autres, il savait ce que sa partenaire était capable de lui faire subir par vengeance.

Adam : Messieurs, mettez un peu plus de cœur à l’ouvrage, on dirait que vous vous dirigez droit au billot… D’après mes sources, elles ne vous réservent rien de bien méchant, alors courage.

Alors qu’ils prenaient tout juste place sur l’estrade, alignés comment le leur avait indiqué Adam, une musique pour le moins rythmée emplit la scène. La porte principale s’ouvrit alors, laissant apparaître une pyramide humaine.

Harm : Je crois qu’elles vont nous faire payer de nous être moqués d’elles !

Peter : Vous ne croyez pas si bien dire, déjà séparées elles sont intenables, mais ensembles se sont de véritables tigresses !

Un léger rictus se dessina au coin des lèvres de notre Capitaine.

Harm : que le spectacle commence alors !

La phrase d’Harm se perdit dans les premières acrobaties des jeunes femmes. La salle retenait son souffle, malgré les années qui avaient passé, la représentation qu’elles leur offraient était spectaculaire. Et leurs tenues leurs allaient aussi bien qu’à l’époque du lycée, elles mettaient même leurs formes bien en valeur. Chacune s’avança vers l’homme qui l’avait accompagné. Quand Mac s’approcha de Harm, comme ses compagnes, elle posa sa main sur son épaule et tout en le contournant, elle la laissa glisser le long de sa clavicule. Elle se trouvait maintenant derrière lui, elle se hissa sur la pointe des pieds et approcha sa bouche de son oreille.

Mac : Alors Harm, je porte tout aussi bien cet uniforme ?

Harm : Je dirais même mieux !

Elle se retrouva à nouveau face à lui, et comme ses copines qui avaient déjà commencé, elle déboutonna un à un les boutons de sa veste d’uniforme.

Harm : J’ai toujours pensé que la première fois que tu me déshabillerais, cela se ferait en privé.

Elle venait tout juste de finir sa tâche, elle posa ses mains sous la veste de son compagnon et les fit glisser sur ses épaules. Harm retint son souffle. Elle lança alors d’un ton mesquin.

Mac : J’ai toujours aimé les nouvelles expériences…

Alors qu’il essayait d’assimiler ses paroles, Mac lui retira entièrement sa veste et la jeta négligemment sur le sol au côté des six autres. Harm restait stupéfait.

Mac : Harm tu es toujours avec moi, je vais avoir besoin de toi maintenant.

Tout en continuant la chorégraphie prévue, elle lui glissa à l’oreille les mouvements qu’il devrait faire. Il acquiesça de la tête pour lui signifier qu’il avait bien comprit. Ce n’était pas du tout le genre d’activités auxquelles il était habitué. Mac se plaça face à Harm, et chaque fille en fit de même avec son compagnon, chacun aillant une figure différente.

Mac : Maintenant, Harm.

Elle posa ses mains sur ses épaules pour prendre appui, quand à Harm il mit les siennes autour de sa taille. Après une petite impulsion, Harm porta sa partenaire au dessus de ses épaules et prenant appui seulement avec un main sur son épaule et sa main à lui sur sa hanche, Sarah se tenait au dessus de sa tête dans la position dite de l’étoile. Elle avait une totale confiance en lui, elle savait que jamais il ne la laisserait tombée. C’est pour cela qu’elle avait accepté de faire cette figure la. Harm quant à lui était nettement moins à l’aise, il avait peur de faire un mauvais pas et de blesser la femme qu’il tenait a bout de bras. Alors que la foule se levait pour applaudir, la chanson prit fin.

Adam : Magnifique…

Dans un mouvement quelque peu désordonné, Harm ramena sur le sol Sarah. L’atterrissage fut nettement moins bien réussit que l’envol.

Mac : On ne retrouve jamais la terre ferme sans dégât avec toi, matelot.

Harm paniqua immédiatement.

Harm : Tu vas bien ?

Sarah sourit devant le regard effrayé de son partenaire.

Mac : Tout va bien matelot, du calme.

Après une ovation générale Adam les invita à rejoindre leur place. La soirée allait toucher à sa fin.

Adam : Bon, on ne pourra pas dire qu’elles ont volé leurs points. Cette épreuve, et je pense que personne ne me contredira, est réussie.

Mac : On a encore gagné, les filles, une fois de plus…

Harm : Comment ça les filles, il me semble pourtant que l’on a nous aussi participé à cette victoire.

Mac : On a presque tout fait toute seule, matelot. J’ai même du te retirer moi-même ta veste.

Elle lui envoya un petit sourire taquin.

Harm : D’ailleurs en parlant de ma veste, tu me dois un pressing, je ne pense pas que l’amiral apprécierait que j’arrive au boulot lundi avec une veste salle.

Tout le monde rit à nouveau ces deux la étaient pire que des enfants.

Adam : Bon, je vous propose d’aller nous reposer, la journée de demain va être mouvementée et une magnifique soirée a été organisée. Donc bonne nuit a tout le monde, on se retrouve demain matin à 9h30 dans la salle à manger pour le petit déjeuner.

Sans plus attendre tout le monde se leva et chacun se dirigea vers sa chambre. Après quelques pas, Harm nota que Mac boitait légèrement.

Harm : Tu as mal ?

Mac : Je suis un marines, ne l’oublies pas !

Harm : Je ne l’oublie pas, mais j’ai vu la réception de notre petite figure, et je sais qu’il ne faut pas que tu poses trop ton pied si on veut que demain tu n’ais aucune séquelle.

Sans attendre de réponse de sa part, il la souleva dans ses bras telle une jeune mariée. Elle protesta aussitôt.

Mac : Harm repose moi et c’est un ordre !

Harm : Je vais devoir désobéir alors.

Matthew : Même pas mariés et pourtant vous vous disputez déjà.

La remarque eux pour effet de les faire taire et leurs joues se tintèrent de rouge.

Peter : Bon nous voilà à nos chambres, bonne nuit tout le monde à demain.

Chacun rentra dans sa chambre respective.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
00h15


Harm referma la porte avec son pied, tenant toujours dans ses bras son fardeau.

Mac : C’est bon matelot, tu peux me poser à terre, je peux marcher.

Harm : Tu pourras marcher, une fois que j’aurai bandé ta cheville.

Devant la moue de Mac en la déposant sur le lit, il ajouta.

Harm : Et ceci n’est pas négociable. Tu ne bouges pas, je vais chercher la trousse à pharmacie dans la salle de bain.

Après lui voir massé la cheville et posé une bande, il la laissa enfin aller se changer dans la salle de bain. Il se déshabilla rapidement, dormant uniquement avec son caleçon. Puis prit d’un doute, il s’approcha de la porte de la salle de bain.

Harm : Mac, on fait comment pour dormir ?

Mac : Eh bien, on s’allonge et on ferme les yeux, matelot.

Harm entendit le petit rire de sa partenaire au travers de la porte.

Harm : Je voulais parler de qui prenait le lit, Mac.

Mac : J’avais bien compris, mais je voulais m’amuser un peu.

Elle sortit de la salle de bain, vêtue d’une nuisette similaire à celle qu’elle portait à leur voyage en Russie, mais grise.

Mac : Nous sommes adultes, matelot. Alors si tu promets de ne pas prendre toute la place, je veux bien consentir à partager le lit avec toi.

Ils rejoignirent alors le lit, non sans avoir bataillé un petit moment sur quel côté du lit chacun allait prendre.

Mac : Très bien, je te laisse le côté droit, mais si dans la nuit un marines, vient dans tes bras, tu n’auras pas de protestation à faire !

Harm : Comme pourrai-je me plaindre si tu dormais dans mes bras ?

Sarah ne trouva rien à répondre et préféra se mettre immédiatement au lit.


Au bord de la piscine
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
1h30



Céline : On ne t’attendait plus Sarah.

Sarah prit place sur le dernier transat.

Mac : Je suis désolé, mais j’ai bien cru que Harm ne s’endormirait jamais.

Andie lui tendit alors un pot de glace.

Mac : Je vois que vous avez pensées à tout !

Euphélie : Alors, Macky, tu n’aurais pas quelque chose à nous dire ?

Sarah releva la tête se demandant de quoi ses amies pouvaient bien parler. Devant son silence, elle reposa la question différemment.

Euphélie : Tu n’aurais rien à nous dire sur ton marin et toi. Je croyais pourtant qu’il n’y avait aucun espoir qu’il y ait quoi que ce soit entre lui et toi ?

Sarah se redressa dans sa chaise.

Mac : Il n’y a rien à dire. Notre relation n’a pas évolué. Il me voit juste comme sa partenaire de travail.

Andie : Et toi tu le vois comment ?

Elle n’avait jamais mentit à ses amies, elle savait qu’à elles, elle pouvait tout dire, elles ne la jugeraient pas.

Mac : Je le vois comme l’homme de ma vie, le père de mes futurs enfants.

Euphélie : Tu es folle amoureuse de lui, n’est ce pas ?

Mac : Je l’aime plus que je n’ai jamais aimé quelqu’un d’autre.

Céline : La vie est parfois compliquée !

Mac : Pourquoi dis tu cela ? Tu as tout pour être heureuse, tu as magnifiquement bien réussit dans la vie, je rêverais qu’on échange. Tu as épousé l’homme que tu aimais, tu as eu deux merveilleux enfants et tu faits le boulot que tu as toujours voulu exercer. Que ce passe-t-il pour que tu dises ça ?

Céline prit un air coupable et baissa la tête.

Andie : On est entre nous Céline, tu sais que tu peux parler.

Céline : j’ai eu un amant !

Non loin de là, une oreille indiscrète assistait à la conversation.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 19 Juil - 18:11

Voici la suite...

***********************************************************************

Mais dès les premières paroles, il avait cessé de penser. Il n’écouta pas la suite et retourna se coucher.

Euphélie : Tu as eu un amant. Mais pourquoi ?

Céline : On a eu une passe difficile avec Peter et il s’éloignait de moi, j’ai donc trouvé l’affection dont je manquais auprès d’un autre. Mais c’est fini maintenant, je ne le vois plus et tout c’est arrangé entre Peter et moi.

Andie : Comme quoi personne n’a une vie parfaite. Mais le tout est qu’entre Peter et toi tout ce soit arrangé.

Les quatre jeunes femmes discutèrent ainsi de leurs vies jusqu’à 3h du matin.

Mac : Il serait peut être temps de retourner nous coucher, sinon la journée de demain va être difficile. Surtout si on nous demande encore de réaliser d’anciens exploits sportifs.

Chacune remonta dans sa chambre faisant attention à ne faire aucun bruit pour ne réveiller personne.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
3h15


Sarah pénétra dans la chambre le plus discrètement possible, elle retira le gilet qu’elle avait enfilé plutôt et se glissa sous les draps. Son partenaire était profondément endormit. Avant de s’allonger complètement, elle ne put s’empêcher de l’admirer.

Mac : Reprends toi ma fille, il ne sera jamais à toi.

Elle lui tourna le dos et s’allongea complètement dans le lit. Elle le sentit remuer derrière elle, elle ne respira plus, pour éviter qu’il ne se réveille. Mais contre toute attente, elle sentit son bras se refermer sur sa taille, et il vint se coller à son dos, déposant un léger baiser sur son omoplate. Mac tourna légèrement la tête pour voir si son compagnon était réveillé. Il était calme et serein, il avait agit sans se réveiller, sûrement pensant qu’il se trouvait avec sa compagne.

Mac : C’est peut être la seule fois où j’aurai la chance de dormir dans ses bras, autant en profiter.

Elle reposa sa tête sur l’oreiller et entremêla ses doigts à ceux de Harm. Elle plongea non sans peine dans un sommeil peuplé de rêves où tout était possible.



Couloir menant aux chambres
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
7h45


Trois couples se tenaient dans le couloir, attendant apparemment l’arrivée d’autres personnes.

Euphélie : Cela ne ressemble pas à Macky d’être en retard, son pilote lui fait perdre la notion du temps !

Andie : Qui ne perdrait pas la notion du temps dans les bras d’un aussi beau spécimen !

Les trois jeunes femmes sourirent, d’un sourire entendu…

Josh : Tout ceci est très intéressant, mais si nous voulons faire notre jogging avant de reprendre les épreuves du week-end, il faudrait peut être se dépêcher.

Peter : Vous avez raison, allons frapper à la porte pour voir ce qu’ils font !

Nos six amis se retrouvèrent ainsi face au à la porte close et frappèrent.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
7h50


Leurs deux corps enlacés, ils dormaient paisiblement, ne semblant vouloir se réveiller. Le soleil avait déjà inondé la pièce, mais cela n’avait pas l’air de déranger nos deux compagnons. Ils étaient dans un monde de rêves, où la plénitude faisait son règne. Pourtant trois coups à la porte sortirent Sarah de se calme apaisant. Elle ouvrit difficilement les yeux, se demandant si le bruit qu’elle avait entendu était bien réel. N’entendant rien d’autre, elle commença à refermer les yeux pour se replonger dans ce monde de féerie. Mais le bruit reprit de plus belle. Réalisant subitement qu’il s’agissait de la porte, elle se leva dans un bond, réveillant par la même occasion son partenaire, qui était toujours étroitement collé à elle.

Harm : Eh, mais qu’est ce qui te prend ?

Mac se leva et répondit dans un sourire tout en se dirigeant vers la source du bruit.

Mac : Quelqu’un frappe à la porte, matelot. Désolé pour le réveil brutal.

Elle finit sa phrase en ouvrant aux visiteurs.

Peter : On ne vous dérange pas ? Dit-il, un petit sourire coquin sur les lèvres.

Sarah se rappela aussitôt pourquoi toute la petite troupe se trouvait en tenue de sport juste devant sa porte d’entrée.

Mac : Je suis désolé, on a oublié de se lever. J’enfile ma tenue et je vous retrouve de suite en bas !

Matthew : Vous venez avec nous, Harm. Un petit jogging matinal, rien de tel pour se remettre d’une courte nuit.

Ils avaient vraiment décidé de tous les taquiner ce matin. Mais, ils n’allaient pas rentrer dans leur jeu.

Harm : Avec joie ! Juste le temps d’attraper un short et un tee-shirt, et on descend.

Sarah ne laissa pas le temps aux six compères d’ajouter quelque chose, que déjà elle refermait la porte. Elle s’étira comme pour effacer les dernières marques de sommeil.

Harm : Ta cheville va-t-elle assez bien pour aller faire un jogging ?

Mac : Eh bien, j’ai l’impression que l’infirmier qui s’est occupé de moi hier soir a fait de l’excellent travail !

Tout en disant cela, elle se dirigea vers son sac pour en sortir sa tenue de sport.

Harm : Puisque mon travail d’hier t’a satisfaite, laisse moi jeter un coup d’œil pour voir si tout va bien.

Mac tenait dans ses mains ses vêtements de rechange et se retourna pour le regarder.

Mac : Je vais bien Harm, je n’ai plus du tout mal !

Harm la fixa d’un regard insistant et sans discussion possible.

Harm : si tu n’avais pas posé ton pied de la soirée après que je te l’ai bandé, je te croirais. Mais j’ai remarqué ta petite escapade nocturne, alors laisse moi jeter un coup d’œil avant que l’on parte faire notre jogging.

Mac se résigna, elle avait été démasquée, pourtant elle pensait avoir fait le moins de bruit possible hier soir en quittant la chambre. Mais visiblement, il ne dormait pas aussi profondément qu’elle le croyait. Elle retourna s’asseoir sur le lit et lui tendit le pied.

Mac : Très bien pilote. Pour ce qui est de ma petite sortie nocturne, eh bien…

Elle semblait chercher ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire.

Mac : Disons qu’une petite discussion et des retrouvailles, juste avec les filles, s’imposaient.

Harm manipula gentiment la cheville de sa partenaire, lui faisant un petit massage. Il relava ensuite les yeux.

Harm : Le genre de petite soirée privée où l’on apprend un grand nombre de choses intéressantes !

Mac : Bien plus que tu ne peux l’imaginer !

Il la regardait dans les yeux, essayant de déchiffrer ce que ses yeux pleins d’étincelles pouvaient bien exprimer.

Mac : Alors infirmier, le verdict ?

Harm reposa la cheville de Sarah au sol.

Harm : Ta cheville semble aller très bien, mais ne comptes plus sur moi pour jouer les cheerleader, je ne suis définitivement pas fait pour cela !

Sarah se releva alors, et fit exprès de le frôler pour se rendre dans la salle de bain.

Mac : Moi je t’ai trouvé parfait dans se rôle !

Après s’être changés, ils retrouvèrent leurs amis à la réception de l’hôtel. Puis ils sortirent pour un petit jogging en groupe.


Parc de l’hôtel
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
8h15


Cela faisait 10 minutes qu’ils avaient commencé à courir et on pouvait déjà noter quelques petits clans. Sarah courait au côté de Matthew et Céline, Euphélie s’était entourée de Peter et Josh, quant à Harm, il faisait bande à part auprès de Andie en fin de peloton.

Andie : Alors Harm, comment un pilote de F-14 se retrouve-t-il avocat au JAG ?

Harm : Sarah ne vous a pas raconté ça ?

Il avait un petit sourire sur les lèvres, il se doutait bien que Sarah et ses amies partageaient beaucoup de choses ensembles, et qu’il devait y avoir que peu de sujet qu’elle ne leur avait pas divulgué, voir même aucun. Andie répondit à son sourire.

Andie : Je plaide coupable, c’était pour engager la conversation.

Harm : Il n’y a pas de problème. Par contre si vous, vous semblez bien me connaître, Sarah ne m’a jamais parlé de vous !

Andie : Elle a peur de notre charme naturel et sans doute que vous tombiez dans nos griffes !

Harm : Cela doit sûrement être cela !

Ils rirent de la remarque pendant quelques secondes.

Harm : Alors Andie, que faites vous dans la vie.

Andie : Et bien je suis pilote.

Harm retourna son regard sur la jeune femme.

Harm : Vraiment ?

Andie : Bien sûr, je suis pilote de ligne. J’ai toujours vécu dans ce milieu, mon père était ingénieur de vol.

Harm : Mon père à moi aussi m’a transmis sa passion des avions, et je compte bien la transmettre à mes propres enfants.

Alors qu’ils continuaient leur course, Andie passa sa main sur son ventre.

Andie : Mon enfant va vivre au milieu des pilotes et des pompiers… Le votre vivra entre la NAVY et les marines.

La petite remarque était bien choisie, Andie voulait emmener la conversation sur un certain domaine, qui s’appelait : Sarah.

Harm : Même s’il veut suivre les traces de sa mère, cela ne m’empêchera pas de lui apprendre à voler.

Harm se rendit soudainement compte de ce qu’il venait d’avouer.

Harm : Enfin si… si toutefois…

Andie : Ne vous fatiguez pas, Harm. Je n’avais pas besoin de cette révélation pour savoir ce que Sarah représente à vos yeux.

Harm : Mais il n’y a rien entre nous, je vous assure. Elle est ma meilleure amie et ma partenaire, c’est tout.

Andie : Eh bien, la situation est pire que je ne l’imaginais. La vie est courte, Harm. Une fois qu’elle sera partie, il sera trop tard et vous ne pourrez alors plus rien faire.

Andie accéléra son rythme pour rejoindre le groupe de tête mené par Euphélie. Arrivée à sa hauteur, elle se rapprocha pour lui dire quelque chose qu’elle seule entendrait.

Andie : Il est aussi accro à elle, que elle à lui. Mais je comprends pourquoi Sarah est persuadée que ce pilote ne ressent rien pour elle, il n’arrive déjà pas à s’avouer ses propres sentiments à lui-même, alors lui avouer à elle, c’est pas gagné !!!

En voyant Andie passer devant elle, Sarah se retourna pour voir ce que son partenaire faisait. Il semblait perdu dans ses pensées et ne faisait plus vraiment attention à ce qui l’entourait.

Mac : Mais qu’est ce que tu as bien pu lui dire Andie, avec toi je m’attends au pire.

Matthew : Tu disais quelque chose ? Dit-il en regardant Sarah.

Mac : Non, allez devant je vais chercher Harm qui est un peu à la traîne.

Elle se retrouva vite à ses côtés, mais il n’avait pas l’air d’avoir remarqué sa présence, toujours perdu dans ses propres pensées.

Mac : 1 dollars pour tes pensées, pilote !

Au son de cette douce voix, il reprit immédiatement ses pensées.

Harm : Seulement 1 dollars. Ta solde est-elle si peu importante ?

Il lui adressa son plus beau sourire.

Mac : Sérieusement, tu pensais à quoi ?

Harm : Je pensais à une petite discussion que j’ai eu avec Andie, et à la dernière chose qu’elle m’a dit.

Mac : Et peut on savoir ce qu’elle a bien pu te dire pour que cela te plonge à ce point dans tes pensées, ou cela est classé secret défense ?

Harm : Cette conversation est uniquement entre Andie et moi. Je ne parlerais pas, même sous la torture !

Sarah le regarda et voulu s’amuser un peu.

Mac : Même sous la torture ? Eh bien on va voir si les marins ont un aussi bon entraînement que les marines !

Il n’eut pas le temps de relever sa remarque qu’elle le poussa gentiment et le fit basculer sur la pelouse. Elle s’assit sur lui, à califourchon et commença à le chatouiller.

Mac : Alors, pilote, on me supplie d’arrêter ?

Harm : Jamais la NAVY ne se rendra !

D’un coup de rein, il retourna la situation à son avantage et se retrouva sur elle. Elle avait commencé le jeu, mais il comptait bien jouer lui aussi.

Harm : Alors, c’est qui maintenant qui supplie l’autre ?

Elle riait aux éclats, amusée par la situation. Elle savait qu’il ne la lâcherait pas, mais elle ne le supplierait pas. Oh non, cette torture était bien trop douce pour ne pas s’y soustraire. Leurs éclats de voix avaient alerté la petite troupe qui les regardait de loin.

Mac : Il faudra trouver mieux pour que je me rende !

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 19 Juil - 18:26

comme je viens de te le dire J'ADORE

Et la scéance de chatouille dire que T censé être MAC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Gudulle
Tétine de Gemma
Tétine de Gemma
avatar

Nombre de messages : 287
Localisation : Ici, et là!
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 19 Juil - 18:50

Je viens de m'enfiler les 2 suites d'un coup, et j'adoooooooooooooooooooooooooore!!!

Comment c'est trop beau la façon dont Mac (toi) dit qu'elle aime no't chtit Harminou!
Et lui la façon dont il l'avoue a Andie! C'est mimi!!!

La suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 20 Juil - 8:49

WOW je viens de rentrer et quel plaisir de voir toutes ces suites.

J'adore vraiment, elle est trop belle ta fic.

Vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 21 Juil - 17:18

Ah j'y suis trop trop trop contente, je viens juste à l'instant d'écrire le mots fin sur cett fic... Après 157 apges de dur labeur, j'ai enfin réussit. J'en revient toujours pas...
Vous n'imaginez même pas le temps que cela m'a prit pour réaliser cete fic et surtout comme il s'agit d'une fic personnelle j'ai tout donné pour celle la. C'est étrange car d'un certain côté j'étais toute nostalgique quand j'ai aposé à la fin de l'histoire le mot fatique FIN...

Bon je vias vous laisser lire plutot que de continuer mes bavaradage futile.

***********************************************************************

Harm se leva et avant même qu’elle ne puisse profiter du fait qu’il ne la retenait plus, il la prit dans ses bras et la souleva sur son épaule. Ils étaient tout proches du ponton du lac. Il s’avança vers le bord du ponton, alors que Mac tambourinait le bas de son dos pour qu’il la repose. Une fois son but atteint, il la porta comme une jeune mariée et avança les bras au dessus de l’eau.

Mac : tu n’oseras pas faire cela !

Pas totalement sûre de ce qu’elle avançait, elle préféra s’agripper le plus possible à son cou. Ils ne faisaient même plus attention à ce qui les entourait, aussi, ils n’entendirent pas les pas derrière eux.

Josh : Peut être que lui il n’osera pas, mais nous on ne va pas se gêner.

C’est dans un même mouvement qu’ils poussèrent nos deux grands enfants à l’eau. Aucun des deux ne s’attendait à un bain aussi matinal. Quand ils refirent surface, Harm agrippa la taille de Sarah pour la maintenir. Ils se regardèrent et éclatèrent de rire. Cela faisait bien trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas autant amusés. Toutefois, ils avaient une petite revanche à prendre. En un seul regard, chacun comprit les intentions de l’autre. Ils nagèrent vers le ponton pour sortir de l’eau.

Mac : Tu m’aides à remonter Matt ?

Harm : Peter, vous pouvez me donner un coup de main ?

Peter et Matt acquiescèrent de la tête et tendirent leurs mains à nos deux baigneurs. Sarah et Harm les saisirent en même temps.

Mac : Ca c’est pour nous avoir poussé !

Les deux hommes tombèrent à l’eau.

Harm : S’il venait l’idée à l’un d’entre vous de recommencer, voilà ce qu’il vous attend !

Tout le monde riait de bon cœur, un étranger les aurait sûrement prit pour des adultes totalement immatures, mais ils s’amusaient beaucoup eux. Harm se hissa sur le ponton et aida sa partenaire à sortir de l’eau.

Andie : Bon quand vous aurez finit de faire trempette, nous pourrons peut être aller nous changer avant le petit déjeuner.

Josh : Oui, il est 9h et on connaît la sentence pour ceux qui oseront être en retard. Personnellement, je ne me sens pas de faire un petit tour de chant.

Mac : Moi j’ai trouvé cela très amusant…

Elle ne put poursuivre sa phrase, prise soudainement de frissons. Harm remarquant immédiatement la réaction de sa partenaire, se rapprocha d’elle et passa son bras autour de sa taille pour la blottir contre lui.

Harm : Viens par ici, marines. On ne peut pas dire que l’eau était très chaude.

Peter : Je ne vous le fais pas dire. Une bonne douche chaude s’impose.

Sarah se sentait comme chez elle dans cette douce étreinte, mais elle avait envie de jouer encore un peu. Elle se dégagea et regarda Harm dans les yeux. Elle commença alors à courir.

Mac : Le premier arrivé aura la salle de bain.

Le temps qu’il réagisse, elle avait déjà une bonne longueur d’avance.

Harm : Tu as triché…

Mais elle ne l’entendait plus, elle se dirigeait au pas de course vers l’entrée de l’hôtel. Harm se lança à sa poursuite, il n’allait pas s’avouer vaincu aussi facilement. Il franchit le corridor d’entrée de l’hôtel et monta les escaliers quatre à quatre. Il tourna dans le couloir et vit Sarah qui arrivait juste devant la porte.

Mac : Tu as perdu, matelot.

Harm arriva enfin à sa hauteur.

Mac : Pas encore, on n’est pas dans la salle de bain.

Alors qu’elle venait d’ouvrir la porte de leur chambre, il la saisit par la taille et la souleva.

Mac : Tu triches, Harm.

Harm : Cela n’avait pas l’air de te gêner, quand c’est toi qui es partit en avance.

Sarah ne trouva rien à répondre. Harm la déposa à l’intérieur de la chambre.

Harm : Comme je suis magnanime, je te laisse la salle de bain en premier, je ne voudrais pas que tu attrapes plus froid. Et puis, j’ai hâte de te voir dans ce costume dont tu ne m’as toujours rien dit.

Sarah se pencha et déposa un doux baiser sur la joue de son partenaire.

Mac : Merci, flyboy… Pour ce qui est du costume, il te faudra attendre ce soir pour découvrir en quoi nous sommes déguisés, je ne dirais rien…

Elle se dirigea vers la salle de bain et referma la porte derrière elle. Harm s’approcha de la porte close et dit un peu fort pour qu’elle l’entende.

Harm : Ne restes pas des heures sous l’eau, j’aimerais ne pas avoir un autre gage pour cause de retard.

Sarah sourit à cette remarque, lui qui était toujours en retard, il s’inquiétait de ne pas l’être à cause d’un petit gage.

Mac : Je devrais soumette l’idée d’un gage pour chaque retard à l’Amiral, peut être que de cette façon tu arriverais à l’heure tous les matins…

Harm : Très drôle…

Mac : Promis Harm, je me dépêche.

Pas moins de 10 minutes plus tard, Sarah sortait de la salle de bain vêtue uniquement d’un drap de bain.

Mac : Je te laisses la place, matelot.

Harm la regarda avec envie, sa peau était encore toute humide et le drap de bain qu’elle tenait fermement autour de sa poitrine ne cachait que peu son corps. Il ne couvrait que le haut de ses cuisses et laissait dénudé le reste de ses jambes. Harm déglutit difficilement. S’il s’était écouté, il serait allé prendre cette douche avec elle. Il fallait qu’il pense à autre chose, sous peine de devenir fou.

Harm : Eh bien, j’ai failli attendre. Tu commences à ralentir, ton entraînement de marines n’est plus dans les normes.

Il savait qu’elle ne pourrait s’empêcher de répondre et il ne s’était pas trompé.

Mac : Je te défie de faire mieux !

Harm se dirigea au pas de course vers la salle d’eau et ajouta avant de refermer la porte sur lui.

Harm : Je relève le défi…

Alors que Sarah s’habillait dans la chambre, elle entendit Harm chantonner sous la douche.

Mac : Il ne te reste plus que 5minutes 35 secondes, Harm.

Elle n’obtint aucune réponse, elle continua donc à s’habiller. D’après les indications qu’ils avaient obtenu pour les épreuves et les activités de la journée, il était nécessaire de revêtir un maillot de bain et une tenue de sport. Elle mit donc le maillot deux pièces qu’elle avait emporté et enfila par dessus un débardeur et un short de sport. Elle prit la paire de basket qu’elle avait dans son sac et les passa à ses pieds.

Mac : Il ne te reste plus que 1 minute 2…

Elle ne put finir sa phrase que la porte de la salle de bain s’ouvrit.

Harm : J’ai l’impression que les marins sont plus rapides.

Sarah lui sourit.

Mac : Tu devrais vous habiller, je vais me coiffer pendant ce temps, puis nous pourrons descendre pour le petit déjeuner.

Harm fit un semblant de garde à vous.

Harm : Oui, Ma’am.

Sarah entra dans la salle de bain, laissant échapper un petit rire.

Mac : Tu n’as pas fini de faire l’enfant.

Quinze minutes plus tard, ils étaient tous les deux prêts. Ils sortirent de leur chambre et se dirigèrent dans la salle à manger.


Salle à manger
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
9h10


Quand Harm et Sarah entrèrent dans la salle commune, ils virent Euphélie, Josh, Andie et Céline assis à une table en grande conversation, ils se dirigèrent aussitôt vers eux.

Mac : Nos deux bourreaux ne sont pas là ?

Céline : Ils sont allés chercher les cafés pour se faire pardonner.

Sarah ne put s’empêcher de rire. Elle prit place à la table et Harm s’installa à ses côtés.

Harm : Bon alors, le programme de la journée a l’air d’être dédiée au sport.

Euphélie : Vous allez pouvoir nous montrer l’endurance des militaires, Capitaine !

Harm sourit à la remarque et lança un petit regard à sa partenaire. Elles étaient donc comme Sarah, toujours prêtes à lancer des défis et à les relever. Elles avaient toutes les quatre gardé leur âme d’enfant, et cela ne les rendaient que plus belles. Cet état d’esprit rendait leur visage si rayonnant, avec une pointe de douceur qu’il ne pouvait déterminer.

Mac : Alors matelot on rêve ?

Harm tourna la tête.

Harm : Non, je comprends juste mieux, pourquoi tu proposes toujours des défis et pourquoi tu les relèves toujours. Vous deviez vraiment être infernales toutes les quatre réunies.

Alors que les quatre femmes gloussaient à la remarque, Peter et Matt revenaient avec les huit cafés.

Peter : Vous n’imaginez même pas. Elles étaient toujours à s’imposer des challenges. Vous ne pouvez même pas deviner ce qu’elles ont pu faire.

Matt : Racontez nous alors.

Andie voulu changer de conversation.

Andie : Vous ne connaissez pas la blague des canards ? Ce sont deux canards qui nagent sur une marre, ils passent la journée à se regarder sans que ni l’un ni l’autre ne disent quoi que ce soit. Puis un des deux dit “ COIN ” et l’autre lui répond “ ah ben, c’est ce que je voulais dire ” !!!

Les trois autres femmes se regardèrent et ne purent s’empêcher de retenir un fou rire incontrôlé. Combien de fois durant leurs années de jeunesses, Andie avait sorti se genre de blague pour tenter de détourner la conversation. Sarah se rappela alors un repas à la cafétéria du lycée, où deux amis de classes étaient venus s’asseoir avec elles deux. Ils s’étaient lancés dans un débat politique et cela avait quelque peu ennuyé Andie qui n’avait trouvé rien de mieux que de sortir cette blague sur les canards. Ce jour là, comme actuellement, Sarah n’avait pu s’empêcher de rire.

Harm : C’est bien tenté, mais la manoeuvre pour détourner la conversation n’a pas marché, mesdames.

Mac : Mais nous n’essayons rien du tout… Je veux bien être la première à divulguer un de mes challenges.

Chacun s’installa confortablement dans sa chaise pour écouter les nouvelles frasques des quatre amies.

Mac : Je ne pourrais dire comment, Euphélie et moi nous sommes retrouvées enrôlées dans ce défi, mais nous avons du nous infiltrer dans le vestiaire des garçons, disons en tenue quelque peu légère…

Harm et Matthew regardaient leur partenaire respective, un peu étonnés de la révélation.

Peter : Je m’en rappelle, on venait de gagner un match, chaque joueur était soit sous la douche soit vêtu d’une unique serviette autour de la taille. Quand la porte des vestiaires s’est ouverte, personne n’y a prêté plus d’attention que cela. Mais quand nous avons vu qui se trouvait derrière la porte, chacun est resté bouche baie.

Euphélie gloussa.

Euphélie : Forcement, deux jeunes adolescentes qui rentrent dans le vestiaire des footballeurs, avec sur le dos uniquement une serviette de bain, cela laisse sans voix en général… Surtout quand il s’agit de cheerleaders.

Harm avait un regard rêveur, tout comme Matt.

Harm : J’aurai été curieux de te voir ainsi vêtue.

Sarah le regarda, sourire aux lèvres.

Mac : Mais tu m’as vu !

Harm haussa un sourcil, ne comprenant pas ce que la jeune femme voulait dire. Devant son mutisme elle enchaîna.

Mac : Ce matin je suis sortit de la douche avec pour seul vêtement un drap de bain !

Harm sembla comme replongé plus tôt dans la matinée, un sourire béat sur les lèvres.

Andie : Vous auriez du rentrer dans la salle de bain, Harm. Je suis sûre que le spectacle vous aurez plu.

Alors que Harm ne savait plus quoi dire, Sarah, elle, ne se laissa pas démonter.

Mac : Dit donc toi, tu veux que je raconte ton pire défi.

Andie s’enfonça dans son siège, comme pour se faire oublier.

Andie : ce ne sera pas nécessaire…

Peter : Oh si ! Toute l’équipe de foot s’en rappelle encore.

Andie tenta son petit regard de chien battu pour faire taire Peter, mais celui-ci semblait déjà lancé.

Peter : Celui là ne marche pas avec moi, Andie. Donc pour en revenir au défi dont Sarah fait sûrement allusion, Andie, suite à une petite chute lors d’une représentation durant un match, s’est retrouvée à devoir embrasser chaque membre de l’équipe de foot. Et j’ai bien dit chaque membre. Elle a accompli son devoir à la mi-temps du match. Mais elle a pensé qu’on ne se rendrait pas compte qu’elle avait oublié un membre.

Josh : Comme ça chérie, tu as essayé de tricher. Cela ne m’étonne même pas de toi…

Pour seule réponse Josh reçu une petite tape sur le bras.

Andie : Il fallait bien que je tente ma chance. Embrasser le coach, beurk. Il était proche de la retraite et me dégoûtait… Je n’arrive toujours pas à croire que j’ai fait ça. J’ai du me brosser la bouche pendant plus d’un mois tellement j’étais écoeurée.

Tout le monde rit de bon cœur. Peter passa son bras autour des épaules de sa femme.

Peter : Il me semble bien chérie, que tu étais la plus calme.

Euphélie : Je n’en serais pas si sûr moi. Je me rappelle d’un petit spectacle, sur le bureau du prof de physique. Et le pire c’est que Céline n’a pas fait cela suite à un pari, mais uniquement pour le plaisir.

Mac : On ne pouvait plus l’arrêter, elle est montée sur le bureau du prof alors que nous étions que toute les quatre et elle a commencé à danser. En fait, tu paraissais la plus sage de nous quatre, pourtant tu étais bien la plus dévergondée…

Alors que tout le monde riait encore une fois, ils furent interrompus par Adam qui prenait le micro.

Adam : Bon je vois que tout le monde est à l’heure. J’ai l’impression que certains ne souhaitent pas avoir un petit gage.

Il dit cela en regardant les retardataires de la veille.

Adam : J’espère que tout le monde a bien dormi, et que vous êtes prêts pour les petites épreuves de la journée. Le programme est le suivant :
- 10h : début de la course d’orientation en couple.
- Aux alentours de midi, un petit pique nique a été prévu.
- 14h : course d’aviron sur le lac toujours par couple.
- 16h : tournoi de volley, dans la piscine. Equipes au choix, sachant qu’il doit y avoir 4 membres par équipe.
- 18h : fin des épreuves, petit moment détente avant la soirée.
- 21h : soirée déguisée, chacun a du avoir les renseignements quant à la tenue qu’il devait mettre. Un buffet sera dressé, musique et souvenirs seront présents.
Voila, je pense que je n’ai rien oublié. Donc bon petit déjeuné, je vais passer à chaque table pour vous donner vos carnets de route. Evidemment pas la peine de suivre quiconque, nous avons imposé des points de passages obligatoires, tout le monde n’a pas le même parcours à suivre.

Harm : Je crois que nous allons passer la matinée tous les deux…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat_tv
Admire Catherine à la TV
Admire Catherine à la TV
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 32
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 05/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 21 Juil - 19:13

J'adddooorrrre! Il me tarde vraiment de savoir la suite



Ahhh!!! c'est frustrant, il faudrait que tu postes plus souvent. Je deviens complètement accro!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 21 Juil - 21:53

J'aime trop , vivment qu'on est la suite, mais ça serait dommage car ça marquerait la fin de cette fic trop bien .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 21 Juil - 22:52

Vous avez encore pas mal à lire en stock dnas mon ps... Vous avez déjà du lire à tout casser 40 pages donc il vous en reste encore 120 à lire...

La fin est pas pour tout de suite tout de même.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gudulle
Tétine de Gemma
Tétine de Gemma
avatar

Nombre de messages : 287
Localisation : Ici, et là!
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 22 Juil - 12:33

Me voilà rassurer Sarah!Si il nous reste encore 120 page, on devrait encore en avoir pour un petit moment, et ça c'est trop la classe!!!!


Moi, je me demande comment ils vont faire pour les équipes de volley!

Harm, Josh, Peter, Matt VS Mac, Andie, Celine, Euphélie

ou

Harm, Céline, Andie, Euphélie VS Mac, Peter, Josh, Matt

Bon, y'a encore plein de possibilité, mais moi, je penche pour la première, on verra... Et c'est pour ça que j'aimerais bien la suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos années d'insouciance... [ terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [TripReport - Terminé] Un début d'années magique... Weekend du 2 et 3 Janvier 2010
» Années Lunaires Chinoises
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010
» Félicitation pour les clips pop kitch et année 80
» Recherche Magazine Fripounet années 90 à 93

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: