CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos années d'insouciance... [ terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 29 Juil - 8:57

merci piour cette suite et dire que je ne suis pas là pendant 3 jours et que je pars dans quelque minutes
Je vais devoir attendre puisque j'aurais pas internet mais comme je prends mon ordi portable je vais pouvoir la relire avec plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 31 Juil - 2:23

Bon je rentre du boulot et je suis passé pour vous mettre une petit suite.

Bonne lcture. En espérant que cela vous plaise toujours.

*******************************************************************

Harm fut complètement déstabilisé par cette remarque, à aucun moment il n’avait prévu qu’elle puisse répondre cela. Profitant de ce moment d’inattention, Sarah retourna la situation à son avantage. Avec un coup de hanche et en ayant entremêlé ses jambes à celle de son partenaire, elle se retrouva au dessus de lui.

Mac : Et maintenant, pilote qui à l’avantage ?

La question de Sarah se perdit dans un bruissement d’eau. Les trois autres couples aillant décider d’éteindre le feu qui venait de s’allumer, avait saisit des sceaux d’eau et venait de les envoyer sur les deux avocats.

Mac : Merci les filles, je vois qu’on peut compter sur vous !

Andie : Disons que nous ne voulions pas qu’il y ait un incendie au bord de la piscine.

Alors que les trois couples riaient, Harm et Sarah se dévisagèrent.

Harm : Tout ceci est très amusant, mais je n’en ai pas pour autant oublié le petit massage que nous avons gagné.

Sarah se releva et tendit la main à son partenaire pour qu’il se remette sur pieds lui aussi.

Mac : Allez, messieurs qu’on en finisse au plus vite. Il nous faut encore nous préparer pour la soirée de ce soir.

Toute la petite troupe fit un semblant de garde à vous devant le ton quelque peu autoritaire de Sarah.

Tout le monde : Oui, Ma’am !

Sarah ne pu s’empêcher de rire.

Mac : Très drôle !

Chacun retourna s’installer sur les serviettes. Ils s’étaient allongés en rond pour pouvoir continuer de discuter durant le massage.

Euphélie : Désolé, mais notre chaise sera vos 6h, messieurs !

Elles prenaient place assise à califourchon sur leurs partenaires. Prenant de la crème entre leurs mains, elles commencèrent à l’étaler sur les épaules puis le dos de leur compagnon. Même si elles auraient bien aimé être à leur place à eux, elle ne pouvait s’empêcher de penser que ce petit massage était très agréable pour elles aussi. Sarah au début ne se sentait pas très à l’aise, du à la proximité de son partenaire et au geste peu conventionnel qu’elle avait pour lui. Mais très vite le trouble tomba.

Matthew : Alors, les filles pas d’autres petites anecdotes à nous raconter ?

Sarah releva la tête pour regarder Matthew.

Mac : Eh bien comme détail sur ta femme, je peux te dire qu’elle danse très bien le rock.

A la remarque tout le monde regarda Sarah, voulant en savoir plus sur cette remarque.

Josh : On aimerait bien connaître l’histoire.

Céline : Pour faire simple, Je suppose que Macky veut parler de la petite danse qui a eu lieu lors du bal de promo.

Andie : Euphélie avait remarqué que l’un de nos camarades de classe avait passé la majorité de la soirée seul dans son coin.

Mac : Et dans un élan de bonté, elle est allée l’inviter à danser.

Harm : Jusque là je ne vois pas pourquoi ce moment st si particulier !

Peter : Si vous aviez vu le gars en question, vous ne diriez pas cela. Il devait se laver tout juste 1 fois par semaine. Il vivait dans son petit monde. Euphélie doit se souvenir de cette danse.

Euphélie qui jusqu’à présent c’était faite discrète, prit par à la conversation.

Euphélie : Tu penses que je m’en souviens de ce rock. J’ai bien cru qu’il allait me démettre le bras.

Les rires recouvrirent la voix d’Euphélie.

Euphélie : Enfin, ce n’est pas moi qui ai eu des propositions de soirée romantique hors normes.

Céline et Andie essayèrent de se faire les plus petites possibles, mais c’était peine perdue.

Mac : Il est certain que ce n’est pas à moi qu’on a proposé des soirées romantiques au bowling… Le pire, c’est qu’ils ne vous lâchaient pas…

Tout le monde était amusé de ce petit échange.

Céline : Enfin, ils ont fini par comprendre quand ils nous on vu aux bras d’autres garçons.

Andie releva alors la tête sur Sarah, lui lançant un petit regard taquin.

Andie : Toutefois, c’est pas moi qui fait on ne sait quoi, avec le frère des copines.

Sarah réagit aussitôt à la remarque.

Mac : À non, tu ne vas pas recommencer avec cela. Je t’ai dit et ton frère aussi, il ne c’est rien passé.

Euphélie, Céline et Peter avaient entendu cette histoire des milliers de fois, mais cela les faisait toujours autant rire. Et Andie ne manquait pas une occasion pour taquiner Sarah avec cela.

Andie : Bien sur, je t’ai retrouvé dans le lit de la chambre d’ami, au levé du jour avec mon frère, et même après toutes ses années tu soutiens toujours qu’il ne c’est rien passé !

Harm avait très bien comprit qu’Andie cherchait à faire un peu arranger sa marines, et cela l’amusait beaucoup. Aussi il décida d’intervenir lui aussi.

Harm : Alors comme cela, tu jettes ton dévolu sur les frères des amis, Ninja Girl ? Il faudrait peut être que je garde mon frère à l’abri…

Pour toute réponse, il reçu une tape sur l’épaule.

Mac : Tu ne vas pas commencer Harm. Je vais expliquer pour qu’il n’y ait pas de malentendu. J’étais allée passer la soirée chez Andie, on avait prévu de se faire une soirée vidéo.

Andie : Jusque là je confirme…

Mac : Bref, nous avons commencé à regarder un film, puis deux… On s’est endormit durant la projection. Je me suis réveillé aux alentours des 3h du matin, la pièce était plongée dans le noir. J’ai de suite pensé qu’Andie avait du aller se coucher. Donc je me suis levé, j’ai éteint la TV et je me suis dirigé vers la chambre d’ami.

Andie : Bien sûr tu n’as pas fait attention que j’étais toujours dans le salon.

Mac : Il était 3h et la pièce était plongée dans le noir. Et puis de toute façon, à chaque fois que je dormais chez toi, nous dormions toutes les deux dans le lit deux places de la chambre d’ami. Je me suis donc glissé dans le lit. Il y avait une personne dedans et pour moi il s’agissait d’Andie. J’ai aussitôt fermé les yeux et plongé dans un profond sommeil.

Andie : Quand je me suis réveillé, j’étais étonné que Macky ne soit pas debout, elle était toujours la première réveillée en général. Je me suis rendu dans ma chambre pensant la trouver dans mon lit, mais il n’y avait personne et le lit était fait.

Mac : Moi quand je me suis réveillé, j’ai voulu réveiller la personne qui se trouvait avec moi dans le lit pensant que c’était Andie. Je l’ai légèrement secoué. Et la je me suis rendu compte qu’il ne s’agissait pas du tout de Andie mais de son grand frère. J’étais pétrifiée, je ne savais plus quoi dire, les seuls mots qui sont sortis de ma bouche à ce moment furent : “ Tu n’es pas Andie ”. Et c’est à ce moment la qu’Andie a pénétré dans la chambre.

Andie : Je n’arrivais plus à m’arrêter de rire. Si vous aviez vu leur regard. Ils étaient complètement gênés. Je ne vous raconte même pas l’ambiance au petit déjeuné, aucun des deux n’osait parler. Qu’est ce que j’ai pu m’amuser à les embêter avec ça. Sous-entendant que j’adorerai avoir ma meilleure amie pour belle sœur…

Josh : Mais comment ce fait il que ton frère dormait dans la chambre d’ami et pas dans sa chambre ?

Andie : Mes parents faisaient des travaux dans la chambre de Christopher. Lui dormait depuis quelques jours dans la chambre d’ami et Macky devait prendre mon lit ce soir là et moi le canapé. Seul problème, je me suis endormi avant de pouvoir dire ce petit détail à Macky…

Mac : Ceci était de ta faute, et pourtant j’ai entendu parler de cette histoire pendant des années.

Peter : Cela fait de super souvenir à raconter.

Mac : Mouai… Bon messieurs, votre petit massage touche à sa fin. En plus, j’ai le dos tout noué. Alors si je veux danser un petit peu ce soir je vais aller me reposer.

Alors qu’elle se relevait, Harm lui retint le bras.

Harm : Je vais être clément avec toi, car je compte bien que tu danses avec moi ce soir. Installe toi.

Contre toute attente, les filles prirent la place des garçons et ils entreprirent de leur faire également un petit massage. Comme elles l’avaient fait plus tôt, ils étalèrent de la crème dans leur dos et commencèrent à les masser. Les quatre femmes, pour apprécier au mieux ce petit moment de détente avaient fermé les yeux. C’est la voix de Harm au bout de quelques minutes qui les sortit de leur léthargie.

Harm : Voici donc ce fameux tatouage classé secret défense…

Au moment où il disait cela, ses mains traçaient des cercles sur le bas du dos de sa partenaire.

Mac : Tu ne pourras plus te poser de questions à propos de mon tatouage, maintenant.

Andie releva la tête pour suivre la conversation.

Andie : Alors comme cela vous ignorez que Macky avait un tatouage.

Harm : Non, Mac m’avait dit qu’elle en avait un, mais impossible de savoir de quoi il s’agissait et où il se trouvait.

Céline : Et alors, après tant de mystères, vous êtes déçu de ce que vous venez de découvrir ?

Harm continua à tracer les contours du dessin incrusté dans la peau de Sarah. Il s’était imaginé un bon nombre de fois ce que son Marines avait bien pu choisir comme motif et où il était. Il devait bien reconnaître qu’il n’avait en aucun cas pensé à ce dessin la et avait plutôt pensé qu’il devait être sur son bas ventre. Il releva finalement le regard de l’esquisse et répondit à la question posée.

Harm : Je ne suis pas le moins du monde déçu. Je ne pensais pas que mon Devil Dog avait pu faire tatouer au creux de ses reins un petit ange.

Sarah se retourna légèrement pour pouvoir voir le regard de son partenaire.

Mac : Et pourquoi le fait que j’ai choisi ce motif te parait il si peu probable, matelot ?

Harm : Eh bien, je m’attendais à quelque chose de plus “ Semper Fi ” !

Euphélie : A l’époque où on a fait nos tatouages, Macky ne parlait pas le moins du monde d’intégrer le corps des marines.

Harm : Vous… ?

Céline : Enfin, moi non. J’ai une sainte horreur des aiguilles. Le simple fait de m’imaginer me faire faire un tatouage, c’est tout juste si je ne m’effondre pas…

Andie : On avait toutes les trois très envie de s’en faire un. Aussi, pour nos 18 ans, on a finit par y aller, toutes les trois ensembles.

Josh : Pour Andie je peux dire qu’elle a un papillon en noir, sur le bas du dos à droite.

Matthew : Ma femme à moi, possède également un papillon, mais en couleur qui se trouve tout comme Sarah au creux des reins.

Mac : Il n’y a que moi qui ai voulu autre chose qu’un papillon. La vie à cette époque étant ce qu’elle était, j’ai voulu un symbole qui me rappellerait que dans n’importe qu’elle situation quelqu’un veillera toujours sur moi. Et ce petit ange est là pour que je ne l’oublie pas.

Harm : Je me pose tout de même une question…

Mac : Oui ?

Harm : Pourquoi une petite fille et pas un petit garçon ?

Mac ne put s’empêcher de sourire à cette remarque.

Mac : Sans doute parce que les petites filles on un visage bien plus angélique que les garçons !

Elle finit sa phrase dans un éclats de rire, et fut bientôt suivit par le reste du groupe. Harm resta toutefois assez songeur. Il posa à nouveau sa main sur le petit ange et le caressa doucement du bout des doigts.

Harm : Maintenant, tu as deux personnes pour veiller sur toi !

La réplique de son compagnon eu pour effet de stopper net tout rire. Sarah n’était pas sûre de bien comprendre de qui il parlait.

Mac : Deux ?

*******************************************************************************

Pour les petits curieux qui ne se rappellerai pas une des photos de a projection, voici le tatouage que Mac à dans son dos pour cette fic.

http://img301.imageshack.us/img301/3181/angegardientatoo5gx.jpg

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 31 Juil - 2:44

Trop beau ton tatouage ma Charah et je peux dire que je love grave cette partie on se demande pourquoi lool
Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 31 Juil - 11:30

Trop belle cette nouvelle partie. J'adore ta fic Sarah.

Et le tatouage est super beau.

Vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 2 Aoû - 0:25

Allé comme vous êtes super indulgent avec moi et m'encouragez fortement voici la suite

***********************************************************************

Harm croisa alors son regard et lui adressa le plus tendre des sourires.

Harm : Oui, deux. Elle et moi…

Euphélie : J’en connais une qui a de la chance moi…

Andie : Je ne te le fais pas dire.

Mais les remarques de ses amies se perdirent dans le vent. Sarah était totalement hypnotisée par les paroles de son coéquipier. Elle finit par décrocher son regard du sien et se rallongea complètement sur sa serviette, voulant encore profiter un petit moment du tendre massage de Harm.
Personne n’osa faire un quelconque commentaire. Les trois couples avaient conscience de ce que ces paroles représentaient pour Sarah. Par le passé, elle n’avait toujours compté que sur elle-même. Elle avait surmonté tant d’épreuves, toute seule…
Le reste du massage se passa donc dans un silence apaisant. Chacun profitait du moment qui s’offrait à lui, ne voulant pas que celui-ci prenne fin. Pourtant, ils devaient se préparer pour la soirée qui aurait lieu dans quelques heures.

Peter : J’ai bien peur de devoir vous annoncer une mauvaise nouvelle.

Tous relevèrent le regard vers Peter, cherchant à comprendre de quoi il pouvait bien parler.

Peter : Cette petite séance doit toucher à sa fin. Il est 19h passé et je vous rappelle que nous avons rendez-vous à 21h.

Josh : Connaissant ces dames, il est plus que temps d’aller se préparer.

Tout le monde se releva et commença à ramasser les affaires qui traînaient autour d’eux.

Mac : Sous-entendrais tu que nous sommes longues pour nous préparer ?

Josh : Oui c’est bien ce que je sous-entends…

Andie : Et la faute à qui si on passe autant de temps pour se faire belle ?

Harm : Avouez qu’elles marquent un point là.

Josh : Vous devriez être de notre côté, Harm !

Mac : Ce pilote a tout simplement un peu de bon sens. Et puis, c’est lui qui est toujours en retard, pas moi…

Harm fit une petite moue boudeuse.

Harm : Ce n’est pas ma faute si le trafic à Washington est très dense.

Josh : C’est fou… Andie fait preuve de la même mauvaise foi. A croire que c’est un trait de caractère des pilotes…

La phrase de Josh s’acheva avec le léger coup de coude qu’il reçu dans les côtes de la part de sa partenaire.

Céline : Nous devrions aller nous préparer, avant que l’un d’entre nous ne soit réduit en pièce.

Chacun après avoir ramassé ses affaires personnelles, se rendit dans sa chambre.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
19h30


La porte de la chambre s’ouvrit, Harm laissa entrer Sarah la première.

Mac : Je vous laisse la salle de bain en premier. J’aurai tout le loisir comme ça après pour me préparer sans être pressée.

Harm : Cela me convient parfaitement.

Harm se dirigea vers son sac de voyage pour en sortir ses affaires de toilettes, ainsi que ses vêtements de rechange. Quand il se rappela un petit détail.

Harm : Au fait, Marines, tu ne m’as toujours pas dit comment nous devions nous costumer pour ce soir.

Le sourire qui illumina le visage de Sarah, effraya quelque peu Harm. Quel était donc leur déguisement, devait-il s’attendre au pire. Sarah ne répondit pas, et préféra plutôt sortir le costume qu’elle avait trouvé pour lui, suivant les consignes qui avaient été laissées avec son carton d’invitation. Elle s’avança vers la penderie et sortit une des deux housses qui était pendue. Elle la pendit sur un crochet prévu à cet effet, et fit lentement glisser la fermeture éclair.

Harm : Le suspens commence à devenir insoutenable !

Mac : Patience…

Elle continua de faire descendre le seul rempart qu’il restait et le costume apparut petit à petit aux yeux du Capitaine. Il n’était pas certain de bien savoir de quoi il s’agissait. Voyant son regard perdu, Sarah décida de sortir le déguisement intégralement de la housse et le posa sur le lit en face d’eux. Elle se retourna ensuite pour voir la réaction de son partenaire. Son regard l’amusa beaucoup. Elle voulait le taquiner un petit peu avec cela.

Mac : Ton costume ne te plait pas, matelot ?

Harm roula des yeux, il ne s’attendait pas à devoir revêtir un tel accoutrement.

Harm : Disons que ce n’est pas trop mon style… Il faut vraiment que je le mette.

Il avait maintenant le visage d’un petit garçon qui essaye d’obtenir ce qu’il souhaite en imitant un regard suppliant à sa mère. Sarah savait qu’il lui était difficile de résister à ce regard, aussi elle détourna les yeux pour ne pas succomber.

Mac : Désolé, matelot. Mais les consignes sont les consignes. On a déjà vu ce que l’on risquait à vouloir les détourner. Et puis, moi je le trouve parfait ce costume. Je suis sûre qu’il t’ira à merveille.

Harm sembla se résigner, cela n’était pas si terrible après tout. Et puis en fin de compte, il y aurait quelque chose de positif à revêtir ce costume.

Harm : D’accord, tu gagnes sur ce coup. Mais c’est bien parce que je m’imagine que tu dois porter le costume qui est assortit au mien !

Mac : En effet…

Sur ce, Harm se dirigea dans la salle de bain sans perdre de temps. Il avait la tête rempli d’image de comment sa Sarah allait pouvoir être vêtu ce soir. Il n’avait pas vu son déguisement et pourtant il pouvait, d’après le sien, s’imaginer à quoi elle pourrait ressembler. Il se glissa sous la douche pour essayer d’effacer de son esprit les visions qui le hantaient. Après avoir passé quinze minutes sous l’eau, il se décida à sortir de la douche et finit sa toilette rapidement. Il se rendit alors compte qu’il n’avait prit rien d’autre que ses affaires de toilettes avec lui.

Harm : Bien joué Rabb… Elle te fait vraiment perdre la tête… Il ne te reste plus qu’une solution.

Il resserra la serviette autour de sa taille et sortit enfin de la salle d’eau. Quand il ouvrit la porte, son regard se posa aussitôt sur Sarah qui était étendue sur le lit à côté de son costume. Elle semblait s’être assoupie. Il s’avança doucement le plus près possible du lit. Arrivé au bord de celui-ci, il s’assit dessus et passa délicatement sa main dans les cheveux de Sarah. Elle était tellement belle ainsi, pour lui elle était toujours belle. Cela lui arracha le cœur, mais il fallait qu’il la réveille. Il lui caressa la joue en parlant le plus bas possible, pour la réveiller en douceur.

Harm : Il est l’heure de se lever… Sarah, réveilles toi, la salle de bain t’attend…

Elle ouvrit péniblement les yeux et regarda son partenaire qui caressait toujours sa joue.

Mac : Je crois que je me suis endormi. Et puis je trouve que tu as été long matelot…

Même s’il restait encore des traces de sommeil, le sourire qu’elle lui lança était des plus lumineux.

Harm : J’ai essayé de faire au plus vite. La salle de bain est à toi. Je vais me changer dans la chambre pendant ce temps.

Elle ne s’était pas rendu compte qu’il ne portait sur lui que sa serviette de bain. Elle se sentit troublée de la situation et ses joues se tintèrent d’un léger rouge. Voyant une parfaite occasion pour la taquiner un peu, Harm décida de ne pas rater le moment.

Harm : Seriez vous prude, Colonel.

Sarah ne voulait pas se laisser faire, elle était fâchée contre elle-même de lui avoir montré son trouble. Elle reprit contenance et se leva du lit pour se rendre dans la salle de bain. Au passage, elle attrapa sa trousse de toilette. Une fois sur le pas de la porte elle se retourna pour regarder Harm qui n’avait bougé de dessus le lit. Elle le fixa intensément.

Mac : Je suis tout sauf prude, Capitaine. Mes amies pourront en attester pour moi.

Elle n’attendit pas sa réponse et s’enferma dans la salle de bain. Elle avait sa petite vengeance, elle n’avait pas vu la réaction de Harm, mais elle se l’imaginait la bouche légèrement ouverte, comme s’il cherchait de l’air. Elle sourit en voyant dans son esprit la tête de Harm. Elle revint à la réalité.

Mac : Allé, marines, arrêtes de rêver à ce beau pilote qui est presque nu dans la pièce d’à côté…

Son esprit recommençait à dévier.

Mac : Stop… Tu files à la douche dans la seconde. Tu n’as plus beaucoup de temps pour te préparer…

Après avoir ôté ses vêtements, elle se glissa sous une douche chaude. Chaque coulé d’eau lui rappelait les mains de Harm sur sa peau un peu plus tôt dans la journée. Le massage fait, lui avait procuré un bien être insensé. Elle sentait encore ses mains dans son dos, ses doigts traçant le contour de son tatouage. Son horloge interne la ramena sur terre, et lui indiqua qu’il était tant qu’elle sorte de sa douche pour enfiler sa tenue, se maquiller et se coiffer. Elle attrapa une serviette de bain et l’enroula autour d’elle, elle se sécha les cheveux et finit de faire sa toilette. Elle décida de faire subir à son partenaire le même sort qu’il lui avait imposé quelques minutes plus tôt. Elle ajusta sa serviette et ouvrit la porte.

Mac : Harm, tu es là ?

Harm apparut devant Sarah d’un seul coup. Face à l’entrée surprise de son partenaire, elle recula d’un pas.

Harm : Je t’ai fait peur ?

Mac : Peut être bien…

Il n’avait toujours pas revêtu son costume. Il le porterait déjà assez longtemps comme ça toute la soirée, alors il voulait attendre le dernier moment pour l’enfiler. Ils se détaillèrent du regard pendant quelques secondes. Sarah habillée uniquement de sa serviette et Harm d’un unique caleçon bleu marine. Sarah fut la première à intervenir.

Mac : Alors, toujours pas habillé ?

Harm : Non, je ne suis pas des plus pressé d’enfiler ma tenue.

Mac : Tu devrais pourtant te dépêcher, il ne nous reste plus que 31 minutes et 37 secondes.

Harm : Il faudra que je pense à demander aux filles si elles connaissent les mystères de ton horloge interne !

Mac : Ce serait peine perdue, personne ne connaît son fonctionnement. Le meilleur secret d’Etat qui n’ait jamais existé…

Ils rirent de bon cœur.

Mac : Bon, il faut vraiment que je me dépêche sinon je ne vais jamais être prête. Tu pourrais me faire passer la deuxième housse qui se trouve dans la penderie. Pendant que tu te changes dans la chambre, je me préparerai dans la salle de bain moi. Je pourrai ainsi me maquiller et me coiffer.

Harm : Vos désirs son des ordres, Gente Dame…

Il fit un semblant de révérence et lui tendit la housse qu’elle lui avait demandée.

Mac : Merci…

Elle retourna dans la salle de bain et s’afféra à passer sa tenue. Une fois celle-ci bien en place, elle commença par se maquiller.
Pendant ce temps de l’autre côté de la porte, Harm marronnait un peu devant le déguisement qu’il devait enfiler. Bon après tout il s’agissait d’une soirée costumée, il y aurait certainement des personnes qui auraient un déguisement bien pire que le sien. Il se décida enfin à enfiler sa tenue. Il ajusta son costume pour qu’il tombe au mieux et ajouta les divers accessoires que Sarah avait installés sur le lit. Une fois prêt, il se regarda dans le miroir de la chambre.

Harm : Mon uniforme de parade est nettement mieux. Heureusement que l’ensemble du JAG est là pour voir cet accoutrement…

Il reporta son attention sur le réveil posé sur la table de nuit. 20h50. Il se rapprocha de la porte de la salle de bain et frappa un petit coup contre le montant.

Harm : Sarah, tu es bientôt prête, nous allons être en retard.

De l’autre côté de la porte, Sarah mettait la dernière touche à sa coiffure, il ne lui manquait plus qu’à piquer dans ses cheveux quelques strass.

Mac : Tu voudrais bien me rendre une faveur, matelot ?

Harm avait toujours l’oreille près de la porte et fut surpris de sa demande.

Harm : Bien sûr.

Mac : Tu pourrais m’attendre à la réception ?

Harm ne comprenait pas vraiment pourquoi Sarah lui demandait une telle chose, mais il décida de ne pas se poser plus de question.

Harm : Très bien, mais n’oublies pas que tu m’es redevable.

Dans un éclat de rire Sarah répondit.

Mac : Je compte sur toi pour me le rappeler, pilote !

Il ne répondit pas et se rendit donc à la réception de l’hôtel, comme le lui avait demandé Sarah.


Réception de l’hôtel
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Samedi 26 Juin 2004
20h55


Harm fut surprit de découvrir les premiers arrivants de la soirée. Il avait eu tort de croire que son costume était ridicule. En y réfléchissant bien il le trouvait même parfait. En moins de cinq minutes, il avait déjà vu passer sous ses yeux Mickey et Minnie, Bonnie et Clyde, une sirène et un marin… Il lui semblait même avoir aperçu Marie et Joseph… Cette soirée promettait de nombreuse surprise.

X : Alors Harm, on a perdu sa bien aimée.

Harm se retourna pour faire face à son interlocuteur. Il retint tout juste son rire devant le costume du couple.

Harm : Je retire tout ce que j’ai pu dire sur mon costume.

Josh : Ce n’est pas très charitable de se moquer d’un super héros qui sauve le monde.

Andie : De deux super héros. Je jure que je tuerai celui qui a choisi les costumes.

Harm : Enchanté de passer la soirée en compagnie de Superman et Wonder woman, on ne risque pas d’être en danger.

Andie : Je me demande comment Macky arrive à vous supporter.

Harm reprit instantanément un air sérieux.

Harm : Je me le demande aussi. D’ailleurs j’espère qu’elle ne va pas tarder à arriver car je n’ai pas l’intention de vous refaire un tour de chant.

Josh posa sa main sur le bras de Harm.

Josh : Vous devriez vous retourner…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 2 Aoû - 12:26

Wow super suite. Je me demande bien en quoi ils peuvent bien être déguiser.

Vivement la suivante.

En tout cas, Sarah, Ta fic est tout simplement géniale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 4 Aoû - 0:09

Fini les spéculation sur les costumes des 4 couples, voici donc toutes les révélations... Le premier qui rigole gare, remarque moi mon costume il me plait bien, c'est plutôt Andie et Eupéhlie qui vont me passer un savon quand elles vont lire ca...

***********************************************************************

Harm se retourna alors et son regard se porta sur la descente d’escalier. Sarah était en train de descendre les marches pour les rejoindre. Au moment où il s’était retourné, elle avait plongé son regard dans le sien. Depuis qu’elle était allée chercher leur costume, elle n’avait cessé de penser au moment où il la verrait ainsi. Elle avait accordé le plus possible d’attention à son maquillage et sa coiffure, pour être le plus possible en harmonie avec son déguisement. Elle se trouvait maintenant devant Harm.

Mac : Tu as perdu l’usage de la parole ? Cela est plutôt un problème pour un avocat.

Harm lui sourit.

Harm : Non, je me disais juste que tu étais magnifique…

Sarah fut flattée du compliment.

Mac : Tu n’es pas mal non plus…

Josh : Il n’y a pas à dire vous avez été plus chanceux que nous quand au choix du déguisement.

Sarah n’avait même pas remarqué la présence de ses amis, trop perdu dans le regard bleu azur de son partenaire. Alors qu’elle découvrait comment ils étaient vêtus, elle ne pu s’empêcher de rire.

Mac : Il est certain que nous avons été plus gâtés que vous. Quoi que notre histoire est plutôt tragique contrairement à la votre…

Andie : Si tu veux on échange ! Je me demande sur quoi Euphélie et Céline ont bien pu tomber elles.

Harm : Nous devrions bientôt le découvrir, il est l’heure de se rendre au bal, mesdames.

Josh : Je tenterais bien de voler jusqu’à la salle, mais je ne voudrais pas faire une entrée un peu trop remarquée.

Tous rigolèrent de la remarque de Josh. Harm retourna son attention sur sa cavalière et en s’inclinant légèrement, il lui tendit la main.

Harm : Accepteriez vous Juliette, le bras de votre Roméo ?

Pour toute réponse, elle lui prit le bras et lui sourit. Josh fit de même avec sa compagne et ils se dirigèrent tous les quatre vers la salle de réception. Harm ouvrit la porte et en gentleman, il laissa passer le couple qui les suivait puis sa partenaire.
La salle avait été décorée pour l’occasion. Elle était illuminée par de petites guirlandes, cela donnait un côté féerique à la pièce, comme si la salle était plongée sous un ciel étoilé. Une piste de danse avait été aménagée au centre de la salle et tout autour étaient dressées des tables de huit personnes.

Josh : Ils n’ont pas fait les choses à moitié…

Mac : Tu as raison c’est somptueux, on se croirait sous une pluie étoilée.

Harm retourna son regard sur Sarah, pour voir son visage illuminé par les millions de petites lampes. Elle était encore plus belle.

Harm : Un peu comme cette nuit là en Afghanistan !

Sarah lui sourit tendrement à la remarque.

Mac : Il ne me manque plus qu’à m’endormir dans tes bras et on pourrait s’y croire.

Harm : Tu oublies les bombardements !

Alors que leurs amis ne savaient pas trop de quoi ils parlaient, eux riaient légèrement de la remarque de Harm.

Andie : Tu es allée en Afghanistan ?

Sarah se retourna sur le couple à côté d’eux.

Mac : Oui, il y a quelques temps de cela, Harm et moi avons été envoyés là bas pour une mission. Notre voiture s’étant retrouvée dans un champ de mines, on a du passer la nuit à la belle étoile.

Harm : Seul problème, nous nous sommes vite retrouvés en plein milieu d’une zone de bombardements.

Josh : Et qu’avez-vous fait ?

Mac : On a prit nos jambes à notre cou…

Tout le monde rit à la révélation.

X : Je vois qu’on ne s’ennuie pas ici.

Andie : En effet, Harm et Mac nous expliquaient comment des militaires prennent la fuite…

Mac : EH… J’aurais aimé t’y voir à notre place.

Céline : Il faudra que vous nous appreniez comment faire. Cela pourrait me servir quand mes élèves se ruent sur moi.

Harm : Déjà première règle : avoir une tenue confortable. Pour ce soir, il va vous être difficile à tous les deux de prendre la fuite.

Il dit cela en regardant le nouveau couple venu.

Mac : Mais c’est sans compter sur nos deux super héros, les défenseurs de la veuve et l’orphelin…

Sarah riait aux éclats devant le regard plein de sous-entendus que lui lançaient Josh et Andie. Alors que tout le monde l’avait rejoint dans ce moment d’hilarité, Sarah reprit son sérieux et accorda un regard admiratif à Céline et Peter.

Mac : En tout cas, tu es magnifique Céline en Scarlett ! J’espère que ton époux n’a pas oublié de te le dire.

Peter : Sachez, Madame, que le gentleman que je suis n’oublie pas de faire ce genre d’attention. Vous parlez à Reth Butler… D’ailleurs, Vous êtes vous aussi somptueuse en Juliette et votre Roméo à un charme certain en collant. Il ferait presque concurrence à nos super héros.

Alors que tout le monde riait à nouveau, nos deux victimes de ces éclats levaient les yeux droit au ciel.

Josh : Je sen que l’on va en entendre parler encore longtemps de cela.

Andie avait retourné son attention sur la porte d’entrée.

Andie : Je ne suis pas sûre que nous allons être les seuls à faire l’objet de railleries pour les prochaines décennies !


Elle dit cela en indiquant du regard la direction à regarder.

Mac : Il me semble que Barbie Hawaï fera partie de notre attablée. Elle est même accompagnée de Ken.

Harm : Et moi qui me plaignait de mon costume. Je le trouve finalement parfait…

Le dernier couple rejoignit le petit groupe sous un tonnerre de rire. Euphélie avait toujours été la seule blonde du groupe des quatre filles. Combien de fois avait elle eu droit aux blagues qui rabaissaient les jeunes femmes blondes et ce soir elle allait devoir camper un de ces stéréotypes de jeune fille blonde. Elle avait toujours rie avec ces amies des blagues à son encontre, sachant qu’il n’y avait là aucune méchanceté. Elles voulaient juste la taquiner et la faire enrager et cela marchait à coup sûr. Mais elle était loin de ressembler au stéréotype même d’une femme blonde décolorée.

Euphélie : Le premier que j’entends faire une quelconque remarque, je promets qu’il passera un sale quart d’heure.

Matthew : Moi à votre place je n’en ferai pas car elle peut être terrible quand elle s’énerve…

Sa voix se brisa avec le coup de coude qu’il reçu dans ses cottes.

Sarah prit le risque de faire une remarque le sourire aux lèvres.

Mac : En tout cas je trouve ton bikini et ton paréo somptueux. Il faudra que tu me donnes l’adresse du magasin où tu les as acheté pour que je prenne les mêmes…

Euphélie connaissait trop bien son amie pour ne pas comprendre qu’elle essayait de la faire sortir de ses gongs. Et cela marchait très bien. Euphélie s’avança dangereusement vers son amie.

Euphélie : Tu as beau être un marines, tu ne connais pas bien ma fureur apparemment.

Sarah se cacha légèrement derrière son partenaire, lui enserrant la taille de ses deux mains pour faire de lui un bouclier.

Harm : Eh, je ne veux pas avoir de problème avec quiconque moi !

Mac : Harm, c’est le moment où Roméo est censé être près à donner sa vie pour sa belle Juliette.

Harm : Pourquoi est ce que tu me fourres toujours dans des histoires pas possibles. Désolé Euphélie, mais je vais devoir essuyer les foudres de ce Devil Dog pendant des semaines après.

Sarah se hissa sur la pointe des pieds et déposa un doux baiser sur la joue de son cavalier.

Mac : Merci mon Roméo.

Une fois de plus, leurs petites discussions furent interrompues par la voix de Adam.

Adam : Bonsoir à tout le monde. Je vois que chacun a bien respecté la consigne pour les costumes. Je tiens à préciser que l’attribution des déguisements de la soirée, a été faites suite à un tirage au sort. En aucun cas nous n’avons favorisé un quelconque couple. Il vous suffit de voir mon accoutrement pour deviner qu’il n’y a pas de triche.

Adam arborait une fière allure dans son déguisement de Donald. Tout le monde rit de la remarque.

Adam : Comme vous pouvez le constater, des tables de huit personnes ont été dressées. Contrairement à hier soir, vous pouvez vous installer où bon vous semble. Vous noterez aussi la présence derrière moi d’un orchestre, aussi la soirée sera rythmée par nos pas de danse, mais également par les petits jeux que nous avons préparés.

Il porta un regard circulaire à la salle pour voir la réaction des invités.

Adam : Je vois qu’il y en a qui s’inquiète déjà…

Les rirent inondèrent à nouveau la salle.

Adam : Ne vous inquiétez pas, rien de bien méchant. Juste de quoi s’amuser durant une bonne partie de la nuit… Je vous propose d’aller vous installer à table. Le repas va vous être servit.

Sans même se concerter, nos quatre couples se dirigèrent vers une même table, ils prirent place. Les discussions emplirent à nouveau la salle de réception.

Matthew : Moi je trouve ce thème de “ Ils étaient fait pour s’aimer ! ” tout à fait bien choisit. Remarquez cela ne me change pas beaucoup de mon bal de promo à moi, vu que le thème était “ Tous à la plage…”.

Matthew avait vraiment le chic pour tourner les choses au plus dérisoire. Cela était surprenant de la part d’un prof de lettres. D’ailleurs, les amies d’Euphélie s’étaient toujours étonnées qu’elle puisse être tombée amoureuse d’un prof de lettres. Mais cela c’était bien avant de connaître Matthew. Du moment, où elles avaient eu passé une journée en sa compagnie, elles avaient su qu’il était fait pour elle. Il représentait tout ce qu’elles avaient espéré pour leur amie.

Matthew : Et vous alors vos bals de promo, quels étaient les thèmes ?

Josh : Nous c’était “ L’âge de pierre… ”. On ne peut pas dire que nous avions fait des frais pour les smokings nous.

Tout le monde rit en s’imaginant la scène.

Andie : Dommage que je n’ais pas été dans ton lycée ! J’aurai adoré te voir en homme des cavernes.

Josh lui lança un sourire coquin.

Josh : Mais j’ai toujours mon costume quelque part dans mes cartons.

Andie : Il faut que tu me montres cela dès que l’on rentre à la maison.

Matthew : Et vous Harm. Le thème du bal de promo, quel était il ?

Harm : Nous avions fait dans la simplicité : “ Tenues de soirée exigées !”. Je dois pouvoir retrouver également mon smoking quelque part dans un placard.

Harm sourit à Josh et Andie.

Josh : Et vous cinq alors ?

Mac : Au nous, je pense que le thème choisit ce soir est pour faire contraste avec celui de l’époque qui était “ Entre chiens et chats…”.

Harm : Très intéressant tout ça. Et vous étiez habillés comment tous ?

Euphélie prit la première la parole, elle se rappelait de la soirée comme si c’était hier.

Euphélie : Moi j’étais en policier, et mon compagnon de l’époque, David en prisonnier. J’ai toujours aimé représenter l’autorité…

Tout le monde rit avec joie. S’imaginant parfaitement Euphélie en policière tyran…

Andie : Cela va vous faire rire, mais Steven et moi étions déguisés en marin et marines ! A croire qu’il n’y a pas de hasard dans la vie.

Mac tourna son regard vers son compagnon.

Mac : À l’époque déjà, cela paraissait être une évidence que les Calamar et les Devil Dog n’étaient pas fait pour s’entendre…

Andie : En tout cas je trouve que l’uniforme m’allait à ravir…

Céline : On la entendu un paquet de fois, celle là. Andie et sa folie de l’uniforme. Quand on parle du prestige de l’uniforme, et bien je pense de suite à Andie.

Harm : et vous deux alors ?

Peter : Céline et moi étions déguisés en Ange et Démon.

Céline : J’étais l’ange, bien évidemment !

Josh : Evidemment. Qui aurait pu croire un seul instant à Peter en Ange… J’ai encore quelques souvenirs de sa soirée d’enterrement de vie de garçon…

Mac : Si vous saviez ce qu’on a fait pour la soirée d’enterrement de vie de jeune fille de Céline et d’Euphélie, vous ne penseriez pas cela possible de voir Céline en Ange. Aucune de nous quatre d’ailleurs.

Les quatre femmes se regardèrent et rirent d’un même éclat, se remémorant les soirées inoubliables qu’elles avaient passées.

Andie : D’ailleurs si mes souvenirs son bon, un charmant représentant de la NAVY, nous avait gratifié d’un strip-tease pour le moins intéressant.

Euphélie : Vous adonniez vous Harm, à ce genre de représentations ?

Sarah ne le laissa pas répondre.

Mac : Le prude Harmon Rabb Jr faire un strip-tease, cela dépasse l’entendement…

Elle lui envoyant un sourire provocateur.

Harm : Et toi alors Sarah, en quoi étais tu habillée ?

Sarah avait un visage rêveur, elle se retrouva plongée 20 ans en arrière. A l’époque elle sortait avec Billy, un des membres de l’équipe de foot. Chacune d’entre elles sortaient avec un footballeur, c’était le lot de toutes les cheerleaders.

Mac : Pour ma part j’étais, accompagnée de Billy. Il se trouve juste à la table en face nous. Et nous étions habillés selon le thème le pauvre et la princesse. J’étais la princesse, je n’ai jamais compris pourquoi Billy ne voulait pas jouer ce rôle. Pourtant sur moi il la trouvait parfaite. Quoiqu’il n’a pas hésité une seconde à me l’enlever…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 4 Aoû - 11:50

Trop fort les déguisement de Barbie et Ken, Donald, Superman et Wonder Woman. Je dois dire que j'ai bien rit et que je ne voudrait pas être à leur place.

Super suite en tout cas, J'adore trop

Vivement le chapitre suivant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 4 Aoû - 20:58

Bon je me suis amusé a faire les petits carton d'invitation que chacune des 4 filles a pu recevoir, pour ce que ca interesse de voir..

Je ne les ai pas mi avant car le dernier carton révèle le déguisement que chaque couple devait porter... les 4 sont les même sauf que chacune pour le derniers carton le déguisement est différent je vous en mets qu'une.

Voici l'invitation de Andie :
yousendit.com/d.aspx?id=0BGPRC1RWW9MS0F0N7A06D0X2G

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 4 Aoû - 21:40

j'adore c'est génial l'invitation

vivement la suite Sarah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Sam 6 Aoû - 1:37

Voici la suite...

*************************************************************

Sarah stoppa sa phrase net, se rendant compte de ce qu’elle venait de révéler. Ce n’était pas pour ses amies où leurs compagnons qu’elle avait tu la suite, mais pour Harm. Jamais auparavant ils n’avaient évoqué leurs relations amoureuses passées. Chacun des deux se doutait des aventures qu’avait du avoir l’autre, mais à aucun moment ils n’en avaient parlé.
Harm essayait de ne pas montrer sa jalousie, mais au fond de lui, il avait presque envie de se lever et d’aller mettre un coup de poing à ce Billy qui était assis à quelques pas. Mais il se raisonna. Après tout, lui aussi avait eu des conquêtes. Mais qu’il était difficile de supporter le fait qu’un homme ait pu toucher le corps de SA Sarah, alors que lui ne le pouvait pas.
Tout le monde à la table avait ressentit le léger malaise.

Euphélie : En tout cas je me rappelle que tu étais magnifique. J’ai encore la photo du bal de promo de nous quatre que l’on avait faîte. Je l’ai affichée dans la chambre d’amis.

Andie : La mienne se trouve sur mon bureau à la maison.

Céline : Quant à la mienne, elle est sur la cheminée.

Mac : Pour ma part, elle se trouve dans ma chambre, encadrée au mur.

Harm : Il faudra que j’aille faire un tour dans ta chambre, marines.

Mac : Mais quand tu veux matelot.

Alors qu’ils continuaient à discuter de tout et de rien. Le repas avait été servit et tout le monde mangeait de bon train.

Adam : Bon, je vois que le repas a l’air de vous convenir. Comme tout le monde a pratiquement finit son entrée, nous allons attaquer avec le premier jeu. Je vais demander à toute l’assemblée de bien vouloir se lever et venir autour de la piste. Chaque couple va se mettre l’un en face de l’autre, et vous intercalerez obligatoirement un homme et une femme. Une fois ceci fait, et bien le jeu va commencer. Je commencerai le premier en coinçant une balle sous mon menton. Je devrais la faire passer à ma voisine de droite en mettant mes mains dans le dos, elle aussi d’ailleurs. Elle devra donc la récupérer juste avec son menton en essayant de la coincer. On fera cela ainsi de suite. Chacun passant la balle à sa partenaire de droite. A la moindre chute ou s’il y a des mains baladeuses, les deux personnes sont éliminées. Pour que cela aille plus vite, vu le nombre que nous sommes, nous allons faire quatre différents point de départ. S’il y a des personnes qui n’ont pas compris, vous allez vite comprendre.

Le jeu commença, très vite les premières personnes furent éliminées. Le tour de nos joyeux amis arriva. Ce fut tout d’abord Matthew, qui attrapa avec brio la balle, il la fit passer ensuite le plus délicatement possible à Sarah avec grand succès qui fit de même avec Josh. Il du quant à lui la passer à Céline, mais dans un mouvement désordonné la balle tomba à terre. Ils se retrouvèrent tous deux éliminés du jeu.
De l’autre côté, ce fut le tour de Peter à qui la balle n’échappa pas une seconde, il la passa ensuite à Andie qui la rattrapa de justesse. Au moment de la passer à Harm, un problème se présenta : la différence de taille était un obstacle certain. Du haut de ces 1m90 Harm avait du mal à se mettre au niveau des 1m55 de Andie. Sans grande surprise, la balle tomba à terre éliminant ainsi les deux.

Mac : Un léger manque de pratique pilote.

Harm sourit à la remarque.

Harm : On verra si vous faites toujours aussi bien au tour suivant.

Et tel fut le cas, le tour suivant aucun membre de notre joyeuse tribu ne fut éliminé. Il restait en liste une vingtaine de personnes. Au troisième passage de la balle, Sarah et Matthew se retrouvèrent éliminés.

Harm : Moi qui comptais sur toi pour gagner, je vois que tu n’as pas mieux fait que moi.

Mac : Ne t’en faits pas, Euphélie et Peter vont remonter le niveau…

Sarah adressa un sourire moqueur à Harm et retourna à leur table pour continuer à suivre l’avancée du jeu. Elle fut de suite rejointe par Harm.

Harm : Je ne t’imaginais pas le moins du monde comme cela. Ici tu parais tellement loin de ton image de Devil Dog.

Sarah le regarda en coin. Que voulait-il dire par là ?

Mac : Ceci est un reproche, matelot ?

Harm : Oh non, bien au contraire. J’ai juste l’impression de découvrir une nouvelle personne en toi. Une personne dont je n’avais pas même soupçonné l’existence.

Cette fois elle lui lança un regard mesquin.

Mac : et il y a plein de chose que tu ignores sur moi matelot, et que tu as à découvrir…

Harm resta sans voix. Devait il voir dans cette remarque une quelconque invitation. Il secoua la tête comme pour remettre ses idées en place. Il ne fallait pas qu’il se fasse de fausses illusions. Sarah le dévisageait, un regard interrogateur.

Mac : Quelque chose ne va pas ?

Andie : Je pense juste que ton beau pilote était en train de s’imaginer ce que tu pouvais cacher…

Céline : Et vu son air troublé, cela avait plutôt l’air de lui plaire.

Les trois femmes éclatèrent de rire.

Matthew : Vous êtes insupportables. Ne les écoutez pas Harm. Elles font ça à chaque fois. Je me rappelle encore ma première soirée en compagnies de ces quatre terreurs.

Harm : Je peux vous assurez que je m’en souviendrais moi aussi…

Josh : Moi j’en garde un excellent souvenir. Enfin maintenant, car sur le coup je me suis demandé comment j’allais survivre à cette rencontre… Et moi qui pensais qu’il n’y avait rien de plus dangereux que les flammes.

Alors qu’Andie lui donnait un coup de coude dans l’estomac, tout le monde rit de plus belle.

Matthew : En tout cas, si vous voulez en savoir un peu plus sur toutes les quatre, je connais un livre qui pourra vous renseigner là dessus.

Harm prit un air étonné, ainsi que le reste de la table.

Harm : Un livre ?...

Andie : Comment es tu au courant ?

Josh regarda sa compagne un sourire charmeur sur les lèvres.

Josh : Tu ne devrais pas laisser traîner tes affaires un peu partout. Tout fini par être trouvé un jour où l’autre.

Mac : Comme toujours c’est Andie la fautive. Il y a des choses qui ne changeront jamais apparemment… Alors, Josh, Comment as-tu trouvé l’histoire ?

Josh : Je dirai en un seul mot : révélatrice.

Matthew : Il va falloir que tu nous fasses une copie à tous Josh.

Mac : Ce ne sera pas nécessaire Matthew. Il te suffit de demander à Euphélie son exemplaire.

Harm : Et peut on savoir ce qu’est ce fameux livre ?

Josh : D’après ce que j’ai pu comprendre, c’est un livre qui a été écrit par Macky, l’été qui a suivit leur diplôme de fin d’étude. Et pour faire simple, on trouve à l’intérieur une grande partie de leurs anecdotes. Des moments qu’elles ont passés ensemble…

Harm : Tu as vraiment écrit cela ?

Il s’était complètement retourné vers Sarah.

Mac : Oui, je l’ai vraiment fait. Durant de longues heures je pouvais rester seule dans ma chambre à la maison et j’écrivais. J’ai parfois fait lire certaines choses aux filles. Un jour Andie m’a demandée de raconter une histoire où on serait toutes les quatre. Je lui ai promis que je le ferai. Chacun ici sait que cet été a représenté un tournant dans ma vie. J’ai sombré… Peut être que j’avais peur de ce qui allait se passer après…

Sarah n’y prêta pas attention, mais Euphélie et Peter avaient rejoints la table.

Mac : … Peur de me retrouver toute seule. Mes amies étaient la seule famille que j’avais, ma seule bouée de sauvetage. Quand j’ai réalisé que chacune d’entre nous allions prendre des voies différentes et qu’elles ne seraient plus là, j’ai sombré. J’ai commencé à boire, j’ai rencontré Chris. La suite vous la connaissez. Mais heureusement, mon oncle Math était là. J’ai passé la fin de l’été avec lui dans le désert. Et c’est là que j’ai décidé d’enfin écrire ce livre. Pour me souvenir de chaque moment. Ne jamais oublier tous les moments que nous avions passés… Avec le temps je me rends compte que mes peurs étaient injustifiées, je ne vous ai jamais perdues… Toutefois, vous avez reçu votre livre, retraçant l’histoire de quatre lycéennes et plus que tout, des quatre meilleures amies qu’il puisse exister.

C’était sûrement l’une des rares choses dont Sarah n’avait jamais parlé à personne. Elle n’avait pas dit à ses amies pourquoi elle avait sombré après la fin de l’année. Ecrire ce livre avait été comme graver dans la pierre pour l’éternité, les moments passés avec ses amies. Alors que les hommes essayaient de retenir leurs larmes, les jeunes femmes quant à elle ne les retenaient plus. Mac releva enfin le visage pour regarder ses amis.

Mac : Eh… Je n’ai pas dit tout cela pour vous faire pleurer. Ecrire pour vous a été libérateur et m’a rendu ma force. Je vous interdis de verser une seule larme à cause de cela.

Sarah se leva et se dirigea vers ses amies, elle ouvrit les bras pour leur signifier qu’elle attendait une accolade. Andie fut la première à se lever, suivit de près par Euphélie puis Céline.

Peter : Moi je trouve que nous devrions nous aussi en profiter.

Le sourire aux lèvres, Peter se leva et prit dans ses bras les quatre femmes. Dans un sourire entendu, Harm, Josh et Matthew en firent de même.
Ce petit élan d’émotion ne passa pas inaperçu dans la salle.

Adam : On ne devrait peut être pas les déranger. Mais c’est dommage, ils vont rater le plat principal…

Toute la salle rit, et notre troupe se détacha pour faire face à l’estrade et à Adam.

Adam : Par contre, je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas été invité pour cette étreinte. Toujours les même qui sont favorisés.

Alors qu’Adam affichait une moue déçue et boudeuse, nos huit compères éclatèrent de rire. Leur petit moment émotion passé. Chacun reprit place autour de la table.

Harm : En tout cas, je suis impatient de lire ce chef d’œuvre.

Mac : Les flatteries ne serviront à rien, flyboy. Il en faudra plus pour me convaincre de te prêter mon exemplaire…

Harm : Mais j’ai plus d’un argument dans ma poche, seulement il vaut mieux attendre que l‘on soit seul…

Euphélie : Si Macky refuse de vous le céder, vous pourrez toujours essayer votre technique de persuasion sur moi…

Harm : J’en prends note… Car le pouvoir de mes ailes n’est pas très efficace sur Mac…

Mac : Tu sur estimes un peu trop le pouvoir de tes ailes, Harm. Et puis, tu oublies un détail, je sais parfaitement qui tu es, avec moi tu ne peux pas jouer à te faire passer pour quelqu’un d’autre…

Harm : Je suis démasqué.

Andie : En tout cas, tu ne m’aurais pas prévenu avant qu’on ne le voit, j’aurai pensé qu’il était mannequin…

Sarah ne pu s’empêcher de rire.

Mac : Arrêtes de flatter son ego, il est déjà assez surdimensionné comme ça… Et puis tu oublies que le seul mannequin ici, c’est Céline…

Sa phrase fut ponctuée par un nouveau fou rire. Suivit de suite par Euphélie et Andie. Seule Céline semblait essayer de se faire la plus petite possible.

Josh : Alors Céline, aurais tu des révélations à faire ?

Céline fit mine de ne pas comprendre de quoi ses copines avaient parlé.

Céline : Moi, pas le moins du monde…

Andie : Je te rappelle que l’on a une vidéo, Céline…

Euphélie : Sacrée vidéo d’ailleurs…

Mac : Je rit à chaque fois que je me la repasse…

Céline avait les joues de plus en plus rouges. Elle essayait de supplier ses amies du regard, pour qu’elles n’en disent pas plus. Mais apparemment c’était peine perdue. Elle avait toujours donné une image petit fille sage, elle savait pertinemment que cette image était très loin de ce qu’elle était en réalité. Mais elle ne s’était pas souvent dévoilée sous son vrai jour à par devant ses amies.

Andie : Désolé, Céline…

Mac : Tu peux toujours te consoler en sachant que l’on ne pourra se raconter ton défilé et se passer la vidéo qu’un fois chacune chez nous…

Matthew : Je sais ce que je fais demain soir en rentrant moi… Alors, racontez nous les talents de mannequin de Céline. Pour une fois on va la voir sur un autre angle.

Euphélie : On devait avoir 11 ans à peu près. Céline adorait jouer avec le caméscope de son père. Un après midi qu’on était chez elle, elle nous a fait faire un défilé de mode. Essayant des jupes aux pantalons, sans oublier les maillot de bain…

Mac : Céline avait prit le maquillage de sa mère ainsi que ses chaussures à talons…

Andie : Elle avait mit une mini jupe et un débardeur bien moulant. Mais il manquait quelque chose à son goût. D’après ses propres mots : elle ne se trouvait pas assez FEMME…

Les trois amies se mirent à nouveau à rire aux souvenirs de cette après midi chez céline. Cette dernière par contre, s’enfonçait de plus en plus dans sa chaise, comme si par ce simple mouvement elle pouvait disparaître. Mais elle était toujours là au centre de la conversation. Tous les regards de la petite tablée tournés vers elle.

Mac : Elle a disparu dans la cuisine, sans dire un mot. On se demandait ce qu’elle pouvait bien faire. Puis une musique pour le moins entraînante et charmeuse a emplie la pièce. La caméra filmait toujours, on la vue subitement arriver dans la pièce…

Andie : Enfin on a surtout vue sa jambe pour commencer. Elle était cachée derrière la cloison et elle se la jouait à la Marilyn Monroe. Elle a ensuite avancé pour qu’on puisse la voir. Et là, on s’est regardé et on a été prise d’une hilarité générale…

Euphélie : J’ai tellement rit en la voyant, que le soir même j’en avais encore des crampes d’estomac.

Harm : Et peut on savoir ce qu’il y avait de si hilarant ?

Mac : Céline pour paraître FEMME, comme elle aimait à le dire, avait placé deux oranges au niveau de sa poitrine pour avoir les formes d’une femme. Et elle les affichait fièrement.

Les quatre hommes rirent de la situation, s’imaginant dans leur tête une jeune fille de 11 ans, maquillée à outrance, portant des vêtement pour le moins courts et moulants, avec à la place d’une poitrine de femme, deux oranges.

Céline : J’ai eu au moins le mérite de vous faire rire à l’époque et ce soir encore…

Chacun essayait de retrouver tant bien que mal son sérieux. Mais la tache était difficile.

Euphélie : Ca pour nous avoir fait rire, tu nous as sacrément fait rire.

Mac : Et je suis sûre qu’une fois que ces messieurs auront vu la vidéo de notre petit défilé de mode, ils seront prit d’une violente crise de fou rire.

Céline se tourna vers son mari.

Céline : Toi en tout cas, ne comptes pas regarder cette vidéo. Je la brûle dès qu’on arrive à la maison.

Andie : T’inquiètes pas, dès que tu viens à la maison, on te la montrera nous. Heureusement que l’on a gardé un exemplaire chacune…

Céline : Merci les filles, je vois qu’on peut compter sur vous…

Les filles : Mais de rien…

La voix d’Adam les ramena à la soirée.

Adam : J’espère que vous passez tous une agréable soirée. Je pense que tout le monde se rappelle du bal de promo d’il y a 20 ans. Lors de cette soirée, nous avions élu notre roi et notre reine, ainsi que nos princes et princesses. Lors du bal de promo, ils ont eu l’occasion d’ouvrir le bal. Je vais donc leur demander, à l’énonciation de leurs noms, de bien vouloir me rejoindre au centre de la piste de danse. Désolé pour les conjoints et conjointes, mais vos compagnes et compagnons n’ouvriront pas le bal avec vous…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Sam 6 Aoû - 10:27

Merci pour cette suite, elle est super. Bravo Sarah.

Malheuresement je vais devoir attendre 3 semaines pour avoir la suite Je pars demain après-midi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 8 Aoû - 2:34

voila la suite... Et je vous rappelle qu'on ne se moque pas...lol...

Heureusement que le ridicule tue pas après cette fic, je ne pointe plus le bout de mon nez sur le net moi...lol

***********************************************************************

Euphélie : Désolé mon chéri, mais je ne danserai pas avec toi pour la première danse.

Adam : Je vais donc commencer par nos princes et princesses : Euphélie et David…

Euphélie se leva et déposa un tendre baiser sur la joue de son époux. A l’autre bout de la pièce, un homme se levait aussi de sa table pour rejoindre la piste de danse. Il s’avança vers Euphélie et lui proposa son bras qu’elle accepta aussitôt. Ils attendirent aux côtés d’Adam.

Adam : Andie et Steven…

Andie prit le même chemin que son amie et son compagnon de l’époque lui proposa son bras. Elle trouvait cela très amusant de se retrouver ainsi avec leurs compagnons de l’époque.

Adam : Sarah et Billy…

Avant qu’elle ne se lève, Harm posa sa main sur la sienne pour attirer son attention. Puis il lui chuchota à l’oreille pour qu’elle seule entende.

Harm : Tu me promets de me réserver tes autres danses ?

Elle lui répondit en lui adressant le plus tendre des sourires. Elle pouvait voir la jalousie perler au fond de ses yeux. Ou peut être se faisait elle des idées ?

Mac : Je promets que tu auras droit à des danses durant la soirée, matelot !

Puis, sans plus attendre elle se leva et nota que Billy l’attendait devant sa table pour la conduire jusqu’au centre de la piste de danse.

Harm essayait de ne pas le montrer, mais cela le rongeait de savoir qu’elle était au bras d’un de ses anciens petits amis. Et qui d’après ce qu’elle avait pu sous-entendre, avait été très intime avec elle. Son agacement ne passa pas inaperçu et dans un geste amical et de réconfort, Céline posa sa main sur le bras de Harm.

Céline : Ne vous inquiétez pas Harm, Sarah a tiré un trait sur Billy il y a bien longtemps. Cela n’a jamais été sérieux avec lui. Et puis, vous savez, il vous suffit de faire un seul pas pour la conquérir…

Sarah et Billy avaient dorénavant rejoint le centre de la piste.

Adam : Et maintenant notre roi et reine de l’époque, on savaient tous qu’ils passeraient leur vie ensemble et on en sait pas beaucoup trompé : Céline et Peter.

Peter se leva et tendit la main à son épouse. Elle suivit alors son mari qui la conduisit sur la piste de danse aux côtés de leurs amis.

Adam : Et bien, nous voilà à nouveau complètement immergé dans le passé. Comme je l’ai dit toute à l’heure vous allez ouvrir le bal, suivit ensuite par le reste de l’assemblée…

Alors qu’il finissait juste de parler, une musique douce plongea la pièce dans une ambiance intime. Chacun enlaça sa cavalière et commença à bouger au rythme de la musique. Le cœur de Harm se serra lorsqu’il vit la main de Billy se poser dans le creux des reins de sa partenaire. Il ne comprenait pas pourquoi il était autant jaloux. Il l’avait déjà vu auparavant danser avec d’autres hommes. Mais il devait bien se l’avouer, depuis le début de ce week-end, elle était différente à ses yeux, elle était Sarah et plus Mac. Il ne s’en était pas rendu compte, mais bon nombre de personnes avaient rejoints la piste de danse. Josh se leva le premier de la table.

Josh : Vous venez messieurs, on va récupérer nos compagnes…

Sans rien rajouter, Harm et Matthew se joignirent à Josh. Josh posa sa main sur l’épaule de sa femme.

Josh : Je peux vous la prendre ?

L’homme fit juste un signe de la tête et après avoir quitté le couple alla inviter sa compagne à danser. Matthew en fit de même. Harm approcha de Sarah et Billy entendit un éclat de rire de la part de sa partenaire. Il sentit son estomac se nouer. Il ne recula pas pour autant et interpella Billy.

Harm : Excusez moi, je peux vous l’emprunter.

Billy : Bien évidemment.

Puis il se retourna vers Sarah et lui adressa un tendre sourire qui fit enrager Harm.

Billy : Ce fut un plaisir que de danser une nouvelle fois avec toi, Sarah !

Il déposa un baiser sur sa main et la confia à Harm. Sarah nota de suite le regard dur de Harm à l’encontre de Billy. Histoire de s’amuser un peu, elle ne put s’empêcher de le taquiner.

Mac : Alors matelot, on était jaloux.

Harm : Plus que tu ne peux l’imaginer.

Elle fut prise à son propre jeu, ne s’attendant pas le moins du monde à ce qu’il réponde cela. Elle s’était plutôt imaginée qu’il serait gêné. Elle ne trouva rien à répondre et préféra laisser reposer sa tête sur le torse de son partenaire pour profiter de la danse. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à l’aveu qu’il venait de lui faire… La chanson prit fin, mais fut très vite suivit d’une autre. Sarah reconnu aussitôt les premières notes, elle adorait cette chanson. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais cette chanson l’avait toujours transportée dans un autre monde : un monde de plénitude où tous les rêves étaient permis. Inconsciemment, elle resserra un peu plus son étreinte. Harm entoura alors sa taille plus étroitement et colla sa bouche à l’oreille de sa partenaire.

Harm : Ceci est notre chanson, dorénavant…

Il reposa doucement son menton sur le haut de la tête de Sarah.

Mac : Oui, ceci sera notre chanson…

Ils oublièrent alors jusqu’à l’endroit où ils se trouvaient, plongés dans une bulle à l’écart du monde, dont le seul murmure était une douce mélodie qui hanterait leurs rêves à tout jamais. Cette chanson resterait à tout jamais dans leur cœur après ce soir : 100 Years… Harm, dont les pensées avaient réalisé un long voyage, sortit de son petit nuage et essaya de capter le regard de sa partenaire.

Harm : Tu crois qu’on a gâché trop de temps, Sarah ?

Bien que surprise par la question, elle comprit de suite de quoi il voulait parler.

Mac : Non je ne le crois pas…

Elle se hissa alors légèrement sur la pointe des pieds et déposa un doux baiser sur les lèvres de Harm. Le contact de ses lèvres sur les siennes fit perdre à Harm toutes notions. Mais la douce caresse ne dura pas plus d’une seconde. Sarah reposa sa tête sur l’épaule d’Harm et profita encore de cet instant magique. Harm ne dit mot, et fit de même. La chanson prit trop vite fin à leur goût. Et alors que tous les couples se dirigeaient vers leurs tables, ils restaient là à se dévorer du regard, ne voulant quitter ce petit monde qu’ils venaient de créer. Mais leurs amis en avaient décidé autrement.

Céline : Dites donc, vous deux, c’est pas le moment pour cela…

Andie : Parfaitement, vous aurez tout le temps ce soir dans votre chambre…

Les joues de Harm et Sarah se tintèrent de rouge. Mais Sarah ne voulait pas se laisser faire ainsi par ses copines, et quelles copines d’ailleurs… Aussi, elle attrapa la main de Harm, et entrelaça ses doigts au sien et le tira vers leur table. Puis s’adressant aux troubles faits.

Mac : Vous avez raison, nous aurons tout le temps de faire des folies ce soir dans notre chambre.

La remarque laissa Céline et Andie sans voix, jamais elles n’avaient pensé que Sarah oserait répondre, surtout en présence de Harm. Harm lui aussi avait du mal à réaliser ce qu’elle venait de sous-entendre. Mais le petit clin d’œil qu’elle lui lança lui fit vite comprendre qu’elle voulait jouer un peu avec ses amies. Il entra alors de suite dans son jeu. Et passant sa main autour de sa taille, il souffla à son oreille pour qu’elle entende ainsi que ses amies.

Harm : Et je te promets une nuit mémorable…

Ils laissèrent les deux jeunes femmes là, complètement surprise de ce qu’elles venaient d’entendre. Avaient elles raté une épisode ?… Non, cela était impossible, Sarah leur aurait dit s’il les choses avaient évolué avec son beau marin. Alors que le couple était déjà presque à la table, elles sortirent enfin de leur mutisme.
Harm qui tenait toujours sa partenaire étroitement liée contre son corps chuchota à son oreille.

Harm : Désolé si tu comptais te faire draguer ce soir. Mais maintenant, tout le monde va croire que l’on est un couple…

Mac le regarda une petite étincelle dans les yeux.

Mac : Et cela te pose un problème ?

Harm lui rendit le sourire qu’elle lui adressait.

Harm : Pas le moins du monde. Comme ça, je suis sûr que tu ne danseras qu’avec moi… Les hommes n’oseront pas t’approcher, de peur d’avoir à faire à un marin de ma carrure.

Elle éclata alors de rire.

Mac : A cet ego… Il ne te quittera jamais…

Harm lui lança son flyboy grin et lui fit son visage le plus fier possible.

Harm : Non, jamais !

Tout le monde reprit vite place autour de la table et les discussions recommencèrent rapidement.

Euphélie : Et vous vous souvenez de notre voyage en France ?

Peter : Comment l’oublier !

Harm se retourna vers Sarah.

Harm : Tu es allée en France au lycée ?

Mac : Oui, enfin, j’ai failli rater le voyage à cause de mon père.

Andie : Oui, heureusement que ton oncle était là. Ce petit voyage n’aurait pas été le même sans toi.

Mac : Tu veux surtout dire que sans moi, nous n’aurions pas fait la connaissance de ses charmants volleyeurs…

Andie : Et quels volleyeurs…

Andie avait un air songeur, se rappelant leur petite virée en France.

Josh : J’imagine d’ici ce qu’a du être cette rencontre.

Euphélie : Non, je ne pense pas que tu en ais une idée juste. J’ai des doutes qu’en au fait que tu imagines notre Macky, en train de mettre au point un plan pour attirer l’attention de trois jeunes garçons de 20 ans.

Mac : Et voilà, ça va encore être mon tour. On ne pourrait pas parler plutôt de mes réussites scolaires, de mes décorations chez les marines, où encore de mon entrée en tant qu’avocate. Pourquoi parler des moments où je faisais la folle…

Céline : Car ceux sont les plus passionnants, la miss.

Tout le monde rit face à la moue boudeuse de Sarah. Mais elle ne put rester sérieuse très longtemps et rejoignit ses amis dans ce moment d’hilarité.

Harm : Alors, vous allez nous raconter à quoi sont prêts les marines, pour arriver à leur fin.

Andie : Ils sont prêts à se jeter littéralement sur leurs proies…

Alors que Harm, Josh et Matthew regardaient Sarah avec un air étonné, le reste du groupe essayait de ne pas trop rire pour ne pas faire sortir Sarah de ses gongs. Elle tenta tout de même de se défendre.

Mac : En attendant j’ai eu ce que je voulais. Et vous n’avez rien trouvé à redire sur ma méthode.

Harm : Je ne vous savez pas si… directe…

Mac : Quand on sait ce qu’on veut, pilote, il faut foncer…

Céline : Enfin sur ce coup, tu as failli démonter l’épaule de Pascal en lui tombant ainsi dessus.

Mac regarda le reste de la table et fit le regard coquin.

Mac : Je ne pense pas que cela l’aurait dérangé que je joue les infirmières… Tiens, il faudra que je pense à ça comme idée de costume la prochaine fois…

Josh : Mais tu ne lui as pas sauté dessus comme cela, sans raison aucune ?

Mac : Je pensais que tu me croyais un peu plus futile. Et puis, j’ai tellement vu les garçons de l’équipe de foot user de ce subterfuge, que j’étais sûre d’y arriver à mon tour.

Matthew : Et peut on connaître cette petite ruse ?

Euphélie : On va plutôt vous raconter l’histoire du début. Donc, comme vous l’avez comprit, nous sommes partit pour un séjour de 15 jours dans le Sud de la France. Nous étions plus précisément logé dans une ville du nom de Montpellier. On était logé par groupe de deux dans des familles d’accueils. J’étais avec Céline alors qu’Andie et Macky était ensemble. Mais par chance, nos deux familles habitaient à tout juste 5 minutes de marche.

Andie : Les gens chez qui nous logions, étaient formidables. Ils vivaient à côté de la mer et nous étions en plein moi de Juin. Autant dire en pleine canicule là bas. Je crois qu’on n’a pas passé un seul jour sans se rendre à la plage.

Céline : C’était magnifique. Comme tous les après midi, nous avions préparé nos affaire de plage. Prenant nos serviettes, un ballon de volley, sans oublier la crème solaire… Nous nous sommes installées sur nos serviettes de bain, mais très vite, notre attention fut dirigée vers un groupe de garçons qui faisaient une partie de beach volley. Après les avoir scrutés pendant de longues minutes, Andie n’y tenant plus à mit Sarah au défi de les accoster et d’obtenir un rendez vous avec l’un d’eux.

Andie : Je ne pensais vraiment pas que tu allais le faire…

Mac : Et bien, c’était mal me connaître… Je me suis mise debout et après avoir ajusté mon paréo autour de ma taille, j’ai demandé à Euphélie de me faire une passe longue avec le ballon.

Harm comprit ce qui s’était passé.

Harm : Assez longue pour atterrir sur le groupe de garçons.

Sarah sourit à son partenaire.

Mac : Et, je vois que vous connaissez vous aussi cette petite technique de drague…

Josh : Et la suite alors…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Lun 8 Aoû - 2:59

OUTIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! C'est trop beauuuuuuuuuuu la scène entre Mac et Harm qui danse et qu'il lui demande s'ils ont gaché tt ce tps et pi qu'elle rep que non et qu'elle l'embrasse et que Harminou il est jaloux et pi aussi qu'ils les fonts marcher en disant qu'ils vont passer une nuit de folie.....ah ben moua ca me fait pleurer Je les imagine trop surtout danser ahhhhhhhhhhh et quand il dit que c'est leur chanson .... outin c'est bon là
Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ma Charahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh c'est trop je et veux la suiteeeeee même si j'ai déjà lu c'est tjs un grand plaisir que de la relire en live sur le forum lol

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 9 Aoû - 23:39

Peter : Euphélie a fait une passe parfaite. Sarah courait en marche arrière pour pouvoir saisir le ballon. Au moment où elle s’est retournée, elle est tombée sur l’un des garçons du groupe.

Andie : Tu veux plutôt dire qu’elle s’est retrouvée complètement allongée sur lui.

Mac : Enfin bon, passons sur ce détail. Je me suis relevée, et j’ai tendu la main pour l’aider à se relever à son tour. Je me suis de suite présentée. Heureusement que l’on avait choisi français comme langue étrangère au lycée, car sinon j’aurai eu un mal fou à me faire comprendre. Enfin, de fil en aiguille on a discuté de lui de moi. Puis on s’est lancé dans une petite partie de beach volley : Américaines contre Français.

Harm : Et alors, tu as réussi à l’obtenir ton rendez-vous ?

Sarah se tourna vers Harm une lueur espiègle dans le regard.

Mac : Douterais tu de mon pouvoir de séduction, matelot ?

Harm : Pas le moins du monde…

Euphélie : A la fin de notre partie. Les garçons nous ont proposés de nous retrouver sur la même plage le lendemain et de faire une petit après midi planche à voile.

Andie : Après l’après midi planche à voile, on les a revu pour une séance de plongée… Puis pour une petite soirée qu’ils organisaient sur la plage… Enfin, on les a revu tous les jours jusqu’à notre départ.

Euphélie : tu m’étonnes qu’on ait gardé un souvenir impérissable de la France. Le charme et la galanterie des français ne sont pas des mythes…

Harm : Je comprends mieux maintenant, pourquoi tu parles aussi bien les langues étrangères…

La musique reprit dans la grande salle et les premiers couples se dirigeaient vers la piste de danse. Peter fut le premier à se lever et s’avança vers Andie.

Peter : Tu m’accorderais cette danse ?

Pour toute réponse, Andie saisit sa main et se dirigea avec Peter sur la piste de danse. Josh se présenta alors devant Harm et Sarah.

Josh : Vous ne m’en voudrez pas Harm si je vous vole votre partenaire pour une danse.

Harm : Pas le moins du monde. Je sais qu’elle est entre de bonnes mains.

Alors qu’ils se dirigeaient à leur tour vers la piste, Harm et Matthew se levèrent pour inviter les deux autres jeunes femmes.

Harm : Euphélie, me feriez vous l’honneur ?

Matthew : Une petite danse avec un homme marié ?

Les deux jeunes femmes glissèrent leur main dans celle de leur cavalier le temps d’une danse. Chaque couple dansait tranquillement au rythme de la musique.

Josh : Alors Sarah, il y a quoi entre ton matelot et toi ?

Mac : Je n’en ai aucune idée… Parfois il est distant, puis à d’autre moment comme pour ce week-end, j’ai l’impression que lui et moi pourrions vraiment former un vrai couple.

Josh : Mais vous formez un vrai couple !

Sarah le regarda avec un air interrogateur, n’étant pas vraiment sûre de comprendre ce qu’il voulait dire.

Josh : Vous êtes plus un couple que certains vrais couples que je connais. Vous avez un regard protecteur l’un sur l’autre et plus que tout un regard emplie d’amour. Cela saute aux yeux qu’il y a quelque chose de spécial entre vous. Enfin cela saute aux yeux de tout le monde sauf de vous. De quoi as-tu peur ?

Mac : Je ne sais pas… J’ai peut être tout simplement peur de le perdre… qu’il ne partage pas mes sentiments… notre vie est tellement compliquée, nous travaillons ensemble et l’armée refuse ce genre de lien entre deux soldats.

Josh : Crois tu vraiment que cela soit un problème pour toi ?

Sarah ne répondit pas à la question de son ami. Elle connaissait déjà la réponse.
Harm, bien que dansant avec Euphélie, gardait un œil sur sa partenaire.

Euphélie : Je ne pensais pas qu’un jour je ferais si peu d’effet à un homme.

Harm regarda sa partenaire et prit un regard coupable.

Harm : Je suis désolé.

Euphélie : Il n’y a pas de mal.

Euphélie tourna alors la tête vers Sarah.

Euphélie : Vous êtes vraiment fou amoureux d’elle, n’est ce pas ?

Harm : Oui, je l’aime plus que ma propre vie…

Harm fut surprit lui-même par ce qu’il venait de dire. Euphélie n’en revenait pas non plus, Sarah lui avait dit que son partenaire n’était pas du genre à étaler ses sentiments.

Harm : Vous ne lui direz rien, promettez.

Euphélie : Je promets que je ne lui dirai pas. Mais si vous voulez un conseil Harm, ne tardez pas à le lui dire. Sarah mérite le bonheur, d’avoir une famille bien à elle et de donner à un petit être, tout l’amour qu’elle n’a pas reçu étant jeune.

Harm : Je sais, mais j’ai tellement peur de la blesser !

Euphélie : C’est en la repoussant que vous la blessez. A trop attendre, vous allez seulement la perdre. Il arrivera un moment où elle n’en pourra plus d’attendre et voudra avancer dans la vie, même si cela veut dire s’éloigner de vous. Ne la laissez pas partir, vous le regretteriez !

Harm avait le regard triste, complètement perdu dans le vide.

Harm : C’est tellement compliqué.

Euphélie : La personne qui a dit que l’amour était compliqué c’est trompée. Il n’y a rien de plus simple que l’amour Harm, mais pour des raisons inexplicables, nous voulons le compliquer. Ecoutez votre cœur et foncez. Vous préférez passer le reste de votre vie à vous demander ce que la vie aurait put être avec elle à vos côtés, plutôt que de le vivre réellement ? Ce week-end est une porte ouverte pour vous, ne laissez pas passer cette chance !

Harm était perdu dans ses pensées, il ne remarqua même pas que la chanson avait prit fin. Ce n’est que la voix d’Euphélie qui le ramena à la réalité.

Euphélie : Pensez y ! Merci pour la danse…

Elle le laissa là, et se dirigea vers Josh pour qu’il l’invite à danser.

Euphélie : On échange nos cavaliers, Macky ?

Mac : Si tu veux.

Sarah laissa alors Josh pour rejoindre Harm qui était toujours autant perdu.

Mac : Alors pilote, on rêve ?

Cette douce voix eut pour effet de le faire redescendre de suite sur Terre.

Harm : Oui…

Alors qu’elle se glissait dans ses bras elle souffla.

Mac : J’espère que c’était de moi !

Harm lui fit un tendre sourire avant de répondre.

Harm : Tous mes rêves te sont dédiés…

Elle ne sut que répondre et profita tout simplement de cette douce étreinte comme précédemment. Elle avait toujours les paroles de Josh en tête, elle était persuadée que son bonheur était auprès de Harm. Mais son bonheur à lui, était-il auprès d’elle ? Elle essaya de chasser au plus loin ses pensées, pour profiter uniquement du moment présent. Elle était dans ses bras et c’est tout ce à quoi elle voulait songer à ce moment.

Harm : Tes amis sont vraiment des gens merveilleux !

Sarah releva la tête pour regarder son compagnon.

Mac : Ils le sont…

Harm : Pourquoi ne pas avoir parlé d’eux plus tôt ?

Sarah le regarda dans le vague, essayant de trouver elle-même une raison, expliquant qu’elle n’ait jamais parlé de ses meilleures amies à son partenaire. Il connaissait tout de sa vie, sauf l’existence de ses amies de lycée.

Mac : Je ne sais pas pourquoi… Je n’arrive pas à me l’expliquer à moi-même. Je leur ai parlé de toi des milliers de fois et pourtant je n’ai pas réussi à te parler d’elles. Peut être que je voulais les garder pour moi. Elles ont été ma seule famille, elles étaient là quand rien n’allait. J’ai passé plus de temps avec chacune d’entre elle qu’avec personne d’autre. Elles ont partagé leurs propres familles avec moi, elles m’ont aidé à traverser tous les moments difficiles de ma vie. Et même dans les moments les plus sombres elles étaient toujours là. J’ai assisté à tous les évènements important de leur vie et elles étaient là quand j’ai reçu mon diplôme des marines.

Harm : Je pense que je comprends. Mais je suis ravi de les connaître enfin !

Sarah sourit à son partenaire.

Mac : Je vois qu’elles ont réussi à te séduire ! Personne ne résiste très longtemps…

Harm : Disons plutôt qu’elles ont un don inné pour mettre les gens à l’aise. Et puis bizarrement, je les ai rencontrées il y a tout juste 1 jour et pourtant j’ai l’impression de les avoir toujours connu. Peut être que le fait qu’elles sachent beaucoup de choses sur moi y est pour beaucoup…

Il la fixa avec un léger regard accusateur. Sarah baissa le regard comme prise en faute.

Sarah : Elles ne savent pas tout de toi. Certains moments de notre vie n’appartiennent qu’à nous deux. Tes confidences sont toujours restées secrètes. Je ne me serais pas permise de divulguer quoi que ce soit à ton encontre.

Harm lui releva le menton et caressa doucement sa joue. Il lui sourit alors tendrement.

Harm : Je sais que tu ne le ferais pas, Sarah. J’ai une confiance aveugle en toi et il me semble te l’avoir prouvé à plusieurs reprises.

Sarah lui rendit son sourire.

Sarah : Et tu sais que c’est réciproque.

Le reste de la danse se passa dans le silence. Ils retournèrent ensuite s’asseoir avec leurs amis.

Peter : La soirée va bientôt toucher à sa fin je pense.

Andie : Tu rigoles, on n’a toujours pas eu notre dessert.

Toute la petite table rigola à la remarque de Andie.

Mac : Et c’est là qu’on reconnaît bien notre “Tom Pouce”… Toujours en train de penser à manger.

Harm : Tu es bien placée pour faire des commentaires, toi et ton appétit féroce.

Il n’eurent pas le temps de poursuivre que l’on apporté les desserts.

Andie : Mummmmmm… Des Bananas splits… Ils n’auraient pas pu mieux choisir.

Euphélie : Je vous raconte même pas en France, Andie était folle devant tous les bons plats français.

Céline : Oui, tous les après midi on allait acheter une glace ou des churros et on retournait les manger sur la plage.

Mac : Un jour Céline s’est même faite agresser par une mouette…

Les quatre jeunes femmes partirent dans un fou rire incontrôlé. Les jeunes hommes les regardaient étrangement, ne comprenant pas pourquoi elles riaient autant. Petit à petit elles retrouvèrent leur calme, mais chaque regard engendrait de nouveaux rires. Enfin l’une d’entre elle retrouva assez de sérieux pour expliquer cette soudaine crise de rires.

Euphélie : Quand nous étions donc en France, nous faisions beaucoup de balades à vélos le long du port et de la mer à Port Camargue. Et une fois alors que l’on arrivait juste devant la maison de notre famille d’accueil, à Céline et à moi, Céline a freiné d’un coup. On a toute stoppé net derrière elle. Je la revoie encore se retourner et nous dire “ une mouette ma fait caca dessus…”. On a rigolé pendant 10 bonnes minutes, n’arrivant pas retrouver notre calme Andie à voulu s’asseoir sur la barre de son vélo et elle est tombée. On est alors parties pour 10 minutes de plus de fou rire.

Josh : Vous avez passé votre adolescence à rire toutes les quatre.

Mac : Si c’était que l’adolescence, aujourd’hui encore, chaque rencontre ne se passe pas sans un éclat de rires et une crise de larmes. D’ailleurs en reparlant de la France les filles, je vous rappelle que nous nous étions fait la promesse d’y retourner accompagnées de nos conjoints.

Andie : En effet, mais je propose que l’on attende la naissance de notre enfant et on en reparlera.

Harm avait un regard songeur. Puis il déclara.

Harm : J’ai toujours rêvé de visiter la France…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 10 Aoû - 12:33

Wouaaaiii Harminou quel méchant sous entendu En tt cas j'adore tjs lol et pi Harm qui dévoile ses sentiments et Mac aussi, on est sur la bonne voix ?????
Viv'ment la suite Ah et j'ai bien rigolé à l'apetit de Andie LOOOL Merci pour cette suite Wink

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Jeu 11 Aoû - 21:55

Merci pour vos commentaires qui sont toujours les bienvenus...

Voila la suite.

*************************************************************

Sarah se retourna vers lui.

Mac : Mais qui a dit que je t’emmenais avec moi, matelot ?

Euphélie : Et bien, que ce soit Harm où un autre je te rappelle les termes du contrat Macky : retourner en France avec nos conjoints respectifs… Nous cacherais tu l’homme de ta vie ?

A cette remarque une once de panique passa dans le regard de Harm. Elle ne pouvait pas avoir quelqu’un, sinon elle l’aurait emmené à cette réunion des anciens. Ou peut être bien qu’elle était avec quelqu’un et que pour une raison ou une autre il n’avait pas pu venir et voulant à tout prix revoir ses amies, elle lui avait demandé en dernier recourt. Harm secoua la tête comme pour chasser les idées qui traversaient son esprit actuellement.
Sarah quant à elle resta silencieuse, cela l’amusait beaucoup de faire planer le doute pour ses amies.

Céline : Alors Macky, tu nous dis la vérité ?

Mac : Eh bien je ne sais pas si j’en ai vraiment envie… Je trouve cela plutôt amusant de vous laisser dans le doute !

Andie : Tu oublies que nous avons des informations privilégiées…

Ses trois amies lui lançaient un petit sourire malicieux. Pourquoi ne pouvait-elle pas avoir de secret pour elles ?

Mac : Bon très bien, pour le moment, je ne remplis pas les termes du contrat. Mais j’ai encore pratiquement 1 an pour trouver. Il peut se passer beaucoup de chose en une année.

Peter : Et si tu ne trouves personnes ?

Sarah prit un air faussement vexée.

Mac : douterais tu de mes atouts et mes capacités à attirer les hommes ?

Euphélie : Moi je n’en doute pas le moins du monde. Je suis sûre qu’il doit y avoir à Washington de nombreux hommes qui se morfondent de ne pouvoir avoir une place dans ton cœur.

Mac : Enfin quelqu’un qui me soutient…

Josh s’adressa à Harm et Sarah.

Josh : Je vous propose un petit deal : “ Si dans un an vous êtes tous le deux célibataires, vous viendrez ensemble en France avec nous ”. Et puis on connaît déjà Harm. Il ne se sentira pas à l’écart.

Matthew : Moi je trouve cette solution parfaite, quand dîtes vous ?

Harm regarda Sarah pour lire la réponse dans ses yeux. Puis il retourna son attention vers les autres.

Harm : Je suis d’accord, pour ma part.

Mac : Cela me convient ainsi. Mais je suis sûre que ce pilote aura trouvé une nouvelle conquête d’ici un an.

Elle voulait le dire sur le ton de la plaisanterie, mais la remarque lui déchira le cœur à l’idée qu’il puisse être avec quelqu’un d’autre qu’elle. Harm remarqua l’impact de sa remarque.

Harm : Tu ne sais pas ce que je pourrais sacrifier pour partir en France, qui plus est avec toi. Et pour une fois, cela n’aurait rien à voir avec une quelconque enquête pour le JAG ou la recherche de mon père ou mon frère. De véritables vacances en quelque sorte.

Le reste de la soirée se poursuivit, rythmée par les danses et les petites représentations des différents participants.

Adam : J’ai le regret de vous annoncer que ce bal costumé touche à sa fin. Il est tout de même 3h du matin et demain nous avons rendez-vous pour la dernière journée à 10h. Aussi je propose à tout le monde d’aller se reposer, pour profiter au mieux de ses derniers instants que nous allons passer ensemble.

Il fallait bien le reconnaître, après la journée sportive qu’ils avaient passé tout le monde commençait à ressentir la fatigue.

Harm : Cette nuit sera bien méritée.

Andie : La Navy n’est plus ce qu’elle était, vous manquez d’entraînement, Capitaine !

Mac : Tu noteras que les marines eux, sont toujours en forme…

Harm regarda les deux jeunes femmes.

Harm : Nous en reparlerons dans quelques heures, mesdames.

Petit à petit la salle de fête se vida.


Couloir menant aux chambres
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
3h30


Céline et Peter furent les premiers devant la porte de leur chambre. Sans que celle-ci ne s’y attende, son époux la prit dans ses bras avant de rentrer dans leur chambre.

Mac : On a dit qu’on allait se reposer un peu tous les deux. Alors évitez de faire trop de bêtises.

Dans un éclat de voix, Céline tourna la tête pour répondre à Sarah.

Céline : Ne t’inquiètes pas pour nous. Il faudrait déjà que mon cher époux arrive à me retirer cette robe…

Harm : Il est certain qu’il sera plus facile pour Matthew et Josh de dévêtir leur compagne, vu le peu de vêtements qu’elles ont sur le dos.

Chacun rigola à la remarque.

Andie : On va en entendre parler encore longtemps de cette soirée costumée. Heureusement qu’elle touche à sa fin.

Euphélie : En effet, vivement que je puisse remettre des vêtements un peu plus décents. J’en ai marre de cette image de blonde sans cervelle. Il fallait que cela me tombe dessus.

Matthew embrassa tendrement son épouse sur le front.

Matthew : Moi je t’ai trouvé magnifique, mon amour.

La remarque fit apparaître un sourire sur les lèvres d’Euphélie qui oublia les méfaits de son déguisement.

Mac : Bon ce n’est pas tout, mais nous devrions vraiment aller nous reposer. On se retrouve plus tard comme prévu.

Chacun acquiesça de la tête, avant de rentrer dans leur chambre respective.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
3h45


Harm referma la porte après avoir laissé passer Sarah.

Sarah : La journée de demain va être difficile. Je n’ai déjà pas beaucoup dormit la nuit dernière et c’est pas cette nuit que je vais rattraper le sommeil en retard.

Harm la regarda se diriger vers la salle de bain. Il parla assez fort pour qu’elle puisse l’entendre.

Harm : Je dois reconnaître que cette soirée était très intéressante et mon costume plutôt bien choisit, si l’on considère les déguisements des autres couples. Je trouve que nous avons été gâtés.

Sarah était en train de défaire sa coiffure et de se démaquiller dans la salle de bain.

Mac : Je trouve aussi. Et puis tu n’es pas si mal en collant.

Harm pu entendre son rire cristallin au travers de la porte. Il commença à ôter sa tenue pour se préparer à aller au lit. Il se retrouva en caleçon quand Sarah retourna dans la chambre. Elle se figea à la vue qui s’offrait à elle. Il la regarda tout aussi fixement, la découvrant les cheveux lâchés, de longues mèches bouclées qui tombaient en cascade sur ses épaules. Finalement, Sarah reprit ses esprits.

Mac : Tu pourrais m’aider pour défaire ma robe, la fermeture éclair semble coincée.

Harm lui adressa un tendre sourire et fit un pas vers elle.

Harm : Je vais voir ce que je peux faire pour vous, Juliette.

Harm posa une main sur la taille de Sarah, celle-ci frissonna aussitôt au doux contact de sa main sur son corps. Il saisit alors la fermeture éclair de la robe et lentement la fit descendre le long de son dos. Il laissa son doigt effleurer sa peau en suivant le chemin de l’ouverture qui se faisait petit à petit. Chacun était en train de perdre le contrôle, se laissant complètement submerger par la tendre caresse. Ils auraient aimé que ce moment ne finisse jamais. Mais très vite la tâche de Harm toucha à sa fin. Sarah fut la première à reprendre contenance.

Mac : Merci beaucoup, Harm.

Il fit un pas en arrière et la regarda retourner dans la salle de bain.

Harm : Cette femme me rend fou.

De l’autre côté de la porte, Sarah entendit indistinctement la voix de son partenaire.

Mac : Tu disais quelque chose Harm ?

Harm : Non… Rien du tout…

Ce pouvait-il qu’elle ait entendu, il ne le pensait pas, il avait murmuré cette phrase. Il ne se posa pas plus de question et s’allongea dans le lit. Il s’endormit aussitôt, la fatigue de la journée ayant eut raison de lui.
Sarah sortit de la salle de bain pour se diriger vers le lit.

Mac : Harm, pour tout à l’heure…

Elle stoppa sa phrase, se rendant compte que son partenaire était déjà endormi. Elle s’installa dans le lit, puis prise d’une irrésistible envie, elle déposa un doux baiser sur le front de son partenaire avant de poser sa tête sur son torse et de se blottir dans ses bras. Harm referma automatiquement ses bras autour de la taille de Sarah sans se réveiller. Elle le rejoignit aussitôt au pays des rêves.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
5h45


Harm fut le premier à ouvrir les yeux quand le réveil sonna. Il tendit le bras pour éteindre celui-ci et tourna la tête vers sa partenaire qui dormait paisiblement dans ses bras. Il aurait aimé pouvoir profiter du moment encore un petit instant, mais il devait la réveiller, les autres allaient les attendre sinon. Doucement il déposa un baiser dans ses cheveux.

Harm : Il faut se réveiller, Sarah.

Sarah bougea légèrement, mais ne sembla pas décidée à ouvrir les yeux. Elle marmonna quelque chose.

Mac : Pas tout de suite… Laisse moi encore dormir un peu…

Harm sourit devant la voix endormie qui lui répondit.

Harm : Allez Mac, rappelles toi que nous avons une mission. Debout. Je promets qu’on retournera se coucher après.

Sarah bougea à nouveau et s’installa plus confortablement sur le torse de son partenaire, se retrouvant presque allongée sur lui.

Mac : Veux pas…

On aurait dit une petite fille. Mais Harm ne pourrait pas supporter bien longtemps d’avoir le corps de cette femme aussi près de lui.

Harm : Marines, si tu continues comme cela, nous risquons la cours martiale !

L’effet fut garanti, Sarah se redressa immédiatement dans le lit et prit place sur son côté du lit. Elle avait un air gêné.

Mac : Je suis désolé Harm. J’ai du bouger en dormant…

Elle savait que ceci n’était pas vrai et qu’elle s’était blottie délibérément dans les bras de son partenaire. Mais elle ne pouvait pas le lui avouer.

Mac : Je t’avais dit que je dormais de l’autre côté. Tu savais ce que tu encourais.

Harm lui lança un sourire charmeur.

Harm : Mais je ne m’en plains pas, Mac. Bien au contraire…

Ils restèrent ainsi à se regarder en silence durant plusieurs secondes, puis Harm sortit du lit et attrapa un short et un tee-shirt dans l’armoire.

Harm : On devrait se dépêcher sinon ils vont nous attendre.


Salle à manger
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
6h30


Nos huit acolytes étaient tous réunis dans la salle de repas.

Andie : Eh bien, comme ça, on sera vraiment dans l’ambiance du lycée.

Euphélie : Demain, certains vont être surpris par ce qu’ils découvriront.

Harm : Je ne pense pas que quiconque s’attende à ça.

Mac : Bon, je propose que nous remontions finir notre courte nuit avant que quelqu’un ne nous surprenne.

Peter : Je me suis arrangé avec le maître d’hôtel pour qu’ils laissent la salle dans cet état jusqu’à l’arrivée de la promo pour le petit déjeuné.

Céline : Parfait. Dans ce cas, nous pouvons filer.

Les quatre couples remontèrent en silence dans leur chambre pour ne pas se faire repérer.


Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
6h45


Harm et Sarah avaient rejoint leur lit. Harm décida de tenter une approche.

Harm : Mac, tu dors déjà.

Celle-ci marmonna de façon tout juste compréhensible.

Mac : Oui.

Harm décida tout de même de poursuivre.

Harm : Je me disais que cela était plutôt agréable de t’avoir dans mes bras.

Harm n’eut pas le temps de finir sa phrase que Sarah se blottit à nouveau dans ses bras. Retrouvant la chaleur du corps de Harm contre le sien elle se fondit dans ses bras pour rejoindre le monde de Morphée.
Harm se rendant compte que sa partenaire dormait déposa un tendre baiser dans ses cheveux avant de révéler dans un murmure.

Harm : Si tu savais comme je t’aime.

Il s’endormit alors et ne remarqua pas que les yeux de sa partenaire s’étaient rouverts…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Ven 12 Aoû - 1:02

Génial j'adore vite une suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 14 Aoû - 2:01

Chambre de Harm et Sarah
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
9h00


Sarah commença à se réveiller paisiblement. Elle se sentait bien, comme dans une bulle. Elle prit soudainement conscience qu’elle se trouvait dans les bras d’un homme, et pas n’importe lequel. Elle ne bougea pas, de peur de le réveiller. Tournant juste la tête, elle le regarda dormir. Il avait un visage d’ange. Elle repensa alors à ce qu’il lui avait dit la veille qu’elle avait deux personnes qui veillaient sur elle. Même si elle ne l’avait pas dit, cela faisait bien longtemps maintenant qu’elle ne s’était pas sentit autant en sécurité auprès de quelqu’un. Elle dégagea doucement sa main et posa son doigt sur le visage de l’homme endormit, dont elle parcourue les contours. Bientôt ses doigts se retrouvèrent sur ses lèvres. Combien de fois avait elle repensé aux rares baisers qu’ils avaient échangé.

Harm : Prise en flagrant délit, marines !

La voix soudaine la fit sursauter et elle retira aussitôt sa main. Puis elle lui adressa un sourire.

Mac : Je plaide non coupable.

Harm entra dans son jeu.

Harm : Pourtant les preuves sont accablantes. Tu as été prise sur le vif.

Mac : Je n’ai rien à me reprocher… Il fallait bien que je trouve un moyen de réveiller la marmotte que tu es… Tu aurais peut être préféré un réveil un peu plus brutal, dans le genre : un sceau d’eau froide ?

Harm fit mine de réfléchir un petit moment.

Harm : Bien réfléchi je préfère ta méthode.

Ils auraient bien poursuivit ce petit échange indéfiniment, mais un œil au réveil leurs rappela qu’il était temps de se lever.

Mac : Il faudrait qu’on se prépare, matelot. Je prends la salle de bain en premier.

Il n’eut même pas le temps d’objecter, que déjà elle s’était levée et se dirigeait vers la salle de bain.

Harm : Ne traînes pas, je ne voudrais pas être en retard par ta faute… Et puis, j’ai besoin d’une bonne douche pour effacer la fatigue d’une si courte nuit de sommeil…

Ils furent vite prêt et se rendirent dans la salle à manger, où avait lieu le rendez-vous du matin pour le petit déjeuner.



Salle à manger
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
10h00


Ils avaient entendu du brouhaha depuis le hall d’entré de l’hôtel. Ils se dirigèrent vers la salle à manger et restèrent silencieux devant le spectacle qui s’offrait à eux.

Euphélie : Je crois que beaucoup ne s’attendaient pas à trouver la salle comme cela, ce matin…

Elle avait murmuré en s’approchant de Harm et Sarah. Et pour seule réponse le couple sourit.

Harm : Je crois surtout, qu’ils se demandent qui a bien pu faire cela.

Ils furent rejoins par Andie, Josh, Céline et Peter.

Peter : On ne pouvait pas, ne pas refaire cette petite blague à notre réunion des anciens. Il y a vingt ans, nous ne nous sommes pas fait prendre. On va voir si on est toujours aussi futés…

La salle était sans dessus dessous. Les tables avaient été montées en pyramide et en haut de celle-ci trônait impérialement, le drapeau de l’école ainsi que la mascotte du lycée : Un tigre en peluche, vêtu d’un pull Jaune et rouge.

Adam : Eh bien, je vois qu’il y a des petits malins qui sont passés par là. On ne pourra pas dire que nous ne nous sommes pas complètement replongé dans nos années lycée, car si mes souvenirs son bon, une pyramide quelque peu semblable avait été érigée dans la salle de sport. Je suppose que comme il y a vingt ans, le ou les couples ne vont pas se dénoncer.

Le silence se fit dans la salle.

Adam : C’est bien ce que je pensais. Remarquez, nous pourrions demander à nos deux avocats de mener l’enquête…

Adam regarda le couple un sourire sur les lèvres. Mais Sarah décida d’intervenir.

Mac : Désolé de te décevoir Adam, mais je ne reçois d’ordres que de mon supérieur… Il faudra compter sur quelqu’un d’autre. Mais si je ne m’abuse, Billy est aujourd’hui policier. Cette tâche lui revient de droit.

Billy : Merci bien, mais je suis en vacances, et je compte bien y rester.

On entendit quelques rires dans la salle.

Adam : Bon, je propose que tout le monde aide à remettre la salle en état pour que nous puissions prendre un petit déjeuner et finir de programmer la journée d’aujourd’hui.

En tout juste quelques minutes, la salle fut remise en ordre. Chacun prit place et entama le petit déjeuner qui leur avait été servi.

Adam : Je tiens à rassurer tout le monde, la journée d’aujourd’hui est sous le signe de la détente. Pas d’épreuve physique à proprement parler, juste quelques petits amusements. Je pense que tout le monde ici, a du au moins une fois participer à une kermesse. Et bien nous en avons organisé une ! Ainsi vous allez pouvoir avoir la chance de faire une petite course de pieds liés. Nous déjeunerons ensuite au bord du lac durant lequel, nous vous demanderons de répondre à quelques questions. Ne vous inquiétez pas, on expliquera tout en temps voulu. Après le repas, nous ferons un petit jeu de connaissance de l’autre. Le reste de l’après midi vous appartiendra, pour passer comme bon vous semble quelques heures avec les personnes de votre choix avant notre départ.

Céline s’adressa à ses amis.

Céline : Je sens que cette petite journée va nous réserver encore de nombreuses surprises.

Harm : Je le sens aussi.

Une fois que tout le monde eu prit son petit déjeuner, ils sortirent tous dans le parc où devaient avoir lieu les petites épreuves de la journée.


Parc de l’hôtel
Hôtel Lake Parc, Cleveland
Dimanche 27 Juin 2004
11h00


Adam : Bon le principe du jeu est simple. Tout comme pour la course de bateaux, nous allons faire quatre poules différentes. Les deux meilleurs de chaque poule pourront atteindre la finale. Nous avons une fois de plus tiré au sort pour connaître les compositions des différentes poules, vous les trouverez ici.

Il montra une feuille de papier qu’il posa sur la table.

Adam : Chacun devra attacher un de ses pieds avec celui de son partenaire. Les deux équipes qui franchissent la ligne blanche qui se trouve à 200m est sélectionnée. Si tout le monde est ok, on va pouvoir lancer le départ de la première course.

Les premières équipes se mirent en place, attachant les ficelles et se préparant au top départ. Nos quatre couples s’étaient retrouvés partager dans les poules 3 et 4. Andie, Josh, Euphélie et Matthew dans la poule 3, alors que les quatre restants étaient dans la dernière poule.

Mac : J’espère pour toi matelot que tu sais bien marcher avec trois pieds…

Harm : Pour toi, je serai même prêt à essayer de marcher sur les mains !

Céline : Ne lui dîtes pas trop cela, elle est capable de vous demander de le faire.

Alors que Harm souriait à la remarque, il rétorqua.

Harm : Je ferai mieux de me taire alors, avant qu’elle ne me demande de faire des choses invraisemblables.

Les deux premières poules avaient fini leur course. Il y avait eu des chutes, des rigolades. En quelque sorte, un bon considérable dans le passé, un retour dans l’enfance avec des jeux enfantins.

Céline : Bon et bien, c’est à vous de nous montrer ce que vous savez faire.

Mac : Promis, on essayera de ne pas trop rire.

Andie leva les yeux au ciel.

Andie : Pour ça, je ne compte pas trop sur vous…

Les deux équipes d’amis se mirent en place. Le départ fut annoncé.

Andie et Josh avaient l’air de plutôt bien se débrouiller, contrairement à Euphélie et Matthew qui avaient déjà chuté une première fois. Mais après avoir prit un bon rythme, ils arrivèrent à remonter quelques places, seulement pas suffisamment pour arriver dans les deux premiers. Seul Andie et Josh avaient été sélectionné, finissant la course en première position.
Le jeune couple vainqueur revint vers leurs amis.

Josh : Il va falloir faire aussi bien maintenant…

Peter : On va tâcher de relever le défi.

Alors qu’ils se dirigeaient vers la ligne de départ et s’harnachaient les pieds, Harm soumit une petite technique au creux de l’oreille de Sarah pour qu’elle seule puisse entendre.

Mac : Je ne te savais pas un pro de ce genre de course…

Harm : Mais moi aussi, j’ai bon nombres de talents dont tu ne soupçonnes pas l’existence.

Mac : Mais je ne demande qu’à les connaître, pilote.

Harm lui sourit.

Harm : Nous pourrons travailler sur ça une fois de retour à Washington.

Mac : Ne fais pas de promesse que tu ne tiendras pas Harm.

Harm : Cela ne m’est encore jamais arrivé…

Ils ne purent poursuivre plus longtemps ce petit échange, le top de départ venait de retentir. Comme Harm l’avait suggéré à l’oreille de Sarah, il la souleva légèrement pour qu’elle ne touche quasiment pas le sol et avança ainsi à une cadence soutenue. Céline et Peter étaient à quelques pas derrière eux, essayant de ne pas se faire trop devancer. La ligne d’arrivée se profilait juste devant eux.

Mac : Je dois reconnaître que ta méthode est très efficace.

Alors qu’ils franchissaient enfin la ligne d’arrivée, Harm relâcha son étreinte.

Harm : Bien sûr qu’elle l’est… Tu aurais des doutes sur mes compétences.

Mac : Je n’ai plus aucun doute à ton sujet, marin…

Céline : Je crois que nous allons participer à la finale avec vous.

Peter : Une vraie compétition de titans s’annonce !

Mac : Je ne vous le fais pas dire, dommage qu’Euphélie et Matthew n’aient pas réussi à être sélectionnés, cela aurait était encore plus marrant. On se croirait de retour au jardin d’enfants.

La finale fut très vite lancée, nos huit équipes se mirent en place, pieds liés. Chacun déterminé à gagner cette manche.

Adam : Vous êtes prêts ?

Un clac sonore résonna, annonçant le départ de la course. Tout le monde avait sa méthode pour essayer d’avancer le plus vite possible. Céline et Peter étaient en tête, suivis de prêt par un autre couple et ensuite Harm, Sarah, Andie et Josh.

Mac : C’est le moment de me prouver que ta technique est infaillible, matelot !

Pour toute réponse Harm enserra la taille de Mac et comme précédemment il la souleva légèrement pour avancer avec plus d’aisance. Ils rattrapèrent très vite le couple précédent, pour se trouver à couteaux tirés avec Céline et Peter.

Céline : On ne vous laissera pas gagner aussi facilement…

La ligne d’arrivée était toute proche, tout juste quelques mètres. Les deux couples étaient au coude à coude. Dans un mouvement imprévu, Peter poussa légèrement Harm et Sarah qui perdirent presque aussitôt l’équilibre. Harm fut le premier à toucher le sol sur le dos et amortit la chute de sa partenaire, qui tomba tout juste sur lui. D’abord surpris pas la tournure des choses ils restèrent agars, mais très vite un éclat de rire résonna.

Mac : En y réfléchissant bien, elle n’est pas si terrible que ça ta technique.

Harm prit un air faussement vexé.

Harm : Si Peter ne nous avait pas bousculé, je suis sûr que nous aurions gagné.

Sarah était toujours allongée sur son compagnon de tout son long. Elle porta alors sa main sur la poitrine de celui-ci.

Mac : Toujours la faute aux autres. Quand prendras tu tes responsabilités, Harm ?

Devant la mine décontenancée de celui-ci, elle ne put que rire de plus belle. Il ne tarda pas à la suivre.
Pendant ce temps, nos autres compagnons, avaient fini la course. Les vainqueurs étant Céline et Peter, et Andie et Josh s’étaient vus attribuer une troisième place bien méritée. Après avoir dénoué leurs pieds, ils furent rejoints par Euphélie et Matthew qui les félicitèrent. Puis ils se dirigèrent, ensemble, vers notre couple toujours allongé dans l’herbe.

Andie : Dites donc, vous deux, il y a des chambres pour faire ce genre de chose…

Sarah retourna aussitôt la tête.

Mac : Pourquoi, tu trouves notre comportement inconvenant ?

Peter : Disons qu’il pourrait prêter à confusion !

Sans même bouger d’un pouce, Harm répondit du tac au tac.

Harm : Je vous signale que c’est votre faute à tous les deux si nous sommes dans cette position.

Euphélie : De toute façon, il faut bien qu’on prenne les devants si on veut qu’il se passe quelque chose entre vous deux avant la fin du week-end. Car si on attend après vous, on a plus de chance de voir tomber de la neige sur les plages de Los Angeles…

La réplique avait été dite d’une traite. Nos deux avocats n’osaient se regarder, leur visage se teintant d’une belle couleur rouge.

Josh : J’ai l’impression que tu les as mit dans l’embarras, Euphélie.

Retrouvant un semblant de contenance, Sarah commença à se relever pour s’asseoir et pouvoir ainsi défaire les liens qui l’unissaient à son partenaire.

Mac : Désolé de vous décevoir, mais il en faudra plus que ça… Et puis qui vous dit qu’il ne s’est rien passé entre nous ?

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Dim 14 Aoû - 15:57

J'adore si seulement catherine pouvait lire ça, en plus le jour de son anniversaire.

JJJJJJJJJJJJJJJJJJJJ'ADDDDDDDDDDDDDDDOOOOOOOOOOOOOORRRRRRRRRREEEEEEEEEEE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 16 Aoû - 1:25

Tous la dévisagèrent, pour trouver une quelconque expression d’amusement sur son visage qui aurait indiqué qu’elle était en train de les faire marcher. Mais rien, son visage était serein et tout ce qu’il y a de plus sérieux. Un long silence s’installa, le temps qu’ils assimilent ce qu’ils venaient d’entendre.

Josh : Vous vous êtes alors décidés à franchir le pas ?

Harm : Et pourquoi ne l’aurions nous pas fait ?

Les filles regardèrent leur amie avec plus d’insistance, elles étaient sûres qu’il devait y avoir une faille. Si tout cela était vrai, Sarah serait venue leur en parler plus tôt. Mais quand, remarque ? Si leur relation avait changé pendant la nuit, elle n’avait certainement pas eu le temps de les prévenir. Euphélie se lança enfin.

Euphélie : Je ne vous crois pas…

Alors que leurs pieds étaient enfin détachés, Harm aida Sarah à se remettre sur pieds. Posant sa main sur la hanche de Sarah, une fois qu’ils furent debout.

Mac : Pourquoi mentirai-je ?

Andie : Prouve le…

Harm : Comment voulez vous qu’on vous prouve qu’il s’est passé quelque chose entre nous cette nuit. Je suis pas du genre à garder des souvenirs de mes nuits, pour les ajouter à une quelconque collection…

Matthew : C’est vrai que nous donner une preuve de vos activités nocturnes n’est pas des plus simples, mais nous pourrions avoir un baiser passionné sous nos yeux qui confirmerait vos dires.

Sarah prit soudainement un air vexé.

Mac : Je ne vois pas pourquoi je devrais vous prouver quoique ce soit. Ceci est ma vie privée et je pensais que vous me connaissiez assez pour ne pas avoir à me demander de telles choses…

Harm : Moi je ne vois aucun inconvénient à leur fournir cette preuve !

Chacun regarda Harm, les yeux remplis de surprise. Ils étaient tous persuadés qu’il s’agissait juste d’un coup de bluff de la part des deux militaires. Ce pourrait-il qu’ils se soient trompés et qu’ils aient enfin décidé de profiter de la vie et de s’avouer leur amour.

Mac : Vraiment ?

Pour toute réponse, Harm saisit la nuque de Sarah de sa main libre, laissant son autre main dans le dos de celle-ci. Il emprisonna ses lèvres contre les siennes. D’abord surprise, Sarah ne réagit pas et se laissa faire par son partenaire. Mais très vite, elle reprit le dessus et passa ses mains dans les cheveux de l’homme qui la tenait dans ses bras. Un nuage d’étoiles les entourait, tout autour d’eux avait disparut, pour ne laisser place qu’à deux êtres ne formant qu’un. L’atmosphère autour d’eux avait complètement changée, transportant tout ce qui les entourait dans un autre univers, où seul l’amour régnait en maître.
Les six amis qui assistaient à la scène étaient stupéfaits. Tout dans ce baiser reflétait l’amour que chacun des deux portait à l’autre. Andie fut la première à intervenir.

Andie : Eh bien, si on s’en était douté…

Le baiser se prolongea encore quelques minutes, avant que Sarah n’y mette fin. Aucune gêne ne traversa son visage. Elle accrocha juste son regard à celui de ses amis.

Mac : Cela vous suffit-il comme preuve, où va-t-on devoir aller plus loin pour que vous nous croyez ?

Peter : Je pense que cette petite démonstration sera suffisante…

Josh : Nous sommes vraiment ravis pour vous.

Harm et Sarah se regardèrent et dans un même élan ils éclatèrent de rire.

Euphélie : Ben qu’est ce qu’il leur prend à ces deux là.

Sarah essaya de se calmer pour expliquer son hilarité.

Mac : Je vois que je n’ai rien perdu de mes talents d’actrice. Mais j’ignorais, matelot que toi aussi tu savais si bien jouer la comédie.

Harm : Je faisais parti de la troupe de théâtre de mon lycée. Et cela est très utile parfois au tribunal…

Le petit groupe commençait à comprendre ce qu’il se passait.

Céline : Vous nous avez fait marcher ?

Mac : tu veux carrément dire que sur ce coup on vous a fait courir…

Une crise de rire la submergea à nouveau. Et elle ne vit pas au travers de ses larmes, le regard que les trois amies se lancèrent. Dans un même élan, elles se jetèrent sur elle.

Euphélie : Tu vas payer pour cela, Macky.

La faisant tomber à terre, elles entreprirent de lui faire une petite séance de chatouilles. Les éclats de rire redoublèrent avec chaque chatouille. Sarah retrouva un peu sa respiration pour pouvoir dire quelque chose. Puis elle dirigea son doigt vers Harm.

Mac : Ce n’est pas juste il a autant participé que moi…

Harm n’eut pas le temps de prendre ses jambes à son coup que déjà les filles se ruaient sur lui pour le faire tomber à la renverse dans la pelouse. Les trois autres hommes étaient restés là, sans bouger.

Matthew : Il va passer un sale quart d’heure ! Je me rappelle encore la dernière fois où j’ai été la cible de ces jeunes femmes. J’espère qu’il a de l’endurance…

Harm se retrouva au sol, quatre femmes sur lui, lui faisant subir les pires chatouilles.

Harm : Je te jure, marines que ma vengeance sera terrible…

Il ne pu continuer sa phrase, prit d’un fou rire incontrôlable.

Mac : Dit donc toi, ce n’est pas moi qui t’ai embrassé.

Harm : Je ne t’ai pourtant pas entendu te plaindre.

Ne trouvant rien à répondre, Sarah redoubla les chatouilles au niveau de ventre de son partenaire. Ils furent vite rappelés à l’ordre par l’organisateur de ce week-end.

Adam : Bon, une fois que nos grands enfants auront finit leur petite récréation, nous pourrons passer à la suite du programme de la journée.

La remarque eut pour effet de les séparer net. Les cinq se relevèrent aussitôt et écoutèrent attentivement les indications.

Adam : Bon comme nous vous l’avons expliqué plus tôt, durant le repas, nous allons vous demander de remplir une petite feuille de questions / réponses. J’ai le regret de vous annoncer que les filles et les garçons devront manger séparément, pour la simple et bonne raison que les questions auxquelles nous vous demanderons de répondre, nous les poserons ensuite à votre compagnon et vice versa. Le but du jeu est de déterminer le couple qui se connaît le mieux. Et bien évidemment ce couple la, remportera l’épreuve.

Mac : Ce n’est pas gagné pour nous, matelot.

Harm plongea son regard dans celui de sa partenaire.

Harm : Tu es pourtant la personne sur Terre qui me connaît le mieux.

Sarah ne répondit pas et finit d’écouter les indications d’Adam.

Adam : Vous pouvez noter, qu’il y a un petit buffet installé de l’autre côté du lac.

Il accompagna ses paroles d’un mouvement du doigt, indiquant l’emplacement du dit buffet.

Adam : En galants hommes que nous sommes, nous vous laissons ce côté ci du lac, mesdames. Carla, va se charger de distribuer les fiches questions au groupe des filles, je ferai de même avec le groupe des garçons. Une fois le repas terminé, nous nous retrouverons. Nous allons dire dans 1 heure. Le temps pour tout le monde de s’alimenter et de remplir sa feuille. Sur ce messieurs, il va falloir abandonner vos compagnes pour une petite heure.

Adam ouvrit la marche en direction du camp improvisé pour les garçons.

Matthew : C’est dommage, je comptais découvrir encore certaines de vos péripéties. J’ai remarqué que c’est pendant les repas que l’on en apprend le plus sur votre passé à toutes les quatre.

Mac : Ne t’en fait pas, je suis sûre que le petit jeu qui se prépare va nous faire découvrir à tous des choses que l’on ne soupçonnait pas chez l’autre.

Josh : Je le pense aussi. Mais je note qu’il y en a, qui sont avantagés. Comment voulez battre un couple comme Céline et Peter. Ils se connaissent depuis l’adolescence…

Céline : Cela ne veut pas dire que je n’ai pas de secret pour mon époux.

Céline avait un petit regard malicieux. Et elle affichait un sourire certain. Très vite ses trois amies l’imitèrent alors que le visage de Peter se refermait.

Harm : Je crois que je commence à entrevoir ce petit côté rusé et malicieux que Céline cache si bien.

Mac : Et oui, elle est aussi terrible que nous. Elle est même la pire d’entre nous. Elle sait tromper les autres mieux que quiconque en se faisant passer pour un ange.

Céline lança un clin d’œil à Sarah.

Céline : Ne sois pas jalouse de mes talents d’actrice, Macky !

Peter : Bon je pense que nous devrions y aller, Adam est en train de nous lancer des éclairs avec ses yeux.

Toute la petite troupe tournèrent le regard dans la direction indiquée par Peter et croisèrent les yeux accusateurs d’Adam.

Andie : Bon appétit dans ce cas. Et pensez à mettre des réponses que nous sommes susceptible de trouver…

Après un bref sourire et quelques échanges de regards, les garçons se dirigèrent vers leur camp.
Chaque groupe avait reçu la liste des questions auxquelles il fallait répondre. Tout le monde s’affairait à répondre le plus sérieusement possible. Certains rires se faisaient entendre suite à la lecture des phrases. Le but de ce nouveau petit jeu commençait à plaire à tout le monde. Les interrogations posées étaient toutes diverses et variées.

Euphélie : Je peux d’hors et déjà vous dire que Matt et moi ne gagnerons pas cette petite épreuve.

Les trois autres jeunes femmes levèrent la tête.

Mac : Et bien, cela ne sera pas non plus Harm et moi. Il n’y a pas la moitié de ces questions dont il connaît la réponse.

Andie lança un petit regard malicieux à Euphélie et Céline. Sarah ne prit pas garde à ce petit échange, bien trop absorbée à rédiger ses réponses.

Andie : Dit donc toi, tu aurais au moins pu nous dire pour toi et Harm !

La remarque eu pour effet d’attirer immédiatement l’attention de Sarah qui releva brusquement la tête en direction de son interlocutrice.

Mac : Quoi Harm et moi ?

Elle ne voyait pas très bien de quoi Andie voulait parler.

Céline : Allé Macky, ne te fais pas prier. Vous avez reconnu devant nous tous avoir une relation…

Les images du baiser échangé un peu plus tôt, à la fin de la course enchevêtrée, lui revint en mémoire. Elle avait déjà partagé quelques baisers avec son partenaire, mais jamais aucun d’eux ne lui avait procuré une telle sensation. Elle était, elle-même, incapable d’expliquer ce qu’elle avait ressentit à ce moment la. Comme une impression de flotter parmi les nuages. D’être sur un lit de coton, un monde utopique s’était construit tout autour d’eux durant ce moment volé.

Euphélie : Ouh, ouh, Macky… Tu reviens parmi nous.

Sarah ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait laissé son esprit vagabonder aussi loin, n’entendant même pas les appels de ses amies.

Andie : Je pense qu’il y en a une qui ne s’est pas encore remise de sa nuit avec Harm.

Mac : De quoi parles tu ? Qu’elle nuit ?

Céline : Mais la nuit où Harm et toi avez enfin décidez de vous avouez vos sentiments.

Sarah réalisa soudain que ses amies avaient vraiment cru à leur petit jeu. Un léger rire vint perturber le silence qui s’était installé dans le petit groupe.

Mac : Vous pensez vraiment que si Harm et moi formions un couple, je ne vous l’aurais pas dit de suite.

Un nouveau silence s’installa.

Mac : Enfin j’aurai d’abord profité de cette nouvelle relation ente lui et moi, puis je serai venu vous le dire.

Elle affichait un sourire malicieux qui en disait long.

Andie : Alors le baiser que vous avez échangé ce n’était que pour nous donner le change ?

On pouvait noter dans la voix d’Andie du regret. Elle aurait tant aimé que son amie trouve enfin le bonheur avec l’homme qu’elle aimait.

Céline : En tout cas, il est plus qu’évident que vous êtes faits pour être ensemble.

Euphélie : Je suis sûre que même les garçons ont vu l’amour qui se dégageait de ce baiser. C’est pour vous dire si l’amour mutuel que vous vous portez est visible pour tout le monde.

Mac : J’aimerai que tu dises vrai. Je connais mes sentiments à son égard, mais je ne suis pas certaine qu’il porte un autre regard sur moi que celui qu’à un homme pour sa meilleure amie, un peu comme un grand frère pour sa soeur…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 16 Aoû - 12:09

C'est trop bon, tu nous mets la suite quand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mar 16 Aoû - 16:56

Hey Sarah !!!! Merci bcp pour cette fanfiction! Humour, action, passion tout est réunis pour dire que cette histoire est excellente.

Merci encore

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 17 Aoû - 22:47

Une voix vint les interrompre.

Carla : Vous avez fini, le questionnaire, j’aurais besoin de le ramasser.

Les quatre jeunes femmes donnèrent le document à Carla avant de revenir à leur conversation.

Euphélie : L’état de votre relation en est donc au même point. Il n’y a eu aucun changement.

Le regard de Sarah reflétait la tristesse.

Mac : Je ne sais pas où on en est, je ne sais même pas où j’en suis moi. Au moins qu’en nous étions encore au lycée, les choses étaient plus simples.

Céline : Tu veux surtout dire, que l’on rigolait beaucoup. Mais tu ne peu pas penser que ta vie avec ton père était plus simple.

Mac : Oh non, je n’ai pas oublié. Mais quand je repense aux nombreux fou rire qu’on a eu…

Le même rire émanait des quatre jeune femme. Tellement de bons moments revenaient en tête à chacune.

Andie : Je crois que l’une des choses que je n’oublierai jamais, c’est quand on à fait ce petit voyage dans un parc d’attraction. Je revois encore le visage blême d’Euphélie quand on a fait les montagnes russes.

Mac : Et moi alors, comment je pourrais oublier. C’est la première menace de mort que j’ai reçu de ma vie. Moi j’étais tout ce qu’il y a de plus détendu, et Euphélie avait les mains crispées sur la barre de sécurité. J’ai cru qu’elle allait faire une syncope à la première descente…

Les trois femmes rigolaient se remémorant la journée.

Euphélie : cela vous va bien de rire. Ce n’est pas ma faute si j’ai le vertige.

Céline : Heureusement que tu n’est pas venu faire le grand huit avec nous, sinon tu n’aurai pas supporté.

Les quatre femmes n’avaient pas vu l’heure du repas passer. Et elles furent à nouveau rejointes pas leur compagnon.

Harm : Alors, mesdames, on ne vous a pas trop manqué.

Mac : Pas le moins du monde. Quand nous sommes toute les quatre, j’en arrive même à oublier le temps qui passe.

Harm se tourna vers les filles.

Harm : Il faudra que vous m’expliquez comme vous lui faites perdre le sens du temps, car moi avec son horloge interne j’ai du mal à supporter parfois…

Alors que les garçons prenaient place à côté de leur compagne, Sarah lança un regard suspicieux à son partenaire.

Mac : Alors comme ça tu as du mal à me supporter parfois ?

Harm voyait très bien le regard malicieux qui inondait son visage. Ainsi donc elle voulait le taquiner. Et bien il allait jouer à ce petit jeu avec elle.

Harm : C’est même pire que ce que tu imagines !

Les trois autres couples se regardèrent et sourire face au nouvel échange.

Andie : Et voilà que c’est repartit…

Peter : Ils ne s’arrêtent donc jamais ?

Euphélie sourit à la remarque.

Euphélie : Eh bien, si il est que le quart têtu comme l’est Macky. Je crois qu’ils ne doivent jamais s’arrêter.

Tout le monde rit aux éclats. Mais cela ne perturba pas les deux avocats qui continuaient leurs petites taquineries.

Mac : En attendant cela fait 9 ans que ça dure et tu es toujours là… Ca ne doit pas être aussi terrible !

Harm : On voit bien que ce n’est pas toi qui supportes cela. Quand tu gagnes un procès tu deviens mesquine et tu ne manques pas une occasion pour me narguer. Quand c’est moi qui gagne…

Sarah ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase.

Mac : tu deviens mesquin et tu ne manques pas une occasion pour me narguer.

Ils se regardèrent droit dans les yeux. S’en suivit alors de longs éclats de rire. Finalement, ils retrouvèrent leur calme.

Mac : Il semblerait que l’on soit aussi têtu l’un que l’autre, matelot.

Harm : Il semblerait.

Céline décida d’interrompre la conversation.

Céline : Et bien, on dirait que le petit jeu va commencer, on va voir quel couple parmi nous, se connaît le mieux.

La phrase de Céline se perdit par le son de la voix d’Adam dans le micro.

Adam : Nous sommes prêts pour commencer. Voici comment nous avons prévu de procéder. Comme nous sommes nombreux, nous allons faire cinq groupes, soit huit couples par groupe. Le déroulement va être simple, chaque couple va tirer une question dans une petite urne que nous allons distribuer. Le couple qui tire la question n’a pas le droit de jouer sur cette question. Sur tous les papiers questions ont été écrits les réponses des couples. Les groupes ont été décidés, nous avons réuni deux tables ensembles. On s’est dit que cela serait plus intéressant de ne pas séparer les groupes d’amis.

Josh : Je sens que ce nouveau petit jeu va être des plus instructifs.

Andie regarda son compagnon, un petit regard rieur.

Andie : Tu n’imagines même pas à quel point. Mais il y a plutôt intérêt qu’on n’arrive pas dernier sur ce petit jeu de questions.

Adam : Bon alors voici les groupes. Donc la table de Bryan avec …

Harm marmonna quelques mots entre ses dents.

Harm : Pourvu qu’on ne soit pas dans le groupe de son ex !

Sarah entendu vaguement un son émanant de la bouche de son partenaire et se retourna sur lui.

Mac : Tu disais ?

Il lui adressa un tendre sourire, priant qu’elle n’ait pas compris ce qu’il disait.

Harm : Non, non, rien du tout !

Sarah reporta son attention sur Adam, écoutant la répartition des différents couples.

Harm remercia intérieurement les êtres supérieurs qu’elle n’ait pas entendu ce qu’il disait.

Adam : la table de Marie. Je sens qu’on ne pouvait pas mieux trouver comme groupe. Un ancien footballeur avec une ancienne cheerleader…

Euphélie : Son humour n’a vraiment pas changé à lui. On avait 6 ans que ses blagues ne nous faisaient déjà plus rire.

Mac : Et toi tu es toujours aussi directe. Adam est adorable… bon je reconnais que ses blagues ne font rire que lui, mais nous on rigole bien au blagues de canard d’Andie.

A l’évocation de son nom, Andie retourna vivement la tête.

Andie : Et voilà que ça me tombe encore dessus cette histoire.

Elles ne purent finir car Adam s’adressait à elles.

Adam : Et bien quant à la table de nos chères cheerleaders, vous aurez la joie de partager ce petit jeu avec ma propre table.

Euphélie : j’ai bien l’impression que l’on va devoir supporter ses blagues encore un petit moment. Enfin, je veux bien reconnaître qu’il est adorable et que quand on été ado il nous a souvent sauvé la mise.

Harm : Vraiment ? Il a joué les amis protecteurs avec vous ?

Mac : À cette époque là, même si je n’étais pas une faible femme, je n’avais pas encore l’entraînement d’un marines. Et il faut bien avouer que plusieurs fois Adam a fait fuir les garçons pour nous.

Josh : Adam ? Pourtant il n’a pas une carrure impressionnante !

Céline : Sans nul doute. Mais si nous n’étions pas célibataires, les garçons allaient voir ailleurs.

Sarah sourit à ces souvenirs.

Sarah : J’ai du être la petite amie fictive de Adam une bonne dizaine de fois.

Euphélie : Pour ma part, cela doit être à peu près comme Macky.

Andie : Pour moi aussi.

Céline : Il n’y a vraiment que moi qui est du utiliser ce subterfuge qu’une ou deux fois…

Mac : Normal, toi tu avais Peter. Et même quand vous n’étiez pas encore ensemble, aucun garçon ne t’aurait approchée, ils avaient trop peur de marcher sur les plates bandes du quater back de l’équipe de foot…

Tout le monde rit de bon cœur à la révélation.

Peter : Il est certain que j’ai du attendre un certain temps avant que Céline accepte enfin de sortir avec moi.

Alors qu’ils discutaient, ils n’avaient même pas fait attention qu’Adam et sa table arrivaient vers eux pour prendre place pour le début du jeu.

Adam : Alors près pour des petites révélations ?

Matt : Plus que jamais…

Les huit nouveaux membres prirent place.

Adam : Pour qu’on puisse être dans une ambiance un peu plus conviviale et donc être tous assez proches les un des autres, je vais demander aux jeunes femmes de bien vouloir s’asseoir juste devant la personne qui les accompagne, entre leurs jambes. Et que personne n’aille imaginer que j’ai des idées saugrenues derrière la tête…

Adam rit doucement à sa remarque imitée par quelques autres membres du groupe. Alors que Sarah s’installait comme demandé, Harm rapprocha son oreille pour qu’elle seule puisse entendre.

Harm : Je crois que je commence à entre apercevoir l’humour dont Euphélie faisait référence tout à l’heure…

Pour seule réponse, Sarah tourna légèrement la tête et lui adressa un léger sourire.

Adam : Bon je pense que vous avez tous compris les règles du jeu ?

Tout le monde hocha en signe d’assentiment.

Adam : Très bien, dans ce cas nous allons pouvoir commencer. Pour ce qui est du décompte des points, rien de plus simple. Sur chaque feuille question il est indiqué le nombre de point accordé pour une réponse juste. Les points accordés varient selon la difficulté de la question. Une réponse fausse ne donne aucun point. Si personne n’y voit d’inconvénient, je me propose pour commencer à tirer une question et on fait tourner dans le sens des aiguilles d’une montre.

Tout le monde : Ok !

Adam plongea sa main dans l’urne et il en retira un papier plié.

Adam : Et bien que le jeu commence…

Il déplia le premier papier et lu la question à voix haute.

Adam : Indiquer la profession exacte de votre partenaire. Je propose que pour les réponses on tourne comme pour les questions. Donc Andie c’est à toi !

Andie : Donc Josh est Capitaine de brigade de la section de Pompier Los Angeles 534.

Adam : On commence fort… La réponse est correcte. C’était un rêve d’enfant pour moi… Bon Josh a vous de répondre.

Josh : Andie est pilote de ligne, moyen et long courrier pour la société United Air lines.

Clara : la bataille s’annonce difficile. La réponse est exacte. On continue.

Les autres personnes du groupe répondirent à la question, quand on arriva à Harm et Sarah.

Mac : Harm est Capitaine de frégate, avocat assigné au quartier général du JAG Washington DC, et il est également pilote de chasse de F 14.

Adam : Cela m’impressionnera toujours autant. Il semblerait qu’il y ait deux pilotes parmi nous. A vous Harm.

Harm : Mac est Lieutenant Colonel du corps des marines, avocate assignée au quartier général du JAG Washington DC. Elle a également une formation de tireur d’élite.

Clara : La réponse est parfaite. C’est un sans faute pour tout le monde. On peut faire tourner. Andie c’est a vous deux de tirer.

Josh laissa faire Andie pour tirer la nouvelle question.

Andie : Quel est votre souvenir le plus embarrassant ?

Josh : Et bien je ne suis pas mécontent de ne pas répondre à cette question.

Céline : Pour Peter, c’est sûrement la fois ou il s’est retrouver nu dans le couloir d’un hôtel lors d’un voyage scolaire à New York.

Le visage de Peter vira au rouge à l’évocation de ce souvenir.

Adam : Vu sa réaction ce doit être ça. Je me rappelle encore quand il s’est retrouvé à taper à la porte de ma chambre car les garçons lui avait fait une blague et il était tout nu dans le couloir de l’hôtel et la femme de chambre arrivait…

Peter : Oui bon, on ne va pas s’attarder sur le sujet…

Tout le monde rit face à la mine déconfite de Peter. Finalement, chacun retrouva son calme et les autres participants répondirent à la question.

Euphélie : Pour Matt, je dirai la fois où il est apparu dans ma salle de cours et où il a commencé à me faire des avances, me parlant de ses fantasmes à propos des salles de cours. Cela n’aurait eu aucune importance si la salle de cours avait été vide. Mais la présence de 150 élèves écoutant à quelques peu rendu la situation loquace.

Mac : Je me revois encore le jour où tu m’as appelée pour me raconter ça. J’en ai avaler mon eau de travers tellement j’ai rit.

Adam : Et Matthew, le souvenir le plus embarrassant pour Euphélie ?

Matt : Je pense qu’elle a du parler du même évènement, car ce jour là, elle n’en menait pas large.

Euphélie se retourna pour faire face à son époux.

Euphélie : Et comment que je n’en menais pas large. Toi tu n’allais jamais revoir ces élèves. Mais moi, il fallait que je finisse l’année avec eux.

Elle pointait un doigt accusateur sur lui. Mais le sourire qui illuminait son visage à ce moment montrait qu’elle ne lui en voulait pas le moins du monde. Andie lança un regard à Sarah pour qu’elle réponde à son tour à la question.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   Mer 17 Aoû - 23:11

jjjj'''''aaaaaddddddddooooooooooorrrrrrrrrrreeeeeeeeeeeeeeeeee

vivmeent la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos années d'insouciance... [ terminée ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos années d'insouciance... [ terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [TripReport - Terminé] Un début d'années magique... Weekend du 2 et 3 Janvier 2010
» Années Lunaires Chinoises
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010
» Félicitation pour les clips pop kitch et année 80
» Recherche Magazine Fripounet années 90 à 93

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: