CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment lui dire... [ Terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 30 Juil - 3:16

Et voilà j'ai pas pu résister à l'envie de commencer à poster.

En premeir lieux, je dédie cette fic à Macab, elle ma booster à l'écrire alors que je n'y croyais pas le moins du monde, et relever ce petit défi a été un pur bonheur. Elle est pour toi celle la biquette et j'espère qu'elel te plaira.

Un grand merci également à Math et Finou, pour leurs encouragement tout au long de l'écriture pour la banière de Finou et la relecture de MAth. J'y vous adore.

Je ne dirais rien quand au sujet de cette fic je vous laisse découvrir par vous même.

Pour uqe personne ne s'y perde en route faites attention au dates indiquées en début de chapitre l'histoire n'est pas écrite dans l'ordre chronologique.

Bonne lecture j'espère que ça vous plaira.

*****************************************************************************




Chapitre 1 :


Cabinet médical du Dr Smith
Hôpital Bethesda, Virginie
25 mars 2005
15h30


Le docteur Smith était assis derrière son bureau, face à la personne qui était rentrée quelques minutes plus tôt. Il lisait et relisait les résultats des analyses et différents examens qu’il avait fait faire à son patient.

Dr. Smith : J’ai bien peur que les résultats de ces analyses confirment ce que nous redoutions.

Le médecin avait un ton morose, annoncer de telles nouvelles n’était jamais une chose facile. Mais il fallait que la personne soit prévenue au plus vite, pour qu’elle puisse s’organiser pour les évènements à venir, et faire en sorte qu’elle se prépare à affronter les difficultés qui se préparaient.
La personne assise en face de lui semblait tout juste comprendre ce qu’il venait de dire et tout ce que cela impliquait, complètement perdue dans ses pensées. Il fallait tout de même prendre connaissance et être sûr de ce qui allait suivre.

X : Et maintenant, que va-t-il se passer pour moi ?

Le docteur regardait le combat intérieur de son patient. En 30 ans de carrière il n’avait jamais vu une personne paraître si forte devant l’ampleur d’une telle nouvelle.

Dr. Smith : Il faudrait que l’on commence le traitement le plus tôt possible.

Son patient assimilait doucement, semblant ne comprendre qu’à moitié ce que le médecin lui dressait comme programme de thérapie.

X : Bien.

Dr. Smith : On va mettre en place votre programme de thérapie. Et il serait fortement conseillé que vous en parliez à un proche, un membre de votre famille par exemple, ou quelqu’un qui pourrait vous soutenir pour affronter tout ça.

Les mots percutèrent violemment son esprit, le dire à quelqu’un. Mais comment arriver à en parler à ses amis. La nouvelle était déjà un choc pour l’intéressé, alors l’annoncer aux personnes les plus importantes de votre vie.

X : C’est trop tôt, je ne peux pas leurs dire cela. Je ne veux pas de leur pitié.

Le docteur n’était guère étonné par la réponse de la personne. C’était souvent difficile d’annoncer à ses proches une telle nouvelle.

Dr. Smith : Désolé d’insister, mais vous aurez besoin de quelqu’un pour vous soutenir.

X : Je suis capable de m’occuper de moi-même. Je n’ai besoin de personne et surtout pas de leur pitié.

Et voilà donc le refrain de la pitié qui revenait sans cesse. Mais le médecin avait vécu assez de fois avec ses patients ce genre de situation, pour savoir que les amis proches et la famille n’agissaient jamais par pitié dans ce genre de situation.

Dr. Smith : Vous devez leur laisser le libre arbitre de faire quelque chose pour vous. Je conçois parfaitement que la nouvelle est difficile pour vous.

X : À bon vous comprenez. Vous a-t-on seulement annoncé un jour une telle nouvelle ?

Le Dr. Smith baissa le regard sur son bloc note.

Dr. Smith : Non, bien entendu. Mais j’ai vécu tellement de fois la situation avec mes patients que je sais exactement ce qui peut vous traverser l’esprit. Et je sais aussi par expérience que vous aurez besoin d’être soutenu.

Le doute traversa son esprit. Peut-être avait-il raison. Après tout, comme il le disait, il avait connu bon nombre de situation identique. Mais tout ceci était tellement nouveau et tellement difficile à gérer.

X : Très bien, je vais y réfléchir. Mais je ne veux pas qu’ils agissent différemment avec moi à cause de… ça.

Cela paraissait tellement difficile de prononcer ces mots.

Dr. Smith : Je sais, mais dîtes vous bien que plus vite ils le seront, plus vite ils pourront se préparer eux aussi à ce qu’il va arriver. Ils vont avoir besoin de se sentir utile pour vous, c’est quelque part, une partie de leur thérapie à eux. Je sais que souvent les malades perçoivent cela comme de la pitié.

X : Vous avez peut être raison.

Un léger sourire se dessina sur le visage du médecin. Ses tentatives commençaient à mener leurs fruits. Les moments qui allaient se présenter, seraient les plus difficiles de sa vie. Personne ne pouvait traverser cela tout seul. Cela était même inhumain de laisser une quelconque personne vivre tout cela sans soutien.

Dr. Smith : J’aimerai que d’ici une ou deux séances, vous reveniez avec la personne qui vous est la plus proche. Quelqu’un en qui vous avez une totale confiance et qui pourra vous épauler et surtout qui sera là pour vous. Vous avez une idée de qui pourrait être cette personne ?

Pour seule réponse il obtint un hochement de tête signifiant une réponse affirmative à sa question.

Dr. Smith : Très bien. Je ne vous cache pas que faute d’avoir des hauts et des bas émotionnellement, votre physique va aussi vous jouer des tours. La thérapie que vous allez suivre va être une très dure épreuve.

Sortant de son mutisme, sa voix résonna dans le cabinet.

X : Je suis préparé à supporter tout ce qu’il faudra.

Cette combativité l’étonnait fortement. En général ses patients se renfermaient sur eux même et ne voulaient pas spécialement entendre parler tout de suite du programme thérapeutique qui les attendaient.

Dr. Smith : Je suis ravi de l’entendre. Nous allons pouvoir commencer tout ceci au plus vite alors. Je vous propose de nous revoir dans une semaine, même jour, même heure…

Sa phrase se perdit dans la proposition de son patient.

X : Je souhaiterais que le rendez-vous soit plus tard. Je ne veux pas que cela interfère sur mon travail. Je veux pouvoir continuer à exercer mes fonctions aussi longtemps que mon état de santé me le permettra.

Dr. Smith : Je n’y vois aucun inconvénient. Disons alors même jour et à 18h. Cela vous convient-il ?

X : Ce sera parfait.

Il se retrouva enfin seul dans son cabinet. Encore un terrible moment qui venait de se dérouler. Il avait choisit le métier de médecin pour sauver la vie des gens en premier ordre. Mas il s’était rendu compte très vite que cela n’était que pure utopie…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Lun 8 Aoû - 3:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 30 Juil - 3:33

Et voui c'est qui qui booste les auteurs?? Et c'est qui qu'a pas peur des réactions de Sarah face à ce que je lui ai demandé? C'est Macab!!!
Nan en fait, je précise, j'ai demandé à Sarah décrire sur un thème et je l'ai boosté ( forcé?). je ne sais pas de quoi parle l'histoire, je connais juste le theme princiapal.
Je voulais te remercier pour ce que tu as écrit et pour la dédicace parce que ça me touche! je suis sure qu'elle me plaira, il n'y a pas de raison! Et je suis fière de toi, parce que tu y es arrivée ...malgré toute attente! mici

Maintenant venons en au fait: Alors mes pronostics: - cancer pour Mac. Bon après je peux me planter....
J'attends la suite dans deux jours avec impatience! Merci bcp

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 30 Juil - 10:28

Super début Sarah, ta fic est très bien.

Et je suis lepronostic de macab: Cancer pour Mac C'est la première chose qui me soit venue à l'esrit quand le médecin à parler de traitement et la personne X de la piété qu'elle ne veut as voir chez ses amis.

Vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 30 Juil - 18:16

Oh tin Sarah tu m'avais pas dit que t'allais la poster mtn C'est en voyant le mess de Corinne que je vois le sujet "Comment lui dire" que j'me suis dit que ça me disait quelque chose mdrrr
Bref, donc ayant eux le privilége de la lire peux dire que j'adore
Merci de nous la faire tout de même partager et Macab pour t'avoir boosté loool Et di rien pour la bannière, un vrai plaisir comme à chaque fois, et comme t'as commencé à poster, j'me dis qu'il faudrait que je commence pour la prochaine Wink Et pour les encouragements, j'ai adoré avoir le grade de Colonel, je le garde encore un tit peu celui là Lieutenant de Vaisseau Sarah respect pour la fic salut
C'est bon j'ai fini de m'étaler LOL

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 1 Aoû - 1:31

Chapitre 2 :


Maison des Roberts
MacLean, Virginie
24 Décembre 2004
19h00


Les éclats de voix des enfants résonnaient dans la maison. Mac courait après AJ depuis maintenant 10 bonnes minutes, faisant semblant de vouloir le dévorer tout cru.

Mac : Tu devrais courir petit matelot. Si je t’attrape je te fais cuire dans la cheminée avant de te dévorer.

Le petit garçon partit au pas de course. Courant tout autour de la table.

P’tit AJ : Tu ne m’attraperas pas !

Mac s’était lancée à sa poursuite. Et très vite elle attrapa le petit garçon par la taille.

Mac : Alors petit matelot. Tante Mac t’a attrapé. Je vais pouvoir te dévorer tout cru maintenant.

Le petit garçon se débattait et continuer à rire de plus belle aux attaques de morsures de sa marraine.

P’tit AJ : Oncle Harm, il va venir me chercher pour pas que tu me manges.

Mac tenait le petit garçon comme un bébé et arrêta de lui faire des chatouilles et de faire semblant de lui mordre le ventre.

Mac : Pas de chance pour toi matelot. Ton oncle Harm est toujours en retard. Il ne viendra pas t’aider pour le moment…

Elle se réattaqua de suite à sa dure besogne. Mais elle fut surprise de sentir des mains encercler sa taille et faire en sorte qu’elle lâche l’enfant.

Harm : Et bien, pour une fois tu te trompes, marines. Et je ne te laisserais pas dévorer notre filleul surtout que je connais ton appétit féroce.

Le petit marin était maintenant à terre, il regarda sa tante et lui dit.

P’tit AJ : Tu vois Tante Mac, je t’avais dit que mon oncle Harm il ne te laisserai pas me manger.

Harm et Mac regardèrent le petit garçon et sourirent. Harm était toujours positionné derrière Mac, lui tenant les mains pour éviter qu’elle ne s’échappe. Un sourire malicieux se dessina sur son visage, il s’adressa alors à son filleul.

Harm : Qu’en pense tu AJ, ne crois tu pas qu’elle mérite une petite torture pour avoir voulu te manger ?

Le petit garçon regarda son parrain tout sourire.

P’tit AJ : Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Il n’en fallu pas plus à Harm pour qu’il soulève son nouveau fardeau et la prenne dans ses bras. Mac essayait tant bien que mal de se débattre, mais Harm tenait bon, et ne comptait pas la lâcher.

Mac : Harm, allez ne faites pas l’enfant. Posez moi à terre !

Mais la supplique fut en vain.

Harm : Il n’en est pas question, marines. Je compte bien venger mon filleul et surtout vous faire regretter votre remarque sur mes retards.

Il arriva alors à l’endroit qu’il souhaitait. Il la déposa sur le canapé, lui tenant toujours les mains pour éviter qu’elle ne s’échappe. Harm tourna la tête alors vers le petit garçon qui les avait suivit jusque devant le sofa.

Harm : A toi de jouer maintenant, petit matelot. Montres à ce satané marines que les marins sont coriaces et ne se laissent pas marcher sur les pieds.

AJ se jeta sur sa marraine et lui chatouilla le ventre. Mac essaya de retenir les soubresauts qui voulaient sortir de sa bouche, pour ne pas monter qu’elle craignait énormément ce genre d’attaques. Mais très vite elle ne put se retenir et les éclats de voix emplirent le salon des Roberts.
Harm s’était assis sur le sofa, posant les jambes de Mac sur les siennes. AJ était à califourchon sur les jambes de Mac et continuait de la chatouiller sans fin. Harm avait relâcher, plus tôt, les mains de Mac et celle-ci avait profiter de ce moment pour faire subir la même torture à son petit filleul.

Harm : Alors, marins on se rend ?

Entre deux éclats de rire Mac trouva le moyen de répondre.

Mac : Sûrement pas… Un marines ne se rend jamais…

Les chatouilles reprirent de plus belles et Mac devait endurer celles de son filleul mais aussi de son partenaire qui n’était pas décidé aujourd’hui à se ranger de son côté.
Harriet rentra à ce moment là dans le salon et découvrit avec amusement un entremêlement de jambes et de bras, les éclats de rire des trois personnes résonnant dans toute la pièce. Elle resta là un petit moment, sans bouger, à regarder la scène qui s’offrait à elle. Harm et Mac faisaient des parrains et marraines parfaits. Elle se décida à mettre fin à ce petit jeu.

Harriet : AJ Roberts, il est temps pour toi d’aller te laver les mains. On va bientôt passer à table.

Les deux adultes s’arrêtèrent aussitôt au son de la voix de leur amie. Ils étaient dans une position quelque peu gênante. Mais après tout ils avaient une excuse pour cela, ils jouaient avec leur filleul. Le petit garçon regarda sa mère avec une moue suppliante.

P’tit AJ : Allez maman, encore 5 minutes. Oncle Harm il a dit qu’il fallait prouver que les marins sont plus forts que les marines.

La jeune femme sourit à la remarque de son garçon. Ces deux amis ne cessaient de vouloir prouver que l’un était plus fort que l’autre. Ils ne rataient pas une occasion pour le prouver

Harriet : Désolé mon chéri, mais il est l’heure de se mettre à table.

Le petit garçon descendit du sofa non sans un petit regard triste. Il aurait bien joué encore avec son oncle et sa tante.
Alors que le petit garçon sortait de la pièce donnant à sa mère la main, Harm se releva et tendit la main à Mac pour l’aider à en faire autant.

Harm : Allez marines, maintenant que cette petite bataille est finie, reprenons une attitude un peu plus correcte.

Ils se sourirent alors que Mac mettait sa main dans celle de Harm et se relevait du sofa. Une fois sur pieds, elle fut prise d’un vertige. Harm passa son bras autour de la taille de la jeune femme pour qu’elle ne tombe pas.

Harm : Mac ça va bien.

L’inquiétude s’entendait dans sa voix. Mac posa sa main sur son épaule et lui adressa un léger sourire.

Mac : Ce n’est rien, Harm. Je me suis sans doute relevé trop vite.

Harm : Vous êtes sûre ?

Elle se détacha de lui et lui adressa un regard lui signifiant que tout allait bien.

Mac : Je vous assure, Harm. Quand on se relève trop vite cela arrive fréquemment. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 1 Aoû - 1:44

AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH j'adore ce chapitre!!! Je les trouve vraiment adorable avec leur filleul c'est pas croyable et puis une partie de chatouille entrainent irrémadiablement contact physique et puis euh...Bon stoppe mdrrrr
Merci pour ce nouveau chapitre, maintenant j'attends le prochain avec impatience!
Et c'est bien mac qui semble malade !

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 1 Aoû - 10:41

Super nouveau chapitre. Il est trop beau. Voir Harm et mac s'amuser comme ça avec AJ c'est trop mignon.

Vivement le chapitre prochain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mer 3 Aoû - 1:28

Voici la suite, merci à Tomcat et Math pour la relcture de totue la fic et merci infiniment pour les commentaires quevous m'adressez cela me touche beaucoup...


************************************************************************

Chapitre 3 :


Quartier Général du JAG
Fall Church, Virginie
17 Janvier 2005
10h30


Juge : Accusé levez-vous !

Mac et son client se levèrent dans un même mouvement.

Juge : Pour l’accusation à manquement au devoir en date du 31 Octobre, l’accusé est reconnu coupable. Pour l’accusation à irrespect à un officier supérieur, l’accusé est reconnu coupable. Pour l’accusation à homicide involontaire sur la personne de trois marins affectés sur le Patrick Henry, l’accusé est reconnu coupable.

Le visage de Mac et de son client se décomposaient au fil des accusations, mais le regard de Mac semblait ailleurs.

Juge : Lieutenant Miller, vous êtes condamné à 10 ans de prison ferme à Leveanworth. Au bout de ces 10 années, vous serez démis de vos fonctions au sain de l’armée sans soldes et privé de tous avantages.

Le visage de Harm quant à lui exprimait la joie de la victoire. Il avait réussit à battre sa marines sur ce procès.

Juge : Lieutenant Miller, vous serez conduit dès cet après midi à la prison de Leveanworth où vous commencerez votre peine. La séance est levée.

Le coup de marteau sur le cylindre en bois marqua la fin définitive de ce procès qui avait été pour le moins laborieux et prenant pour les deux parties.
Mac se tourna alors vers son client.

Mac : Si vous le souhaitez, nous pouvons faire appel de la décision du juge. Il y a encore de faible chance que la sentence soit allégée.

Le Lieutenant Miller regarda son avocate, le regard dans le vide.

Lieutenant Miller : Ce ne sera pas nécessaire, Ma’am. Je suis responsable de ce qui c’est produit lors de cette opération à bord du Patrick Henry et j’en prends toutes les responsabilités. Merci pour ce que vous avez fait pour moi.

Mac devait reconnaître que quelque part, elle plaignait son client tout du moins elle avait beaucoup de compassion pour lui. Le jour où elle l’avait rencontré juste avant le début du procès, elle l’avait trouvé en larmes dans son bureau. Il regrettait fortement ses actes et il voulait en prendre l’entière responsabilité. Mac avait essayé de le défendre de son mieux, mais au fond d’elle, elle n’était pas pleinement satisfaite de cette audience.
La voix de Harm la sortit de ses pensées.

Harm : Alors, marines vous m’accompagnez ?

Mac semblait complètement ailleurs et Harm trouva que son visage était marqué par le manque de sommeil, elle avait les traits tirés et il la trouvait souvent à des milliers d’années lumière de ce qu’elle faisait en ce moment.

Mac : Je vous demande pardon ?

Harm lui adressa un tendre sourire.

Harm : Vous descendez avec moi au plateau ou vous préférez rester dans cette salle de tribunal, maintenant vide.

Mac sembla tout juste prendre conscience que les personnes présentes quelques minutes plus tôt avait déserté la salle d’audience pour retourner vaquer à leurs occupation. Même son client avait apparemment était emmené par les sentinelles pour le conduire à Leveanwoth. Harm ne manqua pas de noter son air perdu. Mais elle se ressaisit très vite.

Mac : Je vous suis, matelot.

Harm, même s’il ne lui disait pas directement était inquiet au fond de lui. Ce n’était pas dans ses habitudes d’être aussi distraite au cours d’une audience, surtout de cette importance. Il avait gagné mais sa victoire n’était pas complète car elle ne s’était pas battue comme elle le faisait d’habitude. A plusieurs reprises, il avait attendu une objection de sa partenaire aux questions qu’il posait au témoin, mais rien n’était venu. Juste le silence qui planait au dessus du tribunal suivit immanquablement de la réponse du dit témoin. Il s’était retourné à chaque fois pour voir son visage et elle semblait à des milliers d’années lumière.
Harm attendit que la porte de l’ascenseur se soit refermée sur eux pour commencer une discussion avec elle.

Harm : S’il y avait quelque chose qui n’allait pas, Mac, vous me le diriez n’est ce pas ?

Mac se tourna immédiatement pour regarder son partenaire. Durant une seconde, la possibilité qu’il ne soit pas sérieux lui avait traversé l’esprit.

Mac : Pourquoi me demandez vous ça, Harm ?

Harm prit alors son courage à deux mains, il savait que la remarque risquerait de la froisser mais il devait savoir si tout allait bien pour sa partenaire.

Harm : Disons que je vous ai trouvé ailleurs pendant ce procès.

Le regard qu’elle lui lança lui fit comprendre qu’elle ne voyait pas où il voulait en venir.

Harm : Vous avez eu de nombreux moment d’absence pendant l’audience. J’ai l’impression que vous m’avez laissé gagner.

Aussitôt que les mots furent sortis de sa bouche, il comprit qu’il allait sûrement devoir essuyer ses foudres. Et cela ne tarda pas à venir.

Mac : Vous insinuez que je n’ai pas fait mon boulot correctement ?

Et voilà, elle commençait à sortir de ses gonds. Harm tenta de rattraper le coup et de la calmer un peu pour retrouver une discussion normale avec elle.

Harm : Ce n’est pas ce que j’ai dit, Mac. Je dis juste que vous n’étiez pas au meilleur de votre forme.

La réaction qu’elle eut, Harm ne l’avait pas prévu et il en fut plus qu’étonné.

Mac : Je sais, Harm. Je subis les foudres d’un affreux mal de crâne depuis plus d’une semaine qui m’empêche même de dormir la nuit. Mais tout cela est sans doute du au procès. Maintenant qu’il est fini je vais peut être pouvoir me débarrasser de cette affreuse douleur et retrouver le sommeil.

Harm : J’espère que vous dîtes vrai.

Ils se sourirent tendrement avant que les portes de l’ascenseur ne s’ouvrent sur leur étage. Ils avancèrent alors sur le plateau avant que Harm ne reprenne la parole.

Harm : En tout cas, je vous rappelle que vous me devez un repas.

Mac : Mais je n’oublie pas. Pour ce week-end je ne peux pas. Mais que dites vous du week-end prochain ?

Harm fit mine de réfléchir.

Harm : Je pense que c’est parfait.

Mac se dirigea alors vers son bureau, elle se retourna juste avant de rentrer dans celui-ci.

Mac : Disons alors samedi à 19h chez moi…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mer 3 Aoû - 11:58

je reviens et

t'as commencé à poster. dire que j'ai failli manquer ça.

Mais en attendant Bravo c'est super, j'adore m^me si je te l'ai déjà dit

vivement la suite

je suis trop triste pour Mac, pourquoi il lui arrive toujours des trucs comme ça elle va pas mourir hein tu reste encore une shipper
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mer 3 Aoû - 12:09

J'adore ta fic Sarah, elle est vraiment bien.

Vivement la suite mais pauvre Mac ce n'est pas facile pour elle J'espère qu'elle finira par s'ouvrir à quelqu'un (pourquoi pas... Harm ) et que cette personne pourra l'aider à traverser ce qu'elle endure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Jeu 4 Aoû - 23:13

Voici la suite en espérant que la fic vous plaise...

*********************************************************************

Chapitre 4 :


Appartement de Mac
Georgetown, Virginie
29 Janvier 2005
17h00


Mac était en peignoir dans sa chambre. Elle avait passé la journée dans les magasins. Après la semaine de travail qu’ils avaient tous passé au Jag, elle avait eu besoin de s’aérer l’esprit. Elle avait fait quelques petits achats mais avait passé la plus grande partie de l’après midi à flâner devant les boutiques. Elle avait étalé ses achats sur son lit quand elle regarda l’heure sur son réveil.

Mac : Il faudrait que tu te dépêches si tu ne veux pas être en retard.

Elle se dirigea vers la salle de bain et ôta son peignoir. Elle se glissa alors dans l’eau bouillante. Elle laissa les senteurs parfumées prendre totalement possession de son corps. Elle commença à se relaxer aussitôt immergée dans son bain. C’était le seul moment de la journée où elle perdait toute notion de temps. Ce bain lui apportait relaxation, détente et bien être.

Mac : Si on pouvait passer toute une vie dans un tel bien être.

Elle rit doucement à sa remarque puérile. Se résonnant elle reconnut que de toute évidence elle ne pourrait passer sa vie ainsi à ne rien faire. Elle avait toujours était une femme d’action, elle avait besoin de changement, de se sentir utile, de bouger.
Elle se décida au bout d’une heure à sortir enfin de son bain. Elle devait se préparer car Harm, bien que toujours en retard ne tarderait plus à arriver. Elle n’était pas habillée et n’avait toujours pas préparé le repas. Elle s’enveloppa dans une serviette et se dirigea vers sa chambre pour choisir sa tenue.

Mac : Si je mettais se nouveau jean que j’ai acheté aujourd’hui, il ira parfaitement avec le petit haut rouge col en V que j’ai dans mon placard.

Aussitôt dit aussitôt fait, elle s’habilla et retourna dans la salle de bain pour mettre une touche légère de parfum et de maquillage pour compléter sa tenue vestimentaire.

Mac : Bon il me reste juste le temps pour préparer le repas. Harm qui croit que je ne cuisine pas, il va être surpris !

Elle s’activa en cuisine pendant le reste du temps, ne perdant pas une minute. Le petit espace qui lui servait plus tôt de cuisine ressemblait maintenant plus à un champ de bataille. Elle mit le plat dans le four et s’activa à tout ranger avant que son partenaire n’arrive.
Elle finissait de laver les derniers ustensiles ménagers quand la sonnerie de la porte d’entrée retentit.
Elle posa le torchon qu’elle tenait dans ses mains et se dirigea vers la porte d’entrée. Elle ouvrit alors la porte.

Mac : Bonsoir, Harm. Vous êtes en retard…

Il lui sourit tendrement et lui tendit un bouquet de roses blanches.

Harm : Pour une fois j’ai une excellente excuse. J’étais chez le fleuriste et disons que j’ai eu du mal à me décider avant de pencher pour les roses blanches.

Mac attrapa le bouquet de fleurs et sentit l’agréable odeur qui s’en dégageait. Elle lui rendit son sourire avant de se retourner pour aller le mettre dans un vase.

Mac : Pour cette fois, matelot, je ne vous tiendrais pas rigueur de ce retard. Mais vous devez ceci au fait que les roses blanches sont mes préférées car sinon je vous aurais fait passer un mauvais quart d’heure, foi de marines.

Elle attrapa un vase vide se trouvant sur la table devant elle et se dirigea vers la cuisine pour le remplir d’eau.

Harm : Heureusement alors que je ne me suis pas trompé dans mon choix.

Il rit doucement en posant son manteau sur le rebord du canapé. Mac revint à ce moment là avec son bouquet et le vase entre les mains. Elle le déposa sur la table qu’elle avait dressée plus tôt pour deux personnes et se dirigea vers lui.

Mac : J’ai oublié de vous dire quelque chose.

Elle s’approcha un peu plus de lui et se hissant sur la pointe des pieds elle déposa un tendre baiser sur sa joue.

Mac : Merci.

Harm était quelque peu perdu, comme hypnotisé. Il retrouva vite ses esprits et la regarda dans les yeux.

Harm : Mais de rien.

Ils continuèrent à se regarder ainsi pendant de longues secondes voire minutes. Aucun des deux n’auraient pu certifier combien de temps s’était écoulé tellement ils étaient captivés par la contemplation du regard de l’autre.
Harm brisa finalement le silence et le bref instant qui s’était installé entre eux.

Harm : Alors, vous avez préparé quoi pour le dîner.

Elle allait répondre quand il l’interrompit.

Harm : Attendez, laissez moi deviner : vous avez commandé un repas spécial chez Beltway burger !

Il rit doucement mais stoppa net quand elle le tapa gentiment sur l’épaule.

Mac : Et bien, non matelot. Je vous ai préparé un repas tout particulier pour le presque végétarien que vous êtes.

Harm la regarda étonné.

Harm : Vraiment ? Peut on savoir ce que notre cordon bleu a fait pour le repas.

Mac affichait un regard amusé. Elle était fière d’avoir réussit à surprendre Harm.

Mac : Mais certainement, à l’heure actuelle les lasagnes de poisson sont en train de finir de cuire dans le four et les légumes frits sont en train de cuire sur le feu. Quant au désert, et bien… vous verrez en temps voulu.

Elle lui lança un regard charmeur. Elle voulait s’amuser un peu et le mettre mal à l’aise. Une soirée prometteuse s’annonçait.

Harm : Tout ceci m’a l’air parfait. Reste à vérifier si tout ceci est aussi bon que ça en a l’air.

Mac : Nous allons savoir de suite. Installez vous à table je vais chercher les plats.

Mac laissa Harm s’installer et elle se rendit à la cuisine. Elle attrapa les maniques pour le four et en sortit le plat de lasagnes qui était maintenant cuit à point. Elle entendit alors la voix de Harm.

Harm : Au fait Mac, vous avez un nouveau pantalon. J’en connais une qui a du bien s’amuser cet après midi.

Elle était à la fois flattée et amusée de sa remarque.

Mac : Vous ne croyez pas si bien dire…

Harm : En tout cas, il vous va à merveille.

Mac : Merci bien Harm.

Elle continua à s’activer à assaisonner les légumes quand sa vue se brouilla. Elle prit appuie sur le plan de travail pour ne pas tomber à même le sol. Elle se parla alors à elle-même pour reprendre pied au plus tôt.

Mac : Pas maintenant, allez.

Elle se frotta légèrement les yeux, pour retrouver une vision plus claire de son environnement. Bizarrement, aussi brusquement que cela était venu le trouble, devant ses yeux, disparu. Mac ne s’en formalisa pas.

Mac : Après cette soirée, je pense qu’une bonne nuit de sommeil ne sera pas de trop…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Ven 5 Aoû - 0:03

je viens de me connecter et que vois-je? UN nouveau chapitre! Et pis bien sur Harm qui rendez vous chez Mac! Pis les roses blanches trop trop mimis ( sérieux, j'aime pas les roses rouges )
Bon bah je rectifie mon tir, je pencherai pour une tumeur au cerveau pr Mac. Mauc de tête, étourdissement, flash dans les yeux, perte d'équilibre, fatigue....

En tout cas, c'est encore un très bon chapitre! j'attends la suite dans deux jours avec impatience, sarah!! merci merci, pour l'instant je ne sius pas du tt déçue de ce que j'ai pu lire!

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Ven 5 Aoû - 10:55

Super suite pour ce petit rendez-vous en tête à tête.

J'adore vraiment ce que tu écris Sarah. Continue comme ça parce que c'est super.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Dim 7 Aoû - 2:17

Voici le chapitre suivant...

***********************************************************************

Chapitre 5 :

Quartier Général du JAG
Fall Church, Virginie
21 Février 2005
8h20


Le bureau était encore calme à cette heure si de la journée. Les officiers arrivaient un à un aux portes du plateau. Les débuts de semaine se faisaient toujours selon le même rythme.
Mac était arrivée à 8h précise comme tous les matins. Elle avait posé ses affaires dans son bureau et s’était rendue dans la petite kitchenette pour se préparer son café matinal. Il ne lui restait plus que dix minutes avant de se rendre à la réunion hebdomadaire du lundi matin. Elle espérait qu’il n’y aurait pas de gros dossiers car elle ne se sentait pas au mieux de sa forme. Sans doute une grippe pensait-elle. C’était la saison des froids. Elle regarda le breuvage noir couler goutte à goutte dans la cafetière. Elle était complètement perdue dans ses pensées.

X : Un dollar pour vos pensées, marines !

Elle sursauta légèrement, mais reconnue immédiatement le propriétaire de cette voix et surtout qui aurait eu l’audace de lui faire une telle proposition. Elle se retourna pour faire face à son interlocuteur.

Mac : N’ai-je pas déjà entendu cette proposition ?

Pour seule réponse il lui sourit.

Mac : Je vous ai déjà dit Harm que mes pensées valent bien plus que cela. Et votre salaire ne vous permet pas une telle fantaisie.

Harm : Peut être que si j’attaquais une banque je pourrais me le permettre. Vous me défendriez auprès de la cours martiale si je me faisais pincer ? Tout ceci aurait été de votre faute donc ce ne serait que justice que vous me défendiez.

Mac : Je pense que je le ferais en effet. Vous m’avez déjà assez défendu au tribunal que je vous dois bien cela !

Ils s’adressèrent un sourire charmeur et complice.

Harm : Vous me serviriez une tasse de votre horrible café avant que l‘on se rende dans la salle de réunion ?

Mac : Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez à vouloir boire de mon café si vous le trouvez aussi atroce.

Il lui lança son fameux flyboy grin.

Harm : Pour vous montrer les tortures que je suis prêt à endurer pour vous.

Il attrapa la tasse qu’elle lui tendait et tourna les talons en direction du plateau. Il tourna légèrement la tête pour ajouter quelque chose.

Harm : Vous feriez mieux de vous dépêcher, Colonel, sinon vous allez être en retard.

Elle n’eut pas besoin de consulter sa montre pour savoir qu’il disait vrai. Il lui restait exactement 3 min 40 sec pour se servir son café et se rendre à la réunion.
Elle entendit Harm qui ajoutait :

Harm : Je ne pense pas qu’il accepterait comme excuse la panne de réveil, venant de son chef d’état major.

Elle ne pouvait voir son expression mais elle pouvait imaginer le sourire taquin qu’il devait afficher. Elle attrapa la tasse de café qu’elle s’était servie et pressa le pas pour le rattraper avant qu’il n’arrive devant la porte de la salle.

Mac : Mais je ne compte pas être en retard, Capitaine. Je vous laisse régner en maître sur cette discipline. Et c’est bien la seule…

Ils poussèrent la porte de la salle de réunion dans un éclat de rire. Toutes les personnes présentes les fixèrent avec un regard interrogateur. Ils retrouvèrent leur sérieux et se dirigèrent vers leur siège respectif. Déposant devant eux la tasse qu’ils tenaient dans les mains. Ils n’eurent le temps de s’asseoir que déjà l’Amiral faisait son entrée dans la salle. Tous se tinrent dans un garde à vous impeccable.

Amiral : Repos.

Il s’avança vers son propre fauteuil et prit place.

Amiral : Avant de commencer, j’aimerai rappeler à tout le monde que le Secnav organise ce week-end une soirée privée. Vous avez tous dû recevoir votre carton d’invitation, je compte sur la présence de tous les membres du bureau du JAG.

Harm s’adressa tout bas à Mac.

Harm : Encore une soirée des plus intéressantes en vue.

L’Amiral remarqua tout de suite la petite remarque de son officier et décida d’intervenir.

Amiral : Vous avez une remarque à faire Capitaine Rabb.

Pris en flagrant délit, Harm ne trouva rien à redire.

Harm : Non, Monsieur.

L’Amiral lui adressa un regard de reproche puis se replongea dans sa présentation.

Amiral : Je disais donc que j’exige votre présence à tous, sauf excuse valable.

Il s’adressa alors tout particulièrement à Harm.

Amiral : Pour vous Rabb aucune excuse ne sera valable. Vous avez l’air de tellement apprécier ce genre de soirées mondaines.

Mac lui lança un petit sourire en coin. Il était pire qu’un enfant quand il s’y mettait.

Amiral : Bien passons maintenant à la distribution des dossiers. Lieutenant Roberts vous êtes chargé d’une affaire de vol sur l’USS Georges Washington. Il est à quai pour 4 jours à Norfolk. Vous recevrez toutes les informations là bas.

L’Amiral lui fit passer le dossier de cette affaire.

Bud : Bien, Amiral.

L’Amiral ouvrit le dossier suivant.

Amiral : Turner vous êtes chargé de défendre un Sergent artilleur qui aurait désobéit à un ordre direct. Vous devez vous rendre aujourd’hui même sur la base de Quantico.

Il lui fit passer le dossier pour qu’il prenne connaissance de l’affaire.

Amiral : Le Quartier Maître Coates vous donnera tout ce dont vous avez besoin en sortant de la salle de réunion.

Sturgis : A vos ordres, Monsieur.

Il se tourna alors en direction de Harm et Mac.

Amiral : Si je n’avais pas besoin de vous pour cette affaire Rabb, je vous aurai bien fait faire de la paperasse pour la semaine. Remerciez une fois de plus votre bonne étoile.

Tout le monde sourit à la remarque. Harm se retint de montrer sa joie pour ne pas avoir à essuyer un peu plus les foudres de l’Amiral.

Amiral : Le fils de l’Amiral GRANT a été accusé d’abus sexuel sur une jeune femme. Cette affaire a déjà atteint les oreilles des journalistes. Je compte sur vous pour que cela ne vire pas à une condamnation prématurée…

Il n’eut le temps de finir sa phrase que Mac l’interrompit.

Mac : Je vous pris de m’excuser, Monsieur. Mais pourrai je sortir ?

L’Amiral ne refusa pas la requête de Mac face au problème encouru et la laissa quitter la salle. Mac sortit aussi rapidement que possible et attrapa le mouchoir qu’elle avait pressé sur son nez. Il était imbibé de sang et l’hémorragie ne semblait vouloir s’arrêter…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Dim 7 Aoû - 11:16

Wow les problèmes de Mac semblent de plus en plus être là. Après les vertiges, voilà les saignements.

J'espère que tout s'arrangera pour elle et qu'elle finira par en parler avant qu'elle ne soit contrainte de le faire parce qu'elle aura quelque chose de vraiment sérieux qui l'enverra à l'hôpital. Et Que Harm l'apprenne par elle plutôt que par un médecin.

Vivement la suite qui pour moi sera malheureusement dans trois semaines.

En tout cas, même si je suis inquiète pour la santé de Mac, Ta fic est super Sarah

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 8 Aoû - 3:50

Je vines jute de me rendre compte qu'il y avait une bourre dnas le chapitre 1, enfin c'est après quelques remarques de lectuers sur le forum jagfashion... dnas le chapitre 1 on est en 2005 et pas en 2004...

Donc remettons les choses dnas leur contexte pour les chapitre 2 à 5 Mac n'est toujours pas au courant qu'elle est malade... et cela se apsse avant sa rencontre du chapitre 1 chez le médecin.

Je suis vriaemtn désolé j'étais persuadé d'avoir ait la correction.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mar 9 Aoû - 1:18

Chapitre 6 :

Quartier Général du Jag
Fall Church, Virginie
9 mars 2005
17h35


La journée avait été longue, rythmée par un plaidoyer, des interrogatoires à n’en plus finir et la rédaction des dernières enquêtes et leurs conclusions.
Mac était assise dans son fauteuil devant la table imposante. Il y avait des dossiers étalés sur toute la surface de l’imposant bureau.

Mac : Toutes ces affaires vont finir par avoir raison de moi !

Elle s’enfonça plus profondément dans son fauteuil et se massa délicatement la base du cou. Cela faisait plus de 4h qu’elle n’avait pas bougé de sa position, ne s’arrêtant même pas pour prendre son café quotidien de l’après midi.

Mac : Il serait peut être temps de faire une petit pause, Mac.

Elle n’avait pas entendu la porte s’ouvrit. Aussi fut elle surprise par la voix qui résonna dans le bureau.

Harm : Alors, marines, on parle toute seule maintenant.

Elle se redressa prestement à la remarque de son ami.

Mac : Harm, vous m’avez fait peur. J’étais en train de me dire que je ferai bien de prendre une pause sinon ces dossiers vont m’achever.

Harm avança vers son bureau en fermant la porte derrière lui. Il déposa alors une tasse de café devant elle et un sachet.

Harm : Ne vous voyant pas sortir je me suis dit que vous auriez peut être envie d’une petite pause.

Il prit place dans le fauteuil en face d’elle, lui adressant son sourire charmeur.

Mac : Cela devient effrayant de voir à quel point vous me connaissez bien, je pourrai vous tuer pour cela, mais comme vous m’avez apporté du café et d’excellents muffins, je crois que vous échappez à la peine de mort cette fois.

Ils se regardèrent et éclatèrent de rire.

Harm : je l’ai échappé belle cette fois…

Mac but une gorgée du café et prit un muffin dans le sac, elle le tendit après à Harm.

Mac : Merci Harm.

C’était tout ce qu’il avait souhaité, voir ce sourire merveilleux sur son visage en guise de remerciement.

Mac : Vous en voulez un, je suis prête à partager avec vous !

Harm se saisit du paquet et se servit.

Harm : Je vais vite en prendre un avant que vous ne les ayez tous mangé.

Pour seule réponse de sa part, il reçut une boule de papier qui traînait sur le bureau de Mac.

Harm : Et voilà comment on est remercié.

Ils restèrent durant les minutes qui suivirent dans un silence total, juste à se regarder et à profiter du calme qui s’était installé. C’était apaisant et reposant quelques secondes en sa présence permettait d’oublier les heures de travail qu’elle venait de faire. Ils furent interrompus dans ce moment de bien être par la sonnerie stridente du téléphone. Mac tendit la main pour se saisir du combiné.

Mac : Excusez moi Harm, ça ne durera pas longtemps.

Mac porta le combiné à son oreille.

Mac : Colonel Mackenzie…

La conversation ne dura pas plus de 5 minutes. Elle reporta alors son attention sur Harm.

Mac : Je vais devoir vous demander de m’attendre quelques secondes, il faut que j’aille demander des dossiers à Harriet.

Harm : Pas de problème, Mac. Je ne bouge pas d’ici.

Mac : Très bien.

Elle se leva de son siège et fit quelques pas en direction de la porte. Mais très vite son avancée fut stoppée par un violent mal de crâne.
Harm remarqua de suite qu’elle était devenue toute pale.

Harm : Tout va bien Mac ?

Les paroles de Harm tapèrent dans sa tête, elle sentit sa vision se troubler légèrement. Elle ne devait pas craquer, pas maintenant.

Mac : Ca va…

Ce fut tout ce qu’elle put dire. Elle voulut faire un pas de plus et lâcha donc la prise qu’elle avait sur le bureau pour tendre la main vers la poignée de son bureau. Ses jambes se dérobèrent sous elle et elle se sentit tomber.
Harm s’était levé précipitamment voyant que Mac était en train de perdre connaissance. Il la retint juste avant qu’elle ne touche le sol. Il était complètement perdu. Pourtant elle avait l’air en pleine forme quelques minutes plus tôt. Il posa délicatement sa tête sur ses genoux. Ils étaient maintenant par terre dans le bureau de Mac. L’inquiétude se lisait sur le visage du pilote. Il caressa doucement sa joue pour lui faire reprendre conscience.

Harm : Allez, marines. Ce n’est pas le moment de faire une petite sieste.

Mac commença à ouvrit fébrilement les yeux. Elle semblait complètement perdue et dans le vague. Harm continua sa douce caresse et lui parla d’une voix douce.

Harm : Tout est ok, Mac. Je suis avec vous.

Elle retrouva toute sa lucidité et voulu se redresser pour prendre une position plus convenable que celle dans laquelle ils se trouvaient. Harm la stoppa dans son élan.

Harm : Non, attendez quelques secondes encore. Il ne faut pas vous relever d’un coup après ce qu’il s’est passé.

Elle l’écouta mais voulu tout de même argumenter.

Mac : Harm, tout est ok.

Il l’aida finalement à se redresser et la fit s’asseoir dans la chaise qu’il occupait.

Harm : J’appelle Bethesda pour vous prendre un rendez-vous.

Il attrapa le téléphone. Mais Mac posa sa main sur la sienne pour l’en empêcher.

Mac : Harm, tout va bien, juste un peu de fatigue. Je suis sûre qu’après une bonne nuit de sommeil tout ira mieux.

Harm la regarda. Elle n’arrivait même pas à se convaincre elle même de ce qu’elle disait.

Harm : Non, cette fois, j’appelle pour un rendez-vous. Les vertiges à répétitions, les saignements de nez, les absences répétées que vous avez au tribunal, sans oublier les violents maux de tête que vous avez. Vous devez consulter un médecin, Mac. Et s’il le faut je vous y conduirais pour être sûr que vous y alliez bien.

Elle ne trouva rien à redire et le laissa faire. Il fallait bien qu’elle reconnaisse que sa santé, ces derniers temps, n’était pas au plus haut. Mais elle était un marines et n’y avait pas prêté plus d’attention que ça.

Harm : Oui, bonjour je souhaiterais prendre un rendez-vous pour le Lieutenant-Colonel Sarah Mackenzie.

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mar 9 Aoû - 1:27

NBous revoila revenu dans le présent, et Harm se fait inquiet! Et il n'est pas le seul!

Encore une super suite Sarah, qui nous soutient toujours dans l'incertitude!
Merci d'avoir posté!! Suite dans deux jours

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Mar 9 Aoû - 1:27

C quoi la maladie de Mac?

Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Jeu 11 Aoû - 21:53

Désolé je n'ai pas eu accé au net heir donc la suite n'est la qu'aujourd'hui...

*************************************************************

Chapitre 7 :

Maison des Roberts
MacLean, Virginie
23 Avril 2005
16h30


Harm et Mac se trouvaient devant la porte d’entrée. Harm exerça une légère pression sur la main de Mac pour lui signifier qu’elle devait franchir le pas et se lancer. Elle se décida enfin et frappa deux coups distinctifs à la porte blanche qui se dressait devant elle. Au travers de celle-ci, ils entendirent la voix de leur filleul.

P’tit AJ : Je vais ouvrir !

Ils n’eurent pas à attendre longtemps avant de voir devant eux une petite tête blonde. Voyant les invités qui se présentaient sur le perron de la maison le petit garçon sauta de suite dans les bras de Harm.

P’tit AJ : Oncle Harm, Tante Mac.

Harriet arriva en courant devant la porte.

Harriet : Combien de fois AJ je t’ai dit de ne pas ouvrir la porte quand tu ne sais pas qui c’est.

Harriet se retrouva face à ses deux amis qui lui adressaient un sourire. AJ voulut se défendre.

P’tit AJ : Mais je sais qui c’est, c’est mon parrain et ma marraine. Ce sont pas des étrangers.

Harm ébouriffa la tête du petit garçon avant de le reposer au sol. Le petit garçon tendit alors les bras à sa tante pour qu’elle le prenne dans ses bras.

Mac : Allez vient là, petit matelot !

Mac porta l’enfant jusqu’à sa hauteur et lui déposa un tendre baiser sur la joue. Le petit garçon fit de même et agrippa le cou de sa marraine.

Mac : Tu sais AJ ta maman a raison, il ne faut pas ouvrir la porte quand tu ne sais pas qui est derrière. Cela peut être très dangereux. Tu veux être le meilleur petit garçon qu’il soit et promettre quelque chose à tante Mac ?

Le petit garçon relâcha son étreinte et regarda sa marraine dans les yeux. Il ajouta ensuite en faisait un mouvement vertical de la tête.

P’tit AJ : Oui…

Mac lui sourit avant d’ajouter.

Mac : Tu me promets que la prochaine fois tu demanderas qui est derrière la porte avant de l’ouvrir. Ok ?

La petite tête blonde ne mit pas longtemps avant de répondre.

P’tit AJ : C’est promis tante Mac.

Après ce bref échange Harriet sembla se souvenir de l’endroit où ils se trouvaient.

Harriet : Oh mon dieu, je manque à tous mes devoirs de maîtresse de maison. Ne restez pas dehors, entrez donc.

Harm et Mac avec le petit AJ dans les bras rentrèrent à l’intérieur de la maison. Puis Harm regarda Mac.

Harm : Vous arrivez à avoir tout ce que vous voulez de ce petit gars !

Harriet qui venait de refermer la porte sur ses invités intervint dans la discussion.

Harriet : Vous pourriez peut être venir m’aider à lui faire manger ses brocolis, vous avez l’air bien plus persuasive que moi…

Mac sourit à son amie. Puis elle tourna son attention sur le petit garçon qui était toujours dans ses bras.

Mac : Alors comme ça, moussaillon, tu refuses de manger tes brocolis ?

P’tit AJ : C’est pas bon, y a que Oncle Harm qui peut manger ça.

Le petit garçon pointait maintenant un doigt en direction de Harm. Les trois adultes se regardèrent et fondirent dans un même éclat de rire. Ce jeune enfant était vraiment un phénomène à lui tout seul. La naïveté des enfants pouvait être tellement touchante.

Harriet : Venez vous installer dans le salon nous serons beaucoup mieux.

Harm et Mac suivirent les conseils de la maîtresse de maison et s’installèrent dans le sofa juste devant eux. AJ s’assit près de Mac, laissant sa marraine s’asseoir aux côtés de son parrain.

Harriet : Je vous sers quelque chose à boire ? Un café ? Du thé ?

Mac fut la première à répondre. Elle sentait la nervosité remonter à la surface.

Mac : Un café me semble bien.

Harm : Moi aussi. Vous voulez que je vous aide.

Harriet : Non c’est bon, je vais appeler Bud, il est dans le jardin, il me donnera un coup de main.

Harriet laissa ses invités dans le salon avec le petit garçon et se dirigea vers la cuisine pour préparer le café et appeler Bud. Pendant ce temps Harm et Mac parlaient avec leur filleul.

Harm : Alors AJ, tu es gentil avec tes frères et ta sœur.

P’tit AJ : Oui, maman dit que je suis une aide précieuse pour elle, maintenant qu’il y a les jumeaux.

Mac : Je suis certaine que tu es le meilleur des grands frères. Et dit moi où sont Jimmy et les jumeaux en ce moment ?

Le visage du petit garçon s’illumina.

P’tit AJ : Ils sont chez grand père et grand-mère Sims car papa, maman et moi on a passé l’après midi à monter une cabane dans le jardin.

Harm : Mais c’est magnifique ça. Tu nous la montreras une fois qu’elle sera finie ?

P’tit AJ : Oh ouiiiiiiiiiiiiiiii…

Harriet revint au salon et entendit l’éclat de joie de son fils.

Harriet : Je suis sûre que AJ vous parle de la cabane que l’on monte dans le fond du jardin.

Harm et Mac regardèrent Harriet et lui sourirent pour lui confirmer. Bud rentrait à ce moment dans le salon.

Bud : Et bien, je ne pensais pas que cela représentait autant de boulot. Une petite pause me fera du bien. Vous allez bien, Madame, Monsieur ?

Harm et Mac le fusillèrent du regard.

Harm / Mac : Bud…

Bud : Excusez moi, la force des choses.

Harriet et lui prirent place dans les fauteuils en face du sofa et Harriet servit les tasses de café ainsi que les petits gâteaux qu’elle avait apporté.

Harriet : Pardonnez ma curiosité, mais vous vouliez nous informer de quelque chose ?

Mac se saisit de la main de Harm, elle avait besoin de sentir sa présence auprès d’elle. Elle inspira profondément et se lança enfin. Le geste que Mac avait eux envers Harm, n’échappa pas aux yeux de lynx d’Harriet.

Mac : En effet Harriet, nous avons quelque chose à vous dire…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Voisin de Catherine
Voisin de Catherine
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 28
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Ven 12 Aoû - 1:06

J'adore trop cette fic met nous vite une suite pour qu'on sache ce qu'elle va dire à Harriet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onlycatherinebell.com
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 13 Aoû - 1:47

Voila la suite...

*************************************************************************

Chapitre 8 :

Appartement de Harm
Washington, Virginie
2 Avril 2005
21h00


Harm jouait de la guitare dans son appartement. Il venait de passer une semaine sur l’USS Théodore Roosevelt. Un problème lors de l’appontage d’un des appareils avait conduit à l’ouverture d’une affaire dont il s’était retrouvé chargé. Il était ravi d’être enfin de retour chez lui. Il était passé au JAG pour déposer son rapport à l’Amiral en rentrant et avait juste eut le temps d’entrapercevoir sa partenaire. Il la trouvait changé. Ces derniers temps elle avait perdu du poids et elle avait les traits du visage marqués par la fatigue. Il s’était promis d’aller lui parler, mais il ne savait pas comment elle allait prendre la chose.
Il fut tiré de ses pensées par un coup frappé à sa porte. Il posa sa guitare sur le canapé et se dirigea vers la porte d’entrée. Il resta sans voix quand il aperçut qui se tenait sur le pas de la porte.

Mac : Vous comptez me laisser là, matelot ?

Il sembla reprendre ses esprits et ouvrit plus grand la porte pour la laisser passer.

Harm : J’étais en train de me dire qu’il faudrait que je passe vous voir.

Mac avança jusqu’au bar et posa son blouson négligemment sur le tabouret à côté d’elle. Elle se retourna ensuite pour faire face à Harm.

Mac : Et bien vous n’aurez pas besoin de vous déplacer, matelot. Me voici !

Elle lui sourit, mais Harm ne s’y fit pas prendre. Il ne s’agissait pas d’un de ces sourires comme il en avait tant vu de sa part. Quelque chose la tracassait, il aurait pu en jurer. Mais il ne dit rien. Si elle était venue, c’est qu’elle avait quelque chose à lui dire et il devait la laisser parler d’elle-même, quand elle le voudrait. Il s’avança et passa derrière le bar.

Harm : Je vous sers quelque chose à boire ?

Elle le remercia intérieurement de ne pas la brusquer et de la laisser aller à son rythme.

Mac : Un thé serait bien !

Harm lui sourit.

Harm : Que diriez vous d’aller vous installer dans le canapé pendant que je nous prépare une tasse.

Il la suivit du regard alors qu’elle se dirigeait vers le canapé. Sur son passage elle effleura la guitare avant de prendre place. Il n’aimait pas la voir ainsi, elle avait ce petit air mélancolique, comme quand quelque chose la perturbait. Il se saisit de la bouilloire et mit l’eau à chauffer. Il sortit alors deux tasses et deux sachets de thé qu’il déposa dans les tasses devant lui.

Mac : Vous étiez en train de jouer de la guitare quand je suis arrivée. Je vous ai entendu de derrière la porte.

Harm : C’est vrai, j’avais besoin de me détendre.

Mac : Votre enquête a été dure ?

Harm sourit en arrivant vers elle avec deux tasses fumantes. Il s’assit après avoir posé la guitare sur son support.

Harm : Pire que vous ne pouvez l’imaginer. Chacun de ses marins a rejeté la faute sur l’autre. Allez trouver le vrai coupable après ça.

Mac : Mais je suis sûre que vous avez fini par avoir la solution, n’est ce pas.

Harm : Bien entendu. Et vous votre semaine ?

C’était sa façon à lui de commencer à la faire parler tout en douceur.

Mac : Ma semaine a été toute aussi épuisante que la votre. Les affaires se sont enchaînées et du fait de votre absence et celle de Sturgis, Bud et moi avons été submergés par le travail.

Harm : J’imagine que cela n’a pas du être facile. Surtout que vous n’êtes pas au meilleur de votre forme en ce moment.

Et voilà le sujet était lancé, il fallait qu’elle le fasse maintenant sinon elle n’aurait jamais le courage de lui avouer tout ce qui régissait sa vie en ce moment.

Mac : Il faut que je vous parle à ce sujet Harm.

Sa voix était grave. Elle inspira profondément mais elle n’arrivait à trouver ses mots. Plutôt rageant pour une avocate de son rang. Harm vit le combat qu’elle menait. Il posa délicatement sa main sur la sienne, au contact, Mac releva les yeux et croisa le regard plein d’attention de son ami.

Harm : Vous savez que vous pouvez tout me dire, Mac.

Il sourit légèrement pour l’encourager.

Mac : Je sais que je le peux, mais ce n’est pas facile à dire.

Harm : Et bien, allez droit au but. Sans détour, dites le d’une traite.

Mac le regardait toujours, puis elle répondit en écho à ses mots.

Mac : Sans détour ?

Il acquiesça de la tête dans un mouvement d’affirmation. Elle inspira une nouvelle fois profondément et se lança.

Mac : Je vais mourir, Harm.

Harm ne sembla pas comprendre pourquoi elle lui disait ça.

Harm : Comme nous tous, Mac. Nous allons tous mourir un jour.

Mac fixait toujours son regard, comme si elle avait besoin de ce lien pour pouvoir continuer ?

Mac : Je suis gravement malade, Harm. Vous vous rappelez tous ces malaises, ces saignements de nez, sans parler de ces troubles de la vision.

Le sang de Harm ne faisait qu’un tour, il essayait de comprendre ce qu’elle était en train de lui dire, ce que cela signifiait. Il n’était pas sûr d’être bien réveillé. C’est ça, il était en train de faire un cauchemar et il allait se réveiller d’ici quelques minutes seul dans son lit et cette conversation n’aurait jamais existé. Il ferma un bref instant les yeux, pour se prouver qu’il était en train de rêver. Mais quand il les rouvrit, il vit les grands yeux marron de Mac embués de larmes qui le fixaient. Il réussit enfin à dire quelque chose.

Harm : Qu’est ce que vous avez, Mac ?

Elle essuya discrètement du revers de sa main, la larme qui s’écoulait sur sa joue avant de commencer les explications.

Mac : J’ai une tumeur cérébrale cancéreuse. Je ne saurai rentrer dans les détails médicaux comme le Dr. Smith. Mais disons qu’il m’a expliqué que la grosseur dans ma tête fait pression sur certains vaisseaux sanguins, ce qui explique les vertiges, malaises et troubles de la vision.

Harm se leva subitement du canapé et se dirigea vers la fenêtre. Il ne voulait pas craquer, pas maintenant. Et il voulait savoir encore quelque chose. Sans tourner les yeux de la contemplation des lumières de la ville, il se lança enfin.

Harm : Que va-t-il se passer maintenant ?

Les larmes coulaient maintenant sans retenu sur son visage. Elle se leva pour se poster juste derrière Harm, alors elle poursuivit les explications.

Mac : Je commence un programme de chimiothérapie la semaine prochaine, j’ai des séances avec un psychologue de prévu. Mais il n’y a aucun espoir, le Dr. Smith m’a donné tout au plus 1 an à vivre et tous ses confrères ont abouti au même diagnostic.

Elle fondit en larmes cette fois ci, de nombreux sanglots la secouant. Harm ne faisait même plus attention à ses propres larmes, seuls les mots ‘ je vais mourir ’ résonnaient dans sa tête. Il se retourna et la prit dans ses bras. La serrant contre son cœur le plus fort possible, pour se prouver qu’elle était bien là. Il la berçait dans ses bras, ne voulant sortir de cette bulle qui se formait autour d’eux. Il aurait aimé pouvoir fuir toute réalité…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Sam 13 Aoû - 1:52

Eh bé voila au moins on est fixé, et on a toutes les réponses! Merci poiur cette suite Sarah J'attends la prochaine avec impatience!!!

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 15 Aoû - 1:49

Chapitre 9 :

Maison des Roberts
MacLean, Virginie
23 Avril 2005
17h30


Les Roberts restaient là sans voix, ils n’étaient pas certains des paroles qu’ils venaient d’entendre.

Harriet : Mais il y a sûrement quelque chose à faire. On fait des l’opérations miraculeuses à notre époque.

Mac comprenait à quel point il était difficile pour son entourage d’entendre une telle vérité. Elle-même avait eu du mal à encaisser la nouvelle. Elle essaya de raisonner son amie et de lui expliquer qu’il n’y avait plus rien à faire. Que son destin était tout tracé.

Mac : Il n’y en a pas pour mon cas, Harriet. La tumeur est bien trop étendue pour envisager une quelconque intervention.

Bud sembla s’agiter dans son siège. Puis il commença à parler de façon assez vive.

Bud : Vous n’avez pas le droit d’abandonner, Madame. Vous avez été la première à me dire quand j’ai perdu ma jambe qu’il y avait toujours de l’espoir qu’il suffisait d’y croire. Alors vous vous devez d’appliquer vos propres conseils.

Harm vit au regard de Mac qu’elle n’arriverait pas à répondre d’elle-même. Aussi il prit l’initiative de parler.

Harm : Elle n’abandonnera pas Bud. Nous allons nous battre jusqu’au bout.

Mac resserra un peu plus fort la main de son partenaire. Le médecin avait raison quand il disait qu’elle aurait besoin de tout le soutien qu’on voudrait lui apporter. Elle réalisa subitement que si ce n’était pas pour ses amis, elle aurait sûrement baissé les bras et aurait renoncé à se battre jusqu’au dernier souffle.

Mac : Je vous promets que je ferais tout ce qui est possible pour retarder au maximum cette échéance.

Tout le monde avait comme oublié la présence du petit garçon. Mais sa petite voix le rappela très vite à tout le monde.

P’tit AJ : Ca veut dire quoi que tu vas mourir ? Pourquoi tu vas mourir ?

Harriet décida de prendre les devant pour expliquer à son fils. Elle estimait qu’il avait le droit de savoir même s’il était encore un peu jeune pour tout comprendre.

Harriet : Mourir ça veut dire, que d’ici un certain temps, ta tante Mac va partir faire un très très long voyage.

P’tit AJ : Et elle va m’emmener ?

Bud : Non mon poussin. Elle va devoir faire se voyage toute seule.

De petites larmes apparurent au coin des yeux du petit garçon.

P’tit AJ : Je veux pas moi que tante Mac elle parte en voyage. Je veux qu’elle reste avec moi.

Mac décida qu’elle devait lui expliquer par elle-même.

Mac : Je voudrais pouvoir rester, petit matelot. Mais je n’ai pas le choix.

La réaction du petit garçon fut assez violente. Il se leva brusquement du sofa et lança avant de partir en courant en direction de sa chambre.

P’tit AJ : Si tu m’aimais vraiment, tu ne me quitterais pas !

Aucun des adultes ne put retenir le petit garçon, il s’était déjà enfui. Laissant derrière lui les quatre adultes complètement sous le choc. Harriet se leva finalement pour aller le rejoindre, mais un bras sur son épaule l’arrêta dans son élan.

Mac : Laissez Harriet. Il faut que je lui explique. Juste lui et moi.

Harriet accéda à la requête de son amie et la laissa monter à l’étage pour retrouver le petit garçon. Avant de retourner s’asseoir, elle ajouta.

Harriet : Comment allons nous survivre à ça ?

Harm lâcha dans un souffle en réponse.

Harm : Je ne sais pas.

Mac se tenait maintenant devant la porte du petit garçon. Elle frappa un léger coup à la porte avant de rentrer. Elle le trouva étendu sur son lit, la tête cachée dans l’oreiller. Elle pouvait distinguer les sanglots du petit enfant. Elle s’approcha doucement du lit pour ne pas l’effrayer et s’assit sur le rebord. Elle posa sa main sur son dos qu’elle caressa doucement.

Mac : Tu sais que je t’aime plus que tout.

Le petit garçon se releva brusquement et passa ses petits bras autour de la taille de sa tante pour la serrer très fort conter lui.

P’tit AJ : Pourquoi… que… tu dois… partir ?

Il était encore secoué par de légers sanglots qui se tarirent avec la proximité de sa marraine.

Mac : Tante Mac est très très malade, AJ.

P’tit AJ : Ben moi quand je suis malade, maman, elle m’emmène chez le docteur et il donne des médicaments. Après je vais toujours mieux…

Mac fut amusée par la remarque du petit garçon.

Mac : Il n’existe pas de médicaments pour soigner la maladie que j’ai mon poussin.

Le petit garçon sembla alors très songeur.

P’tit AJ : Dits, Tante Mac, ça fait mal de mourir.

Elle était préparé à toutes les questions sauf celle la. Elle n’osait pas se la poser en fait. Mais AJ avait besoin d’être rassuré.

Mac : Non, en fait mourir c’est un peu comme s’endormir. Tu fermes petit à petit les yeux et ton esprit par faire un très très long voyage. Tu vas rejoindre un autre monde.

P’tit AJ : Moi je veux venir faire se voyage avec toi !

Mac posa tendrement sa main sur la tête du petit garçon.

Mac : Tu ne peux pas, mon cœur. Il faut que tu restes ici, il faut que tu veilles sur ton papa et ta maman, sans oublier tes frères et ta sœur. Tu veux bien me promettre encore quelque chose ?

P’tit AJ : Oui.

Mac : J’aimerai que tu me promettes de bien prendre soin de ta famille quand je serai plus là, et surtout que tu veilles sur oncle Harm. Tu crois que tu peux me promettre ça ?

Le petit garçon fut flatté par la demande de sa tante.

P’tit AJ : Je te promets tante Mac. Dis, et si je veux te voir ou te parler pendant que tu feras ton voyage, comment je ferai moi.

Mac eut subitement une idée. Elle passa ses mains derrière son cou et posa dans les mains du petit garçon ce qu’elle venait de décrocher.

Mac : Tu vois ceci, ce sont mes plaques militaires. Elles représentent tout ce pour quoi je me suis battue dans la vie. Quand tu auras envie de me parler tu n’auras qu’à les avoir avec toi et les serrer très fort et je serai là pour t’écouter.

P’tit AJ : Mais comment c’est possible.

Mac : Ferme tes yeux AJ.

Le petit garçon fit ce que sa marraine lui demandait.

Mac : Ils sont bien fermés.

Le petit garçon acquiesça d’un mouvement de tête.

Mac : Très bien, maintenant tu vas te concentrer. Tu me vois ?

Le petit garçon semblait chercher.

P’tit AJ : Non…

Mac : C’est que tu ne cherches pas assez bien.

Quelques secondes s’écoulèrent.

Mac : Et maintenant, tu me vois ?

P’tit AJ : Oui cette fois je te vois.

Mac : et qu’est ce que je fais ?

P’tit AJ : On est dans le jardin de la maison et tu me cours après, et oncle Harm court après toi.

Mac : Tout ceci me semble assez vrai. Alors tu vois tout ce que tu auras à faire quand tu auras besoin de moi, c’est fermer très fort les yeux et me chercher. Je serai toujours là.

AJ enlaça à nouveau sa tante et tint toujours aussi serré dans sa main le précieux cadeau qu’elle lui avait fait.

P’tit AJ : Je t’aime tante Mac.

Mac posa un tendre baiser sur sa chevelure.

Mac : Moi aussi, je t’aime, petit matelot.

***********************************************************************

Je ne sais pas ce que vous ça vous a fait de lire ce chapitre, mais je peux vous dire que personnellement je voyais plus mon écran, les larmes brouillaient ma vue...

Un vrai petit coeur fragile...lol

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   Lun 15 Aoû - 1:53

Et béh, c'est trop trop trop poignant, le petit AJ il est touchant, et c'est ça qui fait mal....c'est pas que j'm'en fiche que mac elle meurt nan, mais bon c'est plutot les conséquences pour les autres....
Très beau chapiutre, avec pleins de sentiments...Merci merci merci Sarah
J'attends la suite avec bcp bcp d'impatience

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment lui dire... [ Terminée ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment lui dire... [ Terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cécile SLANKA - Comment lui dire adieu
» Comment te dire?
» [Poème] - Comment te dire? - PG13
» Comment te dire je t'aime
» Comment vous dire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: