CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just A Second [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Just A Second [Terminée]   Mer 12 Oct - 22:03

Hello Everybody !!! Very Happy Alors voici ma toute dernière fic...Elle n'est pas terminée mais bien avancée, pour l'instant 35 pages donc j'espère ne pas vous faire trop attendre, enfin si elle intéresse kunkun Embarassed

Il n'y a pas de classification particulière, de tout façon chui sûre que vous êtes des inchoquables mtn Laughing

Quelques petites precisions pour annoncer la couleur :
- Fic centré QUE sur Mac, désolée pour les Harmimaniaques (si c'est comme ça que ça se dit Rolling Eyes) mais c'est notre choutte qu'est en guest star !!!
- Emplois de "Je" donc pour Mac, on va se retrouver dans son cerveau quelque peu en bordel LOL
- Sujet actif son endométriose et les conséquences...remise en question...tout le truc quoi !
- Quoi d'autre...Ah c'est pratiquement du narratif, je préfére prévenir pour ceux qui n'apprécie pas trop.
- Ah aussi, la fic se situe après l'opération de Mac et suit son court, et il faut avoir vu le zod 10 de la saison 10 pour comprendre quoique non je crois pas, mais je relatte un peu la discution de Harm & Mac après le "Alors vous devez savoir ce qu'a dit le docteur" Sad donc SPOILER !!!
- Je crois que c'est tout...

Romance Harm I love you Mac Mr.Red bah quand même !!!

La première partie est longue mais je ne savais pas où bien couper...

Donc Let's Go ! En espérant que cela vous plaise Wink

Et merchi à ma Charah pour la relecture !


*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – Washington DC
20h16 G.M.T.


Voilà vingt minutes que je me retrouve dans mon appartement, dans mon « chez moi », dans mon environnement qui normalement est le lieu où je me sens le mieux, apaisée, sereine. Un environnement chaleureux, un plaisir de s'y retrouver après une longue et dure journée, un réconfort après une défaite, une blessure, une déception...Mais voilà vingt minutes que je suis dans mon appartement, dans le noir après l'annonce du médecin, annonce qui n'arrive toujours pas à se frayer un chemin vers ma raison. C'est si soudain que je ne réalise pas encore ce qui m'arrive. C'est drôle comme en moins d'une seconde, notre monde peut s'écrouler. Tout ce pour quoi l'on vit, ce pour quoi nous sommes née et destinée à faire ou devenir, peut être remis en question en une seule seconde. Une seconde qui peut paraître une éternité. Une seconde que l'on serait incapable d'imaginer. Même dans les pires moments de chagrin, de solitude, d'amertume envers les gens et la vie, imaginer la seconde qui nous détruira ne se passera jamais comme cela.
Je me suis souvent imaginée ce que serait ma seconde, celle qui changera ma vie. Je pensais l'avoir déjà vécu, après l'abandon de ma mère. Je le croyais tellement fort que plus rien ne pouvait m'atteindre. J'ai été blessée et déchirée, comme la seconde qui détruit l'espérance de chacun. Et j'ai sombré, je suis tombée dans le plus noir et obscur des puits que l'on puisse se créer. J'ai fait des choses que ma conscience tente de se faire pardonner, de se trouver des raisons, par cet abandon. Et puis la vie nous offre une chance. La chance. Cette chance. Celle de se reconstruire, d'avancer malgré tout, et de se forger des piliers assez fort et solide pour nous permettre de ne plus s'abîmer.

Mais la vie ne doit pas m'apprécier, me désirer. Elle m'en a fait voir des vertes et des pas mûres, mais comment lui en vouloir. Elle donne la vie, l'espoir, les rêves, le plaisir, le désir...la mort, abandon, la folie, le mépris, l'égoïsme.
Je me sens égoïste de penser tout ceci. Je m'accable des pires scénario de ma vie, des horreurs que j'ai du participer, regarder, subir, mais je pense que c'est dans la nature de chaque être vivant sur cette Terre que de s'accabler de ses malheurs et de son triste sort....Mais malgré tout, encore une fois, la seconde m'a retrouvé.
Chaque seconde peut porter un nom, du moins les miennes, je leur en donne un. Je me sens mieux ainsi, qualifié par une définition compréhensive, même sortit de tout contexte. Dénoncer mon anéantissement, ma douleur et l'expliquer car justement ce nom existe. Ca peut paraître assez peu conventionnel, hors du commun d'appeler notre mort, mort. C'est un exemple, je ne vais pas mourir, enfin je l'espère car mon médecin m'a expliqué ce que j'avais, ou plutôt raconté avec son jargon de docteur diplômé en médecine des meilleures écoles. Ne se souciant même pas s'il et plutôt à l'occurrence ici, elle, est parfaitement claire et comprise par n'importe qui avec tout le ramassis de conneries qu'elle débite.
Voilà enfin l'amertume qui pointe le bout de son nez. Et voici la première étape de ma maladie. Avant d'avoir réalisé, si ce jour arrive, vient le regard ironique sur les choses de la vie. La fuite de l'évier, la fissure sur le mur, le pied bancal de la chaise, paraît anodin au véritable valeur existentielle. J'exagère la chose mais dans le fond et la forme, c'est à peu près ça...

Endométriose. Voilà qui est dit. C'est le nom de ma maladie, le nom que porte ma seconde, ma deuxième seconde. E-n-d-o-m-é-t-r-i-o-s-e.
Je laisse le plaisir d'imaginer ce dont je parlais tout à l'heure, l'explication claire et formelle de mon médecin. En faite, cela peut se résumer en un mot. 4 %.
Il est vrai qu’à ce niveau d'information, on ne comprend pas trop, donc je vais expliquer, plutôt raconter !

_J'aimerais avoir de meilleures nouvelles, avait-elle commencé par dire à la suite de mon regard traduisant mon trouble.

Elle avait posé sa main sur la mienne, me faisant comprendre qu'elle me soutenait et qu'elle comprenait mon désarroi. Mais qu'est ce qu'elle comprend ? Va t-elle avoir la difficulté et le minime espoir de pouvoir un jour concevoir ? Est-elle passée par une opération des plus désagréable et douloureuse ? A dire vrai je ne sais même pas et je me permets de la juger. Enfin, j'ai révélé une caractéristique prioritaire de la déflagration de ma maladie. Mais je reviendrais sur ce point plus tard. Maintenant c'est là qu'il faut suivre.

_L'intérieur de l'utérus est recouvert d'une couche de tissu qu'on appelle l'endomètre qui est éliminé hors de l'utérus durant les règles. L'endométriose est une maladie gynécologique dans laquelle on retrouve du tissu de l'endomètre en dehors de l'utérus, soit sur les ovaires, les trompes, les ligaments qui soutiennent l'utérus et quelques fois, sur les autres organes du petit bassin, comme la vessie, l'intestin et le vagin.

Jusque là, on peut dire que je suivais sans vraiment comprendre.

_Comme l'endomètre qui tapisse l'intérieur de l'utérus, les lésions d'endométriose répondent aux hormones durant le cycle menstruel. Elles se développent durant chaque mois, se congestionnent...

Je trouve que les docteurs ont un réel don de contourner le sujet en donnant des explications, qui pour moi, dans ce cas, ne m'avance en rien à la véritable détermination de ma maladie. Comme les politiciens qui ont la magie de nous emmener là où ils veulent. Enfin ! Donc jusqu'à ce que, dans un moment de lucidité et tentant, tant bien que mal, à réellement comprendre ce que cette chose pouvait provoquer dans mon corps, j'entende ceci.

_...dans ces cas, la femme peut devenir infertile.

Infertile. Le mot était dit. Celui que je redoutais le plus malgré mon ignorance sur cette « chose ». C'est vrai, qui pourrait croire qu'en allant chez le médecin pour des douleurs dorsales, je ressors avec mon corps mutilé par l'opération, pour définir le nom médicalement approprié, et une endométriose collée aux six heures. Personne. Du moins moi, non, malgré mes dons extra lucides pour sauver la veuve et l'orphelin, et je ne suis même pas capable de me sauver moi même ! Encore une ironie de la vie.

Alors on peut se demander quels sont ces autres cas que j'aurai pu hérité en dehors d'enlever le moyen d'une femme à devenir femme, mère ?
*Les règles peuvent devenir abondantes ou irrégulières, là tout va bien.
*Des douleurs au bas ventre, avant et après les menstruations, comme toutes les femmes me suis-je dit. Autres ?
*Des douleurs lors des relations sexuelles. Dieu merci que non !
*Ces douleurs peuvent devenir très sévères et s'étendre au niveau des jambes ou dans le bas du dos. Ah bonne pioche !

Voilà quelques symptômes. Mais aussi n'en avoir aucun. Et bien j'ai touché le jackpot, 2 sur 4, la moyenne.

...

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Dim 30 Oct - 5:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Mer 12 Oct - 22:05

...

Je laisse de côté mon amertume mais je ne sais pas quoi faire. A qui le dire ? A qui en parler ? Je ne me sens pas la force et le courage de devoir en faire part à quelqu'un. C'est pitoyable, mais je suis un marines et un marines surmonte les crises seul ! J'ai le caractère, la persévérance, et l'énergie pour y faire face.
De toute façon à qui pourrais-je me confier ? A Harriet ? C'est une femme, elle pourrait être ma confidente, comme dans certains cas où elle a pu faire appel à moi, et réciproquement. Mais c'est une mère avant tout maintenant, et je ne veux pas la déranger avec mes problèmes.
Et oui maintenant ceux sont des problèmes, ou plutôt un problème majeur, qui n'ai pas moindre. Et de toute façon je ne veux pas qu'elle porte sur moi de la pitié.
Ensuite il y a Harm. Harmon. Toute une histoire. Quand mes petits enfants me demanderont si je suis déjà tombée amoureuse, je leur répondrai...Je...Je ne leur répondrai rien du tout car même cette éventualité est à écarter. Je ne peux pas avoir d'enfant alors de petits enfants que je gâterai malgré l'interdiction de leurs parents, qui seront mes...enfants, impossible !
Je crois qu'il va falloir que je revoie mes rêves et mes bonheurs futurs à rendre des enfants heureux. Je porte malheur, je devrai m'exiler sur une île déserte, loin de toute civilisation, pour n'être le fardeau d'aucune personne de mon entourage. Mon entourage ? Il se compte sur les doigts d'une seule main !
Quelle vie minable, durant toute celle-ci je me suis cachée derrière mon uniforme, portée fièrement, de Lieutenant Colonel des Marines des Etats-Unis d'Amérique et depuis quelque temps endossant le rôle de Chef d'Etat Major. Un parcours pas si mauvais que ça, sur le point professionnel, car le sentimental c'est un peu chaotique. Comme je le disais, je n'ai pas beaucoup d'amis mais j'ai toute confiance en eux et en leur jugement, quand je leur parle de mes tourments. Une seule personne pense me connaître vraiment. Disons que je lui ai laissé entre voir quelque bribe de ma personnalité, quand le Devil Dog qui veille en moi, ne bondit pas à la moindre agression de nature physique ou morale.

Je tourne la tête et m'aperçois qu'il est déjà bien tard et mon ventre me rappelle que j'ai omis de le nourrir. On n'aura pas à me reprocher mon manque d'appétit qui rend déconcertant mon partenaire. Lui étant végétarien, et moi non, rend la décision des restaurants et repas très restreint. J'aime le taquiner avec ses lasagnes végétariennes, son plat favori. Je n'arrive pas à concevoir le fait que l'on puisse se passer de chair et graisse. C'est vrai que vu de ce sens, ça n'a pas l'air très appétissant. Mais quand il m'invite à dîner chez lui pour mieux préparer et revoir les différents points d'une affaire, j'apprécie qu'il me les fasse avec toute sa dévotion, qu'il tienne particulièrement à faire passer. Je le sens si fier quand je le vois les sortir du four en appréhendant ma réaction. Bien cuit, trop cuit, pas assez cuit, ou pas cuit du tout. Mais à chaque fois, c'est d'une exquise que je pourrais prendre l'habitude d'en manger tous les jours.

...

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Mer 12 Oct - 22:05

(et pour finir lol)

En fin de compte, je ne me sens pas l'envie de me préparer à manger et je préfère me faire une camomille. Un vieux remède de grand-mère, pour détendre et apaiser les tensions. Je me retrouve à ma fenêtre, scrutant l'horizon obscur parsemé des scintillements de la ville. C'est un peu cliché mais j'apprécie voir avancer le monde malgré les trébuches de certaines personnes. Des personnes manquent à l'appel mais cela n'empêche en rien le soleil de se lever. C'est triste, mais c'est la réalité. Tout en étant dans mes songes, je m'aperçois que je n'ai même pas pris la peine de me changer. D'enlever l'uniforme respectueux et respecté par mes paires. Tout à l'heure, peut-être. Pourquoi suivre un rituel, le programme quotidien étape par étape, alors qu'un rien peut tout chambouler. Paraître différente aux vues des gens. Qu'importe, nous avons tous notre personnalité, nos habitudes, et heureusement. L'essentiel est de la montrer sans se camoufler dans l'ombre des opposants, des plus forts, des vainqueurs. J'ai mon caractère. Celui de marines, avocate, de femme, qui se bat pour la justice et la liberté. Mais quelle justice, quelle liberté ? Dans l'armée, ça ne marche pas comme ça. On lave le linge sale en famille, entre frère. Frères d'armes. On se bat pour notre pays, mais pour quel prix ? Mes armes de combat sont les livres de droit et les articles en contrant d'autres. Des lois pour contourner d’autres lois. Voilà la véritable justice de nos jours, malgré que je garde encore foi en elle. Il ne me reste plus que ça. Car garder foi en la vie me paraît un peu exagéré en se moment.
Voilà qui vient à me faire penser si tout est déjà écrit. Si le destin joue dans notre vie. Si la fatalité contre nos espérances. Destin ? Fatalité ? Quelle différence cela fait ? On accuse le destin de ce manifester quand on ne peut expliquer les évènements qu'il se déroule dans notre propre existence sans l'avoir inclus dans les possibilités que cela puisse arriver. La fatalité quant à elle, on pourrait la qualifié par une action contraire à notre jugement et qu'il était fatale, obligatoire que ceci se passe comme cela. Alors où je me situe ? Est-ce une fatalité que je ne puisse jamais procréer, ou est-ce le destin qui a décidé de me couper les bras pour ne porter aucun enfant digne de soi. Peut-être est-ce moi qui ne suis pas digne d'avoir la chance de le porter et non lui. Mais maintenant qu'importe. Le fait est là et bien présent en moi. Un démon dans mon corps sain m'empêchant de m'épanouir pleinement. Ce n'est pas dû à un élément extérieur mais c'est bel et bien dans mes entrailles que ce situe le mal. Crée par ma chair et mon sang. Par mes égarements et mon caractère de marines têtu et coriace ne se souciant pas d'une petite douleur dans le bas du dos. Est-ce que ça aurait changé quelque chose que je me fasse examiner avant ? Ai-je trop attendu avant d'aller me faire ausculter ? Je tourne et retourne la question dans ma tête sans trouver une réponse censée et valable, essayant par tous les moyens de me déculpabiliser. J’entends la voix de Harm disant que je n'y suis pour rien, que je ne pouvais pas le prévoir. De cesser de me sentir coupable et de vouloir à tout prix trouver le damné à mon effondrement. Peut-être qu'il n'y a aucun fautif dans cette sombre histoire. On pourrait mettre ça sur le compte du destin et de la fatalité, qui n'auront pas à se battre à trouver le vainqueur de cet instant puisque de toute manière ce ne sera pas moi.

On dit des marines qu'ils ne baissent jamais les bras. C'est un fait. Donnez moi une arme, des munitions. Lâchez moi en pleine jungle et je vous prouverai qu'un marines ne laisse jamais tomber. Il prend la main de son frère blessé au sol, le porte sur son dos malgré le paquetage déjà lourd, affronte les pires ennemies, esquive les balles, les éclats d'obus... Il lèvera la tête et ne flanchera jamais. Il se redressera et gardera la foi. Il défendra son pays quoi qu'il advienne. Mais demander lui de combattre le plus horrible des ennemies, l'invisible, le démon, le mal qui séjourne dans ses entrailles et demandez lui de croire encore en lui...même le plus imperturbable, le plus insensible, le plus marines des marines flanchera ne serait-ce que l'espace d'un instant. Nous sommes peut-être des machines de guerre. Aucune conscience. Aucune pitié. Aucun sentiment. Aucun état d'âme. Mais nous avons nos propres faiblesses, ce qui rend encore possible les libertés, les vraies valeurs, la vie...l'espoir en quelques sorte. Du moins, j'aime à le croire. Qu'il reste une parcelle, même infime à l'intérieure de nous, d'humanité.



A chuivre...

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Mer 12 Oct - 22:10

Ayé, chu ffffffaaaaaaaaaannnnnnnnnn, ma choup c'est trop bon !!!! Ma choup c'est sur Mac, ma choup!! trop bien j'attends la suite demain ou apres demain avec impatience!!!
Gros gros gros mouahhhhh

Ma pauvre mac, c'est le bazar dans sa vie mais j'ai hate de voir comment tu vas faire pour la suite

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Mer 12 Oct - 23:53

Bon bne pour avoir le plaisir d'être la relectrice... J'adore trop trop trop cette fic... Un pur bonheur...

TRès émouvant tout de meme ce petit début... Mais tellement magnifique à la fois un pur plaisir.

Vivement la suite. Maintenant que tu as pas pu attendre pour commencer à poster, il va falloir que tu écrive vite vite la suite pour pas faire attendre les lecteurs...lol

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 31
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Jeu 13 Oct - 21:55

J'AAAAAAAADDDDDDDDDDOOOOOOORRRRRRRREEEEEEE!!!
Elle est trop bien ta fic Finou!!!!
J'étais à fond dedans, c'est vraiment touchant et super bien écrit!!!!

Sérieux j'aime trop ta fic!!!
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Ven 14 Oct - 14:51

Merchi bcp Embarassed chui vraiment contente qu'elle vous plaise
Voici la suite espérant qu'elle vous plaise tout autant Wink

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – Washington DC
21h22 G.M.T.


Un frisson traverse mon corps. J'observe le liquide froid de ma tasse que je n'ai pas touché. Enfin de compte je vais m'endormir le ventre vide. Si j'arrive à fermer l'oeil et si je cesse de remettre en question ma vie. Mais la réalité me rattrape. Ce soir j'ai un repas que je ne dois pas me permettre de manquer. C'est le départ à la retraire de mon Commandant. L'Amiral AJ Chegwiden. Quelle bravoure se lit dans ses yeux et aux décors habillant son uniforme. Il a fait ce que je n'arriverai jamais à faire. Prendre la plus grande décision de toute ma vie. Celle de partir de l'armée et reprendre ma vie là où elle s'est arrêtée. Je l'ai déjà fait, certes, mais je suis vite revenue. Une erreur de jeunesse ? On va dire ça ou plutôt une erreur d'amour...

En tout cas, je l'admire pour le militaire qu'il est et l'homme qu'il est devenu. Ce sera la dernière fois que je le verrais et je me dois d'assister à ces adieux. Mais le coeur n'y est pas. Surtout en se moment. Je vais dire au revoir à un homme que je respecte et je suis en deuil de la mort d'un autre. A celui là, on ne m'a pas donné la chance de le quitter dignement. De toute façon quelle dignité y a t-il à s'attendre à la perte d'un être cher. Je l'aimais. Je lui ai dis. Pourquoi ? Parce que je le pensais vraiment, ou peut-être pour le rassurer et me rassure moi même. C'est difficile à expliquer. En faite non, c'est très simple. Je me contente de peu, ce qui pourrait ravir plus d'un. Mais au fond de moi j'ai tellement besoin d'être aimé, de me sentir aimé, désiré, que je ferais tout mon possible pour garder un homme qui m'aime près de moi. Même s'il y a un énorme fossé entre mes sentiments et les siens, les leurs. Je suis comme ça. Je ne suis pas une femme soumisse. Peut-être bien que si dans le sentimental, car dans les rapports professionnels, celui qui en viendrait à se frotter à moi le sentirait passer et y repenserait à deux fois avant de refaire la même erreur !

Pour revenir à mon départ de l'armée, s'il a eu lieu (ce n'est juste qu'une suggestion), je perdrais plus qu'un simple travail qui me passionne et auquel je me dévoue corps et âme. Je perdrais mon meilleur ami. Car je sais très bien qu'on se perdra de vue. Il sera trop occupé à penser aux avions et aux femmes lui tournant autour, par son sourire flyboy, dont moi même, je ne reste pas insensible. J'ai construit ma vie autour de lui et ne plus l'avoir serait comme être perdu au beau milieu d’un vaste océan, sans le seul repére qu’il me reste encore, l’étoile qui me protège au travers des flots. Il a été là quand j'ai appris la mort de l'être que j'étais censée aimer. Il m'a réconforté, raisonné. Je lui en serais toujours redevable d'être l'épaule contre laquelle je puisse pleurer.

Je me dirige vers ma chambre afin d'enfiler mon uniforme de cérémonie. Au fur et à mesure, j'enlève mes chaussures et je marche sur le carrelage froid avant de m'arrêter sur le tapis qui se trouve à côté de mon lit. J'aime cette sensation, cette chaleur qui enveloppe mon corps. J'ai l'impression de me trouver dans l'herbe, les cheveux dans l'air du temps. Le soleil haut dans le ciel bleu saupoudré de nuages. C'est assez paradoxal comme sensation et vision, mais l'espace d'un instant, j'ai oublié. Oublié que demain ne sera pas pareil. Que tout a changé. Que j'ai changé !

Je commence à déboutonner ma chemise, et fait tomber le reste de mes vêtements sur ma peau, jusqu'à mes pieds. Je ne prends pas la peine de les ramasser, je le ferais quand je rentrerai. J'hésite à prendre une douche, le médecin m'avait conseillé d'attendre le lendemain. Alors je décide tout de même à me rafraîchir le visage. J'évite les miroirs, je ne veux pas voir la cicatrice qui trône sur mon ventre. Après cela, il est temps de me préparer. L'envie n'y est pas mais il le faut...

Durant les minutes qui suivent, je finis de m'habiller et j'appelle un taxi, comme me l'a conseillé le docteur.

Une dernière retouche à m'observer devant le miroir pour voir mon reflet. Je n'obtiens qu'une maigre image de moi, de l'obscurité recouvre mon visage. Je me pince les joues afin de me redonner des couleurs, et une manière aussi pour accepter la réalité, si ce n'est pas un mauvais rêve, si je suis bien vivante...

A cette heure-ci, les rues de Washington sont encore animées. Veille de week-end, les gens s'autorisent un couvre feu plus tardif. Je ne cesse de fixer par la fenêtre du taxi m'emmenant à la réception donné pour l'Amiral, les filaments colorés, des différents magasins caractérisant la ville, m'hypnotisent. Je n'avais jamais pris le temps de regarder réellement de quoi le monde était fait. De comment était-il habillé. Les jeunes sourient, rigolent, s'enlacent et s'embrassent. Quelle belle époque l'adolescence. On se rapproche de plus en plus de la ligne qui nous sépare de l'univers enfantin, innocent, naïf, protecteur par des être nous aimant, de celui des grand, de la vrai vie. Elle a ces règles que l'on doit accepter. Elle offre des possibilités demandant, souvent implicitement, d'être remboursé. Et on la croit tous. On y croit tous à la liberté et aux valeurs acquises. Mais jamais rien n'est vraiment acquis. Il y a toujours une contre partie. Et ça, ce n'est écrit nulle part au contrat que l'on nous fait signé quand on naît. Mais on doit vivre avec !



Salle de Réception
Washington DC
21h47 G.M.T.


Je me stoppe devant l'entrée très discrète. Je réajuste l'uniforme en passant le revers de ma main pour effacer les faux plis. Je prends contenance essayant d'oublier le plus fort possible cette horrible journée. Je prends une grande inspiration et m'aventure dans l'antre de cette soirée. Je me sens un peu inutile et extrêmement faible, mais je ne dois pas le montrer pour ne soulever aucune question sur ce qui me préoccupe. De toute façon si mon malaise qui s'installe à l'intérieure de moi, s'aperçoit, les personnes penseront que c'est à cause par la mort de...

Je jette un coup d'oeil à l'assemblée quand j'entend la voix de Harm.

_Hey. M'a-t-il dit.
_Hey. Lui ai-je répondu en retour.
_Où étiez-vous passée ?

Ce que je n'avais pas prévu est les questions qu'on pourrait se poser par mon arrivée tardive. Surtout par Harm. Prise au dépourvu j'opte pour lui dire la vérité, que j'ai subi une opération.

_Est ce que ça va ?
_Un peu gêné seulement.

Si seulement il s'avait quelle plus grande douleur me déchire le coeur.

_Pourquoi n'avez vous rien dit, j'aurai été à vos côtés...
_Non non non, c'est mieux comme ça.

J'espère qu'il ne prend pas mal le fait que je ne l'ai pas prévenu de ce que je subissait, et que je n'ai pas souhaité sa présence... C'est mieux comme ça ! C'est mieux comme ça...

_Vous...vous avez besoin de quoi que ce soit ?
_De bonnes nouvelles.

Oh que oui et tellement plus encore. Enfin tout dépend la nouvelle. Si c'est du genre je viens de m'engager avec une femme, je crois que je ne supporterais pas le coup. Bref, je ne dois pas avoir ce genre de pensée, il n'est pas avec moi après tout. J'ai surtout dit ça pour détourner le sujet pendant quelques instants... Very Happy

_Oh pas aujourd'hui...Mattie s'est réconciliée avec son père.

Je suis surprise qu'il voie ça comme une mauvaise nouvelle. Je pensais que c'était ce qu'il voulait, et il a tout fait pour qu'elle retourne vers son père car son éloignement été fait sur de mauvais jugement.

_Si je crois, ce qu'il y a c'est que ça ma pris par surprise, et il est probable qu'il redemande à en avoir la garde.

Je songe à la perte qu'il va être en mesure de combler. Vais-je être aussi forte que lui pour surmonter ce manque ? Ce manque par deux fois. Celui de l'homme avec qui j'ai passé pratiquement une année, qu'il a été les bras auquel je me réfugiais quand il n'était pas à milles lieux loin de moi et le manque de la chose que je ne trouve plus au plus profond de moi. La féminité ? C'est sur un point auquel je reviendrais.

_Vous êtes accompagné ?
_Je suis avec vous.

Au premier abord, je suis surprise par sa réponse mais mon regard traduit mon remerciement. Il est avec moi. J'en avais vraiment besoin. Je pense que s'il était venu avec une autre femme, je ne serai pas restée prétendant que je ne me sens pas bien. Mais soit, il est avec moi. Je souris en retour à sa compassion. Il me tend son bras que j'accepte volontiers.



Salle de Réception
Washington DC
22h53 G.M.T.


Le repas est terminé. Les convives sont invités à danser. Je n'ai pas la tête à faire la fête et je préfère me remémorer cette soirée sous les pans de la fenêtre à regarder dans le vague la nuit éclairée par les brides de lune. Le toast de l'Amiral précédé de celui de Harm, fut très décontractant. Nous avons retrouvé l'atmosphère particuliers qu'il règne dans le JAG, une sorte de seconde famille pour certains d'entre nous. Mais une pointe de mélancolie nous rappelle que c'est le départ de notre commandant, qui pour moi, cela fait déjà 8 longues années que je suis sous ses ordres. Je l'ai écouté faire son discours. Il a donné les explications de son départ à la retraite. Je ne peux m'empêcher d'être heureuse pour lui, car malgré la tristesse, je sais que s'il le fait, c'est pour de bonne raison et que ce n'est pas une décision prise sur un coup de tête. Quitter un poste de commandement haut placé et avoir creusé sa place face à tous ces politiciens n'est pas chose facile surtout pour un militaire d'âme avant un bureaucrate.
Il a exposé ses raisons juste en les effleurant, mais je pense que cela doit être en rapport avec Meredith. Comme la dit Harm une fois, l'amour est toujours un peu en cause... Et j'en suis convaincu. Chaque choix que nous faisons, est d'une manière ou d'une autre relatif à un autre point qui nous préoccupe.

Les mots qu'il a dit me touche, qu'il est devenu meilleur pour avoir fait son service en notre compagnie... C'est noble de sa part, de la part d'un grand homme comme lui d'exprimer ses sentiments à notre égard, j'en connais un qui devrait prendre exemple. J'ai souris à l'intérieure de moi-même à cette réflexion déplacée qui à présent ne vaut plus rien.
J'ai essayé de retenir les larmes d’émotions prêtes à naître quand mon regard a croisé celui de Harm. Je l'ai vu aussi touché que moi. C'est devenu plus qu'un supérieur, il est notre père exemplaire. Je me souviens avoir baissé les yeux, je n'aurai supporté guère longtemps cet état de vulnérabilité.

Harriet qui est la maîtresse du mess de l'Amiral, souhaité par lui même, nous a ordonné de nous mettre aux gardes à vous. La scène qui s'est ensuite déroulée sous nos yeux en a fait sourire plus d'un. L'incompréhension dans la voix de Bud nous a surpris autant que lui à ce qui se passait.
Capitaine de Corvette Bud Roberts. Je suis si surprise et si fière de lui à la fois. Que de rebondissement dans cette journée qui va bientôt s'achever.

Je ressens une présence. C'est celle de Harm. Il tente de me soutenir comme il le peut malgré qu'il ne sache toujours pas la raison de mon hospitalisation. Je pense qu'il s'imagine que c'est à cause de mon dos et que le mal n'est pas ailleurs. Je réponds à son sourire. Mais je n'arrive pas à garder un contact visuel avec lui. Je m'imagine qu'il puisse lire dans mon regard tous mes doutes et mes peurs. Qu'il déchiffre vraiment ce que je ressens et surtout que je craque devant lui. Il me fait voir qu'il est là par sa présence. Il tient à me montrer son soutient sans aucune parole. Sans me froisser, sûrement me laisser le temps d'aller vers lui, sans précipiter les choses. En plus par la mort de Webb, il me fait voir l'ami en qui je peux compter. Il ne veut pas me déranger et regarde dans la même direction que moi.
L'amour, n'ait ce pas regarder dans la même direction ? Au point où j'en suis l'amour ne compte plus...

J'ai l'impression que je vais étouffer. La pièce me paraît soudainement trop petite. J'ai besoin d'espace, d'air frais. Sûrement que cela doit se lire sur mon visage car Harm me propose son bras une seconde fois. Nous nous dirigeons vers la terrasse. Un lieu isolé des oreilles indiscrètes. Nous allons parler, en faite je crois que c'est plutôt lui qui va devoir parler, je ne me sens pas très coopérative ce soir.


A suivre...

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Dim 30 Oct - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 31
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Ven 14 Oct - 17:40

Alors là que dire....
Elle est tout simplement GENIALE ta fic, j'ai les larmes au bord des yeux, tellement elle m'émeut!!
Tu écris vraiment super bien, tu trouves les mots qu'il faut, les mots qui touchent.
J'ai encore tout pleinb de compliments à te faire mais je vais faire court en te disant que cette fic est excellente et exceptionnelle!
Alors un gros merci de nous la faire partager!!!
Et vivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stitch
Chaussette de Gemma
Chaussette de Gemma


Nombre de messages : 151
Localisation : éxilée dans le 05
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Ven 14 Oct - 22:15

Alors là , toutes mes félicitations!
parce que primo jadoor , chui une grande fan,
et deuxio, la narration est un exercice difficile, et tu t'en tire haut la main!
vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 29
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Ven 14 Oct - 23:53

pauvre Mac

C'est vrai que les scénaristes aurai pu un petit plus développer ce dur passage de la vie de Mac mais je dois dire que maintenant on a plus besoin des scénaristes!!!!!

BRAVO FINOUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
math42
Mouchoir usagé de Catherine
Mouchoir usagé de Catherine
avatar

Nombre de messages : 128
Localisation : humm In my dream!!
Date d'inscription : 20/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 12:35

Alors la ma tite Finou tu t'es surpassée, tu creuses super bien le perso de Mca en extirpant ses émotions et je trouve ca super, c'est réaliste et émouvant;
Bref je suis conquise .

Bravo pour ce début et vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 13:22

Ma finou, je t'avais dit que je lirai ta suite quand je serai d'attaque après mon reveil! Et bien chose promise chose dûe! C'est vraiment super! Et comme l'a dit Math42, tu mets en évidence la psychologie de notre chouchoutte!
J'ai hâte de lire la suite!!!!! merci ma choukine

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 39
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 17:05

Trop beau ta fic Finou.

Et quel analyse de ce que Mac ressent. C'est super bien écrit.

Bravo et vivement la suite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 22:38

Thank youuuu, ça me booste de trop pour la suite !!! Alors chapitre coupé en deux car sinon ça va à coup de 4 pages et après je vais faire des insomnies pour écrire le reste lol Donc voilà, la suite de ce chap demain, si l'OM gagne Mr.Red LOL
Bonne lecture Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – Washington DC
00h30 G.M.T.


Je suis exténuée. Je me languis que d'une chose, dormir. Mais j'ai beau fermer les yeux et naviguer vers le monde des rêves, je n'y arrive pas. Toutes ses interrogations dans ma tête m'empêchent de passer la première nuit. J'ai peur de me réveiller demain matin et de constater que tout ceci est bien réel et non un mauvais rêve. Un rêve qui aurait été très étrange, tout droit sorti de mon imagination. Mais je sais que je me trompe, que je n'ai rien inventé, que je ne suis plus la même que ce matin. Enfin je savais que j'allais découvrir quelques chose aujourd'hui, pour être soulagé ou le contraire. L'opération nous a tout révélé, mais des fois, j'en viens à me demander si j'aurais préféré rester dans l'ignorance la plus totale. C'est assez lâche de réagir comme cela, mais j'en ai marre de devoir être forte, comme un militaire doit le faire. Cacher mes faiblesses et ne pas faire voir que quelque chose peut m'atteindre. Je n'en peux plus de devoir me mentir à moi même. Je n'ai même pas pleuré encore. Normalement j'aurai dû. Non ? C'est une terrible nouvelle pour une femme de lui apprendre qu'elle n'aurait aucune descendance de sa chair et son sang. Qu'elle n'aurait pas son physique ou sa matière grise. Est ce que cela enlève toute la féminité d'une femme de ne pouvoir concevoir ? Ce sent-on moins femme, de ne pouvoir faire ce pour quoi nous sommes censé servir. Les plus machos disent cela : elles sont bonnes qu'à faire des enfants. Et maintenant, que suis-je bonne à faire ? Je suis inutile à la communauté, je n'augmenterai pas la démographie de mon pays. Bon je sais, j'exagère, mais je ne peux m'empêcher de raisonner comme cela. Sur ma fiche d'état civile : veuve, n'est pas remarier, n'a pas d'enfant, n'a personne dans sa vie, n'a rien en définitif...

Je me tourne et retourne dans ce grand lit dont la moitié est froide. J'envoie ma main et la passe sur les draps pour ne sentir que l'humidité glaciale et une place vide. J'attrape le cousin et plonge le nez dedans. Je dois me laisser aller. Je dois faire sortir toute cette peine qui évolue en moi. Je me force, j'essaye, mais mes yeux sont sec comme mon coeur je pense. Je suis à un stade où j'éprouve de la haine, et aucune émotion ne passe sur mon visage.
Sûrement que ce que m'a dit Harm ce soir y est pour quelque chose. En passant à cette soirée, aux révélations qu'il m'a fait, je me sens froide, frigide, glaciale. J'ai les nerfs !

Je me lève, et me dirige dans le salon éclairé par les éclats de cette lune dorée. Je trouve un coin sombre et m'asseye. Je ramène les genoux à moi et me penche d'avant en arrière. J'essaye de chasser les paroles de Harm qui me brûle l'âme plutôt que de me redonner l'espoir. Voilà qu'en quelques heures j'apprends que ma vie va changer, que je perds un amour plausible (?!) et Harm qui me fait une déclaration. Laquelle j'attendais depuis des années.

J'essaye de m'imaginer ce qu'aurait été ma réaction s'il m'avait avouée cela avant mon passage au Paraguay. Si ça se trouve, je l'aurais repoussé comme je viens de le faire ou mettre un trait sur notre relation comme quand nous étions en terre de feu. J'aurai fuis de mes responsabilités ayant trop peur de ce qui aurait pu se passer.
Enfin, le passé est passé, et le ressasser ne changera rien. Ca ne fait que ressurgir des regrets auxquels je ne veux même plus penser. Cela me donne plus de mal que de bien en regardant une deuxième fois les erreurs passé de ma vie déplorable. J'ai perdu des années à jouer avec Harm et voilà où j'en suis. Je me suis piégée toute seule. Je me suis foutue dans ce pétrin toute seule, pour rester polie. Que dois-je faire ? Me donner des châtiments corporels pour me faire souffrir plus que je ne le fais maintenant. Ce serait trop facile et puis je ne suis pas ce genre de personne.

Alors qui suis-je ? Voilà la question à 1 million. Si seulement j'avais la réponse. Je sens comme si une partie de moi était morte. Je ne peux l'expliquer. Je ne peux l'arranger. Je ne peux rien y faire. Juste y penser et me remettre en question sans cesse. Et qu'est ce que cela va m'apporter de plus ? J'avoue que je ne sais vraiment pas et que je ne le serais jamais malheureusement. Cela dépasse mes performances. C'est trop...subconscient pour moi.

J'entends mon portable vibrer. La flemme m'envahie ce qui m'empêche d'aller répondre. Mais si c'était important ? Je devrai peut-être voir au moins qui m'appelle.

Difficilement je me relève, faisant traîner les pieds. Je m'approche de mon sac où se trouve mon téléphone quand je n’entends plus rien. Je pousse un soupir d'agacement et me dit que la personne rappellera. Je me retrouve à deux pas de mon canapé et me laisse tomber dessus. Mon horloge interne doit être déréglée, car je ne saurais dire l'heure exacte. De ce fait, j'allume la lampe se trouvant à côté de moi, ce qui diffuse un faisceau m'éblouissant quelque peu. Je me redresse et sur un pied d'équilibre, j'arrive à attraper mon sac afin de voir dans combien de temps le soleil va se lever. Dans une éternité, quand je vois qu'il n'est à peine que 1h20. Je pousse un deuxième soupir qu'il paraît plus un souffle d'âme en peine.

Brusquement, je ressens la vibration de mon portable. J'émets un léger rire d'ironie en coin, quand je vois que je ne me suis pas trompé. Soudain je découvre l'interlocuteur. Ma respiration commence à devenir irrégulière. Je suffoque légèrement. Mon rythme cardiaque augmente en flèche. Une boule se forme au ventre, comme si j'avais le trac. Je gonfle mes poumons d'air et souffle doucement afin de me calmer. Enfin, me dis-je, ce n'est que Harm. Pourquoi réagir comme une adolescente quand la personne pour laquelle elle « craque » l'appelle. Après tout, ce n'est que mon meilleur ami.

Je jette ma tête en arrière afin de remettre les idées en ordre. Je décroche en approchant le combiné à mon oreille.

_Allo. Fit-je d'une voix base.
_Mac, c'est moi. Me dit-il.

Je sais très bien que c'est lui et ne trouve rien à lui répondre.

~ Un ange passe ~

_Je voulais m'assurer que vous alliez bien.

Je sens dans sa voix de l'inquiétude. Un sourire sur mon visage de tristesse se forme.

_Je vais bien Harm. Ne vous inquiétez pas. S'il vous plait.

Je ne sais pas pourquoi je lui réponds ça. Je ne veux sûrement pas qu'il se sente coupable de quoi que se soit. Je sais très bien qu'il se rend responsable de tout ce qui entoure, pour les personnes auxquelles il tient.

_Vous êtes sûre ? Pourquoi ne pas avoir répondu quand je vous ai appelé la première fois...vous...vous dormiez peut-être.

Je préfère lui mentir que de lui avouer que le sommeil daigne venir. Je sens qu'il s'en veut de m'avoir appelé et qu'il n'avait pas pensé qu'il pouvait me réveiller.

_Je suis désolé.
_Ne le soyez pas. Mais...pourquoi m'avoir rappelé.
_J'ai vu la lumière allumé, donc j'en ai conclu que vous ne dormiez pas. Non en faite, cette éventualité ne m'a pas traversé l'esprit. Je voulais entendre votre voix.

Je suis touché de son geste quand je réalise quelque chose.

_Comment savez-vous que j'ai allumé la lumière.
_Je suis en bas, Mac.

A chuivre donc... lol

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Dim 30 Oct - 5:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 22:49

T'es une vraie saloperie ma choukine LOOL Je te reconnais bien là!! Tu coupes au moment où Harm est en bas de chez MAc!!!! Outin, qu'est ce qui va se passer??? Hein?? C'est quand que tu nous mets la suite ma choup???

En tout cas merci pour cette fic, je la trouve super!

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gipsy
Admire Catherine à la TV
Admire Catherine à la TV


Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 25/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 22:54

Au debut je me suis dit que j'allais attendre que la fic soit fini. J'avais reussi jusqu'a que je me dise bon li un passage et j'ai continué sur ma lancé. Maintenant j'attends la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stitch
Chaussette de Gemma
Chaussette de Gemma


Nombre de messages : 151
Localisation : éxilée dans le 05
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Sam 15 Oct - 23:19

et ouais, maintenant je suis sur le pied de guerre, attendant pas du tout patiemment la suite!
est-ce vraiment utile de te dire à quelle point j'adore cette fic ? j'ai plein de questions qui tourne dans ma tête, tu va m'empécher de dormir! LOL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Dim 16 Oct - 3:40

Bon, ben tu as eu droit a mes réactions au fil de la lecture...

Je mentirai si je disais que je n'aime pas cette fanfiction...

Elle est tellement bien écrite qu'on a la même peine que mac !

J'ai une boule dans la gorge et les larmes aux yeux en me disant que la vie n'est vraiment pas clémente avec mac, als qu'elle ne le mérite pas !

Heureusement, elle a Harm et elle ns a nous mdr

Enfin, continue, j'adore réellement... si ce n'est pas plus...

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
math42
Mouchoir usagé de Catherine
Mouchoir usagé de Catherine
avatar

Nombre de messages : 128
Localisation : humm In my dream!!
Date d'inscription : 20/01/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Dim 16 Oct - 10:58

Ayaaaaaaaaaa pk tu as coupé à ce passage ouinnnnnnnnn!!!!!!!
Bon allez Finou on se reveille, on sort du lit, on se secoue et tu mets la suite !!!!!!

Tu l'auras compris j'aime et je veux la suite mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 31
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Dim 16 Oct - 13:29

Et une pitite chanson pr Finou:
"Si j'existe si j'existe c'est d'être FAN de ta fic..."
J'adore elle est vraiment trop belle et comme a chaque chapitre je suis émue alors merci pour cette fic!!!
Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Lun 17 Oct - 0:26

Outin savez pas à quel point vos comm's me font de trop plaisir j'en suis tte Sad et oui je suis une âme sensible qu'est ce vous croyez Mr.Red Ah Merci AnneSo pour la chanson, ça me wow MDR

Allez voici la suite que je vous avais promis, oui l'OM a gagné contre Paris alors chui happy comme ça Very Happy Mais tt le monde s'en fout c'est compréhensible, donc je me tais et voici donc la suite mdr

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[-Je suis en bas, Mac.]

D'un seul coup, ma respiration s'arrête. Je jette mon regard dans chaque coin de mon appartement, le temps que je réalise ce qu'il vient de me dire.

_Vous êtes devant chez moi ?!

Il ne répond pas, ce qui est compréhensible, c'était plus une exclamation qu'une question. D'une extrême lenteur je me relève. Doucement je m'approche de la fenêtre, ressentant quelques fourmis dans mes jambes du à la mauvaise position dans laquelle j'étais. J'ai peur de le voir, de flancher à son regard. Mais je le dois, il faut que j'en aie le coeur net.

_Je vous vois.

J'écarte délicatement le rideau et c'est vrai que je le vois. Il est toujours dans son uniforme de cérémonie, un peu froissé. Les premiers boutons de sa chemise sont détachés, et j'aperçois sa peau brillante par la transpiration.

_Qu'est ce...qu'est c'que vous...

J'ai peur de sa réponse, mais je ne dois pas me laisser atteindre. Seul mot d'ordre en tête : ne pas flancher !

_Qu'est c'que vous voulez ?

Je tente de ne faire paraître aucune émotion dans ma voix, mais c'est extrêmement dur. Je sens que je ne vais pas tenir longtemps, et les larmes sont pratiquement prêtes à être déversées. Mais je ne dois pas le faire en « sa présence ». Je ne veux pas qu'il me voie et qu'il s'inquiète encore plus.

_Je peux monter.

C'est ce que je craignais. Sa voix est presque suppliante. Ça me fait mal au coeur de le voir dans un tel état, mais je ne peux pas faire autrement.

_Ce serai une mauvaise idée.

Il acquisse de la tête à ce que je viens de lui dire tout en la baissant. Je ne sais pas si j'aurai encore la force de rester comme ça. Dois-je lui donner une raison plus explicative à ce refus. Tout à l'heure je ne savais plus où j'en étais. Maintenant, je ne suis encore plus perdue.

_Je comprends.

Sa réponse est glaciale. Il se renferme sur lui même, je le vois. Je réalise que l'infime chance de me rapprocher de lui, s'éloigne de plus en plus. A qui la faute ?!

J’entends sa respiration se saccader. Soudain, je me rends compte que deux choix s'offrent à moi : m'ouvrir à lui, le faire monter – ou ne rien faire du tout, le laisser repartir chez lui et demain faire comme si rien n'avait eu lieu.

_Harm. Souffle-je.

Il relève la tête immédiatement en ma direction, comme s'il attendait une réaction de ma part. Un éclat dans ses yeux renaît. Son regard traduit un besoin, celui de me retrouver et d'être là pour moi ? Je suis désolée de ce que je vais faire.

_Je ne peux pas. Dit-je d'une voix tremblante.
_Vous me l'avez déjà dit...Ce n'est pas grave.

Je peux voir d'où je suis ses yeux briller. Je ne veux pas qu'une autre personne dans cette histoire, souffre par ma faute. Je ne pourrais jamais me le pardonner. Je ressens un frisson à sa voix triste, et quelque peut vexée.

_Excusez-moi.

Je ne sais pas s'il a remarqué les pleures dans mon intonation. Je ne peux les contenir plus longtemps et je regrette déjà ce que je viens de dire. Qu'il puisse me pardonner un jour...

_Il ne faut jamais s'excuser, c'est signe de faiblesse.

Un délicat sourire se forme sur ses lèvres généreuses. Il a gagné, il a réussi à me faire sourire. J’émets un léger rire et j'essuie les larmes se frayant un chemin sur la joue.

_Bonne nuit Mac.
_Bonne nuit Harm.

J’attends qu'il raccroche. Je crois qu'il attend de même de moi. Nous restons encore quelques secondes comme ça, toujours en ligne. Je fais glisser mon téléphone le long de mon visage. Mon bras retombe le long de mon corps. Je raccroche. Mais je ne peux m'empêcher de le regarder. Il réalise qu'il n'a plus la tonalité et tristement referme son cellulaire. Son sourire est déçu et s'efface au fur et à mesure qu'il remonte dans sa voiture. Je peux encore l'apercevoir. Il tient son volant entre les mains et je me maudis de lui faire de la peine. Il démarre et effectue une marche arrière brusque. Il s'éloigne dans la noirceur de la nuit. J'enlève ma main retenant le rideau jusqu'à ne plus voir les phares arrière de sa voiture.

Je me laisse aller contre le mur et glisser jusqu'au sol. Je m'arrive plus à retenir mes larmes. Je me sens quelque peu soulagé d'extérioriser ma peine, grâce, en quelque sorte à Harm. Mais ma douleur n'est que plus grande.


A suivre... demain quand je me lève mais tt le monde sera en cours et moi chez moi

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Lun 17 Oct - 0:30

Mais comme chui very très happy bah c'est pour ça que je mets mtn et la suite demain, poutin chui pu sadique Na ?!
Bonne suite de lecture Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – Washington DC
01h08 G.M.T
.

Nous sommes rester une vingtaine de minutes ensemble, et les vingt autres qui suivent, je ne cesse de me refaire la conversation. Si j'avais dit autre chose. Si je l'avais laisser monter en fin de compte. Pourquoi l'ai-je repoussé ? Pourquoi fait-je encore les même erreurs qu'il m'a reproché il n'y a pas si longtemps que ça ? Ne jamais laisser personne entrée dans mon cercle, et toujours rester seule.

Je reste seule car je me considère assez forte et n'avoir besoin de personne. J'ai été seule toute ma vie, j'ai affronter et franchis les dangers en solitaire, sans aucune aide, sauf celle de mon Oncle, qui m'a offert une vie meilleure. Et voilà où cela l'a conduit. À Leavenworst.

Il est préférable que je surmonte ça toute seule et que mon problème n'affecte aucune personne, surtout pas Harm. Je me sens assez coupable de ne pas pouvoir lui offrir ce qu'il souhaite le plus. Un enfant. Mais je sais qu'il est encore plus malheureux car je l'écarte de tout ça. Je ne peux pas faire autrement, ça ne concerne que moi, et moi seule. C'est assez égoïste de ma part, mais je sais pertinemment que son soutient me réconfortera mais une pensée plus destructrice reviendra sans cesse. Celle que ce ne sera pas une vie pour lui. Je porte malheur. Et il mérite une vie meilleure que celle qui risque d'avoir à mes côtés. Je le sais et me dois de le protéger en l'éloignant de moi. Je ne fais pas tout ça pour moi mais seulement pour lui et lui faire comprendre qu'un futur avec moi n'est pas possible. Il sera semer d'embûches et de souffrance.

Je commence à comprendre comment tout cela fonctionne. Arracher le bonheur dans les mains des gens quand ils s'y attendent le moins. C'est vrai qu’en lot de malheur j'en connais un rayon et qu'est ce qui pourrait arriver de pire. Une idée se réveille en moi. Il pourrait mourir. C'est excessif mais tout à fait plausible. Ce ne sera pas le premier homme à décéder à cause de moi, car il fait parti de ma vie. Le total atteint les 5 et deux vie gâché par ma faute. C'est trop, surtout pour une seule personne.

C'est la meilleure solution qui s'offre à moi, la seule...

Je me sens lasse, je n'ai plus goût à rien, c'est navrant...même pour moi. Mes pleures ont cessé naturellement. D'ailleurs je ne me souviens pas quand, trop occupée à réfléchir encore et encore, que le mal de tête apparaît. Je me sens aussi faible et fatigué comme le lendemain d'une soirée trop arrosé, avec la gueule de bois. Sauf que là, je ne bois pas. Je me suis promis de ne plus toucher une goutte d'alcool. Mais qui m'en voudrait, si je replonge, c'est compréhensible non. C'est assez chaotique ce par quoi je passe, alors une goutte ou deux n'empêcherait pas la Terre de tourner. Mais se serait me rabaisser. Je ne dois pas noyer ma rancœur dans une bouteille. D'ailleurs, il se trouve que je n'en ai pas. Après réflexion, Clay en amenait pour lui. Il doit en rester une.

Ni une, ni deux, je me précipite jusque dans la cuisine et ouvre la porte du placard et mes yeux sont automatiquement attiré par elle. Elle est là, elle me nargue. Je ne dois pas sombrer dans cette amertume. Je dois être forte et ne pas flancher pour cette raison cette fois-ci. C'est trop dur. Elle est là, à quelques centimètres de moi et ne demande qu'à être bu. Ce serait une erreur. Mais une de plus ou de moins, qu'est ce que cela changerait.

Je m'en saisi d'une main et de l'autre referme la porte tout en la regardant. Je prends ce qu'il faut pour la déboucher et un verre. Faisons ça dignement et ne buvons pas comme une assoiffée dans le contenant directement.

Je retourne dans le salon et dépose le tout sur la table basse. Durant une poignée de seconde, je la fixe et lui tourne autour. Je l'évite du regard et fait les cents pas. Je m'assoie au fond du divan et la contemple. Une minute, deux minutes...cinq minutes...

Je ne tiens plus, je me redresse et approche ma main. Je la saisit et reste dans cette position encore une minute. Puis, soudainement, je retire ma main, sentant comme une brûlure au creux de celle-ci. C'est un signe, un avertissement. Je ne dois pas. Je m'éloigne le plus loin possible d'elle, reprenant place initiale, dans un coin plus ou moins sombre de la pièce. Mon regard ne cesse de l'apercevoir. Je ne peux décrocher mes yeux de cette tentation.

Le proverbe le dit bien, mettez une bouteille devant un alcoolique...et on connaît la suite. Mais je dois faire exception. Je prouverai que ce n'est pas vrai !

Je m'étire. Bien que j'ai subi un opération, je me trouve rouillé de toute part. Je fais faire un tour circulaire à ma tête. L'espace d'un instant, ça m'a fait du bien. Un instant seulement...
Puis mon regard retombe sur « elle ». Elle ne demande que ça, qu'on la regarde, qu'on l'approche, qu'on la vide de son contenu. Qu'on la choya, l'admire, la vénère et la supplie. Je dois faire quelque chose, l'éviter, la vider dans l'évier, comme cela elle ne me narguera plus. Je n'ai pas la force, le courage, si je la touche, si je la vide, se sera dans mon verre. Je dois m'occuper l'esprit, mais mes seules pensées vont vers Harm. Dans un moment de lucidité, je me demande s'il est bien arrivé. Il était tard quand il est venu, et qui sait ce qu'il a pu lui arriver. Voilà que j'en arrive à me faire angoisser toute seule. J'ai peur. Je me relève d'un seul coup et me jette sur le téléphone et compose le raccourci de son numéro. Le premier. Logique c'est la seule personne proche de moi !

J’entends la tonalité, et je tombe sur son répondeur. Je ne sais pas si c'est une bonne ou mauvaise chose. Sûrement qu'il doit être en train de dormir. Non, je ne peux pas me permettre de le réveiller. Surtout après ce que je viens de lui faire une heure auparavant. Mais je sais que je ne dormirai pas avant de m'être assuré qu'il va bien.

Cette fois-ci, je compose le numéro de son appartement. Après tout ce n'est pas grave si je le réveille, je me sentirai soulagée que rien ne lui soit arrivé.

Ça sonne. J’entends qu'il décroche et une chaleur m'envahis.


Là sûre c'est A chuivre Rolling Eyes Laughing

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Dim 30 Oct - 5:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 31
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Lun 17 Oct - 14:33

Quel c*n ce Clay même quand il n'est plus là il faut qu'il laisse des souvenirs quelques peu envahissants dirons nous !!!
Alors moi toujours pareil j'aime ta fic elle est trop bien aller encore une pitite chanson rien que pour toi (je m'excuses par avnace pour la pluie mdr)

"Je l'aime (chorus: ta fic), je l'aime (ta fic) comme une folle, comme un MARINES, comme une star qui joue dans JAG tu vois je l'aime comme ça!"

Petit HS mais j'suis trop contente que l'OM ai gagné face au PSG!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitchounette
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 235
Age : 33
Localisation : Blois ou bien dans les bras de DJE... eh oui moi aussi!!
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Lun 17 Oct - 19:19

Finou j'adore ta fic et j'ai hâte de lire la suite!

petit HS: moi ça me plait as que l'OM ait gagné contre PSG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shippers-forum.bbactif.com
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   Mar 18 Oct - 19:56

Rho t'es pas contente qu'on ai gagné MDR Et Very Happy AnneSo mdr
Allez fini HS même si je l'apprécie bcp Mr.Red lol et voici la suite
Merci pour vos comm's

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*

[Ça sonne. J’entends qu'il décroche et une chaleur m'envahis]

_Allo. Dit-il d'une voix quelque peu endormi.
_Harm...c'est moi. Fit-je d'une toute petite voix.
_Mac ?! Tout va bien ?

Je le sens totalement réveillé à présent. Ça me rassure et je souris.

_Je vous dérange, vous dormiez.
_Sachez que vous me déranger jamais. Ça va ?
_Je voulais m'assurer que vous étiez bien rentré.
_Oui...oui...

Je pense qu'il reprend ses esprits à la raison de mon appel.

_Je suis désolée Harm.
_Pourquoi l'êtes vous ?
_Pour ce que j'ai pu faire...dire...et ce que je suis...

La fin de ma phrase se perd dans un souffle las.

_Et qui êtes-vous ? Dit-il dans un petit rire.
_Je pensais que vous me le diriez.
_Mac...

Une larme perle.

_Vous pleurez ?
_Une...poussière seulement. Répondit-je tout en l'essuyant.
_Je n'aime pas vous savoir comme ça.
_Moi non plus.
_Que puis-je faire ? Demande-t-il d'un ton empli de peine.
_Je ne sais pas. Souffle-je de nouveau.
_Je viens.
_Non. Réplique-je aussitôt.

J'ai peur de sa réaction, que je le blesse de nouveau. De ce fait, je reprends.

_Je viens moi.
_Non, non, je ne veux pas que vous preniez le volant dans cet état. Et puis il est tard et je n'aime pas vous savoir seule dehors.
_Harm, dois-je vous rappeler que je suis un marines !
_Non, vous le faites déjà assez comme ça.

J’entends son sourire. Celui que j'adore et qui me fait plier à toutes ses exigences.

_Mais vous venez de subir une opération. Il est préférable que vous restiez au chaud et au repos chez vous. Et puis surtout je vous l'ordonne.
_Depuis quand me donnez vous des ordres ? Vous savez très bien que je cède à toutes vos exigences.

Je souris une nouvelle fois. Cela me procure un bien fou. Nos échanges sont légers et l'atmosphère paraît détendue.

_Préféreriez-vous que nous parlions au téléphone si vous ne voulez pas que je vienne ?
_Ça ne sera pas la peine.
_Très bien, comme vous voulez. Mais si vous avez le moindre problème, promettez moi de m'appeler.
_Je vous le promets.
_Très bien marines.
_Harm ?
_Oui. Fit-il d'une voix douce et chaude.
_Merci.
_Pourquoi, je n'ai rien fait.
_Merci d'être toujours là pour moi et d'être la personne que vous êtes.
_Je ne le serai jamais devenu si je ne vous avais pas rencontré.
_Je pense que vous seriez encore plus macho et penseriez toujours que vos ailes font effet.
_Ce n'est pas le cas ?
_D'une certaine façon.
_Hum telle que ?
_Vous le saurez bien assez tôt, Capitaine.
_J'ai hâte de voir ce jour arriver.
_N'abandonnez vous donc jamais ? Fis-je d'un ton qui se voulait désespéré.
_Jamais quand il s'agit de vous.

Alors là, je ne sais plus quoi répondre. Je voulais avoir le dernier mot et voilà qu'il m'achève avec cette dernière réplique. Je sens mon coeur battre à cent à l'heure. C'est incroyable l'effet qu'il me fait. Il me trouble si bien que je perds tout moyen.

_Sarah ?

Cette fois là, j'ai peur de ce qu'il va me dire. J'affirme que je suis là sans vraiment savoir à quoi m'attendre.

_...Bonne nuit.

Ouf, je relâche ma respiration et la température redescend aussitôt.

_Bonne nuit Harm.
_Et ?
_Oui ?!
_Promettez moi une dernière chose ?
_Je vous écoute.
_Dormez !

Je ris, ce qui le fait rire.

_C'est entendu.
_A lundi. Finit-il par dire d'une voix rauque qui me transperce le corps.
_A lundi. Fis-je dans un sourire.
_Je vous embrasse. Conclut-il.

Il attend quelques secondes et raccroche en premier. Je n'ai pas eu le temps de répondre quoique se soit, surtout que je n'avais rien en réserve. Le temps que sa phrase se fraye un chemin dans ma tête obscurcie de toute part, il avait clos la discussion. Je ne sais pas vraiment s'il attendait une réponse de ma part, ou si cela lui a échappé et qu'il a vite raccroché. Vite, c'est vite dit !

Je prends l'appareil à deux mains et le colle à moi. Je pousse un soupire de soulagement. Tout c'est arrangé, il ne m'en veut pas. Pour la première fois de la journée, je suis heureuse. Un sourire béat se forme sur mon visage marqué de cette dure journée, et que je n'arrive pas à effacer. Je me dirige vers ma chambre et oublie complètement la bouteille. J'ai gagné une bataille sur moi même ce soir, mais pas la guerre...


A suivre Surprised

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just A Second [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just A Second [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» Les cycles ou séries que vous avez terminé
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense
» Banniere et modif image [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: