CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where Your Road Leads Traduction [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Where Your Road Leads Traduction [en cours]   Dim 8 Jan - 18:13

Voici une nouvelle traduction d'une fic de StephJAG. C'est une première partie du chapitre 1. Steph doit encore corriger la fin du chapitre 1 et écrire la suite. Mais en ce moment elle a quelques petits problèmes personnels et n'a pas trop le temps d'écrire la suite. Mais elle promet de vous l'écrire dans la possibilité de son temps.

Aller je vous la met. Bonne lecture.


------------





Auteur : Stephjag alias Steph
Traductrice : Corinne

Email de Stephjag : stephrabb@hotmail.com
Email de Corinne : corinnemartin@TVcableNET.be

Site Web http://www.daenarsjagfanfiction.com/Steph/StephJAG.html

Disclaimer : les personnages de JAG ne m’appartiennent pas, ils sont la propriété de CBS, Paramount Studios et ils appartiennent à Donald P Bellisario. Aucun copyright n’a été appliqué à cette histoire.

Genre : Vignette/Drame/Romance Harm et Mac

Classification : PG-13 (Comme toujours: juste pour avoir une planche de salut).

Spoilers : rien en particulier, mais principalement la saison 9.

Résumé : Mac regarde un film quand quelqu’un de cher frappe à sa porte.

Note de l’auteur : Salut tout le monde ! Eh bien je suis de retour de mes vacances ! Les meilleures vacances que je n’ai jamais eues. Et voici que j’écris à nouveau. Cette histoire m’est venue hier pendant que j’écoutais un de mes albums de Trisha Yearwood, « Where Your Road Leads », et à cause de quelque chose que j’ai appris avant de partir en vacances. Quelque chose qui me fait voir les choses très différemment que je les voyais avant.

Dae, chérie, je t’écouterai toujours à partir de maintenant, je le promets. Tu es mon « guide spirituel » - merci beaucoup d’être mon amie. Je veux aussi remercier mes lecteurs qui sont vraiment extraordinaire et un dernier mais pas moins spécial merci à Barb pour ses gentils mots et ses encouragements.

Un dernier merci à Trisha Yearwood et Garth Brooks pour chante “Where Your Road Leads” d’une telle merveilleuse façon et à Victoria Shaw et Desmond Child pour avoir écrit la chanson.
Merci à AeroGirl et à Dae pour la beta-lecture !

Feedback : S’il vous plaît seulement si vous voulez exprimer votre plaisir. Si mon travail ne vous plaît pas pour quelques raisons, je n’ai pas de problème avec ça, mais pas besoin de le partager avec moi.

*************************

Où que tu ailles.

00:31 GMT
Appartement de Mac, Georgetown
Washington, D.C.

Mac avait une longue journée derrière elle. Elle se sentait fatiguée mais heureuse et soulagée. Elle pensait que sa vie avait complètement changé en quelques semaines, pas professionnellement mais personnellement – pas dans sa relation avec Harm, cependant. Ils travaillaient toujours dessus et elle semblait aller mieux maintenant. Après tout, ils étaient passés à travers tout ensemble, elle avait toujours confiance en lui pour sa vie, bien que cette fois, elle doutait légèrement qu’il puisse faire quelque chose pour l’aider.

Sarah Mackenzie était maintenant assise sur son canapé à regarder la télévision – un vieux classique, « La mélodie du bonheur ». Elle avait toujours aimé le film. C’était une simple histoire vraie d’une famille autrichienne, un père laissé avec ses sept enfants après que sa femme soit morte. De l’autre côté, une jeune femme qui avait passé sa vie dans un couvent jusqu’au jour où une des sœurs lui dit d’aller de voir le monde pour être sûre qu’elle avait fait le bon choix.

Mac avait toujours aimé le film à cause de l’esprit qui émanait le film. Et les lieux du film avait été tourné – Salzbourg… une ville romantique. Certains jours, Mac souhaitait être capable d’aller là-bas. Oui, elle souhaitait qu’elle le puisse. Mac était dans le Corps des Marines, mais elle était aussi une femme. La nuit dernière, Mac avait fait un rêve très romantique avec… un grand et bel homme … Harm. Elle avait rêvé qu’il l’emmenait là-bas pour son anniversaire, ou était-ce pour quelque chose d’autre ?

Elle marchait au bras de Harm dans une merveilleuse, splendide robe blanche. Ils marchaient dans un magnifique jardin, Les jardins Mirabelle – un endroit enchanteur. Ils se regardaient l’un l’autre, l’amour brillant dans leurs yeux, et Mac se sentait comme si elle était au paradis. Avoir Harm avec elle était merveilleux, mais ce n’était pas le seul fait qu’il était avec elle qui la faisait se sentir si bien ; c’était aussi le fait qu’il avait arrangé tout ça pour elle.

Mac fut sortie de sa rêverie par un coup à la porte. Se levant pour l’ouvrir, elle baissa d’abord le son de la télévision avant de se diriger vers la porte pour voir par le judas la personne qui était derrière la porte.

Elle ne fut pas surprise de voir qui était la personne de l’autre côté de la porte, et avec un sourire elle ouvrit la porte. « Salut, Flyboy ! J’aurais dû penser que ce serait vous. » Dit-elle, le sourire toujours radieux sur son visage.

« Salut, Ninja-Girl ! Puis-je entrer ? » Demanda Harm en lui souriant en retour.

« Désolé, bien sûr, entrez. Qu’est-ce qui vous amène ici ? Quelque chose de particulier ? »
« Non, pas vraiment. » Dit Harm, en regardant ailleurs.

Le sourire de Mac s’éclaircit. « Harm, que me cachez-vous ? »

« Moi ? Rien. Pourquoi devrais-je vous cacher quelque chose ? » Répondit-il, en baissant maintenant le yeux au sol.

Oui, il me cache quelque chose. Pensa Sarah Mackenzie en elle-même.

« Allez entrer, Flyboy, et dites-moi ce qui vous ennuie – ou devrais-je dire… Dites-moi ce que vous essayé de me cacher ? »

Harm entra dans l’appartement de Mac, se demandant si ce que Mac lui avait dit au sujet de sa santé changerait leur relation d’une manière ou d’une autre. Il ne voulait pas que leur relation change – eh bien, disons que ne pas vouloir qu’elle change serait un mensonge pace qu’au fond de son cœur il voulait qu’elle change. Il voulait plus. Il se sentait coupable à propos de ça, Harm voulait plus qu’une amitié avec Mac, mais ce qui le faisait le vouloir n’étaient pas de bonnes raisons.

Il ne voulait pas faire un pas en avant par pitié pour elle à cause de sa soudaine maladie – non, il voulait sortir avec elle par amour pour elle.

Harm voulait être sûr qu’elle le comprenait. Il voulait Sarah Mackenzie plus dans sa vie et plus proche de lui parce qu’il était profondément amoureux d’elle et rien d’autre. Maintenant Harm le savait avec certitude. Quand Mac lui avait parlé de ses problèmes de santé son cœur s’était déchiré et la terre s’était dérobée sous ses pieds. Il s’était tout à coup sentit impuissant et très petit.

Sarah Mackenzie avait changé sa vie depuis la toute première minute où ils s’étaient rencontrés, et Harm savait qu’il ne serait jamais capable de la remercier assez pour tout ce qu’elle avait fait pour lui. Elle avait toujours été là pour lui quand il avait eu le plus besoin d’elle. Mac avait été là pour lui quand il avait finalement découvert la vérité sur le meurtrier de Diane – elle l’avait empêché de faire quelque chose de très stupide qui aurait détruit sa carrière dans la marine. Elle avait aussi été là quand sa quête pour son père s’était enfin terminée en Russie.

La Russie avait été un dur moment pour tous les deux, mais pour Harm cela avait été une expérience déchirante. Toutes ces années, il avait été à la recherche de son père disparu, espérant désespérément qu’il serait toujours en vie quelque part, n’importe où…

La quête de son père bien-aimé finirait finalement quelque part à Svischevo avec une vieille femme nommée Pitcha, qui lui dirait comment son père était mort en héros en la sauvant d’un quasi probable viol et d’une mort certaine. Harmon Rabb Senior était mort en sauvant la mère de son demi-frère - chose qu’il ne savait pas à ce moment-là.

Aujourd’hui, Harm voulait être là pour la femme qu’il aimait comme elle avait été là pour lui toutes ces fois. Pour être avec elle, pour l’aider. Pour la soutenir dans ses moments difficiles qu’elle aurait, en lui donnant tout l’amour et l’amitié qu’elle avait besoin sans rien demander en retour. Harm ne la quitterait pas – il ne la laisserait pas traverser ça seule, et il était sur le point de faire quelque chose pour elle, une chose qu’elle n’oublierait jamais de toute sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 28
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Where Your Road Leads Traduction [en cours]   Dim 8 Jan - 19:22

pitié la suiteeeeeeee !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! il va faire quoi ?????

j'adoreeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
lilyrose
Chaussette de Gemma
Chaussette de Gemma
avatar

Nombre de messages : 153
Localisation : dans les bras de mon chevalier servant...
Date d'inscription : 18/08/2005

MessageSujet: Re: Where Your Road Leads Traduction [en cours]   Dim 8 Jan - 20:19

SUPER

j'adore ta traduction Corinne

A quand la suite
je veux savoir c'est quoi la surprise
Un voyage ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Where Your Road Leads Traduction [en cours]   Sam 8 Avr - 20:08

Voici une petite suite.

14:24 GMT
Bureau de Mac
Quartier Général du JAG
Falls Church, Virginie
Une semaine plus tôt

Le Lieutenant Colonel Sarah Mackenzie était assise à son bureau, fixant un dossier posé devant elle. Elle n’arrivait pas à se concentrer sur le contenu, même en sachant qu’elle le devait. L’affaire n’était pas très facile ; le Lieutenant Thomas Harriman, qui était dans le Corps des Marines depuis des années, était accusé par son ex-femme du meurtre de ses deux enfants. Elle et Harm avaient été assignés sur cette affaire par l’Amiral Chegwidden seulement quelques jours avant sa retraite.

Il avait dit qu’elle et Harm travailleraient ensemble sur cette affaire, mais tous les deux seraient du même côté – l’accusation. Mac n’était pas vraiment heureuse avec l’affaire, parce qu’elle détestait l’idée que des pères pourraient ou voudraient tuer leurs enfants – leur propre sang. Quand le Seigneur permet d’avoir de précieux cadeaux, vous êtes supposés les aimer, les chérir, les protéger et le plus important de tout, les aimer, pas les tuer !

Sarah Mackenzie était très sensible sur le sujet des enfants dernièrement, bien qu’elle ne sache pas exactement pourquoi. Peut-être à cause du tic tac de son horloge biologique qui fonctionnait toujours ? Ou était-ce à cause du souvenir d’une certaine petite fille qui avait perdu sa sœur jumelle à cause d’un fou qui pensait qu’il avait le droit de tuer parce qu’elle lui avait désobéi. Harm avait été encore plus écoeuré. Mac pouvait toujours voir l’expression égarée qu’il avait eue alors, et ce souvenir déchirait toujours son cœur.

Et maintenant, l’Amiral Chegwidden leur avait demandé de travailler sur une affaire comme ça. Au moins ils ne devaient pas défendre le Lieutenant Thomas Harriman. Mac ne savait pas pourquoi, mais chaque fibre de son corps lui disait que l’homme était coupable sans l’ombre d’un doute. Mais avoir cette conviction était une chose ; être capable d’affirmer une conviction était une chose différente, et elle n’avait pas encore dit à Harm ce qu’elle ressentait. Le connaissant, Mac savait que ce ne serait qu’une question de temps avant que son collègue ne le découvre.

Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? Je n’ai jamais agit comme ça même pensé comme ça avant, et maintenant quand il y a une affaire ou un évènement où un enfant est impliqué, pour une raison ou une autre je deviens dingue. La vérité est que je veux être maman, mais… avec Clay je ne suis pas sûre que ça fonctionnerait. Il n’est jamais à la maison. Nous nous voyons à peine, et la chose la plus importante de toute ; nous n’avons jamais eu une seule conversation ayant pour sujet le désir d’avoir des enfants. Aussi je ne suis pas sûre qu’il serait heureux d’en avoir un.

Le dossier ouvert devant elle contenait le plus d’information sur l’affaire qu’ils pourraient avoir, incluant une photo du corps des enfants quand ils avaient été trouvés dans la voiture de leur père qui était tombée dans le lac. Mac avait regardé la photo quelques secondes seulement parce qu’elle ne pouvait en supporté la vue. Mais comment un être humain pouvait faire ça à des enfants ? Mac se leva et alla à la fenêtre, fixant le vide qui s’étendait devant elle et se demandant si elle aurait jamais des enfants à elle.

Quelqu’un donna un coup ferme mais doux au chambranle de porte. N’entendant pas de réponse, il ouvrit la porte. « Mac, avez-vous vu… ? » Commença-t-il.

Harm s’arrêta, attendit quelques secondes et ensuite entra, fermant la porte derrière lui. Il avait remarqué que Mac était plus souvent debout à la fenêtre de son bureau dernièrement. Quelque chose n’allait vraiment pas.

Harm s’approcha d’elle et serra son épaule gauche avec sa main droite. Il la sentit trembler légèrement, mais ne retira pas sa main. « Mac, qu’est-ce qui ne va pas ? » Demanda-t-il doucement.

Mac ne répondit pas tout de suite. Ham attendit jusqu’à ce qu’elle soit prête à dire que qui n’allait pas – il pouvait sentir que c’était quelque chose d’important pour elle. Harm n’avait pas bougé d’un centimètre ; il était toujours debout derrière elle quand elle murmura. « C’est cette affaire, Harm. Cette affaire sur laquelle l’Amiral Chegwidden nous a assigné. »

« Qu’est-ce qu’elle a ? »

Mac se tourna doucement pour faire face à Harm, une larme silencieuse coula sur sa joue droite. A la vue de cette larme, Harm tendit le pouce et l’essuya.

« Mac, je vous emprie. C’est moi, Harm. Je sais que les choses n’ont pas été faciles pour nous ces derniers mois, mais je suis toujours votre ami. »

« Comment un homme peut-il tuer ses propres enfants ? » Lui demanda-t-elle, et il pouvait facilement entendre la douleur dans sa voix.

« Mac nous ne savons pas si le Lieutenant Thomas Harriman l’a fait, aussi… » Fit doucement remarquer Harm.

« Oui, il l’a fait. » Répondit-elle fermement.

« Mac, de quoi parlez-vous ? Comment pouvez-vous être aussi sûre de ça ? »

« Je l’ai vu. » Répondit-elle tandis que plus de larmes coulaient sur ses joues.

« Quoi ? Vous l’avez vu ? Vous avez vu le Lieutenant Harriman tué ses enfants ? » Demanda-t-il d’un air incrédule.

« Oui. » Dit doucement Mac.

« Vous étiez là ? » Demanda Harm, ne sachant pas vraiment d’où sortait cette question stupide.

« Non. Si cela avait été le cas, je l’aurais dit à Chegwidden immédiatement. »

« Je suis désolé, Mac. Je sais que vous l’auriez dit à l’Amiral si vous aviez été là. »

Mac pleurait toujours, et Harm ouvrit ses bras cette fois pour la serrer. Mac se pelotonna contre lui et laissa ses larmes couler maintenant. Harm n’avait pas dit un seul mot mais caressait doucement ses cheveux. Ils étaient tous les deux debout là depuis un moment, ensemble dans les bras l’un de l’autre, devant la fenêtre.

Harm savait ce qu’elle traversait – il était certain qu’elle avait eue une vision, comme elle en avait eu quand Chloé avait disparue quand elle était à la ferme de ses grands-parents. Harm savait qu’elle avait été confrontée à quelques visions après ça, mais celle-ci pouvait vraiment avoir été horrible et affreuse : voir un père tuer ses propres enfants… une vague de colère monta en lui. Comment un père pouvait-il faire une chose pareille à son propre sang, ses enfants ?

Beaucoup de parents donneraient le monde pour être capable d’avoir des enfants, mais ne le peuvent pas. Et d’un autre côté il y avait des types comme ce Thomas Harriman qui les tuaient. Dieu tout puissant, comment est-ce possible ? Comment un être humain pouvait tomber si bas ? Qu’est-ce qui avait traversé la tête de ce type pour tuer deux jeunes enfants ? La rage se répandait en lui.

Quoi qu’il arrive, peu importe combien de temps ça prendrait, cet homme tomberait et payerait pour ce qu’il avait fait. C’était une promesse qu’il se faisait, une promesse qu’il faisait à Mac.

Harm pensait à une petite fille de 6 ans qu’il avait sauvé il y avait quelques années – il y avait cinq ans pour être exact – Darling Lewis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where Your Road Leads Traduction [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where Your Road Leads Traduction [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit cours de Japonais.
» Gotrek & Felix : Road of Skulls by Josh Reynolds
» Raglan Road
» En cours: Hotchkiss H35 - RPM 1 / 72.
» traduction anglais pour cuttlebug

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: FANART :: Les fanfictions :: Traduction en cours-
Sauter vers: