CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 5 Avr - 18:31

Bonjour lol, alors voici la fic tant controversée LOL J’ai enfin décidé de la poster, alors tout d’abord un grand merci à ma Charah pour la relecture, à mes choups pour m’avoir motivée & lue durant toute l’écriture, & poussée pour que je la poste, ainsi qu’à Dragonfly Wink

Bon alors l’idée m’est venue en écoutant dans la voiture, la magnifique chanson de Mecano « une femme avec une femme » d’où le titre de ma fic, pour qu’elle soit plus explicite, & je me suis inspirée des paroles pour certains passage !

Je vais pas chercher à vous piéger, alors je résume un peu le début : L’action se passe durant la saison 10, et donc commence la veille de l’épisode 4, quand Harm & Mac sont envoyés en mer, & que pendant ce tps on voit pour la première fois Creswell. (ce n’est pas un fait important, c’est juste pour vous situer)

Elle rencontre une femme, Cristina, sympathise ensemble, & deviennent amies…

Alors voilà, il y aura du shipp donc : Mac & Cristi, & du shipp bien sûr Harm & Mac !

Ah aussi du NC-21 (pour les scènes d'amour entre personne du même sexe) & NC-17…je préciserai le moment venu

Donc voilà, je crois que tout est dit pour ce qui est de l’histoire. La fic compte 187 pages, elle est finie, donc je posterai régulièrement.

Voili Voilou, j'espère qu'elle vous plaira, je ne suis pas du tout experte dans ce genre de relation, homosexuelle, heu donc pas jeter trop fort les pierres si vous pli lol Embarassed

Bonne lecture Rolling Eyes


~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Dans un bar de Washington DC…

Je suis assise à ce bar depuis plusieurs heures, ne sentant pas l'envie absolue de rentrer chez moi. Je tente de fuir, de m'éloigner, de m'évader quelque instant et que je m'octrois à pouvoir éviter de m'engouffrer dans cette sordide routine.

Parfois, le seul endroit où je pouvais sentir mon esprit se libérer, n'était autre que mon appartement. Retrouvant mes marques, mes habitudes, bien qu'elles soient solitaires et indépendantes.

Depuis la rupture avec Webb, doublé de l'annonce de mon endométriose, j'évite le plus possible le regard des hommes sur moi, ainsi que celui des femmes, me sentant faible d'une infériorité à ne pouvoir un jour procréer.

Alors à présent, nul endroit n’est fait pour m'apaiser. Seul ce bar me remémorant mes idioties passées, arrive à me calmer.

Pourquoi ?! Je ne le sais pas, mais je n'essaie pas de comprendre, sinon d'éternelles questions viendront détruire ces heures décalées de ma vie que je m'offre le plaisir d'un instant...

Je plonge mon regard dans mon verre non alcoolisé ~ ce ne serait pas une solution de noyer ses problèmes, s'ils puissent être, dans l'alcool ~ et je joue à le faire basculer sur le comptoir.

Une personne s'assoie sur le tabouret à côté de moi, et me fait cesser tout amusement, enfin, si je puis dire...

- Vous avez prit quoi ?

Je tourne la tête vers cette voix qui, apparemment, s'adresse à moi. Ce trouve une jeune femme, approximativement de mon âge, le teint de sa peau est blond, les cheveux mi-long, brune, et ses yeux sont sombres.

J'en reviens à me demander pourquoi je la décris. Simplement pour me demander ce qu'elle pourrait avoir de plus que moi. Il est vrai que je ne connais rien de sa vie, sans doute n'a t-elle pas les même problèmes que moi, mais je ne dois pas raisonner ainsi !

- Soda...citron. Fis-je en replongeant mon regard dans le fond.
- Ca m'a l'air plutôt pas mal !

Elle s'installe confortablement, et fait signe au serveur de lui servir la même chose que moi. Durant que sa boisson vienne, je me replonge dans mes pensées, faisant abstraction du reste.

- Vous venez régulièrement ici ? Me demande cette dernière avant de siroter.
- Quelque fois... Répondis-je, les yeux baissés.
- C'est la première fois pour moi. Mais cet endroit est plaisant.

Je souris, plus par politesse qu'autre chose. Quand, elle reprend.

- Je suis désolée, je vous aborde alors que vous ne me connaissez même pas. Dit-elle confuse.
- Ca ne fait rien. Souris-je cette fois pour la rassurer.
- Je m'appelle Cristina. Mais, mes amis m'appellent Cristi.

Elle me tend une poignée de main amicalement, et je peux rien faire d'autre que de la lui serrer.

- Sarah. Mais, mes amis m’appellent Mac.

Je regarde devant moi, mon reflet dans le miroir. J'ai les traits du visage marqués, ce qui ne me mets pas plus en avant. Je suis tentée de me perdre dans l'étincelle aucune de mes yeux. Puis, je réalise que Cristi, comme elle se fait appeler, ne parle plus.

Je jette un regard en coin vers elle, et peut lire un air d'incompréhension, sûrement par mon « surnom ».

Je souris pour reprendre simplement :

- C'est le diminutif de mon nom. Mackenzie.
- Oh, dans ce cas, enchantée Mac.
- De même Cristi.

Nous nous sourions grandement à cette première approche.

- Bon comme nous nous appelons par le surnom que nos amis nous donnent, nous pouvons nous tutoyer ?
- Bien sûr.
- Alors Mac, tu fais quoi dans la vie ?

Je ne sais pas pourquoi, mais sa compagnie n'a pas l'air de me déranger pour autant. Au contraire même, parler à une personne ne faisant pas partie directement de ma vie, peux avoir un effet bénéfique sur moi.

- Je suis avocate.
- C'est un métier remarquable !
- Merci. Et toi ?
- Ah ! Je ne sais pas si je dois le révéler. Cela pourrait te faire partir en courant. Rit-elle.
- Non, je ne pense pas. Continuais-je sur le même ton qu'elle. À part si tu me dis que tu es psychologue... Dis-je bon enfant.

Elle s'excuse du regard, et je me sens défaillir ! J'ai raté un battement, et je sens comme une boule dans l'estomac se former. Je revis en l'espace de quelques secondes, les séances que j'ai pu avoir avec le Dr McCool, et je ne veux pas me retrouver dans ce même état de contrariété dans lequel elle réussissait à me mettre.

- Ne t'en fais pas, je ne vais pas tenter de t'analyser. Plaisante t-elle.
- Je l'espère bien, tu pourrais t'y perdre. Repris-je en riant.

Cela a l'effet de la soulager, par peur que son métier ne mette une barrière dans notre assez bonne entente pour le moment.

- Et tu fais partis d'un cabinet privé ? Enchaîne t-elle.
- Non...

Je pose mon regard sur elle, pour être navrée à mon tour.

- Dans l'armée !

Ses yeux s'écarquillent, et un rictus se forme au coin de ses lèvres, ainsi que des miennes.

- Navy ?!

Je fais une grimace pour qu'elle comprenne qu'elle s'est trompée.

- Marines !!!

J'opine, et défaits mes yeux d'elle en les laissant vaguer sur ce qui nous entoure.

- Si c'est pas incroyable ça ! Reprit-elle, estomaquée.

Je fronce les sourcils ne comprenant pas où elle voulait en venir.

- Mon ex... Lâche t-elle en penchant la tête vers moi.
- Oh, quelle section ? M'intéressais-je.
- 1er régiment d’artillerie.
- C'est une bonne compagnie.
- Ouai, enfin, il a été envoyé en Irak... d'où notre séparation...

Son regard se voile d'une tristesse que je connais. D'un amour finit injustement alors qu'il brûle toujours à l'intérieur de nous.

- Je suis désolée...
- Tu n'as pas à l'être. Reprit-elle tout sourire.
- Donc cela fait de nous deux célibataires potentielles !

J'ai osé aborder par moi même ma vie sentimentale. Ce n'est pas du tout mon genre, mais mieux vaut peut-être prendre les devants avec ce genre de question. Enfin, surtout je tente de compatir.

- Comment ça ?! Fit-elle aussitôt.

Je me retourne vers elle plus que surprise.

- Je ne peux pas croire qu'une aussi belle femme comme toi soit seule !!!
- Et bien désolée de te décevoir, mais oui... les aléas de la vie. Souris-je faiblement.
- Récemment ? Tente t-elle.
- Assez. Répondis-je avec encore le goût d'amertume.
- Je ne voudrais pas paraître indiscrète, et que tu penses que je joue la psy.
- Je ne pense pas ça !

Elle me gratifie d'un sourire.

- Il est... en faite, c'est assez compliqué. Ris-je.
- Les histoires compliquées, ça me connaît. Se redresse t-elle.
- Il faisait partie de la CIA.

Je crois que je lui en apprends un peu trop sur moi, d'un seul coup.

- Et bien Sarah Mackenzie, vous êtes un sacré personnage.
- Dois-je prendre ça comme un compliment ?! Rigolais-je.
- Oh oui. Tu fais partie des Marines, tu es avocate, tu as fréquenté un agent secret... c'est beaucoup plus que la vie de n'importe quelle femme ordinaire !
- On arrive à s'y faire à force...
- Oh faite, je ne t'ai même pas demandé ton grade !
- Lieutenant Colonel.
- Honorable !
- Merci.

Je prends une gorgée de ma boisson. Elle fait de même.

- Hm, fit-elle quittant les lèvres de la paille, tu as fréquenté des Marins ?! Demande t-elle intéressée.
- Oui, un Capitaine.
- Il était dans ton service ?! Reprit-elle surprise.
- Oui, mais seulement détaché. Il était Australien. Enfin, il l’est toujours.
- Donc pas de fraternisation.
- Exactement... mais malgré tout, tu t'y connais assez bien dans l'armée.
- Avec une vraie pipelette sous le même toit que moi, je connaissais la vie de chaque soldat sous le même commandant que Richard.

Je ris à la façon qu'elle amène bien la chose.

- Tu ne m'as pas dit pourquoi tu n'étais plus avec lui ?!
- Lequel ?!
- Heu... les deux. Rit-elle. Non, mais je dépasse les limites du raisonnable. Ce n'est pas de ma faute, je suis comme ça depuis toujours à poser des questions sans cesse, d'où mon orientation vers la psychologie.
- Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave, ça me fait plutôt rire !
- Je suis heureuse de pouvoir te rendre le sourire.
- Qui te dis que je l'ai perdu ?! Fis-je d'un ton malgré moi, dur.
- C'est ce que je ressens. Ce n'est pas un reproche, mais j'ai l'impression que tu as été blessée.
- Hm, en autre...
- Tu sais que tu peux te confier à moi. Je sais, je suis une étrangère pour toi, bien que nous en savons un peu plus l'une sur l'autre, parfois se confier à quelqu'un qui n'est pas impliqué dans sa vie, peut procurer du bien.
- Je... je ne suis pas du genre à détailler ma vie... dis-je comme fautive.
- Je comprends...

Soudain, je pense qu'elle se sent mal à l'aise, peur de me poser la mauvaise question, ou de m'en poser tout simplement une autre.

- Je suis navrée, mais il va falloir que j'y aille. Demain le boulot... dis-je en me levant du tabouret.
- C'est moi qui le suis... prit-elle sur elle.
- Non, ce n'est pas pour toi que je m'en vais, je suis juste... fatiguée. Mais j'ai trouvé agréable de parler avec toi. Dis-je sincèrement.

Elle baisse la tête, et paraît touchée.

- Passe une bonne soirée. Fis-je en passant dans son dos.

Je fais quelques pas en direction de la sortie quand elle m'interpelle.

- Sarah, attends.

Je me stoppe, et lui fais face.

- Je...cela peut te paraître bizarre, mais j'ai trouvé... que nous nous entendions bien... enfin j'aimerais que l'on se revoit...

Ses doigts se tortillent entre eux par la gêne qu'une telle demande puisse produire.

- Mais si tu ne veux pas, que tu me trouves trop chiante, je comprendrais totalement. Enchaîne-t-elle vite.
- Non, ça me ferait plaisir, au contraire.

Une lueur jaillit de son regard.

- Je te donne mon numéro. Repris-je à mon tour pour la déléguer de cette chose.
- Ok, laisse moi juste le temps de prendre cette serviette, et je note ça.

Je m'approche du comptoir cherchant un stylo dans mon sac. Je prends une serviette à mon tour, et note le numéro. Je vérifie si je ne me suis pas trompée, rajoute vite « Sarah », et lui tend.

Elle s'en saisit, le plie délicatement et le range dans sa poche de jean.

- Je te souhaite une bonne nuit, Cristi.
- Merci, toi aussi Sarah.
- A bientôt j'espère. Dis-je en souriant.
- Je t'appellerais dans la semaine pour qu'on aille déjeuner ensemble.
- Mon repas préféré. Ris-je.

Nous rions une dernière fois ensemble, jusqu'à ce que je me décide à partir.

- Tu restes là ?
- Ouai, je vais repérer s'il y a des hommes intéressant. Fit-elle comme une chasseuse d'homme.
- Bien, alors, bon courage et bonne chasse.

Elle me fait un clin d'oeil, et je lui souris à nouveau. Je baisse la tête, et fais un demi-tour pour de bon cette fois-ci pour passer les portes de la sortie, et rentrer chez moi.

Que la vie peut nous réserver comme surprise. Faire une rencontre inattendue, sympathiser avec une personne, se sentir agréablement bien en sa compagnie alors que la rencontre ne s'est faite il y a à peine une heure, à tout casser.

En tout cas, cela m'a fait du bien de pouvoir oublier un instant ce qui m'avait emmenée dans ce bar. Un fin sourire se dessine sur mes lèvres, tandis que je m'endors sous une pensée pleine d'espoir en la vie. Enfin... dans une utopie encore...


A suivre Rolling Eyes

_________________
I love you Surprised


Dernière édition par le Jeu 18 Mai - 22:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 5 Avr - 18:39

Pour qu'une histoire naisse, il faut une rencontre. Celle-ci pourrait bien bouleverser à jamais la vie de notre Sarah Mackenzie.
Il y a tant de choses qui n'ont pas été abordées, tant de choses qu'on n'ose pas forcément faire....
Merci Finou, d'avoir franchi la barrière, d'avoir fait prendre à la vie de Mac une autre branche.

Je suis l'une des choups à t'avoir lue et à avoir accrochée sans aucune réticence à cette histoire.

Maintenant concernant la fic même : Bah moi je dis, des nanas comme Cristina il en aurait fallu une avant dans la vie de Sarah. Une amie féminine qui n'a rien avoir avec l'armée et qui lui ouvre une autre perspective de vision.

Merci ma Choup d'avoir postée et ...Oyé cmme qui dirait lol

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 5 Avr - 21:12

J'ai déjà tout dit sur Jagfashion

Mais cela me m'empêche de ne pas te redire que j'adore cette histoire, écrit avec grd brio & qui a su me tenir éveillée au taquet tte la nuit...

Tu as eu droit à mes réaction en direct live sur MSN

& j'adore le fait que Mac copine avec une femme non militaire !!!

Félicitation ma finou... Ya pas plus à dire que BRAVO

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 6 Avr - 0:42

Et bine je suis plsu que ravi que tu poste ta fic Finou...

J'ai eu la chance de la lire du début à la fin.

Même si je dois reconnaître sur mes réticences au début quand tu m'as parlé de l'hisotire de la fic au fil des lignes et des pages tu m'as plus que surprise de la façon dont tu a si brillament su traiter le sujet à mon avis.

J'ai vu mon regard et ma vision des chose changer durant cette fic. passer des rires aux larmes mais avec une passion toujours aussi dévorante de connaître au plus vite la suite.

Bon je t'ai déjà dit tout cela en direct, mais je voulais l'écrire ici aussi pour que tu te souvienne de ce que j'ai pensé sincèrement de cette fic qui est fabuleuse.

Et je suis plus que ravi que tu l'as poste malgré les petits désagrement qu'il y a eu. Cela aurait était un pur gachi si elel était resté au fond de ton ordinateur, de celui de Macab,de Tomcat, de Marie et du mien...

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 6 Avr - 0:45

Alors à mon tour... lol

Moi je dis LISEZ CETTE FIC!!!!

Pour avoir eu la chance de déjà l'avoir lue je donne ce conseil non en fait c'est un ordre lol!!!

Elle est touit simplement GENIALE!!

Enfin je ne vais pas tout dire !!!

Cristina dès le début je l'aime bien, elle se prend pas la tête, ose direct aborder Mac, enfin elle est gentille avec notre chouchoutte c'est le principal!!

Alors vivement la suite!!!

Merki ma choutte d'avoir eu cette superbe idée de fic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANNE CHARLOTTE
Baby-Sitter de Gemma
Baby-Sitter de Gemma
avatar

Féminin Nombre de messages : 1248
Age : 31
Localisation : marseille
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 6 Avr - 14:17

la suite s'il te plait!!!! moi je la connait pas et je veux découvrir la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 6 Avr - 21:39

Merci infinimement pour vos comm's ainsi que mes choup's & ma charah !! Je vous love de trop les filles Very Happy Rolling Eyes LOL
Alors voici la suite, espèrant ne décevoir personne, bonne lecture Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

QG du JAG
Falls Church – Virginie
Lendemain


J'avance en direction de mon bureau quand Bud m'interpelle pour me dire bonjour.

- Vous avez l'air reposé, Madame !
- Oui, j'ai réussi à faire une vraie nuit. Des nouvelles du nouveau chef ?!
- Non, madame.

Harm nous rejoint nous faisant l'éloge de son intérêt pour le Capitaine Turner. Suivit du Quartier Maître Coates nous demandant notre présence dans le bureau de ce dernier.

Après des explications sur notre présence en mer, nous sortons de son office.

- Alors Mac, ça va ?
- Parfaitement et vous même ?
- Disons que l'on pourrait qualifier cette journée identique aux autres depuis le départ de l'Amiral.
- Toujours une dent contre Sturgis ?

Il fait une moue corroborant que c'était toujours le cas. Je hoche la tête, et défait mon regard de lui.

- Nous devrions nous dépêcher. Dis-je en le laissant sur place.
- Ouai. Répond-il alors que je m'éloigne de lui, tandis qu'il pivote sur sa jambe en me suivant du regard.

Je me dirige dans mon bureau afin de rassembler mes affaires, et continue mon chemin en direction de l'ascenseur.

- Mac, attendez !

Je m'arrête pour attendre Harm.

- Vous m'avez l'air sereine aujourd'hui, tout va bien ?
- Oui, fis-je surprise.
- Une raison particulière ?
- Non, il suffit juste de ce dire que la vie continue malgré tout.
- Vous avez encore des douleurs ?
- Non. Répondis-je en baissant le regard.
- C'est bon signe alors.
- Je l'espère. Feintais-je avec un sourire.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrent devant nous.

- Je ne voudrais pas vous... mais vous savez que je suis toujours là pour vous...
- Je sais Harm. Souris-je pour le remercier.

Il s'attendait sûrement à ce que je m'ouvre à lui. Mais je ne suis pas encore prête, ou plutôt je préfère ne pas revenir la dessus pour pouvoir avancer.

- Excusez-moi, dis-je en sortant vite des quatre coins en métal à l'ouverture des portes.

L'air m'a manqué l'espace d'un instant, sentant que l'oxygène se fit rare, et que l'endroit rétrécissait de seconde en seconde.

Je pose mon calot sur la tête, et mon léger stress s'évapore.

- Mac, nous y allons avec une seule voiture ? Me demande Harm.

Une seconde je me suis convaincu de ne pas répondre, faisant semblant de n'avoir entendu. Enfin, je me trouve juste au côté de sa voiture, et je ne veux pas aggraver une certaine inquiétude sur mon comportement distant quand il s'agit des sujets privés.

- Heu, non, ça ira, je préfère conduire.

J'enfonce la clé dans la serrure de la portière, et ouvre celle-ci.

- Ca ne me dérange pas de laisser ma voiture ici.

Je ne fais pas attention à sa suggestion.

- On se retrouve à Norfolk.

Et termine la discussion effectuée dans un sens, en refermant la porte.



Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – DC
Deux semaines plus tard


Je suis fatiguée, non pas seulement physiquement, mais aussi mentalement. Je suis épuisée de faire semblant que tout aille bien, marre de me retenir de pleurer par moment pour ne pas faire voir que je puisse être faible, agacée de me sentir si souvent dans un tel mal être.

La relation avec Harm ne s'est guère arrangée. Même plus, avec notre nouveau commandant, je lui ai fait part de mes craintes à ce que nous puissions être séparés.

Je sais que cela peut paraître contradictoire. Je le repousse quand il tente d'avoir une conversation d'ordre personnelle, mais sa présence quotidiennement me rassure. Je sais, bien que je mets certaines distances entre nous, que je ne serais jamais totalement seule, ce qui ne me fait pas baisser les bras en quelques sortes.

Mais c'est un jeu malsain. Mon mal être peut être dû aussi à Harm. Comment dire... il fait partie intégrante de ma vie depuis des années. Il a assisté et m’a soutenu quand j'ai été dans les bas fonds, m'a vu heureuse, malheureuse, désespérée, et dans un certain sens sa présence me rappelle quelques fois cet état de conscience. Ce n'est pas de sa faute s'il est marqué des bribes passées de notre histoire en commun ou passé personnel. Mais j'ai besoin d'air frais, une forme d'évasion en présence de nouvelles personnes, ou quelqu'un...

Le téléphone sonne. Mon portable plus exactement. Je me dirige vers mon sac où il se trouve, et l'interlocuteur ne s'affiche pas. Je fronce les sourcils me demandant qui peut bien m'appeler.

- Oui ? Fis-je en décrochant.
- Sarah ? Demande une voix féminine.
- Heu oui, répondis-je en cherchant qui cela peut être.
- Hey c'est Cristi !
- Hey Cristi, comment ça va ?!
- Je vais bien merci, et toi ?
- Ca va aussi. Souris-je.
- Je suis désolée de t'appeler aussi longtemps après notre rencontre, mais après réflexion je me suis dis que tu devais être polie envers moi, et que peut-être tu ne voulais pas que l'on se revoie.
- Non, pas du tout ! Fis-je surprise. Je suis contente que tu m'appelles.
- C'est vrai ?!
- Hm, j'ai apprécié la discussion que nous avons eue.
- Ouai moi aussi, j'ai l'impression que beaucoup de choses nous lient.
- J'ai cette forme d'impression aussi.
- Alors, bien, que dirais-tu que l'on déjeune demain midi ensemble !
- Je dirais que je suis d'accord. Ris-je.
- Cool alors, rit-elle à son tour, je me rappelle vaguement où se trouve le JAG, ton bureau vu que tu es avocate, et mon cabinet ne se trouve pas très loin.
- Ah bon ! Vers où est-il ?!
- Georgetown.
- Effectivement, cela n'est pas loin. Répondis-je sachant très bien puisque j'y habite !
- Tu connais le Rockland's ?
- Oui, oui.
- Ca te convient ?!
- Parfais.
- Tu n'es pas végétarienne au moins !
- Oh non non, un Marines ne se nourris pas de verdure.
- Très bien dit. Rigole t-elle. Bon alors, on fait comme ça, la première attend l'autre.
- Ok. A demain alors.
- A demain Mac. Bye.
- Bye.

Je raccroche.

Mon sentiment : l'impression d'avoir eu à faire à un second souffle, inattendu, mais tellement changeant. Cela va me faire sortir un peu de mon quotidien, et avec grand plaisir !



Bureau de Mackenzie
Lendemain


Je suis concentrée sur le dossier ouvert sous mes yeux. Quand on est occupé, le temps paraît passer à une allure incroyable. Si bien que je ne m’étais pas aperçu qu'il était midi passé jusqu'à ce qu'Harm vienne m'aborder.

- Hey Mac, toujours dans le travail !

Il me sourit jusqu'à ce que celui-ci s'efface pour je ne sais quelle raison. Je comprends que ce qu'il m'a dit n'a en rien à voir avec une réalité habituelle, mais je pense qu'il croit que je l'ai vu dans ce sens.

- Et si on allait déjeuner. Se rattrape t-il vite. Je vous invite !

Son légendaire Flyboy grin s'expose sur son visage.

- Quelle heure est-il ?! Demandais-je surprise.
- Heu, midi...cinq ! Dit-il en regardant sa montre. Mais vous devriez le savoir, à moins que votre horloge ne soit défectueuse.

Je ne réagis pas à ce qu'il me dit, trop préoccupée à vouloir faire plein de chose à la fois, pour ne pas arriver en retard au restaurant où Cristina m'attend.

- Je... suis en retard. Dis-je me m'étant aussitôt debout.
- En retard ?!
- Ou...oui, j'ai... je suis déjà prise pour midi Harm, je suis désolée.

Il paraît surpris, mais ne fait pas voir qu'il semble un peu froissé.

- Ca ne fait rien Mac.

Je fais le tour de mon bureau, prend mon sac, ma veste au vol et passe à côté de mon partenaire.

- Je suis navrée de vous laisser comme ça, mais ça sera partie remise. Fis-je à sa hauteur.

Je le regarde dans les yeux, jusqu'à ce que me revienne le pourquoi de mon agitemment, et je pars aussi vite que je le peux.

- Bon appétit...Mac. Dit-il plutôt troublé.
- Merci, vous aussi Harm. Cris-je par dessus mon épaule.

En un rien de temps, malgré la lenteur de cet ascenseur, je me trouve vite derrière le volant de ma Corvette, et empreinte différent raccourcis pour arriver à temps à Georgetown.

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 6 Avr - 21:43

Restaurant Rockland's
Georgetown – DC
12h20


Je pénètre dans le restaurant et vois avec chance Cristi du premier coup d'oeil.

- Je suis désolée de mon retard. Fis-je quelque peu essoufflée.
- Ne t'en fais pas, je viens juste d'arriver. Sourit-elle.
- Tu as commandé ?
- Je t'attendais.
- Ok.

Je prends une grande respiration, et ouvre le menu devant moi.

- Alors, comment s'est passée ta matinée ? Demandais-je.
- Plutôt calme. Et toi ?
- Arf, comme toute depuis un certain moment, débordante ! A croire que tout le monde se passe le mot pour faire des délits en même temps. Fis-je, exaspérée !
- Vous êtes combien d'avocats ?
- On est nombreux, et tous aussi dépassés les uns que les autres. En plus, nous avons un nouveau commandant, alors ils veulent tous faire voir leur valeur.
- Et pas toi ?!
- Oh non, j'essaie de me faire la plus discrète possible.

Elle m'interroge du regard.

- Le Général Cresswell a été le JAG à Okinawa quand j'étais tout juste jeune officier.
- Et bien cela peut te donner un avantage !
- Oh non, j'ai... j'ai eu une relation avec mon supérieur le Colonel Farrow.
- Tu as fraternisé avec ton commandant. Me fit-elle intéressée, en ouvrant grand les yeux, et n'empêchant pas un sourire immense.
- Ouai... j'étais jeune. Me justifiais-je dans un rictus.
- Erreur de jeunesse ! Rit-elle.
- Il a bon dos celui là, mais oui. La suivis-je dans la bonne humeur.

Le serveur s'approche de nous afin de prendre notre commande. Je referme le menu et le lui tends. Puis, je repose mon attention sur Cristi.

- Mais toi alors, tu connais maintenant quelques hommes qui ont fait parti de ma vie... et toi?!
- J'ai eu des hommes qui comme la plus part, je pensais qu'ils étaient bien. Mais je m'aperçois que ce n'est juste que des inepties à penser ça des hommes en général maintenant... J'ai été associé dans un cabinet pendant quelques années avec plusieurs confrères.
- Tu étais ?
- Oui, j'ai préféré ouvrir ma propre « entreprise ».
- Ca c'est mal passé avec ces hommes ?

Je découpe un morceau de pain que je mange petit à petit, patientant avant que nos repas nous soient servis.

- Pas avec tous, plutôt un avec qui j'ai eu une liaison. Ca me paraissait sérieux au début, jusqu'à ce que j'apprenne qu'il était déjà pris autre part...
- Marié ?

Elle acquiesce de la tête.

- Mais, tu sais qu'ils ne sont pas tous comme ça !
- Tu as l'air d'en être convaincue. Pourtant tu as l'air aussi meurtrie que moi pour ce qui est des relations avec les hommes.
- Disons que j'ai certaines cicatrices...

Je ne peux empêcher cette douleur de transparaître sur mon visage.

- Comment fais-tu pour être optimiste ?!
- Je ne le suis pas. Ris-je jaune.
- Tu devrais sortir plus souvent peut-être !
- Qui te dis que j'ai une vie d'ermite ?!
- Je pense que si tu sortais plus souvent, tu verrais que les hommes te regardent avec envie, et cela te redonnerait confiance.

Son regard scanne les tables aux alentours, et son air pris une forme de conviction. Je la suis, et m'aperçois que plusieurs hommes nous regardent avec discrétion.

- Ils ne me regardent pas. Ils te regardent ! Dis-je en m'appuyant sur le dossier de la chaise.
- Non, je ne pense pas.

Elle me fixe comme si cela était une évidence.

- C'est seulement parce que je suis en uniforme !
- Oyé, je ne m'en étais même pas aperçu. L'habitude sûrement !
- Donc, tu vois, ce n'est pas moi qu'ils regardent, seulement le fantasme d'une femme en uniforme. Ris-je amèrement quand même.
- Bon, ok, pour cette fois-ci je te laisse tranquille.

Notre déjeuné est apporté et nous dégustons tout en continuant de parler.

- Toi aussi tu devrais avoir confiance en toi. Tu es une belle femme Cristi !
- Ouai... enfin je m'aperçois qu'il est plus facile de donner des conseils que de les recevoir.
- C'est bien vrai ça ! Mais, il n'y a pas quelqu'un sur qui tu aurais des vues ?! Demandais-je curieuse.
- Ouarf, hm, non. Sourit-elle, je ne veux pas m'attacher pour l'instant.
- Les histoires d'un soir.

Elle semble gênée.

- J'ai assez donné dans ça quand j'étais jeune ! Fis-je pour lui montrer que je n'ai aucun à priori là dessus.
- Tu ne vas pas me dire que cela t'es déjà arrivée ?!
- Bah comme tout le monde je pense quand on arrive dans une phase de sa vie qu'on ne contrôle pas.
- Ouai, seulement pour faire passer le temps. Rit-elle.
- Quoi que meilleure activité. Dis-je dans un rictus.
- Tu m'as l'air sans tabou, un point en commun !
- J'ai beau paraître un peu cynique quelque fois, mais quand on me connaît vraiment, plus rien ne me dérange.
- Avec des dossiers que tu as eu à traité, certains sortaient de l'impensable.
- Oh que oui, c'est pour ça que maintenant je ne fais plus attention. Mais ça doit être pareil pour toi, les personnes te confient se qu'ils n'osent dire à leurs proches.
- Ouai, exactement, donc comme toi, plus rien ne m'étonne à ce que les gens peuvent oser faire maintenant.
- En quelques sortes, nos métiers ne sont pas si différent que ça !
- J'ai l'impression.

Nous rions sans trop se faire remarquer par les autres personnes.

Nous avons continué à parler de nos différentes expériences professionnelles, nous surprenant l'une l'autre.

- Quelle heure est-il ? Fit Cristina.

Je pose ma tasse de café, pour interroger mon horloge interne qui refonctionne.

- 14h10 ! Dis-je sans que ça percute mon bon sens.

Puis, soudainement oui, je réalise.

- Oh, non, je suis en retard !
- Le temps passe tellement vite par moment.
- Ouai, j'ai l'impression que je suis arrivée il y a cinq minutes !
- Il faut que tu y ailles ?!
- Je suis obligée !
- Pas d'école buissonnière.

J'ouvre grand les yeux ne comprenant pas où elle voulait en venir.

- Tu n'as pas de rendez-vous cet aprem ?!
- Non, ils se sont décommandés. Enfin je viens juste d'ouvrir mon cabinet, je ne suis pas afflué de demande de rendez-vous. Alors en plus comme c'est veille de week-end, et qu'il fait un soleil magnifique, les personnes ont d'autres choses plus importantes à faire ! Plaisante t-elle.

Je ris à sa remarque.

- Alors, tu y vas quand même, mes arguments ne t'ont pas fait changer d'avis.
- Je serais d'avis à te suivre, mais qu'est-c'que je dis à mon commandant.
- Bah que tu es malade, et que tu as préféré rentrer chez toi !

Je pèse le pour et le contre sur cette éventualité.

- Sarah, j'ai l'impression que tu ne prends pas assez de temps pour toi même, et que tu te
dévoues corps et âme pour ton travail. Quelle récompense récoltes-tu ?
- Bah cela prouve que je fais bien mon travail et c'est bénéfique pour ma réputation !
- Je pense qu'avec le grade que tu as, tu as une très bonne réputation au niveau de ta chaîne de commandement. Et ta récompense n'est autre que de te faire accabler par d'autres affaires. Ai-je tords ?!

Je fais une moue corroborant ses dires.

- Non, dis-je en baissant les épaules. Et puis, ils peuvent se passer de moi pour un après-midi !
- Un bon raisonnement, et puis si tu t'inquiètes d'être en retard dans tes dossiers, on pourra toujours passer en fin d'après-midi, quand tout le monde sera parti !
- Ouai, tu as raison.
- Je sais. Fit-elle fière d'elle.

Je ris par son comportement.

- Bon alors, qu'est-c'que tu proposes ?!
- Que nous finissons notre café, et à nous les boutiques !!!

Je capitule et me rassoies !

- Je vais commencer à regretter d'avoir accepté ce déjeuner. Tu as une mauvaise influence sur moi. Ris-je avec un poids effacé.
- Tu me remercieras, tu verras. Me suis t-elle de bon coeur.

Nous continuons à nous détendre sur nos expériences passées, et à plaisanter sur celles-ci, quand elle me pose une question à laquelle j'aurais dû me douter qu'elle viendrait un jour ou l'autre.

- Tu as des enfants ?

Je baisse la tête, et refoule les futures larmes à céder.

- Non...
- Je suis désolée, je n'aurais pas dû !
- Non, c'est juste que... j'ai... j'ai appris que... je suis stérile.

Elle se redresse, sachant à tord qu'elle n'aurait pas dû aller si loin.

- Je suis sincèrement navrée, je présume que j'ai tout gâché. Fit-elle tristement.
- Non, souris-je pour la rassurer de nouveau, tôt ou tard la question se serait posée. Nous essayons d'en apprendre un peu plus sur nous, c'est légitime de demander.
- Excuse-moi quand même...
- Il n'y a pas de raison. Repris-je confiante.
- Je comprends mieux le voile de tristesse qui passe sur ton visage par certain moment.
- J'essaye de faire avec.
- Tu en as parlé autour de toi ?
- A un psychologue ?!
- Oui, ou non, ou a une personne proche de toi... un ami.
- Oui, mon meilleur ami.
- C'est une bonne chose que tu n'affrontes pas cela toute seule.
- Je sais, mais je préfère, je lui ai seulement dit parce qu'il est concerné dans tout ça.

Je vois que la question du genre « que veux-tu dire par là ?! » lui brûle les lèvres.

- C'est... c'est idiot, souris-je en me remémorant l'instant de cette vie passée, mais nous avons fait le paris que si nous ne fréquentions personne dans les cinq ans à partir du jour où nous avons dit ça, nous ferions un bébé ensemble.

Elle semble touchée par cela, je pense que beaucoup de personnes le serait pour ce geste plus qu'amical envers deux amis, et meilleurs même, si un autre sentiment ne venait pas se camoufler entre.

- Pour quelle occasion ?
- Une femme du JAG, qui se trouve être une amie en commun, a eu son bébé dans nos locaux. Alors quand l'ambulance l’a emmené à l'hôpital, j'étais à la fois heureuse et je l'enviais de pouvoir être mère. Mais cela n'avait rien à voir avec ma stérilité, puisque je ne le savais même pas encore à ce moment là.
- Ah, donc alors, l'échéance était enfin arrivé quand tu as appris cela.
- Oui, donc j'ai été obligée de le lui dire...
- T'en a t-il voulu ?!
- Oh, non au contraire, il m'a affirmée que pour lui cela n'avait aucune importante quand à la manière d'avoir un enfant ensemble... mes chances frôlent le 4%...
- Sarah, ce n'est pas zéro !!!
- Ce que tout le monde me rappelle. Ris-je amèrement.
- C'est que nous y croyons tous !
- Non, c'est juste pour me donner l'espoir que je n'ai pas envie d'affronter, car le cas échéant, si vraiment rien ne fonctionne, j'aurais utilisé toute la foi que j'ai en la vie pour un échec !

Un ange passe.

- J'ai eu des amies dans le même cas que toi, et qui ont réussis à rendre leur rêve véritable. Je ne te dis pas cela pour te donner un espoir certain que tout marchera sur des roulettes, mais juste pour que tu ne laisses pas ce pessimisme te barrer la route...
- Merci, mais pour l'instant j'ai réussi à y faire face, alors maintenant, je prends les choses telles qu'elles viennent, et dans ma capacité à pouvoir les affronter.
- En tout cas, sache que tu n'es pas seule, ou que tu ne l'ai plus. Sourit-elle finement.

Je la remercie silencieusement.

- Bon, on va aller se changer les idées, qu'en penses-tu ?!
- J'en dis que c'est une très bonne idée ! Mais avant ça, je voudrais aller passer des vêtements civils, si ça ne te dérange pas.
- Aucun problème. Tu habites loin ?
- Non, juste à quelques pâtés de maison.
- Tu habites à Georgetown !!! C'est parfait ! Nous sommes en quelques sortes voisines alors. Rigole t-elle.
- Yep ! Ta voiture est dans le coin ?
- Non, je suis venue à pied, mais elle n'est pas loin de mon appartement, vu que mon cabinet se situe en dessous. Fit-elle levant les mains.
- Très bien alors, je reviens je vais payer.
- Non, non, non, tu ne vas rien payer du tout, je t'invite !
- Il n'en est pas question !
- Laisse moi, au moins pour me faire pardonner. Fit-elle dans une moue.
- Naaa !

Je lui lance mon regard Devil Dog, celui qui me laisse très convaincante sur le Marines que je puisse être.

- Ola, devant ce regard, je m'incline. Ne jamais contrarier un Marines ! Rit-elle.
- Exactement ! Repris-je de même.
- Bon alors, la prochaine fois ce sera pour moi, ok ?
- D'accord. Dis-je en cédant mais pas pour le repas d'aujourd'hui.

Je me dirige donc vers le comptoir, tandis que Cristi se prépare. Je récupère mes affaires et nous allons vers mon véhicule.

- Et bien dis-moi, l'armée à l'air de bien payer. Ne serais-tu pas s'il y a une place de psy à prendre ?! Plaisante t-elle.
- Non, mais je pourrais me renseigner si tu veux. Fis-je dans un rictus.
- Merci, mais après réflexion, me retrouver entourée de mâles en uniforme, je serais condamnée pour abus de pouvoir !
- Dis-toi que je serais ton avocate !
- Oh en plus j'aurais la meilleure avocate de toutes les armées confondues. Un honneur chèr Maître. Joue t-elle.

J'actionne l'ouverture centralisée des portes, en regardant Cristina me narguer.

- Allée monte mangeuse d'homme !

Elle arrête aussitôt pour me regarder surprise. Je soulève un sourcil comme si ma réflexion ne portait pas à confusion.

Je secoue la tête dans un rictus, qui ne fit pas disparaître mon éclat de rire que j'essaye de retenir.



A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 7 Avr - 2:13

Ma Choutte il n'y a pas de danger tu ne nous décevras certainement pas avec cette fic!!!

J'adore Mac qui se laisse aller à la confidence, ce qui ne peut lui faire que du bien.

Et j'adore le fait que ce soit avec une personne hors du JAG.

Tin sa dernière réplique j'adore "Aller monte mangeuse d'hommes" tin je m'imagine trop Mac dire ça !!!

Pour faire simple je LOVE ta fic alors vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitchounette
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 235
Age : 32
Localisation : Blois ou bien dans les bras de DJE... eh oui moi aussi!!
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 7 Avr - 14:20

Aucun risque d'être déçue finou ! j'adore ta fic ! elle est vraiment superbe et je dois dire que ça nous change agréablement de voir Mac avec une amie extérieure au JAG ! j'attends de voir la suite car il est indéniable qu'un lien particulier s'est créé entre les deux femmes ! bravo pour ta fic et vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shippers-forum.bbactif.com
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 7 Avr - 21:38

Merci Pitchounette & my Crevette ochi MDR Mouah !

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~



QG du JAG
Falls Church - Virginie
Soirée


Un sourire est scotché sur mes lèvres. Cristi m'attendait dans la voiture, n'ayant préféré de ne pas monter. De toute façon, j'en avais pour que quelques minutes.

Nous avons passé l'après-midi dans les boutiques, puis après trois heures sans une pause, nous nous en sommes offerte une. Sur la terrasse d'une brasserie, nous ne cessions de rire à pleins poumons, attirant le regard des passants, surtout des hommes. Et pour une fois, je m'en foutais, c'était même flattant. Nous étions en débardeur pour ce mois de saison un peu frisqué, avec les lunettes de soleil en place, comme des stars.

Enfin, j'espère ne rencontrer personne sur le plateau, surtout pas le Général, qui verrait qu'en fin de compte, je vais particulièrement bien.

La moitié des bureaux sont éteints, et je pousse un souffle de soulagement !

J'arrive à mon bureau et regroupe vite fait les feuilles qui complètent mon dossier afin que je puisse m'y pencher dessus durant le week-end si je trouve une minute à moi avec ce que Cristi a proposé de faire.

- Hey Mac, vous allez bien ?

Je relève la tête surprise que l'on s'adresse à moi. Quand je m'aperçois qu'il s'agit de Harm, je suis plutôt soulagée, bien qu'un mal aise m'emporte.

- Heu, oui, je suis venue récupérer mes affaires pour que je puisse travailler chez moi.
- Mac, reposez vous plutôt, si vous êtes malade...
- Ca va un peu mieux, répondis-je au mensonge, je peux rattraper le temps perdu.
- Très bien, mais si vous avez le moindre souci, ou si vous avez besoin d'aide, appelez moi ! D'accord ?

J'éteints la lumière posée sur le bureau, et récupère à la main les dossiers.

- Ca ira, merci. Dis-je me trouvant devant lui.
- Vous partez ?!
- Oui, je rentre...
- Vous êtes sûre que tout est ok ? Demande t-il soucieux.
- Oui, je vous assure que tout est parfait, Harm. On se voit lundi. Dis-je en direction de la sortie.
- Ok... passez un bon week-end, Mac.
- Merci vous aussi, dis-je dans un sourire à ce qui m'attendais.

Je reprends ma place derrière le volant.

- Alors prête ?
- C'est plutôt à toi qu'il faut demander ça !
- Allons finir cette journée aussi bien qu'elle a commencé !

Je démarre la voiture, et nous partons du parking du JAG, en direction de faire la tournée des bars les plus branchés de Washington DC...



Dans le quartier Adams Morgan
Washington, DC
Près de 23h


Cristi et moi, sortons d'un bar en train de nous soutenir pour ne pas tomber, aux rires qui nous empêchent de nous tenir droite. Nous sommes allées dans différents quartiers, mais par un match de basket ce soir même, l'ambiance était tournée vers les écrans.

Nous avons quand même joué de cela, feintant de nous intéresser au sport pour en ravir plus d'un. Cristi est plus à l'aise sur la technique de drague que moi, il faut seulement que je retrouve les bonnes habitudes.

Enfin, nous sommes à moitié en train de nous étouffer de rire, par la très délicate intervention de Cristina, qui avec sa grâce, a littéralement crié dans le bar le nom de l'équipe adverse. Elle attira les regards des messieurs présents, bière à la main, vers nous. Donc nous avons compris qu'il valait mieux s'enfuir avant de ne plus pouvoir.

- Bon, que faisons nous maintenant ? Proposais-je quand nous arrivons à nous calmer, enfin presque...
- Je ne sais pas du tout, avec le match les bars sont désintéressés de tout.

Elle se cambre en avant et pose ses mains sur ses genoux afin de reprendre contenance.

- Tu veux rentrer ?!
- Non, reprit-elle en se remettant droite. On a qu'à aller dans un endroit plus calme...
- Ouai, bonne idée. On n’est pas loin de Blues Allay, si ça te dis.
- Ah ouai, j'adoreee. Fit-elle en secouant la tête comme si elle entendait déjà la musique.

Nous marchons en direction du club de Jazz, le plus vieux de Georgetown.

- Dis-moi Sarah, je ne t'ai pas vu boire ? Fit-elle en essayant de marcher droit.
- Bien sûre que j'ai bu !
- Mais pas d'alcool si je ne me trompe pas. Dit-elle en fronçant les sourcils pour tenter de se souvenir.
- Non, je n'en bois pas.
- Tu ne supportes pas l'alcool ? Rit-elle.
- Oh si, ce n'est pas ça le problème. C'est que si je commence, je ne m'arrête plus, et pas seulement qu'en soirée, repas et dîner.

Je précise pour qu'elle comprenne sans que j'ai besoin de dire que je suis une alcoolique. Cristi se stoppe à nouveau, et reprend de l'air afin de se faire désaouler.

- Sarah... fit-elle comme à bout de souffle, j'ai l'impression de faire que des conneries avec toi, je veux dire mes questions...
- Je m'attendais à ce que tu me dises cela. Fis-je en riant. Mais, je te rappelle que tu ne dois pas, ce sont des choses qui se passent dans une vie, alors que pour certaines personnes juste quelques brides de la mienne surviennent dans la leur, c'est tout. Ce n'est pas de ta faute de me poser des questions, qui pour d'autres seront des questions qui pourront sembler aucun tabou. D'ailleurs pour moi elles ne le sont pas. Je t'ai dis le premier soir que tu pourrais t'y perdre... je n'avais pas tord ! Finit-je dans un clin d'oeil.

Elle baisse la tête, avant de reprendre en se redressant.

- Je t'admire Sarah. C'est vrai, sincèrement. J'en apprends chaque fois un peu plus sur toi, et tu parais en accord avec tout ça, alors que par ma situation professionnelle, je peux te dire que beaucoup de personnes sont loin d'être de la même trempe que toi. Tu es une femme belle, intelligente, et forte. Alors à l'avenir, ne te dévalorise pas et continue à garder cette bravoure que tu tentes d'effacer de ton regard. Car malgré tout, tu as du mérite à être devenue la personne que tu es malgré tes méandres.
- Il fallait le faire, et je l'ai fait... c'est tout. Je ne retire aucune fierté de m'en être sortie. Je suis comment dire...à la traîne et j'ai rattrapé mon retard, fis-je ma pensée allant vers Harm. La seule et véritable fierté que je pourrais avoir... est de dépasser le monde pour arriver dans un état de quiétude sans faille. Là, j'éprouverais peut-être de la fierté en me voyant non pas supérieur aux gens, mais dans un état de conscience supérieur... et aussi faire qu'il y est la paix dans chacun de nous. Fis-je dans un sourire rieur.
- Amen !

Elle me suit dans mon sourire, et qui continue sans cesse à devenir de grands rires.

- Tu as l'air épuisée, tu ne préfères pas rentrer. Nous pourrons toujours continuer cette soirée à un autre moment.
- Tu es fatiguée toi ?!
- Tu demandes ça à un Marines !
- C'est vrai... souffle t-elle exaspérée. Tu as peut-être raison... Ca ne te dérange pas ?!
- Pas du tout.
- Certaine ?!
- Certaine. Dis-je en fermant les yeux pour confirmer mon choix.
- Bien dans ce cas là, je pense que je vais aller m'effondrer dans mon lit qui m'attend...

Elle fait quelques pas, désorientée.

- Hep, pas si vite demoiselle, te souviens-tu au moins où tu habites ?! Dis-je en la taquinant.

Elle regarde autour d'elle, ne sachant par où cheminer.

- Hm, après réflexion, pas si loin de chez toi, c'est tout ce dont je me souvienne.
- Allée, je te ramène.
- Non, ça ne sera pas la peine, je retrouverais facilement la rue.
- Tu ne sais même pas où on se trouve ! Lui fis-je remarquer.
- Mais si...

Elle fixe le nom de la rue avec beaucoup de mal.

- Wy...wyo...ming.
-Wyoming Avenue. Fis-je exaspérée.
- Exactement ce que je disais !
- Ouai, ouai, je te ramène et pas moyen de discuter !
- Est-ce un ordre M'dam ? Dit-elle droite, enfin un peu courbé !
- Oui soldat !
- Alors à vos ordres, reprit-elle sur le point de tomber.

J'arrive à la rattraper et passe un bras derrière son dos afin de la reconduire chez elle.



Appartement de Cristina
Georgetown – DC


Je nous arrête devant une plaque indiquant le nom de Cristi et son domaine de compétence dans la psychologie. Je ne m'étais jamais aperçu qu'il y avait un psychologue. Enfin ce n'est pas des choses que je repère surtout.

- Tu habites Georgetown effectivement, mais à l'opposé de chez-moi. Ris-je.
- Ça te fais loin pour rentrer, je suis désolée...
- Arrête de t'excuser tout le temps, tu me rappelles Harm. Dis-je faussement désespérée par ce genre de comportement.
- Harm ?!
- Mon meilleur ami. Repris-je plus calmement.
- Hm, il faudra que tu me parles plus de lui. Fit-elle à moitié endormie.
- Ouai, une autre fois cendrillon, pour l'instant tu dois dormir !
- Merci Mac.

Elle ouvre la portière et sort de la Corvette. Je fais de même, et verrouille la voiture.

- Qu'est-c'que tu fais ?!
- Je te ramène.
- Mais c'est fait.
- Non, non, je veux m'assurer que tu ailles bien. Je sais ce que l'alcool peut faire, et là aussi on ne discute pas.

Elle capitule non sans me gratifier d'un sourire. Je contourne la voiture et prends ses clés dans ma main, et la soutient.

- J'ai l'impression de paraître idiote.
- Mais non, ça arrive à tout le monde.
- Mais pas à toi !
- Ne me prend pas comme modèle de vertu, j'ai été dans des états pires que le tien, alors je sais ce que l'on ressent.

J'arrive devant la porte de son appartement que j'ouvre aussi. Je m'aperçois que les appartements de ce quartiers sont tous presque identiques, il ne met donc pas difficile de trouver l'interrupteur de la lumière et sa chambre.

Je la dépose sur son lit, et elle me murmure pour la énième fois « merci » d'un ton épuisée.

- Je te laisse Cristi, tes clés sont à l'entrée.

J’entends son souffle régulier ce qui me fait comprendre qu'elle est partie rejoindre Morphée.

Je retourne à la porte d'entrée, et j'aperçois faiblement des cadres photos de deux personnes principalement.

Cristina et Richard sûrement, son militaire. Je comprends que nous avons en quelques sortes les mêmes blessures, ce qui me fait me sentir proche d'elle.

Il est vrai que je ne la connais que depuis peu, mais je me sens à l'aise à parler, délirer, rire avec elle. C'est étrange, mais je ne m'étais pas senti aussi bien depuis longtemps. Sentant une nouvelle chose dans ma vie, qui l'a rend moins banale.

Enfin faire une rencontre peut paraître banale quand même, mais que cela opère une sorte de changement peut-être moins.

Je suis sur le point de fermer sa porte derrière moi, et la laisser dormir en paix, non s'en révéler à mon tour, un merci sincère et gratifiant.


A suivre...

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stitch
Chaussette de Gemma
Chaussette de Gemma


Nombre de messages : 151
Localisation : éxilée dans le 05
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 7 Avr - 22:58

j'adore vraiment cette fic, génial et très très bien écrit
Mac qui semble se libérer et se détendre, ça fait du bien !
enfin elle s'amuse !
pour Christie je vote OUI !
et pour finou, je plébiscite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 8 Avr - 1:09

Mac qui s'éclate que demander de mieux!!!!

Cristi 20/20 lol!!!!

Superbe suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 8 Avr - 11:09

Super fic.

Bravo Finou et vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 9 Avr - 9:26

QG du JAG
Falls Church – Virginie
Lundi suivant


Cristi et moi nous ne sommes pas revues de tout le week-end, récupérant de notre vendredi éreintant, préférant discuter au téléphone, assises bien confortablement à nous goinffrer chacune de notre côté.

J'ai aussi profité pour rattraper le retard occasionné par mon absence du vendredi après-midi.

- Bonjour Mac. Me fit Harm sortant de la kitchenette, une tasse fumante à la main.
- Bonjour. Dis-je en m'engouffrant dans mon bureau.
- Vous... ?! Demande t-il en me faisant voir sa tasse.
- Non, merci, j'ai pris ce qu'il faut ce matin.
- Ok... alors vous vous êtes reposée ?
- Oui, rien de mieux qu'un bon week-end à ne rien faire.
- Ouai... en faite Mac, je... je suis passé vous voir vendredi soir, mais...
- Je n'étais pas là. Repris-je sans aucune gêne.
- Oui...
- Je suis allée faire un tour pour... me changer les idées.
- En voiture ?!
- Cela à l'air si étrange que ça ? Demandais-je en plissant le front.

Il se reprend vite voyant qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter. Enfin, du moins en ma présence.

- Non, du tout. C'est bien...
- Ouai, fis-je évasive. Bon je dois remettre le dossier au Général.

J'approche de Harm.

- A t-il dit quoique ce soit pour mon absence de vendredi ?
- Non, il est venu me voir si j'avais des nouvelles, je lui ai dit que non.
- Oui... je suis désolée de ne pas vous avoir prévenue.
- Ca ne fait rien, l'essentiel est que vous alliez mieux à présent.

Je lui souris et ce qu'il fait en retour. Je me souviens que je me dirigeais vers l'office de notre supérieur.

- Voulez-vous que nous mangions ensemble à midi ? Demandais-je.
- Arf, je dois allé en déplacement. Je suis désolé.
- Ne le soyez pas. Comme ça, ça remet les comptes à zéro. Ris-je faiblement.

Il fait de même, ne sachant pas si ma réflexion est à prendre avec amusement ou sérieux.

Sur ce, je le quitte pour continuer mon travail à faire, accomplissant ma tâche auprès du Général Cresswell.

Aussitôt sortie de son bureau, Jenn m'intercepte.

- Madame, une personne vous attend dans votre bureau.
- Comment ça, d'aussi bonne heure ! Mais qui est-ce ?!
- Je ne sais pas Colonel. C'est une femme.

Je m'interroge en silence et cherche à savoir qui cela peut bien être. Puis après brèves réflexions, le mieux serait carrément d'aller voir par moi même !

Je chemine donc vers mon bureau, quand je reconnais la silhouette.

- Cristina ?!

Celle-ci se retourne, les yeux cernés.

- Mac...
- Qu'est c'qu'il y a ?! demandais-je inquiète.
- Je...
- Viens, rentrons.

Je la fais passer la première, et referme la porte derrière moi. Je l'invite à s'asseoir sur un des deux fauteuil, et prend celui d'à côté.

- Alors ?
- Je sais pas si j'ai bien fait de venir te voir... commence t-elle en pleurant. Je ne veux pas te déranger avec ça...
- Racontes moi ce qui ne va pas.
- C'est stupide. Fit-elle dans une rage contre elle-même.
- Je suis sûre que non, et tu sais que tu peux te confier à moi...
- C'est...ce reportage que j'ai vu ce matin à CNN.
- Tu t'inquiètes pour Richard ?!

Elle opine, et les larmes redoublent d'intensité.

- Qu'est c'que je peux faire pour toi ? Demandais-je en mettant ma main sur la sienne.
- Tu pourrais savoir s'il va bien... me dit-elle les yeux suppliants.
- Je ne sais pas si je peux... repris-je désolée.
- Je comprends...

Elle baisse la tête et tente de se calmer. Je suis triste pour elle, car malgré tout, elle l’aime encore, et si j'avais été dans son cas, je voudrais absolument mettre une vérité sur mes doutes, s'il s'agissait par exemple de Harm...

- Mais je vais voir ce que je peux faire. Souris-je afin de la consoler. Mais je ne te garantie rien, je préfère te le dire pour ne pas que tu y fondes de faux espoirs !
- Merci infiniment, Sarah.
- Mais de rien, une amie est faite pour ça !

Nous ouvrons nos bras en synchronisme parfait, comprenant aussi bien l'une que l'autre, l'importance de ce geste.

- Tu penses que ça va aller pour l'instant.
- Hm, hm. Acquiesce t-elle de la tête.
- Bien, je t'appelle dès que j'ai des nouvelles.
- Merci. Me sourit-elle sincèrement.
- Ou tu préfères que nous mangions ensemble à midi !
- Je ne voudrais pas changer ton emplois du temps.
- Mais non, t'inquiètes. On se retrouve dans le même restaurant que la dernière fois, où tu préfères changer ?
- Non, ça ira.
- On testera les autres une prochaine fois.

J'essaye de lui remonter le moral comme je le peux.

- Avec plaisir.

Un agréable sourire et une lueur dans ses yeux rejaillis que j'en suis heureuse d'en être la raison !

- On se voit à midi alors.
- Essaye de ne pas arriver en retard cette fois-ci. Rit-elle à nouveau.
- Je vais essayer. Fis-je de même.

Nous nous levons et nous étreignions une dernière fois. Je la raccompagne à ma porte.

- Et ne t'inquiète plus, je suis sûre que tout va bien pour lui là-bas.
- Je vais essayer !

Nous nous sourions, puis elle part en direction de l'ascenseur. Je retourne m'asseoir cette fois-ci à ma place derrière mon bureau, et compose les numéros nécessaires pour avoir des nouvelles de son Richard.

- Une amie à vous ?

Je relève les yeux et vois Harm dans l'embrassure de la porte.

- Yep. Dis-je le combiner contre l'oreille.
- Vous ne m'avez jamais parlé d'elle auparavant.
- Elle vient juste d'arriver en ville. Mentis-je.

J'allais continuer à parler, quand quelqu'un me répond à l'autre bout du fil. Je lui annonce les faits, et mon souhait à avoir un renseignement sur un soldat par l'influence de mon grade et ma profession.

Je regarde Harm qui comprend qu'il doit me laisser tranquille. Alors, il s'efface du pas de la porte, et je me concentre sur ce que me dit mon interlocuteur.

Après avoir bataillé, je souffle un soupir de soulagement, et remercie grandement ce dernier. J'allais téléphoner à Cristi qui m'avait laissé son numéro une précédente fois que l'on s'est vu, mais je décide de lui faire la surprise au déjeuné.

Sur ce, la matinée s'accélère et les heures défilent sans cesse. Malgré tout, je garde un oeil sur l'heure pour ne pas être en retard cette fois-ci.



Restaurant Rockland's
Georgetown – DC
12h10


- Tu es en retard ! Me réprimande Cristi. Ca fait dix minutes que j'attends !
- Menteuse, je viens de te voir arriver. La narguais-je à mon tour.
- Ah !

Elle se sent soudain fautive et très bête de s'être fait avoir. Malgré tout, son air d'action manqué est remplacé par un rire que j'adore.

- Tu sais ce que tu vas prendre ?
- Rho, comme la dernière fois je pense.
- Bien, moi aussi alors.

On fait signe au même serveur et réitère notre commande de vendredi.

- Par contre, cette fois-ci c'est moi qui paye.

Je la regarde de la même manière que la dernière fois.

- Et pas la peine de me refaire ton regard, ça marche plus !
- Ok, ok... Capitulais-je. Bon, tu ne me demandes pas ?!
- Te demander quoi ?!

Je lui lance un regard pour lui faire comprendre exactement de quoi je parle.

- J'ose pas...
- Par peur de connaître la réponse ou qu’il n’y en ait aucune ?
- Un peu des deux...

Je lui pose ma main sur la sienne. Elle réagit instinctivement en plongeant ses yeux dans les miens. Une douleur passe dans les siens, si bien que je décide d'écourter l'enfer.

- Tu n'as aucune raison de t'inquiéter. Il se trouve dans un territoire sans risque. Enfin dans les pays comme ça, le risque zéro n'existe pas, mais il n'est pas au front déjà.

Elle ferme les yeux refoulant des pleurs, et soupire de soulagement. Soupir venu du fond du coeur.

- Je ne serais jamais comment te remercier...
- Si tu me racontais votre histoire. Souris-je. Enfin, si tu ne veux pas, que c'est encore trop...
- Non, ça me ferait plaisir. Je te pose des tas de questions, tu as le droit de m'en poser aussi.
- Oui mais je ne voudrais pas...
- Ca ne me dérange pas d'en parler. Répond-elle à mon sourire. En faite, c'est très simple... c'était mon patient.

Je suis stupéfaite d'une telle rencontre.

- Ouai je sais ça peut paraître étrange, surtout que je m'étais promis de ne pas mélanger le professionnel avec le sentimental. Quand je l'ai vu pour la première fois, il m'a tout de suite frappé dans l'oeil, mais par mon éthique sur ça, j'ai dressé un haut mur.

Je comprends tout à fait ses agissements, les mêmes murs ont été dressés pour et par Harm, seulement pour une stupide loi...

- Donc, il était venu pour un sois disant problème.
- Sois disant ?!
- Oui, rit-elle, en faite, il m'a dis plus tard, après plusieurs séances quand même, qu'il m'avait vu rentrer dans le cabinet. Alors d'abord il pensait que j'étais là pour être suivie par un psychologue, alors il est rentré, et s'est aperçu que j'étais le psychologue !!!
- Et qu'a t-il fait ? Demandais-je soif de la suite.
- Il a pris un rendez-vous auprès de ma secrétaire.
- Ah bon !!!

Je suis plus que passionnée par cette histoire touchante.

- Et donc il est venue à chaque rendez-vous...
- Mais tu savais qu'il n'avait, en réalité, aucun problème ?!
- Je m'en doutais, mais je ne savais pas pourquoi il me mentirait. Puis par la suite, il m'a invité à sortir avec lui, mais je lui catégoriquement dit non, pour les raisons que je t'ai cité plus tôt.
- Oh, et c'est là qu'il a tout avoué.
- Oui !!! Fit-elle existée. Au début, je ne voulais pas le croire, surtout que je ne pensais pas pensable que quelqu'un ose faire cela !
- Il était accros à sa psy.
- Oh yeah. Dit-elle dans un clin d'oeil.
- Alors donc tu as pu sortir avec lui !
- Hm, il m'avait prévenue qu'il pouvait être envoyé en Irak à n'importe quel moment, mais nous avons quand même pris le risque...

Je suis admirative de leur relation.

- Enfin, je ne regrette pas le temps que nous avons passé ensemble. Ca était une année merveilleuse. Fit-elle émue.
- Mais pourquoi avoir rompu ?!
- C'est lui. Il a préféré comme ceci. Que s'il ne revenait pas, je ne reste pas sur une histoire inachevée... enfin dans ses eaux là...
- Tu comprends sa décision ?!
- Non, pas vraiment. Enfin, si... mais je ne la conçois pas...
- C'est normal. Tu lui en veux ?!
- Enormément.
- Tu es toujours amoureuse de lui ?
- Plus que tout. Lâche t-elle dans un souffle lasse.

Elle réalise qu'elle a réussi à parler sans retenue et à me révéler ses sentiments.

- Il reviendra bientôt, et vous pourrez continuer ce que vous avez commencé !
- Je l'espère...enfin pour le moment il va bien, c'est l'essentiel.
- Ouai, tu pourras manger plus sereinement.
- Oh oui !!!
- Je vois que nous avons le même appétit féroce ! Ris-je.
- Rien de mieux qu'un bon steak bien saignant !
- Bien dit.

Nous rions encore avec simplicité et bonne entente. Je sais et je ne cesse de me répéter que nous venons à peine de nous rencontrer, mais je sais que je peux avoir confiance en elle, comme elle pour moi. Je ne saurais l'expliquer... sûrement qu'en fin de compte, nous ne sommes pas si différente que cela. Nous avons nos blessures encore ouvertes, et le temps de cicatrisation va mettre du temps à se faire. Et pour l'instant, nous trouvons la force par ce point en commun, car nous sommes assaillis par les mêmes sentiments et émotions. Je la comprends, comme elle me comprend...

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 9 Avr - 21:26

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – DC
3 mois plus tard


Cela fait un sacré bout de temps que je n'ai pas trouvé le temps de me détendre dans mon appartement. Les affaires n'ont fait que s'enchaîner, si bien que je ne trouvais plus une minute pour moi.

Pour Cristi se fut la même chose. Son cabinet est en plein essor, et je suis contente pour elle. Pour peine, nous avons décidé de fêter ça, et je l'ai invitée à venir manger à la maison, car le temps de récupération va être long.

Quelqu'un frappe à la porte, cela doit être elle.

- Hey Cristi.
- Hey Sarah.
- Viens, entre.

Je m'efface pour la laisser entrer. Elle marche lentement regardant chaque recoin du salon.

- C'est toi qui l'a décorée ?
- Partiellement.
- J'aime, c'est accueillant ces couleurs chaudes.
- Merci. Installes-toi, j'en ai pour quelques minutes avant que ce soit prêt.

Elle se dirige vers les cadres exposés un peu partout, sur différents meubles.

- Nos appartement se ressemblent presque.
- Oui, fis-je de la cuisine, typique Georgetown.
- Ouai, ils ne ce sont pas trop foulé. Dit-elle en riant.

Son rire est communicatif, si bien que je suis aussi morte de rire qu'elle.

- Tu veux boire quelque chose ?
- Heu, se que tu voudras... dit-elle concentrée sur les photos.
- Alcool ou sans ?!
- Tu en as ?! Enchaîne t-elle surprise.
- Oui, ce n'est pas parce que je n'en bois pas que je dois en priver les autres. Souris-je.
- Ca ne te tente pas ?
- Non, j'ai dépassé ce stade.
- C'est bien ça. Fit-elle avec dédain dans un sourire.
- Ouai... alors je te sers quoi ?
- Oh la même chose que toi !
- Tu es sûre ?!
- Oui, j'ai décidé d'arrêter de boire aussi.
- Pourquoi ça ?!?
- Je m'aperçois que je ne bois plus avec saveur, mais plutôt pour noyer mon chagrin, alors je ne veux pas aller dans ce sens, ça n'arrangera rien et fera qu'empirer les choses.
- Oui, c'est vrai, ce n'est pas la bonne solution pour ces états d'esprit. Enfin, l'espace d'un moment j'ai cru que c'était à cause de moi. Rigolais-je.
- Non pas à cause de toi, mais grâce à toi. Tu m'apportes plus que tu ne le penses Mac, alors merci pour ça.
- Je n'ai rien fait ! Repris-je plus qu'étonnée.
- Oh que si, seulement tu ne t'en aperçois pas...
- Oh...bien, je suis heureuse de pouvoir t'aider alors.

Je me trouvais contre le montant de la porte séparant cuisine/salon jusqu'à attendre la fin de la cuisson.

Je lui apporte son verre de jus de fruit, pareillement à moi.

- J'ai déjà vu cet homme. Me dit-elle en m'indiquant une photo de Harm.
- C'est Harm, mon partenaire.
- Ah, je l'ai vu quand je suis venu te voir au JAG !
- Sûrement...
- Si si, je m'en souviens très bien. Sourit-elle grandement. Je n'oublierais pas un marin aussi sexy que celui là !
- Sexy. Fit-je les sourcils levés.
- Oui, tu ne trouves pas !
- C'est mon meilleur ami. Repris-je comme excuse.
- Et bien, cela t'empêche de ne pas le trouver sexy ?!
- Non, c'est juste que...
- Vous avez l'air proche sur les photos. Tu as eu une liaison avec lui ?! Me demande t-elle naturellement.
- Quoi ! Avec Harm, commençais-je à rire, non, il ne s'est jamais rien passé entre nous deux !!!
- Tu aurais voulu ?
- Peut-être... une fois...
- Na, na, na, tu ne peux pas répondre ça !
- Que veux-tu que je te dise ?!
- Un « oui » ou un « non » m'irait bien. Donc pas de réponse évasive...
- C'est compliqué... Soupirais-je.
- Comme je te l'ai déjà dit, je suis une pro dans les histoires compliqués, ne l'oublie pas. Me fait-elle dans un clin d'oeil.
- Bon très bien, tu ne vas pas me lâcher avec ça de toute façon !
- Oh non ! Je suis sûre qu'il se passe quelque chose d'intéressant.
- Tu veux assouvir ta soif. Ris-je jaune.
- Je veux pouvoir comprendre...
- Comprendre quoi ?!
- Pourquoi tu n'es pas avec cet homme, malgré que tu l'aimes...
- Je ne suis pas amoureuse de lui ! Enchéris-je.
- Raconte moi, et laisse moi en être bon juge.
- Bon ok. Capitulais-je.
- Depuis combien de temps vous vous connaissez ?
- Ca va faire 9 ans...
- Autant de temps !!!
- Oui, mais je n'ai pas dit que c'est le temps que je suis amoureuse de lui.
- Donc tu avoues. Se redresse t-elle contente.
- Non...non, c'était pour clarifier !
- Ouai ouai...alors qu'est c'qu'il s'est passé ?!
- Je... je ne sais même pas comment l'expliquer... soupirais-je.
- Avec des mots simples, essaye...
- J'ai toujours eu une attirance envers lui...
- Et lui non ?
- Je ne sais pas vraiment, peut-être des années plus tard...
- Plus tard ? Que c'est-il passé ?
- Je suis le sosie de son amour perdu...
- Comment ça ?!
- Il a aimé une femme, ou l'aime toujours, je ne sais pas...enfin bref, elle me ressemble comme deux gouttes d'eaux. J'ai vu une photo d'elle, et je t'assure que l'on dirait moi !
- Que lui est-il arrivé ?!
- Elle s'est faite assassinée.
- Quand ça ?! Reprit-elle les yeux s'écarquillant de plus en plus.
- Avant notre rencontre. Je ne l'ai jamais su jusqu'à un soir où je suis allée chez lui, et qu'il se trouvait être l'anniversaire de sa mort.
- On a retrouvé le meurtrier ?
- Non pas quand une enquête a été faite. Il était marqué dans son dossier que c'était un suicide...
- Mais Harm ne l'a pas cru ?
- A l'époque non, mais il avait les mains liés pour les investigations. Par son implication même par l'identité du défunt, il a été mis à l'écart... Depuis l'année écoulée, il revoyait chaque point du dossier persuadé qu'il passait à côté de quelque chose.
- L'a t-il trouvé ?
- Oui...
- Comment ?!
- C'est à cause de moi... j'ai compris en une poignée de minutes qui était le véritable coupable, et il s'est empressé d'aller le tuer.
- Oh...
- Mais, il ne l'a pas fait.
- Que s'est-il passé ?!
- Je suis arrivée dans l'uniforme d'une amie faisant partie de la Navy car il pleuvait énormément ce jour là et que j'étais trempée.
- Elle faisait partie de la Navy...
- Hm, opinais-je.
- J'imagine l'effet que cela à du faire !
- Ouai, le coupable a cru revoir un fantôme, donc il a paniqué et il est tombé dans l'eau. Avec les remous dans l'eau, il a été percuté par le navire se trouvant à quai.
- Ouch !
- Ouai, ris-je finement.
- Et Harm comment lui a réagi ?!
- Il avait ce regard sur moi, qui m'a figé le sang... je lui ai demandé s'il allait le tuer et m'a répondu qu'il ne savait pas... puis, il s'est approché de moi, et m'a embrassé.
- Ooooh... fit-elle contente.

Je lève le regard vers elle, la tristesse barrant mon visage, bougeant légèrement négativement la tête.

- Tu pense qu'il t'a pris pour Diane.
- Je ne le pense pas, j'en suis sûre !
- Tu lui en veux pour ça ?!
- Non, bien sûr que non, je ne peux pas lui en vouloir pour ça !

Elle baisse la tête comprenant certainement mon raisonnement.

- Et tu as perdu espoir ce jour là ?!
- Non, à Sydney...
- Sydney, fit-elle ébahis.
- Oui, il a été envoyé pour une affaire, et j'ai du le rejoindre pour rapatrier un corps. Alors, j'en ai profité pour passer quelques jours au soleil, surtout qu'à Washington le temps était neigeux.
- Mais, tu ne m'as pas parlé d'un australien ?!
- Oui, souris-je aux péripéties de ma vie, c'est lui qui a demandé de l'aide. Enfin celui de Harm, pas le mien.
- Pourquoi ça ?!
- Car il était amoureux de moi, je suppose que c'est pour cette raison.
- Ola ! Fit-elle se mettant le buste droit.
- Tu vois bien que je t'ai dis que c'était compliqué. Ris-je de son air décontenancé.
- Ouai, je vois... mais continue. Sourit-elle avec en train.
- Bon quand je suis arrivée à Sydney, Mic est venu m'accueillir et nous sommes allés à la plage ensemble. C'était tellement magnifique ! Un vrai paradis sur Terre.
- Je veux bien te croire, j'aimerais tellement y aller...
- Qu'est c'qu'il t'en empêche ?!
- Et bien y aller seule ne serait pas trop amusant.
- Ah, ris-je, mais si tu veux, nous pourrons y aller ensemble !
- Tu voudrais ?! Fit-elle les yeux brillants.
- Bien sûre !
- Oooooh merciiii, je t'a-do-re !!!

Nous rions jusqu'à nous calmer.

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 9 Avr - 21:27

- Excuse moi de t'interrompre, et je m'aperçois encore que je te harcèle de ques-tions... dit-elle désolée.
- Non, ça m'aide au contraire !
- Oh ! Alors la suite. Fit-elle excitée.
- Oui, rigolais-je, en faite ce qu’il y a, c'est que là-bas, sur la plage, le topless est « exigé »...
- Rhoooo, tu t'es mis topless ?!
- Hm hm, acquiesçais-je dans un fin sourire gêné.
- C'est lui qui te l'a proposé ?!
- Oh God oui. Fis-je encore sous le choc de se que j'ai osé faire.
- Ah ma chérie, il avait des vues sur toi !
- Ouai, enfin je ne le savais pas à ce moment là !!!
- Que lui as-tu dis ?!
- Que j'étais Colonel des Marines et que je ne pouvais pas m'exhiber de la sorte...
- Qu'a t-il répondu ? Demande t-elle imprégnée dans l'histoire.
- Que je n'étais pas un Marines, mais Mac, une femme belle et désirable.
- Wouaaaah, c'est trop mignon.
- Oui ! Enfin, je me suis laissée tenté donc.
- A t-il tout vue ?!
- Je pense...
- Et Harm a vu aussi ?!
- Oh non !!! Enfin, il a vu que j'étais topless à côté de Mic, ou du moins il s'en doutait. Il tentait de voir par dessus le magasine que j'avais, quand il nous a vu sur la plage.
- J'aurais bien aimé voir ça ! Rit-elle avec éclat.
- Tu aurais vu sa tête, essayant d'avoir son doute fondé.
- Mais il n'a jamais su...
- Nous avons eu une discussion sur un ferry. Il ne comprenait pas le comportement de certaines femmes. Alors après la scène de la plage, j'ai pris ça pour moi.
- Étrange manière d'aborder le sujet !
- C'est tout lui ça. Fis-je dans une pointe de mélancolie. Bref, il m'a reprochée de l'avoir été devant Mic alors que je travaille avec lui, et que je ne le ferais pas devant lui.
- Oh jusqu'à là il est allé ?! Dit-elle en surcharge.
- Oui, ça m'a paru bizarre qu'il en parle comme cela.
- Et que lui as-tu dis alors ?!
- Je lui ai demandé si c'était une requête !
- Oooooh, tu m'épates !!! et que c'est-il passé ?
- Il a détourné la conversation sur le pont lumineux de Sydney comme quoi il y avait été écrit « Eternité » pour le nouvel an.
- Drôle de façon d'aborder un autre sujet !
- Ouai surtout que ça ramené le sujet vers nous...
- Comment ça ?!
- Je lui ai demandé si c'était le temps que nous devrions attendre... il a commencé à vouloir éviter le sujet. J'ai aussitôt compris ses raisons, et je lui ai dis que nous n'étions pas à Washington.
- Et qu'a t-il répondu à ça ?
- Qu'un changement de lieu ne changeait pas ce que nous étions !
- Pas beaucoup d'hommes penseraient cela...
- C'est exactement ce que je lui ai dit. Ensuite, je lui ai suggéré qu'il se laisse allé, mais il m'a répondu « pas encore ».
- Cela ne veux pas dire qu'il ne ressentait rien pour toi !
- Oui, je présume, enfin il m'a repoussée et j'ai été énormément blessée.
- Je comprends... mais comment as-tu pu par la suite le côtoyer tous les jours. Sachant qu'il comprenait que tu étais intéressée par lui, et que lui n'était pas prêt.
- Et bien c'est là qu'arrive Mic !
- Ah oui, je l'avais oublié. Fit-elle navrée.
- Parfois j'aurais aimé...non je suis méchante, il a été...adorable. Souris-je en me remémorant.
- Il t'a déclaré sa flamme ? Me demande t-elle en riant.
- Il m'a demandé en mariage ! Souris-je sachant la réaction de Cristi.
- Quoi !!! Mais quand...comment...où ?!!! Crie-elle presque.
- Sur le ferry, le lendemain soir que Harm m'ai repoussé.
- Oyé !!! Et tu as répondu ...
- Que je ne pouvais pas !
- Oh, dit-elle déçue quelque peu.
- Mais il m'a demandée de porter sa bague, à la main droite, et que lorsque j'étais prête, je la changerais.
- Et tu l'as fait ?
- Changé ?!
- Porté !
- Oh oui.
- Harm l'a vu ?!
- Oui. Souris-je sadiquement. Mais ce n'était pas mon intention première. Notre commandant a vu la bague, mais il s'était trompé de main.
- Tu penses qu'il l'aurait remarqué sinon ?
- Je n'en sais rien s'il fait attention à moi ou pas...
- Et Mic était là ?!
- Oui, avant que je parte, il m'a dit qu'il m'aimait, alors j'ai craqué, et je l'ai embrassé.
- Harm t'as vu ?
- Je ne sais pas. Ris-je à l'enchaînement des questions semblable à un interrogatoire.
- Et bien dis-moi, tu as une vie passionnante !
- Ouai... dis-je peu convaincu en baissant les yeux.
- Je présume que tu ne t'es pas mariée avec lui...
- J'ai changé la bague de main.
- Alors que s'est-il passé ?!
- La veille de mon mariage, Harm a eu un accident de Tomcat, quand il tentait de rejoindre Washington pour assister à mon mariage...

Cette partie de ma vie me paraît encore douloureuse malgré les années passées...

- Il est par la suite repartie en Australie convaincu qu'il se passait bien quelque chose entre Harm et moi...
- Et c'était le cas ?
- Non, nous entretenions une relation amicale, intense et peut-être trop fusionnelle, ce qu'il n'a pas compris. Il croyait que j'étais amoureuse de Harm et non de lui. Qu'il n'était qu'un substitue...
- Et c'était le cas ? Désolé, je me répète...
- Je ne saurais le dire avec exactitude.
- Es-tu amoureuse de lui ?
- Oui... peut-être bien...
- Alors qu'est-ce qui t'empêche de le lui dire Sarah ?!
- Je ne veux pas être rejetée une seconde fois...dis-je les yeux me piquant.
- Ne t'a t-il pas prouvé par la suite qu'il était prêt ?!
- Si... le jour où j'ai appris mon endométriose, et la mort de Clay...
- L'agent de la CIA ?!
- Oui...
- Tu l'aimais lui ?
- Oui, je pense. Nous avons fait une mission ensemble où nous avons traversé pas mal de chose, qui ont fait que nous nous sommes rapprochés, et qu'un lien s'était créé.
- Mais attends une seconde, Clay est mort ?!
- Il a fait croire à sa mort pour échapper à un meurtrier qui voulait des renseignements.
- Et tu y as cru ?
- Oh oui, ça m'a complètement détruite...
- Et que t'as dit Harm ?
- Que... tu te souviens quand je t'ai parlé du pacte avec lui, que l'heure avait sonné.
- Oh, oui bien sûr !
- Et bien il m'a dit qu'importe la manière de le faire, il voulait quand même, et arrêté d'être en dehors de ma vie, et en faire parti...
- C'est bien ça Sarah, ça prouve qu'il tient énormément à toi, et qu'il t'aime !!!
- Je sais, mais je n'étais pas prête... fis-je en essuyant une larme au coin de l'oeil.
- Je comprends tout à fait...

Elle pose sa main sur la mienne, et émet une pression. Je relève les yeux et je ris dans mes sanglots dans l'état dans lequel je suis.

- Tu ne trouves pas qu'il y a une drôle d'odeur.

Je reprends contenance, et me concentre sur des émanations suspectes.

- Oh le dîner ! Fis-je en me relevant précipitamment.

J'arrive dans la cuisine et aperçois le désastre.

- Que m'avais-tu préparé de bon ?! Demande t-elle en jetant un regard par dessus mon épaule.
- Pâtes à la carbonara. Dis-je en soulevant la cuillère, et fixant l'état du repas. Je suis désolée. Mais je vais en refaire, il m'en reste. Je préfère prévoir ce genre de chose !
- Un peu de mal en cuisine ! Rit-elle.
- Ouai, sacrement de mal.
- Enfin, cette fois-ci ce n'est pas de ta faute, on a parlé sans voir le temps défiler.
- J'espère que je n'ai pas gâché la soirée avec mes histoires.
- Non Mac. J'ai apprécié que tu en parles avec moi. Mais, promet moi quelque chose.
- Oui ? De quoi ?
- Promet moi d'aller voir Harm, et d'avoir une conversation avec lui.
- Je ne peux pas...
- Mais si Sarah, ce n'est pas dur, tu verras que tout sortira avec facilité, comme tu viens de le faire.
- C'est loin d'être la même chose avec lui qu'avec toi !!!
- Juste la personne est différente, mais le contexte reste le même.
- C'est la psy qui parle ?! Demandais-je un peu sur mes gardes.
- Non, la psy est enfermée dans son cabinet. Là, je suis Cristi, qui écoute son amie qui a besoin de parler, et qui essaye de la conseiller seulement par son expérience et bon sens, sans faire appel à une analyse complète.
- Merci. La gratifiais-je d'un sourire sincère.
- De rien Mac, les amies sont faites pour ça. Répond-elle en retour. Alors, donc, tu iras le voir.
- J'y penserais.
- C'est déjà pas mal.

A présent, je refais le dîner restant à côté.

- Au faite, tu as des nouvelles de Richard ?
- J'ai reçu une lettre récemment.
- Tu as du être contente.
- Oh oui, je ne serais pas arrivé à couper les ponts d'un seul coup. Et je crois que pour lui c'est la même chose.
- Alors tu te sens mieux. Souris-je.
- Oui, beaucoup plus soulagée. Maintenant il ne reste plus que toi. Continue t-elle dans un clin d'oeil.
- Ouai...

Je reporte mon attention sur la casserole, et l'image de Harm m'apparaît. Avoir eu cette conversation avec Cristina m'a donné la force d'aller lui parler. Enfin espérons que ce soit toujours le cas demain.

La soirée se passa dans une atmosphère moins mélancolique et plus divertissante. Le repas n'a subit aucun dommage, et nous avons pu assouvir notre appétit !

Je ne saurais dire l'heure à laquelle nous avons arrêté de parler, mais je me souviens avoir remarqué que le soleil ne tardait pas à se lever, tandis que Cristi rentrait chez elle.

Je me suis littéralement effondré sur le lit, pensant à la conversation que je devais avoir avec Harm...


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Co-Admin
Co-Admin


Féminin Nombre de messages : 4493
Age : 38
Localisation : Spy (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 9 Avr - 21:44

Ah trop génial ces suites.

J'ai hâte de savoir comment va se dérouler la discution avec Harm.

Vivement la suite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jagarmy.forumdefan.com/portal.htm
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 10 Avr - 1:34

Outin les pâtes carbonara !!
Mdr

Pas grave j'en voudrais jamais à ma Mac d'amour lol je lui pardonne ça ptdrr (outin je vais pas bien mdr)

Bon ma Choutte toujours la même mais j'adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 10 Avr - 20:55

Hey... alors voici le chapitre, peut-être, tant attendu ! Je classifierais ça en PG-13 mais comme c'est une relation entre deux femmes... donc je sais pas trop, enfin vous êtes prévenues LOL
Bon bah je crois que c'est tout, donc let's go Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Appartement de Harmon Rabb
Washington DC – Quartier Est
Le lendemain soir


Je me trouve devant la porte de chez Harm, et le stress commence à prendre possession de moi. Mes jambes ont de plus en plus de mal à me supporter, mais j'essaye de me persuader que c'est la meilleure chose à faire. S'excuser de l'avoir repoussé, expliquer mes raisons bien qu'il doit les connaître, et lui avouer que je souhaite par dessus tout, qu'en réalité, il fasse partie intégrante de ma vie, et ça, depuis toujours.

Voilà, la liste est faite, plus que les dés à jeter.

- Maaac ! Fit-il sur un ton surpris.
- Je voulais vous dire que j'étais dans les parages et que j'ai décidé de passer... mais il n'y a rien dans les parages. Tentais-je de plaisanter.

Il me sourit.

- Vous voulez discuter ?
- J'aurais aimé, oui... dis-je fautive en baissant la tête.
- Ca peut attendre demain ?
- Vous...vous êtes occupé ?
- Nous étions sur le point de dîner.
- Oh je pensais que Mattie était chez son père. Fis-je confuse...
- Elle l'est...

D'un seul coup, une voix et apparence féminine fait son entrée. Dernière personne que je pouvais imaginer !

Alicia Montes...

J'aurais dû m'en douter, c'est vrai, tout le temps que j'ai laissé passer, c'était tout à fait normal qu’il ne m'attende pas.

Huit mois...huit mois que toute cette histoire a prit espoir et c'est maintenant qu'elle s'achève.

Je suis décomposée, achevée, battue...

Je ne cesse de me demander comment il a pu me faire ça ! Mais une partie de moi, la raison sans doute, me rappelle que ce n'est pas une pensée à avoir. Et malgré tout, je suis entièrement d'accord....une certaine solution à sortir au plus vide de ce gouffre qui s'ouvre en dessous de moi...

Je ne l'ai pas vu arriver celui la. Et où ma plus grande douleur à ressentir une déchirure, et une claque en plein visage.

Dois-je maudire Cristi qui m'a faite promettre et qui m'a redonnée espoir en quelque sorte. Ou dois-je la remercier, car sans elle, je serais toujours assaillie par ses éternelles questions qui me brûlent à petit feu...

Je pense que le deuxième choix est judicieux. J'ai compris, je suis partie et ne chercherais plus à comprendre.

J'annonce que je tire un trait sur une relation entre Harm et moi, pour bonnes causes...



Appartement de Cristina
Georgetown – DC
L'instant d'après


Je suis paniquée, en pleurs, suffocante... avoir une seule envie, ne plus rien ressentir, fermer les yeux et pouvoir tout oublier.

- Mac ! Qu'est c'qui ne va pas ?! Fit-elle aussitôt inquiète.
- Je ne savais pas où aller...
- Viens entre...

Elle pose sa main sur mon bras afin de me faire rentrer.

- Qu'est c'qui s'est passé, Sarah ??
- Je...Je...
- Chut, calme-toi. Dit-elle en me caressant le bras afin de m'apaiser. Je vais te chercher un verre d'eau.

Elle se lève vite et se dirige vers la cuisine. Puis revient guère plus tard !

- Tiens.

Je lève mes mains tremblantes pour prendre le verre.

- Quand tu te sentiras prête, tu me raconteras. Dit-elle d'une voix douce et rassurante.

J'avale difficilement du aux sanglots qui ne cessent de se déverser sur mes joues.

- Je... je...

Je n'arrive pas à parler, trop choquée encore par ce qu'il vient de m'arriver. Mais je ne veux pas me ternir dans cet état second. Je prend une grande respiration, et souffle pour me maîtriser.

- Je suis allée voir...Harm, comme je te l'ai promis...
- Ca c'est mal passé ?! Demande t-elle une pointe de douleur dans les yeux.
- Il ne s'est rien passé du tout !
- Je ne comprend pas...
- Je... j'étais partie chez lui pour lui parler de nous deux... mais je suis arrivée trop tard... il était avec une autre femme...

Et une autre larme née...

- Ok...

Elle temporise pour pouvoir reprendre.

- Qu'était-il en train de faire ? Ose t-elle me demander avec crainte.
- Cristi ! Repris-je offusquée.
- J'ai besoin de tout savoir Sarah...
- Je t'ai dis tout ce qu'il y avait à savoir. Harm préparant à dîner pour une autre femme... c'est tout !
- Sarah, il lui préparait seulement à manger, ça ne veut rien dire... Tente t-elle de me rassurer, mais en vain !
- Mais si !
- Bon... et tu sais qui est cette femme.
- Oui, Harm et elle ont travaillé ensemble sur un dossier. Il y a de cela plus de huit mois. Tu comprends maintenant. Je repoussais Harm, et il a rencontré entre temps une femme très belle... il ne faut être devin pour comprendre qu'ils ont couché ensemble !!!
- Tu n'en es pas sûre...
- Si, je ne serais pas comment l'expliquer, mais j'ai compris. Et j'aurais dû m'en apercevoir bien plus tôt !
- Je n'arriverais pas à te raisonner ? Sourit-elle. Je vois un nouvel aspect de ta personnalité : l'entêtement !
- Non, ris-je à sanglots. Je suis désolée...
- Non, pourquoi ?! Reprit-elle plus que surprise.
- Je ne veux pas gâcher ta soirée...
- Ne t'en fais pas pour ça ! Tu as très bien fait de venir, le cas contraire, j'aurais été plutôt vexée que tu ne sois pas venue te confier à moi. C'est de ma faute en quelques sortes tout ça.
- Oh non, je te remercie pour ça. Car au moins j'ai pu faire face à la réalité, et accepte de pouvoir avancer maintenant, sans Harmon Rabb Jr !
- Tu es certaine de ça ? Tu penses qu'il n'y a plus d'espoir ?!
- Je suis certaine avec ça ! Je tire un trait sur lui !!!
- Si tu penses que c'est la bonne chose, je ne peux que te soutenir dans ce choix.
- Merci. Souris-je.
- De rien, les amies sont fait pour ça ! Fit-elle rayonnante d'espoir.
- Merci infiniment... !

Je me jette dans ses bras qu'elle m'ouvre immédiatement. WoW, je sens un poids en moins disparaître peu à peu !

- Ca va mieux ?! Se soucie-elle.
- Oui, beaucoup mieux que tout à l'heure !
- Je suis contente alors. Fit-elle soulagée.
- Mais toi, tu es sûre que tout va bien ?!
- Oui, je suis juste peinée pour toi, Mac.
- Non, non, je ne parle pas de ça... tu as un regard sombre. Quelque chose s'est passée ?

Elle baisse la tête et daigne certainement de m'en parler.

- Tu sais, l'écoute et le soutient va dans les deux sens. Souris-je.
- Je sais, fit-elle timidement. C'est...Richard...
- Il lui est arrivé quelque chose ? Demande-je soudainement paniquée essayant de le cacher le plus possible.
- Non, il va bien. C'est juste que je viens de l'avoir au téléphone...
- Et ça était dur d’entendre sa voix. Dis-je comme si j'avais posé le doigt sur le problème.
- Oui, et non... il m'a dit qu'il préférait m'appeler pour me dire que... qu'il voulait qu'on arrête définitivement.
- Comment ça ?! Fis-je étonnée.
- Plus aucun contact quel qu'il soit, plus aucune correspondance, aucun appel. Plus rien...
- T'as t-il dit pourquoi ?!
- Oui ! Je l'empêche à ce qu'il puisse se concentrer...
- Je présume que tu n'es pas satisfaite de cette réponse.
- Non... mais que veux-tu que je fasse... que je l'attende ? Combien de mois, surtout ne sachant pas s'il veut quand même continuer quand il reviendra au pays... il m'a dit une chose dans ce style, sûrement pour que je reçoive une assez grosse claque pour avoir assez de haine envers lui pour pouvoir tirer un trait sur notre histoire.
- Ca a marché ?!
- Dans un certain sens. Ca dépend des secondes qui s'écoulent... je peux être aussi bien dans un état d'énervement et trouver que tout est au moins clair, et dans un autre cas, être complètement dépitée et fatiguée. Mais pas fatiguée physiquement, mais mentalement...
- Je comprends tout à fait, je ressens la même chose...
- Je me rends compte que nos vies ne sont pas si différente que ça, et encore plus maintenant. Hier soir, on riait ensemble, et ce soir, on pleure des mêmes peines...
- Je sais... Souris-je faiblement.

Un ange passe essayant d'essuyer nos larmes meurtries.

- Sarah...Craque Cristi.

J'ouvre mes bras pour qu'elle puisse y déverser toute sa peine, sans retenue et se sentant bien. Ça me fait également me sentir bien, d'être là pour quelqu'un, et voir que je peux servir à quelque chose, dit d'une façon ironique, mais pensé fortement !

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 10 Avr - 20:55

Puis, nous nous écartons un peu.

- Merci. Soupire t-elle.
- C'est normal Cristina, je serais toujours là pour toi. Fis-je sincèrement.
- Moi aussi... Souffle t-elle à quelques centimètres de mes lèvres.

Je n'ai pas le temps d'analyser quoique ce soit, quand nos lèvres se rapprochent de plus en plus, pour s'embrasser dans un baiser doux et timide à la fois.

Nous nous séparons, ne comprenant pas ce qu'il vient de se passer à l'instant même, mais nos regards ne peuvent se détacher, et d'un commun accord silencieux, nous nous embrassons une seconde fois. J'entrouvre la bouche, et Cristina vient caresser ma langue avec la sienne, ce qui attise notre baiser...

Et à ce moment là, nous ne contrôlons plus rien.

Cristi pose ses mains sur moi avec une infime délicatesse, que malgré les vêtements, je ressens une passion naître. Ses doigts passent en dessous de mon t-shirt, et l'attire vers le haut, afin de me l’ôter.

Nous savons de quoi notre corps est fait, alors nous n'arrêtons pas de nous fixer par le billet de nos regards sombres de folie, attendant le moindre cillement d'un désaccord, et cesserons tout geste aussitôt.

Mais non, je ne sais pas jusqu'où nous allons aller mais, ça ne m'effraie pas, bien au contraire... je me sens en parfait accord avec moi même !

Alors, à mon tour, je lui ôte un vêtement. Tout commence par son chemisier que je déboutonne... seconde par seconde... Je le fais glisser le long de ses bras, frôlant sa peau, semblable à celle d'une pêche. Douce, fruitée, attirante...

Ma main remonte vers sa poitrine que je caresse lentement, sans aucun geste brusque...

Elle relève son menton, soupirant des pressions que j'exerce sur un de ses seins. Nous ne cessons vraiment de nous regarder. Alors c'est ainsi que nous comprenons dans une synchronisation parfaite, que la chambre serait un lieu plus approprié.

Nous nous levons, et nous embrassons en rapprochant nos corps qui s’attisent de désir. Nos mains viennent découvrir par elles-mêmes les courbes de notre corps afin d'en apprécier la finesse.

Cristi se retourne, me prend la main, et m'achemine jusqu'à sa chambre. Je me mordille la lèvre étant complètement débutante dans ce genre de relation.

Nous commençons par nous asseoir sur le lit et puis basculons en arrière tandis que nos lèvres se sont encore rencontrées pour s'abreuver d'une même envie.

Nos gestes se font un peu plus demandeur. Cristina se retrouve plus appuyé sur moi, que moi sur elle. Alors je porte ma main sur son visage pour en dégager une mèche masquant son oeil.

Notre bouche, comme nos yeux brillent intensément. Je passe ma langue entre mes lèvres et vient me pincer celle inférieure.

Je me recule pour me trouver au milieu du lit, et Cristi fait de même. Nous nous mettons à genoux, et gardons le buste droit, s'effleurant par moment. Je passe mes mains derrière son dos, ainsi qu'elle, et je dégrafe son soutient gorge.

Sa poitrine fleurit à ma vue, ainsi que la mienne à la sienne.

Les papillons dans mon bas ventre s'éveillent, faisant augmenter mon envie de cette femme proche de moi...

C'est à son tour d'humecter ses lèvres. Elles rencontrent les miennes comme pour un point de départ, et suis la ligné, conduisant à mes seins. Mon cou n'en est pas épargné, ce qui me fait pencher la tête sur le côté.

Elle s'approche lentement de mon sein gauche, et je retiens ma respiration à la chaleur humide qui va le recouvrir, ne sachant si les sensations sont différentes ou pas...

J'émets un sursaut, quand je sens sa main caresser le second paraissant délaissé. J'étais tellement concentrée sur ses lèvres, que je ne m'attendais pas du tout à ce geste libertin.

Et le sacre m'est infligé !

Sa langue vient titiller mon mamelon qui se durcit instantanément.

Je défaillis...

Mes genoux ne me tiennent plus à cette légèreté et au susurre qu'elle me fait. Alors je m'allonge doucement, sans être brusque, comme si une plume me retenait dans le dos, pour me déposer sans blessure sur le lit. Ceci lui donne meilleure position pour pouvoir choyer pleinement mon corps s'offrant sans aucune retenue à elle.

Elle sait exactement comment il faut s'y prendre. Peut-être a t-elle déjà eu des rapports comme cela, ou sans doute par ce qu'elle est tout simplement une femme, et par la douceur même et la délicatesse qui nous a été envoyé, elle sait pertinemment comment les aborder...

Je rentre mon ventre à l'électricité que je ressens. Elle s'efface de mon sein, pour continuer chemin en plein axe de mon torse. Elle arrive au nombril. Son souffle me caresse enflammant mes ardeurs !

Elle défait le bouton de mon jean, et relève le regard sur moi. Une passion doit brûler dans mon regard, et je capture mes lèvres entre mes dents, n'exposant qu'une envie, et non le contraire. Alors, la braguette descend par accoue par la lenteur effectuée.

Je relève mon bassin, et le tissu glisse le long de mes cuisses, jusqu'à finir à terre...

Elle reprend les baisers sur ma peau frissonnante, jusqu'à être délimité par mon sous-vêtement. Là un doute paraît, je ne sais pas si je suis prête pour ça, et elle ne préfère pas me froisser. Alors, elle reprend les murmures sur mon corps dévêtu... j'en soupire de bien être...

Elle remonte à mon visage, où nous partageons le même oxygène. J'en profite pour retourner la situation, et la bascule pour l'allonger sur le dos, et être moi-même, provocatrice de son plaisir !

Je réitère ses gestes. Une de mes mains caresse l'armature de son sein, tandis que mes lèvres s'approche de sa peau fine. J'y dépose des baisers avant de recouvrir à mon tour, son mamelon...

Je sais par moi même comment m'y prendre. Je suis une femme, et je sais comment me donner du plaisir... et c'est de tout pareil pour elle...

Gracieuse, je m'occupe de son autre sein en le suçotant légèrement. Juste ce qu'il faut pour ressentir quelque chose, sans être prise de douleur. C'est une première fois pour moi, et je me sens totalement à l'aise avec ça...

Ce n'est pas tout juste se que l'acte révèle en lui-même, c'est la personne pour laquelle nous nous délectons.

Des sentiments m’envahissent, sans savoir réellement, si l'amitié se transforme en amour, ou si l'excitation bouleverse mon jugement. Enfin, je ressentais déjà ça auparavant quand on se voyait. Alors qu'est c'que cela pourrait bien être...

Le matin nous réservera une bonne surprise, mais je ne veux pas y penser pour le moment. Juste être toutes les deux, à cet instant même, entouré par une bulle que nous avons créé, pour laisser les problèmes, les blessures, les maux du coeur, à l'extérieur de l'acte que nous éprouvons du plaisir à partager...

Du bout des doigts, je câline sa poitrine, tandis que je pars à la découverte d'autres contrés. Sa peau est si douce, son corps si fin et fragile, que cela donne envie de le protéger, et de l'emmener vers de nouvelles sensations.

Comme elle précédemment, je déboutonne son jean et demande la permission de lui enlever. Elle opine légèrement de la tête, et le tissu épais glisse le long de ses jambes, pour rejoindre son compère, par terre...

Une certaine envie m'envahit... celle de lui ôter le dernier rempart restant. J'embrasse sa peau, nombril, abdomen... Je pose mes mains de part et autre de ses hanches et glisse un doigt sous l'élastique de sa culotte, de chaque côté.

Je joue avec, et son regard étincelant envoie la même gêne et indécision que moi tout à l'heure. Alors je ne veux rien brusquer du tout. Déjà ce que nous avons fait, dépasse ma raison...

Je remonte un morceau de son sous-vêtement en satin blanc, et dépose de furtifs baisers sur son aine. Je continue mon avancé sur le tissu, s'évadant sous mes lèvres...

Cristina soupire, et je décide de remonter à sa hauteur. J'allonge le côté gauche de mon corps sur le lit, tandis que l'autre survole celui de Cristi.

Ma main reste à la traîne sur sa cuisse, et je décide, par une envie soudaine de lui faire quitter terre, et l'éloigner le plus de cette vie. Je caresser alors sa culotte, et glisse mes phallanges entre ses cuisses, mais toujours protégé par son sous-vêtement.

Une chaleur qui commence à humidifier son satin m'accepte. J'émets une légère pression au niveau du point sensible de toute femme, et elle gémit.

Sarah...Fit-elle plaintif d'excitation, en enfonçant l'arrière de sa tête dans l'oreiller.

J'éprouve une joie extrême à ce que mon prénom soit susurré, me montrant que ce que je fais, attise son plaisir. Et j'en suis touchée et quelque part émue...

Ma main se déplace sur sa fesse et est aussitôt remplacée par mon genou qui se place entre ses cuisses, ainsi que le sien entre les miennes. Nous retrouvons donc entrecroisées nos jambes, nos visages face à face de même que nos corps en parallèles.

Notre nez se frôle pour une caresse de plume, et je ferme les yeux partageant la chaleur de son corps avec la mienne. Nos poitrines s'effleurent par moment, se qui me donne des chatouillis, et je souris... d'un sourire éclatant et surtout n'exposant aucun regret, seulement du bonheur.

Je retrouve sur son visage la même expression que la mienne, et comprend qu'elle non plus, ne regrette rien.

Un spasme me parcourt l'échine, et Cristi se relève pour que nous nous glissions entre les draps.

Nous nous replaçons comme précédemment. Elle passe son bras en dessous du mien pour frôler du bout de ses doigts la lignée de mon dos et rapproche son bassin du mien.

J'élance ma main sur sa joue que j'attentionne avec douceur. Nous nous embrassons une dernière fois, avant de sombrer sur une même pensée de quiétude profonde, dans les bras de notre amie Morphée...



A suivre demain le réveil Wink

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 10 Avr - 21:58

Oh my god!!!

My choutte cette suite est géniale, je peux la relire encore et encore que j'adore toujours autant!!!

Et franchement je n'ai pas peur de dire que je suis carrément shipper Mac&Cristi!!!

C'est super beau la manière dont tu décris tout ça JE LOVE !!!

Semper Fi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mar 11 Avr - 21:37

Merciii my crevette di namour mdr Bah on est deux shipper de Mac & Cristi mdrr Wink Meurchi & Big Mouah Surprised


~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Appartement de Cristina
Georgetown – DC
Le lendemain


Une apaisante sensation me réveille près d'une agréable odeur. Je n'ai pas eu le temps de réfléchir à la discussion que je dois avoir avec Cristi, par peur, peut-être, de briser le moment.

J'inspire profondément pour me donner courage d'affronter n'importe quelle réalité.

J'ouvre donc les yeux doucement. Un sourire se dessine sur mes lèvres quand je vois deux petits yeux fatigués me regarder.

- Ca fait longtemps que tu es réveillée ?
- Non... murmure t-elle.

Nous sommes restées dans la même position que celle quand nous nous sommes endormies, juste peut-être nos corps plus éloignés, appuyé plus sur l'omoplate que sur l'épaule même, et les mains aillant échouées à d'autre endroit.

- Tu veux en parler ? Me demande t-elle.
- Je n'ai pas très envie, mais il le faut...
- Oui, moi aussi c'est pareil.
- Tu regrettes ? Fis-je avec une crampe à l'estomac.
- Non, et toi ? Répondit-elle sans laisser passer de pause.

Le poids envolé, je réponds négativement d'un signe de tête. Alors, elle sourit heureuse de ma réponse, étant elle-même stressée. Je fais de même voyant que nous sommes dans un parfait accord.

- Tu veux que l'on mette ça sur le compte de...

Elle ferme les yeux pour trouver un mot synonyme de notre état d'esprit d'hier soir et des actes de réconfort procurés et donnés.

- Non... enfin, tout dépend de toi. Susurrais-je.
- J'allais te dire la même chose. Rit-elle.
- Nous sommes donc d'accord ? Lui demandais-je pour être certaine en relevant les sourcils.
- Nous sommes d'accord. Sourit-elle rayonnante.

Je la suis dans la même joie, et mes lèvres viennent s'échouer sur les siennes, tout en souriant, ne pouvant m'en empêcher.

Elle s'écarte pour reprendre plus sérieusement.

- Tu sais pour moi c'est tout nouveau... mais j'ai adoré ça. Plisse t-elle les yeux pour un sourire encore plus significatif.
- Pour moi aussi...

Elle approche son visage du mien jusqu'à juste frôler du bout de sa langue ma lèvre inférieure, avant de l'introduire furtivement entre. La mienne vient caresser la sienne, puis, je la capture et la suçote avec douceur pour la libérer en l'embrassant.

- C'est la première fois que je me sens aussi bien un matin. Dis-je mon regard encré dans le sien.
- C'est moi ? Demande t-elle surprise.

J'opine de la tête, et un énième sourire vient égayer notre réveil effaçant nos peurs pour être remplacé par une sérénité généreuse.

- Je ressens la même chose. Avoue t-elle avec soulagement.

Cette révélation me comble et mes yeux commencent à s'humidifier ne laissant rien paraître, juste peut-être un regard brillant.

- Que proposes-tu de faire ?
- Je ne sais pas... Rien. Plaisante t-elle. Ou...
- Ou ?! Fis-je frôlant à nouveau le bout de son nez gelé.
- Prendre une douche.
- Ça c'est une bonne idée ! Ris-je. Tu passes la première ?!
- J'avais pensé que l'on pourrait la prendre ensemble... enfin si tu ne préfères pas, je ne me vexerais pas pour ça. Enchaîne t-elle comme pour se rattraper, et s'excuser.
- Non, ça serait avec plaisir ! Souris-je.

Elle me répond de cette même façon, et m'embrasse pour un baiser plus appuyé. Elle se relève et j'en profite pour poser mon dos le long du lit.

- Tu es fatiguée ? Me demande t-elle appuyé sur son bras tendu.
- Un petit peu, mais l'eau va me réveiller. Soupirais-je.

Elle relève le drap, et s'assoie sur le rebord du lit pour reprendre force pour la prochaine étape, arriver à la salle de bain.

- J'arrive. Dis-je en la suivant du regard.

Elle se tourne vers moi et me fait un clin d'oeil auquel je réponds par un sourire. Par une profonde inspiration, j'en profite pour me lever du lit et rejoindre Cristi dans la douche.

Quand j'arrive, l'eau coule déjà, et j'aperçois sa silhouette. J'enlève ma culotte et la pose à côté de la sienne.

Je pose ma main sur la vitre froide, et la fais glisser afin de pouvoir rentrer dans la douche.

Cristina se délecte sous le jet d'eau chaude, déferlant sur sa poitrine. Je m'approche d'elle, et me colle à son dos. Je penche mon visage pour aspirer les goûtes d'eau présente sur son épaule, et chemine mon avancer jusqu'à son cou que je dévoile sous ses mèches de cheveux.

Elle se presse plus contre moi, appuyant ses fesses sur mon bas ventre. Je gémis dans le creux de son oreille, et elle laisse sa tête vaguer de droite à gauche, ne pouvant contrôler son plaisir. Je l'entoure de mes bras, et mes mains viennent couvrir ses seins. Je les malaxe avec douceur, les faisant se durcis malgré l'eau chaude.

Je vois qu'elle passe sa langue sur ses lèvres, mordillant par moment l'inférieure. Je dépose un baiser sur sa mâchoire, ce qui lui fait tourner la tête de mon côté, et nous nous embrassons avec désir et envie.

Une de mes mains descend vers sa douceur féminine et vient caresser son aine autrefois possédée par mes lèvres...

Elle se retourne complètement et ma main glisse le long de son corps de façon horizontale. Ses yeux reflètent une passion extrême qu'elle me pousse gentiment contre le mur en carrelage et j'éprouve un frisson à la fraîcheur qu'il procure.

Mon cou est conquis, tandis que sa main vague sur ma cuisse pour atteindre le côté de ma fesse.

Je me délecte dans des soupires aux tendresses qu'elle me donne. Mais, l'harmonie est vite tombée quand le téléphone sonne.

Cristina pousse un souffle d'énervement.

- Je suis désolée, je dois répondre.
- Il n'y a pas de problème. Souris-je pour lui assurer que tout est ok.
- Cela risquera peut-être de prendre du temps.
- D'accord, j'arrive te rejoindre.

Sa mine est défaite, et pour peine, je lui passe un doigt sous le menton afin qu'elle me regarde.

- Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave.

Puis, je lui dépose un baiser léger ne lui laissant pas la peine d'y répondre, et la libère pour la laisser aller décrocher.

Je continue à rester encore quelques minutes sous l'eau pour évacuer une certaine frustration. Je tourne le robinet, me saisit d'une serviette et me l'enroule autour de moi.

J’attrape au passage ma culotte et retrouve Cristi dans la chambre en train de s'habiller comme elle peut avec le combiner placé entre son oreille et son épaule.

Je ne veux pas être indiscrète pour écouter sa conversation, alors je continue de ramasser mes affaires afin d'aller finir de m'habiller dans le salon.

Une poignée de seconde plus tard, elle réapparaît.

- Je suis désolée, parfois je donne mon numéro personnel à certains de mes patients, et donc je suis obligée maintenant de répondre à chacun des coups de téléphone.
- Tu as le droit de faire ça ?!
- Normalement c'est déconseillé, car les patients peuvent franchir la limite de la relation avec leur thérapeute. Mais je ne le donne qu'au cas inquiétant.
- Suicidaire ?
- Principalement. Enfin... finit-elle en hochant les épaules.
- C'est bien ce que tu fais pour eux !
- J'essaye de les aider du mieux que je le peux. Sourit-elle faiblement.
- Je suis sûre que tu es très compétente, sinon le cabinet ne tournerait pas aussi bien.
- Ouai, j'espère sincèrement, c'est toute mon ambition depuis que je suis à la fac.

Puis, elle s'arrête et me regarde bizarrement.

- Qu'est c'qu'il y a ? Demandais-je soucieuse.
- Tu pars ?! Reprit-elle étonnée.
- Je... je ne veux être envahissante, alors je te laisse de l'espace.

Elle vient près de moi, et s'assoit sur le canapé, où je suis.

- Tu n'es pas obligée... enfin si tu veux prendre un peu de recul je comprendrais, mais sinon, tu ne me dérange pas... au contraire.
- Je ne te perturbe pas dans tes manies matinales ? Fis-je timidement.
- Non, rit-elle, je suis heureuse de ce qui se passe entre nous deux, alors avant que ce beau rêve ne s'efface, je veux profiter au maximum de toi.

Son doigt caresse la pommette de ma joue, j'en ferme les yeux par cette douceur...

- Ok alors, je reste.

Un sourire refait surface entraînant de même, un des miens. Pour clore cette discussion, elle m'embrasse, mais vite ce baiser devient fiévreux.

- J'ai envie de toi... Murmure t-elle dans un gémissement au creux de mon oreille.
- Moi aussi, fis-je de même.

Un soupir dépité nous rattrape.

- Tu penses que nous allons trop vite ? Me demande t-elle.
- C'est tout nouveau pour nous, alors je pense que nous sommes vite rattrapées par nos émotions. Bien que j'en ai terriblement envie... !

Je pose mon front contre le sien et nous essayons d'apaiser nos ardeurs.

- Oui, je pense que tu as raison. On doit avant tout savoir maîtriser nos pulsions. Même si c'est très dur... !!! fit-elle dans une moue accablée, cachée derrière un rictus.

Elle me fera toujours autant rire par sa simplicité et son élégance.

- Dis-moi au faite. Hier soir, tu as mangé ?! Me demande t-elle en fronçant les sourcils.
- Heu, je ne crois pas non. Dis-je tout de même surprise d'avoir sauté le repas.
- Alors, il faut nourrir se corps pour lui redonner des forces !

Elle se remet sur ses pieds, et chemine vers la cuisine. Je m'installe au fond du canapé, en callant mon dos dans la forme fait pour lui. Et mon regard vague sur le plafond, murs, tableaux, photos, sans détailler particulièrement ce qu'il y est représenté.

J'essaye d'analyser les sentiments que je ressens mais une peur me tiraille, de découvrir sincèrement de quoi il en est.

Malgré tout, il est vrai que je ne m'étais jamais sentie aussi bien, même le lendemain aux côtés d'un homme ! Je sais qu'elle me rend heureuse, et qu'elle arrive à me faire oublier ce que la vie a pu me réserver comme surprise.

J'ai l'impression de prendre un nouveau départ à ses côtés, et donc les questions ne se posent plus. Je dois juste vivre, ou plutôt recommencer une nouvelle vie...



A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mar 11 Avr - 22:08

Finou Qui A Oublié Quelqu'Un a écrit:
Bah on est deux shipper de Mac & Cristi mdrr

Ya moiiii aussiiiii

Trop shipper !!!!

Trop belle cette fanfiction ! Viv'ment la suite

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 12 Avr - 0:15

Oh Yeaaaaahhhhhhhhh on est trois mdrrrrrrrr!!!

Of nothing my choutte, you know that I am une inconditionnelle mdr fan of you!! (oui je sais je speak english very well mdr)

Tin en plus cette suite avec ma phrase qui me mdr

"J'ai envie de toi..." outin cette phrase!!!

Vraiment géniale ta fic ma choutte!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bouton au profil de femme avec chignon - fin XIX / début XXème
» Femme (acrostiche)
» Femme fatale...
» Une femme avec le “Ainsi dit le Seigneur” dans la Bible
» gilet torsadé pour femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: