CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 30 Avr - 21:35

Rho mais de rien, merci à toi de la lire Wink Voici une suite, espérant que ça plaise tijours !

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Maison des Roberts
McLean


Le repas touche à sa fin, annonçant bientôt minuit à l'horloge. Nous nous préparons pour rejoindre le Révérant Turner et pour célébrer la messe.

- Tu restes là alors ? Dis-je à Cristi tandis que les lieux se vident.
- Oui, je reste avec AJ.

Les personnes passent à côté de nous, et n'osons parler librement.

- Merci Cristina de rester pour vous occuper d'AJ. Fit Harriet proche de nous.
- C'est normal, et cela me fait plaisir.

Elles se sourient et le Lieutenant la remercie encore de cette façon.

De même que sur mes lèvres, après avoir reporté mon attention sur Cristi, un fin sourire tout de même tristement se dessine qu'elle ne puisse pas venir avec nous, non loin de là qu'on lui interdise mais elle m'a révélé que ce n'étais pas de son genre de se rendre dans une église en temps normal, alors la veille de Noël encore moins. D'où sa proposition de rester avec mon filleul.

- Bien, on se retrouve à la maison. Je te laisse la Corvette, je monte avec Harm.
- Chez moi, ou chez toi ?!
- Comme tu veux, si tu préfères rentrer chez toi, c'est pas quelques mètres qui vont me déranger.
- Non, non, c'est bon alors, chez toi. Me sourit-elle.
- Ok. dis-je la prenant dans mes bras alors que nous sommes seules. Je risque de rentrer un peu tard.
- Je sais... j'ai compris... Fit-elle me serrant plus fort.
- Merci... je t'aime...

Nous nous séparons, et je remets le col de ma veste pour affronter la température hivernale.

- A tout à l'heure. Rajoutais-je tandis que je me dirige vers la sortie.

Elle retourne dans le salon, pour aller s'occuper d'AJ et aller le coucher. Quand j'allais être sur le point de refermer la porte derrière moi, je vois Harm arriver, et stoppe mon geste.

- Qu'est c'que tu fais encore là, je te croyais dans la voiture !
- Heureusement que je n'y étais pas, je serais un glaçon à l'instant même.

Je ris et il affiche son Flyboy grin. Puis, les rires s'estompent pour laisser place à une deuxième magie qui s'opère. Ensemble, nous relevons la tête, et apercevons une branche de gui symbolisant tant de choses.

- Où c'est arrêté le décompte de nos moments bizarre ? Souris-je amicalement.
- J'ai arrêté de les compter. Reprit-il de même. Enfin, maintenant ce n'est plus un moment bizarre puisque nous avons réussi à évoluer dans notre relation.
- Exactement. Acquiesçais-je.

Alors pour nous convaincre que cela ne changera rien, surtout que ce n'est pas la première fois que nous nous embrassons, nous haussons les épaules, et nos lèvres viennent s'embrasser dans un baiser chaste, tout sourire.

Quatre seconde. Ce fut le temps qu'a duré notre embrassade.

Et la gêne ne fait pas du tout son apparition, quel soulagement je peux en tirer, de ne pas être assaillie par un quelconque malaise qui pourrait s'opérer en nous.

Comme pour un certain Noël, celui d'il y a trois ans, je passe devant et Harm referme la porte sur nous.

- Cela ne te dérange pas de m'emmener ? Demandais-je tandis que nous approchons de son USV.
- Non, au contraire. Répond-il en contournant le bolide.

Je regarde dans la voiture et suis surprise de ne pas y trouver Alicia.

- Alicia ne vient pas avec nous ?!
- Non, elle nous rejoint avec sa voiture.
- Oh... dis-je seulement.

Harm pénètre dans le véhicule, s'étire pour m'ouvrir la porte par l'absence de l'ouverture centralisée pour pouvoir rester dans le style du modèle. Je prends place à ses côtés, et il démarre.

- Tu as passé une bonne soirée ?
- Oui, et toi ?
- Yep, ca va. Mais j'ai vu que tu rigolais avec Cristi...
- Ah oui. Ris-je un peu en repensant à la conversation.
- Vous parliez de quoi ?! Demande t-il tout en fixant la route.
- De mon cadeau de Noël...
- Tu as eu quoi ?!
- Heu, tu n'aimerais pas le savoir. Souris-je.
- Ah bon pourquoi ?!
- Fais moi confiance Harm, si je te le dis tu m'en voudras de te l'avoir dis. Ris-je.
- Ok, je te fais confiance. Fit-il dans un rictus curieux tout de même.

Quelques secondes s'écoulent avant que je ne prenne la parole.

- Harm, j'aimerais te parler...
- De ?! Me dit-il les yeux sur la route.
- C'est à propos d'Alicia. Continuais-je occultant son intervention.
- Maintenant !
- C'est important...
- Je t'écoute... Soupire t-il.
- Tu lui as parlé de Cristi et moi ?
- Non.
- Comptes-tu sérieusement le faire ?!
- Non.
- Bien, tu devrais...
- Pourquoi ça ?!
- Je pense qu'elle a des doutes sur l'aspect de notre relation.
- Mais, non, tu te fais des idées !
- Tu as sans doute peut-être raison, mais je me sentirais plus soulagée qu'elle ne voit pas entre nous autre chose qu'une amitié.
- Elle sait que nous sommes simplement des amis !
- Oui, mais elle pense aussi que je suis toujours amoureuse de toi. Elle voit que tu es avec elle, et moi, je n'ai personne, enfin aux yeux de tout le monde. En plus nos rapports sont plus...intimes, fis-je timidement, alors qu'il y a une bonne raison pour cela.
- Cristina ?!
- Oui...
- Très bien, je lui en toucherais deux mots si ça peut te rassurer.
- Merci. Dis-je en le regardant.

Il me jette un regard furtif, puis revient quand il voit que je le fixe.

- Tu comptes aller au mur ?
- Oui.
- Alicia vient avec toi ?
- Non ! Reprit-il soudain surpris.
- J'aimerais y aller avec toi... enfin si cela ne te dérange pas. Fis-je naturellement.
- Tu risquerais de t'ennuyer...
- Je veux être là, avec toi, pour la première fois.
- J'apprécie le geste Mac...
- Mais... tentais-je.
- Il n'y a pas de « mais ». Sourit-il. Écoute, je vais y réfléchir.
- Ok. Dis-je me pinçant les lèvres.

Notre conversation s'achève de même que notre parcours pour arriver à l'église. Quelques personnes se trouvent encore devant les escaliers, et nous sortons de la voiture.

Le serment du révérant Turner, comme chaque année est d'une remise en question impressionnante. Il sait aborder les sujets avec justesse que les aprioris que l'on pensait clair se retrouvent être remis en question, et nous faire voir les choses différemment.

Je repense aux quelques mois qui viennent de s'écouler, et l'espérance que ces moments de joies avec Cristi dans ma vie ont pu m'apporter. Ma relation avec Harm ne pouvait être que plus meilleure. Je crois que j'ai toujours rêvé, ou espéré que si nous n'arrivions jamais à avouer ce que nous ressentons, que notre amitié se manifeste de la sorte. Sincère, fusionnelle, sans doute ni aucune gêne. Et c'est ce qu'il se produit ces derniers temps. Le poids que j'ai toujours ressentis dans mon ventre, a disparu laissant place à un tel bien être que cela paraît surréaliste.

Mais, malgré tout je tiens à remercier non seulement notre père à tous qui veille sur nous, de son nuage, mais surtout Cristi et Harm, d'être présent dans ma vie, d'être ce qu'ils sont, et d'accepter mes choix, et de s'accepter l'un l'autre. S'il aurait fallu choisir entre eux deux, cela se serait révélé être un choix impossible à faire. Alors au lieu d'en perdre un pour garder l'autre, la meilleure chose qu'il aurait fallu faire, était de perdre les deux...

Enfin, je ne me trouve pas dans cette situation et merci !

Une heure s'est écoulée, et les lieux commencent à se vider à la fin de la messe. Je retrouve Harm près de la voiture, parlant avec Alicia. Je reste en retrait, pour ne pas encore les déranger. Il la serre dans ses bras, comme il le fait avec moi, et une pointe me transperce le coeur de voir l'air serein marquer les traits de son visage.

Pourquoi avoir un tel sentiment ? Je ne serais pas jalouse tout de même !

Enfin, je ne l'espère pas mais j'arrive aussitôt à effacer cet état dans lequel je suis, quand je réalise qu'il me prend de la même façon. Je ne dois avoir aucun doute et rester sur mes positions. Je dois et je suis heureuse pour lui...

Alicia s'éloigne. J'approche donc de Harm en lui souriant pleinement.

- Alors ? Demandais-je pour savoir la suite de la soirée.
- Je te raccompagne chez toi. Me dit-il simplement.

Un souffle me compresse le coeur qu'il ne veuille pas que je l'accompagne auprès de son père.

- Ok. Fis-je baissant le regard blessé.

Je me place devant la portière attendant qu'il vienne m'ouvrir et il s'engouffre derrière le volant. Je rentre à mon tour dans le calme, et laisse mon regard vaguer au dehors.

Les kilomètres déroulent sans que je ne fasse attention au chemin emprunté. Je trouve que le temps s'écoule avec lenteur, et ne m'imaginais pas que le trajet soit aussi long.

Le véhicule se stoppe, et je ne reconnais pas mon immeuble, et mon quartier. Je tourne la tête vers Harm, qui a le regard porté sur l'horizon.

- Où sommes nous ? Arrivais-je à dire.
- J'ai changé d'avis. Répond-il simplement.

Je porte mon regard plus loin qu'Harm et reconnaît le mur des Vétérans du Viêt-Nam.

- Harm, je ne voulais pas te forcer...
- Je sais, mais j'ai reconsidéré la proposition, et je serais heureux que tu rencontres mon père.

Une chaleur m'envahit le corps, et un soulagement apparaît quand Harm décide de me regarder. Un sourire unique se dessine sur ses lèvres que j'ai embrassées auparavant, et un sourire s'affiche aussitôt sur les miennes par enchantement.

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 30 Avr - 21:36

Il sort de la voiture, et j'en fais de même aussi vite que je le peux pour ne pas ralentir ses habitudes. Il se tient un peu plus loin avec le bras tendu, et la main ouverte.

Je contourne l'avant de son ancien modèle de Corvette et glisse ma main dans la sienne chaude.

Légèrement en retrait, nous nous dirigeons à l'emplacement du nom gravé par une fine couche d'or, celui de « Harmon Rabb Sr ».

- Je peux te laisser quelques minutes seul avec lui. Dis-je soudain gênée qu'il ne puisse peut-être pas parler librement par ma présence à son père.
- Non, reste. Fit-il en pressant ma main contre sa jambe pour me rapprocher de lui.

Ce que je fais, et il détache nos mains pour passer son bras autour de mes épaules, et poser sa tête contre la mienne pour une étreinte. Je passe mon bras dans son dos, et referme les doigts dans ma main pour me protéger du petit vent glacial.

- Bonsoir Papa... Commence-il par dire.

Il baisse la tête, et je vois une larme au coin de son oeil qui ne vient pas mourir sur sa joue, mais sur ses cils, faisant briller ses yeux. Je me colle à lui, et il réagit en prenant une grande bouffée d'air.

- Je te présente Sarah dont je ne cesse de te parler depuis des années... Elle est la femme... la femme qui représente tout à mes yeux... elle est... elle est mon âme soeur, ma confidente, ma meilleure amie, la femme que... que j'aime plus que ma propre vie...

Il penche la tête une seconde fois, et j'ai le souffle coupé par ces paroles si personnelles. Je voulais connaître le véritable Harmon Rabb, et le voici dans toute sa splendeur. Je ne peux décrocher mon regard de lui, je le trouve d'une élégance rare chez un homme, et d'une bravoure que je l'admire pour ce qu'il est et ce qu'il y a au fond de lui...

- C'est la première que je te fais rencontrer, et ce sera la dernière qui mérite d'être connue par toi, Papa... elle a su rendre ton fils heureux. Elle m'a aidé à découvrir sur ce qu'il t'était arrivé. Elle m'a suivi jusqu'à bout du monde, là où aucun homme ne voudrait déposer pied. Mais elle l'a fait... elle m'a appris la vérité, et pour rien au monde je ne voudrais effacer ou oublier toutes ces années passées à ses côtés... bien que parfois je voudrais tellement revenir en arrière pour des actions, ou plutôt inactions que je n'ai pas osé faire, car je ne me sentais pas prêt...

A présent, il me regarde. Ses yeux scintillent de sincérité et de véracité. Humides mais à la fois comblés...

- J'aimerais tellement qu'elle puisse me pardonner un jour de n'avoir pas su la rendre heureuse, et de n'avoir pas été là quand il le fallait... mais je suis le plus heureux et fier des hommes de la connaître et qu'elle soit tout de même toujours là, alors que je l'ai fait souffrir de nombreuses fois... comme tu peux le voir par toi même Papa, elle est à mes côtés et notre relation est passée à un stade supérieur. Peut-être pas celui que je désire le plus au plus profond de mon âme, mais c'est déjà plus que ce que je ne mérite. J'ai l'honneur de pouvoir toujours être son meilleur ami... et pour cela je l'aime encore plus et la remercie d'être la personne qu'elle est. Admirable, magnifique, unique...

Son regard pénètre le mien. L'air m'arrive plus difficilement. Mon estomac se contracte. Mon envie de lui resurgis...

Je ne sais quoi faire, dire... alors naturellement, mon autre bras passe sur le devant de sa veste, et je pose ma tête contre son torse. Je sens son coeur battre la chamade. Je le sens battre pour moi. Pour nous. Je ferme les yeux et me perds comme chaque fois dans cette étreinte. Il me procure chaleur et bien être. Joie et fierté.

Je rouvre mes yeux, et fixe le nom du père d'Harm, caché parmi des milliers d'autre. Mais celui là est le plus important à l'instant. Mes mains se lient dans son dos, et je tourne la tête, toujours collé à Harm. Je ne vois pas son regard, il a une tête de plus que moi.

J'inspire doucement, pour pouvoir m'adresser au père décédé de mon meilleur ami.

- Bonsoir Monsieur... Dis-je d'une voix chaude.

Harm a eu un sursaut à l'échos de ma voix, et se décontracte légèrement pour pouvoir comprendre et écouter se que je vais dire. Je peux sentir son regard sur moi, me transpercer de toute part...

- C'est un véritable honneur que de pouvoir être présente ici, aux côtés de votre fils...

Une bourrasque de vent vient me balayer les cheveux et je me protège contre le buste d'Harm. Il place son bras dans mon cou pour me cacher de ce vent frais.

- Je vous remercie d'avoir mis sur mon chemin un homme tel que lui. Je ne pense pas me tromper qu'il vous ressemble en tout point, tant physiquement, que ce que son coeur puisse cacher. Je l'aime aussi vous savez... comme je n'ai jamais aimé personne. Malgré ce qu'il dit, il a toujours été là pour moi. Il a toujours été l'épaule contre laquelle j'ai pu déverser ma peine. Les bras pour me protéger du monde qui me blesse.

Je penche ma tête à mon tour, et ferme les yeux pour ne faire parler que mon coeur.

- Il sera toujours la personne la plus importante dans ma vie, bien que je la partage avec quelqu'un autre en ce moment. Je le remercie d'être l'homme qu'il est, pour me comprendre et non me juger sur certain de mes choix survenue ces derniers temps. Il ne m'a jamais critiqué, et toujours accepté mes décisions. Souvent, je lui en ai voulu, et je ne peux faire autrement que de lui pardonner, car je sais que ces actions, il ne les fait pas contre moi, mais contre lui même... J'ai passé les plus belles années de ma vie à ses côtés et pour rien au monde je ne renierais ses instants magiques qui nous unissaient l'espace de quelques secondes...

A présent, je remonte mon visage pour pouvoir le regarder, et encrer mes yeux dans son océan d'étoile.

- Il fera toujours partie de ma vie. Il sera toujours dans mon coeur comme étant l'homme de ma vie. Il est mon meilleur ami, mon confident, mon âme soeur, et je donnerai ma vie pour lui...

Mes yeux commencent à s'humidifier, en même temps que je vois ceux d'Harm faire de même.

- J'aimerais qu'il me pardonne à son tour pour lui avoir fait abandonner rêve et carrière. Pour l'avoir repoussé alors que je ne souhaitais que le faire réagir... Je regrette tant cette période de notre vie, mais voilà où cela nous a amené. Je suis ici avec lui, dans ses bras, sans que rien ne vienne nous séparer et j'ai souhaité tant de fois dans le passé, sans oser le faire vraiment, ce qui nous arrive maintenant. Tout cela me paraît à présent facile...

Ses doigts caressent mes cheveux, tandis qu'il relève son visage pour noyer les larmes naissantes. Il fixe un point sur le mur pour ne pas se voir vulnérable et touché. Je replace ma joue contre lui, et fixe à mon tour le mur.

J'hésite à faire quelque chose. À parler de quelque chose qu'il faudra que je lui dise un jour ou l'autre. Il sera peut-être plus facile d'aborder le sujet ici, de cette façon, de manière indirect.

- Il m'a fait la promesse d'un enfant... et j'avoue n'avoir été pas prête quand nous étions au jour J... j'espère qu'il puisse comprendre mon refus, mon rejet... une seconde fois... et me pardonner... Mais aujourd'hui, je voudrais vous dire que je suis prête à avoir un enfant de lui ! Je ne sais pas ce qu'il en pense, je ne sais pas si je dois lui demander... mais je souhaite réellement que mon enfant ait votre fils comme père...

Je finis ma phrase en le regardant de nouveau pour décrypter sa réaction à une telle nouvelle. Et quelle n'est pas ma surprise de deux yeux, me fixant inlassablement, et essayant de comprendre sincèrement ce que je viens de dire.

- Tu voudrais ?! Demandais-je simplement.

Et sa seule réponse fut de m'embrasser. Juste nos lèvres collées, et notre respiration caresser notre visage. Juste partager notre salive, sans que nos langues viennent se chamailler.

Celui là de baiser fut le plus long de tout ceux que long a pu avoir dans le passé. Sa lèvre inférieure vient se séparer de la mienne pour revenir s'y redéposer, succédant de petits baisers.

Ses yeux sont fermés, et il me dépose un baiser sur le front et y appuie sa joue.

- Rentrons. Fit-il ne bougeant pas d'un pouce.

J'opine légèrement de la tête, et ensemble nous avançons en direction de l'USV. Quand je me souviens de quelque chose.

- Attends. Dis-je pour nous stopper.
- Qui a t-il ?! Me demande t-il d'une voix casée.
- Viens.

Je nous ramène devant le mur, et me décroche un peu d'Harm. Je prends sa main, et mes doigts superposent les siens. Je les élève tandis qu'ils s'entrecroisent et passent sur les inscriptions concernées. Je pose mon regard sur Harm qui se laisse totalement faire.

Nos bras retombent à même le corps. Je défais notre lien, et effectue le salut militaire par respect et aux libertés que son père a sacrifiées pour son pays et patrie. Harm fait de même le temps de réaliser ce que je faisais.

J'abaisse la main et Harm est toujours droit. Je l'entoure de mes bras pour sentir sa présence et qu'il sente la mienne... savoir que je serais toujours là pour lui.

Après avoir fait de même que moi, il m'entoure à son tour par ses bras, et nous partons pour de bon, s'enfonçant dans la pénombre caractérisant la symbolique du lieu où nous nous trouvions, qui sert d'honneur, de pardon et de repos.


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nady
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Féminin Nombre de messages : 328
Age : 29
Localisation : belgique
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 1 Mai - 16:19

waou ce passage est magnifique!!!! C'est trop bien écrit!!
bravoo!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 3 Mai - 21:21

Merci bcp Embarassed Embarassed Embarassed


~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~



Dans la voiture
Mur des Vétérans du Viêt-Nam


- On s'arrête chez moi pour discuter ? Demande t-il en posant les mains sur le volant.
- Alicia ne t'y attends pas ?! Dis-je d'une voix à peine audible.
- Arf si, mince ! Fit-il en resserrant ses doigts. Nous pouvons aller chez toi ?! Reprit-il gêné.
- Il y a Cristi. Répondis-je de même.

Il ne répond rien, et je le sens légèrement contrarié.

- Nous pouvons parler un autre soir.
- Quand ?! S'empresse t-il de demander.
- Je ne sais pas, quand tu veux... Dis-je pour ne pas le froisser d'avantage.

Il se radoucit quand il s'aperçoit de son ton pris.

- Excuse-moi...
- Ce n'est pas grave. Souris-je. La semaine prochaine ça te dirait, on laisse passer les fêtes, et attaque la nouvelle année sur ce sujet.

Son visage reprend espoir, et sourit à son tour.

- Ok. Fit-il en me fixant.
- Ok. Murmurais-je.

Dans un éclair de lucidité, il repose son attention sur les priorités du moment, c'est à dire rentrer respectivement chez nous, pour finir la nuit avec nos compagnes. Il démarre la voiture, et le trajet se fait dans le même silence que l'arrivée.

Nous arrivons vite en bas de mon appartement et le moment de se séparer est arrivé.

- Merci. Dis-je en baissant la tête.
- De rien. Me sourit-il. Quelque chose ne va pas ?!
- Non, rien. J'ai l'impression de retourner des années en arrière. Ris-je stressée.
- Pourquoi ? Demande t-il avec un rictus.
- Tu sais, quand le garçon raccompagne la fille chez-elle...
- Ah. rit-il réalisant la situation. À l'inverse de ce temps là, nous savons tous ce qu'il y a à savoir sur nous.
- Ouai...
- Allée viens là.

Il m'ouvre ses bras, et je m'y perds. Je l’entends susurrer faible qu'il m'aime, et je réponds de même.

- Bonne nuit. Dis-je en détachant ma ceinture.
- Bonne nuit. Répond-il tourné légèrement vers moi.

Je sors de la voiture, et me dirige vers mon immeuble, jetant un coup d'oeil au parking, voir si j'y trouve la Corvette, et ainsi savoir si Cristi est arrivée.

Mais je ne la vois pas. Je me retourne vers Harm qui se trouve toujours présent et lui souris pour ne pas lui faire voir mon inquiétude. J'accélère le pas, et m'empresse de sortir mes clés. En un rien de temps je me trouve à ouvrir la porte, et pénètre dans l'appartement sombre.

Rien n'est allumé, ce qui n'est pas fait pour me rassurer. Je vais en direction de la chambre, pensant qu'elle s'était endormie mais je retrouve le lit fait comme quand je suis partie. La peur s'empare de moi. Ma respiration se fait de plus en plus difficile. Je tente de ne pas m'alarmer et me convainc moi même qu'elle a du changer d'avis et que Cristi est rentrée chez elle.

Je saute sur mon portable afin de me rassurer, et voir si je ne l'avais pas entendu sonner. Mais rien. Aucun appel en absence.

Je vais à la fenêtre regarder si Harm se trouve toujours là par chance. Je sépare les rideaux et n'aperçois aucune voiture.

Je recule d'un pas et tente de prendre sur moi, et surtout reprendre la situation en main. J'approche du téléphone de la maison, identifier un message sur le répondeur et si cela n'était pas le cas, appeler chez Cristi.



Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown – DC
1h15 G.M.T.


Je vois le voyant du répondeur qui clignote. Mon coeur bat la chamade imaginant le pire des scénarios.

J'envoie ma main qui tremble appuyer sur le bouton enfin d'entendre la vérité.

- Bonsoir. Washington Hospital. Nous avons une patiente au nom de Mlle Cristina Castello pour un accident survenu avec votre véhicule...



Washington Hospital
155 Wilson Avenue Washington, DC
2h15 G.M.T.


- Bonsoir, vous avez une patiente au nom de Cristina Castello... elle a... elle a eu un... accident de voiture... Vous m'avez appellée...
- Bonsoir Madame, vous êtes ?!
- Sarah... Sarah Mackenzie.
- Une parente ?!
- Sa compagne dans la vie.
- Bien, veuillez me suivre.

Je prend le chemin de l'infirmière qui m'amènne devant une porte impossante et close. Mes mains tremblent ainsi que ma respiration se saccade et mon coeur rate un battement une fois sur deux.

Elle s'arrête, me fait signe de la main que nous sommes arrivées devant la chambre, et repart derrière son comptoir me laissant seule.

- Le médecin ne va pas tarder à venir vous voir. Me lance t-elle au dessus de son épaule.

J'acquiése de la tête et hésite à rentrer. Que vais-je bien voir ?!

Je tente de me rassurer en me disant que si quelconque dommage a été infligé, on ne m'aurait pas laissé entrer, et m'aurait dit d'attendre que le médecin en charge de Cristi vienne me parler.

Je prend une profonde inspiration, et l'envahis de me trouver près d'elle s'empare de moi. Je tape un coup, puis un deuxième à la porte, tout en l'ouvrant.

La lumière est tamisée, et j'aperçois ma douce le visage en direction de la fenêtre où nous apparaît la lune blanche.

- Hey. Fis-je pour attirer son attention.
- Hey. Me répond-elle d'une voix à peine audible.

Je contourne son lit et m'approche d'une chaise posé à côté. Je m'assis, et prend la main de Cristi entre les miennes.

- Comment ça va ? Demande-je faiblement.
- Peut aller mieux. Me dit-elle forçant un sourire.
- Que s'est-il passé ?!
- Je suis désolée Sarah... pour la voiture...
- Ne t'en fais pas pour ça, l'essentiel c'est toi ok !

Elle opine de la tête et je vois que ses yeux commencent à s'humidifier.

- Prend ton temps...

Je me sépare d'une main d'elle pour caresser ses cheveux, et tenter de la calmer.

- Je ne sais pas ce qu'il s'est passé... je regardais la route et l'instant d'après je me suis retrouvée dans cette chambre.
- Tu as mal quelque part ?
- Aux côtes un peu, et au visage.
- C'est sûrement du à la ceinture et à l'airbag. Sais-tu si un autre véhicule est impliqué ?!
- Non, je ne crois pas... enfin on ne m'a rien dit.
- Très bien, reposes-toi mon coeur maintenant.

Je suis sur le point de me lever quand Cristi m'attrape le bras.

- Tu t'en vas ?! Me fit-elle les yeux emplis de peur.
- Non, je vais juste aller voir le médecin, et je reviens près de toi.

Elle hauche la tête, et je dépose un baiser sur son front. Juste quand je relève les yeux, je vois le médecin pénétrer dans la chambre avec ce qui semble être des internes.

- Bonsoir. Me sourit-il. Vous êtes une amie de notre patiente.
- Sa compagne.

Il acquiése.

- Elle pourra sortir demain en fin de soirée. L'hématome sur son visage va s'effacer peu à peu, et pour le reste des dommages ne sont que minimes. Elle se rétablira vite, bien que des fois cela sera douleureux, mais nous vous préscrirons des anti-douleur.
- Merci Docteur. Fit-je en souriant sincérement.

Il accepte en souriant, et est sur le point de partir quand je le rattrape dans le couloir.

- Docteur ?!
- Oui ?! Dit-il se retournant vers moi.
- Savez-vous si d'autre véhicule ont été impliqué. Elle ne se souvient de rien...
- C'est normal après un choc violent. Mais aucun autre patient n'a été amené en ce qui concerne cet accident. Je sais juste seulement que votre voiture est dans sacré état.
- Bien... merci...
- Joyeux Noël. Sourit-il.
- Joyeux Noël. Répondis-je de même.

Je retourne auprès de Cristi.

- Comment es-tu venue ? Harm t'a accompagné ?
- Non, j'ai pris un taxi.
- Sarah, je suis sincérement désolée... Fit-elle une larme s'échouant sur sa joue.
- Ne t'inquiéte pas, et repose toi mon coeur. Tu n'as rien fait de mal, cela peut arriver à tout le monde.
- Y avait-il une autre voiture ? Me demande t-elle en fermant les yeux.
- Non.

Elle pousse un soupire de soulagement, et les rouvrent en fixant le plafond.

- Dors mon coeur, on se reparlera demain.
- Tu restes dormir ici ?!
- Oui.
- Merci Sarah.
- Chuuut...

Je lui dépose un baiser sur la bouche, et elle accepte en commençant à clore ses yeux.

Je rapproche le fauteil du lit, et pose ma tête sur ses cuisses afin de l'observer, tout en lui tenant sa main entre les miennes jointes.


A suivre qui viendra plus vite Wink

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 4 Mai - 23:50

Washington Hospital
155 Wilson Avenue Washington, DC
8h30 G.M.T.


- Hey bonjour. Fit Cristi d'une voix fine.
- Hey, comment vas-tu ?! Demandais-je en me redressant.
- Mieux.
- Bien. L'infirmière ne va pas tarder.
- Tu es restée là toute la nuit.
- Oui, je te l'ai dis.
- Merci.
- Repose toi. Nous sortons ce soir, normalement.

Elle acquiesce de la tête, et porte son regard au dehors.

- Que c'est-il passé ? Reprit-elle.
- Tu ne te souviens pas ?!
- Non...

Ses yeux commençaient à être emplis de larmes.

- Ce n'et pas grave, cela reviendra plus tard, tu es encore sous le choc de l'accident.
- Tu as sans doute raison, mais je ne sais pas ce qui m'arrive...

Un larme roule sur sa joue, que j'essuie aussitôt.

- Chut, mon coeur. Rendors-toi, je reste là, avec toi.
- Merci Sarah.
- Cesse de me remercier. Ris-je.
- Excuse-moi. Fit-elle d'une voix triste.
- Ne t'excuse pas, je fais finir par croire que j'ai Harm en face de moi à s'excuser tout le temps. Souris-je.
- Où est-il ?!
- Chez lui probablement. Pourquoi ?!
- Non, pour savoir... Ta soirée a été ?
- Oui, je suis allée avec lui au mur.
- Bien... lui as-tu parlé ?
- Oui, dis-je baissant la tête.
- C'est une bonne chose. Reprit-elle avec une lueur dans les yeux.
- Je ne suis plus sûre à présent...
- Sûre de quoi ?!
- De vouloir aller au bout des choses...
- Pourquoi, parce que j'ai eu mon accident ?
- En autre...
- Non Sarah, nous faisons pas tout ça pour faire un pas en avant et trois en arrière. Comme tu peux le voir, je me porte à merveille, je suis juste encore un peu fatigué, mais d'ici une semaine tout aura disparu, et je réagirais comme si de rien n'était. Et je veux que tu fasses de même, et que tu cesses de t'inquiéter pour moi. Je suis une grande fille !
- Je sais Cristi, mais c'est plus fort que moi...
- Je comprend. Mais promets moi d'aller lui parler quand même !
- Oui, de toute façon maintenant qu'il sait mon intention, il ne va pas renoncer aussi facilement.
- Très bonne qualité de sa part. Rit-elle.
- Ouai. Fis-je de même.
- Tu comptes rester ici toute la journée ?!
- Oui.
- Et le JAG ?
- Je vais les appeler, et leur dire que je ne pourrais pas venir.
- Tu devrais y aller Sarah, cela te changera les idées.
- Je ne vais pas te laisser seule, en plus qu'il ne reste plus beaucoup de temps à ce que tu restes ici, et je ne veux pas que tu les passes seule !
- Tu es décidée ?
- Plus que jamais.
- Ok.

Elle se redresse de son lit afin de coller son dos contre son oreiller. Elle ouvre ses bras afin que je la serre tout contre moi, ce que je fais.

Je nous écarte, et nous nous embrassons dans un baiser beaucoup plus appuyé que nous le voulions.

Un toussotement nous fait nous séparer. Celui de l'infirmière pour procurer les soins nécessaires à Cristi.

- Je ne suis pas loin. Fis-je avant de m'effacer derrière la porte.

Elle opine de la tête, et je pousse un soupire de soulagement, dos appuyé contre le mur du couloir. Une larme s'échappe, celle de l'apaisement.

Je pose mes mains paumes contre les murs au niveau de mes jambes. Je tente de reprendre une respiration normale, quand mon portable me sort de mon mutisme.

- Allo. Dis-je d'une voix que je ne voulais pas aussi fragile.
- Sarah, c'est Harm.
- Hey. Ne fut que ce que j'arrivais à dire.
- Tout va bien ?!
- ...
- Sarah ? Enchérit-il un peu inquiet.
- Tout va bien...
- Où es-tu ?! J'ai appelé chez toi, tu ne répondais pas. Je me suis inquiété. Admit-il.
- À l'hôpital. Cristi a eu un accident cette nuit en rentrant...
- Qu'est-il arrivé ?!
- Elle a perdu le contrôle apparemment.
- Elle va bien ?
- Oui, quelques blessures, mais superficielles.
- Pourquoi ne m'as-tu pas appelé ? Demande t-il sur un ton de reproche.
- Je ne voulais pas te déranger avec ça...
- Rien ne sert d'insister dans le sens que tu ne me déranges jamais et que les amis sont fait pour ça !
- Oui, je sais, je suis désolée. Dis-je refoulant un sanglot.
- C'est moi qui le suis. J'ai juste un peu trop paniqué. Pardonne-moi.
- Aucune raison, ce n'est pas grave.

Il soupire.

- Vous rentrez quand ?
- Ce soir.
- Je passerais vous prendre.
- Ce ne sera pas la peine Harm, nous prendrons un taxi.
- J'insiste.
- Moi aussi...
- Bon, je sais que je ne pourrais pas te faire changer d'avis. Avoue t-il.
- Ouai...
- Tu me tiens au courant ?
- Oui.
- Bien, je dirais au Général que tu ne viendras pas aujourd'hui. Je ne pense pas que cela pose problème.
- Merci Harm.
- De rien, les amis sont là pour ça aussi. Je vais te laisser. Embrasse Cristi pour moi.
- Je le ferais.
- Prends le comme un ordre. Rit-il.
- Hum, n'est-ce pas moi ton supérieur ?!
- C'est vrai. Rigole t-il à nouveau. Prends soin de toi Sarah.
- Toi aussi.

Mon regard vague sur le carrelage, dans le vide. J'abaisse mon bras et raccroche en appuyant sur le bouton rouge à cet effet. L'infirmière sort au même moment, et me sourit. Je ressens un certain malaise de sa part, mais son regard reflète aussi de l'émotion. Serait-ce pour ma relation avec Cristi ?

- Vous pouvez retourner la voir.
- Merci. Dis-je seulement.

Je me redresse de contre le mur, et range mon portable dans la poche de mon pantalon noir. Je viens à peine de m'apercevoir que je n'ai pas pris la peine de me changer.

Enfin, je pénètre dans la chambre, et Cristi est en train de dormir. Je lui prends sa main comme durant toute la nuit, et reste proche d'elle. Ma tête se pose sur son ventre dont je sens son coeur battre avec sérénité, et sa respiration calme m'apaise.



Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown, DC
Quinze jours passés


- Va. Me dit-elle.
- Tu es sûre ?!
- Plus que jamais !
- Tu m'appelles si quelque chose se passe.
- Oui Sarah. Dois-je te rappeler qu'il s'est écoulé deux semaines. Que je ne ressens plus aucune douleur depuis longtemps, et que je ne suis pas en sucre !!
- Je sais, mais c'est plus fort que moi de m'inquiéter... fis-je baissant la tête.
- Va maintenant, il t'attend.
- Bon.
- Tu as la permission de minuit. Rit-elle.
- Ouai. Ne fait pas trop de bêtises !
- Sans toi, jamais. Sourit-elle.
- Bien, je ne rentre pas trop tard.
- Allée qu'il t'attend depuis plus de quinze jours maintenant.
- Ce n'est pas quelques heures qui vont faire la différence.
- Yep, mais tu devrais y aller, sinon je vais être obligé de te garder prisonnière avec moi.
- Tu adorerais ça, avoue-le !!
- C'est pas faux. Rit-elle.
- Tu es sûre de ne pas vouloir venir avec moi ?!
- Non, je suis un peu fatiguée...
- Tout va bien ?! Me précipitais-je à ses côtés.
- Sarah, je te donnais seulement une excuse pour que vous restiez tous les deux à parler. Cela ne me regarde pas. C'est une histoire entre vous deux.
- Bien sur que cela te regarde. Je t'aime et tu partages ma vie. Et la question d'un enfant te concerne tout autant que moi.
- Je sais mon coeur...


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 5 Mai - 4:41

J'adore de trop, je sais que chaque fois que je poste je dis la même choses mais que dire dautre.

J'adore commen tu mets en scène les relations particulière entre Mac & Harm, Mac & Cristi et Harm & Cristi. Si jpe me permettre un ti jeu de mot c'est un tit peu un MIC/MAC LOL. Non mais sérieu moi JADOOOOOORE!!!

Merci Finou pour cette fic magnifique. je souhaiterai kelle dure encore et encore...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 6 Mai - 1:24

MDR chu contente que ca te plaise Very Happy & bah il reste encore heu... une soixantaine de pages Laughing

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~



Appartement de Harmon Rabb
Nord de Washington, DC


- Bonsoir Sarah.
- Bonsoir. Souris-je timidement.
- Entre.

Il s'efface de la porte, et me serre dans ses bras comme si cela faisait une décennie que nous ne nous sommes pas vu.

Je réponds agréablement à l'étreinte. Il me retire mon manteau, le pose sur le meuble à cet effet, et m'invite à m'asseoir dans le salon.

- Tu as mangé ?
- Non, mais je n'ai pas très faim.
- D'accord.

Nos regards se cherchent pour fuir l'instant d'après. Le malaise commence à s'emparer de nous, si bien que si l'un de nous deux ne fais pas le premier pas, nous allons sombrer dans ce silence durant toute la soirée.

- Harm, je ne veux pas que nous passions par quelconque discussion pour qu'à la fin nous effleurions le sujet. Même si celui-ci est délicat, qu'il me met plutôt mal à l'aise, nous devrons quand même l'aborder. Et directement serait le mieux pour nous deux.
- Tu es sûre de la proposition que tu m'as faite ?
- Oui. Dis-je sincèrement.
- Tu veux réellement avoir un enfant avec moi ? Demande t-il tandis que ses yeux reflètent une lueur.
- Je le veux, si tu le veux tout autant.
- Tu sais ma position sur ça, et elle n'a pas changé depuis la dernière fois que nous en avons parlé.
- Cela ne t'effraie pas ?!
- Si, un peu quand même, mais je sais que tout se passera bien. Sourit-il.
- N'as-tu pas peur pour l'équilibre de notre enfant ?!
- Non, je pense qu'il vivra quand même dans l'amour de ses deux parents, bien qu'ils ne sont pas ensemble, il aura beaucoup plus d'amour que d'autre enfant ayant ses parents sous le même toit.
- Ce que m'a dit Cristi...
- L'idée vient d'elle ?
- Oui. Admis-je.

Il prend mes mains des deux siennes, et se tourne vers moi.

- Sarah, je sais que tu as peur d'aller vers un échec, mais j'ai confiance et un espoir inébranlable.
- Je vais en avoir besoin. Souris-je finement en baissant la tête.

Il se sépare d'une de ses mains, et la pose sur ma joue d'une manière chaleureuse.

Je relève les yeux vers lui étant contente d'être comprise et réconfortée, quand je vois son visage s'approcher du mien.

Je n'ai pas le temps de réagir à quoi que ce soit, que ses lèvres viennent s'échouer sur les miennes de manière légère. Je réponds au baiser qui par la main de Harm se posant sur ma nuque le rend fiévreux.

Il se lève, et m'entraîne avec lui. Il me tend sa main où j'y glisse la mienne, et ensemble nous montons les escaliers et approchons de son lit.

Il est doux et soigné, ne faisant aucun geste brusque. Il m'allonge sur son lit, et vient se poser sur moi.

Nos lèvres s'embrassent une nouvelle fois, tandis que nos langues se cherchent plus en profondeur pour allonger la durée du baiser.

Une de ses mains vague sur mon corps, et s'arrête sur un de mes seins, qu'il couvre en creusant celle-ci. Il émet de légères pressions et les papillons dans mon ventre s'éveillent de même que mon désir.

Il se détache de mes lèvres, et s'attaque à mon cou.

Je peux sentir sur ma jambe son début d'érection et retrouve en un rien de temps le plaisir de pouvoir être aimé d'un homme.

La différence se fait là. Entre faire l'amour avec un homme et une femme. J'ai connu les deux, donc je peux facilement émettre une opinion la dessus.

Un homme. La virilité même. Il peut paraître doux et tendre, mais ses mains seront inlassablement plus forte, plus protectrice, plus appuyées dans les caresses.

Alors qu'une femme. La sagesse et la douceur même. Délicate, attentionnée, à l'écoute et aux ressentis étant elle-même réceptive de ses tendresses occasionnées, paraît plus compréhensible. Minutieuse. Experte...

Malgré tout, je ressens une envie de faire l'amour à mon meilleur ami... Ce que j'ai peut-être espéré tant de fois dans le passé, arrive à grand galop sans que je ne puisse émettre un quelconque désaccord.

J'en ai tellement envie, que j'halète à ses mains posées sur moi. À sa langue traçant un chemin vers d'autre parcelle de mon corps.

L'envie plus forte que l'amour ?!

Cristi... je ne peux pas lui faire cela. Elle ne le mérite pas. Pourtant une partie de moi occulte cela, et une autre cri que je réagisse.

Harm se fait de plus en plus pressant. Je subie au lieu de réagir. Je défaillis au lieu de prendre le dessus. Mais c'est tellement réconfortant de voir que l'on fait toujours de l'effet à un homme. De voir à quel point il a envie de nous, de le savoir par cet état qu'il est en quelque sorte faible par cela.

Sa même main après avoir gracieusement quitté ma poitrine, vient s'échouer sur ma cuisse, dont ses doigts viennent marquer ma peau. Je pose ma main sur la sienne pour tenter de stopper tout geste, mais sa langue s'introduit dans ma bouche, et je ne peux que céder à la tentation.

Il se redresse, et je ne trouve pas le courage de tout faire s'arrêter. Il défait un à un les boutons de mon chemisier, et mon sous-vêtement apparaît devant ses yeux.

Son regard troublé mais à la fois désireux me fait progresser vers un autre ciel. Malgré tout, je ne bouge pas, me convainquant par moi-même que je ne fais rien de mal...

Il fait descendre une bretelle, puis la deuxième, et caresse du revers de sa main mon épaule. Il se penche et embrasse la peau non couverte de tissus sur ma poitrine. Il découvre un de mes seins et son visage si proche, par sa respiration qui s'évade sur moi, me fait frissonner de plaisir.

Je n'ai pas le temps de comprendre que je ressens une chaleur humide me capturer mon mamelon qui se durcit instantanément.

Je gémis, me cambre, me délecte sous cette paresse.

Je me trouve presque à moitié nue devant mon meilleur ami et un malaise m'envahit encore de plus belle.

Il me mordille, m'embrasse, me suçote, s'amourache de tout mon être. Et son érection qui se développe encore un peu plus dans son jean.

Il se met de côté, défait la bouche de sa ceinture, abaisse sa braguette, et se sépare de ce même jean.

Son ascension respire enfin un peu mieux, et par le tissus moins rigoureux que celui précédemment, je la ressens se déposer sur ma cuisse, qu'il me fait écarté délicatement, sans me brusquer, sans me forcer...

Je me colle à lui, me frotte à lui, m'érotise tout contre lui.

- Harm... Murmurais-je.

Il me fait taire d'une belle manière, m'embrassant une nouvelle fois.

- Je t'aime Sarah... Susurre t-il contre mes lèvres.

Et là, je repose pied à terre. Je ne réagis plus, ne subis plus, je m'évade de mon propre corps pour réaliser ce qu'il se passe.

Harm et moi sommes sur le point de faire l'amour. Mon meilleur ami et moi sommes en train de se donner l'un l'autre. Un homme avec lequel je ne suis pas est en train de m'aimer à sa façon.

Je dois faire quelque chose. Je ne peux laisser cela se passer ainsi. Trop d'enjeu, trop de personnes à prendre en compte, à commencer par nous deux, et Cristi aussi. Elle porte envers moi une confiance aveugle. Elle sait combien j'ai pu aimer cet homme et malgré cela, elle ne m'interdit pas de le voir. Elle ne m'interdit pas de penser à lui, et par dessus tout, faire un enfant avec lui.

- Harm, non... Arrivais-je à sortir.

Il ne m'écoute pas, trop impliqué par ce qu'il fait divinement bien.

- Harm, non, pas comme ça... Retentais-je.

J'essaye de le repousser d'une manière délicate sans le froisser, mais je ne pense pas qu'il comprenne ce qu'il se passe.

- Harm, s'il te plait... Dis-je tandis que les sanglots prennent possession de moi.

A ma voix sûrement étrange, il cesse tout mouvement, tout geste, toute action.

- Sarah... Fit-il d'une voix tremblante
- Je suis désolée...

Les larmes noient mon visage.

- J'ai fait quelque chose de mal ? Demande t-il le regard meurtris.
- Non, c'est moi. Fis-je en refermant les pans de ma chemise avec énergie.

Il s'écarte de moi pour reprendre ses esprits, assis sur le lit. J'en profite pour me redresser en reboutonnant mon chemisier.

- Je n'aurais jamais du venir... Dis-je d'une manière un peu violente.
- Sarah, explique-moi, je ne comprends pas...
- Cela n'a plus d'importance Harm, je suis désolée... pardonne-moi... Finis-je tandis que je me lève du lit.
- Sarah attends, fit-il en levant le bras.
- Je dois y aller. Dis-je par dessus mon épaule, sans un regard vers lui.

Je descend les escaliers, me dirige vers la sortie, prenant dans mon élan mes affaires.

La porte claque.

J'arrive en un rien de temps à ma voiture, et tente de partir au plus vite, de peur que Harm me rattrape.

Je pose mes mains sur le volant afin de reprendre contenance.

- Mon Dieu, qu'ai-je fais... Fis-je le regard perçant dans le rétroviseur intérieur.

Je suis en train de me scanner, de me haïr de tout cela, de ne porter sur moi qu'un regard de mépris. Celui que je mérite. Je n'arrive pas à me décrocher de mon reflet. Je n'arrive plus à réagir jusqu'à ce qu'un coup sur la vitre de la voiture me fasse réagir.

- Sarah !

Je ne réponds rien, cela vaut mieux.

- Sarah, s'il te plait, j'ai besoin de comprendre.

Je tente d'introduire la clé dans le contact, mais mes mains tremblent tellement, ma vue est tellement brouillée que je suis là, à paniquer.

- Sarah... Fit-il d'une voix suppliante.

Je ferme les yeux, et plonge ma tête en arrière afin de reprendre maîtrise sur moi. J'ai un besoin de lui raconter, de lui donner une explication, mais je ne peux pas, je n'y arrive pas. C'est plus fort que moi de réagir ainsi, prendre la fuite.

Non pas pour le fuir lui, mais pour me fuir moi, m'échapper pour que plus aucun mal ne soit fait.

J'arrive à faire abstraction des cris d'Harm, et démarre la voiture. Je ne le regarde pas, je ne peux pas...

Je m'engouffre dans la ruelle, et tente de rejoindre mon appartement en un seul morceau. Le pire reste à venir.

Cristi... comment va t-elle prendre tout cela ?! M'en vouloir, me pardonner, comprendre, sans douter... je ne sais pas, plus, j'en ai marre de devoir faire souffrir les personnes autour de moi...

L'idée de partir loin, loin de tout, disparaître et ne plus revenir m'envahit au fur et à mesure des kilomètres nous séparant réduit peu à peu.

Mais, je ne dois pas, je n'ai pas le droit de faire ça ! Cela n'apportera rien de bénéfique à cette histoire délicate, et elle doit... elle a le droit de connaître ce qu'il s'est passé.

- S'il vous plait, qu'elle puisse me pardonner... Pleurais-je.


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Dim 7 Mai - 21:17

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown, DC


Je reprends mon calme et inspire profondément pour ne pas perdre pied. Je sors de mon véhicule, monte les marches des escaliers et me retrouve stoppé par la porte close.

Tout va se jouer là !

J’entre, et coupe ma respiration. Je vois Cristi sur le canapé regardant la télé allongée.

-Hey mon cœur. Dit-elle en se redressant.

Cela ne va pas être aussi simple que je ne le pensais…

- Hey. Répondis-je d’une voix cassée.
- Quelque chose ne va pas ?!

Je m’approche d’elle tête baissée.

- Ca c’est mal passé ?

Elle fait glisser sa main dans mon dos afin de m’aider à parler.

- Pas si bien que ça…
- Tu veux me raconter ?
-Je le dois, car j’ai fait quelque chose que je regrette...
- Que s’est-il passé ?!
- Nous… nous avons parlé… puis il m’a embrassé…

Les larmes recommencent à humidifier mes yeux.

- Il… il s’est levé et il m’a amené à sa chambre… et nous avons…
- Couchés ensemble.
- Faillis !!
- Pourquoi faillis ?!
- Pourquoi tu me demandes ça ? Fis-je sur la défensive.
- Pour savoir ce qu’il s’est passé. Il n’a pas voulu aller jusqu’au bout ?!
- Non, c’est moi…
- Je ne comprends pas…
- Il n’y a rien à comprendre. Je n’allais pas faire l’amour avec lui, alors que je suis avec toi, et je n’allais pas te tromper pour avoir un enfant, alors que d’autres moyens nous sont donnés pour que je puisse être enceinte.
- Je ne comprend pas pourquoi tu n’as pas voulu aller jusqu’au bout…
- Que veux-tu dire ?!
- C’est l’homme de ta vie et je pensais que…
- Tu pensais quoi ?!? Demandais-je en relevant un sourcil, certaine d’être sûrement surprise de la réponse.
- Je pensais que tu… allais prendre du bon temps…
- Alors quand tu m’as dit d’aller le voir tu savais ce qui allait sûrement se passer, et tu n’as rien fait contre ça !!
- Non, je comprends tout à fait ce qui aurait pu te faire craquer. C’est ton meilleur ami que tu aimes depuis des années. Tu as sans doute eu envie de lui par plusieurs fois. Et je t’aime, je ne veux que ton bonheur, mon cœur !
- Ne m’appelle pas comme ça !! dis-je énervée. Tu… tu m’as jeté dans ses bras. Mais pourquoi… ?! Demandais-je le regard blessé.
- Pour toi !!
- Tu… je ne comprends pas… tu ne veux plus de moi ?! Dis-je une larme roulant sur ma joue.
- Si… mais si… mais Sarah écoute, je ne voulais rien t’interdire, ni rien t’imposer. Tu as pris une décision par toi même, et j’en suis plus qu’heureuse.
- Je n’arrive pas… je… je me sens manipulée…
- Je suis désolée, j’aurais du en parler avec toi, mais je savais déjà ta réponse alors que, peut-être, dans le feu de l’action, tu te serais laissée aller…
- Pensais-tu que j’allais succomber aussi facilement à lui ?! et réponds moi sincèrement Cristi !
- Je savais que tu allais prendre la bonne décision.
- Ce n’est pas une réponse ça !!
- Ce n’est que la vérité.
- Tu me testais alors ?!
- Non, Sarah ! Bon, j’ai peut-être fait une erreur, et je m’en excuse ! Mais s’il te plait arrêtons d’en parler, cela ne mènera à rien.
- Tu as raison.

J’ai les nerfs à fleur de peau. Les sensations que je ressens sont toutes étranges. Je me sens trahie, manipulée, comme s’ils avaient comploté contre moi, derrière mon dos.

Parlant de « ils » c’est bien sûre Harm et Cristi. Et bien que je sache qu’ils ne se sont pas parlés sans que je ne sois là, je sais que leur action n’était pas calculée. Enfin, pour Harm non, mais Cristi oui, par l’évidence même de la conversation que nous venons d’avoir.

Je ne peux m’empêcher de lui en vouloir, c’est plus fort que moi. Je voulais qu’elle ait confiance en moi, qu’elle n’ai même pas cette idée d’Harm et moi, couchant ensemble pour que je sois enceinte.

Non !

Mais je sais pertinemment qu’elle a fait cela pour moi. Alors comment faire ?!

Toujours cette histoire de « cœur » et de « raison ». L’un me dit de pardonner, l’autre de ne pas nier. Mais si, au moins, les deux personnes les plus importantes dans ma vie n’étaient pas impliquées comme elles le sont. Je serais probablement aller voir Harm, et demander conseil. Enfin, je me doute de ce qu’il me dirait.

Qu’elle a fait cela pour moi, par amour, que je ne dois pas le nier, et sans doute lui pardonner pour ne pas qu’elle se morfonde encore plus qu’elle ne l’est !! En outre, elle n’a rien fait de mal, elle a juste pensé à mon bonheur en écartant le sien. Et pour cela, je devrais essayer de comprendre. D’analyser. De lui pardonner…

J’ai quitté le salon pour me réfugier dans ma chambre, laissant seule Cristi. Je n’ai pas fermé la porte, à peine poussé pour une fine ouverture.

J’essaye d’assembler les morceaux. D’écouter mes propres paroles que j’ai mises dans la bouche de Harm, ce qui à priori me sert de bonnes paroles que je sais pertinemment ! Il est plus facile d’entendre cela de quelqu’un d’autre, sans pour cela s’affronter seul devant la vérité, et faire semblant de ne pas voir les choses ainsi, alors que le contraire l’est… bien évidemment !

Je sens un poids sur le lit. Un bras se posant sur moi, par dessus mon épaule. Un corps prenant forme du mien. Et une respiration chaude caresser mes cheveux.

- Pardonne-moi. Susurre t-elle. Je ne voulais rien faire contre toi Sarah…
- Je sais, mais je ne peux m’empêcher de t’en vouloir… Répondis-je en me recroquevillant.
- J’ai l’impression de mal faire les choses avec toi…

J’entends dans sa voix des sanglots, et mon cœur se fend en deux. Mais, je ne dois pas céder à la moindre faiblesse de ma part. Il faut que je défende mon statut, même s’il est mesquin de voir cela ainsi !

Blessée, je l’ai été. Trahie, je l’ai senti. Aimée, je le suis…


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nady
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Féminin Nombre de messages : 328
Age : 29
Localisation : belgique
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Lun 8 Mai - 22:52

Puisque personne ne semble écrire de commentaire depuis 2 jours, je vais prendre le relais!!
C'est le premier message que je poste pour cette fic. Au début, on va dire que j'étais un peu déroutée, mais plus je lis, plus j'adore!!!
J'attends la suite!!! C'est vraiment bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mar 9 Mai - 21:23

Je peux comprendre qu'on puisse l'être Laughing en tout cas merci Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


QG du JAG
Falls Church – Virginie
Le Lendemain


J’ai une cours martiale importante aujourd’hui. Je n’ai intentionnellement pas évité Harm, mais je n’ai pas tout fait pour le rencontrer aussi.

En attendant le verdict, je me suis réfugiée à la salle de sport qui se trouve au JAG. Histoire de pouvoir me défouler.

Hier soir, avec Cristi, j’ai essayé d’occulter toute cette histoire, disant que la nuit porte conseil. Je n’ai fait aucun geste envers elle, ni contre elle. J’ai juste été présente, essayant vainement de la comprendre, mais il y a un « je ne sais quoi » qui fait que cela m’est pratiquement impossible pour le moment. Avec l’esprit au clair, vidé, peut-être…

- Sarah ?! Me fit une voix masculine.

Il ne peut s’agir autre que celle de Harm qui est le seul par m’appeler par mon prénom. Je suis sur les haltères, et une force m’apparaît soudainement, dû sûrement à la situation qui va se découler.

J’ai honte, mais aussi les nerfs à vifs qui reviennent en un rien. Ce n’est pas contre lui, il n’a rien fait en réalité, juste écouté et suivre ce que je lui demandais, un enfant avec lui. Toute la faute retombe sur moi, car je me suis mal expliquée, ou même pas du tout expliquée sur le comment de cette fécondation.

- Tout le monde te cherche, tu sais. Dit-il hésitant.
- Tu m’as trouvé !
- Oui…

J’emplis mes poumons d’air, et me torture moi même en ne cessant pas mes exercices.

- Sarah, tu m’as demandé de tout te dire à ce que je peux ressentir à l’avenir…

Je ne réponds pas, et attends juste la suite.

- J’aimerais te parler d’hier soir…
- Je ne pense pas que ce soit le bon moment pour ça !
- S’il te plait, j’ai besoin de comprendre ce qu’il s’est passé… je ne vais pas pouvoir dormir sans ça…
- C’est simple, il ne sait rien passé !!
- Tu trouves qu’hier soir ce n’était rien ?! demande t-il froissé.

J’hésite de répondre la vérité ou de me cacher derrières des faux semblants et risquer par dessus tout de le blesser.

- Je n’ai pas envie d’en parler…
- On ne va pas se cacher durant la fin de notre vie pour ça.
- Je ne me cache pas !

Il se résigne de tenter d’aller à l’encontre de moi, sachant que la bataille est perdue d’avance.

- Tu as eu envie de moi, je l’ai vu.

Qu’est c’qu’il peut m’exaspérer ! Juste la chose que je ne voulais pas entendre !

- Bien, et alors ?! Demandais-je, tandis que je m’assis sur le banc en caoutchouc lui faisant dos.
- J’en avais envie tout autant que toi, mais je ne comprends pas ta position « à couvert » !
- C’est juste un mal entendus. Je ne voulais pas coucher avec toi pour que je puisse tomber enceinte, mais le faire assisté médicalement.
- Pourquoi ? tu m’as même posé la question toi même si cela ne me dérangeait pas si cela ne se faisait pas comme la « tradition ». C’est que tu y tiens, alors je pensais que…
- Je sais, mais les choses ont changé depuis !
- Parce que tu n’es plus seule, et que je ne le suis pas non plus ?!
- Oui.
- Cristi savait les dangers encourus.
- Elle le savait, et elle n’a rien fait contre cela !
- Tu lui en veux ?!
- Oui… J’avais confiance en elle, et elle m’a trahie, en sachant la manière derrière mon dos, et le pire, elle m’a poussée dans ce sens.
- C’est qu’elle a peut-être compris… Dit-il en regardant ses pieds.
- Compris quoi ?!
- Qu’il y a peut-être beaucoup plus entre nous, et que nous pouvons plus ignorer maintenant.
- Harm, tu sais les sentiments que j’ai eu pour toi, mais c’est fini tout ça. Je suis passée à autre chose, et me rejeter dans là-dedans ne fera qu’empirer les choses… C’est trop facile, juste au moment où je pense trouver le bonheur, tu reviens à la charge encore !
- Pourquoi veux-tu nier l’évidence ?!?
- Je ne veux rien nier du tout. J’aime Cristi, que veux-tu que je fasse de ça !! Tu me dis de ne pas nier l’évidence, mais je ne peux pas fermer les yeux la dessus !
- Si elle fait cela c’est pour toi. Essayes de la comprendre aussi !
- Pour moi !! Mais si de moi-même je n’ai rien fait, c’est qu’il n’y a rien à faire. Je suis heureuse comme je suis, et vous compliquez tout, en tentant d’agir pour moi !! et que croyez-vous tous les deux, qu’il aurait fallut d’une seule fois pour que je tombe enceinte ! Cela aurait compliqué les choses de faire de cette manière…
- Sarah…

Il s’approche de moi et pose sa main sur mon épaule.

- Non Harm… Fis-je baissant la tête.
- Pourquoi fais-tu ça ? dit-il d’une voix brisée.
- Rien de tout cela n’aurait du avoir lieux. Rien…
- Sarah, s’il te plait, tu ne peux pas…

J’inspire profondément pour essayer de rassembler tout le courage dont je vais avoir besoin avant de reprendre, le regard droit devant moi.

- C’est Colonel… Capitaine... la discussion est close, vous pouvez disposer !

J’ai surpris un sursaut du coin de l’œil de sa part. je sais combien j’ai du lui faire mal dans mes propos, mais parfois c’est la seule solution pour qu’il puisse comprendre, même si cela est douloureux, tout autant pour lui que pour moi…



QG du JAG
Falls Church – Virginie
L’après midi


L’envie de travailler ne me vient pas. Je ne cesse de ressasser les derniers évènements, et rien ne m’enchante dans tout cela.

Je ne suis pas allée m’excuser à Harm pour mon comportement abusif des dernières vingt quatre heures. Je me sens si stupide et si gênée, que je crois que ce qui me fait sortir de moi. Je sais bien que son regard n’a pas changé quand il me regarde. Rien n’indique que son comportement mérite transformation dans un sens malaise de l’histoire.

Mais je sais que toute cette rancœur que je me porte va finir par s’estomper et je pourrais affronter Harm à ce moment là, ou m’affronter simplement…

Je suis interrompu dans mon mutisme réfléchis par un léger coup à la porte. Les stores sont abaissés par mon désir de ne pas être dérangé. De ce fait, je ne sais pas qui peut-être le visiteur. Sûrement Coates.

- Rentez ! Cris-je.

Je garde la tête baissée pour l’espace temps que le QM va me communiquer et pourrais je retourner à ma fainéantise.

- Je te dérange Mac… Murmure Cristi ayant passé juste la tête.
- Non, rentre. Répondis-je ne la regardant pas.

Elle ouvre la porte en plus grand et je surprends Harm aller vers son bureau. Il relève la tête de son dossier, et nous aperçois.

- Hey Cristi ! Vous allez bien ? Demande t-il amicalement.
- Bonjour Harm… merci et vous même.

Je ne vois pas le visage de Cristi qui se trouve être dos à moi. Mais je vois Harm opiner légèrement de la tête, et sourire faiblement à celle-ci.

Je ne comprends pas cet échange qui commence à m’irriter gravement. Je porte sur mon partenaire un regard de mépris, et ce dernier se ressaisit en souriant désolé à Cristina pour continuer son chemin.

Cristi se retourne et ferme la porte derrière elle.

- Sarah… Fit-elle en s’approchant des fauteuils installés en face de moi.
- C’était quoi ça ! La coupais-je en me redressant.

Mes mains sont posées sur mon plan de travail, et je tente de décrypter les émotions sur son visage.

- De quoi tu parles ? Demande t-elle surprise.
- Avec Harm ! Il y a quelque chose que je dois savoir ?!
- Non, Sarah, il me saluait simplement.
- Et ses regards ?!
- Quels regards ?!? Fit-elle troublée par mon comportement.
- Ceux que vous vous lanciez !

Elle se stoppe au milieu de mon bureau comprenant que je n’étais peut-être pas prête à avoir une discussion avec elle. Elle paraît mal à l’aise par tout ceci.

- Sarah, il n’y a rien entre Harm et moi… Rit-elle jaune. Et il ne se passera jamais rien voyons !

Je réalise mon excès, et relâche mes muscles contractés.

- Je suis désolée. Arrivais-je à dire malgré la situation.
- Je voulais seulement venir te parler…
- Je ne crois pas que ce soit le bon endroit pour cela.
- Quand pourrons nous alors ?!
- Ce soir, je passerais chez toi.
- Très bien, je t’attendrais.

Elle réduit les pas entre nous, contourne mon bureau, et s’arrête devant moi. Elle passe sa main sur ma joue, le regard implorant un signe de ma part.

Dans un premier temps, je ne peux m’empêcher d’en apprécier la douceur et la délicatesse, en me perdant dans cette chaleur qui m’avait manquée.

Son autre main rejoint mon visage, et elle approche ses lèvres des miennes pour pouvoir m’embrasser.

J’y réponds malgré moi, tentant tout de même à tourner la tête, mais prise dans son emprise, je ne peux rien faire. Elle me dépose des baisers sur la commissure de mes lèvres, ma joue, mon nez, en dessous de mon œil, sur ma paupière quand une autre monté de mal être reprend le dessus sur moi.

- Non… susurrais-je.

Par le ton que j’ai employé, peu convainquant mais plaintif, elle ne cesse son influence sur moi, et nos lèvres reviennent s’échouer les une sur les autres.

Puis dans un moment de lucidité, après que des flashs des évènements passés surviennent à nouveau, j’ai un mouvement de recul comme répugner par cela.

Ses mains figées en l’air, retombent le long de son corps. Son visage se meurtrit, se ferme, et pleure silencieusement. Avant qu’un malaise ne me prenne à être l’auteur d’un tel mal en elle, je reprends d’un ton calme pour ne pas l’enfoncer d’avantage.

- Tu ferais mieux d’y aller…

Elle acquiesce de la tête, et effectue un demi tour vers la sortie. Elle ralentie le pas et n’ose vraiment me regarder. Elle a les yeux orientés vers le bas, quand d’une voix peu assurée, elle s’adresse à moi.

- Je te vois ce soir.

Cela ressemblait plutôt à une question qu’une affirmation. Je lui réponds positivement, en avançant d’un pas derrière le dossier de mon fauteuil.

Elle semble soulagée par un soupire qu’elle a échappé, puis continue sa route vers la porte, et la referme derrière elle.

Devant elle, j’ai tout fait pour paraître en accord avec moi-même, montrant un cynisme qu’il m’arrive d’avoir. A présent l’échange fini, mes épaules s’affaissent, ainsi que mon corps tout entier quand je m’assoie et que le cœur en morceau, une larme vient réitéré mon sentiment profond de haine contre cette vie à blâmer.



A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nady
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Féminin Nombre de messages : 328
Age : 29
Localisation : belgique
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mar 9 Mai - 23:05

Wouai super la suite!!! Mais un peu triste quand même!! Heureusement qu'après les disputes viennent les réconciliations... Ahhh l'histoire du triangle amoureux!! 2 filles, un mec... ça change et c'est super!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 10 Mai - 21:19

& quelle prise de tête surtout Laughing enfin micii mdr

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~


Appartement de Cristi
Georgetown, DC
Le soir même


J’ai appréhendé tout le reste de la journée cette confrontation. Je suis devant la porte de chez elle, et je pense que notre destin se joue ici.

Je respire pour reprendre contenance, les larmes commençant à faire dangereusement leur apparition. Je prends sur moi, comme j’ai toujours réussi à faire pour me préserver des personnes côtoyant ma vie, pour ne pas qu’ils aperçoivent une once de ma vulnérabilité.

J’annonce ma présence, et la porte s’ouvre sur Cristi, afficha un sourire timide.

- Bonsoir. Me dit-elle s’effaçant de devant moi.
- Bonsoir…

Je pénètre à pas réduits dans son salon, et mon calot présent dans mes mains, fait foi de mon embarras.

- Tu veux boire quelque chose ?
- Non. Dis-je d’une voix à peine audible.

Je me dirige vers son sofa, où je m’installe.

- Veux-tu que nous parlions maintenant ?
- Je suis venue pour ça. Répondis-je en détournant mon regard de sa direction.

J’ai l’impression que pour une énième fois, je l’ai blessée.

- Je t’écoute. Repris-je.

Elle paraît être surprise que j’attaque en n’exposant pas mes ressentis. Un silence s’installe, et je ne supporte déjà plus ce lieu. Elle baisse les yeux, et s’exprime une pointe de regret dans la voix.

- Je suis sincèrement désolée Sarah…
- Je sais.

Je ne peux m’empêcher de réagir ainsi. Je veux de nouveaux éléments, pas sans cesse répéter des excuses qui ne vont bientôt plus avoir aucunes significations pour moi.

- Si je pouvais revenir en arrière, tu sais combien je le ferais…

Elle capture une de mes mains entre les deux siennes.

- Cristi… Soufflais-je presque.
- Pardonne-moi, s’il te plait… mes pensées étaient stupides en repensant à tout le mal que j’ai pu te faire.
- Je t’ai pardonnée… je ne sais faire que cela depuis des années. Avouais-je amèrement pensant à la personne concernée.
- Alors pourquoi réagir comme tu le fais avec moi ?!

Ses yeux me supplient de me répondre avec sincérité. La réponse peut paraître simple mais à la fois complexe.

- J’ai besoin de temps…
- Tu veux que nous fassions une pause ?!

Elle se mord l’intérieure de la joue de me demander telle chose, mais je sais que mon intérêt est pris entièrement en compte.

- Non… Répondis-je confuse. Non, cela ne serait pas la meilleure solution. Ces feintes ne fonctionnent jamais, c’est seulement une manière moins douloureuse d’annoncer une rupture. Tu veux la rupture ?

Je lève les yeux vers elle, ne montrant aucune émotion particulière.

- Non, bien sûre que non Sarah !

Quelque part profondément, un soulagement se dissipe.

- Donne-moi simplement… du temps…
- Tout ce qu’il te faudra, je serais attendre mon cœur.

Une lueur d’espoir reprend vie en elle. Dans ses yeux, son regard, son sourire…

Elle se rapproche de moi, et hésite à me prendre dans ses bras. J’abats le dernier rempart entre nous, et l’invite à m’étreindre.

- Tu m’as manquée, tu sais… Me murmure t-elle au creux de l’oreille.
- Toi aussi…

Nous venons d’avancer dans ce chemin dont le ciel se dissipe des sombres nuages qui le couvraient.

Malgré tout, je ne me sens pas totalement sans crainte. J’ai toujours cette amertume qui va me tuer à petit feu si je ne trouve pas réellement l’obstacle à cela.

J’aimerais tellement me confier à elle, qu’elle me guide, m’éclaire, me dirige…

- Sarah, reprit-elle, je sais que le moment n’est pas le plus approprier, mais je veux que tu saches que je souhaite toujours un enfant avec toi, et qu’importe la manière et le père… je veux te voir mère. Finit-elle dans un sourire flegmatique.

Et voilà ce que, peut-être, je redoutais. Je ferme les yeux encaissant ses souhaits, ressassant le sujet de départ de tout ça.

Un ange passe, et la colère mêlée à nouveau à l’incompréhension refait surface.

- Pourquoi m’avoir proposé Harm comme père ? Pourquoi m’avoir jeté dans ses bras ?
- Sarah…
- Non, Cristi, c’est ça le problème de toute cette histoire, c’est de là que tout a commencé… Alors je veux avoir des réponses claires et précises, je veux seulement comprendre ton raisonnement !
- C’est cette histoire de promesse, tu ne peux pas fermer les yeux sur ça. Vous n’étiez pas contre pour avoir un enfant ensemble. Peu de personnes se promettent ce genre de chose. Alors j’ai pensé que c’était important pour toi. Tu connaîtrais le père, tu n’aurais pas à l’élever sans la présence d’un homme proche de toi. Je n’ai fait que suivre le cours de votre histoire, et bien sur j’aurais du me méfier de tes réactions. Dans le passé, vous n’avez jamais réussi à vous entendre sur quelque chose comme ça, alors maintenant que vous êtes engagés chacun de votre côté, je pensais réellement que rien ne clocherais… Mais j’ai compris que le lien qui vous unis ne s’effacera jamais et quoi que tu puisses me dire, crier, et même implorer, je sais parfaitement que votre histoire ne se finira jamais. Tu t’es juste voilée la face derrière les sentiments que tu éprouvais pour moi, et tu pensais que de l’oublier serait facile, en faite, du moins d’oublier les sentiments que tu lui as porté durant ces années…

J’écoute, je réagis de différente manière, et me retrouve peut-être à accepter ses actions qui n’était pas de me rejeter, mais simplement pour ma bonne conscience.

- Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé ?!
- Vois la réaction que tu as eu… Jamais tu n’aurais avoué ce que je viens de dire, ce que tu n’as pas nié non plus… peut-être que je me trompe, mais je pense qu’il y a une parcelle de vérité dans ce que je dis.
- Tu penses qu’Harm compte plus que toi à mes yeux. Mais c’est tout le contraire Cristi ! Si ce que tu dis est vrai, je ne serais pas allée à l’encontre de coucher avec lui, mais pour moi, cela était impossible. Tu es dans mon cœur, dans ma tête, dans mes pensées… et sur le moment je n’ai pas réalisé ce qu’il se passait. Je pensais que c’était tout à fait normal, mais en faite non… je veux un enfant, mais on peut l’avoir de différentes manières, et celle-ci allait à l’inverse de mes principes.
- Alors, je suis encore une fois désolée de n’avoir rien compris. Se résigne t-elle à dire.
- J’ai l’impression que tu ne crois pas ce que je te dis !!
- Si, je te crois.
- Et bien si tu désapprouvais, qu’est c’que cela serait. Répondis-je irritée.
- Je ne désapprouve pas, j’essaye seulement de t’ouvrir les yeux.
- M’ouvrir les yeux sur quoi, sur Harm et moi ?! Mais cela fait bien longtemps que j’ai compris que nous sommes trop impliqués pour nous empêcher de nous faire souffrir l’un l’autre. Il faut que je fasse quoi pour te prouver que tu te trompes ?!?
- Je ne sais pas…
- Tu veux que j’aille le voir pour coucher avec lui, et te montrer que je ne ressentirais rien que c’est du passé tout ça.
- Ecoutes, tu fais ce que tu veux !

Elle se lève du canapé, et arpente son salon.

Je fais de même, poussée par une exaspération qui me dépasse.

- A quoi tu joues là ?! Demandais-je d’un ton dur.
- Je ne joue à rien.
- Tu veux que je couche avec lui, c’est ça !! Tout simplement que je passe du bon temps dans les bras d’un autre. Oh mais bien sur, vu que j’ai l’opportunité, jamais je ne devrais t’empêcher de faire de même avec quelqu’un d'autre. Je t’ai dis que tu pouvais faire ce que tu voulais, si tu as envie qu’un homme te touche, te fasse l’amour, pour assouvir ce je ne sais quoi comme désir ou pulsion sexuelle que seul une personne ayant l’anatomie pour le faire, Oh mais il ne faut pas te contenir, sache que rien ne te retiens !!!
- Ce n’est pas cela du tout !
- Si, c’est ça le véritable problème en somme. Comment ai-je pu être aussi aveugle. Tu es une femme à homme Cristi. Je n’étais qu’un divertissement et un autre moyen de pouvoir explorer… d’autre horizon. Mais on ne peut pas cacher ses ardeurs plus longtemps. Ta vie passée te manque. Traîner dans les bars, envoyer dans ton lit le premier alcoolique qui te fera des avances !
- Tu crois que je suis comme toi !!
- Qu’insinues-tu ?! Fis-je presque sur le point de m’étouffer.
- Je ne suis pas comme toi Sarah, je ne suis pas une ancienne alcoolique, une névrosée qui fait semblant de vivre, et fantasmer secrètement sur son partenaire sur qui tu as des vues depuis une décennie Sarah !!!
-Tu penses réellement ça de moi ? Dis-je du regard le plus meurtris et noir que j’ai eu à faire.

Elle se tue, et me tourne le dos, pour se calmer et poser le jeu.

- Tu n’es qu’une personne sans intérêt Cristina…

Les larmes inondent mon visage sans que je ne m’en rende compte. Le cœur déchiré, je pivote en direction de la porte que je claque aussitôt derrière moi, laissant une partie de mon âme mutilée dans cet appartement…

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Mer 10 Mai - 21:22

Appartement de Harmon Rabb Jr
Nord de Union Station, DC
Dans la nuit


Après être partie de chez Cristi, le seul endroit qui m’attirait était chez Harm. C’est pour cela que je me trouve à présent devant sa porte, une impression de déjà vu plutôt dans la soirée.

- Sarah ?! Fit-il en ouvrant la porte après que j’ai marqué ma présence.
- Salut… Dis-je d’une voix chaude.

Je pose un pied dans son appartement, et il ne bouge pas. Quand le deuxième prend position, il recule à chacune de mes avancés.

Jusqu’à ce que je me trouve au niveau de sa porte ouverte, je prends à deux mains son visage pour l’embrasser fougueusement.

Je ne lui laisse pas le temps de réagir, que du pied je claque la porte, et l’attire tout contre moi, me pressant sur celle-ci. Je passe une de mes jambes derrière une des siennes, colle ma poitrine contre la sienne, et frotte mon bas ventre au sien.

- Sarah… Arrive t-il à articuler tandis que mes lèvres ne veulent le lâcher.
- Tais-toi, et fais moi l’amour comme nous aurions du le faire le dernier soir… montre moi combien tu as envie de moi, combien tu peux réellement m’aimer… et me faire m’aimer…
- Sarah, qu’est c’qu’il se passe ?!

Il a réussi à prendre le dessus sur moi posant avec fermeté ses mains sur mes épaules pour m’écarter.

- Harm, arrête de vouloir toujours parler, et passe à l’action pour une fois.

Il a l’air d’avoir relâché sa vigilance, et j’en profite pour susurrer contre ses lèvres mi-ouvertes :

- C’est ce soir ou jamais… Pilote. Terminais-je d’un ton taquin.

Il se mordille la lèvre inférieure et je peux voir que la situation le trouble. Il dois se trouver partagé par plusieurs sentiments.

- Tic Tac Pilote… Le provoquais-je de nouveau.

Je l’aide à trouver place dans ses décisions, en m’emparant de lui une seconde fois, et introduit ma langue dans sa bouche entrouverte par sa stupeur.

Mes mains se posent à présent sur sa chemise froissée, dont je fais sauter les boutons en tirant avec force dessus. Aussitôt son torse musclé s’expose à mes yeux, et ma lèvre s’allèche de goûter sa peau.

Je me mets en avant pour m’attaquer à son cou laissant traîner ma lèvre salivée.

Mais dans un moment de discernement, il me repousse. Je n’affiche aucun mécontentement, seulement un rictus de le voir aussi dépassé.

Son regard est fiévreux et ténébreux.

Puis, une lueur dans ses yeux me fait comprendre que nous sommes en train de nous comprendre.

Il me plaque contre la porte, et s’empare expressément de mes lèvres pour un baiser autre qu’enflammé. Je gémis d’une telle violence, et recolle nos deux corps.

Il se redresse, et dans le même empressement que moi précédemment, il s’occupe à m’ôter ma chemise militaire, étant directement allée chez Cristi après mon service. Dans la même vivacité, les boutons se rompent et mon soutien gorge apparaît.

Il ne reste inactif bien longtemps. Une de ses mains se pose sur un de mes seins tandis que la deuxième vague sur ma cuisse, remontant le tissu de ma jupe.

Il me donne un coup de bassin, et m’extirpe un cri.

Je le regarde, et d’une même idée, il me prend en poids et me bloque contre la porte. Mes jambes l’entourent. Son visage s’enfouillit dans mon décolleté parsemant ma peau de baisers brûlés.

Un côté de sa chemise tombe de son épaule en l’exposant.

Je défaillis à la jointure de nos corps, et mon désir de lui ne fait qu’accroître. Les papillons dans mon bas ventre m’ordonnent d’activer les ébats, et une de mes mains s’aventure sur l’entre jambe de Harm.

Je passe ma main sur son membre que je reconnais sa droiture, et descends la fermeture éclair de son bas d’uniforme.

Il n’a pas du rentrer il y a bien longtemps, car il ne s’est même pas changé encore !

Mes doigts agrandissent le passage mais les coutures m’empêchent d’y introduire entièrement ma main.

Vaine de laisser tomber cette exploration, je défais la boucle de sa ceinture, enlève le seul bouton restant, et les pans de son pantalon s’ouvrent me permettant d’actionner comme je l’entends.

Il ne me fallut guère de temps pour réagir, et je continue mon périple. Du bout de mes doigts, j’attise l’excitation de mon partenaire, et futur amant !

Puis, mes phalanges s’enroulent autour de son sexe, et je commence le continuel va et vient légendaire. Il halète, se cambrant de ma délicate attention envers lui.

Il ne reste pas à subir et se tâche à partager plaisir.

Ses doigts couvrent ma féminité, et presse celle-ci. Son pouce se pose sur mon clitoris qu’il éveille par de multiple mouvement circulaire.

Nos langues reviennent se chercher sortant elles même de leur cachette et par nos gestes désorganisés, ne font que se frôler et fureter.

Sa provocation est tellement forte, que tout mon être le réclame. Et à cet instant, je viens à penser que nous allons faire l’amour contre la porte de son appartement qui serait mentir, si je disais que l’idée ne m’avais jamais effleuré l’esprit par le passé.

De moi-même, j’écarte le tissu de ma culotte, pour pouvoir faire comprendre, et laisser libre action à Harm.

Je cesse mes mouvements sur son membre, et expose ma ferveur en me mordillant la lèvre inférieure, et lui donnant un coup de bassin.

Il comprend mon incitation et pose ses mains de part et d’autre de mes hanches. Avant cela, il incline son pénis en direction de mon antre, et quand celui-ci fut calé, il fit une avancé vers moi de son entre jambe, et me pénètre avec férocité.

Un cri enroué s’échappe de moi, et les gémissements firent échos dans le salon, mêlée par ceux rauques de Harm.

Les va et vient commencent avec impétuosité alternant la cadence par moment.

Avec brutalité, bestialité, rapidité, finesse, délicatesse… il s’introduit en moi avec ardeur.

La porte n’a plus l’air de l’enchanter, qu’il nous dirige vers sa chambre. Cela me déçoit un peu, je trouvais cela excitant et outrageant.

Nous tombons ensemble sur son lit, et il s’engage plus profondément dans mon être. En fin de compte, ce n’était pas une mauvaise idée de quitter support pour en trouver un plus confortable, attisant les décharges dans mon bas ventre.

Je ne suis plus loin de l’extase totale, et il en est de même pour lui. Les traits de son visage s’amenuisent montrant la fatigue que lui apporte de tels ébats.

Je me crispe, contractant les muscles de mes parois internes et provoquant chez Harm un changement attendu. La pression qui est exercée sur sa verge augmente son flux sanguin, et dans les secondes qu’il reste, il va se perdre littéralement en moi…

Les spasmes commencent, prenant possession de nos deux corps embrassé du même foyer d’excitation.

Je ne me serais jamais imaginée faire l’amour avec Harm d’une manière provocante et emportée, mais appréciant le ressentis qu’il en ressort.

Sa respiration se saccade, ses mouvements ralentissent. Je m’apprête à toucher ciel, quand dans un cri rauque et essoufflé, je comprends qu’il est arrivé aux cieux convoités.

Nos corps suants de l'enivrement de notre passion et nos vêtements collent à notre peau. Nous nous sommes donnés l’un l’autre durant un laps de temps qui m’a parut durer une éternité. Je viens de donner raison à Cristi, et par la même occasion à Harm, quand il m’a révélée avoir vu l’envie que j’avais de lui le soir dernier.

Déjà… si peu de temps se sont écoulés, que vingt quatre heures plus tard, je me retrouve effectivement en train de faire l’amour à mon meilleur ami… et que je n’en ressens aucune satisfaction particulière. Sûrement du aux circonstances…

Il s’effondre à mes côtés et tente de reprendre une respiration régulière, et je fais de même.

Je jette un coup d’œil sur son corps étendu et une magnifique vision se fait, d’un corps parfait sur toutes coutures.

Après avoir repris ses esprits, il roule sur le côté et me regarde de ses yeux perçants.

- Tu vas m’expliquer ?! Fit-il d’un ton sérieux.
- Ça m’avait manqué ! Dis-je souriante en contemplant son plafond sans répondre réellement à sa question, juste une constatation larmoyante.

Je ne sais pas comment il peut prendre ce commentaire, mais son regard s’assombrit.

- Pourquoi fais-tu cette tête, ce n’est pas ce que tu voulais ?!
- Je ne sais pas, peut-être les circonstances auxquels je ne pensais pas…
- Quoi, j’avais envie de toi, tu as eu raison sur ce point. Je t’ai toujours voulu…
- Et tu m’as eu…
- Si je savais que cela t’aurait mis dans un tel état, je me serais abstenue de te rendre cette petite visite. Fis-je en me redressant exaspérée.
- Pourquoi es-tu venue ?!
- Tu ne peux pas juste deux minutes arrêter de te poser des questions et accepter les choses telles qu’elles sont !!
- Non…
- Décidément, tu ne changeras jamais !

Je me lève du lit, bien décidé à tout abandonner.

Ma chemise étant impossible à rattacher, je superpose les pans et laisse une main dessus. Je descends les escaliers, et me dirige vers la porte.

J’étais sur le point d’ouvrir celle-ci, qu’une main me frôlant l’oreille se plaque contre cette dernière et m’empêche de l’ouvrir.

- Laisse moi partir. Tentais-je de dire calmement.
- Pas cette fois-ci. Répond-il gravement.

Je ferme les yeux afin de me contenir, et me retourne affichant un sourire aguicheur.

- Tu en redemandes… Dis-je mes lèvres aussi proche des siennes.
- Arrête !
- Quoi, tu ne veux plus…

Un rictus se dessine quand ma main se déplace comme précédemment sur son entre jambe et que je ressens qu’il est réceptif.

Mais à la différence de tout à l’heure, il repousse mon avance avec détermination, et capture mon poignée d’une manière brutale.

- Lâche moi, tu me fais mal ! Fis-je en haussant la voix.
- Pas tant que tu ne m’auras pas tout avoué !!
- Je n’ai rien à te dire, tu comprends !!!
- Sarah, ne m’oblige pas !
- T’obliger à quoi : me gifler, me frapper, me torturer pour que je parle ! Allé avoue Harm que tu y as pris autant de plaisir que moi…

Ma langue passe sur la pointe de mes dents montrant expressément que mon envie de lui est toujours d’actualité, et que la provocation ne va pas s’évaporer d’aussitôt.

- Rangeons cette petite aventure dans nos beaux tiroirs des souvenirs, et n’en parlons plus !
- Alors c’est ça ! pour toi ce n’était qu’une aventure !!
- Comment voudrais-tu appeler ce que nous venons de faire ?!
- Je n’étais pour toi qu’un divertissement… ?! je pensais qu’il y avait plus entre nous qu’une histoire de sexe.
- Voilà, comme tu l’as dis ce n’était que du sexe ! et rien d’autre…
- Sincèrement… je ne t’aurais jamais imaginé comme ça Sarah…
- Je suis désolée de te décevoir, mais tu aurais du t’en douter avec mon passé !
- Tu es différente de la Mac d’avant, tu as changé… tu as évolué… tu as montré la femme qui était en toi et mis de côté le Marines que tu mets en avant…

Ses paroles si vraies m’arrivent droit en pleine figure. Je déglutis difficilement par mon comportement que je viens d’avoir. Encore une fois, j’ai tout gâché…

- Je dois m’en aller… je suis fatiguée… Repris-je soudaine d’un pas pressant vers la porte.
- Tu fuis Sarah.
- Je ne fuis pas ! Je veux simplement rentrer chez moi !
- Il serait préférable que tu restes ici, tu ne devrais pas conduire dans ton état.
- Je vais bien Harm !! Cesse de vouloir être l’homme sauveur des femmes en détresse… sauves-toi toi même déjà et après on en reparlera !
- Je n’ai pas besoin d’être sauvé. J’ai juste besoin de toi… malgré ce que tu peux penser, j’ai aimé te faire l’amour… et je ne regrette rien sauf peut-être les évènements qui se sont déroulés ensuite, et aussi les circonstances…
- Tu veux un enfant, et je suis là pour ça, alors procréons !!
- Je n’aime pas quand tu es comme ça… souffle t-il.
- Tu ne n’aimes pas tout cours. Lâchais-je.
- Ne crois pas ça, et tu le sais parfaitement bien. Tu te fais du mal autant que tu m’en fais, Sarah. Tu es venue chez moi, et je ne sais pas pourquoi mais ce que je sais c’est que les excuses que tu me donnes sont fausses.
- Oh mais revoilà le Harmon Rabb Jr, celui qui croit tout savoir sur tout et mieux que quiconque !
- Non, je ne crois que ce que je vois, et j’ai vu le visage de Cristina quand elle est sortie de ton bureau.
- Cristina… ris-je d’un ton ironique.
- Que se passe t-il entre vous ?!
- Rien, et il ne se passera plus jamais rien !
- Vous vous êtes disputées ?!
- On s’est séparé. Fis-je froide.
- Que c’est-il passé ?
- Je ne veux pas en parler…
- C’est pour ça que tu es venue chez moi…

Les murs que je m’efforce de dresser et de maintenir sont sur le point de s’effondrer.

- Je dois y aller…
- Sarah…
- Au revoir Harm.
- Putain Sarah, tu me reproches de ne pas m’être ouvert à toi dans le passé, mais tu opères de la même manière !!
- Je sais Harm, je ne suis pas aussi forte que je semble faire paraître. Je suis faible, inutile, et indépendante…
- Tu n’es rien de tout ça ! arrête de vouloir te dévaloriser tout le temps, cela en devient lassant…
- Je ne sais faire que cela, alors pardonne moi de ne te faire voir qu’une piètre image de moi !

Je finis sur une note triste, les larmes prêtent à s’échouer sur mes joues, et un tremolo dans la voix.

Je me retourne immédiatement, et me saisis de l’opportunité qu’Harm ne viendrait pas me stopper, pour m’enfuir loin de cet homme, hors de cet appartement, de cette ville, de ce pays et de ma vie si cela en était possible…

Les erreurs ne font que s’ajouter au tableau déjà très long. Je ne dis pas que c’était une erreur d’avoir couché avec Harm, mais il a peut-être raison, le comportement que j’ai eu ne me ressemble pas… enfin éventuellement une partie de moi réagirait comme cela, mais heureusement que l’autre est là pour contrer certaines ardeurs.


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 11 Mai - 21:12

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown, DC
L’instant d’après


Je suis rentrée directement chez moi après avoir quitté l’appartement de Harm. Je ne sais pas ce qui m’a pris.

Regrettais-je ?! Oui… Non… je n’en sais rien !

J’ai toujours eu une attirance pour Harm, qu’elle puisse être d’ordre physique, guidé par mes sentiments pour lui, ou seulement par désir sexuel. Je mentirais que l’idée ne m’a jamais effleuré l’esprit. Si j’avais pu ne serai ce avoir Harm pour moi une seule nuit sans que cela n’ait de conséquence sur nos relations futures, j’aurais tout de suite était prête pour lui. Mais l’éternelle question aurait été : l’était-il lui ?!

A présent, je doute.

Je doute sur ses intentions qui je sais pertinents ne sont pas pour me faire souffrir d’avantage. Je me souviens ce qui m’avait donné la force de le repousser le premier soir où nous avons failli faire l’amour ensemble. Il m’a dit qu’il m’aimait…

Je sais cela aussi, nous avons été clair lors du dîner où toutes les révélations ont été faites. Il m’aime, j’en ai eu le cœur net et l’esprit soulagé de mettre enfin un nom à ce qu’il ressentait pour moi. De l’amour, depuis longtemps certainement, mais le coche était passé…

Alors pourquoi me l’avoir redit, pourquoi avoir dit qu’il m’aimait quand nos corps s’érotisaient ?!

Je suis lasse de ressentir ce sentiment de malaise. Marre de me sentir mal dans ma peau, de tenter de vouloir arranger les choses, mais je ne sais pas quoi faire, où commencer, et surtout je n’arrive pas à être totalement clair avec tout cela.

Je me sens prise au piège de ma propre vie, sans y trouver une issue.

D’un côté j’ai Cristi, et de l’autre Harm…

Les derniers jours m’ont clairement bouleversée, et les deux seules personnes qui comptent dans ma vie y sont impliquées !!

Je les aime autant l’un que l’autre… enfin je crois… Depuis que j’ai connu les bras de Harm de manière tout à fait différente, depuis que son corps s’est allongé sur le mien, que ses mains se sont posées sur ma peau, depuis que ses doigts ont animé mon désir… depuis que je l’ai senti en moi… les sentiments auxquels je tentais d’échapper, ceux auxquels je pensais pouvoir effacer et m’épanouir dans ma relation avec Cristi, sont totalement remis en question !

Je me déshabille telle une automate, et m’engouffre dans la salle de bain. Je m’accroupis dans la baignoire, ramène mes genoux le plus possible contre ma poitrine et y appuie mon front, tandis que je laisse l’eau se verser sur ma tête. Tel un châtiment, une abdication, un jugement, une condamnation…

Pourquoi dans ma vie tout est si compliqué ?!

Je n’aurais jamais du accepter les termes que Harm soit le père de mon enfant, et même d’avoir l’infime espoir d’en avoir un. J’étais heureuse avant que ce sujet ne soit remis sur la table. Cristi me comblait largement, et m’aidait à remonter la pente. Mon Dieu qu’ai-je fait…

J’ai couché avec mon meilleur ami, et ce désir me revient insatiablement… Pourtant je lutte contre cela, je sais que ce n’est pas sain, et être parfaitement honnête…

Les larmes coulent, mêlées par les gouttes qui ruissellent sur mon visage. Je me sens honteuse, fautive, détestable…

Pourtant je réalise que j’ai fait ce que tout le monde attendait de moi. Cristina voulait que je sois dans le lit de Harm pour pouvoir procréer, Harm lui même l’a entendu dans ce sens quand je lui ai dit que je le voulais comme pro géniteur. Alors pourquoi je me sens aussi mal ?!

Au fond de moi, je ne peux pas faire comme si tout allait bien. Retourner voir Cristi et lui dire que tout c’est bien passé, et me retrouver aussitôt contre elle, dans ses bras, dans notre lit, à nous aimer comme si rien ne s’était passé. Et Harm, demain au JAG, je ne vais pas supporter son regard sur moi, tellement responsable de tout ce qui est remis en question. Me pardonnera t-il de l’avoir en quelque sorte manipulé ?!

Ce que je n’arrive pas à analyser aussi, c’est pourquoi je tente de m’investir autant dans ma relation avec Cristi. Je veux dire ce n’est pas une situation habituelle dans laquelle je vis, alors pourquoi vouloir tenter de tout réparé après que je me sois senti trahis. Dans mes autres relations cela se serait soldé par une rupture définitive, mais pourtant dans celle-là, j’essaye de vouloir pardonner, réparer, même si dans mon cœur, je sens comme une déchirure, et que pour le moment cela m’est impossible. C’est une autre forme d’amour, sûrement que dans mes conquêtes passées, les hommes de ma vie je ne les aimais pas entièrement, véritablement. Mais alors que tout pourrait être si simple, d’être avec Harm, alors qu’il le souhaite lui aussi, alors que nous nous sommes ouvert l’un à l’autre, pourquoi me sens-je toujours prise au piège de ma relation avec Cristi, comme si je lui devais de m’investir pour arranger les choses. Je pense que c’est plus cela que je n’arrive pas à comprendre. Juste mettre cela dans la partie expérience, et me retourner vers Harm comme je l’ai toujours souhaité dans ma vie. Cela ne serait-il pas plus simple pour tout le monde ?!

Je me sens perdue, dépassée par les évènements…

Enfin, la nuit porte conseil paraît-il… voyons si cela s’avère être exacte…



Cabinet du Docteur Cristina Castello
Georgetown, DC
Quelques semaines plus tard


Durant tout ce temps, je ne suis pas arrivée à être parfaitement honnête avec moi-même. J’ai des questions auxquels je n’arrive pas à trouver réponses.

Durant tout ce temps, je n’ai pas revu Cristi.

Durant tout ce temps, j’ai évité Harm, et lui n’a pas cherché à me confronter.

Cette situation ne peut plus durer…

C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai décidé d’aller voir Cristi, pour qu’elle m’aide à y voir plus clair dans toute cette sombre histoire.

Le cabinet est vide, sûrement la fin de journée y est pour quelque chose. D’un côté je suis soulagée qu’il n’y ai personne pour ne pas que notre vie, s’il s’avère que nous haussions la voix, personne ne pourrait être témoin de cela.

Je suis devant sa porte, et je tape délicatement pour montrer présence. Elle répond de rentrer surprise de devoir être dérangée, alors qu’elle n’attendait personne, peut-être.

J’ouvre la porte doucement, et timidement je passe la tête. Elle était en train d’écrire quand son regard se pose sur moi, et qu’une étincelle jaillit avant d’être remplacé par un voile de tristesse.

-Je te dérange ? Demandais-je craintive.
-Non, entre. Fit-elle d’une voix qu’elle tentait de ne pas avoir tremblante.
-Il faut que nous parlions Cristina, cela ne peut plus durer, je n’arrive plus à diriger ma vie, à y vivre, sachant que des gens souffrent autour de moi, autant que moi.

Elle baisse la tête, je ne vais pas passer par quatre chemins, et c’est pour cela que le sujet est exposé aussi vite.

-Je… je suis perdue, je n’arrive plus à comprendre, raisonner… j’ai besoin que tu m’aides à y voir plus clair, à comprendre pourquoi je n’arrive pas à mettre un terme à toute cette histoire. Dis-je les yeux implorant.

Elle ne réagit pas, et tente par ce que je ressens à la faire parler.

-Cristina, s’il te plait, traite moi comme un de tes patients, aident moi à y trouver réponse.

Je suis en train de me tuer à la faire compréhensive, ou autre, t’en qu’elle me réponde !

-J’ai couché avec lui, et je n’en suis pas fière. Je me sens sale Cristi, alors que je sais que je ne devrais pas l’être. Je me sens fautive auprès de toi, je me sens coupable, alors que ce n’est que ce que tu m’as suggéré, ce que tu pensais être le mieux pour moi, mais pourquoi n’arrivais-je pas à raisonner comme cela !!

Mes yeux s’humidifient à son mutisme, et l’énervement commence à faire de plus en plus apparition.

-Répond-moi, dit quelque chose au moins, dis moi que tout ceci n’est pas grave, que tu m’aimes quand même, et que c’est ce que tu voulais pour moi, que je ne dois pas me sentir coupable de quoi que ce soit, qu’il est tout à fait normal que j’ai eu envie de mon meilleur ami, et d’en avoir toujours envie, aussi bien que je t’aime et que j’ai envie de toi, et que j’ai besoin de toi…

Son regard toujours porté sur ses doigts qui se chamaille nerveusement.

-Dis quelque chose bon sang !!! Capitulais-je presque en tombant les bras.
-Je m’en vais Sarah. Je repars à Richmond pour quelque temps.
-Tu… tu quoi ?!
-Je pars…
-Tu m’abandonnes ?! Fis-je la voix pleine de larmes et d’incompréhension.
-J’ai besoin de prendre du recul…
-Est-ce une manière de nous dire que c’est finit ?!

Je tente de faire barrage à mes pleures, et d’avoir peut-être réponse à mes questions.

-Je ne sais pas, il faut que j’y réfléchisse… c’est pour cela que je pars…

Une réplique à lui sortir me tiraille. En l’espace d’une seconde, j’essaye de peser le pour et le contre. Attendre que celle-ci revienne avec une décision, ou dois-je la prendre maintenant pour nous deux… C’est plus fort que moi, de me sentir délaissé alors que je ne demandais que de l’aide, et retrouver notre complicité d’antan, je me retrouve en position de n’être que la fauteuse de trouble, et je ne supporte pas cela !

-Je vais faciliter ta fuite.

Elle pose son regard sur moi, tandis que je hasarde les yeux au plafond, à essayer de surmonter à l’instant cette situation.

-Nous n’avons fait que nous disputer, et nous séparer pour mieux nous retrouver. Mais je ne pense pas que ceci soit bien sain pour nous deux. Alors je vais t’aider à te sentir mieux Cristi…

Elle replonge son visage vers les bas fond, prête à entendre la sentence.

-C’est… finit… fis-je en pleurant sans pouvoir y aller contre.

Elle ferme les paupières fortement pour s’empêcher de paraître son mal. J’ai tout aussi mal de cette décision dont je ne suis pas en accord.

-Ne crois pas que je ne t’ai jamais aimée, puisque je t’aime encore, et que… je ne conçois pas de ne plus être amoureuse de toi dans un futur présent…
-Je t’aime aussi. Fit-elle d’une voix à peine audible.

Je réalise que nous pouvons peut-être arranger les choses maintenant que nous nous sommes ouverte un peu plus.

-Alors pourquoi réagir de la sorte ?!
-Tu crois que c’est facile pour moi ! Dit-elle en haussant le ton.
-Je n’ai jamais dit que ça devait l’être pour nous deux. Expliquais-je.
-Tu as couché avec lui.
-Tu m’as littéralement jeté dans ses bras.
-Ce n’est pas volontairement ce que je voulais…
-Comment aurais-je pu le savoir Cristi !!
-Je sais… mais j’espérais que mes doutes ne soient pas fondés…
-Tu me… testais ?!
-Je ne sais pas ce que je faisais, je suis désolée…
-Es-tu allé voir ailleurs durant tout ceci ?!

Son regard porte la faute, et mon cœur rate un battement.

-Tu as eu ce que tu voulais en fin de compte. J’espère que tu as pris plaisir avec un homme !!

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 11 Mai - 21:13

Je pivote sur moi de rage, et me dirige vers la porte afin de partir de cet endroit clos qui me donne la nausée. Avant que je ne puisse disparaître, elle reprend.

-C’est ça le problème, je n’ai pris aucun plaisir… Résigne t-elle à dire. Je… je n’ai fait penser qu’à toi, durant tout le moment que cela à duré…

Des images me viennent sans que je ne le demande. Une larme s’échoue sur ma joue sans que je ne le veuille.

-Je pensais que j’allais pouvoir être clair avec moi-même, mais il se trouve que non Sarah. Je n’ai pas ressenti les mêmes sensations que quand nous faisions l’amour, le même bien-être, parfaitement heureuse et en accord avec moi même… j’ai réalisé que je t’aimais peut-être plus que je ne le pensais, et que tu me manques terriblement. Tes mains, ton corps, tes baisers, tout cela me manque aussi bien que ta joie de vivre, tes sourires, ton rire au creux de mon oreille. Ta proximité dans le lit, quand tu te rapproches de moi quand tu as froid, quand tu me prends dans tes bras pour me montrer que tu es là pour moi, notre amour, notre complicité, notre simplicité, nos rires… me manquent… Et cela me fait encore plus mal, car maintenant tu n’es plus là…

Ses yeux semblent meurtris de toute cette histoire. Je suis tellement soulagée d’entendre ces paroles, comme un poids qui s’efface peu à peu, et me sens plus légère, et rassurée, car malgré tout, je ressens la même chose. Et je réalise que c’est pour tout ce qu’elle vient de me dire, que je me torture l’esprit à devoir m’investir dans notre relation, et tenter de trouver la bonne solution pour nous deux, et puis Harm…

-Cristi… Fis-je en m’approchant d’elle.
-Non Sarah… Reprit-elle en reculant d’un pas et par automatisme se protège le visage.
-Je ne comprends pas, qu’est c’qu’il y a ?!
-C’est pour tout cela que je pars Sarah, comprends-tu que je n’ai jamais ressenti ce que je ressens pour toi, pour un homme. Je suis aussi perdue que toi, je n’arrive pas à comprendre pourquoi cela m’arrive à moi. Je ne me plains pas, je veux juste savoir pourquoi !!
-Cristi… Réitèrais-je.
-Sarah, s’il te plait…

Je n’écoute pas sa réticence, et me trouve à quelques centimètres d’elle. Ma main se pose avec douceur sur sa joue, et elle se laisse aller à cette tendresse en se donnant à cette caresse. Mon autre main vient essuyer ses larmes, et j’ai mal au cœur à ce que nous souffrions toutes les deux.

Je me penche vers elle, et avec délicatesse, nos lèvres se frôlent, pour venir s’embrasser avec souffle. Nous n’arrivons à tenir plus longtemps nos pleurs, et nous nous embrassons les larmes inondant nos visages.

Nos corps se rapprochent, et s’effleurent.

-Je t’aime tellement Sarah… si tu savais…
-Je sais mon cœur…

Nos fronts se soutiennent, nos visages sont choyés par nos mains, et nos bras s’entrecroisent. Les anges volent parmi nous, nous soupires emplissent le bureau.

-Aide-moi Cristi… j’ai besoin que tu m’aides à y voir tout clair… Suppliais-je.
-Je ne pense pas pouvoir…
-Si, tu peux… montre-moi juste ce qu’il faut que je fasse, car je suis perdue…
-Non, Sarah… j’ai fait beaucoup trop d’erreurs avec toi, et voilà où cela nous a mené. Tu dois faire la part des choses par toi-même, sans que je ne vienne t’orienter vers une décision…
-Pourquoi… je te le demande cette fois-ci… guide-moi, j’ai besoin que tu m’aides à trouver mon chemin…
-Je ne dois pas… cette fois-ci tout repose sur toi. Je sais que ce ne va pas être facile, et que je serais là simplement pour t’aider à surmonter, mais non trouver ton chemin… Mais sache qu’importe ta décision, je la respecterais, la comprendrais, et que je ne t’en voudrais jamais…
-Tu dis cela comme si tu savais déjà ce qu’il va se passer.
-Non, je ne sais pas quelle sera ta décision, mais je voudrais juste que tu saches que je n’en tiendrais pas rigueur. Sourit-elle pour me rassurer.
-Je ne pensais pas tout ce que je te disais l’autre soir… Fermais-je les yeux pour apprécier sa proximité.
-Moi non plus Sarah, jamais je ne voudrais te faire du mal…
-Je t’aime aussi… Admis-je.

Je me saisis d’une de ses mains, que je garde posée tout contre mon cœur.

-J’ai envie de toi… Soupirais-je.
-Moi aussi… mais ce ne serait pas la meilleure chose à faire. Cela n’arrangerait rien. Sourit-elle timidement.
-Je sais…

Un silence s’installe, le genre qui ne fait pas évoluer les choses.

-Il faut que tu ailles voir Harm maintenant, et que tu mettes les choses au clair avec lui, sinon cette situation va te tuer à petit feu.
-Pourquoi ne puis-je pas faire l’amour avec mon meilleur ami pour être enceinte, et être avec toi… mais je vois qu’il y a un problème dans cette équation ? Demandais-je en faisant un pas en arrière.
-Toi seule peut le savoir Sarah. Mets ton esprit au repos et poses toi les bonnes questions, sans te mentir ! Laisse juste parler ton cœur, et écoute ce qu’il a à te dire…
-Je crois que j’ai peur de ce que je pourrais entendre.
-Mais ce ne sera que comme ça que tu retrouveras ta sérénité Sarah.
-Mais si je retourne le voir et que… Finis-je gênée.
-Fais ce que tu crois le mieux pour toi ! Arrête de remettre en cause ce que les personnes peuvent ressentir. Il y aura un malheureux dans l’histoire malgré tout, et toi, tu t’arranges à ce qu’il n’y en ai aucun, alors que c’est impossible !
-Je suis désolée… Capitulais-je.
-Ne le sois pas Sarah.

Elle pose ses mains sur mes épaules, et je sens un souffle me revenir.

-Tu es une personne merveilleuse Cristi, tu ne mérites pas tout cela.
-Ne t’en fais pas pour moi, je savais à quoi m’attendre, rassures-toi, pense un peu à toi maintenant, ok ?!

J’opine simplement de la tête, et essuie la larme furtive venue s’échapper.

-Tu t’en vas quand même ?!
-Oui, cela sera mieux pour tout le monde de prendre un peu de recul. Tu as mon numéro de téléphone, tu pourras me joindre.

Je réitère mon geste, et la prend dans mes bras.

-Merci. Soufflais-je contre son oreille.
-De rien, mais je n’ai rien fait. Sourit-elle.
-Si, tu as su me rassurer bien que je sais que tout n’est pas terminé, mais j’ai l’espoir qui revient peu à peu.

Elle ferme les yeux brièvement, comprenant ce que je voulais dire.

-Tu sais ce qu’il te reste à faire !
-Je lui dois des explications. Admis-je en parlant de Harm.
-Sage décision. Mais promets moi quelque chose Sarah.
-Hm, quoi ?!
-Tente ta chance avec lui, je sais que tu ne serais vivre avec des regrets.
-Mais, tout à l’heure tu me disais… Fis-je perdue.
-Je sais ce que je t’ai dis, mais je pense que tu as besoin d’un réel coup de pousse car te connaissant, tu ne vas pas écouter ce que tu dois faire.
-Tu as sans doute raison, c’est peut-être pour cela que je semble si réticente.
-Certainement.

J’expire comprenant les doutes qui m’assaillaient.

-Je ne comprends pas, repris-je doucement, tu devrais pourtant m’interdire d’aller le voir, ou te battre...
-Je sais, mais cela ne servirait qu’à instaurer une incertitude encore plus pressante et nous ferions que tourner en rond. Je trouve qu’il est logique que je me retire de la course, et que je te laisse tranquillement choisir par toi même. Je ne sais pas comment t’expliquer, mais j’ai plus l’impression d’avoir pénétrer dans votre univers, que lui dans le notre. Alors, je sais qu’il y a des concessions à faire.
-Je ne peux pas croire que tu fasses parti de ma vie, j’avais tellement besoin d’une personne comme toi, qui me comprenne alors que je n’arrive pas à m’avouer moi-même l’inavouable.
-Disons que j’ai pu connaître cela, et je sais par quoi tu peux passer, alors au lieu de te blâmer, je préfère te soutenir, comme une amie pourrait tout aussi bien le faire.
-Une amie…
-Nous avons été amies puis amantes, mais sache que je serais là malgré tout ! Je ne vais pas te juger pour ce quoi ton cœur bat Sarah depuis toujours.

J’inspire profondément, et réfléchis à ce que Cristi me dit.

-Je t’appellerais pour te tenir au courant. Souris-je timidement.
-J’attendrais ton appel. Accepte t-elle.
-Merci encore Cristi, tu ne veux pas le croire, mais tu m’apportes beaucoup, et jamais je ne t’oublierais.
-Moi non plus Sarah, tu as été la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée.
-Toi aussi. Fis-je en appuyant mon front contre le sien. Je vais allée le voir… ne plus réfléchir mais agir !
-Sache que je t’encourage.

Nous sourions pour montrer que plus aucune ambiguïté n’est présente.

-Je peux t’embrasser ou il serait déconseillé ?!
-Je pense que nous pouvons nous y risquer. Plaisante t-elle.

Je souris, et tandis que le sérieux me revient, je l’embrasse délicatement certainement pour une dernière fois.

-Tu vas me manquer. Soupirais-je.
-Toi aussi. Fit-elle de même.
-Prends bien soin de toi.
-Toi aussi Sarah.

Nous nous étreignons et nous séparons sur une pensée plus soulagée.

-Je vais te laisser rentrer tranquille. A bientôt j’espère…
- A bientôt. Fit-elle d’un regard compatissant à ce qui m’attendait.

Je sors du bâtiment, et respire à pleins poumons, sentant mon esprit s’éclaircir peu à peu.

Cristi est vraiment une personne unique et incroyable. Elle a compris ce qui se tramait avec Harm et moi. Et à la différence des autres hommes qui ont pu me fréquenter alors que je connaissais déjà Harm, n’ont jamais réellement compris le lien qui nous unissait. Seule Cristi l’a fait et je l’ai sans doute certainement aider dans sa décision. Quand nous étions que des amies, je lui ai raconté l’histoire de ma vie, avec Harm, et donc il lui a été sûrement plus facile de comprendre et de s’écarter comme elle le fait, et je ne peux que l’en remercier. Cela facilitera incontestablement mon choix.

Maintenant, il faut que j’aille voir Harm, et nous laisser une chance d’être ensemble, de fonder une famille, d’avoir un avenir en commun, main dans la main…

Elle sera toujours là pour moi, c’est ce dont j’avais besoin d’entendre. Une personne qui ne me juge pas, qui comprenne mes choix, même si cela doit la faire souffrir. Je souffre aussi, de l’avoir entraîné dans la spirale de ma vie quelque peu chaotique. Je m’en veux terriblement pour cela, mais je sais qu’elle ne s’effacera jamais de ma mémoire aussi bien que de mon cœur, où elle y tient une place importante. Elle a su me faire découvrir autrement, me faire m’aimer d’une autre manière… j’ai aimé la personne que j’étais à ses côtés, et j’espère le rester…



A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Jeu 11 Mai - 21:42

Ah ben j'ai pas de mots ...

Enfin si toujours le même J'ADORE

Merci Finou

J'ai hâte de voir commen Sarah va agir avec Harm !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 12 Mai - 1:49

Rho Mici Mr.Red Laughing Bah voilà la réponse Razz

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Appartement de Harmon Rabb Jr
Nord de Washington, DC
En début de soirée


Je suis venue directement chez Harm après ma mise au point avec Cristi. Je ne sais pas s’il se trouve avec une autre femme, ou Alicia, ou tout simplement Mattie, moins présente dans sa vie maintenant que les liens avec son père se sont reformés. Peut-être est-il malheureux avec cela, et je n’arrange rien ! Enfin, je sais qu’il est content pour celle-ci, qu’il a pu considérer comme sa propre fille dans un passé, et sûrement toujours actuellement, même s’il n’ose l’avouer.

Enfin, je suis prête… enfin je crois… mais je ne dois pas avoir déjà cette réticence !

Agir et ne plus réfléchir ai-je dis à Cristi, et pour elle, et notre sacrifice à toutes les deux, je vais m’en tenir !

Les coups sur la porte résonnent dans ma tête, une soudaine chaleur m’étouffant presque me cloue sur place.

La porte s’ouvre…sur lui dans une élégante chemise.

Il me regarde interdis, et je ne sais plus si j’ai bien fait de venir en fin de compte. Mais non ! Il faut que je me jette à l’eau, pour le bien de nous tous.

-Bonsoir. Commençais-je.

Il ne répond pas tout de suite, et je réalise que je ne m’étais jamais imaginé cela ainsi.

-Je te dérange ?! Demandais-je implorant le contraire.
-Ouai. Réagit-il enfin.

Son ton n’a pas l’effet de me rassurer pour autant.

-Je suis désolée, j’aurais du téléphoner avant.
-Tu voulais quelque chose ? Reprit-il aussitôt.

La froideur dans sa voix me glace sur place. Je me sens blessée par ce refus t’obtempérer.

-Seulement te parler. Répondis-je sans laisser paraître mon trouble.
-De quoi ?! Fit-il semi-agacé, semi-intéressé.
-De nous…

Ma voix se perd dans un murmure, en baissant mon regard ainsi que mon visage.

-Depuis quand y a-t-il un « nous » ?! S’emporte t-il presque.

J’encaisse sans réagir pour autant, ne préférant ne pas le confronter alors qu’il est dans cet état.

-Je…

Je ne sais absolument pas quoi répondre. Depuis quand existe t-il réellement un « nous ». depuis le début de notre partenariat, depuis que nous avons mis les choses au clair, depuis que nous sommes plus que des amis, depuis que nous avons fait l’amour ensemble…

J’ai envie de m’excuser comme il peut si bien le faire quand il ne sait quoi répondre d’autre. Mais je sais que cela ne sert évidemment à rien.

-Je n’aurais pas du venir…

Je pivote sans attendre qu’il me dise autre chose, bien que j’espère qu’il me retienne et se désole de son comportement. Mais non, il ne dit rien, seulement je sens son regard perçant et inquisiteur se poser sur moi.

Mon regard s’abaisse sur mes mains qui s’entrecroisent avec énervement, et gêne. J’hésite de prendre les escaliers ou l’ascenseur. Mais après le coup psychologique que je viens d’avoir, il est préférable pour moi que je limite les efforts. Il suffirait que je ne me retourne jamais, et le tour est joué. Car le pire qu’il puisse être, est son regard de méprit encré en moi.

J’ai appuyé sur le bouton et celui-ci met une éternité à venir. Je sens les larmes monter, et je n’ai toujours pas entendu la porte se fermer. Me regarde t-il toujours ?! Que la curiosité fait rage en moi, mais il ne faut pas que je cède, non… cela serait lui donner l’importance qu’il ne mérite plus de ma part.

Le sol amovible apparaît à la hauteur de mes pieds, j’ouvre les portes métalliques, et fais comme je me suis ordonnée de faire : surtout ne jamais se retourner !

Plus facile à dire qu’à faire quand l’envie peut prendre le dessus. Mais il faut que je referme les portes derrières moi, point auxquels je n’avait même pas pensé, et puis évidemment il a fallut qu’il y ai dans son foutu immeuble, des portes qui se ferment manuellement !

Allée, courage marines, car je sais que peut-être la femme a pris plus place sur le militaire en moi, mais il ne se trouve jamais loin. Faire disparaître ce voile de tristesse, et n’avoir que de l’indifférence à son égard, du moins tenter…

Je l’aperçois appuyé sur le chambranle de sa porte, la bouche collée à sa main sur celle-ci.

Ma respiration se coupe instantanément. Je n’aime pas le regard qu’il porte sur moi, fier de lui, de ses positions, et par l’ascenseur qui descend, il me regarde de haut, plus qu’il ne le devrait. Malheureusement, j’ai baissé les yeux avant d’avoir complètement disparue de sa vue. Un tord, lourd en conséquence, une façon de capituler devant sa droiture et son pouvoir qu’il peut avoir sur moi dans ce genre de situation quand il se trouve distant et dédaigneux.

L’air dans mes poumons est recraché sans relâche. Une pression en moins vient de s’effacer. J’ai peut-être effectué le plus dur pour le moment. J’aurais toute la nuit maintenant pour me forger un caractère aussi fort pour pouvoir l’affronter, sûrement pas de front, mais déjà rien que sa présence dans les locaux du JAG.

Malgré tout, une peine terrible m’envahit. Il a encore réussi à me faire souffrir. J’ai mis en suspend une relation avec une personne qui tenait beaucoup pour moi, bien plus que tout ces idiots pour lesquels j’étais éprise, et il a recommencé sa bataille en retraite, me laissant encore et toujours blessée, le cœur mutilé, et inexorablement seule.

Oh, je ne vais pas lui en vouloir après tout, je n’ai que ce que je mérite. Je n’ai pas su être parfaitement honnête avec lui, et me suis comportée comme une… non, non, non, jamais je ne me verrais comme telle. Je suis dans une phase où différents sentiments s’entrechoquent en moi, sans savoir d’où ils proviennent. Je n’ai pas été certainement agréable avec lui, mais j’espère qu’il comprendra que rien n’est de sa faute, et que je suis sincèrement désolée du mal que j’ai pu lui faire…

Enfin, je ne pense pas qu’il le sera un jour, surtout s’il opère de cette manière, et continue d’avoir un comportement tel que celui auquel j’ai du avoir à faire !



Voiture de Sarah Mackenzie

Je ne trouve pas le courage de partir. Je suis toujours en bas de l’immeuble de Harm, et je me sens de plus en plus désarçonnée. Mes mains commencent à trembler alors que je les lève et m’agrippe le plus fort possible à mon volant espérant que cela cesse.

Je commence à suffoquer, à ne plus pouvoir retenir les larmes qui m’étranglent. Une seule personne traverse mon esprit, et mon besoin d’elle se fait de plus en plus pressante.

Je tente de contrôler mes réactions pour avoir une voix naturelle quand je me saisis de mon téléphone.

Je fais le raccourci du numéro de Cristi, et j’espère qu’elle répondra. La tonalité se fait, ça sonne… quand cela décroche.

-Allo ?!
-Cristi, c’est moi… Fis-je faiblement malgré moi.
-Sarah ?!

Je ne réponds pas et par mon silence elle comprend que c’est moi.

-Qu’est c’qu’il y a ?!

Je n’arrive pas à sortir les mots, prisonniers de mes pleures aussitôt apparu à l’échos de Cristi.

-Sarah, réponds-moi, qu’est c’qu’il ne va pas ?! Fit-elle de plus en plus inquiète.
-Il m’a rejeté Cristi… Dis-je simplement.

J’entend un léger soupire peiné de se qu’il m’arrive.

-Tu es chez toi ?
-Non, dans la voiture…
-Sarah, ne fais pas de bêtises !
-Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas au bord d’une falaise… Ris-je à peine. De toute façon, il y en a même pas de falaises à Washington. Continuais-je sur un ton faussement boudeur.

Elle libère un souffle d’apaisement.

-Je suis en bas de chez lui, je n’ai pas su repartir encore.
-Que comptes-tu faire ?
-Je ne sais pas… j’avais besoin d’entendre ta voix… je ne te dérange pas au moins ! Réalise-je aussitôt.
-Non, tu sais très bien que tu ne me dérangeras jamais Sarah.

Je souris intérieurement, et suis, en quelques sortes, touchée par ses paroles, bien que je le savais déjà, mais les entendre encore, me soulage peu à peu.

-Tu…tu es déjà partie ?!
-Non.
-Tu es toujours chez toi ?!
-Oui.
-Je peux venir, je n’en ai pas pour longtemps. Repris-je avec un soudain espoir.
-Sarah… Fit-elle désolée.
-S’il te plait… Suppliais-je.
-Je ne pense pas que ce soit la meilleure chose à faire. Dis-moi plutôt ce qui s’est passé.
-C’est simple, il n’a pas voulu me parler, je lui ai dis que j’étais là pour lui parler de nous deux, et il n’a même pas paru intéressé par ce que je voulais lui dire !
-C’est un peu normal qu’il t’ai repoussé Sarah, laisse lui le temps d’encaisser le coup. Et tu verras, il reviendra à toi.
-Comment peux-tu être sûre de cela ?! Fis-je presque comme un reproche.
-Parce que je le sais, tout simplement. A un moment où il ne s’attendait pas, tu es arrivée et tu lui as en quelque sorte avoué que tu étais prête, laisse lui juste le temps de lui permettre de se retourner, et qu’il y voit clair lui aussi de son côté, dans son esprit.
-Tu as peut-être raison. Me résous-je à penser.
-Bien, tu es sûre que ça va aller maintenant.
-Oui, je pense.
-Tu vas rentrer chez toi ?
-Oui, où veux-tu que j’aille ?! Dis-je un peu durement à ses sous-entendus.
-Je ne sais pas, c’est pour cela que je te pose la question. Répond-elle dans un sourire que je peux entendre.
-Excuse-moi…
-Je comprends. Maintenant, rentre chez-toi Sarah, et repose toi. Tu auras l’esprit un peu plus clair quand tu te lèveras.
-Oui… merci Cristi.
-Sarah… Fit-elle de reproche gentiment.
-Si ! Tu as su être là quand j’ai eu besoin de toi alors que rien ne t’obligeait de continuer la conversation sachant de quoi il en retournait !

Je commence à m’emporter pour toute la tristesse que je m’emplois malgré moi, encore à faire. Elle inspire profondément, comprenant que je faisais plus un combat contre moi même que contre elle.

-Sois prudente quand tu rentres…
-Oui… soupirais-je.
-Bonne nuit Sarah.
-Bonne nuit Cristi.

Je ferme les yeux, et fait glisser mon téléphone de mon oreille. J’inspire profondément à mon tour pour me donner le courage d’affronter tout cela. L’appel passé à Cristi a réussi à me faire du bien, bien qu’une partie de moi, est totalement effondrée.

Les jours à venir seront décisifs et déterminant à mon futur qu’il se fasse avec ou sans Harm.


A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 12 Mai - 3:51

Alors j'allais allée rejoindre Morphée quand j'ai vu que j'avais un message du forum, et quest ce que je vois une suite de Finou !!!

Wouahhh mais c'est .

Merci mille fois Finou.

PS: J'adore toujours autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 12 Mai - 14:23

Chu enfin de retour et outin tout ce que j'ai loupé !!!

Bon alors ma choutte moi chu toujours autant fan, je love de trop ta fic elle est excellente!!!

Merkiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Ven 12 Mai - 14:24

Ma tite choukine, je sais que je vais *encore* me répéter mais cette fic, c'est un pur bonheur! Je sais qe tu as peiné pour certaines réactions, que tu as pris ton temps pour l'écrire et que je l'ai lue en cours d'écriture,mais c'était un véritable boneur à chque fois que de lire les quelques lignes suivantes! et j'avais toujours et encore envie d'avoir une suite le plus rapidement possible!
J'aime voir Sarah dans cet état et voir que les choix que nous faisons ne sont pas toujours ceux que nous aurions pu faire, quelques années auparavant!

Merci ma choup de nous avoir écrit une fois de plus un petit bijou, michi michi

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 13 Mai - 3:22

Outin mici bcp di bcp poutin Sad & mici mes choup's pour m'avoir encouragées, soutenues, supportées dans l'écriture de la fic, où clair trop peinée sur certaines choses MDR Vous adore di troooooooooooooooop gros mouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuah
Alors les prochaines parties sont lgues alors j'ai essayé de couper le mieux que je pouvais, en gardant cette fois, une touche de sadisme Twisted Evil Wink

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

Appartement de Sarah Mackenzie
Georgetown, DC
Un mois & demi plus tard


Cela surprendrait-il de dire que je suis chez moi à me morfondre d’aucun changement dans ma vie en ce qui concerne le sentimental.

Harm n’est pas venu me voir, ne m’a plus adressé un seul regard même pendant nos relations autres que professionnelles. Oh, il fut bien obligé de me parler mais sans une intention d’aborder un quelconque sujet qui ne soit pas en référence avec nos enquêtes en partenariat, comme au bon vieux temps.

J’ai écouté Cristi, j’ai repris espoir sur ce qu’elle m’a dit, pour en arriver où ?! Au même point…

Je n’ose même plus aller vers elle, je ne pense pas que ce soit la meilleure chose à faire. Je dois la laisser vivre sa vie à présent, je n’ai pas le droit, quand la mienne ne se déroule pas selon ma volonté, aller importuner la sienne.

Les choix ont été faits et ce n’étaient pas encore les bons !

J’ai alors décidé de vivre pour moi. De ne plus être enchaînée, et devoir à présent avancer.

Oh, bien sûr, je ne suis pas enceinte. Cela aurait été trop beau du premier coup, mais il ne faut pas se voiler la face, jamais je ne serais mère, un point c’est tout !

L’ironie de tout cela, c’est que je me retrouve dans les mêmes conditions que des mois auparavant, celles après la mort de Webb, l’annonce de mon endométriose, et la soirée de l’Amiral.

A l’instar de tout ceci, je me sens encore plus mal dans ma peau, l’envie de vivre s’éteint à petit feu, je suis encore plus atteinte à l’espoir minime que j’avais au plus profond de moi de pouvoir un jour procréer et que je laissais cacher pour ne pas tomber plus bas que je pensais humainement possible, et par dessus tout, je n’ai plus mon meilleur ami pour me soutenir.

N’est c’pas étrange comme le même schéma évolue, sauf que celui là, il me sera difficile de remonter la pente.

J’aime une personne plus que je ne pensais pouvoir aimer dans ma vie, surtout l’amour que je porte est pour une femme qui ne fait plus partie de ma vie…

J’en viens parfois à me haïr à encore éprouver quoique ce soit pour la vie. De ressentir une peine terrible quand je jette un œil sur mon passé vraiment catastrophique. Dois-je vraiment en vouloir à quelqu’un… je suis seule fautive de tout ce drame ! Je suis tout simplement mon pire ennemie…

Je ne vis plus, survivre encore moins, je laisse ce cœur vide battre sans effort, justement parce qu’il n’en a pas besoin…

Enfin, ce n’est pas à me lamentant sur mon sort que je compte diriger ma vie comme je l’entends.

Je suis en train de me préparer pour sortir. Certain soir, je m’octrois le plaisir de m’évader de cette routine sans fin. Je ne m’habille ni provocante, ni comme une personne ayant perdu tout estime de soi, tout du moins, je ne le fais pas paraître. Je fais de même avant que je ne rencontre Cristi dans ce bar.

Une dernière touche de maquillage, et je me dirige vers la porte. J’éteins la lumière, et prends mes clés en main afin de pouvoir la verrouiller.

J’ouvre le rempart vers ma pseudo liberté quand une grande silhouette m’empêche d’avancer. Je lève le regard aussi haut que l’ombre s’impose, et je tombe donc nez à nez avec Harm.

A suivre

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 13 Mai - 3:28

Ah ben ça pour du Sadisme c'est du Sadisme !!!

Mais où est donc Cristi? ça fait plus d'un mois et demi quelles ne se sont pas vues ben je comprends dans quel etat peut etre Mac !!!

Merci Finou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
AnneSoMac
Connaissance de Catherine
Connaissance de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 996
Age : 30
Localisation : Avec Catherine Bell!! Merci ma Gazelle!
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 13 Mai - 4:06

Oh poutin tant de suites !!!!

Tin de tin de tin Mac di nammour qu'est toute perdue arf ça me !!!

C'est génial ma choutte!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 13 Mai - 13:07

Bah voui, c'est du sadisme mais bon qui ne sait pas maintenant que Finou est une vraie tite sadique!! mais le pire c'est qu'elle tend aussi à être maso .... Et tout ça à cause de....batman.....Je vous dis moua, faites attention à ce que vous regarder à la télé, ça peut marquer une vie à jms!!!

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gemmabell
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
Meilleur(e) Ami(e) de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 3116
Age : 29
Localisation : 29
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   Sam 13 Mai - 16:52

AAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH NOONNNNNN ah c'est clair alors là plus sadique tu meurs non je déconne mais sadique quand même !!!!

Hey oui j'ai enfin lu lol, bon j'ai vraiment flippé quand me suis dit que Mac aimait plus vraiment Harm comme avant qu'il était plus le seul, l'unique mais je dois dire que c'est passé lol, ba vi lol pardon

Mais j'adoreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee en plus elles sont trop toutes les 2 et ya des moments qui m'ont fait pensé à un truc que j'ai vu (une personne me l'avait envoyé ) et me suis dit ayè elle va nous faire pareil avec Mac et Cristi j'aurai bien vu Mac en démonstratrice (ça se dit ça ???).

Mais maintenant Finou tu vas nous mettre la suiiiiiiiiiiiiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee teplait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macharm.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une femme avec une femme [NC-21 & 17 - Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bouton au profil de femme avec chignon - fin XIX / début XXème
» Femme (acrostiche)
» Femme fatale...
» Une femme avec le “Ainsi dit le Seigneur” dans la Bible
» gilet torsadé pour femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: