CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu'il se taise à jamais [Terminée-G]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Qu'il se taise à jamais [Terminée-G]   Ven 27 Juil - 15:20



_Qu'il se taise à jamais
_auteur: Morguy
_adresse e-mail:morguy1988@hotmail.fr
_Rating:G
_Catégorie:Destinée
_Personnages:tous les persos récurents de JAG
_Episodes: Mise au point, un mariage mouvementé, à la dérive
_Résumé: Le mariage de Mac si Harm n'avait pas fini dans l'Atlantique Rolling Eyes Wink
_Disclaimer:« La série JAG ne m'appartient pas. Elle est en la possession de DPB, Bellisarius Production, CBS et Paramount. Je ne fais qu'emprunter les personnages un petit moment, mais je promets de les rendre plus tard. Je ne touche aucune somme d'argent pour cette histoire. Ce n'est qu'un divertissement. »
_note de l'auteur: A vous qui me lisez...
Bonne lecture et laissez vos commentaires Wink

Qu'il se taise à jamais...


L’amour est une chose fragile qui a pourtant la plus grande influence sur notre vie. Par amour on peut tout faire, vivre, survivre, mourir…abandonner.
Par besoin d’amour on peut se perdre, perdre nos rêves, nos envies…oublier nos promesses, effacer notre futur, abandonner nos sourires.
L’amour est une chose fragile dont on ne voit pas toujours la force. Cette force tranquille qui un jour comme les autres devient l’unique et l’ultime arme pour combattre l’abandon et retrouver ses rêves…




Que faisait-elle ? Elle ne savait plus bien, elle pouvait presque jurer que ses pieds la conduisaient là où elle devait aller, tandis que son cœur bataillait tant bien que mal pour la guider là où elle voulait aller…Auprès de Lui

Il n’était toujours pas là, il l’avait appelée hier soir pour la prévenir, et le son de sa voix avait eu pour seul effet d’augmenter ses doutes et de tourmenter son âme un peu plus. Pourquoi faisait-elle ça ? Pourquoi s’était-elle jetée sur cette bague lancée un soir de tourment par Mickaël James Brumby ? Pourquoi ?...

Parce qu’avec lui il n’y avait pas de passé, pas de promesses, il n’y avait même pas cette amitié-amoureuse. Non il n’y avait même pas ça, l’homme qu’elle s’apprêtait à épouser ne la connaissait pas. Bien sûr il savait comment elle prenait son café, ou quelle était sa couleur préférée, mais il ne connaissait pas l’histoire de cette petite cicatrice qui se trouvait au-dessus de son genoux, ni même le surnom qu’elle avait donné à son institutrice de cours préparatoire.
Lui en rigolait, la taquinant lors de leurs diners, enfin quand ils dinaient encore ensemble, avant Mic, avant Renée, avant Pensacola…
Avant aujourd’hui, avant-hier…avant demain…

Une main sur son épaule vint la sortir de ses pensées, elle se retourna et tomba sur le doux sourire de Bud, en regardant dans ses yeux, elle su qu’elle était démasquée. Qu’importe, une tromperie à toujours sa part de complices et ce qui allait se jouer était assurément une tromperie.
Sans un mot il lui ouvrit ses bras, elle y plongea, cet homme qu’elle considérait si ce n’était comme un frère du moins comme un de ses amis les plus chers, cet homme qu’elle avait vu grandir, se transformer en un grand frère protecteur et fier, un mari de plus en plus amoureux et un père merveilleux, cet homme par sa simple étreinte lui redonna le sourire. Si seulement il avait pu apparaître dans ses yeux.

« Vous savez contrairement à ce qu’à bien pu vous dire la brigade de choc des célibataires du Jag, se marier c’est avant tout vivre avec quelqu’un avec qui on puisse partager ses rêves… »
Elle s’écarta un peu du jeune homme et lui sourit doucement, se rappelant les paroles qu’elle lui avait dites la veille de son propre mariage. « Il ne reste plus que très peu de célibataires au Jag, Bud. » Voulant de ton son être revenir à cette époque, les rires, les taquineries et les situations étranges et impossibles dans lesquels ils se mettaient, cette époque de la grande famille…
« Peut-être que ce n’est pas ça l’important, il faut juste que vous sachiez avec qui vous voulez partager vos rêves… » Et puis il l’embrassa sur la joue avant de retourner vers la pièce où se changer l’homme dont il était le témoin. Il savait que ce qu’il venait de faire n’aurait pas dû être fait, en tout cas pas aujourd’hui, mais finalement peut-être que l’éternel romantisme de sa femme avait déteint sur lui.

Elle regarda longtemps la porte par laquelle sa conscience était partie, jusqu’à ce qu’apparaisse, un autre visage souriant, avec dans les yeux un éclat de malice et d’admiration. La malice s’atténua doucement alors qu’elle commençait à lire le regard de son amie.
« Je suis sûr qu’il va bien » Fit simplement une Harriet toujours souriante en serrant gentiment la main de sa meilleure amie. La jeune femme savait exactement à quoi pensait le Colonel, elle avait vu comment les deux partenaires s’étaient séparés, les mots qu’ils avaient échangé et cette même douleur qui perçait dans leurs yeux avant que les portes de l’ascenseur ne leur donne cet adieu qu’aucun d’eux n’était prêt à laisser échapper. Pas encore…

Elle se recula de quelques pas et regarda la gracieuse silhouette de la Marines. Un immense sourire apparut. « Vous êtes si…magnifique ». Mac sourit à son amie, sa gorge se serrant sous l’émotion, elle se retourna vers le miroir, s’observant. Elle aimait ce qu’elle voyait. Enfin sa vie prenait la bonne route, celle d’une vie stable, d’une famille en devenir et d’un amour partagé…ou presque.

« Est-ce que vous l’aimez »…

« Quoi ? » Demanda-t-elle en se retournant pour voir Chloé tout sourire, tenant dans les mains un panier où s’agglutinait une masse impressionnante de pétales de roses. « Je disais simplement que si Harm manque cette vision il va s’en vouloir pour le reste de sa vie » Rit la jeune fille en serrant sa grande sœur dans ses bras. « Tu es superbe » Continua-t-elle en la regardant de nouveau. Seulement elle remarqua que le drôle de sourire qui s’étirait sur les lèvres de la future mariée ne se reflétait pas dans ses yeux. Elle savait bien pourquoi mais ne dit rien, elle méritait d’être heureuse et de ce qu’elle avait pu voir ce Mic Brumby l’aimait, elle, elle apprendrait à l’aimer… Oui, elle apprendrait.

Et puis ce fut le grand moment, ce qui semblait être l’apogée de sa vie, dans quelques secondes elle serait Madame Brumby…Alors pourquoi sa mémoire repassait-elle en boucle les souvenirs qu’elle avait partagé avec Harm, toutes ces confidences partagées, tous ces rêves avoués, ces déchirures infligées, ces retours espérés…Cette promesse…

« Ne faites pas de promesses que vous ne tiendrez pas » « Ca ne m’est encore jamais arrivé »…

Et les larmes qui perlèrent aux coins de ses yeux, lui murmurèrent qu’il y avait un début à tout…Ici commençait la fin…

Alors elle le vit, tout d’abord de dos, discutant avec l’Amiral, il était là, fier et beau, habillé de son uniforme de cérémonie, elle pouvait deviner ses cheveux encore mouillés de la douche rapide qu’il avait dû prendre après son vol, espérant arriver à temps. Et voilà, il était là…
Elle se surprit à être un peu déçue. Que s’était-elle imaginée ? Lui arrivant au beau milieu de la cérémonie toujours en combinaison de vol, courant vers elle pour lui dire ces trois mots qui avaient fait tant de dégâts…Le jour de son départ, sur le Ferry, sous le porche de l’Amiral…
A quoi s’attendait-elle ? A s’enfuir avec lui sous les applaudissements de ses amis…
A quoi s’attendait-elle ?...

Il se retourna, elle sourit, ne pouvant faire autrement, sans un regard pour les personnes qui les entouraient, elle s’engouffra dans ses bras, instantanément il la serra, tandis que sa conscience lui disait que ce serait sûrement la dernière fois qu’il pourrait la tenir comme ça…Peut-être partageraient-ils une danse un peu plus tard…Peut-être…

« Vous êtes venu… » « Je tiens toujours mes promesses » et ils se serrèrent plus fort.
La musique commença, il la relâcha doucement, à regret, elle plongea une dernière fois ses yeux dans les siens, dans l’espoir de trouver ce qui ne pouvait être dit. Son cœur rata un battement quand elle y vit les trois mots, mais déjà elle partait ailleurs, vers l’autre, au bout de cette allée, elle partait…Il la regarda, ils se sourirent, et leurs cœurs perdirent la bataille…
Elle partait, ailleurs…au bout de cette allée.

Quand AJ lâcha son étreinte rassurante, la guidant vers son futur mari et l’embrassant sur la joue, elle chercha instinctivement son regard. Elle l’accrocha une seconde, peut-être deux. Elle referma ses yeux, seulement pour retrouver ses traits gracieux et son sourire enjôleur, seulement pour se perdre un peu plus dans des chemins tortueux qu’elle ne pouvait prendre…Plus maintenant, pas aujourd’hui…Jamais…

Et elle ne contrôla plus rien, les mots frappaient son cœur tandis que sa bouche se forçait à les répéter.
« De t’aimer, de te chérir, de te protéger… »

« Ne faites pas de promesse que vous ne tiendrez pas »
Toujours lui


Non, non elle ne devait pas le regarder, pas croire à ce qu’avaient dit ses yeux un peu plus tôt, elle avait rêvé, en désespoir de cause, apeurée par le pas qu’elle allait franchir, elle avait vu ce que jamais il ne pourrait lui dire…Plus maintenant, pas aujourd’hui, jamais…

Elle tremblait sous tous ces sourires, tous ces regards heureux et fiers, elle tremblait… Elle voulait ses bras autour d’elle, sa voix à son oreille, ses mains dans les siennes…
Elle voulait ce qu’elle n’aurait plus… Ce qu’elle n’avait jamais eu ou si peu…
Et puis il y eut cette lueur d’espoir au milieu du chaos.


« Si quelqu’un s’oppose à cet union qu’il parle maintenant ou qu’il se taise à jamais. »


Il se demandait encore pourquoi il lui avait promis une chose aussi insensée, une chose qui le déchirait autant…
Ses yeux ne pouvaient se poser sur l’autel, ils ne pouvaient soutenir cette vision d’elle, si resplendissante…simplement parfaite…pour un autre homme.
Lui n’avait plus sa chance.
Il avait croisé ses yeux, il y avait cru une dernière fois, après cette étreinte, après son regard presque suppliant il y avait cru, désormais il n’y croyait plus.
Elle venait de promettre de chérir, d’aimer cet homme.

« Je vous promets que quoiqu’il puisse arriver vous ne me perdrez jamais »
Si seulement…

Le sol de l’église avait cette drôle de couleur, usé par les centaines et centaines de fidèles qui un jour étaient venus se perdre dans cet endroit, pour y trouver du réconfort, une écoute quelle qu’elle soit, pour y chercher une âme envolée ou un simple refuge… Pourtant l’usure était éclairée par la douce lumière des cierges qui venaient éclabousser de leur lueur les murs sobres et imposants de l’ancienne bâtisse.
Les yeux rivés sur ce témoin intemporel de joie et de tristesse, il laissa sa mémoire refaire cette vie qu’il ne connaitrait plus, cette vie passée qui prenait fin aujourd’hui.
Plus maintenant, pas aujourd’hui, jamais.

Il sentit un regard insistant sur lui et releva doucement la tête, rencontrant les yeux clairs de la demoiselle d’honneur de sa meilleure amie.
Harriet le fixait comme si elle attendait quelque chose de lui…Mais quoi ? La machine était enclenchée, l’avenir de sa partenaire, de sa meilleure amie, de son impossible amante allait être prononcé et lui allait y assister impuissant et malheureux. Pourtant le regard perçant et bleuté du jeune lieutenant ne le quittait pas, il pouvait presque voit un sourire sur le coin de ses lèvres.
Mais un autre regard tout aussi bleu suivit le sien, celui d’un ancien Commando, là encore le Capitaine de Frégate aurait pu jurer qu’il y avait un sourire qui flottait sur le visage de son Commandant…Pourquoi ? Telle était là question qui hantait son regard.
Mais alors il la vit, cette étincelle, sa dernière chance, il la vit mais ne fut pas certain qu’il devait venir s’y brûler.

« Si quelqu’un s’oppose à cet union qu’il parle maintenant ou qu’il se taise à jamais. »


Ses yeux restèrent accrocher à ceux de son commandant exprimant quelque part une joie immense, une joie indicible parce que dans un certain sens elle allait blesser quelqu’un, elle allait faire du mal, mais elle était là, au fond de son cœur, il le fallait…elle devait savoir, alors elle pourrait faire son choix.

Sans en avoir conscience ses pieds prirent appui sur ce sol aux mille pleurs, aux innombrables rires, il ne sourit pas, laissant ça aux autres, simplement, naturellement il se leva, devenant un point singulier dans la foule compacte.
Se taire à jamais…C’était ce qu’il avait fait durant les cinq dernières années et ça l’avait mené ici, alors il n’avait plus rien à perdre…Puisque son « tout » allait lui être enlevé.

Tous les regards étaient tournés vers lui, celui inquiet, apeuré et légèrement haineux du marié. Celui plein d’incompréhension, d’espoir et d’envie de la mariée.
Un moment il resta sans rien dire, espérant que ses yeux puissent parler pour Lui, mais une chose lui donna le courage qu’il lui manquait. Là à quelques pas devant lui, deux nouvelles silhouettes s’étaient à leur tour dressées, attendant qu’il parle, se tournant vers lui avec ce sourire confiant avant de plonger leurs yeux dans ceux de la mariée, lui demandant pardon en lui assurant que tout était pour le mieux.
AJ Chegwidden et Chloé Madison se sourirent, tandis que quelque part dans leur esprit résonnait un « Il était tant… »
Oui, tout irait bien…

Et ils les crurent, l’un comme l’autre, ils y crurent, et dans le regard qu’ils partagèrent, passèrent toutes les missions, tous les diners, toutes les peurs, tous les rires et les larmes.
Dans ce regard passa leur vie. Leur vie à eux, ensemble, depuis cinq ans.

Il sourit, pour lui, pour elle, pour ce Nous dont il n’avait plus peur il sourit.
« Vous avez un homme qui vous aimera toujours »

Le silence, le soulagement, quelque part un « Oh… » surpris, un peu plus loin un petit rire nerveux, peut-être heureux.
Une larme, un battement de cœur qui s’arrête, un autre qui s’emballe et alors…
La voix étranglée par l’attente, le visage mouillé par la joie.

« Vous avez une femme qui vous aime »

Futur…

Fin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 27
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Qu'il se taise à jamais [Terminée-G]   Ven 27 Juil - 18:37

Elle était génial ta fic. BRAVO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qu'il se taise à jamais [Terminée-G]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamais terminé
» Téléphone allumé charge jamais terminé
» il est jamais trop tard - terminée
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» [Maricourt, Thierry] Ceux qui ne mentent jamais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: