CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 New York, New York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:44

Voila pour ceux qui ne l'aurai pas déja lu... Laughing

Chapitre 1 :


Salle des fêtes
Départ en retraite de l’Amiral
Samedi 26 juin 2004
21h30

La salle était plongée dans le noir, seul une faible lumière permettait de distinguer 3 chaises sur l’estrade. Celle-ci était disposée juste en face des tables à manger, installées pour les différents invités, réunis pour fêter le départ en retraite de l’Amiral AJ Chegwidden. Son départ avait attristé l’ensemble du staff, il était pour tout le monde un supérieur mais plus que tout un ami fidèle.

Les premières notes d’une musique retentirent dans la salle silencieuse… Tout le monde attendait avec impatience ce qui allait venir, et une personne en particulier. La pénombre laissa entrevoir trois personnes qui dirigeaient en rythme avec la musique vers les trois chaises, au centre le la scène.

Tout en avançant, ces trois mystérieuses personnes pestaient déjà d’avoir accepter un pari aussi fou, et plus que tout de l’avoir perdu.


Salle d’audience
Vendredi 18 juin 2004
16h30

Juge : l’accusé est reconnu coupable, il sera renvoyé de l’armée et condamné à une peine de prison à Leavenworth de 20 ans, dont 14 fermes… L’audience est levée…

Le condamné fut conduit par ses geôliers vers sa cellule en attendant son envoi pour la prison de Leavenworth, quant aux avocats des deux parties, ils se levèrent soulagé que ce procès touche enfin à sa fin.

Mac : Bien joué Harm, mais votre client était coupable, Bud et moi avions des arguments imparables.

Harm : Mac, le Lieutenant Harrison a été retrouvé sur les lieux du crime et l’arme à la main… Ce procès était joué avant même de commencer. Nous savons très bien pourquoi l’Amiral nous a mit sur cette affaire, c’est uniquement car il est le fils d’un Trois étoiles…

Bud : Harriet va être ravi que ce procès soit enfin fini… Que diriez vous de passer une soirée de détente avec Harriet et moi. Pourquoi pas ce samedi Mickey doit venir, je demanderai au Quartier Maître Coates si elle peut se libérer.

Mac : Cela me semble une excellente idée. Avec ce procès, je ne suis pas sortit de chez moi depuis des jours.

Harm : Je suis également partant. Pourquoi ne pas aller faire un bowling ?

Bud : Je pense que cela conviendra tout à fait à Harriet, monsieur.

Mac : Bon alors on dit demain soir ?

Harm : Parfait, on se retrouve là-bas Bud. Mac je passe vous prendre ?

Mac : Avec joie pilote… 19h et ne soyez pas en retard.

Sur ce Mac se rendit dans son bureau. Il était 17h et elle n’avait plus qu’une envie, que la journée se termine au plus vite pour pouvoir prendre un long bain. Il lui restait encore quelques dossiers à finir et elle pourrait enfin rejoindre son appartement.
Harm fit de même et s’attela à de nouveau dossier, quant à Bud, il se rendit auprès de sa femme pour lui faire part des projets du lendemain.

Harriet : Alors Bud, ce procès est clôturé ?

Bud : oui, et je dois dire que cela est plutôt une bonne chose. Pour oublier les semaines de travails pour se procès, j’ai proposé au Colonel et au Capitaine une petite soirée…

Harriet : C’est fabuleux, cela fait tellement longtemps que nous n’avons pas eu l’occasion de passer une soirée avec eux.

Bud : Il y aura également Mickey et je vais inviter le Quartier Maître Coates à se joindre…

Il n’eut le temps de finir sa phrase que Jen intervenait.

Coates : Vous vouliez me demander quelque chose, monsieur ?

Bud : Jen, vous tombez à pic. Cela vous dirait il une petite soirée au bowling ? Il y aura le Colonel, le Capitaine, Harriet et moi-même ainsi que mon petit frère.

Coates : Ce sera avec grand plaisir, monsieur.

Bud : Bon et bien dans ce cas à demain soir. Je vais de ce pas finir mes rapports et nous pourrons rentrer à la maison Harriet.

Bud laissa sa femme en compagnie de Jen et s’enferma dans son bureau.

Jen : Une soirée bowling en compagnie du Colonel et du Capitaine. Tout ceci va se finir par une compétition entre eux.

Harriet acquiesça, le sourire aux lèvres.

Harriet : j’en ai bien peur, le tout étant de ne pas se retrouver en plein milieu de leur petite bataille enfantine…

Jen : Nous verrons bien demain soir, madame.

Sur ce, chaque membre du staff se remit rapidement au travail…


Chapitre 2 :


Appartement de Sarah Mackenzie.
Samedi19 juin 2004
18h50

Mac était prête depuis déjà quelques minutes, le choix de sa tenue avait été rapide. Elle aurait bien aimé mettre une petite robe, histoire de faire tourner la tête à Harm, mais l’idée de devoir jouer dans une tenue si peu confortable, lui fit opter plutôt pour un jean, un petit pull avec un col en V, et la veste assortie à son jean.

Elle attendait l’arrivée de son partenaire, plongée dans ses pensées. Elle pensait au départ de l’Amiral et tout ce que cela allait changer dans la vie du JAG. Il lui manquerait énormément, il était devenu au fil des années un second père pour elle, il avait même failli devenir son amant.

Elle n’eut pas le temps de poursuivre sa réflexion, qu’elle entendit un coup frappé à la porte. Elle se leva et se dirigea vers la porte. Quand elle ouvrit, elle fut surprise de trouver Harm derrière.

Mac : Cela doit être la première fois en 8 ans que vous êtes en avance matelot !

Harm : Vous exagérez, Mac. A croire que je suis tout le temps en retard. Je vous rappelle que tout le monde ne possède pas une horloge interne aussi performante que la votre !

Mac : Vous reconnaissez la précision des Marines ?

Harm : Sûrement pas, Mac. Je reconnais juste, les performances de votre horloge interne. D’ailleurs nous devrions y aller si vous êtes prête, Jen nous attends dans la voiture.

Mac : Je vous suis, flyboy.

Le temps qu’elle verrouille la porte de son appartement, Mac rejoignit Harm dans l’ascenseur.

Harm : Alors, marines, un petit défi au bowling vous tente ?

Mac : Un marines est toujours près pour relever un défi, Harm. Nous ne sommes que de simple rampant, mais on ne recule pas devant les obstacles…

Harm : Je n’en doute pas, mais toute fois je vous rappelle que vous êtes la seule, parmi 5 calamars.

Il lui fit un sourire qui la fit fondre comme neige au soleil.

Mac : Je suis peut être la seule marine, mais j’ai de très bonnes alliées.

Harm : Vous voulez faire équipe avec Jen et Harriet. C’est perdu d’avance…

Mac : Vous pensez réellement que nous ne pouvons pas vous battre et bien préparez vous à perdre Capitaine.

Sur ce Mac sortit de l’ascenseur, quelques peu irritée par la remarque de son partenaire. Il ne les croyait pas capable de les battre, et bien elles allaient leur montrer de quoi elles étaient capables.

Le trajet jusqu’au bowling se fit dans le silence. Harm n’osait parler de peur d’énerver encore plus sa marine. Mac regardait défiler le paysage à l’extérieur, pour ne pas exploser. Quant à Jen, elle avait comprit au moment même où Mac était montée dans le VSU qu’il valait mieux se faire toute petite de peur de s’attirer elle aussi les foudres du Colonel.

Jen : Mais qu’a bien pu encore faire le Capitaine, pour que le Colonel soit aussi énervée. Ces deux la ne peuvent pas s’empêcher de jouer au chat et à la sourie. Sans cesse en train de s’envoyer des piques alors que l’amour qu’ils se portent est visible aux yeux de tous. Enfin, aux yeux de tous, sauf pour eux… J’ai compris la première fois que je les ai vu ensemble qu’il y avait entre eux, plus qu’une simple histoire d’amitié. Mais pourquoi ne le voient ils pas eux même ?

Une fois arrivé, ils se dirigèrent à l’intérieur et aperçurent leurs amis assis à une table. Sans plus attendre ils les rejoignirent. Harriet vit de suite la mine de Mac et se douta immédiatement que Harm était pour quelque chose dans sa monotonie. Aussi décida t elle d’intervenir pour que ses amis retrouvent le sourire et que tout le monde passe une agréable soirée.

Harriet : Bon alors prêts pour une petite partie ?

Mac : prête, je compte bien montrer au Capitaine que les femmes peuvent battre les hommes…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Dim 5 Juin - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:44

Chapitre 3 :


Bud : Vous voulez jouer les femmes contre les hommes. Cela va être facile.

Au regard noir que lui lança sa femme, Bud comprit de suite qu’il aurait mieux fait de se taire.

Harriet : Car tu doutes que nous puissions vous battre. Eh bien, Bud Roberts, vous allez voir ce que vous allez voir.

Mac : J’ai eu droit à la même remarque de la part de notre cher Capitaine. A croire que vous avez suivit des cours de machisme.

Harm : Voyons Mac, nous plaisantions.

Jen et Mickey préféraient rester à l’écart, ils avaient apprit en les côtoyant qu’ils valaient mieux les laisser régler leurs problèmes par eux même plutôt que de s’en mêler.

Mac : Eh bien messieurs puisque vous avez l’air si sur de vous pourquoi ne pas faire un petit pari.

Bud : Madame, vous n’êtes pas sérieuse ?

Mac : Bud, c’est Mac quand nous ne sommes pas au boulot. Et puis de quoi avez-vous peur, vous avez dit vous-même que cela allait être facile de nous battre. Vous auriez des doutes tout à coup, messieurs ?

Harm : Absolument pas… Et quel est l’enjeu de se pari.

Harriet : Pourquoi pas une perte de grade pour toute la semaine à suivre ?

Mac : Cela me va très bien.

Harm : J’aurai plutôt une autre idée ! Un sourire naissait au coin de ses lèvres.

Mac : Et quelle est cette idée ?

Harm : l’équipe perdante devra faire un petit spectacle lors de la soirée de l’Amiral.

Jen : Pardon, Monsieur ?

Harm : Vous auriez peur de perdre tout à coup ?

Mac : Pas du tout, nous relevons le défi et même mieux que cela nous allons vous battre.

Harriet : Je souhaiterais tout de même changer un peu le gage. L’équipe gagnante choisira la chanson du show de l’équipe perdante.

Bud : Harriet……

Mac : Cela me convient. Et vous Jen ?

Jen : Moiiiiiii. Mais je ne pensais pas que je faisais parti de se challenge.

Harm : Vous faites partit de l’équipe féminine, donc pas de refus. Il en va de même pour vous Mickey !

Mickey : Je ne sais pas si c’est une bonne idée.

Harm&Mac : C’est un ordre…

Mickey&Jen : A vos ordres.

Harriet : Bon nous sommes d’accord sur les closes du jeu. Alors nous pouvons commencer.

Bud : Très bien, allons chercher nos chaussures et nous pourrons commencer la partie.

Harm : On joue en deux manches gagnantes. Si à l’issue des deux premières, les équipes sont ex æquo, on fera une troisième déterminera le vainqueur.

Mickey : Très bien.

Nos deux équipes allèrent chercher leurs chaussures, et après s’être préparés et concertés, pour mettre au point l’ordre de passage des joueurs et un plan tactique, ils s’installèrent à côté d’une piste.

Harm : Honneur aux dames… Que la partie commence…


Chapitre 4 :


Salle de bowling
21h

Nos joyeux militaires entamaient la troisième partie. En effet, la première avait été gagnée par les hommes, d’ailleurs ceux-ci ne s’étaient pas gênés pour narguer les femmes de leur première victoire.

Harm : Vous devriez déjà songer à la chorégraphie que vous allez faire…

Mac : La partie n’est pas finie matelot. Vous avez gagné la première manche, pas la partie.

Remontées à bloc, Harriet, Jen et Mac s’étaient lancées à fond dans la deuxième manche qu’elles avaient gagnée sans contestation. Les messieurs qui pensaient la victoire acquise, commencèrent à entre apercevoir la volonté de tigresse des trois femmes qui étaient opposées à eux.

Harriet : Eh bien, Bud. Pourquoi fais tu cette tête… Tu as peur de devoir prendre des cours de danse pour samedi prochain ?

Jen : Ne vous inquiétez pas monsieur, il y aura le Capitaine avec vous, ainsi que votre frère… A trois, vous devriez y arriver.

L’équipe des femmes avait un sourire radieux. Ils avaient pensé qu’il leur serait facile de les battre, mais elles contaient bien leur mener la vie dure et même pourquoi pas gagner ce challenge.

Harm : Il me semble qu’il nous reste encore une manche…

Mac : En effet, alors allons y…

Les lancés se succédaient. Les scores étaient très serrés. Mais aucune des deux équipes ne voulait lâcher prise.

Mickey : Si nous faisions une petite pause, histoire de faire durer encore un peu le suspens.

Harriet : C’est une excellente idée Mickey. Viens me donner un coup de main. Vous prendrez quoi ?

Mac : Un soda pour moi.

Harm : Pareil pour moi.

Jen : Moi aussi.

Mickey : Bon on va faire au plus simple, soda pour tout le monde.

Les deux serveurs improvisés revinrent avec les six sodas. Ils les déposèrent sur la table et s’installèrent auprès de leurs amis.

Harriet : Alors vous avez parlé de quoi pendant notre absence ?

Mac : Harm et Bud étaient en train d’exposer leurs idées sur le show que nous allions devoir faire si nous perdons…

Mickey : Eh bien moi je préfère ne pas savoir avant de connaître l’équipe gagnante. Le mystère reste entier comme cela.

Jen : Je suis tout à fait d’accord. L’équipe perdante aura la surprise sur la chorégraphie à réaliser une fois la partie finie.

Harriet : Bon dans ce cas, retournons finir cette partie, car je suis assez curieuse de savoir les gages qui vont être distribués.

Tout le monde fit un sourire à Harriet et ils retournèrent à leur partie endiablée. Une heure plus tard, il ne restait plus qu’un lancer.

Bud : Eh bien chérie, tu dois faire un strike pour que vous gagniez. Sinon, l’équipe des hommes sera vainqueur.

Mac : Bud arrêtez de mettre la pression sur Harriet… Allez y, ne vous préoccupez pas du score pour le moment. Nous sommes des amis qui sont venus ici pour ce distraire et c’est ce que nous faisons.

Harriet essaya de chasser de son corps tout le stress qu’elle ressentait. Ce lancé était décisif. Elle se décida enfin à lancer la boule. Celle-ci se dirigea droit sur les quilles. Elle ferma les yeux de peur de voir le résultat. Tout le monde retint sa respiration…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Dim 5 Juin - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:45

Chapitre 5 :


La boule se dirigea droit sur les quilles et les percuta de plein fouet. Unes à unes, celles-ci tombaient au sol.
Après quelques secondes, qui parurent une éternité pour nos 6 joueurs, le résultat du challenge était enfin tombé.

Harm : Eh bien, il semblerait que nous aillons gagné… Prêtes à accepter votre gages, mesdames ?

Jen : Mais dans quoi nous sommes nous encore fourrées !

Mickey : Vous reculez ?

Mac : Sûrement pas, nous acceptons notre gage, alors sur qu’elle chanson allons nous devoir faire notre petit spectacle ?

Harm : Il faut qu’on en discute entre nous. Vous nous donnez cinq minutes et on vient donner le verdict.

Jen : Prenez votre temps…

Les trois hommes s’éloignèrent de notre trio féminin, pour décider de la sentence.

Harriet : Je suis vraiment désolé, si cela avez été vous, Mac, ce sont eux qui seraient dans une telle position. Mais pourquoi avoir accepté un tel pari… On va devoir faire un show devant tout le staff.

Jen : On va entendre parler de cela pendant longtemps…

Mac : Harriet, vous n’y êtes pour rien. Et puis, ils vont être tellement subjugués par notre prestation que personne n’osera faire de remarque. Et si l’un d’entre eux se permet cette petite extravagance, je n’oublierai pas de leurs rappeler que je suis Lieutenant-Colonel des marines et Chef d’état Major…

Harriet et Jen ne purent s’empêcher de sourire. Cette Marine était un vrai tigre, un Devil dog. Si elle faisait les gros yeux, personne n’oserait faire une quelconque remarque.

Mac : Le tout étant de savoir qu’elle chanson ces messieurs vont choisir.

Jen : J’espère seulement qu’ils ne vont pas avoir l’idée de nous demander de nous déshabiller.

Le visage d’Harriet se ferma de suite à ses paroles. Ils ne pouvaient pas leur demander de faire cela, ce n’était pas possible.

Harriet : Ils ne vont pas oser n’est ce pas ?

Mac : Je ne pense pas que Bud sera d’accord, Harriet ! C’est vrai que ces trois la sont de véritables machos, mais ils sont de vrais gentlemen aussi.
Les trois jeunes femmes stoppèrent leur réflexion la car les trois hommes revenaient vers elles.

Bud : Alors, mesdames prêtes pour connaître le sort que nous vous avons réservé ?

Harriet : Bud Roberts, j’espère pour toi que ce gage ne sera pas humiliant pour nous…

Harm : Voyons, Harriet, personne ne vous a forcé à accepter ce défi. Vous l’avez fait de plein grès. Et puis vous connaissez notre côté chevaleresque, jamais on ne se permettrait de vous mettre dans une situation compromettante… Tout au plus, quelques les railleries de nos collègues, durant quelques années…

Harm finit sa phrase avec un sourire radieux. Il était fier d’avoir gagné ce pari contre sa marine. Et il n’avait qu’une hâte voir comment ces trois femmes allaient s’en sortir avec le show qu’ils leurs réservaient.

Mac : Bon, Harm, finit de nous faire attendre. Crachez le morceau, plus vite nous saurons plus vite nous pourrons nous préparer pour vous en faire baver, messieurs. Car nous avons perdu, mais je vous promets que vous n’allez pas regretter le spectacle. Foi de Marines.

Harm : Très bien, marine. Toutefois, je trouve absolument charmant de vous faire patienter encore un peu. Cette petite ride qui barre votre front quand vous êtes anxieuse est absolument charmante… Et puis, pour une fois que nous avons l’avantage, autant en profiter. Que diriez vous de prendre un dernier verre avant que le verdict de la cour ne soit rendu.

Jen : Vous êtes cruel, Monsieur.

Harm : et c’est ce qui fait tout mon charme, Jen…

Mac : Vous et votre ego de pilote. Mais je tiens à vous dire que ce challenge ne me rend pas du tout anxieuse. Bien au contraire, je vais avoir enfin l’occasion de voir si les 10 ans de danse durant mon adolescence n’auront pas servis à rien.

Harm : Vous, de la danse…

Mac : Mais vous ne connaissez pas tout de moi, Capitaine, j’ai encore de nombreux talents cachés…

Harriet : Bon si nous allions nous asseoir autour d’un verre pour discuter de notre sentence.

Bud : C’est une excellente idée.

Noter joyeuse tribu s’installa autour d’une table et les discutions sur la sentence des filles allaient bon train.

Harm : bon alors voici ce que nous vous avons réservés, mesdames…


Chapitre 6 :


Harm : Bon alors cela vous convient-il ?

Mac : J’aurai du savoir que si vous choisissiez la chanson, cela serait encore un de vos vieux trucs…

Harm : Ne me dîtes pas que vous n’aimez pas Franck Sinatra ?

Harriet : Cela nous convient parfaitement Capitaine… Je m’attendais à bien pire, pendant un moment j’ai eu peur de ce que vous pourriez choisir.

Mickey : Eh bien, même si l’idée de vous voir, mesdames, dans une danse un peu plus endiablée ne m’aurait pas déplu, je doute que l’Amiral aurait apprécié ce genre de spectacle lors de sa soirée de départ à la retraite.

Mac : Seriez vous devenu peureux, pour alléger notre sentence de la sorte ?

Harm : Si cela ne vous convient pas, on peut toujours revenir sur l’idée du strip tease !

Mac : Non, cela nous convient très bien. Je connais même déjà quelqu’un qui se fera un plaisir d’être notre chanteuse pour cette soirée.

Bud : De qui voulez vous parler ? Vous allez entraîner une autre personne dans cette galère ?

Harriet : Je crois que je vois très bien à qui Mac fait référence : une jeune femme qui est la compagne d’un Capitaine de frégate et ancien sous-marinier.

Harm : Vous allez demander à Varèse, la compagne de Sturgis de faire cela ?

Mac : Bien entendu, elle chante divinement, et je suis certaine qu’elle sera d’accord. Je me charge de l’appeler demain.

Jen : Bon et bine maintenant que tout est réglé pour les modalité de cette peine, il serait peu être temps de rentrer, vu l’heure tardive…

Harm : En effet, il est plus de minuit, et il faut que ces dames soient en forme, car une longue semaine de formation de danse les attend.

Harm ne pouvait s’empêcher de taquiner ainsi les perdantes. Ce sourire radieux dont lui seul a le secret était apparu au moment même où il avait comprit que l’équipe des hommes avait gagné et depuis celui-ci ne quittait pas son visage.
Mac bien qu’un peut exaspérée par son attitude ne pouvait lui en vouloir, après tout elle avait était la première à lancer ce pari et elle allait l’affronter la tête haute. Il était hors de question qu’elle donne à cet arrogant de Capitaine la satisfaction de la voir se défiler.

Mickey : Vous permettez que je vous raccompagne chez vous Jen ?

Jen : ce sera avec joie. Bonne fin de soirée, tout le monde. On se revoit quand pour notre petite répétition ?

Mac : Je vois appelle demain Jen.

Jen : Très bien.

Sur ce, Jen et Mickey s’éloignèrent du groupe pour se diriger vers la sortie.

Harriet : Je crois que ces deux la ne vont pas passer une soirée tranquille.

Bud : Que veux tu dire Harriet ?

Mac : Vous les hommes vous ne voyez vraiment rien ! Dit Mac le sourire aux lèvres, devant le visage interrogatif de Bud.

Harriet : Voyons Bud, ne me dit pas que tu n’as pas vu que ton frère et Jen se lance des petits regards depuis le début de la soirée.

Harm : Pour une fois Bud je suis d’accord avec ces dames. Mickey et Jen ont l’air de très bien s’entendre et s’apprécier. On devrait y aller nous aussi Mac.

Mac : Je vous suis, matelot ! Bonne soirée à tous les deux. Je vous appelle demain Harriet.

Après que chacun se soit dit au revoir, Mac et Harm rejoignirent le véhicule de ce dernier.

Mac : New York, New York… Vous n’auriez pas pu choisir mieux Flyboy !

Harm : Ravi que cela vous convienne.

Mac : Le choix de la chorégraphie va être facile, durant mes années de danse, nous avons fait une représentation de claquette sur cette chanson. Il me suffit de ressortir de vieilles K7 et mes chaussures de claquettes…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Dim 5 Juin - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:46

Chapitre 7 :


Quartier Général du JAG
Jeudi 24 juin 2004
17h20

La semaine avait passé très vite pour toute notre petite troupe. Du fait de son départ en retraite, l’Amiral était beaucoup plus détendu avec ses officiers. L’annonce de la petite représentation de notre trio féminin lui avait semblé une excellente idée. Jamais auparavant, un deux étoiles n’avait pu se venter d’avoir pour une soirée de départ en retraite, une prestation d’officier de ce genre.

Amiral : Mesdames, j’attends de vous que vous montriez de quoi mes officiers sont capables.

Mac : Nous essayerons de ne pas de l’oublier, Monsieur.

Amiral : Mais comment diable, le Capitaine a réussit à vous faire faire cela ?

Mac : Pour être honnête, Monsieur, nous avons fait un pari avec le Capitaine Rabb, Le Lieutenant Roberts et son frère… Malheureusement, nous l’avons perdu, donc nous acceptons la sentence.

Amiral : Malheureusement… Je préfère et de loin vous voir sur scène en train de nous offrir ce spectacle, que de m’imaginer Rabb et les deux Roberts en train de se trémousser en rythme…

L’Amiral ne pu réprimer un rire ainsi que Mac.

Mac : Ravi d’entendre que vous ne prenez pas mal cette initiative, Monsieur.

Amiral : Pour vous montrer que je vous soutiens, je vous accorde à vous ainsi qu’au Lieutenant Sims et au Quartier Maître Coates votre vendredi après midi, pour que vous puissiez vous préparer.

Mac : Je vous remercie, Monsieur.

Amiral : Vous pouvez disposer Mac.

Après un garde à vous impeccable Mac sortit du bureau de son supérieur. Elle ne pensait pas que cela serait aussi facile d’avoir son approbation pour leur petit spectacle. Sa réaction était inespérée, il leur avait même accordé une demi journée de congés pour leur montrer son soutien. Mac se dirigea de suite vers le bureau du Harriet pour lui annoncer cette nouvelle.

Harriet : Alors Madame, comment l’Amiral a-t-il prit cela ?

Mac : Si on considère qu’il nous donne notre vendredi après midi de libre, je dirais extrêmement bien.

Harriet : il a vraiment fait cela ?

Mac : Oui Harriet, il est impatient de voir de quoi ses officiers féminins sont capables et il compte sur nous pour ne pas le décevoir.

Harm arriva à se moment là, derrière sa partenaire.

Harm : Alors Mac, vous avez eux droit à quelques réprimandes de l’Amiral pour votre petit défi ?

Mac : Eh bien, Flyboy, détrompez vous, l’Amiral est ravi de ce petit changement de programme, il nous soutien à 200%.

Harm : Qu’avez-vous donc fait, pour qu’il prenne aussi bien la nouvelle ?

Mac vu la une occasion inespérée de faire enrager son beau Capitaine.

Mac : Oh j’ai juste usé de tous mes charmes… Et en lui parlant de notre show, il avait l’air très emballé de ce que nous allions lui présenter. Mais vous n’en serez pas plus Capitaine, il faudra attendre samedi soir. Et rappelez vous de ma promesse : vous allez en baver Capitaine.

Mac ne laissa pas le temps à Harm de répondre et se dirigea vers son bureau. Le Capitaine regardait Harriet ne sachant qu’ajouter. Il avait voulu jouer à ce jeu et elle avait bine l’intention de le mener jusqu’au bout.

Harm : Cette femme me rend fou… J’ai hâte de voir ce spectacle.

Harm remarqua le regard inquisiteur de Harriet.

Harm : Alors Lieutenant, vous pourriez peut être me donner quelques indices sur ce que vous avez préparé ?

Harriet : Il n’en ait pas question, Monsieur. Tout ce que je peux vous dire c’est que le Colonel n’a rien perdu de ses longues années de danse…


Chapitre 8 :


Salle des fêtes
Départ en retraite de l’Amiral
Samedi 26 juin 2004
20h00

Tous les invités étaient arrivés. L’Amiral avait exigé de ses officiers qu’ils soient en tenues de soirée. Pas d’uniforme, et pas de grade pour cette soirée. Il avait bien insisté sur le fait qu’il voulait que ce soit une soirée entre amis et non une de ces soirées officielles où l’emploi des grades militaires empêchait de profiter pleinement des choses.
Harm s’était proposé d’accompagner sa partenaire, mais celle-ci avait gentiment refusé car elle devait voir avec ces deux complices les derniers arrangements pour leur show. Harm bien qu’un peu déçu de ne pas l’accompagner n’avait pas protesté.

Ainsi il entra dans la salle de réception, louée pour l’occasion par l’Amiral. Il chercha du regard ses amis et trouva le couple Roberts assit à une table. Il se dirigea vers eux.

Harm : Bonsoir, comment allez vous ?

Harriet : Très bien, Monsieur. Enfin, la tension monte. Je ne suis pas vraiment habitué à me produire ainsi en public.

Harm : Ne vous inquiétez pas Harriet. Je suis sûr que vous devez être parfaite sur scène.

Même si ce pari venait de lui, voir Harriet aussi anxieuse le blessait un peu. C’était une femme exceptionnelle, elle était un peu une petite sœur pour lui. Au fils des années, ils étaient tous devenus les membres même famille.
Harriet ne pu s’empêcher de rougir à la remarque de son ami.

Harriet : Merci beaucoup, Monsieur.

Harm : Pas de Monsieur ce soir Harriet. Vous vous rappelez ce qu’a dit l’Amiral : pas d’utilisation de termes militaires durant la soirée. Nous sommes des amis qui passent une agréable soirée ensemble.

Harriet : Je tacherais de ne pas l’oublier, Harm.

Bud : Alors, vous avez réussit à savoir ce que ces jeunes femmes avaient préparé pour ce soir ?

Harm : Apparemment, je n’en sais pas plus que vous Bud. C’est une enquête classée secret défense.

Sans qu’il ne la voie, Mac se poster derrière lui.

Mac : Vous ne croyez pas si bine dire, Flyboy.

Harm se retourna pour faire face à sa partenaire. En l’apercevant, sa bouche s’entre ouvrit sans qu’aucun son n’en sorte.

Mac : Eh bien, Flyboy, on a perdu sa langue ?

Harm reprit rapidement ses esprits.

Harm : Non, vous êtes magnifique, Ninja Girl !

Mac : Vous n’êtes pas mal non plus, Harm.

Pour l’occasion, Mac était allé faire les boutiques avec Jen et Harriet. Il fallait déjà qu’elles trouvent leur tenue pour leur spectacle sur New York, New York. En fait, elles avaient une idée précise de ce qu’elles cherchaient, aussi cette tâche fut vite réglée. Elles purent alors se mettre à la recherche de leur robe de soirée. Jen avait opté pour une robe assez simple, droite et bordeaux qui laissait apercevoir juste le haut de sa poitrine. Harriet avait trouvé un magnifique ensemble fluide, bleu et vert. Mac, quant à elle, avait trouvé une robe bleu nuit, prêt du corps et qui avait un décolleté plutôt vertigineux et qui était fendue des pieds au milieu de sa cuisse droite. En l’essayant, elle avait de suite su qu’elle plairait à Harm, c’est ce qui l’avait décidé à l’acheter.

Mac : Toute fois, si vous restez troublé devant cette tenue, vous allez tomber de votre chaise avec le spectacle auquel vous allez avoir droit.

Harm ne répondit rien et le reste de la soirée se poursuivit dans la joie et la bonne entente. Jen et Mickey avaient l’air de vraiment bien s’entendre. Ils avaient même eu droit à quelques petites remarques gentilles, de la part de l’Amiral qui se réjouissait de voir ces deux la ensemble.

Harm : Eh bien, Mesdames, je crois que le moment tant attendu est arrivé.

Mac : Ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas l’intension de nous défiler. Nous allons de ce pas nous préparer…

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Dim 5 Juin - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:46

Chapitre 9 :


Salle des fêtes
Départ en retraite de l’Amiral
Samedi 26 juin 2004
21h20

AJ se dirigea vers l’estrade et prit le micro.

AJ : Bonsoir à tous, je tenais d’abord à tous vous remercier d’être là ce soir. Le JAG a fait parti ma vie pendant de nombreuses années, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Je tiens a dire que cela était un honneur que de servir avec chacun d’entre vous, même si certain ont plus activement que d’autre participé à me faire tourner en bourrique, pas la peine de vous cacher Rabb, tout le monde a encore en tête votre séance de tir dans la salle de tribunal… Je continuerais toute fois à suivre chacun d’entre vous, car les liens que nous avons tissés durant ces années sont bien plus forts que de simples formalités militaires. Bon, je ne vais pas plus vous faire attendre, puisque la gente féminine du JAG nous a réservé un petit spectacle. Cela a été fait quelque peu sous la contrainte, mais ces trois femmes ne se sont pas dégonflées et compte bien montrer aux marins de cette salle de quoi elles sont capables…

AJ lança un regard lourd de sens au Capitaine Rabb.

AJ : Je tiens à dire qu’elles ont eu tout mon soutien pour ce petit spectacle et je les en remercie par avance. Mesdames, la scène est à vous.

AJ retourna s’asseoir dans la salle. Après que les lumières furent éteintes, la musique emplie la pièce. Tout le monde reconnut aux premières notes, la célèbre chanson de la comédie musicale New York, New York. Quant les trois jeune femme firent enfin leur apparition dans la pénombre le silence fut total dans la salle. Et celui-ci devient encore plus éloquent quand la lumière éclaira la scène.

Harm : Mon dieu, elle avait raison, elle est encore plus sublime dans cette tenue…

Alors que Varèse se tenait à côté du piano, nos trois apprenties danseuses avaient prit place sur chacune des chaises. Harm restait subjugué devant le corps parfait que laissé entrapercevoir la tenue de sa marine. Elles n’avaient pas fait les choses à moitié. En effet, les trois jeunes femmes étaient vêtues d’un simple petit gilet sans manche en satin noir, un petit short assorti, une paire de collant noir, un chapeau sur la tête et une cane à la main.
Varèse chantait à merveille, et nos trois complices avaient du répéter pendant des heures car la chorégraphie était parfaite. Harm comprenait mieux ce que Harriet avait voulu lui dire il y a quelques jours à propos des talents du Colonel pour la danse. Cette femme le surprendrait toujours.

Les trois jeunes femmes avaient de suite chassées de leur esprit l’angoisse de cette représentation. Et puis elles étaient curieuses de voir comment les trois investigateurs de ce gage allaient réagir devant leur petite surprise.

Alors que la musique continuait, et que la salle semblait sous le charme, les trois jeunes femmes entreprirent de mettre leur plan à exécution. Ils avaient voulu jouer avec elles, elles allaient leur en faire baver.

Tout en suivant le rythme de la chanson elles se dirigèrent vers les escaliers qui leurs permettraient de rejoindre le reste des invités. A cette initiative, Harm se raidit sur sa chaise.

Harm : Mais que nous ont elles encore, préparées. Je crois que nous allons payer pour notre audace sur ce pari.

Avant même que chacun des officiers présents n’aient pu réagir, les trois jeunes femmes s’étaient placées derrière leurs bourreaux. Harriet était chargée de s’occuper de son époux, Jen de son nouveau compagnon : Mickey ; quant à Mac elle se chargeait de son Flyboy. Sans qu’ils ne comprennent vraiment ce qui se passait, nos trois compères posèrent une main sur leur épaule. Et avant même qu’ils aient pu protester elles s’assirent à califourchon sur leurs jambes. Mac approcha de l’oreille de son Capitaine.

Mac : Alors, Flyboy, le spectacle vous plait ?

Harm déglutit péniblement, la proximité de sa partenaire et l’entendre murmurer ces quelques mots si sensuellement à son oreille avait réveillé tous ses sens.

Harm : Bien plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Mac était ravi, son marin était totalement déboussolé. C’est tout ce qu’elle avait espéré depuis le début de la soirée : lui faire perdre le Nord.

Mac : Alors j’ai tenu ma promesse, Capitaine. J’ai réussi à vous faire payer ce petit gage…

Et avant même qu’il n’ait pu la retenir plus longtemps, Mac se releva et remonta les quelques marches qui la ramèneraient sur l’estrade. Dans un même mouvement Harriet et Jen en firent de même. La chanson touchait à sa fin et nos trois compagnes reprirent leur position initiale sur leur chaise.
Les différents invités étaient subjugués, jamais ils n’auraient pensés que ces trois femmes oseraient faire cela. Surtout si on prenait en compte que la salle était remplie d’officiers et certains mêmes très hauts gradés.
Après les applaudissements de la foule, Mac, Harriet et Jen se dirigèrent en coulisse.

Harriet : Eh bien, je ne pensais pas que je serais capable de faire cela.

Une personne inattendue fit son entrée dans les vestiaires.

X : Moi non plus, je ne m’attendais pas à un tel spectacle…


Chapitre 10 :


Mac fut quelque peu irrité par cette remarque.

Mac : Vous doutiez de nos talents, Capitaine.

Harm : Absolument pas.

Le regard désireux que Harm lançait à Mac n’échappa à Jen et Harriet.

Harriet : Bon je vais retrouver de ce pas mon époux.

Jen : Je vous suis Harriet, je vais rejoindre Mickey.

Nos deux avocats n’étaient pas dupes, ils savaient très bien que les deux jeunes femmes faisaient cela pour qu’ils soient seuls.

Mac : Alors Flyboy pour cette fabuleuse prestation j’ai bien droit à un dîner ?

Un magnifique sourire illuminé son visage. Quand elle lui faisait cette moue Harm ne pouvait qu’accéder à ses demandes.

Harm : Je pense que cette fois, vous avez mérité bien plus…

Mac fut surprise par cette réplique.

Mac : Et que me proposez vous alors, Flyboy ?

Harm : Ceci…

Avant même qu’elle ne comprenne sont corps était collé contre celui de son partenaire. Il avait passé sa main derrière sa nuque et avait posé ses lèvres sur les siennes. Il rêvait d’un baiser avec elle depuis des années. Ce baiser était sensuel et tendre, il voulait faire passer dans celui-ci tout ce qu’elle lui inspirait. Mac bien que surprise, trouva l’initiative de son partenaire tout à fait à son goût. Aussi elle en profita pour passer ses bras autour de son cou et accentuer ainsi leur étreinte. A bout de souffle, ils se séparèrent mais restèrent front contre front, pour garder ce moment féerique.

Mac : eh bien, je dois bien reconnaître que cela me satisfait pleinement. Mais il n’empêche pas que je veux un dîner.

Mac lui fit un sourire radieux et Harm ne pu s’empêcher de lui poser un doux baiser au coin des lèvres.

Harm : Juste un ?

Mac se dégagea de son étreinte surprise par sa remarque.

Mac : Que veux tu dire ?
Harm : Que je veux t’offrir plus qu’un dîner. Pourquoi pas tous les dîner des cinquante prochaines années ?

Mac resta bouche baie. Elle ne s’attendait pas à une telle demande.

Mac : …

Devant son mutisme Harm prit peur. Il était allé trop loin, il n’aurait pas du lui faire cette proposition.

Harm : Je comprends que vous ne vouliez pas. Vous n’avez pas besoin de vous expliquer.

Mac : Non, Harm… Tu ne comprends pas…

Harm : Si je comprends très bien j’ai trop attendu et je me suis fait des illusions sur tes sentiments pour moi.

Harm commença à tourner les talons. Mais il fut stoppé dans son élan par une main. Sans qu’il ne comprenne, Mac posa les lèvres contre les siennes. Elle voulait lui rendre le baiser qu’il lui avait donné quelques minutes auparavant. Ils se séparèrent à nouveau pour se faire face.

Harm : C’est moi qui ne comprends pas cette fois, Marine.

Mac : Harm, je veux également que tu m’offres les repas pour les cinquante prochaines années !

Harm : c’est vrai ?

Mac : Oui…

Harm prit Mac dans ses bras.

Harm : Je t’aime, et je te promets de prendre soin de toi pour l’éternité. Je ne te ferais plus jamais souffrir.

Mac : Je t’aime aussi Harmon Rabb,Jr.

Alors qu’ils s’embrassaient à nouveau, des yeux indiscrets étaient venus voir ce qu’il se passait. Ils avaient assisté à toute la scène et étaient ravi que le couple se soit enfin trouvé.

AJ : Si j’avais su qu’il suffisait d’un petit challenge de ce genre pour les réunir ces deux la, je leur aurait ordonné de le faire bien plutôt. Cela m’aurait évité de nombreuses insomnies…


FIN

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol



Dernière édition par le Dim 5 Juin - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 19:47

Et voila j'espère que cela aura plu a ce qui ne l'aviaent pas déja lu.

Pour info je suis en trian de songer sérieusement a faire une petite suite à cette fic... J'ia passé 1h au volant de ma voiture et pleins de nouvelles idées ont muri... Laughing Laughing Laughing

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
finou
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1859
Age : 31
Localisation : Au paradis de CB & des Macmaniaques
Date d'inscription : 14/02/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 20:13

J'adore tjs autant Very Happy

Que lis-je ... tu comptes faire une suite drunken drunken drunken et bien je vois que les emboutaillages ont des avantages. lol!

Bah aller vivement cette suite cheers Wink

_________________
I love you Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1029
Age : 34
Localisation : En cherchant bien vous devriez me trouver... A vous de jouer
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 21:09

Pour le moment elle muri tranquillement dans ma tete, je suis sure qu'après encore quelques trajets en voiture elle sera au point... Laughing Laughing Laughing

_________________
PROCHAINEMENT... Quand elle sera écrite... lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MacFishBell
Cravate d'Adam
Cravate d'Adam
avatar

Nombre de messages : 312
Localisation : Sous la couette avec ...
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 22:36

J'ai adoré cette fic thumright , surtout la fin me demande bien pourquoi Mr. Green ...!!!!

J'ai vraiment hâte de voir la suite ...!!!! geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomcat2510
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1394
Age : 30
Date d'inscription : 18/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Dim 20 Mar - 22:46

Que de bonheur...

Une suite... IL FAUT SIGNER OU ?

Vive les embouteillages moi je dis loool

J'espère que l'idée naitra sur feuille pr notre très grd plaisir...

HS

Je tiens aussi à m'excuser pr mes abs de ses derniers tps, mais ma connection connait qq pb facheux...

Mais je vois que le forum fonctionne très bien & je vous remercie tous... qui sans vs, il ne serait pas grd chose rendeer

Mais ne vs inquiétez pas, je rode pas mal ds le coin, stt qd je suis en cours mdrrr

Fin du HS

_________________


♥ "Mac and I have an announcement to make... We're getting married" ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macab
Professeur de boxe de Catherine
Professeur de boxe de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1626
Age : 32
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 19/01/2005

MessageSujet: Re: New York, New York   Lun 21 Mar - 13:30

Franchement super!!! Laughing Et on en redemande!
C'est où qu'on signe pour la suite?? Hein Tomcat toi dès qu'on dit FF et qu'on sous entendu Shipper t'es pas la dernière à réclamer!!! Et tkt pour tes pbs d'absence Sucrette, ca nous fait des vacanaces PTDR clown Ouais j'ai bouffé du clown au petit déj!!! Mais non je déconne!! J'ai décidé que tnat que j't'aurai pas eu au tel je jouerais ma chieuse... FIN DU HS


Aller Sarah motivée et tu nous écris une suite trop cool, je compte sur toi et te fais confiance! joker

_________________

You smile and you make my life complete
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New York, New York   

Revenir en haut Aller en bas
 
New York, New York
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paris-New York New York-Paris de Drommelschlager
» 1st régiment de new-york 1780
» Pâte à pizza style New York
» Gâteau au fromage New York New York
» New York - Magasins de jouets Vintage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: ARCHIVAGE :: Fanfictions :: Fanfictions terminées-
Sauter vers: