CATHERINE BELL ONLINE - CBO

Forum francophone sur Catherine Bell
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mer 18 Juil - 2:23

Re moi, voici une autre suite de cette histoire, excusez moi encore pour l’attente.
Merci pour vos commentaires et votre soutien.
Arrow Bonne lecture
Parole de Lynda Lemay.

T'aimer d'amour
Et de chagrin
T'aimer pour rien
Les yeux humides

J'veux bien t'aimer
Mais pour être franche
J'suis pas solide
Si j'te vois pas



Wisconsin

« -Muter toutes ces personnes ?...
_Oui il y a entre vous une sorte d’inceste non-consommé qui a assez duré »
8-18 : Fortunate Son.


Les deux voitures s’arrêtèrent devant la maison qui paraissait bien grande pour un seul homme. Mac regarda quelques instants l’image de cette bâtisse aux allures de familles à travers les rideaux de pluie et se dit que c’était tout ce dont elle avait toujours rêvée, la cerise sur le gâteau fait de chaussures confortables, d’une bonne carrière et d’un homme bien. Elle secoua la tête un étrange sourire sur les lèvres ; sur ces trois dernières choses, seules les chaussures confortables étaient acquises. Pour l’instant…

Elles virent Harm et ce petit garçon dont elles ne savaient encore rien, courir vers le porche dans le vain espoir de ne pas finir totalement trempés. A leur tour elles se jetèrent sous les trombes d’eau et les rejoignirent.
L’ancien Capitaine de Frégate regarda quelques instants la jeune fille qu’était devenue cette enfant qu’il avait descendue du haut d’une cage d’ascenseur.
Doucement il fit un pas en avant et la prit dans ses bras, il ne savait pas bien pourquoi mais quelque part sa présence rendait cet instant réel, en la voyant, en la regardant, en saisissant l’étincelle qui luisait dans son regard il était sûr qu’elles étaient là, que ce n’était pas encore un de ses rêves quasi permanent depuis les deux dernières années.
Le surprenant elle se laissa aller dans cette étreinte, sa tête vint se poser tout près de son cœur et lentement ses doutes s’apaisèrent. Maintenant qu’ils étaient réunis ça allait aller, comme toujours quand ils étaient ensembles, comme ce soir de Mai où elle avait convaincue sa « grande sœur » que son pilote de partenaire était vivant… Perdu au milieu de l’océan, certes mais vivant.

Elle sourit, elle aimait son père, elle l’aimait profondément de cet amour qui lit une fille à son père, ce lien spécial et indestructible, pourtant il y avait toujours eu chez Harm cette force sourde et apaisante, cette chose spéciale qui redonnait espoir.
C’était une des raisons pour laquelle elle était venue, parce que cet homme même s’il n’avait été qu’une drôle de silhouette bienveillante pour elle, avait toujours été là, et le serait toujours, elle en était sûre. Elle était venue pour ça, parce qu’elle avait besoin de lui et aussi pour entendre de nouveau le rire de celle qu’un jour elle avait voulu appeler maman.
Elle se dégagea lentement, priant intérieurement que les larmes qu’elle retenait n’échappent pas à son contrôle mais alors que le liquide salé s’écoulait sur l’une de ses joues elle sentit, le pouce de cet homme retrouvé et sourit avec plaisir.
Oui tout allait redevenir comme avant.

C’est alors qu’un petit bonhomme de quatre ans décida de faire son entrée, un peu timide mais tout de même en confiance, il s’approcha en mettant sa petite main dans celle de son protecteur, et tandis que Chloé se baissait pour être à sa hauteur ses lèvres s’ornèrent du plus beau des sourires.
_’Jour. Tenta-t-il en faisant un salut militaire. Les deux jeunes femmes rirent doucement, avant que Mac ne prenne la parole, se mettant à son tour à la hauteur de l’enfant.
_Je vois que la relève est assurée. Sourit l’ancienne Marines, avant de tendre la main vers le bambin.
_Mac. Fit-elle en souriant. Le petit garçon allait saisir sa main quand le prénom prononcé par la jeune femme l’arrêta net.
Harm sourit en secouant la tête, et l’enfant leva les yeux vers lui.
_T’as entendu…Hein dis…Fit-il entre amusement et inquiétude.
_Oui bonhomme j’ai entendu. Répondit le Pilote en ébouriffant les cheveux du petit garçon. Puis comprenant les regards interrogateurs des deux jeunes femmes, il continua.
_Sarah Mackenzie, Chloé Madison voici Mackenzie Miller. Monsieur Miller voici Sarah, ou Mac et Chloé, elles vont rester avec nous un petit moment.
A ses mots le sourire de Mackenzie s’agrandit de nouveau et au lieu de tendre la main vers les nouvelles venues, il leur donna à chacune une étreinte enfantine.
_Que diriez-vous d’avoir le reste des explications à l’intérieur devant un bon feu de cheminée ?... Proposa l’ancien Capitaine de Frégate, alors qu’un éclair déchirait le ciel, il attrapa Mackenzie et déverrouilla la porte.
_Bienvenue au Rabb’s Palace…
Rires



J'veux bien t'aimer
Bien entendu
De toute façon
Est-ce que j'ai le choix

Je suis piégée
Je suis perdue
Je tourne en rond
Je t'aime déjà



Alors c’était donc ça toute l’histoire, pensa Mac alors qu’elle regardait Harm caresser le petit dos de l’enfant qui s’endormait doucement la tête sur les genoux du Pilote, le pouce dans la bouche et ce qui semblait avoir un jour été un ours en peluche dans la main. L’image était parfaite et elle se demanda quand ce petit homme prendrait conscience de la réalité dans laquelle il vivait, quand il comprendrait que son père s’était envolé pour toujours et que sa mère ne reviendrait sûrement jamais.
Pourtant si son esprit, sa raison avait des doutes, son cœur était persuadé que tout irait bien pour lui, il avait le meilleur ange gardien, et elle se doutait bien que cet ange gardien allait devenir un jour ou l’autre son papa, elle l’avait vu dans les yeux de celui qui autrefois avait été son partenaire.

Elle laissa encore son regard voguer sur le petit ange quelques instants et son cœur se serra, comme à chaque fois que ses yeux se posaient sur un enfant, un enfant qui n’était pas le sien, un enfant qu’elle ne pourrait jamais avoir, plus maintenant…
Chloé remarqua le regard blessé de sa grande sœur et voulu lui prendre la main mais ses yeux tombèrent sur le visage de Harm, qui lui aussi avait capté la douleur qui régnait sur les traits gracieux de sa meilleure amie, elle sut ce qu’il lui restait à faire.
_Et bien…Je crois qu’il est temps pour moi d’appeler ça une nuit. Fit la jeune fille dans un bâillement légèrement forcé.
Harm détacha son regard de l’ancienne Marines et sourit à Chloé. Ses yeux se posèrent sur la petite forme endormie sur ses genoux et son sourire s’élargit encore plus.
_Je monte avec Toi, je vais mettre ce matelot au lit. Il se leva prenant soin de ne pas réveiller le petit garçon, puis il se tourna vers Mac.
Ne bougez pas Ninja-girl, j’ai quelque chose pour vous. Lui dit-il dans un sourire de Flyboy.
Son amie sourit tendrement, son cœur s’emplissant de joie à l’évocation de son ancien surnom.
Chloé l’embrassa avant de suivre le Pilote à l’étage. Elle lui donna une dernière étreinte en guise de bonne nuit et allait passer la porte de sa chambre quand la main de Harm saisit doucement son poignet.
_Chloé, est-ce que quelque chose ne va pas avec Sarah ?...
La jeune fille le regarda doucement, elle passa une main que le dos du petit garçon qui sommeillé toujours dans les bras de l’ancien Capitaine, puis elle saisit les yeux inquiets de ce dernier.
_Oui, quelque chose ne va pas…mais je ne peux pas parler pour elle. Commença la jeune fille puis voyant l’inquiétude grandir encore un peu sur le visage du Pilote, elle saisit sa main et lui donna une gentille pression. Elle te le dira Harm, elle va t’en parler. Si on est là c’est aussi pour ça…Parce que la personne la plus importante de sa vie lui manquait et qu’elle avait besoin de toi pour traverser cette épreuve. Termina-t-elle avant de déposer un baiser sur la joue de l’homme qui lui sourit en retour.
_Bonne nuit, Chloé.
_Bonne nuit, Harm.

Alors qu’elle fermait la porte il se dirigea vers la chambre de Mackenzie. Il le déposa dans son lit et le couvrit doucement. Il balaya les cheveux qui tombaient sur le front de l’enfant et l’embrassa doucement.
_Tout va bien aller, maintenant… Je te le promets. Un doux soupir lui répondit et il sourit en déposant un nouveau baiser sur le front chaud du petit garçon.
_Bonne nuit Mack…

Il sortit sans faire de bruit et se dirigea vers sa propre chambre. Il ouvrit son placard et chercha une boite sur la plus haute étagère. Il la posa ensuite parterre et l’ouvrit lentement, ses mains presque tremblantes. Elles étaient là, leur nombre augmentant au fil des années, deux ans de pensées, de sentiments s’émotions, de regrets, de remords et d’amour. Deux années pleines de mots qu’elle n’avait pu lire, les enveloppes revenant encore et toujours avec cette même motion « Inconnu à cette adresse »…
Il attrapa le paquet et redescendit au rez-de-chaussée, il la trouva sur le canapé en train de feuilleter un album photo, elle souriait alors que les photos défilaient sous ses yeux. Des photos du Jag, de leurs missions, de leurs diners de réveillon, de leurs anniversaires, puis des photos d’eux seulement, des photos heureuses, d’autres surprenantes, l’album se terminait sur des photos de Harm et Mack repeignant les divers avions du hangar ou jouant simplement.
Il pouvait voir ses doigts passer sur les images et son regard changer quand ses yeux croisaient ceux rieurs d’AJ jr, ou de Mackenzie. Il décida d’approcher et de poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis un moment.

Il s’assit à côté d’elle posant les lettres sur l’accoudoir sur sofa, elle ne le regarda pas tout de suite alors il su que son inquiétude était fondée. Doucement il mit son index sous le menton de la jeune femme et tourna son visage vers lui, ce qu’il vit lui fit mal au cœur. Sa meilleure amie avait les yeux rougis et des larmes continuaient de couler sur ses joues. Sans attendre il la prit dans ses bras, elle s’y effondra laissant couler le mal qui la rongeait depuis un an et sortir la douleur qui avait prit place depuis plus de deux ans. Là dans ses bras, elle redevint elle-même, meurtrie, apeurée mais vivante.

Il fallu vingt bonnes minutes avant que les dernières larmes ne s’écoulent. Elle les essuya rapidement et regarda dans les yeux de son meilleur ami, il comprit, elle voulait lui dire, seulement elle ne pouvait pas, elle n’y arriverait pas, parce que si elle lui disait, si elle lui expliquait ce mal qui la rongeait, alors il deviendrait réel, et elle n’aurait plus rien à espérer… Plus rien
Mais elle avait tord, et dans ce même langage des yeux qu’elle avait utilisé il lui dit. Il lui dit que tout était encore possible, qu’aujourd’hui était un nouveau départ et que plus rien ne les séparait, qu’elle devait avoir confiance et espérer. Il lui dit et elle le crut.
Toujours entourée de ce silence apaisant elle se leva et fouilla dans son sac à main, elle en sorti quelque chose que Harm ne put discerner jusqu’à ce qu’elle lui tende un paquet d’enveloppes tamponnées de la même phrase qui avait ornée les sienne. Il sourit doucement en les prenant, il les regarda un instant avant de saisir son propre paquet et de lui tendre en retour.
Elle le regarda surprise puis rigola.
_Vous savez parfois c’est effrayant cette façon que nous avons de penser pareil. Fit-elle entre deux éclats de rire.
_Je trouve aussi. Répondit Harm en partageant son rire.
Elle redevint sérieuse et lui dit doucement.
_Tout est là-dedans…Je vous vois demain. Dit-elle simplement avant de le surprendre en déposant un doux baiser sur ses lèvres. Bonne nuit.
_Bonne nuit Sarah. Fut la seule chose qu’il put répondre, apeuré de perdre la sensation de ses lèvres sur les siennes.

Mais demain ne vint pas, tous deux se perdirent dans le passé, assis sur leurs lits respectifs chacun se perdit dans ce qu’avait été les deux dernières années sans l’autre. De Ciudad Del Este à Okinawa, de jours plein d’espoir aux peines déchirantes, aux sanglots récurrents. De la certitude de se retrouver bientôt aux jours routiniers qui faisaient de ces retrouvailles un jour lointain…un jour impossible…
De la rencontre incongrue et singulière d’un ancien pilote de la Navy avec un petit garçon de quatre ans à l’annonce désastreuse qu’Elle ne pourrait peut-être jamais concevoir.
Durant plus de quatre heures, ils lurent leurs vies, cette vie que finalement ils avaient partagé, ils avaient connu quelques joies, de nombreuses peines et avaient vécu dans le même manque de l’être aimé. Oui, aimé. Car chaque lettre, chaque missive se terminait par ces trois mots. Ce « Je vous aime » qui tout au long des années s’était vu apprivoiser devenant doucement mais sûrement un simple et doux « Je t’aime ».

Je vais t'aimer
Même si tout ça
C'est sans issue
C'est impossible

Mais j'vais t'aimer
C'est une promesse
Est-ce que t'entends
C'que j'te dis là ?!!


Elle referma la dernière l’enveloppe, refaisant pour la millième fois les courbes de l’écriture de l’homme qu’elle aimait. Cet homme qui l’aimait aussi, elle le savait maintenant.
Elle sourit et en une seconde sortit de ses couettes. Elle ouvrit doucement la porte de sa chambre pour ne pas réveiller la maison endormie, et alors qu’elle se glissait dans le couloir, elle dû retenir un cri de surprise tandis qu’un Harmon Rabb tout aussi éveillé, se tenait juste en face d’elle, un sourire sur le visage.

Ils se regardèrent juste quelques secondes avant qu’un même élan ne les guide dans les bras l’un de l’autre. Leurs lèvres se cherchèrent alors que leurs mains trouvaient déjà le chemin qu’elles n’avaient encore jamais exploré.
Attrapant le Tee-shirt de son partenaire et sans briser le contact de leurs lèvres, Mac le conduisit à l’intérieur de sa chambre, le Pilote n’objecta pas fermant de son pied la porte de la chambre en question.
La dernière chose dont tous les deux furent conscients, fut le bruit que firent les cinquante trois enveloppes en touchant le sol.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mer 18 Juil - 12:24

TROP TROP BIEN
VIVEMENT LA SUITE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dedejag
Loin de Catherine
Loin de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mar 24 Juil - 15:34

Excellent !!! Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mer 15 Aoû - 13:07

bonjour, bonjour, je suis de retour de Bretagne, mais je retravaille encore aussi je n'ai pas trop le temps de continuer à écrire. Embarassed Crying or Very sad Embarassed
Cependant voici une suite, une autre ce week end...
En espérant que ça vous plaise toujours...

Merci pour tous vos commentaires...
Arrow Bonne lecture Wink

Washington

« -Muter toutes ces personnes ?...
_Oui il y a entre vous une sorte d’inceste non-consommé qui a assez duré »
8-18 : Fortunate Son.


Teddy Lindsay n’était pas un homme d’action, il préférait la notoriété et le pouvoir, c’est d’ailleurs ce qu’il avait depuis les deux dernières années. Un poste aux côtés d’un secrétaire d’Etat à la Marine quasiment inexistant, autant dire qu’il pouvait régner en maître absolu sans pour autant risquer d’être mouillé dans quelque affaire gouvernementale boueuse, et une vie de famille tranquille et réglée à la seconde prêt.

Aussi comme chaque matin, le Capitaine de vaisseau descendit les escaliers de sa maison de banlieue et se dirigea vers la cuisine d’où émanait une douce odeur de café et de bacon.
Sa fille arriva derrière lui, il l’embrassa, alors qu’elle revoyait les dernières notes de son exposé de sciences, son fils aîné arriva quelques minutes plus tard embrassant sa mère et souriant à son père il attrapa un bagel, avant de partir à la rencontre du klaxon qui résonnait dans l’allée.

Oui, Teddy Lindsay était un homme comme les autres, un homme qui inspire confiance, apprécié de ses voisins, envié par ses collègues et aimé par sa famille, sa vie était simple et sans contrainte…sans ennuis.
Il y avait chez lui cette confiance que certains prennent pour du dédain, d’autres pour de la mesquinerie. Cette chose qui rendait le sourire de Teddy Lindsay suspect, presque trop heureux, trop content de lui-même.
Cette chose qu’il avait faite deux ans plutôt et qui avait eu pour conséquence cette vie parfaite qu’il vivait tous les jours et qu’il aimait un peu plus à chaque lever de soleil.

Teddy Lindsay était un homme comme les autres. Pour la majeure partie des personnes qui le connaissaient du moins. Mais quelque part, pas si loin de son petit paradis huit personnes n’attendaient qu’une chose : faire de sa vie si parfaite un Enfer dont il ne pourrait sortir…En tout cas pas sans se brûler…

Ce matin là, en montant dans son nouveau SUV, le Capitaine de Vaisseau Teddy Lindsay ne soupçonnait pas que les jours à venir allait lui rappeler ce qu’il avait volé à une famille…Il allait apprendre qu’il y a plusieurs façons d’être une famille, autre que les liens du sang…
Il allait apprendre tout ça, cependant en sortant de son quartier huppé pour se diriger vers le Pentagone, il avait toujours ce même drôle de sourire figé sur ses lèvres.





Sturgis Turner n’était pas du genre à jurer facilement, mais l’entière situation dans laquelle il se trouvait, mettait ses nerfs à vifs. Cela devrait faire plus d’un mois qu’il devait être à Washington, à chercher encore et toujours ceux qui étaient ses amis, seulement entre son poste de professeur qu’il ne pouvait quitter aussi vite qu’il l’avait prédit, les galas de Varèse et les vols pour la capitale déjà complets, il avait commencé à croire que peut-être les retrouver n’était pas dans l’ordre des choses. Mais un regard à Jen et Tiner avait vite fait de réduire à néant ses doutes.
Cependant à cet instant, naviguant entre le doute, l’excitation et la peur, l’ancien sous-marinier s’enfonça dans un des sièges en plastiques, ne croyant toujours pas ce qu’il venait d’entendre. Plus une seule chambre d’hôtel de libre, en tout cas dans les hôtels qu’il pouvait s’offrir, aussi attendait-il désormais que Jen vienne le chercher pour qu’il use un peu le canapé de la jeune fille.
Ainsi pour le moment était-il coincé dans cet aéroport espérant un appel de son amante et cherchant du regard sa sauveuse…

En glissant le morceau de papier sur lequel était inscrit un numéro de téléphone, Chloé Madison se dit que ce voyage avait été l’un des meilleurs qu’elle n’ait jamais fait. Ce Tyler était plus que mignon et vraiment sympathique. Cependant quand ses yeux rencontrèrent ceux d’un ancien pilote de F-14, elle essaya tant bien que mal d’enlever ce drôle de sourire de ses lèvres. Echouant lamentablement, elle concentra son attention sur la jeune femme qui revenait du point approvisionnement avec trois Donuts et une bouteille d’eau dans la main gauche et la petite main de son homonyme dans l’autre.
Mackenzie couru vers Chloé tenant dans sa main un nouveau trésor. La casquette d’un commandant de bord. La jeune fille se demanda un instant comment il avait pu réussir à l’avoir, mais quand le petit garçon lui sourit elle se dit que personne ne pouvait lui refuser quoique ce soit. Elle le prit dans ses bras et déposa un baiser sur sa joue, elle l’aimait, depuis ces trois derniers mois ils avaient vécu ensemble, et deux jours après qu’elle ait rencontré Mackenzie Thomas Miller, elle en avait fait son petit frère comme lui la présentait à tout le monde comme étant sa grande sœur. Et ni Harm, ni Mac n’avait eu d’objection.
Désormais ils étaient une famille, les mains liées des deux adultes qui leur faisaient face en témoignaient.
Elle sourit en se souvenant des derniers mois, et de ce sourire qui ne quittait plus les lèvres de sa grande sœur.
Elle se souvint de ce matin où en se levant elle avait trouvé Harm en train de sortir de la chambre de son ancienne coéquipière, il lui avait offert un sourire timide, elle avait mis sa main sur sa bouche pour ne pas laisser sortir l’immense cri de joie qui emplissait son cœur. Ensuite il y eut l’attente insoutenable de savoir si oui ou non, le petit garçon qui partageait la vie du Pilote depuis plus de sept mois, pourrait la partager pour toujours, il y eut l’attente et la délivrance, après deux mois de recherches infructueuse pour retrouver Joane Miller, cette dernière venait de perdre tout droits sur la vie de son petit garçon.
Et voilà qu’un mois plus tard ils marchaient de nouveau sur le sol de Washington, cette ville dont ils avaient été exilés, avec cette sensation constante que le vent allait bientôt tourner pour un certain Capitaine de Vaisseau.
Ils se sourirent encore une fois, Chloé réajustant Mackenzie dans ses bras, Sarah et Harm s’occupant des bagages, leurs mains retrouvant toujours le même endroit : la paume de l’autre.
Et la famille qu’ils étaient se dirigea vers la sortie.


AJ Jr n’arrivait pas à se calmer, partant, courant retenant son euphorie, son envie à peine contenue de redécouvrir cette ville qu’il avait quitté, cette ville pleine de souvenirs et de joie, de rires et de Noël, cette ville : la sienne. Aujourd’hui tout recommençait.
Il entendit le cri de son père qui lui disait de ralentir et s’arrêta près du kiosque à journaux de l’immense aéroport. Il s’amusa à lire les divers titres de journaux qui s’étalait en gros caractère un peu partout, jusqu’à ce qu’une main vienne se poser sur sa tête. Il sourit en rencontrant le doux regard de son homonyme.
Il se sentit soulever et trouva le plus naturellement du monde sa place dans les bras de l’ancien amiral. Il commençait à se sentir un peu grand pour tout ce qui était câlin et étreinte pourtant la place où il se trouvait actuellement était l’une de ses préférées et pour rien au Monde il n’en descendrait.
Son petit fardeau callé contre son épaule, AJ se dirigea vers ses anciens officiers et son sourire s’élargit quand il retrouva dans leur regard cette douce gaité qui pendant longtemps avait été une constante dans sa vie et celles de nombreuse personnes du Jag. Tout allait bien…Tout irait bien…
Attrapant la poignée d’une des valises roulantes, il se dirigea vers la sortie, marchant dans les pas joyeux de ses amis, Washington, sa lumière et sa musique leur ouvrit ses bras, quand soudain…


Soudain…


Il y a ce rire qui résonne, personne ne l’entend, personne ou presque…Personne ne l’entend, certains le reconnaissent, il y a ce rire d’une femme qui se perd sous les lèvres de l’homme qu’elle aime, cet homme qui par sa stature émerge de la foule, cette femme qui par son rire sort doucement de l’inconnu et ces enfants qui par leurs sourires deviennent singuliers.

Un homme à la peau d’ébène tourne la tête alors qu’il se souvient d’un secret qu’il a promis de garder, un secret que ce rire lui a chuchoté, il y a longtemps quand ils étaient ensemble…
Un homme à la peau d’ébène se retourne doucement et son regard rencontre celui de son plus vieil ami, son meilleur ami…Il lui a manqué, ils se sont retrouvés…

Un enfant relève doucement la tête de sa cachette d’amour, l’appel du passé éclate dans ce présent et éclaire l’avenir, la dernière fois qu’il a entendu ce rire, il avait quatre ans et venait de se barbouiller de chocolat, faisant partager son délice à son parrain…Son parrain… et le rire de sa marraine.
Alors comme seul un enfant peut le faire, avec toute l’innocence et tout l’espoir de l’enfance, avec toute sa force pour couvrir les centaines de pas, les dizaines et dizaines de voix, pour voler un jour dans « Sarah », pour faire des batailles de pistolets à eau, pour les revoir…Les revoir…Il cria, et son innocence résonna.

« Tatie… »

Les âmes trop heureuses ou trop occupées n’entendent rien, perdues dans leur propre monde d’inquiétudes et de préoccupations…Elles passent leur chemin, ignorant les corps figés et les yeux floués des personnes qui réapprennent à rencontrer…
Et l’histoire redevient belle…
Marchant d’un même pas, poussés par la même force, la même joie…Ils se retrouvent…

Ici commence la suite…


A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mer 15 Aoû - 14:25

Trop super.
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Dim 26 Aoû - 23:07

Voici la suite de cette fic, je finis de bosser dans cinq jours après un peu de vacances jusqu’au 10 aussi je pense que je pourrais vous mettre plus de suites. Wink
Merci pour vos commentaires, toujours aussi géniaux.
Arrow Bonne lecture… Wink Wink


Washington

Les tasses de café, de thé et de chocolats s’étalaient sur la table de verre, laissant flotter dans l’air leurs arômes doux et réconfortants.
Pourtant aucune main ne venait se frotter à la douce chaleur de la porcelaine porteuse du liquide. Non, aucune main, toutes étaient bien trop tremblantes pour tenter un simple geste, toutes trop peureuses de briser ce rêve où ils étaient tous réunis.
Les sourires étaient partout, légèrement nerveux, un peu cachés, ils se lisaient dans les yeux et sur les lèvres de ces inconnus retrouvés. Aucun d’eux ne pouvait parler. Que dire quand on a loupé plus de deux ans de la vie de quelqu’un ? Tellement de choses et pourtant une seule phrase, une simple affirmation résumait ce que tous ressentaient, ce que tous n’osaient avouer, épris d’une soudaine et enfantine pudeur. « Vous m’avez manqué ». Simple phrase, pourtant aucun n’osa la dire, tous tentant de retenir ce rêve, cette sensation, ces retrouvailles…

AJ jr n’osait faire un pas vers son parrain, le petit garçon qui occupait la place sur les genoux de l’ancien aviateur le regardait avec crainte et admiration.
AJ semblait connaitre tout le monde alors que lui était perdu sous ses regards étrangers, inconnus et adultes. Il se laissa envelopper un peu plus dans la chaleur rassurante de celui que parfois il se laissait aller à appeler « Papa », ses yeux toujours fixés sur la petite tête blonde qui n’osait s’avancer.
Les deux enfants se toisèrent sans animosité mais avec curiosité, l’un comme l’autre essayant de comprendre ce qu’il le liait aux adultes.
Alors une autre tête blonde apparu, plus petite, la démarche un peu incertaine, James Roberts glissa sa main dans celle de son frère ainé, attendant que les présentations se fassent. Il attendit, souriant.

La main que passa l’ancien officier de l’aéronavale, sur le dos de celui qu’il considérait comme son fils, eut l’effet d’un doux électrochoc et Mackenzie trouva la touche de courage qui lui manquait.

Aussi alors que le plus grand des Roberts faisait le premier pas, lui se laissa glisser des genoux protecteurs sur lesquels il avait trouvé refuge.
Doucement, une même drôle d’étincelle brillant dans leurs yeux, les trois enfants s’avancèrent se fixant, souriants, attendant d’être face à face pour commencer les présentations.
Et le moment arriva, celui où le passé rencontrait un présent déjà révolu, les deux s’assemblant dans des rires enfantins et bruyants pour créer cet avenir aux mille lumières.
Mackenzie regarda encore une fois les deux enfants et finalement se disant que tous les deux feraient de parfaits amis, avança sa main dans un de ses plus beaux sourires et annonça.
_Mackenzie.
Avant même que AJ jr ait pu faire le moindre mouvement six têtes se tournèrent vers Mac, qui sourit doucement en secouant la tête, avant de mimer « Ce n’est pas ce que vous croyez » à ses amis, Harm et Chloé essayant tant bien que mal de se retenir de rire.
L’ancien Capitaine de Frégate arrêta immédiatement quand il croisa le regard de sa compagne.
AJ jr avança sa main à son tour.
_Roberts.
Cette fois ni Harm, ni Chloé, pas même Mac ne purent retenir leur éclat de rires.
_Quoi ? firent les deux enfants, tandis que le petit Jimmy riait des rires des trois adultes.
Harm se leva et vint s’accroupir près des trois bambins.
Il amena Mackenzie sur l’un de ses genoux et sourit aux deux enfants Roberts.
_AJ, Jimmy voici Mackenzie Miller-Rabb. Fit-il calmement. Mr Miller je te présente AJ et James Roberts. Puis le Pilote se tourna vers ses amis. Et voici ta famille… au complet. Murmura-t-il doucement pour son fils.

Et la glace qui s’était enroulée autour des deux années à vivre seul ou presque se brisa, un doux brouhaha vint la remplacer, il était plein de souvenirs, de larmes de joie, et d’étreintes, de rencontres, de projets d’avenir et de promesses de ne plus jamais se perdre. Jamais.



Ils ne pouvaient qu’aimer cet endroit. Verdoyant, immense, assez grand pour eux tous, lumineux et simple, il y avait à construire une vie dans cette maison. Leur vie. Ensemble.
Les enfants couraient déjà partout, AJ et Kenzie se demandant s’ils pourraient avoir une chambre ensemble. Jimmy répétant que lui aussi aimerait être avec les « ‘Rands ».
Les adultes tournants sur eux-mêmes, se délectant de l’espace qui leur était offert, les hommes préparant des aménagements, les femmes s’imaginant la décoration intérieure.
Les sourires étaient partout, les anciennes piques qui rythmaient les journées du Jag fusaient dans l’air jovial, les étreintes se formaient, puis se défaisaient pour en reformer d’autres.
Pourtant dans chaque regard une lueur sombre, une ombre muette restait ancrée. Douleur sourde et vengeance froide, elle attendait son heure.

_Comment avez-vous pu trouver un endroit pareil en étant si loin de Washington, Amiral ? Demanda une Jen surexcitée.
AJ sourit en entendant son ancien grade. Les mauvaises habitudes…
_Je ne l’ai pas trouvé Jen, en fait c’est plutôt lui qui m’a trouvé. Sourit avec malice l’ancien SEAL.

Ses amis le regardèrent ne comprenant pas, quand soudain une voiture aux vitres teintées s’annonça sous le cri du gravier.
Sans en avoir conscience Harm, Mac et Bud se crispèrent alors qu’une improbable pensée leur traversa l’esprit. Ca ne pouvait pas être…
Non ça ne pouvait pas…
Et pourtant l’homme qui descendit de la Lexus en leur offrant un timide sourire n’avait presque pas changé depuis leur première rencontre lors du vol de la déclaration d’indépendance près de dix ans auparavant.
_Clayton Webb… Murmurent les trois officiers en partageant un regard plein de sous-entendus.
_Pour vous servir. Répondit l’agent. Je ne croyais pas dire ça un jour mais c’est bon de vous revoir par ici. Lindsay a fait un excellent travail en vous envoyant je ne sais où. Même nous, n’avons pas pu vous retrouver. Continua Webb.
_Vous nous avez cherché ? Firent Mac, Sturgis et Harriet dans une même voix.
_Hey, ne soyez pas si surpris, j’avais encore quelques dettes à payer et puis depuis que Rabb n’est plus là, il n’y a plus de bouc-émissaire entre le secrétariat d’Etat et l’Agence. Fit-il timidement.
Un rire collectif lui répondit.
_J’ai contacté monsieur Webb pour le prévenir de notre retour à Washington et pour qu’il essaye de nous trouver quelque chose pour que nous soyons à l’aise, sans être trop exposé aux yeux de Lindsay. Seulement ni lui, ni moi n’avions prévu les retrouvailles qui ont eu lieu, aussi ai-je dû le rappeler un peu plus tôt dans la journée afin de lui expliquer que nos plans avaient changé. Et je pense pouvoir dire que la CIA peut parfois se montrer utile. Expliqua l’ancien Amiral. Ce qui provoqua un nouveau rire collectif, les enfants riants des rires des adultes.
_Merci AJ, venant de vous je prends cela pour un compliment. Sourit l’Agent, puis reprenant un ton sérieux. Que diriez-vous de jeter un coup d’œil sur vos nouveaux appartements. Les enfants pourront prendre possession de leurs quartiers et nous, nous pourrons parler de ceci. Fit-il en tendant à AJ une enveloppe contenant plusieurs dossiers.
_Voici la vie de Teddy Harold Lindsay, de sa naissance à sa journée type de sous secrétaire d’Etat à la Marine. Dit simplement Webb, sa voix froide et dénuée de toute émotion.
_Wow, fit Mac surprise par son ton. Qu’est ce qu’il vous a fait à vous ?
_Il a touché une fois de trop à une personne qui m’était chère… Murmura presque Webb en baissant les yeux.
Un silence s’installa avant que deux voix confiante ne le brisent.
_Bienvenue à la maison. Firent d’une même voix Sturgis et Harm en donnant une tape amicale sur l’épaule de l’agent.
Ce dernier secoua la tête, ne pouvant cependant empêcher un sourire de se dessiner sur ses lèvres.




Teddy Lindsay, s’écroula sur son canapé aux côtés de son fils. Il saisit la télécommande et augmenta le son du match de football qui se jouait sur l’écran.
Sa fille vint l’embrasser, en lui disant que son exposé de sciences lui avait valu un A. Il la félicita et lui demanda d’aller aider sa mère, il ne restait pas longtemps, une réunion au bureau l’attendait, il venait manger une omelette et repartait. Sa fille lui sourit et en se dirigeant vers la cuisine, lui cria qu’il travaillait trop.
Si seulement elle avait su que sa réunion s’appelait Loren Singer…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Dim 26 Aoû - 23:54

Super.
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Dim 30 Sep - 12:07

Oui je sais ça fait un moment mais entre les cours et un problème de connexion (encore mille mercis Dine ) ben voilà... Embarassed Embarassed
Bref voilà une suite
Merci pour tous vos commentaires
Arrow Bonne lecture...


Washington

Elle descendit les quelques marches qui la menaient au rez-de-chaussée, saisit le plaid posé que le rebord du sofa et se dirigea dans le plus grand silence, vers la véranda qui commençait à être baignée du soleil pas encore hivernal de Virginie.
Se recroquevillant d’un côté de la balancelle, elle profita simplement de la vue qui s’offrait à elle.
Webb avait vraiment bien fait son coup, cette maison était parfaite. Pas seulement pour elle, mais pour eux tous, c’était comme si elle avait été construite dans l’attente qu’ils viennent un jour y habiter. Elle était immense et confortable, chaleureuse et moderne, légèrement à l’écart de la ville, perdue dans un petit bois, si bien qu’ils n’auraient pas besoin de s’inquiéter pour les enfants quand ces derniers iraient jouer dehors…Et la vue était extraordinaire.
Comme elle en avait pris l’habitude durant les dernières semaines Sarah Mackenzie sourit au jour levant.

Un bruit venant de l’intérieur la fit sursauter, se relevant rapidement, elle poussa doucement la porte et sourit à la personne qui la regardait, les yeux encore plein de sommeil, et des traces de larmes sur les joues. Elle retira le plaid de ses épaules et enroula le petit garçon dedans, puis le prenant dans ses bras, elle se dirigea de nouveau vers le porche, reprenant sa place ensoleillée.
Kenzie s’enfonça doucement dans la chaleur protectrice de la jeune femme, l’ourson que dame Erin lui avait donné bien en sécurité dans ses bras, il se laissa envelopper par le silence.
Au bout de quelques secondes, cependant il le brisa.
_Est-ce qu’un jour on r’tournera à Belmont ? Demanda-t-il une teinte de peur dans la voix.
L'ancienne Marines resserra son étreinte doucement.
_Bien sûr … à moins que tu ne veuilles pas ?... Questionna-t-elle gentiment, elle savait que les larmes n’étaient pas venues à cause d’un cauchemar, elles étaient le résultat d’autre chose. Quelque chose qui devait lui faire peur. Elle attendit, jusqu'à ce que la voix du petit garçon résonne de nouveau.
_Mais si on r’tourne là-bas je ne vais pas revivre chez Dame Erin, ou avec… Il s’arrêta réfléchissant un instant à quel mot employer, hésitant il tenta un…
_...Elle.
_Elle ? Répéta Mac ne comprenant pas.
_Oui, Elle, maman…Expliqua doucement l’enfant.
Alors le cœur de la jeune femme se serra, et son regard devint flou tandis qu’une impression vieille de plus de vingt ans venait lui frapper l’estomac. Sa mère était partie quand elle avait quinze ans, mais il lui était resté son père aussi soul avait-il été, il était resté.
Ce petit garçon avait perdu son père avant d’être abandonné par sa mère et tout cela en moins d’un an, comment pouvait-il encore croire que désormais il serait aimé pour le restant de ses jours.
Mac l’installa sur ses genoux de façon à ce que ses yeux rencontrent ceux du petit garçon.
_Tu ne repartiras plus jamais avec elle, et tu n’iras plus jamais chez Dame Erin à moins que ce soit pour jouer avec Jessie et Caleb. Tu vas vivre avec nous et ce pour toujours, ici ou à Belmont c’est pareil. Tu comprends ?...
Kenzie approuva doucement un sourire refaisant son apparition au coin de ses lèvres, il se lova de nouveau contre le cœur de l’ancienne Colonel.
_Tu sais…Commença-t-il, sa voix étouffée dans la chaleur du cocon d’amour où il plongeait. Mon Papa est mort. Je le sais, depuis longtemps. Mais est ce que si j’appelle Harm « Papa » lui aussi il va mourir…ou partir ?...
Mac n’en revint pas, comment ce petit être de quatre ans pouvait-il penser ça, comment avait-il pu perdre autant confiance en la vie ?...
_Non, Kenzie…Non il ne va pas mourir et il ne va sûrement pas partir, parce qu’il t’aime fort, peut-être même plus que tout, lors si tu l’appelles « Papa », il sera seulement très heureux…Mais il ne partira jamais, aucun de nous ne va partir mon ange, ni Harm, ni moi, ni Chloé… Lui dit-elle doucement, déposant un doux baiser dans sa chevelure brune.
Enfin, elle sentit le petit corps se relaxer et se perdre totalement dans son étreinte.
Mackenzie passa ses bras autour du cou de sa protectrice et rapprocha sa bouche de son oreille afin de délivrer son secret.
_Je crois qu’il nous aime pareil…tous les deux plus que tout…Murmura-t-il avant d’enfouir sa tête dans la chaleur du coup de la jeune femme et de fermer de nouveau les yeux.
Mac sourit doucement en réajustant la couverture autour du petit corps de l’enfant.
_Dors, trésor…
_T’aime maman

Une larme s’échoua sur le parquet usé de la véranda.
« Vos chances sont assez faibles… » «De combien ?... » « Moins de cinq pourcents… ».
Elle sourit à travers l’eau salée, en quelques minutes ce petit garçon lui avait fait don des quatre-vingt quinze pourcent qu’il lui manquait…
Elle était devenue « Maman »…


Il sourit en voyant le tableau qui s’offrait à lui, s’accroupissant devant la balancelle il déposa un doux baiser sur les lèvres de la femme qu’il aimait avant de caresser la joue du petit garçon perdu dans ses bras.
Elle cligna plusieurs fois des yeux avant de les ouvrir complètement. Quand elle se perdit dans les deux océans bleutés que lui offrait son amant, elle sourit doucement.
_Est-ce que tout va bien ?...Questionna l’ancien Capitaine.
_Tout est parfait. Répondit-elle en déposant à son tour un baiser sur les lèvres de l’homme de sa vie.
_Petit déjeuné ?... Demanda-t-il avec un son plus beau sourire.
_J’ai cru que tu n’allais jamais le demander ; rit-elle.
_Je pense qu’il pourrait encore user quelques heures de sommeil…Fit Harm en passant une main sur le petit dos tout chaud de Mackenzie. Mac approuva silencieusement tandis que le Pilote saisissait avec douceur son précieux fardeau.

Ils rentrèrent et furent surpris de trouver la cuisine déjà en activité, AJ mettait en route le café tandis que Harriet surveillait trois biberons tout en tournant la pâte de ce qui semblait être des pancakes, Bud quand à lui, finissait de mettre la table, Nikky calée contre sa poitrine. Mac vint à ses côtés et lui pris le petit ange endormi dans un sourire. Puis son regard se posa sur le tableau qu’elle avait devant les yeux et elle rit presque en passant à comment tout le monde s’était adapté, la plupart passant d’une vie de célibataire à une maison de douze personnes. Tout allait bien…

Harm redescendit après avoir installé Mackenzie pour quelques heures de sommeil supplémentaires, il avait dans les bras un Jimmy à moitié réveillé, il s’installa sur une chaine le petit garçon avec lui tandis que Harriet lui tendait un bavoir et un biberon. Ils se sourirent et la jeune femme blonde se tourna vers Mac, lui offrant le même paquet.
L’ancienne Marines accepta et vint s’assoir aux côtés de son compagnon, Bud s’assit de l’autre côté Scott dans ses bras, des étincelles dans les yeux.
Et la journée commença…

Un peu plus d’une heure plus tard, quatre nouvelles têtes apparurent, Sturgis portant un AJ jr tout souriant et Chloé un Kenzie beaucoup moins timide que la veille. AJ apporta une assiette pleine de pancakes sur la table, Harm déposa trois boites de céréales et Bud la cafetière tout ça en moins de quinze secondes.
Le rire de Chloé explosa dans la cuisine.
_Wow… On oublierait presque que vous avez tous étaient militaires…
Rires.
_A quelle heure arrivent Meredith et Varèse ? Continua la jeune fille en croquant dans un pancakes plein de sirop d’érable et vite imitée par Mackenzie.
_Seize heures Bud et Jen iront les chercher, tandis que nous nous mettrons à exécution…ce que nous devons mettre à exécution. Sourit l’ancien commando.
Comme pour appuyer ses mots on sonna à la porte, d’une étrange façon.
Harm alla ouvrir tombant sur Clay, Jen et Tiner.
_C’était quoi ça Webb ?... Questionna l’ancien avocat tout en saluant les nouveaux arrivants.
_Un code…Expliqua l’agent.
_Un code ?... Mais pourquoi un code on est à trente kilomètres de Washington et dispersé sur toute la planète pour la plupart des personnes que nous connaissons dans la Capitale. S’exaspéra le Pilote.
_C’était juste… un code… Répondit Webb en souriant, déposant le sac qu’il portait au milieu du salon.
_Et voilà le plan pour votre première mission.
Sturgis se rapprocha du sac et l’ouvrit, ses yeux s’agrandirent alors qu’il sortait trois tenues de techniciens de surface.
_C’est ça le plan ?... Demanda-t-il toujours incertain. Devant l’approbation de l’espion il murmura.
_J e devrais peut-être aller accueillir Varèse…
Sourires.




Sans un regard pour sa secrétaire Teddy Lindsay s’empara de son courrier qu’il n’avait pu récupérer plutôt, sa visite avec le SecNav lui prenant la plus grande partie de sa journée. Soudain il s’arrêta retournant sur ses pas il jeta un nouveau coup d’œil au bureau de Liz Holan.
Ses yeux s’agrandirent et une peur passée vint frapper son estomac, quand il aperçut les deux insignes placées juste à côté de l’endroit où il avait saisit son courrier quelques secondes plus tôt.
Deux insignes de lieutenants, là, juste là, devant lui, devant ses yeux.
Mais non, ça ne voulait rien dire, rien dire du tout, il saisit les quatre barrettes d’argents, jeta un regard noir aux yeux suspicieux de sa secrétaire et claqua la porte de son bureau. S’enfonçant dans son fauteuil, il se releva presque immédiatement quand quelque chose piqua sa partie sensible.
Trouvant ce qui lui avait causé cette peine, la drôle de sensation s’accentua au creux de son estomac. Ses mains tremblèrent légèrement alors qu’il saisissait l’insigne de Commando qui gisait sur son fauteuil de cuir. Reculant il se cogna contre son bureau et tomba net sur trois autres insignes.
La sueur perlait à son front, non ce n’était pas possible, ils ne pouvaient pas, il n‘avaient pas pu, il avait tout fait pour que ça n’arrive pas, il avait le pouvoir maintenant, ils ne pouvaient rien faire, ils n’étaient même pas là…Comment ?...

Attrapant les ailes dorées, le rifle expert et l’insigne de sous marinier, il revient vers le bureau de son assistante, se penchant dangereusement vers elle, il demanda.
_Est-ce que quelqu’un est venu ici ?...
_Heu…non, non monsieur j’ai annulé tous vos rendez-vous comme vous me l’avez demandé.
_Personne que vous n’ayez jamais vu avant ? Qui vous ait demandé de regarder dans mon bureau ?...
_N…Non Monsieur Lindsay, je vous assure, personne à part le service de ménage. Est-ce que quelque chose ne va pas Monsieur ?
_Non, tout va bien …Tout va très bien. Répondit l’homme en se passant une main inquiète sur le visage. Oui tout va bien.

Refermant la porte de son bureau il ne prit pas garde aux trois hommes d’entretien qui rentrèrent dans l’ascenseur le visage impassible, puis, une fois les portes fermaient…Eclat de rires…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Dim 30 Sep - 13:11

Super.
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mar 9 Oct - 0:25

Bonsoir, bonsoir...
C'est une toute petite scène de rien du tout, pas de vengeance, seulement un truc pour le fun qui m'est venu en cours de Poétique... 😁

Merci pour tous vos commentaires;
Arrow Bonne lecture

Washington.

Elles étaient toutes assises près de la cheminée, discutant joyeusement, riant souvent, partageant ce qu’elles n’avaient pas eu depuis ces deux dernières années, sous les crépitements enthousiastes des bûches.
Bud et AJ essuyaient en silence les derniers couverts, jetant parfois un regard amusé aux deux enfants assis devant la porte vitrée, attendant patiemment et sagement, que la neige cesse de tomber pour qu’ils puissent enfin s’y rouler.
Soudain on sonna, de cette manière si inhabituelle dont avait pris l’habitude la personne qui se trouvait derrière la porte. L’ancien Amiral alla ouvrir, un sourire en coin.
_Webb ! On ne vous attendait plus. Fit-il son sourire augmentant.
_Bonjour à vous aussi AJ, et avez-vous regardé par la fenêtre récemment ?... Demanda ironiquement l’agent en balayant le surplus de neige de ses cheveux.
AJ lui tendit la main et les deux hommes se saluèrent.
_Avez-vous vu Rabb et Turner ? Ils sont partis chercher du bois il y a presque dix minutes de cela.
L’agent cacha le sourire qui menaçait de s’étirer sur ses lèvres et répondit un simple et mal assuré.
_Nope.
L’ancien SEAL le regarda, suspicieux, puis ouvrant la porte il se dirigea vers le porche. N’ayant pas un bon angle de vue, il se décida à descendre les quatre marches qui conduisaient vers le parc, cherchant du regard les deux hommes.
Il n’eut pas le temps de tourner la tête qu’un tas de neige s’effondra sur lui, puis un deuxième.
Essayant de ne pas crier alors que le liquide froid descendait doucement mais sûrement le long de sa colonne vertébrale, il se retourna lentement et posa son regard noir sur les deux silhouettes frigorifiées, amusées et aussi légèrement apeurées des deux amis d’académie.
_Est-ce que tu penses qu’il va nous laisser redescendre ? Demandant Sturgis un sourire dans la voix.
_Toi je ne sais pas, mais moi j’ai une femme, une adolescente et un petit garçon qui ont besoin de moi. Sourit à son tour le Pilote, puis tombant une fois encore sur les yeux de son ancien CO, il rajouta.
_Ceci dit la vue n’est pas si mal…et nous serons les premiers avertis quand la neige cessera. Continua-t-il en avalant difficilement. Et ce maudit sourire qui ne voulait pas s’en aller.

AJ regarda les deux hommes perchés, se faire des messes basses et dû se retenir de ne pas sourire, puis décida de s’amuser à son tour.
_RABB, TURNER, WEBB, ICI !... Cria-t-il.
La maison trembla presque.
_Au moins on ne passera pas la nuit là. Murmura Harm.
Lui et Sturgis descendirent du mieux qu’ils purent et se postèrent aux côtés de Clay, face à leur ami, et, comme au bon vieux temps, dans un garde à vous parfait.
_Qui a eu l’idée de cette…cette…farce à défaut de trouver un meilleur mot ? Demanda AJ, son meilleur regard noir bien en place dans ses yeux bleutés.
Les trois hommes regardèrent droit devant eux, leurs yeux se posant sur l’immensité enneigée.
Le silence ne fut perturbé que quand AJ jr et Mackenzie coururent aux côtés des trois adultes, se mettant à leur tour au garde à vous.
_Ne me dites pas que vous avez embarqué ces deux enfants dans votre jeu ? Questionna AJ, faussement indigné. Bien sûr qu’ils l’avaient fait.
Une fois encore le silence reprit place et cette fois ce fut Mac qui le rompit, arrivant vers eux un manteau dans les mains.
_Excusez moi Amiral. Commença-t-elle. Il n’avait peut-être plus les épaulettes et les deux étoiles mais son regard et sa stature ne mentaient pas sur sa fonction.
_Mais l’un de ces matelots va attraper froid s’il ne met pas ça tout de suite. Expliqua-t-elle dans un doux sourire.
AJ lui sourit en retour, puis posant son regard sur Kenzie, il rit doucement.
_Allez y Mac, avant qu’il ne devienne complètement bleu.
L’ancienne Marines s’accroupit et passa le confortable et chaud manteau de Harm autour du petit corps tremblant de son fils. Elle monta complètement la fermeture, déposa un doux baiser sur la chevelure brune et soyeuse du petit garçon, puis se dirigea de nouveau vers le porche où se tenaient les autres, tous un sourire aux lèvres. En partant elle croisa le regard de son compagnon et partagea un clin d’œil avec lui, avant de secouer doucement la tête.
L’ancien SEAL se retourna une fois encore face aux trois hommes.
_Je suis en train de geler sur place, alors si aucun de vous ne se dénonce, je jure que je prends ces deux enfants, et nous rentrons prendre une tasse de chocolat bien chaude en vous regardant vous transformer en bonhomme de neige.
A cela Mackenzie laisser échapper un magnifique rire, auquel vinrent s’ajouter tous les autres.
_Alors ?... Questionna une fois de plus l’ancien commando.
Il y eut un silence de quelques secondes avant qu’une voix se face entendre. Une voix que personne n’attendait.
_C’est moi Monsieur. J’ai suggérer l’idée…Enfin disons que c’était plus un défi…Fit la voix de Bud, sous le porche.
AJ le regarda un instant incrédule puis secoua la tête.
_Vous…Vous, Roberts…Puis se tournant vers Harm et Webb.
_Alors vous n’avez dons aucune limite, vous embarquer toujours tout le monde dans vos idées folles, farfelues et complètement puériles…Bud …Vous avez pervertit Bud…
Il s’arrêta captant le sourire de Sturgis, il se tourna totalement vers lui.
_Vous n’êtes pas mieux Turner. Commença-t-il, un sourire se peignant sur ses lèvres. Vous êtes tombés le premier…
Sur ce il passa entre les trois hommes attrapant Kenzie et prenant la main d’AJ jr, se dirigeant vers la maison, il lança par dessus son épaule.
_Ne vous approchez plus de ces enfants !...
Rires …
Une fois leur ancien commandant disparu dans la chaleureuse bâtisse, Harm et Sturgis se tournèrent vers Webb, les bras croisés sur leur poitrine, leurs sourires attendant leur dû.
_Est-ce que c’était stipulé que Bud vienne à votre secours ? Demanda l’homme en sortant son porte feuille.
_Notre secours, Clay, vous étiez dans la même galère que nous. Et nous n’avions rien stipulé à ce sujet. Sourit Harm alors qu’il comptait les billets que l’agent venait de lui mettre dans la main. Il en prit la moitié et donna l’autre à Sturgis.
_La prochaine fois je trouverais plus difficile. Lança Webb en courant vers la maison.
Les deux amis le suivirent, en passant la porte, ils tombèrent sur Bud. Les trois hommes se sourirent et les deux anciens officiers tendirent un billet chacun à leur ami.
Bud les fourra dans sa poche imité par les deux autres et tous trois se dirigèrent vers la chaleur du salon.
Bonheur…

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 217
Age : 30
Localisation : En france
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Mar 9 Oct - 2:04

TroOop bien cette suite...

J'aime troOop la "farce" mdr

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Ven 7 Déc - 20:36

voci une suite, petite, je m'en excuse.
J'essaie de vous en mettre une autre demain.

Merci pour votre soutien.
Encore mille excuses pour l'attente. Wink


Washington

Dès qu’il entra dans le salon Harm remarqua la petite silhouette tremblante de son fils toujours enveloppée dans son blouson, les manches touchant terre, ses yeux à peine visibles, pourtant l’ancien Capitaine pouvait distinguer le doux sourire qui s’y reflétait.
Approchant puis s’accroupissant devant la petite tête brune, il lui enleva avec douceur avant de saisir la couverture posée sur le canapé et d’enrouler le petit garçon dedans. Il le prit finalement dans ses bras et s’assis avec lui sur le canapé, Kenzie adoptant dans la minute sa position préférée, la tête calée dans le creux de l’épaule du Pilote, ses cheveux chatouillant le menton de l’ancien officier.
Enfonçant un peu plus sa tête dans la chaleur du cou de son père, le petit garçon rigola doucement.
_Qu’y a-t-il de si drôle ? Demanda Harm en baissant les yeux vers l’enfant.
Après un nouveau gloussement, Kenzie regarda son père et posant sa petite main sur l’une de ses joue :
_Tu sens plus bon qu’un bonhomme de neige… Et tu es plus chaud. Sourit le petit garçon.
A cela, Harm, Mac, AJ et Webb, rigolèrent. L’ancien Capitaine de Frégate déposa un baiser sur le haut de la tête de son petit garçon avant de répondre.
_Merci mon cœur.
Sur ce Mackenzie reprit confortablement sa place et se laissa bercer par la conversation qui commençait à prendre place dans le salon.

AJ une immense tasse de café dans les mains tentait de se réchauffer, il s’était changé et avait enfilé deux pulls, mais la sensation de froid qui persistait le long de sa colonne vertébrale, le faisait frissonner sans qu’il en ait vraiment conscience. S’installant dans le fauteuil au plus près de la cheminée qui animait vivement ses entrailles brulantes, il se tourna vers Webb, un sourcil levait, ses lèvres s’étirant légèrement.
_Alors Webb que nous vaut le plaisir de votre venue. Demanda-t-il avant de prendre une gorgée du liquide brulant.
L’agent lui sourit, s’installant à la table du salon.
_Deux choses. Commença Webb. Tout d’abord féliciter Chloé pour son remarquable tour cette après midi. Croyez-moi quand je suis entré dans la salle, il était on ne peu plus énervé. Rit-il doucement emportant avec lui quelques autres rires.
-Tyler et moi avons été plus que ravis, nous nous sommes réellement amusés. Assura l’adolescente.


Flashback

Les deux adolescents regardèrent autour d’eux curieux et impressionnés. Ce n’est pas tous les jours que vous avez la chance de visiter le Pentagone.
_Bon tu as bien compris, nous sommes ici pour le journal de notre lycée.
Le jeune homme lui sourit.
_Oui Chloé, j’ai bien compris, tu sais au bout de la centième fois je commence à enregistrer l’information.
Elle lui sourit tendrement.
_Désolée, c’est simplement que c’est important pour moi.
Il la regarda et sa main vint sur son épaule.
_Allons-y.
Ils arrivèrent devant la secrétaire qui regarda leurs badges « visiteur » d’un drôle d’air.
_Oui ? Fit-il, incertaine.
_Bonjour. Sourit Chloé. Nous sommes ici pour un article sur la Marine, nous sommes étudiants à Woodrow Wilson.
La jeune femme regarda son registre, vérifia et sourit enfin, poliment.
_Mr Lindsay vous attend.
Les deux jeunes gens la remercièrent et se dirigèrent vers l’immense bureau.

Teddy Lindsay était là, derrière son imposant bureau, un sourire bien en place et un pichet de citronnade avec quelques gâteaux devant lui.
_Bonjour, bonjour, à vous deux, je vous en pris installez-vous. C’est un honneur de vous rencontrer tous les deux. Fit-il sa voix nasillarde criant son hypocrisie.
Chloé joua son jeu.
_Nous de même, Monsieur Lindsay. Commença-t-elle. Mais pourquoi ne rencontrons-nous pas le Secrétaire d’Etat lui-même ?...
_Oh ? Et bien vous savez c’est un homme important, il a des choses à faire, mais je peux très bien répondre à toute vos questions Mademoiselle ?...
_Miller…Chloé Miller, et Tyler Rowe, nous sommes à…
_Woodrow Wilson. Oui, Mr Webb m’en a parlé. Alors sur quoi ce porte votre article.
Ce fut Tyler qui répondit.
_La justice militaire. Sourit-il, agréable.
_Le JAG ?!! S’étouffa presque Lindsay.
_Oui... Cela vous pose-t-il un problème, je crois que vous-même avez été affecté au Q.G pendant quelques temps, avant votre brillante ascension. Poursuivit Chloé.
_Non, Non ça ne pose pas de problème et il est vrai que j’ai été un temps à Fall Church où j’ai fait par ailleurs un travail remarquable. Malheureusement quand je l’ai quitté le service est parti en débandade. Soupira-t-il fier.
_Comment-ça ? Questionna Tyler en posant son microphone sur le bureau tandis que Chloé prenait des notes fictives.
_Et bien vous savez, des enquêtes qui ne finissaient jamais, un trop plein de zèle dans les procès, des têtes brulées pour avocats, des relations non-conformes entre collègues, des débordements de tous genres, des dépenses inutiles…Je pourrais continuer pendant longtemps, mais j’ai heureusement pris les mesures nécessaires contre ce fléau.
_Que voulez-vous dire ? Demanda la jeune fille.
_J’ai simplement muté les éléments perturbateurs. Son sourire était euphorique.
_Pourtant le Jag est aujourd’hui beaucoup plus couteux qu’il y a deux ans. Moins de cas traités, des condamnations que certains qualifient de « rapides » dans des procès « bâclés », le Jag a perdu ses lettres d’or… Continua Chloé.
_Les médias, vous savez… Fut la réponse de l’homme, mal à l’aise.
_Mais même la députée Latham dit regretter la grande époque du Jag…Poursuivit Tyler.
_Et les juges Sebring, Morris, Elfman, et d’autres avouent que leurs courts étaient plus vivantes à l’époque de Rabb et Mackenzie… Acheva Chloé.
En une seconde l’effet tant attendu pris place dans la pièce.
_Où ?... Où… Avez-vous entendu parler d’eux ? Ils n’existent plus !!!
Tyler et Chloé se sourirent.
_Toutes les personnes s’intéressant au système judiciaire de la Marine connaissent leurs noms et leurs coups d’éclats.
La Dream Team du Jag manque à beaucoup de personnes. Sans parler de l’Amiral Chegwidden et du reste de son équipe…
_STOP !!! Cria Lindsay. Ils ne sont plus là… Ils ne reviendront pas, vous m’entendez… oubliez-les, ce sont des imposteurs, ils sont loin !!! Ils sont finis et moi j’ai réussi, ils ne sont rien, personne ne veut d’eux… Personne ne les retrouvera…JAMAIS !!!
A cet instant Clayton Webb fit son entrée, sérieux et impassible seuls ses yeux étaient un peu trop étincelants.
_Monsieur, je vois que vous avez fait connaissance avec nos brillants étudiants. Chloé, Tyler… Salua-t-il.
Teddy tenta de reprendre le contrôle de ses émotions.
_Oui, oui en effet. De charmants étudiants, je vais malheureusement devoir écourter cet entretien, des choses à faire. Merci à vous.
Fit-il tendant une main moite vers les deux jeunes-gens. Il la saisir, satisfaits.
_Merci à vous, Monsieur.
Un clin d’œil rapide avec l’agent et ils étaient partis.
_Un problème Teddy ? Demanda innocemment Webb.
_Est-ce que vous savez où ils sont Clay, dites moi que vous les avez retrouvés…
_Non, personne n’a entendu parler d’eux, mais je ne vois pas comment ils auraient pu se retrouver, vous avez fait un excellent travail à les séparer et à brouiller leurs pistes. Je ne vois aucune raison pour qu’ils reviennent ici. Ils n’ont rien à gagner…
_Rien à perdre aussi. Grogna Lindsay. Traitez-moi de fous, mais je les sens, je sais qu’ils sont autour…Certains d’entre eux du moins… Ils veulent me faire payer, mais si je les piège avant ils ne s’en remettront pas. Ils jouent avec plus forts qu’eux, j’ai le pouvoir… Il s’arrêta, regarda l’Agent.
_Je les veux. Et cette fois pas de raté.
Sa vois était coupante, assassine.
Quand il sortit du bureau Webb sourit pour lui-même.
_Ils ont tellement plus que le pouvoir.

Fin du Flash-back.



Il y eu quelques rires à la fin du compte rendu, quelques regards inquiets aussi.
_Il ne sait pas où vous vous trouvez. Assura Clay.
On entendit des soupirs de soulagements.
_Et bien n dirait que ce Tyler a eu son utilité finalement. Sourit Harm.
Chloé lui tira la langue, ils partagèrent un rire.
_Alors qu’elle est la suite du plan Webb ? Questionna Mac.
_Et bien Mesdames, c’est à votre tour de jouer. Sourit l’Agent. Il croit vous sentir, que diriez-vous s’il vous voyait un peu…

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Sam 8 Déc - 18:44

Merci pour tout
Voici la suite Wink
Bonne lecture. 😁

Washington


Depuis combien de temps n’étaient-elles pas revenues dans cet endroit. Elles ne s’en souvenaient plus.
Le Benzinguer était différent du McMurphy’s il n’y avait pas cette atmosphère brumeuse, ces rires bruyants et ce barman qui connaissait leurs commandes par cœur.
Elles étaient au bar, profitant simplement d’un verre, regardant le couple un peu plus loin, inconscient de leur présence. Pour le moment.
_Vous ne pensez que c’est un peu risqué ? Demanda la voix de Varèse au bout de quelques minutes. Nous ne savons pas de quelle façon il va réagir.
Mac lui sourit et répondit.
_Teddy Lindsay n’est pas du genre démonstratif, et d’après ce que nous a raconté Clay, il n’est pas certain que nous soyons de retour. Nous allons simplement jouer aux fantômes.
Soudain quelque chose vint frapper sa jambe. Elle regarda la petite tête brune qui lui souriait.
_C’est quand qu’on joue au jeu ? Fit la voix de Kenzie. AJ et moi on est prêt. Continua-t-il tout excité.
_Ce ne va plus être très long mon cœur. Mais souviens-toi quand le jeu est fini tu restes avec Varèse, tu ne viens pas avec Harriet et Moi.
Le petit garçon hocha la tête. Son sourire s’agrandit.
_Oui je vais retrouver Papa, dehors dans la voiture.
_Très bien. Répondit Sarah, déposant un baiser sur le front du petit garçon.
Ce fut à ce moment que son téléphone sonna.
_C’est à vous. Fit la voix de Webb. Nous avons pris toutes les photos dont nous avions besoin.
_Je vois plus tard Clay. Fut tout ce qu’elle répondit. Puis se tournant vers ses amies. La scène est tout à nous mesdames.
_A toute à l’heure. Firent AJ Jr et Kenzie avec un signe de la main, leurs sourires tout heureux. Ils avaient hâte jouer.

Avec toute l’innocence de leur jeune âge, ils se dirigèrent vers la table du couple, AJ tenant Mackenzie par la main. Dans un rire ils se placèrent devant les deux adultes. Ces derniers ne les regardèrent pas tout de suite finissant leur conversation houleuse.
_Comment as-tu pu laisser cela arriver encore ?! S’énerva Théodore Lindsay.
_Je le voulais. Répondit calmement Loren. Et je vais le garder Ted, cette fois rien ne pourra m’en empêcher et surtout pas toi.
_J’ai ta carrière entre mes mains Loren, tu ferais bien d’y réfléchir. Cette fois sa voix était menaçante.
_Et moi je porte ton enfant, je me demande ce que ta femme penserait si…
Le rire de Kenzie l’arrêta.
Quand elle posa les yeux sur les deux enfants elle sourit.
_Bonjour. Fit-elle gentiment.
_’Jour. Firent AJ et Kenzie.
_C’est ton père ? Demanda Kenzie en désignant Lindsay du doigt. Singer rigola.
_Non, non pourquoi crois-tu que ce soit mon père ?
_Parce qu’il crie sur toi…
_Et qu’il a des cheveux blancs. Termina AJ.
_C’est mon patron. Expliqua-t-elle.
_Le patron de mon Papa aussi il a des cheveux blancs. Fit le jeune Roberts. Mais il ne crie pas. C’est mon Tonton, il est gentil.
Elle rit.
_Et où sont vos parents ?
_Maman est au travail, Tatie paye et Papa est parti chercher la voiture… Répondit AJ, récitant son texte à la perfection.
_Comment vous appelez-vous ? Demanda une nouvelle fois Singer.
_Loren, laisse-les… Retournez là-bas les enfants. Fit la voix pressée de Lindsay.
_Voyons Ted, je m’entraine… Alors les enfants quels sont vos jolis prénoms ?
_AJ…
_Mackenzie…
Deux paires d’yeux se bloquèrent sur eux.
_Co…Comment ?... Demanda Teddy.
_AH ! Vous voilà tous les deux. Fit une voix douce qui se dirigeait vers eux. Allez enfilez ça, nous y allons. Sourit Varèse en tendant deux anoraks aux enfants.
_Excusez-les, ils sont juste un peu trop curieux.
_Ce n’est pas grave ils sont adorables. Lui répondit Loren en souriant.
_D’où…d’où viennent leurs prénoms ? Demanda Lindsay, mal assuré.
_Oh ! AJ pour Albert Jethro et Mackenzie, pour un amour perdu. L’histoire serait trop longue et nous sommes pressés. Bonne journée à vous. Fit-elle en souriant poliment.
_Vous aussi. Au revoir les garçons. Répondit Singer avec gentillesse.
_’Lut. Répondirent les deux enfants avant de prendre la main de la chanteuse et de se diriger vers le sortie.
Quand Loren reposa les yeux sur Teddy, elle aurait pu rire de son expression, si son visage n’avait pas été si blanc.
_Un problème ? Demanda-t-elle, buvant une gorgée de son café.
_Tu as entendu leurs prénoms ? Fit-il la voix serrée.
_Bien sûr, mais combien de Mackenzie et d’AJ existe-t-il ? Ca ne veut rien dire, Ted. Ils ne sont même pas ici, je l’aurais su si c’était le cas.
Coates aurait été incapable de contenir sa joie…

Et il y eu ce rire. Suivi d’un autre.
Théodore Lindsay, tourna sa tête vers le bar, elles étaient là. Souriantes, riant…Réelles et ensemble.
Un instant il ferma les yeux, la seconde d’après elles avaient disparu.
_Lindsay… Ted, tu m’écoutes. Fit la voix de Singer le ramenant à la réalité.
_Quoi ? Oui…bien sûr.
Et encore elles.
Elle ramena une de ses mèches brunes derrière son oreille, tandis que la jeune femme blonde buvait son soda.
Là, au bar se tenaient deux fantômes.
_Tu les vois… N’est-ce pas, elles sont là ! fit-il criant presque son doigt pointant le bar.
Loren regarda la direction qu’il indiquait et vit le dos de deux jeunes femmes qui se dirigeaient vers les toilettes.
Elle n’eut pas le temps de répondre, il était déjà parti à leur poursuite.
_TED !!! Fut tout ce qu’il entendit.

Il arriva devant la porte des toilettes pour femmes et la défonça presque.
_Je sais que vous êtes là…Mackenzie et Roberts, je vous ai vu… Vous n’auriez pas dû revenir, oh non !...
Il s’approcha des différentes cabines.
_Avez-vous ramené vos petits copains Rabb et Chegwidden avec vous ? Cette fois je vais me débrouiller pour me débarrassez de vous…Pour toujours.
SORTEZ DE LA !!! Hurla-t-il se baissant pour essayez de voir où les deux jeunes femmes se cachaient.
A sa surprise un loquet se déverrouilla.
_Vous n’avez rien à faire ici, Monsieur. Fit Meredith d’un ton froid.
Il allait répondre quand la porte d’entrée s’ouvrit, Jenifer Coates prit une expression de surprise.
_Oh ? Monsieur, bonjour je ne savais pas que…enfin ce n’est pas réservé aux femmes ici, je pensais que…
Comme une tornade et blanc comme un linge Teddy Lindsay, s’enfuit.

Les deux femmes attendirent un instant, puis on entendit deux autres verrous. Sarah et Harriet sortirent de leur cachette, un instant soufflèrent de soulagement.
_J’ai cru que je ne reverrais jamais mes enfants. Soupira la jeune femme blonde.
Silence… Et fous-rire.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Dim 9 Déc - 12:41

Super.
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Lun 23 Juin - 5:20

Oye Oye compagnons voici une suite pour cette fic que vous avez certainement oublié , je suis désolée pour les mises à jour laborieuses mais j'ai eu une année (très) très chargée et malheureusement mes priorités n'étaient pas les fics . Mais tout cela commence à se calmer donc voici une tite suite.
Merci pour votre patience et vos commentaires.



Washington



La nuit était douce, calme seulement troublée par les chuchotements de quatre personnes, travaillant autour d’une voiture et de deux autres s’occupant de l’ouverture d’une porte de garage et de la désactivation de l’alarme. Dans leurs murmures on pouvait entendre de l’excitation, de la peur et des rires, cette scène annonçait la fin de l’acte, après ce coup ils tomberaient les masques et avec de la chance feraient tomber le méchant de l’histoire.
_ Eh bien c’est à se demander comment tu as construit ta corvette, et pire encore que fais-tu à ces avions que tu bricoles ? Fit la voix teintée de sourire d’une jolie Marines.
_ Le mot important dans ta phrase Miss Mackenzie est CONSTRUIRE, or comme tu le vois je tente de démolir cet engin et d’une façon subtil. Sans compter que la moitié de cette chose est faite d’électronique. Répondit la voix de Harm sous ladite voiture. Pourquoi n’embêtes-tu pas Sturgis? Continua-t-il en sortant de dessous le véhicule attrapant la main de son amante qui l’aidait à se relever.
_ Sturgis a toujours été moins drôle à embêter que toi, son côté rationnel l’empêche de s’énerver aussi vite que la majorité des mortels.
_ Eh ! Résonna la voix de l’ancien sous-marinier depuis le garage tout juste ouvert.
Mac étouffa un rire avant de reprendre son sérieux alors qu’elle apercevait les phares d’une voiture se dirigeaient dans leur direction.
_ Problème à neuf heures.
_ Nous n’avons pas fini. Répondit la voix légèrement inquiète de Bud.
Harm et Mac échangèrent un rapide regard et se comprirent.
_ Okay, Bud, Sturg’ vous terminez ici. Commença Harm. Jen et Clay démarrez la voiture et récupérez-nous à l’angle de la rue. Termina l’ancien Capitaine avant de saisir la main de sa partenaire et de se précipiter dans l’allée.
_ Toi ou moi ? Demanda Mac levant un sourcil.
_ Eh ! tu parles à un pro de la cascade sur voiture. Lui sourit-il avant de rapidement devenir sérieux. Je vais le faire. Elle s’approcha et laissa ses doigts courir à l’arrière de sa nuque tandis que leurs lèvres se scellèrent.
_ Je t’aime.
Il lui sourit.
La voiture avançait doucement comme par peur de se faire prendre à cette heure plus que matinale, dans une heure à peine Washington se réveillerait apportant son lot de nouvelles et sa douce routine politico-militaire.
Une heure pour que William Lindsay efface toutes traces de son escapade nocturne, il y était presque arrivé jusqu’à ce que cette silhouette s’effondre sur son pare-brise dans un bruit sourd et douloureux. Il y eut le crissement des pneus puis une seconde silhouette apparut sortant de la pénombre crépusculaire. Le jeune garçon s’empressa de sortir de la voiture de sa mère et vint s’accroupir auprès des deux autres personnes.
_ Mon Dieu, est-ce que vous allez bien ? Je suis désolé j’avais la tête ailleurs… Mon père va me tuer…Vous voulez que j’appelle une ambulance ? La Police ? Je vais avoir besoin d’un avocat ? vous allez me faire un procès n’est-ce pas ?... Je suis tellement désolé.
Sarah sourit à l’adolescent et posa une main maternelle sur son épaule, avant de reporter son regard sur son amant qui à première vue n’avait que de (très) légères égratignures, mais qui apparemment jouait le rôle de sa vie.
_ Je ne pense pas que nous allons avoir besoin d’une ambulance…Heu…
_ William… William Lindsay, j’habite juste à côté si vous voulez remplir un constat ou quelque autre formulaire que l’on doit remplir dans ce genre de situation, c’est la première fois que je renverse quelqu’un mais je suis presque certain qu’il doit y avoir une procédure à suivre, alors si…
Du coin de l’œil Mac vit Bud et Sturgis rejoindre la voiture de Clay, ramenant ses yeux sur le fils de son pire ennemi elle lui offrit un dernier sourire timide et un peu désolé.
_ Nous irons bien, mais attends d’avoir ton permis pour prendre de nouveau la voiture. Fit-elle dans un clin d’œil, tandis que son compagnon et elle s’engouffrait de nouveau dans l’ombre du jour nouveau.
William Lindsay, regarda disparaitre les deux silhouettes avant de remonter dans la voiture de sa mère et de parcourir les quelques mètres qui le séparaient de sa destination finale. Il gara la voiture dans le garage et commença à monter les escaliers quand il se souvint avoir oublier son pull à l’arrière du véhicule, connaissant sa mère et son sens du détail il savait qu’elle remarquerait l’apparition soudaine et étrange du vêtement qui n’était pas là la veille. La lumière du couloir ne suffisant plus à sa recherche, William alluma le garage et arrêta de respirer.

Ils furent surpris de trouver les fenêtres de la cuisine allumées , encore plus de voir AJ, Meredith et Harriet éveillés et un drôle d’air sombre peint sur leur visage, mais ce qui arrêta complètement leurs cœurs furent les mots que leur ancien commandant prononça.
_ Erin Swan a appelé… Margaret Miller est revenue et demande la garde de son fils…

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Sam 28 Juin - 6:50

Coucou les amis voici une petite suite pour vous avant mon départ demain matin, je ne sais pas quand sera la prochaine, je peux simplement vous en garantir une pour la mi-aout date de fin de ma colo… Rolling Eyes Embarassed 😁
Mille mercis pour vos commentaires adorables.
Bonne lecture. Laughing
Et bonnes vacances Laughing Laughing


Etrangement la porte qui claqua ne fut pas celle attendue, et la silhouette qui s’échappa dans la clarté du jour levant de fut pas celle d’un ancien Capitaine de l’aéronavale. Non, les pleurs qui résonnèrent à peine dans le tumulte des pensées des adultes, furent ceux d’un enfant de cinq ans qui ayant voulu accueillir ses parents avec des étreintes, venait de voir revenir ses démons du passé. Un démon en particulier, celui-là même qui aurait dû faire fuir ses peurs enfantines et qui aujourd’hui gâché son bonheur.
Harm regarda celui qui durant l’année écoulée était devenu son fils courir à travers le jardin pour se réfugier dans la cabane récemment terminée, il commença à prendre à son tour la direction de la porte quand une main vint se poser sur son épaule.
_Je ne pense que vous soyez la meilleure personne pour lui expliquer la situation. Fit la voix douce et inquiète de Harriet. Je vais aller le voir. Lui sourit-elle doucement avant de se diriger vers le refuge de bois du petit garçon.
Le pilote la regarda partir avant de croiser le regard de la femme qu’il aimait, la douleur qu’il vit dans ses yeux ajouta au poids de son cœur, il voulait tellement la prendre dans ses bras, lui dire que tout irait bien qu’après ces derniers mois, qu’après ces deux années d’enfer plus rien ne pouvait les atteindre, mais l’envie de vomir qui lui tenaillait l’estomac fut la plus forte, alors qu’une larme faisait son chemin le long de la joue de l’ancienne Marines, il saisit les clés posées sur la table et s’enfuit. Sa rage n’avait pas sa place ici, il fallait qu’il aille ailleurs, loin, loin de ce trop plein d’amour, de compréhension, de tristesse.
La porte claqua et le silence.

Le bois grinça tandis qu’elle entrait dans le petit habitacle confortable pour des enfants mais légèrement exigu pour des adultes. Bien que les premiers rayons du soleil commençait à apparaitre, la cabane était toujours plongée dans la pénombre aussi fallut-il plusieurs minutes à la jeune femme pour apercevoir la petite silhouette recroquevillée dans un coin, tremblante de peur et de froid dans son pyjama bleu couvert d’avions jaune et rouge. Elle ne dit rien, vint simplement s’asseoir à ses côtés, il ne bougeât pas. Bien sûr il aurait aimé se perdre dans son étreinte, goûter à la chaleur de ses bras, à la douceur de ses caresses, mais pour quoi faire, bientôt elle ne serait plus là, comme son papa, ses papas, comme Sarah et comme Elle… Bientôt il allait partir, retrouver un vieux souvenir qu’il devrait appeler Maman, mais elle ne l’était plus, sa maman se trouvait dans la maison là-bas, la maison du bonheur. Un sanglot lui échappa, puis un second, finalement il se laissa aller dans la douceur maternelle.
_ Je vais plus vous revoir ? AJ et Jimmy… Et Chloé et l’Amiral et Meredith…tout le monde je vais plus vous voir ?
L’étreinte de la jeune femme se resserra immédiatement autour du petit garçon, sa gorge se serra, elle ne pouvait pas lui promettre que les choses allaient rester les mêmes, qu’il pourrait encore jouer avec AJ Jr et avec Jimmy, elle ne pouvait même pas lui assurer qu’ils se reverraient, elle ne connaissait pas sa mère, elle ne savait pas ce que cette femme allait faire de son petit garçon, accepterait-elle la nouvelle famille de Mackenzie dans leur nouvelle vie ou au contraire couperait-elle tous les liens, leur réinventant une vie où aucun d’eux n’avait leur place ? Elle ne savait pas, cependant elle était certaine d’une chose.
_Je ne sais pas Kenzie, je ne sais pas… Commença Harriet, sa main passant au travers des boucles brunes de l’enfant. Mais je sais une chose, je sais que nous aurons tous une place réservée pour toi dans nos cœurs, toujours. Et je sais que pour Sarah et pour Harm tu seras toujours leur petit garçon, ne doute jamais de ça…
Elle sentit l’approbation du petit ange dans son cou, tandis qu’il passait ses bras autour de son cou.
_Je veux voir Papa. Murmura-t-il dans son oreille.
Elle hocha la tête, se leva et pris la main de Kenzie, se dirigeant vers la sortie de leur refuge, ses pensées juste un peu trop lourdes. Pourtant un doux sourire se dessina quand elle vit la grande silhouette du parrain de son fils postée au pied de l’arbre. Alors il n’était pas parti, il n’avait pas pu, il avait besoin de le tenir dans ses bras, encore une fois, une dernière fois… Les yeux de Kenzie trouvèrent le regard floué de son père et en quelques secondes ils se retrouvèrent dans une étreinte pleine de tendresse et de promesses. Jamais je ne t’oublierais.

Ces noms, ces articles. Leur gloire. Etalée là, partout dans son garage, des centaines et centaines de coupures de journaux qui relataient leurs carrière du premier jour jusqu’à celui où ils les avait séparés, détruits. Alors ils étaient là , ils étaient revenus, des ombres qui semblaient vouloir le rendre fou. Leur but presque atteint, ils avaient décidé de se dévoiler, grossière erreur, maintenant Teddy Lindsay allait leur montrer ce qu’il y avait à gagner à jouer avec le Diable. Laissant les officiers de police recueillir des preuves inexistantes, il se dirigea vers sa voiture, les yeux emplis de haine et de colère, dire qu’il avait une interview télévisée de prévue. Il était maudit. Il tourna la clef et jura quand rien ne se produisit, il essaya de nouveau et finalement sortit de sa voiture claquant la porte de sa Porsch, puis ouvrit son capot, ce qu’il vit le laissa bouche bée. Ce n’était pas une problème de batterie ou de court circuit, non, c’était un problème de moteur, ou justement de manque de moteur.


A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Sam 28 Juin - 11:57

Trop super

Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morguy
Pince à cheveux de Catherine
Pince à cheveux de Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 209
Age : 29
Localisation : au baptême d'un tit Calamar-marin's
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Jeu 9 Oct - 21:38

Oyé Oyé chers lecteurs, voici une suite pour vous mes braves qui restez à lire mes fics malgré leurs mises à jour plus que longue. Embarassed
Celle là devrait cependant ce finir dans deux chapitres.
Parole de Serge Lama - L'Enfant d'un autre-
Merci pour vos commentaire et bonne lecture .


C'est elle qui est partie mais c'est lui qui me manque
Ce tout petit garçon qui n'était pas de moi
Mais qui avait su lier mon âme saltimbanque
Avec sa tête dans mon cou, avec son rire dans sa gorge
Ne plus l'avoir contre ma joue, ça me rend malheureux



Il n’y a pas beaucoup de choses au monde qui puissent faire renoncer une mère à son enfant. Y en a-t-il seulement une ? Qui peut le dire ? Margaret Miller cependant en avait trouvé une. Là, dans le petit bureau du Shérif Reynolds, alors que ses yeux tombaient sur la petite silhouette tremblante et fatiguée de son petit garçon, alors que son regard se perdait sur Mr Tickle dernier vestige de son ancienne vie avec Eux…
Ancienne ou nouvelle vie, elle ne savait plus très bien.
Margaret n’était pas bête, loin de là, avant ce jour fatal où elle perdit l’amour de sa vie Margaret voulait devenir architecte, construire la maison du bonheur pour sa famille. Oui, Margaret avait des rêves, un magnifique petit garçon et la vie devant elle, jusqu’au jour où un coup de téléphone la prévint que l’avenir se ferait sans lui ; Lui, Mickaël Mackenzie Miller, son mari. Elle avait alors menti, elle avait dit à son fils qu’elle partait à la recherche de son papa et que lui devait attendre dans cette ville sans elle, juste au cas où il viendrait d’abord ici, c’est lui qui devrait l’accueillir ; et lui petit ange innocent l’avait cru la laissant partir dans une dernière étreinte. Pendant plus de deux ans elle n’avait pas donner signe de vie, elle avait simplement erré à travers les Etats-Unis ne sachant pas si elle pouvait encore attendre quelque chose de la vie, essayant de ne pas prêter attention aux picotements de ses yeux à chaque fois qu’elle voyait un enfant courir, jouer ou rire.
Margaret Miller avait fait une erreur. Une seule erreur, celle de croire que l’on pouvait entrer et sortir de la vie de son fils sans y laisser des traces indélébiles, des cicatrices. Et voilà, elle se trouvait là dans ce bureau presque désert où tout le monde s’étonnait de la présence de cet enfant et de cette peluche qui avaient parcouru une bonne trentaine de kilomètre avant que quelqu’un s’interroge sur le but de ce petit nomade.
Et voilà, elle se trouvait là.
Elle aperçu un jeune officier se pencher vers son fils et lui annoncer dans un sourire :
_ Ta maman est là bonhomme.
Elle vit la lueur de pur bonheur et d’espoir qui éclaira les yeux gris de son fils, lueur qui fut vite happée par le désappointement quand son regard tomba sur elle. Il se leva pourtant, mit même sa main dans la sienne alors qu’ils se dirigeaient vers l’air doux de cette fin d’été. En silence elle l’installa à l’arrière de la voiture, lui gardait son regard sur la fenêtre, vers l’horizon. Margaret s’installa au volant mais ne démarra pas, ses yeux se posèrent sur l’enfant de cinq ans qui pleurait en silence.
_ Pourquoi fais-tu ça Mackenzie, pourquoi tu me fuis ? Demanda-t-elle la voix tremblante.
L’enfant n’hésita pas.
_ Je veux Papa… Les larmes traçaient des sillons de sel sur ses joues encore potelées.
_ Trésor, ton Papa, il ne reviendra pas, il s’est perdu dans le ciel et…
_ Non pas lui, je veux Papa. Répéta-t-il plus fort cette fois serrant Mr Tickle contre son cœur.
Margaret Miller avait fait une erreur, une seule erreur et à cet instant elle savait exactement comment la réparer.


Et l'absence est venue peser sur ma détresse
Dans la chambre déserte où manquent ses jouets
Rien n'le remplacera, ni mes futures maîtresses
Ni mon travail, ni le beau temps
Je suis démuni comme un père qui vient de perdre son enfant
Et je suis malheureux.



Ce n’est pas une chose à laquelle on s’habitue, le vide, l’absence. Chaque jour, chaque minute, chaque seconde on s’attend à voir apparaitre l’être cher, celui qui tant de fois à réchauffer votre cœur et qui désormais n’est plus qu’un trou béant et douloureux dans ce même cœur. Mais Harmon Rabb Jr ne voulait pas de ce trou, de cette peine, il voulait entendre le rire de son petit garçon, le voir dormir de cet air paisible et innocent. Il voulait pouvoir le tenir dans ses bras. L’aimer.

Elle le trouva là, comme chaque matin une épaule contre le chambranle de la porte de la chambre de cet enfant qui ne reviendrait pas, dans ses mains une photo qui peignait un bonheur passé qui semblait désormais illusoire. Lentement avec douceur elle entoura sa taille de ses bras, sa tête venant reposer entre ses omoplates, elle se laissa bercer par sa respiration, lui accepta le réconfort de la femme qu’il aimait.
_ C’est aujourd’hui. Dit-il simplement, elle comprit cependant.
_ Oui, la dernière étape avant le grand soir.
_ Tu penses qu’elle sera d’accord ?Loren, tu penses qu’elle acceptera de travailler avec nous ?
_ Je ne sais pas. Une chose est sure c’est qu’au Benzinguer, elle tenait un discours plus proche de notre situation que de celle d’une femme amoureuse.
Il soupira avant de se tourner et d’enfermer son amante dans une étreinte rassurant et réconfortante. Comment faisait-il cela ? Savoir à quel moment elle allait craquer, savoir que les larmes n’allaient pas tarder à ternir son visage de leur déchirure humide. Sa tête se perdit dans le creux de son épaule, elle se souvint de ce jour au Benzinguer, du rire de Kenzie alors qu’il jouait son « rôle » à la perfection, de la bataille de boule de neige qui avait eu lieu quand ils étaient revenus, du bonheur, de la promesse de recommencer le lendemain, parce qu’alors il y avait des lendemains.
Mais aujourd’hui Sarah Mackenzie ne savait plus où elle se tenait. Elle était une femme amoureuse, une femme aimée aussi de cet homme qui la tenait dans ses bras, de ses amis aussi, mais il lui manquait une chose, une simple chose qu’on lui avait interdit, puis donné, avant de lui reprendre avec brutalité et soudaineté. L’amour d’un enfant. D’un fils.
_ Est-ce qu’on le reverra ? Est-ce qu’elle va nous appeler pour nous dire qu’on peut le voir, comme elle nous l’a promis à Belmont ? Demanda-t-elle la voix tremblante.
_ Je ne sais pas Sarah, je voudrais te promettre que oui, mais je ne sais pas.
Ils restèrent là dans l’embrasure de cette porte, jusqu’à ce que la silhouette mal réveillée d’Harriet apparaisse souriant doucement.
_ Je vais m’occuper du petit-déjeuner. Fit-elle simplement avant de disparaitre au rez-de-chaussée. Ils lui sourirent, la remerciant de ne pas poser de questions.
Mac essuya les dernières traces de larmes du revers de sa main avant de capturer le regard d’acier de son amant.
_ Je vais prendre un rapide douche et je vous rejoins. Elle déposa un baiser sur les lèvres de Harm et disparut.
Lui se dirigea vers la cuisine, se servant une simple tasse de café, il partagea un sourire avec Harriet avant de s’éclipser sous le porche dans la chaleur matinale du mois d’Août.
Il s’assit sur la balancelle, ne voulant penser à rien ses yeux se perdant inlassablement sur cette cabane.
Soudain quelque chose au coin de son œil attira son attention, une voiture qu’il n’avait encore jamais vu se stoppa devant l’immense maison. Croyant avoir à faire à une nouvelle couverture de Webb, il ne bougea pas, mais quand il vit la longue chevelure auburn de Margaret Miller sortir du véhicule et se diriger vers la banquette arrière pour libérer un Mackenzie encore endormi, l’ancien Capitaine s’approcha des marches du porche. C’est alors que ses yeux tombèrent sur son fils, la tasse de café fut oubliée, se brisant sur le parquet vieilli. Il descendit les quelques marches et alla à la rencontre de son mirage. Tout du moins c’est ce qu’il pensait, jusqu’à ce que Margaret lui offre un doux sourire d’excuse.
_ Je suis désolée, je sais qu’il est tôt…et je ne vous ai pas prévenu mais…J’ai…j’ai cru que je pouvais revenir dans sa vie et lui faire oublier mon absence, que je pouvais revenir là où nous nous étions quittés, mais ce qu’il veut c’est vous. Je ne suis plus rien pour lui…ou pas grand-chose.
Harm ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais elle l’arrêta.
_ Hier je me suis rendu dans un commissariat qui se trouve à plus de trente kilomètres de Belmont parce que ce petit trésor voulait vous retrouver. C’était sa sixième fugue en trois mois. Je me suis rendue à l’évidence, vous êtes sa famille et moi je suis celle qui est partie. Elle sourit, ne se souciant pas de son regard floué. Elle tendit son tendre fardeau endormi à cet homme qui n’attendait que ça et fut à peine surprise quand l’enfant trouva inconsciemment la position parfaite dans les bras de son protecteur.
_ Je n’ai pas eu le temps de revenir à la maison pour récupérer ses affaires, mais j’ai la vague impression qu’il a tout ce dont il a besoin avec vous et ceci. Fit-elle en lui tendant l’ours passablement usé qui avait suivit Harm durant toute son enfance et qui désormais accompagnait Kenzie.
_ Je devrais vous dire de prendre bien soin de lui, mais je pense que vous faites un bien meilleur travail que moi sur ce point là… Juste dites-lui…dites-lui que je l’aime voulez-vous ?
Le Capitaine approuva silencieusement son regard toujours sur elle.
_ Bien, je ferais mieux d’y aller j’ai encore de la route. Elle se retourna se dirigeant vers sa voiture, quand la voix de Harm l’arrêta.
_ Où allez-vous ? Demanda-t-il.
_ Belmont… Après je ne sais pas. Elle croisa un instant le regard de l’ancien officier avant de reprendre sa marche, Harm l’apostropha encore une fois.
_ Margaret ! Elle se retourna.
_ Vous… Vous serez toujours la bienvenue.
Elle sourit, d’un vrai sourire, monta dans sa voiture et disparut.
Le Pilote resta un moment à regarder le nuage de poussière se dissiper dans le bleu du ciel, quand le petit garçon dans ses bras commença à se réveiller. Harm sourit en se désengageant doucement de la douce étreinte, il mit Kenzie sur ses pieds alors que ce dernier se frottait les yeux dans l’espoir d’atténuer la lumière vive du soleil estival. L’ancien Capitaine s’accroupit se mettant ainsi à la hauteur du petit garçon et bloquant les rayons du soleil.
Kenzie ouvrit pleinement les yeux, hésitant, se croyant encore dans un de ses rêves où il se retrouvait dans cette grande maison, avec son Papa, et la cabane, et AJ jr et sa maman. Avec Eux. Il croyait être dans un de ses rêves, mais alors il y eu cette odeur rassurante, son parfum. Son regard plein d’espoir tomba sur les yeux floués de ce papa qu’il avait tant voulu revoir, tous deux hésitèrent comme par peur d’être de nouveau séparés, puis en une seconde, dans un même élan ils se retrouvèrent dans les bras l’un de l’autre.
Retrouvailles.


A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Invité(e) chez Catherine
Invité(e) chez Catherine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1838
Age : 28
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   Jeu 9 Oct - 23:13

Toujours aussi super

Vivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inconnu à cette adresse [PG-13-en Cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Safari 6.0.5 : envoyer cette adresse URL
» Le Questionnaire de A à Z
» [ NARINDOLL ] Narae 40cm
» Kressmann Taylor.
» Itunes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHERINE BELL ONLINE - CBO :: FANART :: Les fanfictions :: En cours-
Sauter vers: